L’Ensignette

Capture-Ensignette

« Michel désire avoir du papier hygiénique et des pellicules Ensignette dont tu trouveras une boîte vide sur mon bureau. Tu pourrais lui envoyer cela. »

Michel, l’un des fils de l’auteure de la lettre, est au front ; papier hygiénique et « pellicules Ensignette » garniront donc l’un des nombreux colis qu’il reçoit1.

« Ensiguette » ? « Ensignette » ? J’ai hésité en découvrant le mot dans la lettre du 8 mai 1915. Une recherche sur l’Internet m’a vite appris que l’Ensignette est un appareil photographique.

Catalogue de J. Fleury-Hermagis, opticien, 18 rue Rambuteau, 1914
Catalogue de J. Fleury-Hermagis, opticien, 18 rue Rambuteau, 1914 (©La collection d’appareils photo anciens et de photographies anciennes par Sylvain Halgand 1999-2015)

Les nombreuses versions de ce petit appareil, conçu par un ingénieur suédois, sont fabriquées en Grande-Bretagne par Houghton. Il est mis en vente peu avant la guerre et séduit tout de suite le public. Le succès de l’Ensignette incite Kodak à produire, à partir de 1912, le format de film spécifique à cet appareil. Ce sont ces pellicules spécialement adaptées que recherchent les Froissart pour leur(s) fils au front.

L’Ensignette est un grand succès commercial parce qu’il s’agit du premier appareil relativement bon marché, de taille réduite, que chacun peut avoir sur soi et utiliser facilement. La guerre venue, la réclame le présente comme « a soldier’s camera ». C’est bien ainsi que l’un au moins des fils Froissart mobilisés, Michel, l’utilise. Jeanne, la bonne, est envoyée « faire la tournée » des boutiques parisiennes « pour tâcher d’avoir des pellicules Ensignette pour le petit appareil Kodak » (27 septembre 1915). Elle se rendra :

90 rue du Bac où l’on doit m’en garder 6 rouleaux quand on en recevra,
142 Boulevard Saint Germain
5 Avenue de l’Opéra chez Kodak.
(lettre du 27 septembre 1915)

Avisée, Émilie Froissart précise :

J’en voudrais 12 rouleaux et plus si on en trouve car elles ne feront qu’enchérir. Il y en aura 6 pour Michel qui les attend depuis longtemps et 6 pour M. Martin qui me renvoie 5 rouleaux à développer. (27 septembre 1915)

Je ne sais pas si des photos du front prises par Michel Froissart ont été conservées. Ni ce qu’elles représentaient. Ces photos étaient-elles à usage strictement familial ? Ou bien étaient-elles aussi destinées à être publiées, puisque dès 1915 la presse sollicite les soldats amateurs par des concours rémunérés ? Dans ce cas, les images seraient plus brutales. Pour l’historienne des images de la violence extrême dans les médias Joëlle Beurier2 la demande des journaux modifie la pratique photographique : « action, souffrance, mort, les facettes les plus réalistes de la guerre apparaissent soudainement », dans les pages du Miroir en particulier. À l’inverse, « la grande majorité des photographes sur le front ne recherche ni le sensationnel ni le morbide, ni même la mort » et « les corpus non publiés se révèlent beaucoup plus figés, tournés principalement vers la quotidienneté et l’humanité de la vie au front. ». Que saisissait l’objectif de l’Ensignette de Michel Froissart ? Les images banales d’une vie « normale » pour continuer d’entretenir avec sa famille des relations empreintes de familiarité, ou des images exceptionnelles ?

 

  1. Voir le billet : « Des colis au soldat – 1916 ». []
  2. Joëlle Beurier, « L’apprentissage de l’événement », Études photographiques, n° 20, juin 2007, mis en ligne le 19 septembre 2008. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *