Fraternité et tolérance

Il m’a semblé opportun de rechercher dans les lettres du site S’écrire au XIXe siècle quelques-uns des mots qui ont été employés après les drames de ce mois de janvier 2015. Et aux mots qui font cortège à la folie terroriste et à l’effroi, j’ai préféré ceux qui s’opposent à la culture du repli et traduisent un élan collectif. Non pas que les mots de la violence et du deuil soient absents des lettres : la mort est souvent évoquée, mort des proches, des connaissances, des hommes publics, et cela en temps de paix comme pendant les guerres, celle de 1870 ou celle, si meurtrière, de 1914-19181. Dans les discours du consensus national de « l’après » j’ai retenu, pour cet abécédaire de l’espérance, trois mots : la bienveillance, la fraternité et la tolérance.

Bienveillance

La bienveillance est une qualité valorisée au XIXe siècle. Ampère, après une visite à l’illustre Châteaubriand, vante hospitalité du grand homme qui réunit « vertus, bienveillance et goût » (lettre de 1835). Ou bien Victor Hugo, dans son discours d’ouverture au Congrès de la paix à Paris, le 21 août 1849, exalte, en opposition au « spectacle sinistre » de la guerre civile, « l’espérance, la joie, la bienveillance, l’effort de tous vers le bien-être commun ». La bienveillance fait partie des termes retenus, même dans le registre de la parole réglée et codifiée.

Les archives de la famille Duméril contiennent la copie d’une lettre de condoléances envoyée par François Guizot, au nom de la Société biblique Protestante de Paris, à la veuve d’Auguste Duméril2. Ce type de lettres laisse peu de place à l’originalité et l’hommage rendu à la mémoire d’un collègue se nourrit de formules et d’un vocabulaire convenu. Cependant, il est intéressant de relever les qualités que Guizot attribue au savant décédé : il loue « son zèle, ses lumières et sa parfaite bienveillance ». Sa disposition favorable envers chacun est appréciée au même titre que son travail et son savoir.

Cela me rappelle une photo vue dans la maison de Victor Hugo, Place des Vosges à Paris : elle fixait un moment des obsèques nationales du poète où figurait la banderole « génie et bonté »3. Cette alliance, dans le même éloge, de qualités intellectuelles – les « lumières » d’Auguste Duméril ou le « génie » de Victor Hugo – et de qualités morales familières, la bienveillance et la bonté, émeuvent par l’humanisation qu’elles apportent aux personnages.

Fraternité

  • « Liberté, égalité, fraternité »

La fraternité, notion issue à la fois du monde religieux et de celui des Lumières, est adoptée comme troisième terme de la devise républicaine. La trilogie, apparue parmi tant d’autres pendant la Révolution française, est adoptée fugacement par la Constitution en 1848, puis à partir de 1880 inscrite au fronton des édifices publics. Cette formule qui nous semble aujourd’hui de l’ordre de l’évidence résulte d’une série de choix et d’ajustements, dont Mona Ozouf explicite les problèmes : « ceux de la compatibilité des trois termes, de l’ordre de leur apparition, de l’ordre de leur énonciation4. » C’est pendant cette période révolutionnaire que le mot fraternité apparaît dans les lettres du site.

  • « Salut et fraternité »

« Salut et fraternité » inscrit le jeune André Marie Constant Duméril, élève en chirurgie à Rouen, avant de signer la lettre qu’il adresse au ministre de la Guerre en lui transmettant des attestations administratives. La date précise de la lettre a son importance : 18 décembre 1793 – 28 frimaire an II. Marcel David, qui retrace la chronologie fine de l’emploi du mot fraternité sous la Révolution5 suit les variations de l’usage du mot au cours du temps : d’abord, très tôt dans Révolution, de l’été 1789 à septembre 1792, il manifeste l’enthousiasme patriotique dans la confiance et l’union ; puis, « de septembre 1792 à Thermidor de l’an II, la fraternité devient une arme dans les luttes entre factions jacobines et sans-culottes, qui se disputent le pouvoir », comme un sentiment « mis à l’épreuve de la Terreur »6 ; enfin, de la chute de Robespierre à la fin du Directoire, l’usage du mot fraternité dépérit, montrant la désaffection croissante pour les fraternisations antagonistes et haineuses.

André Marie Constant Duméril se conforme aux usages : après la chute de la royauté « les correspondances officielles, militaires en particulier, s’achèvent sur de vibrants Salut et Fraternité » note Mona Ozouf7. Le jeune provincial modéré, qui reconnaît tout ce qu’il doit à la Révolution (« La Révolution qui a été si funeste à tant de gens m’a été fort utile » écrit-t-il le 1er août 1799-14 thermidor an VII), reste à l’écart des partis et querelles. Sa formule, proférée en décembre 1793, ne traduit ni effusion politique ni appel à la violence ; elle respecte les conventions du temps. Le sens d’un mot fort peut s’étioler.

Tolérance

En famille aussi les questions religieuses appellent la tolérance. C’est ce que rappelle Charles Auguste Duméril, catholique, à son cousin Auguste Duméril, protestant, qui demande la main de sa sœur Eugénie.

Pour maman, d’abord, comme tu pouvais le prévoir, la différence de religion est une objection très grave ; pour papa et moi, nous trouvons que c’est bien un inconvénient, mais qui peut avoir peu de conséquences, si, de part et d’autre, on a, l’un pour l’autre, une tolérance illimitée. (14 mars 1842)

Cette tolérance, du côté maternel, est exigeante :

Eugénie tient à ce que ses enfants, si elle en a un jour, soient tous catholiques ; elle voudrait aussi être certaine que ses pratiques religieuses, quand bien même elles paraîtraient exagérées, ne soient jamais l’objet de la plus légère observation, même faite indirectement ; elle veut enfin conserver à cet égard, aussi bien que pour l’éducation religieuse des enfants qu’elle pourrait avoir, une liberté complète. Ce serait la première condition de son consentement. (id.)

Le consentement au mariage, après des péripéties diverses, est finalement accordé par tous et le mariage est célébré. Mais les exigences maternelles sont répétées et se renforcent dans son testament8, qui veut assurer à sa descendance la pratique de la religion catholique. Par la suite les lettres montrent un ménage uni, respectueux des engagements de chacun : Auguste Duméril, on l’a vu au début de ce billet, est un membre actif de la Société biblique Protestante de Paris tandis que la fille du couple devient une catholique pratiquante.

***

À défaut d’une sororité (mot apparu seulement en 1970 selon Le Grand Robert de la langue française) qui introduirait les sœurs aux côtés des frères, et me détournant du Dictionnaire de l’Académie française de 1878 dont l’entrée qui suit le mot « fraternité » (« liaison étroite que contractent ensemble ceux qui, sans être frères, ne laissent pas de se traiter réciproquement de frères ») est le mot « fratricide », aussi bien que de la remarque désabusée de Charles Mertzdorff : « Liberté ! belle chimère dont tout le monde parle ! » (29 mai 1869), je préfère partager avec le professeur de droit Michel Borgetto 9 l’espérance que la trilogie « Liberté, égalité, fraternité », toujours menacée, ne renvoie « pas seulement à des principes mais également à un idéal », qu’elle soit « à la fois un programme à réaliser et un rêve à vivre. »

  1. Voir aussi « Le 16 août 1870 : meurtre à Hautefaye ». []
  2. Lettre du 14 juin 1871. []
  3. Dans les documents dont je dispose aujourd’hui, photographies ou articles de presse de l’époque, je n’ai pas retrouvé cette image ni cette formule alors exposée dans le musée. []
  4. Mona Ozouf, « Liberté, égalité, fraternité » in Les Lieux de mémoire, sous la direction de Pierre Nora, III-Les France, 3-De l’archive à l’emblème, Gallimard, 1992, pages 582-629, p. 595. []
  5. Marcel David, Fraternité et Révolution française ; 1789-1799, 1987, Aubier, collection historique. []
  6. Marcel David, pages 166 et suivantes, réexamine l’emploi de l’expression « la fraternité ou la mort » à ce moment-là et n’en retire pas « l’impression qu’elle ait dégénéré au point de répandre la mort ». []
  7. Mona Ozouf, op. cit., p. 591. []
  8. Ce testament de 1843 est publié sur le site. []
  9. Michel Borgetto, La devise « Liberté, égalité, Fraternité », PUF, « Que sais-je », 1997, p. 126. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *