Les bains de Wattwiller

 La famille Mertzdorff fréquente les bains de Wattwiller en Alsace et Charles Mertzdorff fait partie du Conseil d’administration de la Société des bains de Wattwiller fondée en 1866 : ces deux aspects du thermalisme, côté client et côté administrateur, sont évoqués dans les lettres familiales.

Boutron-Charlard et  Patissier, Manuel des eaux minérales naturelles, 1837 (Numérisation BNF)
Boutron-Charlard et Patissier, Manuel des eaux minérales naturelles, 1837    (Numérisation BNF)

Des eaux bénéfiques

  • Le succès du thermalisme au XIXe siècle

Une « fièvre thermale » conduit au XIXe siècle un nombre de plus en plus grand de personnes à se rendre près des sources d’eaux minérales : 300 000 chaque année sous le Second Empire1. On y va pour se soigner, bien sûr, et encore plus depuis que la médecine moderne garantit son efficacité2, mais aussi pour se distraire, changer de résidence et de rythme de vie, rencontrer une nouvelle société qui se donne en spectacle à elle-même.

  • Les eaux de Wattwiller

Les eaux de Wattwiller, venues du Grand Ballon d’Alsace, sont connues à l’époque romaine et un établissement de bains existe depuis le Moyen Age. Les eaux s’écoulent par trois sources : La Fontaine Saint Jean, citée dès 1487, surmontée d’une statue de Saint Jean Népomucène, protecteurs des ponts ; la Fontaine du Haut installée en 1786 en remplacement d’une plus ancienne qui ne suffisait plus aux besoins des habitants du haut du village ; la fontaine Saint Sébastien, construite en 1866, surmontée d’une statue de Saint Sébastien, patron des arquebusiers qui s’entraînaient sur un terrain voisin. En 1850, sur avis de l’Académie Nationale de Médecine, un arrêté ministériel reconnaît les vertus thérapeutiques des eaux de Wattwiller, riches en calcium, en fer, en arsenic et pauvres en sodium. Des études sur ces eaux sont publiées par Alphonse Chevallier (Recherches chimiques sur les eaux de Wattwiller, 1851) et par Jean François Xavier Heuchel (Notice sur les bains de Wattwiller, à propos de la construction projetée d’un nouvel établissement, 1865, complétée en 1867 et 18683 ).

  • Les cures de la famille Mertzdorff

Les bienfaits des eaux de Wattwiller sont réputés très variés :

Demain nous avons le projet d’aller souper à Wattwiller pour commencer la saison de bains […] Ne vous imaginez pas que nous soyons les uns ou les autres gravement malades, mais tout le monde nous fait de si grands compliments à Charles et à moi sur notre bonne mine et comme Charles répond toujours que l’eau de jouvence c’est Wattwiller ! Il faut bien être fidèle. Charles prétend que c’est très bon pour ma gorge ; si ça me guérit, il faudra que tu y passes aussi. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, été 1869)

La cure s’organise au gré des contraintes et des goûts : bains ou douches, visite dans la journée, nuitée dans la station ou livraison d’eau à domicile.

Charles suit sa cure de Wattwiller dont il éprouve plutôt un bon effet mais il n’a encore pris que 5 bains. (Caroline Duméril-Mertzdorff à propos de son époux, 5 août 1859)
je vais faire organiser la voiture pour me faire chercher dès demain l’Eau de Wattwiller & espère dès demain commencer mes douches (Charles Mertzdorff, 6-7 août 1868)

Même venu en voisin, Charles Mertzdorff participe à la vie sociale de la station :

Si l’air de Wattwiller guérit tous les maux présents & futurs, je suis en train de faire bonne cure. Dimanche au lieu de passer la matinée, tous les Mulhousiens y étaient représentés par une quinzaine d’échantillons, force a été d’y dîner & s’y oublier jusqu’à 7 heures passées. Tout seul j’y ai fait un petit tour & ai découvert un rocher d’où l’on a une vue des plus splendides ; j’ai un grand plaisir de t’y conduire, mais surtout Papa, qui sait si bien apprécier & jouir de nos belles montagnes. (Charles Mertzdorff, 8 mai 1866)

  La gestion d’un établissement thermal

« Les eaux minérales ne doivent pas être seulement un sujet d’études pour les médecins, elles doivent aussi fixer l’attention du Gouvernement, des conseils généraux et des conseils municipaux. Une source minérale est un fonds précieux pour un pays pauvre » avertissent Boutron-Charlard et Patissier en 18374. Pour cela « il est désirable qu’on approprie les établissements d’eaux minérales aux usages et aux habitudes des temps modernes »5 par l’installation de douches, bassins communs, hôpitaux, hébergement suffisant, etc. C’est ce que tentent de faire Charles Mertzdorff et ses associés pour la station que Boutron-Charlard et Patissier présentent ainsi :
« WATWEILER (département du Haut-Rhin). Bourg au pied des Vosges. A 400 pas du village, on rencontre deux sources minérales ferrugineuses, dont une est peu fréquentée6. »

En 1866 une société par actions (au capital de 250 000 F) est créée pour remettre en service l’établissement de bains, exploité au XVIIIe siècle par l’abbaye princière de Murbach. Le conseil d’administration de la société se compose de 9 membres, dont Charles Mertzdorff, les maires de communes voisines, un médecin (Jean François Xavier Heuchel, auteur de la notice sur les bains) et quatre autres notables de la région. Les débuts sont laborieux :

Comme je te l’avais dit, hier Wattwiller m’a possédé jusqu’à 4 h du soir, de 8 h du matin. Bien des choses s’y sont décidées, ameublements, administrateur, choix de Demoiselles de comptoirs, Domestiques etc. Mais nos constructions n’avancent pas & les visiteurs curieux toujours très nombreux sont bien désappointés de ne trouver que décombres.[…] Demain, […] l’après-midi je le passerai à Wattwiller (l’éternelle) pour mettre en train les tranchées des conduites d’eau, chambres d’eaux & faire faire un travail assez difficile à la grosse tour. Il est probable que je ne rentrerai qu’à 8 h (Charles Mertzdorff à son épouse, 11 mai 1866)

On essaie de faire reconnaître et connaître les bienfaits de l’eau de Wattwiller :

J’ai rapporté une 20ne d’exemplaires des Observations médicales sur Wattwiller avec intention d’en envoyer à Alphonse pour qu’il en fasse la distribution. […] je t’adresse un exemplaire que tu laisseras à ton docteur si tu veux. (Charles Mertzdorff à son épouse, 27 juillet 1868)

Mais l’intendance continue de mobiliser l’énergie des administrateurs:

à Wattwiller nous avons décidé pour un nouveau gérant cuisinier hôtelier suisse allemande. Espérons que nous réussirons mieux que nous l’avons fait jusqu’à ce jour. […] Il y a maintenant à l’hôtel une vingtaine de personnes […] Généralement l’on est très content du service, pension, & des soins que met la dame qui dirige l’hôtel & qui commence à bien s’y entendre. L’on n’a pas encore donné beaucoup de bains […], les tables n’étaient que ½ garnies (environ 80 Personnes) le dîner bon & service de même. (Charles Mertzdorff à son épouse, 27 juillet 1868)

Charles Mertzdorff, sur qui semblent reposer la plupart des problèmes, se décourage :

Tu sais ces gens s’adressent volontiers à moi. Il est plus que probable que cet hiver je provoque la vente de cette affaire je n’en sortirai pas autrement. Encore une leçon (1-2 juillet 1871)

Finalement, la gérance de l’hôtellerie est confiée à un aubergiste à Cernay, qui acquiert ensuite la propriété de tout le domaine (hôtellerie, établissement balnéaire, parc). Après sa mort en 1892, sa veuve continue d’exploiter l’affaire. Mais après avoir attiré au XIXe siècle une clientèle européenne, l’établissement périclite jusqu’à la Première Guerre. Wattwiller est évacué dès le 22 décembre 1914, le village est occupé par les troupes allemandes, l’état-major allemand s’installe dans les bâtiments de l’établissement des Bains. Souvent bombardé par l’artillerie française, le village est en grande partie détruit.

Notice sur les eaux de Wattwiller, par le docteur  J.-F.-Xavier Heuchel (BNF)
Notice sur les eaux de Wattwiller, par le docteur J.-F.-Xavier Heuchel (BNF)

 

  1. Jérôme Penez, Histoire du thermalisme en France au XIXe siècle. Eau, médecine et loisirs, 2005, Economica, Collection économies et sociétés contemporaines, page 33. []
  2. Op. cit., p. 117 et suivantes. []
  3. Voir à la fin du billet la reproduction de la page de titre de ce dernier opuscule. []
  4. Antoine-François Boutron-Charlard et Philibert Patissier, Manuel des eaux minérales naturelles…, L. Colas, 1837, page VIII. []
  5. Manuel, op. cit. page IX. []
  6. Manuel, op. cit. page 372. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *