La Fayette après l’Hermione

Clin d’œil à l’actualité, au moment où l’Hermione accoste en Amérique et se dirige vers la baie de New York. Une grande parade navale est prévue le 4 juillet, jour de l’indépendance américaine, au pied de la statue de la Liberté. La réplique de la frégate de La Fayette, construite sur le chantier naval de Rochefort, participe ainsi aux commémorations de l’expédition  qui en 1780 apporta le soutien de la France aux insurgés américains.
Le nom de La Fayette apparaît dans la liste des personnes citées dans les lettres du site S’écrire au XIXe siècle (les lettres de la famille Duméril, Mertzdorff, Froissart). Non pas le héros fêté ces jours-ci, mais son petit-fils. À quelle occasion un La Fayette est-il mentionné au début des années 1830 par un jeune bourgeois parisien ? Et d’abord, qui est ce jeune La Fayette ?

Oscar Thomas Gilbert Du Motier de Lafayette (1815-1881)

Ce jeune homme (il a 15 ans en 1830) est le fils de Georges Louis Gilbert Washington du Motier1 de La Fayette (1779-1849), officier militaire, parlementaire (député dans l’opposition libérale sous Louis-Philippe) ; il est le petit-fils de Gilbert Du Motier de La Fayette (1757-1834), héros de la guerre d’indépendance des États-Unis d’Amérique où il est arrivé sur l’Hermione.

Oscar Thomas Gilbert Du Motier de Lafayette entre à l’École polytechnique en 1833. Officier d’artillerie, il fait plusieurs campagnes en Afrique avant d’être élu député de Seine-et-Marne (gauche modérée) de 1846 à 1851. Après le coup d’État du 2 décembre 1851, il donne sa démission d’officier d’artillerie et se tient à l’écart des affaires. Il est de nouveau élu député de Seine-et-Marne (gauche républicaine) de 1871 à 1875 ; il entre alors au Sénat. Une quinzaine de rapports auxquels il a participé sont publiés entre 1871 et 1880.

Duméril et La Fayette

Oscar Thomas Gilbert Du Motier de Lafayette est le condisciple d’Auguste Duméril et de son cousin Henri Delaroche à la pension de M. Morin à Fontenay-aux-Roses. Cette institution enseigne à la fois les matières classiques et scientifiques (botanique, chimie, physique, histoire, dessin, géographie, une langue vivante), avec des méthodes pédagogiques originales, qui respectent les rythmes des élèves et laissent une large place à l’expression orale. Cette atmosphère studieuse et ludique doit être favorable aux amitiés, puisque des années après avoir quitté l’établissement les anciens élèves conservent des  relations :

J’ai revu aussi quelquefois Lafayette : il est chez un professeur de mathématiques, qui a quelques jeunes gens chez lui ; il ne va au collège que le matin (St Louis) : il couche chez ce maître, mais, vers cinq heures, il va dîner chez lui, et revient le soir à huit heures. Jamais il ne découche. Il ne me semble pas dans une position très agréable : c’est l’après-dîner que j’aime le mieux, et il me coûterait, il me semble, de partir ainsi, une heure ou deux, après le repas. (Auguste Duméril à son cousin germain Henri Delaroche au Havre, 21 janvier 1831)

Les cousins suivent la scolarité de leur ancien condisciple :

 Je n’ai pas vu Lafayette, depuis l’année dernière, mais j’ai su par Carraby qu’il redouble sa rhétorique, sous M. Gibon, que les élèves trouvent, ainsi que nous, l’année dernière, terriblement froid. J’ai su aussi, par Mme Comte, qu’il avait fait partir de la poudre à Fontenay, et qu’il en avait reçu dans le visage : il a été malade assez longtemps, à cause de cela ; il avait une partie du visage en suppuration ; mais je crois qu’il n’est resté aucune trace, ou, du moins, fort peu. (Auguste Duméril à son Henri Delaroche , 17 février 1831)

Si la fossette et les yeux bleus de La Fayette sont signalés en 1833 sur sa fiche d’entrée à l’École Polytechnique, aucune « marque apparente » n’apparaît alors sur son visage.

J’ai été, il y a à peu près un mois, à un bal de souscription pour lequel ton père avait eu la bonté de me donner un billet, et j’y ai vu plusieurs anciens élèves : c’étaient de Janzé aîné, Deserres, je ne sais si tu te le rappelles, Lafayette, qui, par parenthèse ne déjeune plus chez le même restaurateur que moi, et Allard, dont la taille nous frappait tant, autrefois, mais que je dépasse un peu, maintenant, ce qui m’a bien étonné. Tous ces jeunes gens m’ont demandé de tes nouvelles. (Auguste Duméril à Henri Delaroche, 12 avril 1832)

Des relations entre Duméril et La Fayette ne subsistent dans les lettres que quelques traces d’une sociabilité adolescente. Que se disaient le fils du savant (André Marie Constant Duméril, médecin et biologiste), futur savant lui-même, et le petit-fils du héros, futur officier et homme politique, lorsqu’ils suivaient le même enseignement puis lorsqu’ils déjeunaient chez le même restaurateur ? Les lettres ne le disent pas.

 

  1. Le patronyme peut aussi s’écrire « Mottier ». []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *