Annoncer la mort

Charles Mertzdorff, maire de Vieux-Thann de 1865 à 1872, est amené par ses fonctions à consigner les morts de sa commune dans les registres de l’état-civil. Dès sa prise de fonction, le 11 septembre 1865, sa signature remplace celle du précédent maire Auguste Coullerez. Ce jour-là, Charles Mertzdorff certifie la mort d’un enfant âgé de deux ans neuf mois, le fils d’un ouvrier qui travaille possiblement dans son usine de blanchiment d’étoffes.

Déclaration de décès le 11 septembre 1865 signée par le maire de Vieux-Thann
Déclaration de décès le 11 septembre 1865 signée par le maire de Vieux-Thann

Mais les formules administratives ne disent rien des émotions éventuelles. Le maire lui-même, on le sait par des lettres à sa famille, est touché par certains décès qu’il inscrit : tel celui de Pierre Trentini, victime d’un accident du travail dans l’usine Mertzdorff1. Et bien sûr, plus souvent qu’au sujet des étrangers, la correspondance fait écho aux événements qui périodiquement scandent la vie familiale et sont répertoriés dans les registres de l’état-civil : les naissances2, les mariages et les décès.

Les formes de l’annonce

La lettre est une forme privilégiée de l’annonce, plus personnalisée et appréciée que le billet de part.

  • Le billet de part

Son usage est courant, mais sa sècheresse peut blesser et l’information qu’il donne paraître insuffisante, même lorsqu’il s’agit d’un professeur :

Je crains trop que vous appreniez demain par un billet de faire-part le foudroyant et douloureux événement qui est un vrai malheur pour toutes les élèves du cours et je veux dans un seul mot vous dire qu’il est malheureusement arrivé hier au soir. […]. Je vous donne ces quelques détails, chère Madame ; peut-être savez-vous déjà tout, mais je me suis mise à votre place et il m’aurait semblé bien dur de l’apprendre par un billet. (Paule Arnould à la mère d’une camarade de classe, 7 mai 1875)

Charles Dezobry, dans le Dictionnaire pratique et critique de l’art épistolaire français3, distingue le « billet d’enterrement » où l’invitation « n’est faite qu’au nom des proches parents, ascendants ou descendants » du « véritable billet de Part » ou « lettre de Part » qui est « une circulaire imprimée dont on use pour faire part à ses parents, amis ou connaissances » du décès d’un parent. Selon l’usage, « le plus proche parent du décédé fait cette circulaire, au nom de tous les membres de la famille ». Pour Dezobry, ce billet est « une touchante invention de la civilisation moderne », car il voit dans le souci d’associer au deuil, au-delà de la famille, les « amis secondaires ou [les] connaissances en pays plus ou moins éloignés », « une inspiration de la fraternité recommandée par le christianisme ». Quoi qu’il en soit, des conventions très précises guident la rédaction de ces billets : le format (in-4o, en double feuille), la typographie (italique), le papier (fin, bordé d’un liseré noir de 1,5 à 2 millimètres) et bien sûr les formules – tout est codifié.
Le rédacteur du manuel prend ses distances avec cette présentation qui « ressemble presque à l’arbre généalogique de la famille car elle commence par une énumération de tous les membres vivants de la race ascendante ou descendante du décédé, suivant l’ordre de primogéniture, avec leurs noms, prénoms, qualités et professions, y compris les marmots encore à la mamelle, mais dont on ne dit pas les qualités ». La lecture des annonces de décès (de nos jours des sites spécialisés en proposent de toutes les époques) montre que ces prescriptions, malgré les critiques qu’elles peuvent recevoir, continuent d’être longtemps respectées.

  • La lettre

On verra ci-dessous quelques exemples de lettres d’annonces de décès. L’importance attachée à ces lettres peut paradoxalement se manifester par leur disparition : trop précieuses pour être mélangées aux lettres ordinaires, elle peuvent être conservées à part comme des reliques et disparaître par la suite. Ainsi Auguste Duméril glisse une note dans les archives familiales :

Lettre de M. Duméril1 à ses parents pour leur annoncer la mort de sa fille Caroline.
J’ai pris cette lettre pour la placer dans mes archives. Aug D

 

La lettre absente (6 septembre 1811)
La lettre absente (6 septembre 1811)

Cette lettre disparue était adressée par André Marie Constant Duméril à ses parents, le 6 septembre 1811 ; elle leur apprenait la mort de sa fille aînée Caroline, âgée de 4 ans. Cette petite Caroline est la sœur d’Auguste (né plus tard, en 1812), celui qui longtemps après soustrait la lettre pour ses propres archives.

Les auteurs de l’annonce

La nouvelle diffuse des premiers informés vers ceux que la distance éloigne. Souvent au début du XIXe siècle la nouvelle est transmise par les hommes : héritage de pratiques plus anciennes qui écartaient les femmes des enterrements ? L’annonce se fait d’abord entre parents.

Papa. Duméril [un frère de l’auteur] est dans le chagrin. il vient de perdre sa femme. à la suite de sa couche, elle avait eu une pleurésie à laquelle s’est jointe une fièvre putride. Elle est morte hier à six heures du soir, au moment où nous concevions les plus grandes espérances […] Son fils se porte bien. il va s’occuper de lui trouver une nourrice. Adieu. (André Marie Constant Duméril à son père, 16 mai 1799)

Elle touche également les amis

Mon cher ami, vous aurez appris, par Guersant, le grand chagrin que nous avons éprouvé par la perte de ma petite fille, dont le développement était si heureux. (André Marie Constant Duméril à son ami Pierre Fidèle Bretonneau, le 20 septembre 1811)

Cette petite fille, née en 1807, était morte début septembre 1811.

Le cercle des parents et amis répand la nouvelle.

Les malheurs publics qui nous frappent tous n’empêchent pas les douleurs particulières ; j’en ai une bien pénible à t’annoncer : ce cher bon monsieur Auguste [Duméril] dont l’état s’aggravait sensiblement depuis plusieurs jours a succombé hier soir. […] Madame Auguste m’a tout particulièrement chargée de la triste mission de t’informer de ce malheur et de te prier de l’annoncer à nos bons amis Duméril (Jeanne Target-Desnoyers, une amie des Duméril, à sa fille, le 13 novembre 1870, pendant le siège de Paris)

Le temps de l’annonce

  • La rapidité

La famille proche et les amis chers sont rapidement informés. Les nouveaux moyens de communication réduisent encore les délais. C’est par une dépêche télégraphique, expédiée et reçue quelques heures plus tard, que Louis Daniel Constant Duméril annonce la mort de sa fille :

Hier soir à 10 h tout était fini. Duméril (Dépêche télégraphique de Louis Daniel Constant Duméril à une amie, 8 juillet 1862)

  • L’annonce différée

Le 5 janvier 1871 Julien Desnoyers est mortellement blessé sur les fortifications parisiennes. Sa sœur Aglaé et ses parents sont dans la capitale assiégée. Son autre sœur, Eugénie, réside en Alsace auprès de son époux Charles Mertzdorff. Les informations concernant la blessure et l’état du jeune soldat ne parviennent-elles pas à sa famille parisienne ? ou bien celle-ci refuse-t-elle d’ajouter à l’inquiétude de la sœur éloignée ? Toujours est-il que pendant des semaines l’annonce de la mort de Julien est différée. Dix jours après, la réalité est encore occultée :

Ma chère petite Nie, tu dois être toute préoccupée en entendant parler de bombardement, ne te tourmente pas car nous n’en souffrons pas […] cependant nous sommes tous bien tourmentés de notre cher Julien qui est blessé […] espérons que Dieu sera assez bon pour nous conserver notre cher petit frère et que nous aurons le bonheur de nous retrouver tous réunis. C’est le 5 janvier que cher Julien a reçu un éclat d’obus à la cuisse notre grand désir était de le posséder de suite, aussi M. Edwards est-il allé malgré les bombes qui pleuvaient sur le fort pour le chercher ; mais le médecin a trouvé impossible de le transporter, tu comprends notre inquiétude. Les nouvelles ne sont pas complètement bonnes on a l’air de trouver la blessure grave, mais il ne faut pas perdre courage car l’on a bien des exemples de guérison (Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à sa sœur Eugénie, 15 janvier 1871)

Les nouvelles sont de plus en plus mauvaises, mais l’issue fatale n’est pas encore avérée :

Ma chère petite Nie, tu dois être bien anxieuse d’avoir de nos nouvelles, surtout après ma dernière lettre qui te parlait de nos inquiétudes au sujet de notre cher Julien. Nous ne pouvons nous dissimuler que la blessure est grave, aussi sommes-nous très inquiets. (Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à sa sœur Eugénie, 22 janvier 1871)

La nouvelle parvient enfin. Pourtant, dès le 5 janvier, une lettre donne tous les détails de la fin édifiante de Julien Desnoyers. Nous connaissons cette lettre du 5 janvier par une copie faite le 31 janvier par Eugénie, la sœur en Alsace, enfin informée :

Le 5 Janvier 1871. Julien a été atteint à 10 h du matin au fort d’Issy, par un éclat d’obus, qui lui a enlevé une partie du ventre, horrible blessure qui ne laissait aucun espoir. (Lettre de Mme Duméril à sa sœur, recopiée par Eugénie Desnoyers-Mertzdorff le 31 janvier 1871)

*****

Au temps de l’annonce succède celui du deuil et des condoléances.

***

  1. Voir le billet « La mort d’un ouvrier : Pierre Trentini ». []
  2. Voir le billet : « Annoncer une naissance ». []
  3. Charles Dezobry, Dictionnaire pratique et critique de l’art épistolaire français : avec des préceptes et des conseils sur chaque genre, plus de mille modèles choisis dans les monuments et les documents de la langue française, et des remarques... , C. Delagrave, 1866, 1 volume in-8 de 1344 pages. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *