Des lettres dans le grenier

D’où vient la correspondance publiée sur le site : S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale ? Représentez-vous, dans le Nord de la France, une grande bâtisse, flanquée de deux tours et précédée d’une terrasse. C’est dans le grenier que se trouvent les lettres de la famille, celles d’André Marie Constant Duméril et ses descendants. Mais n’imaginez pas un coffre poussiéreux rempli de paquets enrubannés. Le grenier est aménagé, chauffé, et les murs sont couverts d’étagères où s’alignent des boîtes du modèle retenu par les Archives nationales.

Car les lettres des siècles passés qui nous parviennent, par héritage ou hasard, ou recueillies par une institution, sont le résultat d’une histoire aux acteurs multiples. La lettre écrite, envoyée, reçue, lue et conservée alors par le destinataire, franchit les premiers obstacles. Très vite commence une seconde étape où la lettre change de statut. Elle était un moment dans un dialogue, un texte « vivant », elle devient une trace archivée. Les lettres que nous avons entre les mains ont le plus souvent été triées, classées, regroupées et nombre d’entre elles ont disparu lors de ces interventions opérées par des générations successives après leur réception.

Prendre connaissance d’un ensemble de lettres, c’est d’abord chercher à comprendre la logique de la constitution puis de la conservation du fonds. Le corpus qui nous est livré est centré sur les personnes ; les lettres sont classées par scripteur : André Marie Constant Duméril, ses descendants, leurs proches. Les lettres apparaissent comme le témoignage de l’ascension sociale d’une famille, depuis les progrès du jeune homme dans le monde des sciences à partir de la Révolution française, jusqu’aux mariages de sa petite-fille et de ses arrière-petites-filles qui ajoutent au « capital » intellectuel de l’ancêtre fondateur le capital économique et le capital social des époux.

Le dernier en date des artisans qui construisent les archives épistolaires, c’est celui qui en fait la publication électronique. Il impose ses propres organisation, présentation et interprétation. La nouvelle version du corpus des lettres qu’il propose peut ensuite être reprise, fragmentée, ré-agencée, complétée, insérée dans des compositions et des projets très divers.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *