Savants et épistoliers

Les savants, les intellectuels, les professeurs rédigent livres et articles ; ils écrivent aussi des lettres. Le témoignage d’Aurélien Gros, secrétaire de Jacques Le Goff ces dernières années, attire l’attention sur cette forme d’écriture1.

Jacques Le Goff épistolier

Depuis 2009, Aurélien Gros, alors en début de thèse, s’est rendu chaque semaine auprès de Jacques Le Goff pour lui servir de secrétaire. En cinq ans, l’historien lui a dicté, à côté de préfaces et articles, « une correspondance pléthorique » : « près de 300 lettres, 800 mails », « essentiellement envoyés en France et en Italie, mais aussi en Pologne, en Allemagne, République Tchèque, Angleterre, Amérique Latine et du Sud, États-Unis, Canada, etc. ».

Le jeune secrétaire, habitué « à la vitesse de l’ordinateur », au laconisme des textos et à l’absence de recherche des courriels, découvre la richesse de la « voie postale », « la créativité de la formule de politesse », l’efficacité du geste et de la rhétorique épistolaires. Il apprend aussi « qu’une lettre [est] toujours plus qu’une lettre ». De cette pratique sourd une « une éthique de la correspondance », pétrie d’empathie, de bienveillance, de tact et de sincérité. Pour Jacques Le Goff, figure connue et importante du monde intellectuel, souvent sollicitée, il s’agit de prodiguer des éloges pertinents sans flatterie, de valoriser l’interlocuteur, mais aussi d’exercer sa lucidité et sa franchise. Cet aperçu d’un moment de l’activité épistolaire de l’historien médiéviste, de son exercice de « diplomatie du quotidien », incite à rechercher d’exemples similaires dans le corpus de la correspondance « familiale » des Duméril.

Savants et épistoliers au XIXe siècle

Les savants du XIXe siècle pratiquent largement, avec plus ou moins de bonheur, l’art épistolaire ; de nombreuses publications de correspondances de scientifiques, de professeurs, d’intellectuels en attestent. Le site S’écrire au XIXe siècle, bien que réservé aux échanges familiaux, propose quelques lettres qui relèvent de ce registre2.

  •  Lettres amicales et professionnelles

Le réseau intellectuel recouvre un réseau amical et les échanges professionnels entre deux savants se doublent de relations entre leurs familles. Ainsi lorsque Pierre Fidèle Bretonneau s’adresse à son ami André Marie Constant Duméril, tous deux médecins, il est question à la fois d’un jury de médecine, de recherche médicale et de nouvelles familiales :

Depuis longtemps, dix à douze jeunes gens qui suivent l’hôpital me prient de vous demander si vous viendrez cette année ; ils souhaitent presque aussi vivement que moi que ce soit vous qui présidiez le jury. […]
Je me suis livré avec zèle cet hiver aux recherches d’anatomie pathologique  […]
Je me sens encore plus coupable envers Mme Duméril qu’envers vous ; ne m’excusez point auprès d’elle, c’est une cause désespérée, et surtout ne lui dites rien qui puisse me mettre plus mal dans son esprit […] J’embrasse bien tendrement vos enfants. (14 septembre 1816)

Rapidement ces lettres amicales et savantes peuvent changer de statut et devenir des pages imprimées de revues scientifiques :

Au reste, vous avez dû voir que si je ne réponds pas exactement à vos lettres, au moins j’en fais bon usage, et qu’à peu de chose près j’ai fait imprimer presque en entier une de vos dernières épîtres ; nous savons ce que vaut une ligne, nous autres auteurs de dictionnaire à soixante-douze francs la feuille. (Louis Benoît Guersant à Pierre Fidèle Bretonneau, fin février 1816)

  • Lettres de condoléances

Le décès est un moment obligé de cette correspondance aux frontières du personnel et du professionnel. On pourra lire après la mort d’Auguste Duméril les lettres adressées à sa veuve, aussi bien par François Guizot de la Société biblique Protestante de Paris (14 juin 1871), que du correspondant du Muséum d’histoire naturelle à Buenos-Aires (29 août 1871) ou du directeur du Muséum et zoo de Berlin, Wilhelm Carl Hartwig Peters :

La triste nouvelle dont vous avez l’extrême obligeance de me faire part, me vient tout à fait imprévue, et m’a comblé de la plus profonde douleur. Lié avec M. Duméril par la passion pour la même science, j’ai eu l’occasion à apprécier, non seulement son mérite et ses talents scientifiques, mais aussi, les qualités supérieures de son noble caractère. (11 mars 1871)

  • La vie scientifique

Pour décider Bretonneau à livrer un manuscrit, la rhétorique se doit d’être très persuasive !

Que faites-vous, mon cher ami ? où en est votre mémoire sur l’entéro-mésentérite ? êtes-vous bientôt en état d’envoyer cela à Duméril ? Velpeau m’a dit que vous trouviez bien doux qu’on vous laissât tranquille ; mais cependant il n’y a plus à reculer, il faut enfin que vous accouchiez ; vous êtes depuis assez longtemps dans les douleurs de l’enfantement. […] Que voulez-vous faire de ce rapport ? Voulez-vous que nous l’imprimions dans le journal ? Voulez-vous le réserver pour votre volume seulement ? » (Louis Benoît Guersant à Pierre Fidèle Bretonneau, 31 octobre 1821)

et un an plus tard :

Mon cher ami, Je ne comprends en vérité rien à votre silence. Voilà bientôt une année que vous êtes venu nous communiquer votre mémoire. Tous les matériaux étaient disposés pour l’impression ; on vous a trouvé un libraire qui vous en donne quelque argent. Si vous aviez voulu vous en occuper seulement quinze jours, tout était terminé ; et vous avez la paresse de laisser là tout ce travail, qui vous a coûté du temps, des recherches et beaucoup de peine. De tous côtés on me demande votre ouvrage qu’on croit déjà imprimé depuis longtemps, et je ne sais plus que répondre. […] Votre meilleur ami. » (Guersant à Bretonneau, 29 juin 1822)

On entend aussi Georges Louis Duvernoy plaider sa cause auprès d’André Marie Constant Duméril (24 juillet 1843 ; fin août 1844) ou Isidore Geoffroy Saint-Hilaire solliciter la présence d’Auguste Duméril, son « cher confrère et ami », auprès d’un savant venu de l’île Maurice (3 septembre 1860).

  • Les formules

Pour ce qui est des formules de politesse, André Marie Constant Duméril semble, à l’occasion, aussi attaché que Jacques Le Goff à la recherche des mots appropriés. Ses échanges savants avec Charles Lucien Bonaparte sont empreints de respect et de considération :

Monsieur,
J’ai été très flatté de recevoir la lettre que vous m’avez adressée puisque vous voulez bien y témoigner quelque estime pour mes travaux en Histoire naturelle. J’attache d’autant plus de prix à votre suffrage et à vos expressions obligeantes qu’elles viennent d’un juge dont je reconnais la compétence. C’est donc autant pour vous remercier de l’honorable correspondance que vous avez bien voulu commencer à établir entre nous et qui peut m’être si utile, que pour répondre à votre confiance que je vous écris aujourd’hui ; désirant vous donner toutes les explications que vous me demandez et profiter de nouveau de vos lumières. (14 septembre 1834)

 Duméril ne manifeste pas toujours une grande créativité, et ses fins de lettres peuvent être plus brèves :

Veuillez recevoir, Monsieur, l’assurance de l’entier dévouement et de la haute considération de votre serviteur (André Marie Constant Duméril à Charles Lucien Bonaparte, 6 décembre 1834)

Comme en témoigne le secrétaire de Jacques Le Goff, écrire une lettre est un exercice à prendre au sérieux, qui demande temps, réflexion, application et talent – même si certaines lettres sont « bouclées en quelques minutes ». Ce travail d’écriture exige de réels efforts, aujourd’hui aussi bien qu’il y a deux siècles. Louis Benoît Guersant le déplorait :

 Enfin, mon cher ami, j’ai pu me vaincre assez pour rompre mon trop long silence. Tout paresseux que je suis, le vice ne m’a pas encore tellement corrompu que je ne m’aperçoive pas de mon fatal penchant à la paresse. Oui, mon ami, je me sens bien coupable, je le confesse ; mais ce qui me console, c’est que vous l’êtes presque autant que moi. (Guersant à Bretonneau, fin février 1816).

  1. Aurélien Gros, « Dans le bureau de Jacques Le Goff », Une autre histoire. Jacques Le Goff (1924-2014), sous la direction de Jacques Revel et Jean-Claude Schmitt, éditions EHESS, 2015, pages 187-194. []
  2. Voir le billet : Quelles limites donner au corpus ? []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *