Clémence

Il y a quelques jours, avant même que je me sois aperçue de sa disparition, une jeune femme m’a rapporté la carte bleue que j’avais perdue dans le métro. Elle s’appelle Clémence et j’ai voulu, sans autre justification que le plaisir de rappeler cet heureux dénouement, écrire un billet autour de ce prénom, cité dans quelques lettres du site1. « Les femmes n’ont pas de nom. Elles ont un prénom. Leur nom est un prêt transitoire, un signe instable, leur éphémère. Elles trouvent d’autres repères » écrit Marie Darrieussecq2. Comment se sont affirmées au monde les cinq Clémence mentionnées ? Cinq femmes au statut social différent : trois sont possiblement employées de maison et deux, grandes bourgeoises, épouses de notables.

Trois employées de maison

« Possiblement » ai-je écrit, car les positions ne sont pas toujours précisées et les circonstances ne donnent qu’une image très floue de la situation de ces femmes. Au sujet du personnel domestique des familles bourgeoises de l’entourage des Duméril et des Mertzdorff, les lettres sont peu prolixes. Des trois « Clémence », que peut-on deviner ? Elles sont d’une certaine façon reconnues, puisqu’elles sont désignées par leur prénom, même hors du foyer qui les emploie, et non par leur seule fonction (« la cuisinière », « la bonne »). Bien que ces familles se définissent par le statut de leur chef masculin, la présence des Clémence s’inscrit dans la proximité des femmes, épouses ou filles de la maison. Auprès de qui sont-elles mentionnées ?

  • Chez le sculpteur Charles Cordier en 1855 et 1856

Plutôt que de Charles Cordier, c’est à son épouse Félicie que Clémence semble attachée.

J’ai oublié de te dire que Clémence n’était pas arrivée comme elle l’avait annoncé, ce qui est fort heureux, puisqu’elle se serait trouvée chez Félicie au milieu de bien tristes scènes.  (12 septembre 1855, la jeune Caroline Duméril à sa cousine Adèle Duméril)

La famille Cordier est alors attristée par la perte d’un enfant de quelques semaines. La présence de Clémence auprès de Félicie Cordier est encore notée l’année suivante (lettre du 31 août 1856). Présence juvénile sans doute, puisque qu’on veut lui éviter  « de bien tristes scènes » et possiblement mercenaire. Ou bien il pourrait s’agir d’une cousine de Félicie, de trois ans plus jeune qu’elle, et qui viendrait périodiquement la seconder.
Félicité Cordier, épouse depuis juillet 1851 du sculpteur Charles Cordier (1827-1905), est une parente des épistolières. Charles Cordier a quitté sa ville natale de Cambrai pour Paris, où il travaille dans l’atelier de Bougron puis de Rude. Il rencontre là un ancien esclave noir affranchi, modèle dont il fait un portrait exposé au Salon de 1848. C’est l’année de l’abolition de l’esclavage déclarée dans les colonies françaises et le point de départ de l’œuvre ethnographique de Cordier. « Toute race a sa beauté » écrit-il, et ses sculptures polychromes d’Asiatiques et d’Africains séduisent le public. Peut-être n’est-il pas présent auprès de sa famille et de Clémence au moment où ce prénom est cité : Charles Cordier parcours le monde, envoyé en missions ethnographiques (en Algérie en 1856), avant de s’installer à Nice puis, à partir de 1890, à Alger où il finit ses jours.

  • Chez l’industriel Duméril en 1873

Pour cette deuxième Clémence, pas de doute : il s’agit explicitement d’une (ancienne) employée. Louis Daniel Constant Duméril gère l’une des usines de son gendre en Alsace. Son épouse, « Bonne-maman », toujours active, toujours fragile, a rendu visite à une « ancienne bonne ». Une des formes du paternalisme qui se manifeste également par des dons de nourriture, de charbon, de vêtements à des ouvriers et employés âgés, à une époque où les retraites ne sont pas générales3.

Bonne-maman n’a pas très bonne mine, un rien la dérange, elle est excessivement maigre & elle était pâle. Elle attribue sa petite rechute, qu’elle dit enrayée, à son ancienne bonne Clémence qui est malade & a donné des inquiétudes, la voilà un peu mieux. (30 novembre 1873)

  • Chez le journaliste Henri Baudrillart en 1874

Dans cette lettre encore, seul un prénom mentionné donne existence à une personne : « nous ne voyons que Marthe Baudrillart et Mlle Clémence » (lettre du 21 avril 1874). « Mademoiselle » Clémence semble indiquer un statut particulier, peut-être celui de la bonne attachée à la petite Marthe (6 ans), plutôt que la bonne affectée à l’entretien de la maison. Une subtile hiérarchie fixe la place et les attributions de chacun et de chacune, et cloisonne fermement les gens de maison.
Henri Baudrillart (1821-1892) est économiste, enseignant et journaliste : rédacteur en chef du Journal des Économistes puis du Constitutionnel, tout en collaborant à la Revue des Deux Mondes et au Journal des Débats. Félicité Silvestre de Sacy, son épouse, la mère de la petite Marthe qu’accompagne Mademoiselle Clémence, appartient au même milieu que lui : son père, Ustazade Silvestre de Sacy fait comme son gendre partie de la rédaction du Journal des Débats, où il est critique littéraire tout en exerçant ses fonctions d’administrateur de la Bibliothèque Mazarine. C’est à ce monde-là qu’appartiennent les deux autres Clémence citées dans les lettres.

Deux épouses de notables

  • Marie Clémence Dumont de Sainte-Croix, épouse de René Primevère Lesson

Les Dumont sont mentionnés en tant que cousins éloignés des épistoliers. Juriste et naturaliste, Charles Dumont (1758-1830), qui prend le nom de Dumont de Sainte-Croix, travaille au ministère de la Justice et collabore avec Cuvier. Sa fille Marie Clémence épouse en 1827 René Primevère Lesson (1794-1849). Sorti de l’École de médecine navale, Lesson devient officier de santé civile et pharmacien ; naturaliste autant que médecin, il prend la charge du muséum d’histoire naturelle de Rochefort.

  • Clémence Balguérie-Stuttenberg, épouse d’Édouard de Boisgérard

Cette Clémence n’est pas une parente : elle fait partie des relations (lointaines) des épistoliers ; la rencontre se fait par voisinage, dans le nouveau quartier huppé de La Côte au Havre. Les Balguerie sont des négociants, armateurs, banquiers, plus ou moins engagés aux côtés du parti libéral sous la Restauration. Clémence Balguerie-Stuttenberg, née en 1812, est la fille de Pierre Balguerie (1778-1825) et de Sophie Stuttenberg (1791-1837). Elle épouse Édouard de Boisgérard (décédé en 1859), qui appartient au cercle des négociants protestants havrais. Ils ont une belle propriété (une « campagne charmante » écrit André Marie Constant Duméril), donnent des fêtes magnifiques et assistent aux régates, ces

réjouissances publiques dans lesquelles il y a assaut de courses en mer sur des chaloupes montées par des matelots très habiles de navires baleiniers. (2 juillet 1841, André Marie Constant Duméril à son épouse)

En 1842 Édouard de Boisgérard est président de la Société des Régates.

Le choix du prénom

Le prénom, qui identifie et assigne à l’enfant une place dans sa famille et dans sa communauté, veut imprimer une marque sur son avenir. Le choix du prénom, dans la société traditionnelle française, est encadré par l’Église : depuis le Concile de Trente elle préconise au baptême « un nom qui doit être celui de quelqu’un qui ait mérité, par l’excellence de sa piété et de sa fidélité pour Dieu, d’être mis au nombre des Saints, afin que, par la ressemblance du nom qu’il a avec lui, il puisse être excité davantage à imiter sa vertu et sa sainteté »4. La loi du 11 germinal An XI (2 avril 1803), tout en limitant les fantaisies des années révolutionnaires, stipule que seront acceptés par l’état-civil non seulement les prénoms qui figuraient dans les différents calendriers, mais aussi ceux des personnages de l’Histoire ancienne.

Le prénom Clémence conjugue la douceur de son étymologie avec la sainteté d’une veuve rhénane du XIIe siècle, retirée dans une abbaye bénédictine5. Le choix du prénom est déterminé par un faisceau de facteurs liés à l’époque historique, au lieu géographique, à la classe sociale, à l’héritage familial. Françoise Zonabend restitue au donateur (traditionnellement le parrain), sa part de liberté car le prénom qu’il choisit dans ce cadre contraint évoquerait aussi pour lui, écrit-elle, « des réminiscences culturelles, personnelles, qui n’ont rien à voir avec la signification originelle du prénom »6.

  1. Le substantif « clémence » n’apparaît pas dans les lettres. []
  2. Marie Darrieussecq, Être ici est une splendeur. Vie de Paula M. Becker, POL Éditeur, 2016. []
  3. Les retraites ouvrières et paysannes telles que nous les connaissons sont créées en 1910. []
  4. Prescription du catéchisme du Concile de Trente, citée par Jacques Dupâquier dans l’ouvrage collectif Le Prénom : mode et histoire, Éditions de l’EHESS, 1984, p. 5. []
  5. Nadine Cretin, Dictionnaire des prénoms de France : histoire, terroirs et régions, Bible, mythologies, saints, botanique, localités, géographie, Perrin, 2006, p. 132. []
  6. Le Prénom : mode et histoire, op. cit., p. 25. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *