Les vœux de nouvel an

Bonne Année - carte postale illustrée début XXe siècle © Photo L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste
Bonne Année – Carte postale illustrée, début XXe siècle © Photo L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste

« Souhaiter la bonne année est un usage général : chacun s’en fait un devoir » affirme un enfant à sa mère dans un recueil de modèles de lettres de 18301. Mais l’usage varie au cours du XIXe siècle, qu’il s’agisse des injonctions des manuels épistolaires ou de civilité, ou bien de la pratique observée dans les lettres du site. Il faut bien sûr aussi faire la part de la personnalité de chaque épistolier.

Autour de 1800

  • André Marie Constant Duméril

Le jeune André Marie Constant Duméril (19 ans) reste assez sobre :

Papa et maman, Je n’ai pas besoin de vous mander, que je fais, pour vous, des souhaits de nouvel an. Chaque jour pour moi serait un renouvellement d’année, je ne désire rien tant que votre bonheur et votre propre satisfaction, quant à moi j’y concours autant que je puis, et j’espère faire toujours de même. » (1er janvier 1793, André Marie Constant Duméril à ses parents)

Les années suivantes, alors que la Révolution impose, entre autres choses, de nouveaux usages du temps et de la politesse, le jeune savant ne semble pas attacher une importance particulière au début de l’année. Que ce soit le 1er janvier 1795 (qui est simplement alors le 12 nivôse an III), le 3 janvier 1797 (14 nivôse an V), ou 31 décembre 1806, il termine sa lettre sans formule spéciale, reprenant ses mots habituels : « Il se fait tard pour la poste. L’éloignement ne changera rien à mon amitié pour vous » ou « voulant profiter encore de la poste d’aujourd’hui je vous dirai seulement que nous nous portons très bien et que nous vous souhaitons ainsi qu’à toute la famille une bonne santé. » Son épouse en revanche, un peu plus tard, se montre plus formaliste.

  • Alphonsine Delaroche-Duméril

Le 9 janvier 1807, elle s’excuse après de sa belle-mère d’avoir tardé à lui écrire, puis enchaîne :

j’ai été d’autant plus contrariée, de ne pouvoir prendre la plume qu’il me tardait de vous adresser tous nos vœux de bonne année, ainsi qu’à notre cher papa et aux autres membres de la famille, désirant bien que cette année-là nous procure au printemps la douce satisfaction de vous voir les uns ou les autres, et de vous présenter un petit nouveau-né bien portant et bien constitué.

C’est elle qui continue au fil des années à formuler les vœux :

Paris 4 janvier 1819, Je ne veux pas, mes chers Parents, laisser s’écouler plus de jours dans ce mois-ci, sans causer un moment avec vous, et venir vous exprimer plus particulièrement encore que dans d’autres temps, ce qui pourtant nous occupe toujours votre fils et moi, c’est le désir de vous sentir bien portants tous deux, et exempts le plus possible des petites peines et contrariétés qui malheureusement se renouvellent trop souvent dans cette vie. (Alphonsine Delaroche-Duméril à ses beaux-parents)

  • Les manuels

Le nouveau secrétaire de la cour et du cabinet, ou La manière d’écrire selon l’usage du temps, et dans la pureté de la langue française. Enrichi de nouvelles lettres d’un genre tout singulier offre au début du XIXe siècle des modèles pour un marchand à son correspondant, un père à un fils, un fils à un père, une mère à un fils, un fils à une mère, « une nièce à une tante dont elle espère la succession », un autre modèle pour qui voudrait « féliciter un ami qui a abjuré l’hérésie de Calvin » ou le persuader « d’épouser une demoiselle qui n’est point belle », pour « exhorter un jeune homme d’être plus sobre », mais aucun modèle de billet de Nouvel An.

Sous le règne de Louis-Philippe

  • Les adultes

Auguste Duméril (le fils d’André Marie Constant) n’a pas la concision de son père. Il est vrai que les relations qu’il entretient avec son oncle et sa tante sont tendues (il souhaite épouser leur fille, sa cousine, et les parents élèvent des objections) et nécessitent des approches diplomatiques.

Mon cher Oncle et ma chère Tante, Les sentiments de respectueuse affection que je vous ai vouée depuis mon enfance, et qu’est venue fortifier encore, s’il était possible, la promesse que vous avez bien voulu me faire, de m’accepter pour gendre, me rendent très agréable l’accomplissement d’un devoir que consacre l’usage. Mais en vous adressant mes souhaits pour l’année qui va commencer, je viens y joindre de nouveaux remerciements pour les gages de bonheur que j’ai reçus de vous, pendant cette année qui finit, par le consentement que vous avez bien voulu donner à mes projets. Je ne suis pas seul à désirer d’être rappelé à notre bon souvenir, et à celui de ma cousine : mon père et ma mère me chargent de vous transmettre leurs vœux de nouvelle année, en vous priant d’agréer la nouvelle assurance de leur sincère affection. (31 décembre 1842, Auguste Duméril à ses oncle et tante)

Son oncle (le plus conciliant du couple) lui répond :

Mon bon et cher Auguste, Ta lettre du 31 Décembre nous a fait un très grand plaisir. Je te remercie au nom de tout ce qui m’entoure, et particulièrement au mien, comme en celui d’Eugénie, des sentiments d’affection qu’elle exprime si bien. […] Eugénie continue d’être bien ; elle se joint à moi pour t’embrasser aussi cordialement que nous t’aimons, et te charger de présenter à mon frère et à ma sœur, l’expression de nos vœux et de notre dévouement le plus entier. (4 janvier 1843)

Comme l’écrit Auguste Duméril, « les vœux » sont « un devoir que consacre l’usage » et ce devoir semble particulièrement concerner les enfants.

  • Les enfants

La petite Caroline Duméril (10 ans) écrit ainsi le 31 décembre 1846, sur des feuilles de papier décoré, à ses grands-parents maternels, ses grands-parents paternels, son oncle et sa tante :

Mon cher bon-papa et ma chère bonne-maman, je profite du jour de l’an pour venir vous remercier de toutes les bontés que vous avez eues pour nous pendant toute l’année. J’espère que je ferai tout ce que je pourrai pour vous contenter et que je travaillerai bien. Si je vous ai fait de la peine cette année j’en suis bien fâchée j’espère que vous l’oublierez et je tâcherai de vous faire toujours plaisir : Adieu mon cher Papa et ma chère maman. Votre chère petite-fille. C. Duméril. Jeudi 31 Décembre 1846

Caroline sait varier les formules (« Je vous souhaite une bonne année et vous remercie de tous les soins que avez eu pour moi ») et personnaliser ses lettres. À son oncle :

Mon cher Oncle, Je viens te souhaiter une bonne année et te remercier de toutes les bontés que tu as eues pour Léon [son petit frère] et pour moi pendant toute l’année car tu t’es souvent dérangé pour nous amuser le mardi soir et malgré le grand travail que tu as à faire tu penses encore à ce qui pourrait nous faire plaisir. Léon se joint à moi mon cher Oncle pour te remercier encore une fois. Ta toute dévouée nièce. C. Duméril

Lettre de bonne année de la petite Caroline Duméril - 31 décembre 1846
Lettre de bonne année de la petite Caroline Duméril – 31 décembre 1846

Deux ans plus tard, lorsqu’il a 8 ans, le petit Léon prend lui-même la plume, pour des vœux à ses grands-parents, des « vœux » en forme de remerciements :

je profite du jour de l’an pour vous exprimer tous mes remerciements que je dois vous faire car vous avez toujours cherché à me faire plaisir, vous avez toujours été si bon pour moi, vous m’avez tant de fois promené : oh ! oui vous m’avez été agréables en tous temps, j’en suis bien reconnaissant, je vous l’assure. (31 décembre 1848, Léon Duméril à ses grands-parents paternels)

  • Les manuels

Les formulations des enfants Duméril sont à rapprocher de celles que préconisent les manuels. Un secrétaire de 18302 propose « A un Père, le jour de l’an » : « Mon cher Père, Ce beau jour me rappelle celui où je reçus de vous l’existence. Tous les ans la fête se renouvelle ; mais le souvenir en est sans cesse dans mon cœur, ce cœur que vous avez formé, et dont la reconnaissance ne peut égaler vos bienfaits. »

Cet ouvrage propose plusieurs modèles de lettres de nouvel an que les enfants adressent à leurs parents : « Mon cher Papa, D’autres enfans de mon âge, demandent des étrennes. Moi je vous dis avec tendresse : Recevez les vœux que je fais au ciel pour la conservation de vos jours précieux ! .Aimez-moi comme je vous aime. Donnez-moi après cela un doux baiser, voilà mes plus belles étrennes. »

« Ma chère Maman, Je vous souhaite une bonne année, une aussi bonne que vous. Ce n’est point mentir, et voilà ce que je me dis matin et soir: Maman m’a donné le jour ; elle me donne encore tous ses soins. Quand je fais mal elle me gronde pour mon bien : et quand je suis sage, elle m’embrasse. Embrassez-moi donc aujourd’hui, ma chère Maman, cent fois, mille fois : car il me faut mes étrennes, et j’aime mieux celles-là, que tous les joujous du monde. »

« Mon cher Père et ma chère Mère. Le jour de l’An est un beau jour : on se fête, ou se dit mille choses, agréables, et de tendres embrassements font oublier les fautes passées. Je saisis celle occasion propice de vous renouveler les témoignages de mon attachement inviolable. »

La seconde moitié du XIXe siècle

Devenue adulte, partie en Alsace avec son époux, Caroline continue d’adresser des vœux de nouvel an :

Puisque pour la première fois de ma vie je ne serai pas auprès de vous avec toute la famille, permettez-moi de vous envoyer au moins tous les vœux et souhaits si sincères que font pour vous vos petits-enfants de Vieux-Thann ; quoique bien loin les uns des autres, il semble que le jour de l’an soit encore le jour de la réunion et les cœurs franchissent la distance pour être réunis dans ce commencement d’une nouvelle année. (31 décembre 1858, Caroline Duméril- Mertzdorff à son grand-père)

Il ne sera pas dit que le 1er jour de l’année se passe sans que tu reçoives les vœux et souhaits de tes enfants ; il est vrai que tu n’en as pas besoin pour être sûr de l’affection qu’ils te portent et du bonheur dont ils voudraient te voir jouir ; mais puisque l’usage a fixé un jour particulier pour exprimer ce que l’on pense tous les jours il faut en profiter. (31 décembre 1859, Caroline Duméril-Mertzdorff à son père)

Vœux aux parents, au grand-père, aux cousins aussi (lettre du 31 décembre 1860 à sa cousine Adèle Duméril). Mais envoyer ses vœux est si convenu qu’il faut insister sur le caractère personnel et sincère de sa démarche :

Tout ce que je t’envoie, ma petite Isabelle, ce sont donc simplement mes vœux de bonne année, phrase bien banale quand elle est dite en société, mais qui exprime maintes choses et maintes choses sincères quand elle est prononcée entre amies et cousines (31 décembre 1857, Caroline Duméril à sa cousine et amie Isabelle Latham)

Dire que nous voici réduites à nous écrire une lettre de nouvel an ? Je ne sais si ça te fait le même effet, mais autant je trouve stupide ces compliments d’usage adressés aux indifférents, autant je trouve que, lorsqu’on est séparé de ceux qu’on aime vraiment, on a besoin de leur dire, dans certains moments, qu’on pense toujours à eux et qu’on voudrait bien les embrasser. Les souhaits que je forme pour toi, ma Chérie, ne sont pas de ceux dont je parlais tout à l’heure, tu sais que pour toi c’est du fond du cœur que je forme des souhaits, je voudrais te voir tout ce que tu peux désirer encore, mais nous savons si peu tous, ce qui nous convient qu’on ne peut que s’en rapporter à la Providence. (31 décembre 1864, Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur)

La lettre s’accompagne là d’un « petit souvenir » qu’Eugénie a fait acheter pour se soeur. Selon l’interlocuteur, le ton est plus guindé ; mais personne ne se dérobe aux injonctions de la politesse :

Ce n’est pas cette année, bien chère Madame, que je voudrais manquer à la douce habitude que j’ai de vous écrire quelques lignes à l’occasion du nouvel an (31 décembre 1863, Eugénie Desnoyers à Félicité Duméril)

  • Les enfants

On a continué d’inculquer les bonnes manières aux enfants de la famille (« il faut que je fasse écrire Mimi » rappelle leur mère) et les filles de Caroline ne manquent pas d’écrire à leur tour à leurs grands-parents :

Paris 29 Décembre 1873. Ma chère bonne-maman, Ne crois pas que je t’oublie, oh non ce n’est pas cela, je parle tant de toi et j’ai tant le désir de t’écrire, mais tu sais, le temps passe vite et puis tu connais ta petite-fille qui est encore bien bébé et à qui cela ne plaît pas toujours d’écrire. Cependant je viens aujourd’hui te souhaiter une bonne année et surtout ce que je te souhaite le plus, c’est que tu conserves une bonne santé afin que tu viennes un petit peu nous voir (Emilie Mertzdorff, 12 ans, à sa grand-mère)

Les manuels de ces années-là accordent une grande importance au jour de l’an : « la visite de bonne année aux parents est de rigueur »3. Mais, « si la distance, ou toute autre raison, interdit la visite, on doit leur écrire assez tôt pour que la lettre leur parvienne la veille du jour de l’an. Dès que les enfants commencent à écrire, la lettre au grand-papa et à la grand-maman est une obligation pour eux, lors même qu’ils les doivent aller voir. »4 La tâche des enfants s’est même compliquée, car ils peuvent se trouver investis d’une mission de réconciliation : « Un usage touchant, c’est que s’il y a brouille entre les familles, les torts fussent-ils graves du côté des grands-parents, leurs petits-enfants leur écrivent quand même la lettre obligatoire » ajoute Ermance Dufaux de La Jonchère dans son manuel.

  • Les adultes

Pour les adultes, les choses se simplifient au contraire, avec l’usage des cartes : « La carte de visite, dont on a tant médit rend cependant des services incontestables.[…] Son usage se répand chaque jour davantage on envoie aujourd’hui des cartes de visite non-seulement dans la ville qu’on habite, mais encore dans des localités éloignées, et cela dans toutes les circonstances qui nous obligent à adresser une carte aux personnes que nous connaissons, c’est-à-dire pour le premier jour de l’an »5.

Alors que les cartes postales illustrées se multiplient, les gardiens vigilants des bonnes manières leur restent hostiles. Selon eux, si la visite du jour de l’an reste « en tête des visites obligatoires », cartes-lettres et cartes postales « sont tout au plus admissibles pour faire une commande à un fournisseur. […] On ne peut en envoyer qu’à ses égaux pour exprimer des souhaits de fête ou de jour de l’an. Inutile d’ajouter que les cartes en chromos, à enluminures, avec emblèmes ou scènes de genre, sont du plus mauvais goût »6.

Ce combat du « bon goût » est vite perdu, ainsi que le prouvent les collections de « cartes à enluminures » de la fin du XIXe siècle et du XXe siècle. Mais au XXIe ? Combien allons-nous en expédier et recevoir ? Et combien de cartes numériques, de coups de téléphone, de textos, de vœux immatériels ?

 

  1. Modèles de lettres, ou Le nouveau secrétaire , contenant des lettres sur toutes sortes de sujets…, Dupont-Diot éditeur, Beauvais, 1830, p. 7. []
  2. Modèles de lettres, op. cit. []
  3. Ermance Dufaux de La Jonchère, Le savoir-vivre dans la vie ordinaire et dans les cérémonies civiles et religieuses, Garnier frères, 1878-1888. []
  4. Id., p. 24. []
  5. Emmeline Raymond, La civilité non puérile, mais honnête, Fimin Didot frères, fils, 1873, p. 206. []
  6. Noémi de Saint-Ouri Magallon, Le guide mondain. Art moderne du savoir-vivre, Bibliothèque Larousse, 1910, p. 100. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *