Leçon de style : la lettre au Ministre

Chaque type d’échange épistolaire nécessite un style particulier. Lorsqu’on écrit à ses parents ou à un collègue, à un artisan ou à sa filleule, la lettre expédiée n’est pas la même. On n’annonce pas son mariage de façon identique à sa grand-tante et à une amie ; on ne sollicite pas le maire de sa ville comme son voisin. Tout change : formules de politesse, façon d’aborder les sujets, vocabulaire, mise en page, papier, graphie, etc. Ces éléments sont régis à chaque époque par des conventions que les épistoliers connaissent plus ou moins. Des manuels sont à la disposition des plus hésitants. Cependant la maîtrise des codes apparaît souvent comme un marqueur social. Seules une longue pratique et une familiarité avec l’écriture permettent d’employer avec aisance le ton et les termes reconnus comme adéquats.

La lettre au Ministre : les circonstances

Le fonds d’archives Duméril-Mertzdorff-Froissart offre sur le vif une leçon de style administratif. Il s’agit, pendant la Première Guerre, d’attirer l’attention du ministre sur les réquisitions jugées abusives dont fait l’objet l’usine familiale. Dans cette usine alsacienne de blanchiment et apprêt des tissus de coton, qui a subi les dégâts de bombardements, le travail est alors arrêté et 150 moteurs électriques sont réclamés par l’Administration. Resté sur place, le chargé des affaires, M. Meng, rédige le 31 juillet 1917 une première version de la lettre au Ministre des Armements et des fabrications de guerre et la soumet au directeur de l’usine, Guy de Place, mobilisé. Celui-ci apporte ses corrections au texte dactylographié de trois pages (plus une page d’annexes) qui lui est soumis et le renvoie à son auteur, accompagné d’une lettre de commentaires. Dans cette lettre, le directeur commence par des félicitations à son subordonné :

 j’ai reçu hier votre lettre du 31 Juillet, et j’y réponds au plus vite. Dans son ensemble j’approuve complètement votre lettre au Ministre ; je n’y fais que des changements de style et purement rédactionnels. (M. de Place à M. Meng, 6 août 1917)

S’il ne modifie pas le fond du texte adressé au ministre, le directeur raye en revanche et remplace, à chaque ligne ou presque, un mot, une expression, une formule1.

Lettre dactylographiée de M. Meng, corrigée par M. de Place (31 juillet 1917, page 3)
Lettre dactylographiée de M. Meng, corrigée par M. de Place (31 juillet 1917, page 3)

La lettre est longue et nous ne retiendrons ici à titre d’exemple que quelques passages de cette leçon de style, en donnant d’abord la version initiale de M. Meng puis le version revue par M. de Place. À grands traits de plume et courtes incises, celui-ci polit le texte et transforme une revendication tatillonne en une requête « légitime ».

Les formules et le style

  • Les formules introductive et finale

Dès les premiers mots, le directeur use d’une étiquette plus pompeuse :

Monsieur le Ministre.
Nous nous permettons de vous adresser la requête suivante. (M. Meng)

Monsieur le Ministre.
Nous avons l’honneur de vous exposer par la présente la situation particulièrement intéressante de notre Société. (M. de Place)

Et en fin de lettre, au lieu de simplement présenter au ministre des salutations distinguées, on le priera de les agréer.

  • La concision

L’habileté de la version définitive se marque aussi par la concision et des tournures allégées :

Nous espérons pouvoir compter également sur l’appui du Gouvernement Français, pour empêcher que notre matériel et nos installations industrielles soient dispersés, et que nous soyons mis dans l’impossibilité de reprendre notre fabrication et de reconstruire notre établissement. (M. Meng)

Nous espérons pouvoir compter aussi sur l’appui du Gouvernement, pour empêcher la dispersion de notre matériel, dispersion qui compromettrait l’avenir. (M. de Place)

De la même façon, le directeur supprime l’annexe qui détaillait les « Machines, Appareils, Matériaux et Marchandises réquisitionnés par l’Armée, ou vendus pour la Défense Nationale ». Il explique à son chargé des affaires :

Je crois toutefois inutile d’envoyer au Ministre la liste de ce qui a été déjà réquisitionné. J’estime que la lettre suffira. (M. de Place à M. Meng, 6 août 1917)

Dans sa version, il se borne à préciser que les moteurs en bon état, « font l’objet principal de la présente requête ».

La position du requérant

La modification principale touche à la position du requérant : plutôt qu’en plaignant isolé, le directeur veut se présenter en entrepreneur soucieux de l’intérêt général. Il supprime les lamentations (la phrase de M. Meng, « Nous avons eu de ce fait des dépenses assez considérables », est rayée) et gomme les suppositions (le paragraphe « Le Service des Forges a commencé, depuis quelque temps à saisir une partie de nos moteurs électriques, ce qui nous fait craindre qu’on va petit à petit, nous prendre nos moyens de reprendre, le moment venu, notre fabrication et la reconstruction de notre établissement » disparaît).

Aux considérations sur « les installations et le matériel qui nous rentent encore » est substituée la perspective de « la renaissance de la vie industrielle à Thann » (au passage, l’aire géographique est élargie de Vieux-Thann où l’usine est localisée jusqu’à la ville plus importante de Thann):

Nous nous permettons donc, Monsieur le Ministre, de vous adresse la prière de donner les ordres nécessaires pour qu’on nous laisse les installations et le matériel qui nous rentent encore, et dont nous avons indiqué la nomenclature au Service des Forges de Belfort. Nous avons en même temps déclaré au Service des Forges le matériel disponible dont nous pourrions nous passer et que nous céderions volontiers pour la Défense Nationale. (M. Meng)

C’est pour cette raison, Monsieur le Ministre, que nous vous prions de vouloir bien donner les ordres nécessaires pour que la renaissance de la vie industrielle à Thann ne soit pas compromise ni retardée par les mesures projetées. Nous avons d’ailleurs signalé de nous-même au Service des Forges le matériel disponible dont la cession aux établissements travaillant pour la défense nationale ne compromettrait pas pour de longs mois la remise en route de nos ateliers. (M. de Place)

Luc Boltanski a étudié les lettres de dénonciation reçues par le journal Le Monde2. Certaines lettres, perçues comme porteuses d’intérêts particuliers, n’étaient pas publiées alors que d’autres réussissaient à se faire entendre car elles se rattachaient à une cause reconnue. Dans le même registre revendicatif, le directeur de l’usine arme sa cause d’une rhétorique qui la renforce.

Nous nous permettons de vous adresser notre requête aussi en faveur et dans l’intérêt de notre population ouvrière du Territoire, pour laquelle notre Société a fait de grands sacrifices, et laquelle en souffrira également, si on nous enlève les moyens de reprendre notre industrie, le moment venu. (M. Meng)

Nous nous permettons d’ajouter qu’il ne s’agit pas ici seulement d’intérêts particuliers. La demande que nous avons l’honneur de vous adresser intéresse toute la population ouvrière si éprouvée du Territoire, pour laquelle notre Société a fait depuis la mobilisation les plus grands sacrifices. C’est elle qui aurait avant tout à souffrir de tout retard dans la reprise de nos affaires. (M. de Place)

Il ne se présente pas en victime, mais en personne qui réclame justice au nom d’intérêts généraux. Si M. Meng, comme M. de Place, rappellent tous les deux que leur Société « a déjà contribué à la Défense Nationale », l’argumentation prend plus de poids lorsqu’elle est débarrassée des justifications détaillées et confuses. On peut passer ainsi d’un problème particulier précis à une cause porteuse d’enjeux plus généraux : les ouvriers, la vallée industrielle, la France même apparaissent comme les principaux bénéficiaires de la mesure attendue. Comme dans les lettres étudiées par Boltanski, le directeur met en œuvre une rhétorique « pour donner à la protestation une forme de plus en plus objective, c’est-à-dire de plus en plus indépendante de la personne même de celui qui l’exprime et de celui à qui elle est adressée ». Tout un art.

  1. Le fac-similé de la lettre corrigée est visible sur le site. []
  2. Luc Boltanski, Yann Darré et Marie-Ange Schiltz, « La dénonciation », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 51, mars 1984, pages 3-40. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *