Caroline Duméril: l’enfance

Les correspondances au long cours permettent de suivre des personnes pendant des années, parfois toute leur vie. Ainsi de Caroline Duméril, épistolière au style alerte, présente dans les lettres avant même qu’elle sache écrire.

Caroline naît à Paris, en avril 1836, un an après le mariage de ses parents, des cousins germains. On devine une enfance choyée ; ses oncles et tantes provinciaux se réjouissent d’une visite, l’embrassent par lettre, la décrivent comme « la gracieuse Caroline, si bien douée, sous tous les rapports » (31 décembre 1842). Elle-même prend la plume pour s’adresser à eux : « Caroline, qui sûrement sentira aussi vivement que sa mère, nous a adressé aussi une jolie lettre, composée et écrite par elle-même, qui nous a fait d’autant plus plaisir, qu’elle exprime parfaitement l’ingénuité des sentiments qu’elle porte à son gentil petit frère. » (4 janvier 1843). A sept ans Caroline a une écriture régulière et respecte les formes imposées : « Ma chère petite tante, J’espère que tu te portes bien… » (18 février 1843).

fac similé de la lettre de la petite Caroline (18 février 1843)

 Elle envoie des vœux à ses grands-parents, qui répondent : « Dis à Caroline que nous avons été très flattés, sa bonne-maman et moi, de la jolie lettre qu’elle nous a adressée, le jour de l’an ; que nous avons admiré l’ordre de son écriture, le sentiment qu’elle exprime et particulièrement sa bonne amitié pour Léon [son petit frère]. Dis-lui que je l’en remercie de tout mon cœur, et que je suis bien flatté aussi de la satisfaction que te donne son caractère, que je sais être beaucoup plus souple qu’il ne l’était autrefois. » (26 janvier 1843).

Pour ses sept ans on l’emmène à l’Opéra Comique, voir l’Ambassadrice, de Scribe et Auber, « et bien qu’elle ait été loin de bien comprendre, elle s’est beaucoup amusée. » (13 avril 1843). En visite, elle joue avec ses cousins. Elle va voir la mer à Ostende avec ses parents (elle a dix ans). Elle se lie d’amitié avec Eugénie et Aglaé Desnoyers, qui habitent comme son oncle et son grand-père au Jardin des Plantes. Elle entretient une correspondance avec sa cousine Isabelle Latham, qui habite au Havre.

[Ces personnes seront présentées dans des billets ultérieurs1]

  1. Voir le billet : Caroline Duméril et Isabelle Latham, les cousines-amies. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *