Postiers, facteurs et factrices

La Poste emploie au XIXe siècle un personnel de plus en plus nombreux. Cette administration d’État, deuxième employeur civil après l’Éducation nationale, compte 18 000 postiers en 1835 et 35 000 en 18801. Malgré leur présence visible et le recours quotidien à leurs services, il est assez peu question des facteurs et des postiers dans les lettres de la famille Mertzdorff-Froissart.

L’arrivée du facteur

Il est fait allusion à la venue du facteur (20 août 1842), à son « arrivée » (20 juillet 1870), à sa rencontre, qui accélère la distribution :

Nous avons pu prendre nos lettres au facteur avant de partir. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff en vacances à Paramé à son époux, 22 juillet 1870)

J’étais en train de quitter Brunehautpré quand j’ai rencontré le facteur et ta bonne lettre. Je rouvre la mienne pour t’en remercier. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 19 décembre 1914)

Porter une lettre à la poste

Si les membres de la famille voient et parfois parlent au facteur (celui-ci est désigné par sa fonction, pas par son nom), en revanche il semble que les relations avec le personnel de la poste se font uniquement par l’intermédiaire des employé-e-s de maison.

A Vieux-Thann, c’est le concierge Melchior Neeff (Melcher) qui, très souvent, « attend pour la poste » dans les années 1860 ; lorsque la famille voyage, cette tâche est attribuée à la bonne, Cécile :

tout à l’heure quand Cécile reviendra des vêpres je l’enverrai porter les lettres à la poste (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à son époux, 20-21 août 1870)

Un personnage féminin

Le 21 juillet 1870, Eugénie Desnoyers-Mertzdorff écrit à son époux :

La facteuse m’a apporté hier soir ta bonne lettre de Dimanche soir.

Le mot factrice ne lui est donc pas familier ? Il est vrai qu’en 1911 encore, sur 57 300 facteurs et sous-agents des P.T.T., seules 1 100 sont des femmes2, soit moins de 2% de l’effectif – à l’inverse de la branche « téléphone » des Postes qui est largement féminisée. « Les factrices imaginaires sont bien plus courantes sur les cartes postales que les factrices réelles » remarque Juliette Rennes3, pour qui ces femmes exerçant un métier perçu comme masculin font partie, avec les cochères, doctoresses, avocates, cyclistes, colleuses d’affiches, etc. des « émancipées » du début du XXe siècle.

Carte postale - 1902  -Factrice de fantaisie © Photo L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste
Carte postale – 1902 – Factrice de fantaisie © Photo L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste 

La comédienne sur cette carte de 1902 est en tenue légère et décolletée ; elle porte, par une opposition d’effets et une « mascarade » de masculinité, sacoche en bandoulière et casquette d’uniforme. Ces accessoires virils apparaissent comme des marqueurs « érotisés et sexualisés » de l’émancipation féminine4. Pour Michelle Perrot, la mise en scène de la factrice, qui mêle séduction et dérision, ne « dit pas le réel du travail, mais les fantasmes, le trouble que suscitèrent ces « émancipées » » ; caricatures et photos des cartes postales « esquissent une ultime parade contre l’offensive de la modernité5 ». Mais c’est hors des lettres familiales qu’il faut en chercher les traces.

 

  1. Sébastien Richez, « Postiers et facteurs en France depuis deux siècles », Flux 4/2007 (n° 70), p. 88-92, URL : www.cairn.info/revue-flux-2007-4-page-88.htm. []
  2. Statistique générale de la France, 1911, tome I-3, page 63. []
  3. Juliette Rennes, Femmes en métiers d’hommes, Cartes postales, 1890-1930. Une histoire visuelle du travail et du genre, 2013, Bleu autour, Saint-Pourçain-sur-Sioule, page 18. []
  4. Id. p. 157. []
  5. Id., préface de Michelle Perrot, « En habits d’hommes », pages 8-9. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *