Aller à la messe

Caroline Muller, qui étudie les formes de direction spirituelle à partir d’un corpus d’archives du for privé (lettres de direction, correspondances, journaux personnels), a posté un billet sur hypotheses.org en janvier 2014 : « De la messe dans la seconde partie du XIXe siècle ». Ce billet attire mon attention sur ce moment de la vie religieuse. Comment est-il décrit dans les lettres de la famille Duméril-Mertzdorff-Froissart ? Dans les lettres familiales dont il est question ici, il apparaît que la fréquentation de l’église et des prêtres connaît des phases d’intensités différentes au cours du XIXe siècle.

La distance

  •  Duméril étudiant

Pendant la période révolutionnaire, le jeune André Marie Constant Duméril, étudiant à Rouen, fréquente des religieux et entretient avec eux des relations épistolaires. Mais s’il recherche leur compagnie, c’est pour bénéficier de leur savoir scientifique et non de leur spiritualité : échanges avec l’abbé Joiron, herborisation avec « dom Gourdin de Noyon »,    « ancien bénédictin » et d’abord pour Duméril membre « de huit académies » (Rouen, Londres, Stockholm, Caen, etc.), amitié avec grand vicaire Dominique Dufour de Pradt qui « s’occupe beaucoup de la Botanique »1. C’est en chroniqueur, témoin non engagé, que Duméril rapporte certains des épisodes qui suivent le vote de la constitution civile du clergé par l’Assemblée Constituante (12 juillet 1790) et de la prestation du serment civique (27 novembre 1790), qu’il s’agisse de pratiques privées, comme les derniers moments de son employeur et logeur, M. Thillaye :

 il fit appeler madame, je ne voulais pas qu’elle montât et cependant on ne put lui refuser : il la pria de vouloir bien faire venir le curé. Ce qui fut fait. (26 octobre 1791, André Marie Constant Duméril à son père)

ou d’événements publics :

 Rien de nouveau ici que le sacre de M. Gratien qui vient d’être élu évêque de ce département : la cérémonie se fait dimanche (15 mars 1792, André Marie Constant Duméril à sa mère)

  • Duméril marié

En 1806 André Marie Constant Duméril épouse une jeune veuve, protestante, Alphonsine Delaroche. Leurs deux fils survivants, Louis Daniel Constant et Auguste, sont protestants, baptisés par le pasteur Jean Monod. C’est à l’occasion du mariage de ces deux jeunes hommes avec leurs cousines catholiques Félicité et Eugénie Duméril que la religion fait irruption dans les lettres.

L’affirmation catholique

La mère des jeunes filles, Alexandrine Cumont-Duméril, ne fait rien pour favoriser ces unions. Elle s’oppose même farouchement au second mariage2. Au moment du mariage de sa fille cadette, qui finit par se conclure contre sa volonté, elle adresse à sa fille aînée, le 31 mai 1843, son « dernier vœu » :

Je désire que celle de vous deux qui survivra se charge de l’éducation religieuse des enfants qui auront perdu leur mère et si malheureusement vous décédiez toutes deux avant que tous les enfants ne fussent bien affermis dans la religion catholique c’est l’aînée des filles de vos deux familles que je charge d’accomplir ce pieux et saint devoir. Je désire aussi que tous mes petits-enfants épousent des catholiques.

Pendant le voyage de noces de sa fille, le jeune époux raconte qu’elle fait écrire pour rappeler à sa fille le jeûne prescrit :

 [sa mère] désirait beaucoup qu’il fût recommandé à Eugénie [la jeune épousée] de ne pas oublier le lundi, le mardi et le mercredi, de la semaine dernière, étant les jours des Rogations : elle devait faire maigre. Fort heureusement, dans les hôtels, on en avait parlé, de sorte qu’Eugénie avait pu ne pas manquer à cette règle. Mais avec le vendredi et le samedi, cette pauvre petite n’a pu faire gras que le jeudi, ce qui me contrariait, parce que le maigre ne lui convient nullement, étant un peu resserrée, par l’effet du voyage (lettre d’Auguste Duméril, au retour du voyage de noces, à sa mère, 28 mai 1843)

Le vœu d’Alexandrine Cumont-Duméril est respecté : sa petite fille Caroline épouse un catholique, Charles Mertzdorff. Ironie : il est le descendant d’une famille de protestants exilés au moment de la révocation de l’Édit de Nantes, dont une branche est revenue en France au début du XIXe siècle. A ce moment-là, sous le Second Empire et au début de la Troisième République, la famille va régulièrement à la messe. Les fonctions de cette pratique excèdent ses aspects purement religieux.

La pratique ordinaire

  • Une sociabilité et un repère temporel

Le billet de Caroline Muller commence par une citation de Victor Hugo : « Le bon Dieu est à la mode en ce moment parmi les jeunes femmes du grand monde (pas précisément le bon Dieu de la nature et de l’âme, mais le bon Dieu des petites chapelles, des petites pratiques et des petits mystères ; le bon Dieu des sacristies et des sacristains) »3. Dans les lettres, la fréquentation de l’église apparaît en effet comme une pratique sociale qui réunit femmes et jeunes filles en un rituel dont la spiritualité est rarement soulignée. Le plus souvent, la messe est mentionnée comme un repère dans le temps quotidien :

 Après la messe de 6 h j’avais encore le temps de raccommoder les chaussures décousues  (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à son époux, 4 août 1870)

 Après la messe, les fillettes se sont livrées avec la tante Gla à des occupations qui les ont amusées, cueillir fraises et groseilles, fabriquer deux galettes puis après le déjeuner en famille (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à son époux, 15-16 juillet 1871)

le temps qui a été très laid hier est de nouveau beau aujourd’hui aussi probablement que demain de suite après la messe nous irons tous prendre Hortense et nous irons à Montmorency » ( Marie Mertzdorff à son père, 29 mars 1873)

Mais à la différence de ce que dénonce Hugo dans la suite de son texte, les jeunes filles de la famille ne cherchent pas à l’église un lieu de rencontre et de séduction.

  • Le sentiment religieux

La lettre que Caroline Duméril adresse, la veille de son mariage, à Jean Charles Moreau, curé de sa paroisse parisienne de St Médard, est toute pleine de sentiment religieux :

Cette enfant, que vous avez élevée moralement, à qui vous avez su faire comprendre ce que c’est qu’aimer Dieu ; à qui vous avez montré, par l’exemple, ce que doit faire une âme chrétienne, cette enfant, la voilà qui vous quitte (14 juin 1858)

Les mentions et descriptions des communions solennelles et des retraites qui les précèdent, aussi bien en Alsace qu’à Paris, sont nombreuses. Certaines lettres sont empreintes d’une religiosité diffuse et riches de mentions précises qui mériteraient plus que ces rapides mentions. Les jeunes filles de la famille sont semblables à « ces groupes de jeunes filles issues de la bourgeoisie » qui reçoivent des lettres de direction et remplissent des carnets personnels et « représentent une forme d’élite spirituelle animée par le prêtre : après un examen d’admission, elles reçoivent un certain nombre de privilèges, dont une place sur le banc réservé. Elles sont associées à tout ce qui touche à la piété mariale : les processions ou encore des retraites spécifiquement dédiées à la figure de la Vierge. L’Église est le lieu de rassemblement d’une communauté ; mais, au sein de cette communauté, la géographie de l’Église dit les différences de statut. »

  • Un moment social

En Alsace, « au début de la domination allemande, la pratique pascale est très élevée » : elle atteint 95% dans l’arrondissement de Thann en 18834. Avant cette période, en tant que maire de la petite ville de Vieux-Thann, Charles Mertzdorff est amené à agir de concert avec les autorités religieuses pour secourir les pauvres, éduquer les enfants, etc. Il doit rencontrer le curé, le vicaire, voire l’évêque. Lui-même, représentant de l’autorité civile, a un devoir de présence lors de certaines cérémonies :

Demain M. le Maire assistera à la grand messe avec son écharpe que Dieu le bénisse ; nous irons aussi de notre côté dans quelque grande église prier les uns pour les autres. (14-15 août 1868)

  •  Le deuil

Dans les lettres de la seconde moitié du XIXe siècle, la confrontation avec la mort est un moment fort de l’expression du religieux, en termes assez généraux. On se réfère à l’« âme chrétienne », au « ménage chrétien, modèle par excellence », aux « sentiments d’une femme qui est une vraie chrétienne » devant la mort d’un proche (11 février 1871), au « sentiment si profondément chrétien » qui donne aux parents endeuillés la confiance que leur fils disparu « jouit d’un bonheur parfait auprès de Dieu » (26 février 1871). La messe d’enterrement  est mentionnée :

Enterrement 10h ¼ à Saint-François Xavier, Bd des Invalides » (à propos d’un professeurs, 7 mai 1875)

aujourd’hui je suis restée seule à la maison avec mes petites filles, tout le monde est à l’enterrement de cette pauvre tante Allain. Maman et Aglaé sont parties à 9 h, pourvu que par ce vent, cette pluie, maman ne revienne pas malade ; l’enterrement se fait aux Molières ; puis la famille regagnera le chemin de fer et rentrera vers 6 h au jardin ; et la voiture de transport ramènera le corps cette nuit au Père-LaChaise dans le tombeau de la famille. Tout cela est bien fatiguant et émouvant. J’admire papa qui a eu le plus pénible qui fait bonne contenance morale et physique. » (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à Paris, 28 août 1870)

*

D’après les dernières lettres mises sur le site (celles écrites pendant la Première Guerre mondiale), il semble que la pratique et l’engagement religieux soient intenses dans la famille Froissart. La Voix du Nord (19 août 2010) mentionne la messe de l’Assomption, célébrée à la « grotte de Lourdes » construite en 1920 en lisière de sa propriété par Léon Damas Froissart en reconnaissance à la vierge Marie : alors que 43 jeunes hommes de la petite commune du Pas-de-Calais ont été tués à la guerre, ses quatre fils et ses deux gendres ont survécu.

  1. Peu après les scènes évoquées par André Marie Constant Duméril, Pradt émigre et publie des pamphlets antirévolutionnaires. A son retour de Hambourg (1802), il devient bonapartiste, est nommé aumônier du Premier Consul, évêque de Poitiers (1805), puis archevêque de Malines en Belgique. []
  2. On pourra suivre les péripéties des fiançailles de 1841 à 1843 dans : « Les lettres font-elles les sentiments ? S’écrire avant le mariage au milieu du XIXe siècle », D. Poublan, Séduction et Sociétés, sous la direction de C. Dauphin et A. Farge, Seuil, 2001, p. 163 et suivantes. []
  3. Victor Hugo, Choses vues, mai 1842, Gallimard, 2002, p. 134. []
  4. Fernand Boulard et Yves-Marie Hilaire, Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français. XIXe-XXe siècles, Presses de la FNSPo, Éditions de l’EHESS, Éditions du CNRS, 1987, tome 2, page 554. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *