Les discours sur la tombe

De très nombreux articles paraissent depuis de début du mois d’avril 2014, à la suite de la disparition de l’historien médiéviste Jacques Le Goff. Hommages, rappels de ses œuvres majeures et de sa conception novatrice de l’histoire, souvenirs de relations personnelles, synthèses historiographiques, cartographie d’une pensée originale en mouvement, mentions des engagements institutionnels, universitaires et citoyens, etc. éclairent de façon resserrée une personnalité. Au-delà de l’émotion que l’usage des moyens audio-visuels avive (réentendre une voix, retrouver des attitudes), tous ces témoignages et analyses rassemblés constituent un ensemble documentaire original, dont la dimension biographique n’est pas absente.

En cohérence avec l’attention portée aux personnes citées dans les lettres, aux relations et aux réseaux que ces mentions indiquent, cette catégorie de « discours sur la tombe » a été retenue pour figurer sur le site S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale. À côté des lettres figurent donc les discours prononcés en 1860 sur la tombe d’André Marie Constant Duméril, l’un des correspondants majeurs des lettres familiales. Comme le précise la notice nécrologique de Charles Dunoyer : « Six orateurs ont pris successivement la parole, et, faisant un rapide retour sur cette vie presque séculaire, ils se sont efforcés de donner une idée des longs et excellents travaux qui l’avaient remplie. » Cette notice, ces six discours, ainsi que deux autres ultérieurs, tous publiés, dessinent le réseau intellectuel et social du savant :

  •  Discours prononcé au nom de la Faculté de Médecine de Paris, le 16 août 1860, sur la tombe de M. Duméril, l’un des professeurs de cette faculté par M. le professeur Cruveilhier.
  •  Discours de M. Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, membre de l’Académie, directeur du Muséum d’histoire naturelle, au nom du Muséum.
  •  Paroles prononcées le 16 août 1860 par M. le Docteur Laboulbène sur la tombe de M. Duméril
  •  Discours de M. [Henri] Milne Edwards, vice président de l’Académie, prononcé aux funérailles de M. Duméril, le jeudi 16 août 1860.
  •  Discours prononcé le 16 août 1860 au nom de l’Académie impériale de médecine, par M. le professeur Piorry sur la tombe de M. Duméril
  •  Discours de M. A. Valenciennes, membre de l’Académie, prononcé le 16 août 1860 sur la tombe de M. Duméril
  •  Discours prononcé dans la séance de rentrée de la Faculté de médecine de Paris, le 15 novembre 1861 par Alfred Moquin-Tandon
  •  Éloge historique d’André Marie Constant Duméril par M. [Pierre] Flourens, secrétaire perpétuel, lu à l’Institut impérial de France, dans la séance publique du 28 décembre 1863.

Dans ce moment singulier du deuil, ces évocations évitent les querelles ouvertes et préfèrent gommer les critiques les plus vives. Elles soulignent les filiations et affinités intellectuelles, signalent les étapes de la vie professionnelle et offrent des éléments biographiques. Une sorte de bilan est ainsi dressé, à la lumière des enjeux et des intérêts scientifiques du temps, qui aide à comprendre ce qu’il y a dans la pensée scientifique de plus marquant pour cette époque. Des mises en relation avec les textes épistolaires sont possibles. Et sur les omissions et les zones laissées dans l’ombre par ces discours il faudrait aussi se pencher…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *