Les repasseuses

Musées labellisés (ils sont plus de 1 200 en France) et semis de petits établissements non conventionnés répondent à toutes les curiosités et présentent la plupart des activités humaines anciennes : musées de l’impression sur étoffes (Mulhouse), du papier peint (Rixheim), de l’imprimerie, de la mine, de la chaussure (Romans-sur-Isère), des mariniers, de l’artillerie (Draguignan), etc. Ils tissent avec les écomusées un réseau dense et hétéroclite qui offre une image impressionniste du labeur passé des femmes et des hommes (et parfois des enfants) et de leurs créations.

Le musée bourbonnais du repassage

Récemment, j’ai visité à Verneuil-en-Bourbonnais (Allier) l’un de ces musées, celui du lavage et du repassage1. L’installation en 1917 des usines Calor à Lyon, métropole relativement proche, explique en partie la présence de « pressophiles » (ou « sidérophiles », amateurs de « repassoirs ») dont la passion est à l’origine du musée et continue de l’animer. Une grande variété d’instruments venus de tous les continents est présentée au cœur du village, dans une grange aux dîmes du XVsiècle. Mon intérêt s’est surtout porté sur les fers que les repasseuses employées par les Mertzdorff, qui sont parfois évoquées dans les lettres des années 1860-1870, auraient pu utiliser.

Fers alsaciens, début XIXe siècle (collection Gérard Baumelin, site du musée de Verneuil)
Fers alsaciens, début XIXe siècle (collection Gérard Baumelin, site du musée de Verneuil)

Le paragraphe suivant, une rapide chronologie des instruments de repassage, est rédigé à partir des renseignements fournis par le site du musée.

Du déchiffonnage à froid au repassage à chaud

Après divers instruments pour déchiffonner le linge à froid (lissoirs, rouleaux à calandrer), apparaissent au XVIsiècle les premiers repassoirs, sortes de broches en fer chauffées à la braise pour remettre les cols en forme. Très vite les instruments de repassage à chaud se diversifient : pour les habits, les chapeaux, les cols, les dentelles, les plissés, les gants, etc. Les lingères utilisent des fers plats de 1,5 kg environ, qu’elles font chauffer sur un foyer. Ces fers, d’une grande inventivité dans la forme des poignées et les décors, restent en usage pendant longtemps, la fonte produite industriellement remplaçant le fer au XIXsiècle. À côté de ce type d’instruments, apparaissent des fers creux qui contiennent la source chaude : soit directement les braises, soit des lingots de métal chauffé. À la fin du XIXsiècle la source de chaleur interne est parfois fournie par la combustion d’alcool, de gaz ou d’essence, procédés qui ne sont pas sans danger. Le fer électrique se substitue progressivement aux autres fers dès le début du XXsiècle.

Les repasseuses alsaciennes

La première puis la seconde épouse de Charles Mertzdorff, toutes deux parisiennes, le suivent en Alsace et découvrent de nouvelles façons de faire. Contrairement à Paris, où les lessives se font régulièrement au cours de l’année, à Vieux-Thann on fait une « vraie lessive » (lettre des 17-18 mars 1872) plus rarement. C’est le moment de mobiliser les bonnes de la maison et ensuite, pour le repassage, de convoquer des femmes du village (lettre du 25 mars 1860). Le repassage dure plusieurs jours : après les draps que la maîtresse de maison peut ranger le vendredi, elle prévoit pour le lundi suivant « 3 repasseuses pour les chemises d’homme et le linge de table » (5 mai 1865). Ces ouvrières spécialisées semblent très demandées :

Rien de neuf à la maison ; la lessive est sèche et pliée mais je ne pourrai avoir les repasseuses que l’autre semaine. (23 octobre 1869)

La condition de la lingère-repasseuse semble plus douce que celle de la buandière. On imagine la repasseuse jeune et fine, faisant un travail propre et délicat qui la rend proche de la cousette. Pourtant, le maniement du fer à repasser est un labeur pénible et chichement payé. Une activité saisonnière, peu lucrative malgré sa spécialisation, et l’absence de protection sociale, laissent bientôt la repasseuse dans cette « petite misère » que déplore Charles Mertzdorff :

 tout à l’heure encore ne m’a-t-on pas demandé un secours pour Mlle Barbier l’une de nos anciennes repasseuses qui est malade & dans la misère. (2-3 mars 1875), Charles Mertzdorff en Alsace, à sa fille)

Veuf, il doit prendre en charge le travail de charité dont se chargeait son épouse :

notre petite maman ne manque pas seulement à nous, c’est à bien du monde que son absence fait défaut, n’était-elle pas notre providence à tous. (id.)

***

Pour revenir au musée et au temps long des gestes, voici, en écho aux vitrines d’instruments si divers et précisément adaptés qu’elles présentent, une notation de Michel Ragon : il évoque, encore en 1940 en Vendée, l’usage de ces fers à repasser en forme de longues pinces cylindriques que l’on devait chauffer au feu : « Tante Victorine gardait [la coiffe de sa mère] dans une armoire, la regardait de temps en temps, la sortait même pour la repasser avec ces petits fers spéciaux qui permettaient de se glisser dans les boucles et les replis, mais ne la mettait jamais sur sa tête2 ». C’est tout un savoir-faire qui se devine, maîtrisé par ces femmes que la famille Mertzdorff, comme les autres familles de la bourgeoisie, convoquait après chaque lessive.

  1. Association des Amis du Musée du Lavage et du Repassage, Les 4 vents de « Chillot » 03500 Verneuil-en-Bourbonnais. []
  2. Michel Ragon, Ma sœur aux yeux d’Asie, 1982, Albin Michel, « Livre de poche », p  67. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *