Les hauts et les bas d’un entrepreneur : Émile Langjahr

Les auteurs des lettres mises sur le site S’écrire au XIXe siècle « écrivent bien » : ils maîtrisent la langue française, son orthographe et sa syntaxe. Mais leur graphie se laisse parfois difficilement déchiffrer et les plus diplômés ne sont pas les meilleurs calligraphes : l’écriture d’un polytechnicien demande plus d’efforts de lecture que celle d’une jeune fille éduquée à la maison. L’interprétation des mots se révèle délicate lorsque des noms propres sont cités. Le choix que nous avons fait de créer un index des personnes citées oblige à reconnaître ce nom propre, à le restituer correctement. Pour identifier la personne, nous sommes amenées à faire des recherches, allant un peu au hasard, en tâtonnant, à travers états civils et généalogies, tamisant une multitude de sites et de textes mis en ligne pour retenir des fragments d’information.

Lettre de Guy de Place à son chargé d’affaires en Alsace, 5 décembre 1917
Lettre de Guy de Place à son chargé d’affaires en Alsace, 5 décembre 1917

Hertzog. De la lettre Langjahr il semble résulter que cette maison n’a pas encore pris livraison des pièces alors que M. Hochstetter semble dire que les pièces ont été livrées. (Guy de Place à son chargé d’affaires, 5 décembre 1917)

C’est ainsi que, cherchant à m’assurer de l’orthographe de ce nom, Langjahr, qui ne m’est pas familier, j’ai pu lire des extraits de la thèse de Jérôme Rojon sur L’industrialisation du Bas-Dauphiné : le cas du textile, fin XVIIIe siècle-19141 et reconstituer les hauts et les bas de la carrière d’un entrepreneur.

Une succession de déboires

Émile Langjahr est né à Munster (Haut-Rhin) le 6 septembre 1849. Il est le fils de Gottlob Frédéric Langjahr, chapelier puis entrepreneur de construction (vers 1817-1883), et de Madeleine Hanss (née en 1818). Il fait des études à l’École d’ingénieurs des industries textiles de Mulhouse (promotion 1866) puis se lance dans l’industrie.

Le verdict de Jérôme Rojon est sévère : « Le destin d’Émile Langjahr est ponctué d’échecs (au moins avant 1890) ». Pourtant, il a acquis auprès de son père « des dispositions entrepreneuriales » et épousé une demoiselle Jandin, héritière de la maison lyonnaise Jandin & Duval. Mais si son père, artisan ou « micro-entrepreneur », lui fournit savoirs et expériences, il ne lui donne pas d’aide financière : « il ne lui fait aucune donation lors de son mariage » et « ne laisse aucun bien à son décès ». Et si Émile Langjahr bénéficie du poste de directeur de l’usine Jandin & Duval de Vizille qui fabrique des foulards imprimés, le décès de son beau-père le pousse à partir fonder sa propre entreprise : « son installation comme façonnier ressemble à un exil voulu par sa belle-famille » remarque Jérôme Rojon.

Les déboires se succèdent : il doit abandonner l’usine de Saint-Genis-l’Argentière (Rhône) louée en 1880 car « l’affaire tourne court et se solde par un désastre financier pour les associés à la fin de l’année 1884 » ; il doit vendre cette année-là aussi un tissage de soieries qu’il possède à Lyon ; l’usine de tissage qu’il rachète en1885, à Voiron en Isère (où le coût de la main d’œuvre est moindre) ne « survit que quelques mois avant de s’écrouler » et « comme beaucoup d’autres » disparaît.

Sans indulgence, Jérôme Rojon conclut : « Avec cette succession de déboires, il lui est désormais difficile d’inspirer confiance : son crédit et sa réputation sont durablement atteints dans la région lyonnaise. » La vie professionnelle d’Émile Langjahr n’est cependant pas terminée.

Une belle fin de carrière ?

Le site des tissages de soieries Coudurier, Fructus & Descher2 montre, lui, la réussite d’Émile Langjahr au XXsiècle, non certes comme patron, mais comme salarié.

Après la guerre, Émile Langjahr quitte l’usine textile créée par Antoine Hertzog (cet Herzog mentionné dans la lettre reproduite ci-dessus) et devient fondé de pouvoir de la Société Lyon-Alsace. À ce titre, il entreprend en 1920 la construction d’une usine de tissage de soieries (Coudurier, Fructus & Descher) à Wintzenheim (Haut-Rhin). En quelques mois le bâtiment est hors d’eau, les machines et métiers à tisser installés et de nombreux ouvriers et ouvrières de la région embauchés. Il reste dans cette entreprise que l’on dit prospère jusqu’à sa retraite, fin 1924.

***

Pour orthographier correctement le nom d’une personne, on se lance sur ses traces et parfois, plus par curiosité que par stricte nécessité, on poursuit les recherches, tout au plaisir de découvrir des filiations, des réseaux, des domaines d’activités, des destins familiaux : par exemple les hauts et les bas d’un petit entrepreneur du textile autour de 1900.

  1. Jérôme Rojon, L’industrialisation du Bas-Dauphiné : le cas du textile, fin XVIIIe siècle-1914, Lyon-2, 2007 [http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2007/rojon_j]. Les citations sont tirées de cette thèse. []
  2. Le site « JAZ » de Wintzenheim : Les tissages Coudurier, Fructus & Descher (CFD) et le Tissage de Wintzenheim [http://www.calixo.net/~knarf/fructus/fructus.htm]. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *