La dernière lettre de Marie-Antoinette

 Un panneau de soie tissé

A Paris, dans une salle du Louvre (aile Richelieu, premier étage, salle 76) sont exposés deux panneaux de soie tissés en 1827 : « Testament de Louis XVI » et « Lettre de Marie-Antoinette à Madame Élisabeth ». Avec la « Visite à Carquillat », qui met en scène la visite du duc d’Aumale dans son atelier, ces deux panneaux sont les œuvres les plus célèbres du lyonnais Etienne Maisiat (1794-1848). Tisseur de soie, professeur à l’école de la Martinière, il a perfectionné les métiers à tisser pour leur permettre d’imiter la gravure. Il fallait toute sa virtuosité pour rendre lisibles ces deux pages en lettres d’imprimerie, encadrées de larges bordures à rinceaux et médaillons, elles aussi en noir et blanc. Les deux panneaux sont reproduits sur le site du musée, mais seul le premier est donné à voir dans une version agrandissable. 

Le texte de la lettre

Marie Antoinette écrit cette lettre à la Conciergerie, le 16 octobre 1793, au petit matin, quelques heures avant d’être guillotinée. Elle s’adresse à la sœur de Louis XVI, « Madame Elisabeth » : « C’est à vous, ma sœur, que j’écris pour la dernière fois. Je viens d’être condamnée… »

On trouvera le texte sur Gallica (BNF), reproduisant les  Lettres de Marie-Antoinette : recueil des lettres authentiques de la reine. T2 / publié, pour la Société d’histoire contemporaine, par Maxime de La Rocheterie et le Marquis de Beaucourt, 1895-1896 (pages 441-444). Un note explique :

 « Cette lettre ne parvint pas à son adresse ; Bault [le concierge qui a fourni l’encre] la remit à l’accusateur public ; mais celui-ci, au lieu de la faire parvenir, la conserva. Lorsque Fouquier fut traduit à son tour devant le tribunal révolutionnaire, ses papiers furent saisis, et c’est ainsi que la lettre porte les signatures de Fouquier d’abord, puis des commissaires chargés de l’inventaire Legot, Guffroy, Massieu et Laurent Le Cointre. Elle fut retrouvée en 1816 dans les papiers du conventionnel Courtois. »

 

 La feuille manuscrite

Le manuscrit original, également connu sous le non de « testament de Marie-Antoinette », est reproduit de façon bien visible sur un site qui veut démytifier l’histoire officielle. Il est précisé là que l’orthographe parfaitement maîtrisée de la lettre ne correspond pas à celle de Marie-Antoinette ; le texte aurait pu être « mis en forme par le ministre Decazes, soucieux d’en faire un « monument » à la gloire de la monarchie rétablie. » 

Qu’est-ce qu’une lettre ?

Il n’est pas dans mon propos d’analyser ce texte, ni d’entrer dans des discussions d’historiens sur l’authenticité de cette lettre, les mains par lesquelles elle est passée, son avenir dans les milieux royalistes, etc. ; je voulais seulement aborder cette question, à propos d’un objet qui a accroché mon regard au cours d’une flânerie dans le Louvre : qu’est-ce qu’une lettre ? un papier manuscrit , un texte, une archive ? un objet d’art, une relique, un objet de valeur ? une source d’inspiration ? une pièce dans un procès ? un instrument de propagande ? Le manuscrit original est-il l’œuvre d’une seule personne, le signataire, ou l’intervention d’un secrétaire se laisse-t-elle deviner ? Qu’est-ce qu’un faux? Une lettre est-elle destinée à son justement nommé destinataire ? ou à un groupe ? un large public ? à soi-même ? Du billet jeté sitôt lu au carré tissé des décennies plus tard, les formes les plus diverses sont possibles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *