Louis Bergeron

 

Je ne vais pas faire ici une nécrologie (on pourra lire l' »Hommage à Louis Bergeron » de Marie-Vic Ozouf-Marignier et François Weil dans la Lettre de l’EHESS de février 2015) mais un billet de tristesse. C’est Monsieur Bergeron, alors directeur du Centre de recherches historiques, qui nous avait signalé l’existence du fonds privé Duméril-Mertzdorff-Froissart, fonds qui a donné lieu à la publication de notre ouvrage Ces bonnes lettres1, et qui est à la source du site S’écrire au XIXe siècle.

L’intitulé de la thèse de Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens : du Directoire à l’Empire2 indique les deux principales directions de ses recherches : la période révolutionnaire et impériale, et les questions économiques et urbaines.
Pierrette Lebrun-Pézerat, Cécile Dauphin et moi travaillions de longue date sur des statistiques plus ou moins en lien avec la correspondance : celles qui mesurent la capacité des jeunes français et françaises à lire et à écrire3 ou celles du courrier qui circulait au milieu du XIXe siècle4. Mais les données quantitatives, aussi sophistiquées fussent-elles, ne suffisaient pas à saisir la spécificité d’une histoire de l’écriture épistolaire. Nos recherches dans le fonds du Musée de la Poste ou du côté des manuels épistolaires5 nous avaient fait entrevoir la multiplicité des fonctions de la lettre dans un siècle marqué par la mobilité des personnes et des choses. Seuls les textes et les objets pouvaient atteindre les pratiques et leurs significations. Nous étions donc en quête d’archives à explorer.

C’est à ce moment, au début des années 1990 que Monsieur Bergeron nous a orientées vers la famille Froissart. Lui-même avait travaillé sur les archives industrielles de leur usine de Vieux-Thann en Alsace où l’existence d’autres archives lui avait été signalée, familiales celles-là. Munies de sa recommandation, nous nous sommes présentées à M. Ludovic Damas Froissart, qui nous a généreusement donné accès aux boîtes de la correspondance de ses ancêtres qu’il conservait6. Ces lettres sont maintenant en cours d’édition.

Au moment où M. Louis Bergeron s’éteint, une pensée reconnaissante devait lui être adressée, en souvenir de l’attention courtoise, discrète et érudite qu’il nous manifestait.

P.S. Un an après la disparition de M. Louis Bergeron, le Centre de recherches historiques de l’Ecole des hautes études en sciences sociales a consacré  une journée, le 23 octobre 2015, à sa mémoire (voir le programme : http://crh.ehess.fr/index.php?4703).

 

  1. Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pézerat, Danièle Poublan, Ces bonnes lettres. Une correspondance familiale au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1995. []
  2. Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens : du Directoire à l’Empire, Paris IV, 1974. []
  3. François Furet et Jacques Ozouf, Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Les Éditions de Minuit, 1977. []
  4. Roger Chartier (dir), La Correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1991. []
  5. Cécile Dauphin, Prête-moi ta plume. Les manuels épistolaires au XIXe siècle, Kimé, 2000 []
  6. Voir le billet « Des lettres dans le grenier » posté le 14 février 2013 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *