Des colis au soldat (1916)

Pendant la Première Guerre, les lettres d’Émilie Froissart à son fils Louis mobilisé mentionnent souvent les colis qu’elle lui envoie. Ce thème constitue même, exceptionnellement, l’essentiel du message1 :

 Lettre du 30 août 1916 : une liste de comestibles
Carte-lettre du 30 août 1916 : une liste de comestibles

De nombreux témoignages, lettres et souvenirs, émanant de tous les milieux sociaux, mentionnent l’importance des colis expédiés aux soldats pendant la guerre de 1914-1918 ; leur nombre en effet est énorme: en avril 1915, 150 000 paquets sont envoyés chaque jour vers le front2.

Des envois réguliers et fréquents

  • Importance des colis

Ainsi que le notent Baconnier, Minet et Soler, les « demandes, annonces d’expédition et accusés de réception de colis tiennent une bonne place dans le courrier échangé pendant la guerre de 1914-1918 », et ces envois de biens apparaissent à tous presque aussi importants que les échanges de lettres entre le front et l’arrière3. A titre d’illustration, j’ai pointé ces colis adressés au jeune soldat, alors en formation au camp de la Braconne (près d’Angoulême) au printemps et à l’été 1916. Il semble que le rythme d’un colis par semaine soit habituel pour les familles françaises et Émilie Froissart s’y conforme en général, avec un rythme qui peut varier selon le moment et les circonstances. Elle mentionne des envois les 3, 11, 13, 16, 26 mars, puis les 8, 10, 13, 14 avril, en une succession rapprochée.

  • Un compte précis est tenu :

Tu recevras un colis postal (5août)
Tu dois avoir reçu ton paquet envoyé de Paris le 4, si j’ai bonne mémoire (13 août)

et une grande attention accordée aux avis du soldat (dont nous n’avons pas les lettres) :

Merci des renseignements que tu me donnes pour les victuailles à t’envoyer : je ferai une expédition demain (1er  août)
Tu ne nous réponds pas au sujet du colis postal que je te propose de t’envoyer (16 juin)

Lorsque le calendrier des envois est bousculé (une permission retardée par exemple), le ralentissement est justifié :

Je pensais que tu allais venir aussi je ne t’ai rien envoyé depuis longtemps, je vais te ravitailler (8 avril)

Une circonstance marque bien l’importance des colis : sur l’espace réduit d’une carte qui annonce la mort d’une enfant malade très proche (petite-fille et nièce) Émilie avise également son fils d’un envoi de nourriture, réunissant les deux nouvelles côte à côte, sinon à égalité (19 juin). Comme la plupart des lettres familiales qui tiennent un compte précis des paquets et de leur réception, celles d’Émilie Froissart à son fils Louis en détaillent le contenu, le plus souvent des produits comestibles.

Des envois de nourriture

  • Des provisions variées

Dans les lettres d’Émilie Froissart comme dans celles des poilus du Midi, les vivres constituent l’essentiel des envois. Les parents s’inquiètent de la façon dont se nourrit leur fils, surtout s’il est de santé fragile :

Il faudrait absolument que tu t’arranges pour manger quelque chose avant 11h ½. Ne peux-tu donc pas prendre quelque chose avec le « jus » ? vous avez toujours bien celui-ci en vous levant ? veux-tu des gâteaux secs ? as-tu encore des tablettes de chocolat ? je t’en envoie. (13 août)
Nous pensons qu’on vous surmène le matin et que tu désires avoir en poche au moins du chocolat pour te garnir un peu l’estomac. Ne te détraque pas. (Léon Damas Froissart à son fils, 14 août)

Il faut bien « assouvir l’appétit » de ces jeunes hommes (19 juin) !

Je t’ai envoyé aujourd’hui un morceau de langue (11 mars)
Ta mère t’envoie du lait concentré. (Léon Damas Froissart à son fils, 13 avril)

  • Transport et emballage

Le transport est en général rapide, mais les aliments sont choisis et conditionnés pour en supporter d’éventuels retards ; la charcuterie est commode, ainsi que les conserves et denrées non périssables : saucisson, « pâté de foie » (25 juin), « pâté de lapin anglais » (23 août B), « conserves de viande » (9 juillet), andouille (13 août), « quelques pâtes (nouilles &), des pruneaux » (7 juin)

Je t’envoie un pâté de lapin en boîte qui pourra attendre ton retour si ton départ est prochain. (14 avril)
Tu me diras dans la variété des conserves que je t’ai envoyées quelles sont celles que tu auras trouvées bonnes et qu’il faut renouveler. (25 juin)

Cependant on n’hésite pas à envoyer des produits fragiles, œufs ou fruits :

 Tu trouveras dans le 1er colis 4 bananes, j’espère qu’elles n’auront pas trop mûri en route (9 juillet)

Denrées périssables ou non, un soin particulier est apporté à l’emballage

J’espère qu’il arrivera sans casse grâce à l’ingéniosité de mon emballage (7 juin)
Je suis très confuse d’avoir si mal emballé mon paquet et je te remercie de m’en avertir (5 juillet)
Je t’ai envoyé hier […] un colis postal de 5 kilos bien emballé (9 juillet )

  • Des nourritures symboliques

Ces nourritures, indispensables marques de l’attention et de l’amour familiaux, sont aussi porteuses d’une parcelle du monde « d’avant ». Elles rappellent la maison et apportent un écho des jours anciens lorsqu’on précise qu’elles proviennent d’un lieu symboliquement et affectivement attachant comme Brunehautpré, dans le Pas-de-Calais, berceau de la famille paternelle :

Je t’envoie un petit morceau de langue de Brunehautpré, sûre que cela te semblera bon (10 avril)

Louis reçoit ainsi de l’andouille de Brunehautpré (26 mars) ou de Campagne-les-Hesdin (5 juillet), « du pâté de foie qu’on vient de nous expédier de Brunehautpré », assorti de ce conseil : « Mange bien surtout ; c’est ce qui te maintiendra en bonne santé » (25 juin) .

Le 25 août (Saint Louis) est marqué d’un envoi particulier, venu d’un célèbre marchand de comestibles parisien, avenue de l’Opéra :

Je t’embrasse tendrement cher petit et t’envoie mes meilleurs vœux de fête auxquels j’ajoute un cake de Corcellet

Des colis non-alimentaires

Plus que la moyenne des Français, les Froissart diversifient le contenu des colis. Selon Baconnier, Minet et Soler, on trouve « rarement (moins de 8% des mentions), des objets – effets, quincaillerie, produits hygiéniques, pharmacie »4. Les poilus d’origine rurale semblant « accorder peu d’importance à l’hygiène et aux petits accidents de santé » et l’automédication parmi eux reste peu répandue5. A l’inverse, dans cette famille bourgeoise, médicaments, livres et objets divers sont souvent mentionnés.

  • Des médicaments

Les denrées, même de provenance familiale, ne semblent pas suffisantes pour maintenir le soldat (pourtant loin du front à cette époque-là) en bonne santé et les parents inquiets suppléent à la pharmacopée militaire :

Mon pauvre garçon, Je suis bien ennuyée de te savoir pris de la gorge et je voudrais apprendre très prochainement que tu es débarrassé de cette indisposition très malencontreuse. Toutes mes félicitations pour la bonne qualité et le bon entretien de ta peau. Je sortirai demain et t’enverrai la pommade indiquée et la teinture d’iode. (13 mars)
Je t’envoie encre serviette torchon iode pommade (16 mars)
J’ai trouvé hier le « philopode » mais non le cosmétique du soldat. Je vais te l’envoyer (26 mars)
Je t’ai envoyé hier du sirop iodotannique (7 juin)

  • Un ravitaillement diversifié

Comme tous les appelés, Louis reçoit quelques objets (de la bougie le 7 juin), en particulier des vêtements chauds pour compléter l’équipement fourni par l’armée :

Aujourd’hui je t’ai envoyé du lait et tes chaussettes en 2 paquets. […] Tu remarqueras que les chaussettes grises ne sont pas d’égale longueur, tu as dû les dépareiller en partant et tu retrouveras l’alter ego de chacune. Au reste c’est peu important (13 mars)

Louis est un étudiant et, s’il a quitté l’université, il doit préparer, comme ses frères, des examens et concours dans l’armée (leur père est commandant et surveille leurs affectations et carrières)

Je viens de t’expédier du papier (3 mars)
Je t’envoie l’encre [et] les livres que Pierre m’a donnés (16 mars)

Aucun soldat n’est oublié

Baconnier, Minet et Soler le constatent : « Même les plus pauvres reçoivent autant de colis […]. Les plus démunis sont pris en charge par des camarades plus fortunés6. Ainsi, Émilie Froissart mentionne quelques envois à des amis de son fils.

J’envoie du saucisson et du chocolat à Dagens, en même temps (3 mars)
je vais te ravitailler ainsi que Dagens (8 avril)
J’envoie un 27 centimètres de saucisson à Dagens (7 juin)
Je t’ai envoyé hier du jambon et bœuf mode par la poste et la même chose à Dagens (13 août)

Les parents Froissart envoient donc régulièrement des colis à leur fils Louis et à au moins un de ses amis, Jean Dagens. Bien que les lettres n’y fassent pas allusion, il est très probable que des colis comparables sont expédiés aux trois autres fils également mobilisés. Tout cela a un coût, mais dans cette famille très aisée il est rarement fait allusion aux prix et aux dépenses. Par exception Émilie demande :

demain je t’envoie une noix de jambon tu me diras si c’est très-bon et avantageux, c’est assez cher, il y en a pour 5 F. (3 mars)

Pour bien des familles, les possibilités financières limitent les envois, même si des sacrifices sont consentis, la production domestique mise à contribution et les efforts répartis entre l’épouse, les parents et les proches. Mais quelle que soit leur ressources familiales, très rares sont les soldats oubliés7.

***

Le transport et la distribution de cette énorme et indispensable masse de colis sont pris en charge par la Poste civile sur le territoire, relayée par la Poste militaire auprès des soldats. Dès le mois d’octobre 1914, le Bureau Central des Colis Postaux Militaires est créé à Paris. Ce Bureau reçoit en juin 1916 le monopole de la centralisation pour l’expédition des colis vers le front. Des mesures sont prises pour faciliter les envois : instauration en juin 1915 de la gratuité une fois par mois d’un paquet de moins de 1 kg vers le front pour les plus pauvres ; puis en décembre 1915 autorisation de l’envoi gratuit de colis aux militaires de la zone des armées pour la période de fin d’année ; enfin en juin 1916 gratuité intégrale des paquets pour les soldats de la zone des combats instaurée8. Ces mesures confirment que l’importance des échanges de l’arrière vers le front est officiellement reconnue.

  1. La carte-lettre du 30 août 1916, reproduite ici, annonce « un colis postal de 5 kg contenant : 7 bananes déjà mûres, cassoulet, choucroute garnie, confit d’oie, lapin sauté, civet de lièvre, langue de veau, rillettes, tablettes de chocolat ». []
  2. Musée de La Poste, Données et dimensions postales de la première Guerre mondiale. []
  3. Gérard Baconnier, André Minet, Louis Soler, La Plume au fusil. Les poilus du Midi à travers leur correspondance, 1985, Privat, Toulouse, p. 29. []
  4. Op. cit., p. 34. []
  5. Op. cit., p. 36. []
  6. Op ; cit., p. 30. []
  7. Voir le billet « 1917, des pénuries pour qui ?«  []
  8. Musée de La Poste, Op. cit. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *