Partir en retraite

En 1860 André Marie Constant Duméril a 86 ans. Il n’assure plus ses fonctions de professeur Muséum depuis quatre ans, et il se sent fatigué, « malingre et paresseux » (lettre du 4 mars 1860). Lui qui participe encore aux échanges intellectuels, aspire à se retirer de la vie active mais s’inquiète de la baisse de ses revenus s’il cesse de travailler. Le problème de la retraite et des pensions versées aux fonctionnaires, et plus largement aux personnes âgées, se pose avec acuité ; depuis longtemps des amorces de solutions ont été proposées.

Jalons dans l’histoire des retraites

  • Sous l’Ancien Régime, quelques secteurs professionnels bénéficiaient de « régimes spéciaux » : la marine militaire ou l’Opéra de Paris au XVIIe siècle, les fermiers généraux à la fin du XVIIIe siècle. Puis la retraite est instituée à la Banque de France (1806), à la Comédie française (1812), dans l’armée (1831)1.
  • Mais c’est le Premier Empire qui impose l’idée du droit à la retraite pour tous les fonctionnaires (un droit et non une « faveur »). Après les tentatives de l’Assemblée constituante en 1790 pour établir ce droit, tentatives restées sans lendemain faute de moyens financiers, la bureaucratie napoléonienne l’impose, fixe des règles d’admission et met au point des techniques de gestion des pensions2.
  •  La loi du 8 juin 1853 (après celle de 1850 qui créait une rente par capitalisation pour les salariés du secteur privé), fixe les règles – rigides – pour les fonctionnaires civils. La retenue pendant la vie active est de 5% ; la retraite ne peut être acquise avant l’âge de 60 ans, et 30 années de service ; la pension, fixée sur le traitement des six dernières années, représente au maximum 2/3 à 3/4 de celui-ci et elle est limitée à 6 000 francs (ce qui est jugé très rigoureux, par exemple pour les professeurs de Faculté3) ; les pensions de réversion à la veuve et aux orphelins sont réduites4. Cette loi de 1853 établit des règles qui organisent pour des décennies le régime de retraites des fonctionnaires civils, sans pour autant empêcher la multiplication des caisses de retraites dans les administrations départementales et communales5. Les retraites ouvrières et paysannes telles que nous les connaissons n’ont en revanche été créées qu’en 1910.

La carrière d’André Marie Constant Duméril

Très jeune, Duméril a pu compter sur le soutien financier de l’État qui lui a accordé en 1794 une bourse d’« élève de la patrie » pour mener des études de médecine à Paris. À 21 ans, il est chef de travaux anatomiques à l’École pratique ; à 25, chef des travaux anatomiques à l’École de médecine ; à 26 il est nommé professeur d’anatomie à la Faculté de médecine. Médecin et enseignant, il cumule pendant quelques années les consultations privées et la charge de professeur. Il enseigne la physiologie à la faculté de médecine et l’histoire naturelle des reptiles et des poissons au Jardin du roi (le Jardin des plantes). Il abandonne progressivement sa clientèle privée, puis cesse ses fonctions de professeur de faculté. En 1856, à 83 ans, il donne sa démission de professeur au Muséum et sollicite de ses collègues le titre de professeur honoraire – son fils Auguste lui succède dans la chaire au Muséum. Au cours de sa carrière, entre 1799 et 1860, André Marie Constant Duméril a publié de nombreux ouvrages, rapports, notices et discours et reçu maints honneurs : il est membre correspondant ou associé à quantité de sociétés savantes, membre de l’Académie de médecine et de l’Académie des sciences de l’Institut de France.

Duméril arrive à la retraite à ce moment particulier où la loi de 1853 vient d’en fixer les règles, mais où persiste le souvenir des pratiques antérieures, ravivé par les débats très vifs sous la Restauration, certains des législateurs proposant alors d’en « revenir aux pensions accordées par la bienveillance du Prince »6.

La loi et le fait du prince

André Marie Constant Duméril l’exprime clairement :

[je veux faire] connaître les droits réels que je crois avoir à la faveur du gouvernement par mes anciennes fonctions, mes titres et les ouvrages que j’ai publiés (4 mars 1860)

L’entourage du savant est bien conscient du problème :

Ce serait en effet un bien grand malheur pour ce pauvre bon-papa s’il n’obtenait qu’une récompense honorifique car il faudrait alors changer son train de maison, ce qui est toujours fâcheux, mais ce qui est dur à son âge (la petite-fille de Duméril à ses parents, 6 avril 1860)

André Marie Constant Duméril ne reste pas inactif. Il écrit à sa petite-fille pour la « mettre au courant des démarches importantes qu[‘il] fai[t] dans ce moment-ci » (4 mars 1860)

  •  1854

Duméril le lui rappelle, il avait préparé le terrain. La loi sur les retraites tout juste adoptée, il avait dès 1854 entrepris des démarches, tenté d’approcher et de convaincre le ministre de l’époque Hippolyte Fortoul :

j’avais remis moi-même au Ministre de l’instruction publique un exemplaire pour lui et un autre pour l’empereur de mon traité sur l’histoire générale des Poissons7 : cette circonstance de la remise directe, et sans note écrite, de ces deux exemplaires a été sans doute la cause que je n’ai rien, ni du Ministère de l’instruction publique, ni de celui du Ministère d’état, aucun accusé de réception (André Marie Constant Duméril à sa petite-fille, 4 mars 1860)

Il constate que cet ouvrage sur les poissons ne se trouve dans aucune des Bibliothèques impériales…

  •  1860

Instruit par cette expérience, Duméril décide d’une nouvelle stratégie. Par l’intermédiaire d’une amie, Cécilia Rainbeaux née Sévelle (1815-1867), dont le fils a épousé la fille de Jean François Mocquard, il approche ce dernier, « secrétaire intime » de l’empereur. Il prend langue également avec Gustave Rouland, ministre de l’Instruction publique et des Cultes, qu’il trouve dans « d’assez bonnes dispositions » :

Il m’a fait sentir qu’en donnant ma démission de Professeur à l’Ecole de Médecine je ne pourrais toucher que le maximum de ma retraite c.a.d. de 6 000 F mais il ne m’a paru éloigné de l’idée de demander qu’il soit ajouté une pension viagère au traitement de retraite (4 mars 1860)

6 000 F c’est, nous l’avons vu, le montant maximum de la retraite d’un fonctionnaire (mis à part les ambassadeurs et les ministres).

Duméril obtient enfin d’être reçu par Napoléon III pour « présenter [lui]-même à l’empereur dans une audience particulière » les deux volumes sur l’histoire des insectes. Le 23 mars 1860, Duméril lui remet son Entomologie analytique qui vient de paraître chez Firmin-Didot et qu’il a spécialement fait relier.

Il est bien reçu par l’empereur (lettre du 25 mars 1860) mais lui qui ne « demandait pas des honneurs mais un honorable repos » (lettre du 4 mars 1860), « n’est que médiocrement satisfait » lorsque que Le Moniteur universel, journal quotidien, organe du gouvernement, paraît quelques semaines plus tard :

le moniteur de ce matin renferme la nomination de bon-papa au grade de Commandeur et un rapport très flatteur du ministre à l’empereur au sujet de cette nomination  (lettre de sa petite-fille, 13 mai 1860)

André Marie Constant Duméril meurt pendant l’été 1860, malade et affaibli, pas vraiment retraité, et sans avoir obtenu la pension supplémentaire qu’il sollicitait.

 

  1. Bernard Vivier, L’histoire des retraites : les grandes dates, Institut supérieur du travail, 16 novembre 2010. http://istravail.com/article491.html. []
  2. Guy Thuillier, Les Pensions de retraite des fonctionnaires au XIXe siècle, Comité d’histoire de la Sécurité Sociale, 1994, p. 39-40. []
  3. G. Thuillier, op. cit., note 1, p. 168. []
  4. G. Thuillier, op. cit., p. 106-107. []
  5. Bruno Dumons, Gilles Pollet, L’État et les retraites. Genèse d’une politique, Belin, 1994, p. 370. []
  6. G. Thuillier, op. cit., page 45. []
  7. André Marie Constant Duméril, Ichtyologie analytique, Firmin-Didot, 1856. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *