Les animaux domestiqués

La livraison de février 2013 de La Faute à Rousseau, revue de l’association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique est consacrée à « l’animal et nous ». Ce sujet polémique, qui a divisé le comité de rédaction, « laisse entrevoir », selon l’éditorial (page 11), « à quel point la question animale , et notamment celle du compagnonnage entre les humains et les espèces dites domestiques, touche à un point sensible de la biographie ». La relation entre l’être humain et l’animal ou au moins la présence d’animaux domestiqués sont-elles mentionnées dans les lettres ?

Les chevaux

Sur toute la période de 1800 à 1870, le cheval est l’animal domestique le plus cité dans les lettres du site S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale. Attelés à des véhicules divers, montés (par des hommes et parfois par des femmes), utilisés lors de déplacements utilitaires ou de promenades, en ville et à la campagne, en temps de guerre aussi, la silhouette des chevaux apparaît en toute occasion, souvent l’espace d’un instant.

Mentionnons quelques apparitions particulières :

  • cheval et épistolaire

« Je t’écris, ma Mie, sur mes genoux, dans une voiture, et le cheval a, sans doute, quelques mouches qui le tourmentent, car il ne cesse de remuer ; ma lettre ne peut donc pas être une page d’écriture » (lettre du 10 juillet 1865)

  • la viande de cheval

Elle est consommée à Paris pendant le siège :

« nous avons encore de la viande de boucherie et en plus de la viande de cheval tant qu’on en veut ; on dit que sous ce rapport nous pouvons tenir très longtemps. » (lettre du 30 octobre 1870)

  • les spectacles équestres

« J’irai peut-être faire, avec lui, une petite visite à Franconi, ce qui me donnerait l’occasion de voir les beaux chevaux que vous avez montés. » (lettre du 21 janvier 1831)

Les Franconi sont une dynastie d’écuyers. Le père Antonio Franconi, originaire de Udine en Italie, arrivé en France dans les années 1760, s’associe avec le célèbre écuyer anglais Astley pour fonder le Cirque Olympique qui connaît une grande vogue dès les années 1780. Les enfants d’Antonio Franconi, Laurent et Minette, soutiennent la réputation de leur père, surtout dans l’éducation artistique des chevaux et la mise en scène d’ouvrages dramatiques.

Les chiens

La figure de Miss, la chienne d’Alphonse Milne-Edwards, s’impose dans les lettres adressées aux enfants. Elle est une présence familière, une compagne des déplacements entre la maison et la gare :

« Miss continue à tuer avec succès les rats que nous prenons et qu’on lâche devant elle, en deux coups de dents elle tue sa victime ; cette aimable bête vient toujours à Montmorency et connaît si bien son chemin qu’elle s’arrête d’elle-même à la porte de maman ; elle revient toujours avec Jean [un petit garçon] et moi le soir mais comme elle est très obéissante nous ne l’attachons pas et lui permettons de courir sur la route. » (lettre du 16 août 1871)

Ce même petit Jean en fait son jouet et la malmène :

« quelquefois il mange son goûter tout en jouant avec le chien ce qui est défendu mais il oublie facilement. Enfin l’autre jour il a attaché au cou de Miss une ficelle après laquelle était une casserole ce qui rendait la pauvre bête presque folle. La punition a été d’être privé de jouer le lendemain avec ce joujou vivant. » (lettre du 3 mai 1871)

Mentionnons, comme pour les chevaux, quelques situations particulières des chiens :

  • L’exposition canine

« L’Exposition des chiens est belle elle attire beaucoup de monde au jardin d’acclimatation » (lettre du 10 mai 1863)

La Société Impériale d’Acclimatation organise pour la première fois, du 3 au 10 mai 1863, une exposition canine au jardin d’Acclimatation du Bois de Boulogne ; 850 chiens sont rassemblés. Le directeur de l’Exposition, Albert Geoffroy Saint-Hilaire, précise : « Ce n’était pas un spectacle de curiosité, encore moins un marché qu’on se proposait d’ouvrir. On voulait, sous un point de vue autant scientifique que pratique, réunir une collection de chiens aussi complète que possible, afin de distinguer les races pures, utiles, ou d’agrément, et les croisements bons à conserver. »

  • Le chien, animal de laboratoire

Comme le lapin, le chien est utilisé par des médecins pour étudier la contagion des maladies (lettre de Louis Benoît Guersant à Pierre Fidèle Bretonneau, le 24 mars 1821). Il subit des expérimentations qualifiées par les savants eux-mêmes de « cruelles » :

« Nous avons encore répété sur des chiens vivants de cruelles expériences : heureusement que je supporte assez bien cela : c’est plutôt encore par souvenir que je me préoccupe de la cruauté qu’il y a à opérer ainsi des animaux vivants. Au moment même de l’expérience, la préoccupation qu’elle nécessite et l’intérêt qu’on y met, détournent l’attention d’une manière favorable. » (Journal intime d’Auguste Duméril, le 16 décembre 1841)

Hormis cette Miss et les mentions particulières que je viens de signaler, il est peu question des chiens dans les lettres. Ces animaux sont pourtant présents dans l’environnement alsacien ; un récit de Duméril nous l’apprend. Lorsqu’il visite les propriétés de Charles Mertzdorff que sa petite-fille vient d’épouser, Duméril note :

« [La ferme de Charles Mertzdorff] est très considérable […] le propriétaire s’est réservé un corps assez considérable où l’on peut admettre une assez nombreuse société d’amis et de connaissances des environs pour des réunions de chasses. Les écuries, les granges, les remises, les étables sont nombreuses. la cour est remplie de volailles, il y a une dizaine de chevaux de travail. j’y ai vu sortir pour aller paître un vingtaine de vaches très belles et un jeune taureau. six couples de chiens de chasse. » (récit du voyage d’André Marie Constant Duméril en Alsace, rédigé du 3 au 17 septembre1858)

Les lettres en revanche mentionnent des repas de chasseurs et des envois de gibier, lièvres et lapins, aux parents parisiens et aux amis.

Pas de chat signalé dans les maisons, sauf un chaton imprudent sur le toit (lettre du 25 février 1873)  ou un pilleur de garde-manger (lettre du 11 août 1868).

Les animaux de basse-cour

Les Mertzdorff vivent en lisière d’une petite ville alsacienne, dans une maison aux vastes bâtiments, avec cour, basse-cour et jardins. La production végétale et animale du domaine est mentionnée, mais elle est gérée par des employés et ne retient pas l’attention des fillettes. En revanche, lorsque celles-ci sont en vacances dans la résidence campagnarde de leurs grands-parents, il semble qu’elles soient dans une plus grande proximité avec les animaux et découvrent les soins à leur donner.

« Ce qui m’occupe beaucoup en ce moment c’est d’apprivoiser un petit lapin que bonne-maman m’a donné me permettras-tu de l’emporter à Vieux-Thann ? oh ! oui n’est-ce pas. Mon lapin est très gentil, il vient sur mes genoux, il m’embrasse c’est-à-dire qu’il frotte son museau contre moi, alors c’est à mon tour de le caresser.[…] les poules de tante sont arrivées, il y a trois poules et un coq, Marie était très intriguée de savoir combien de poules il y avait, de quelle couleur était le coq. » (lettre du 21 juillet 1871)

***

Les chevaux exceptés, l’évocation des animaux domestiqués fait partie des thèmes réservés en priorité ou liés aux enfants. Les jeux que chiens et lapins occasionnent, les soins que les jeunes leur prodiguent, leur donne une existence dans les lettres qui ne coïncide pas avec la réalité économique de la présence animalière, rarement décrite. L’affectivité qui colore la mention des animaux touche souvent à un point, sinon « sensible »,  du moins circonstancié, de la biographie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *