Pierre Bonnard, bribes d’enfance

L’Arcadie est à l’honneur dans les musées parisiens en ce printemps 2015. Le tableau de Nicolas Poussin au Louvre, Les Bergers d’Arcadie1, propose une réflexion sur la mort, la beauté, le temps. La poésie bucolique de la scène n’épuise pas les significations profanes et religieuses de l’œuvre : trois bergers et une jeune fille se penchent sur l’inscription d’un tombeau rencontré dans une campagne idyllique… Sur l’autre rive de la Seine, le musée d’Orsay place la rétrospective consacrée à Pierre Bonnard sous le signe de l’Arcadie2. Cette Arcadie, « contrée de l’ancien Péloponnèse, habitée par un peuple de pasteurs, et dont les fictions des poètes antiques avaient fait le séjour de l’innocence et du bonheur »3, porterait-elle le souvenir d’une lumineuse enfance ?

La correspondance Mertzdorff-Bonnard

Pierre Bonnard est apparenté à la famille Mertzdorff par sa mère Élisabeth Mertzdorff, dite Élise. Et il est le filleul d’Eugénie Desnoyers, seconde épouse de Charles Mertzdorff. Dans le fonds familial publié sur le site, une seule lettre écrite par Élise est conservée, celle du 19 novembre 1863 adressée à sa petite cousine de 8 ans, Marie Mertzdorff. Comme on pouvait s’y attendre dans ce fonds, aucune lettre pour elle. Aucune lettre non plus de Pierre qui a sans doute pourtant écrit à sa marraine comme les règles du savoir-vivre le lui enjoignaient. Mais celle-ci  décède en 1873, lorsque son filleul n’a que 7 ans.

Les lettres des années 1870 publiées sur le site témoignent de la continuité des échanges épistolaires entre les deux familles. Les femmes s’écrivent régulièrement et les vacances estivales des Mertzdorff à Paramé n’interrompent pas le flot des lettres :

il faut que j’écrive à Élise dont j’ai reçu une lettre ; elle est à Fontenay vient d’avoir une angine mais va mieux, ses enfants vont très bien, elle ne me parle pas de ses parents. (Eugénie Desnoyers à son époux Charles Mertzdorff resté en Alsace, 5 août 1870)

C’est à Fontenay-aux-Roses (de nos jours dans les Hauts-de-Seine) que Pierre Bonnard est né le 3 octobre 1867. En 1870, Pierre Bonnard a un frère, Charles, né en 1864 ; leur sœur, Andrée Bonnard, naîtra en 1872.

Maison natale de Pierre Bonnard à Fontenay-aux-Roses (Crédit graphique : Wikipédia)
Maison natale de Pierre Bonnard à Fontenay-aux-Roses (Crédit graphique : Wikipédia)

Avec les lettres, des portraits sont échangés :

Ce matin j’étais chez tante Georges lui porter un peu tardivement les portraits des Enfants Bonnard. (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 14-15 juillet 1874)

A côté des échanges épistolaires entre femmes, il est fait allusion à une correspondance masculine, sans doute sur un autre registre, possiblement une demande de service ou de renseignement : « Je remercie papa d’avoir écrit à M. Bonnard », (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 26 février 1871-B). « Papa » est Jules Desnoyers (1800-1887), bibliothécaire en chef du Muséum et secrétaire de la Société de l’histoire de France, et « M. Bonnard », Eugène Bonnard (1837-1895), père de Pierre, chef de bureau au Ministère de la Guerre à Paris.

La sociabilité entre les Mertzdorff et les Bonnard

Au mois de novembre 1864, Eugénie et Charles Mertzdorff venus d’Alsace à Paris vont « déjeuner avec cousine Élise et le nouveau petit cousin [Charles Bonnard] qui va bien. » (30 novembre 1864). Les deux familles s’écrivent ; elles se rendent visite aussi.

Je vais écrire à Élise qui me demande à venir me voir, elle va mieux et doit rentrer aussi à Paris avec ses enfants. (Eugénie Desnoyers à son époux Charles Mertzdorff, 28 août 1870)

Les relations se resserrent pendant l’hiver troublé de 1870-1871 : Élise Bonnard trouve refuge chez les Mertzdorff pendant plusieurs semaines. Après la défaite et la chute de Napoléon III en septembre 1870, Paris est assiégée et la famine sévit. Deux courants aux attentes opposées s’affrontent : ceux qui acceptent l’armistice signé le 28 janvier 1871 avec le chancelier allemand Bismarck (les « monarchistes ») et ceux qui refusent de s’avouer vaincus (les « républicains »). Cette tension déclenche, le 18 mars 1871, une insurrection de plus de deux mois, la Commune de Paris. Eugène Bonnard restant quelques semaines encore à Paris, son épouse et ses parents, ainsi que Charles et Pierre Bonnard sont accueillis en Alsace chez les Mertzdorff :

Nous n’allons pas à Colmar cette semaine, les chemins sont trop mauvais, et surtout Élise n’a pas reçu de nouvelles de son mari depuis le 14 Janvier, elle est bien inquiète, nous pensons qu’il s’est mis en route pour venir en Dauphiné. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 26 février 1871-C)

Eugène Bonnard est d’origine dauphinoise, il possède une maison familiale près de la Côte-Saint-André, dans l’Isère. Le retour à Paris est sans cesse remis à cause des événements politiques :

les voyages sont encore trop difficiles et on dit qu’il serait imprudent, pour ceux qui n’ont pas habité Paris pendant le siège d’y arriver de suite. M. Bonnard n’a pas encore permis à sa femme de ramener ses enfants et son père à Paris : je pense cependant que ça ne va pas tarder.  (Eugénie Desnoyers- Mertzdorff à sa sœur, 5-6 mars 1871)

Et deux semaines plus tard :

Élise voudrait partir, elle est bien impatiente d’aller rejoindre son mari ; (c’est un très bon ménage), mais il faut encore 5 jours pour gagner Paris et changer je ne sais combien de fois, puisqu’il faut passer par Genève et le Bourbonnais. Les hommes qui voyagent seuls et sans bagages, peuvent prendre la ligne de Strasbourg et on doit gagner une journée. Cependant je pense que la semaine prochaine nos hôtes nous quitterons, l’oncle [le père d’Élise] malgré ses 80 ans, a toujours un peu peur et n’est pas pressé de s’en aller, mais je ne veux pas qu’on me le laisse, c’est une terrible responsabilité à cet âge. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur Dimanche, 19-20-21 mars 1871)

Il semble que la famille Bonnard, accueillie par divers membres de la famille, diffère encore le retour dans la capitale insurgée (lettres du 13 avril et du 6 juin 1871). Finalement, c’est à Paris, mi-juin, que se retrouvent « le cousin » Bonnard, son épouse Élise et Charles Mertzdorff (lettre du 22 juin 1871). Les années suivantes, les relations se poursuivent entre les filles de Charles Mertzdorff, devenu veuf, et la famille Bonnard :

Dans la journée nous avions été chez Tante Mertzdorff ainsi que chez cousine Élise. Cette dernière est toujours très tourmentée de son petit Charles qui ne cesse (mais c’est ce que tu sais déjà) de taquiner ses parents. L’autre jour de rage de faire une version il s’est coupé les cheveux, etc. aussi ils vont prendre un grand parti et l’envoyer au petit séminaire de Grenoble. La petite Andrée est ravissante. (Marie Mertzdorff, à Paris, à son père Charles Mertzdorff, 13 février 1874)

D’autres visites sont mentionnées dans des lettres qui seront mises ultérieurement sur le site, et des nouvelles sont données : la communion de Pierre le 15 juin 1879, ses bons résultats scolaires (lettre du 25 avril 1880), sa convalescence à la campagne avec sa mère (lettre du 16 août 1882).

Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, marraine de Pierre Bonnard

Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, marraine attentionnée mais si tôt disparue, ne manque pas de faire des cadeaux au petit Pierre :

Si Aglaé vient te voir parle-lui donc pour savoir de quelle façon je pourrais m’y prendre pour faire faire à mon filleul Bonnard un petit paletot garni d’astrakan et étant à sa taille ou si elle ne me conseillerait pas d’envoyer simplement la fourrure et le drap à la maman qui ferait faire le vêtement à la taille du bonhomme, ce serait des étrennes en avance bien entendu (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 23 octobre 1869)

Aglaé, la sœur d’Eugénie, habite Paris ; elle est de bon conseil et de bonne volonté, aussi la marraine a-t-elle de nouveau recours à sa sœur les années suivantes :

à l’endroit de Mme Bonnard j’aurais voulu donner quelque chose à mon filleul Pierre, et un petit objet pour le baby [Andrée Bonnard] qui doit venir ces jours-ci. Et pas une idée. R.S.V.P. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, mi-décembre 1872)

******

Selon les textes de présentation du musée d’Orsay, Pierre Bonnard « cultive une propension à transformer le monde en une vision gaie, positive et colorée ». Ils décèlent aussi, en résonance avec les critiques et les conservateurs actuels,  « un certain malaise » et « une pointe de mélancolie », qui affleureraient dans ses portraits en particulier. Ces analyses nuancées ne peuvent-elles s’entendre en écho à une phrase d’Eugénie qui dit le rire des enfants en même temps que les craintes des parents dans ces moments où, quel que soit le bord politique, la guerre et le siège de Paris sont perçus comme un drame ?

Nos hôtes [les Bonnard] vont bien, tristement mais les enfants [Pierre et son frère] forcent à rire quand même et donnent beaucoup d’occupation ce qui est fort utile. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff en Alsace, mi-janvier 1871)

L’Arcadie préservée au cœur des inquiétudes.

 

  1. Les Bergers d’Arcadie, vers 1640, Poussin et Dieu, musée du Louvre, du 2 avril au 29 juin 2015. []
  2. Pierre Bonnard. Peindre l’Arcadie, musée d’Orsay, du 17 mars au 19 juillet 2015. []
  3. Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle…, 1866-1877, numérisation Gallica. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *