Ils aimaient les panoramas

Le secret
Des panoramas perdus
Le passage de ces mots
Dont je me défais1.

***

Le titre de ce billet est un clin d’œil à celui de l’exposition J’aime les panoramas présentée pendant l’été 2015 au musée Rath de Genève2 puis jusqu’en février 2016 au MuCEM de Marseille3. Les lettres du site se font l’écho de l’amour de la famille Duméril pour les panoramas : ceux qui offrent des points de vue privilégiés aussi bien que ceux déployés de façon illusionniste sur de vastes toiles.

Le spectateur romantique

Le médecin et naturaliste André Marie Constant Duméril (1774-1860) et son fils Auguste (1812-1870), qui suit ses traces dans sa carrière scientifique, aiment voyager. Et devant les paysages, ils disent (ils écrivent) le plaisir de la contemplation.

En septembre 1846, Auguste Duméril entreprend un voyage d’une dizaine de jours sur les bords du Rhin, visitant collections d’histoire naturelle et clinique d’accouchement. Les lettres à son épouse restée à Paris avec leur fillette s’attardent plutôt sur les aspects touristiques de son séjour. Ainsi, de « Bonn. Jeudi 17 Septembre 1846, 9 h ¼ du soir » ce passage que je cite longuement car ils décrit parfaitement la position du spectateur « romantique » :

Ce matin (jeudi) nous avons pris une voiture découverte, et un guide, parlant très bien le français, et nous nous sommes fait conduire dans les environs de Bonn, qui sont admirables. Le Kreuzberg, où nous avons été d’abord, est une montagne, d’où l’on a une vue superbe du Rhin, et de ses rives. On voit là, dans une chapelle, une vingtaine de moines, qui ayant été enterrés là, se sont complètement momifiés, sans aucune préparation. [] Du Kreuzberg, nous sommes allés au Rolandseck, autre montagne, très élevée, d’où l’on jouit également d’une admirable vue. Quelques ruines ajoutent à l’aspect imposant de cette montagne, d’où l’on domine deux belles îles du Rhin, sur l’une desquelles est construit un très beau bâtiment, aujourd’hui hôpital, autrefois couvent. Mais j’aurais dû te dire que, avant le Rolandseck, nous avions gravi une autre montagne, le Godesberg, où se trouvent de belles ruines, et d’où la vue est magnifique. Nous avons traversé le Rhin en barquette, en descendant du Rolandseck, et nous sommes venus voir ce que l’on dit être la plus admirable position des bords du fleuve, je veux parler du Drachenfels, vaste montagne que nous avons mis ¾ d’heure à gravir. De là, on a sous les yeux le panorama sublime que le soleil malheureusement n’éclairait pas tout à fait assez, mais cette teinte, un peu sombre, ajoutait encore à l’aspect grandiose et imposant de ce beau fleuve, et de ses rives montagneuses. Le Drachenfels fait partie d’une réunion de 7 montagnes, très élevées aussi, mais moins que la première. Je n’avais jamais rien vu de semblable, aussi, me suis-je laissé aller, tout franchement, à mon admiration, que partageait mon compagnon, mais qu’il aurait été bien doux pour moi de te faire partager. (Auguste Duméril à son épouse, 17 septembre 1846)

Le panorama ne se révèle qu’au terme d’un cheminement ardu qui conduit précisément en certains lieux élevés et répertoriés : les points de vue. Là, le regard porté au hasard de la promenade s’oriente vers le lointain et détaille à loisir tous les éléments qui s’offrent à lui :

tout cela forme de ce point, un admirable panorama. (Auguste Duméril, 23 septembre 1846)

Les émotions d’Auguste Duméril s’accordent à la sensibilité de son époque : ruines, chapelle, rochers abrupts, ombres confuses composent un panorama qu’il qualifie de « sublime ». La poétique romantique décline à l’envi cette notion du sublime pour magnifier le paysage, ennoblir sa sauvagerie, et concevoir une métaphysique de la nature comme expérience des limites, lorsque l’aurore, le crépuscule, l’obscurcissement nocturne procurent des visions inédites4. Le peintre Caspar David Friedrich multiplie ces images.

Caspar David Friedrich (1774-1840), Le voyageur contemplant une mer de nuages, 1817 (Hambourg, Kunsthalle)
Caspar David Friedrich (1774-1840), Le voyageur contemplant une mer de nuages, 1817 (Hambourg, Kunsthalle)

On croirait voir Auguste Duméril devant le « panorama sublime » qu’il décrit ! Quelques années avant lui Victor Hugo, de passage dans les mêmes lieux, écrivait à un ami : « Une brise, qui venait du Rhin, faisait frissonner les arbres au bord de la route. De temps en temps ils s’écartaient et me laissaient voir un abîme vague et éblouissant ; au premier plan, une futaie sous laquelle se dérobait la montagne ; en bas, d’immenses plaines avec des méandres d’eau reluisant comme des éclairs ; au fond, une ligne sombre, confuse et épaisse, ­la Forêt-Noire, – tout un panorama magique entrevu au clair de lune5. »

Si le poète Hugo charge sa vision de symbolisme cosmique et mystique (« Ces spectacles inachevés ont peut-être plus de prestige encore que les autres. Ce sont des rêves qu’on touche et qu’on regarde »), le savant Duméril reste rationnel et ajoute à sa perception exaltée des notations qui le montrent également attentif au réel, au nom des lieux, aux aspects matériels du périple (il s’aide d’une lorgnette et d’une carte6).

Le rôle central du regard, l’absence de cadre limitant l’image, la recherche d’une position dominante, le sentiment d’appropriation du monde qui en découle caractérisent également le dispositif technique des panoramas peints.

Le dispositif panoramique

Hier matin, comme nous étions au jardin, parut M. Paul D. qui avait quelque intention de nous mener le soir au spectacle, mais sachant que nous attendions quelques personnes à dîner nous proposa, à mon amie et à moi, de profiter du soleil pour aller voir des Panoramas, nous ne sûmes nous refuser à cette galanterie, et nous allâmes voir les panoramas de Naples et de Calais. Ce dernier est tout nouveau et dans les grandes dimensions, il nous a fait le plus grand plaisir, et je compte bien t’engager à y aller. (Alphonsine Delaroche à son époux André Marie Constant Duméril, 5 octobre 1816)

Les panoramas sont des peintures en trompe-l’œil développées sur le mur intérieur d’une rotonde. Inventé en Angleterre à la fin du XVIIIe siècle, ce dispositif technique donne à voir, depuis une plate-forme centrale où l’on accède par un couloir obscur, des vues de villes puis, très vite, des scènes de batailles ; la lumière, naturelle, vient de la toiture (c’est pourquoi Paul D. et ses amies « profitent du soleil » pour s’y rendre) .

Coupe d'une rotonde (d'après le site Panorama)
Coupe d’une rotonde (d’après le site Panorama)

Le procédé, à l’origine d’une aventure commerciale lucrative, se répand dans les grandes capitales, et notamment à Paris où une vue de Paris est présentée boulevard Montmartre en 1799. Les deux rotondes de 17 mètres de diamètre et 7 mètres de haut (séparées par le Passage des Panoramas) de ce premier édifice sont détruites en 1831. Un second panorama, encore plus vaste (rotonde de 32 mètres de diamètre), situé entre le boulevard des Capucines et le rue Neuve Saint-Augustin, est détruit en 1824. Alphonsine Duméril-Delaroche et ses amis témoignent de l’engouement des parisiens pour ces spectacles. Les panoramas de Naples et de Calais, qui les impressionnent si fort, sont peints par Pierre Prévost et ses collaborateurs. Pierre Prévost (1764-1823), élève de Valenciennes, est un peintre de paysages, particulièrement de soleils couchants, qu’il expose au Salon de 1796 à 1824. Il est surtout renommé pour les panoramas qu’il exécute en collaboration avec son frère, son neveu et d’autres peintres  : scènes historiques (Bataille de Wagram), vues de villes restituées depuis un point précis (Paris, vue prise du pavillon de Flore), ou bien synthèse de ces deux thèmes (Calais, ou le débarquement de Louis XVIII)7.

La représentation panoramique est assez prégnante pour inspirer des images poétiques qui trouvent en elle l’alliance féconde entre le point fixe de l’instant et le déploiement de l’espace, la plongée dans l’ailleurs ou le passé. « Ma mémoire est un panorama ; là, viennent se peindre sur la même toile les sites et les cieux les plus divers avec leur soleil brûlant ou leur horizon brumeux » écrit Chateaubriand8. Le présent se diffracte en une longue séquence de paysages variés qui ressuscitent des souvenirs en une frise sans rupture où se fondent lieux et moments passés. Gageons qu’Auguste Duméril, si attentif à conserver par l’écriture trace de ses expériences, a su retrouver dans les flux de sa mémoire l’émotion qui le saisissait devant les panoramas sublimes qu’il admirait en 1846.

 

  1. Jacques-Franck Degioanni, Le secret des panoramas, Éditions Caractères, Paris, 1984, page 9. []
  2. Sur l’une des fondatrices de ce musée, voir le billet « Mademoiselle Rath ». []
  3. Le présent billet puise largement dans les informations mises en ligne par le MuCEM. []
  4. Yvon Le Scanff, Le paysage romantique et l’expérience du sublime, Champ Vallon, 2007. []
  5. Victor Hugo, Lettres à un ami, 1842. []
  6. Journal de voyage d’Auguste Duméril, 1846. []
  7. Emmanuel Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, nouvelle édition en 10 volumes, Gründ, 1976. []
  8. François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, tome 4, 4e partie, livre 5, 1848. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *