Lunettes

Une exposition

  • Flacons et vitraux

Le musée de Cluny à Paris présente du 20 septembre 2017 au 8 janvier 2018 l’exposition : « Le Verre, un Moyen Âge inventif ». Gobelets et verres aux décors rapportés de gouttes et de filets, avec dorures, côtes saillantes, résilles et cabochons, bouteilles vert pâle, diaphanes calices, flacons miniatures ou piriforme, ampoules aux longs cols et fioles à col torsadé, pieds côtelés, dentelés, creux, effilés ou absents, émaux translucides ou opaques travaillés par les orfèvres, fenêtres aux lourds cadres de bois habillés de cives rondes ou de losanges assemblés au plomb, vitraux traversés de lumières et de couleurs, lampes et miroirs : les objets dialoguent avec enluminures, peintures et gravures.

  • Lunettes médiévales

Les vitrines du musée exposent également des lunettes, binocles et besicles, qui font leur apparition à la fin du XIIIe siècle. De plus en plus performantes, les lunettes apparaissent dans les tableaux comme des accessoires d’hommes de lettres et, symboles de la prudence et de la tempérance, comme attributs de sages et saints personnages. Van Eyck, vers 1430, représente le chanoine Georges Van der Paele, agenouillé à côté du trône de la Vierge à l’enfant ; il tient d’une main marquée par l’âge son livre de prières entrouvert et de l’autre des besicles, engagées entre les pages.

Jan van Eyck, Madone du chanoine Georges Van der Paele [détail], Musée communal de Bruges (source : Jan van Eyck [domaine public], via Wikimedia Commons)

Au milieu de toutes les couleurs de l’exposition du musée de Cluny, un ouvrage austère a pourtant retenu mon attention, un livre imprimé au XVIe siècle, un recueil de sermons de saint Augustin. Ni gravures ni vignettes sur la page. Mais l’empreinte de lunettes oubliées un moment dans le volume refermé. Le cuir (ou la corne noircie1) qui cernait les verres a laissé une double trace, page de gauche et page de droite, deux cercles brunâtres reliés par le petit arc qui les maintenait sur l’arête du nez. Sur la trame noire des mots, cette marque m’a paru comme un signe du lecteur ou, plus improbable, de la lectrice des temps anciens qui survit ainsi, présence fantôme. Le silence s’est refermé comme le livre, mais les vieilles ombres viennent converser avec nous. Ce fragile souvenir d’un geste éphémère – suspendre sa lecture – trouve un écho dans les lettres.

Des lettres

Avec les lettres, écrites autrefois, conservées, transmises, convoquées aujourd’hui, il est aussi question de papier, d’actes familiers, de fragments entrevus, de messages, de réel projeté, de présences vives. Mais le filtre invisible qui retient la personne absente n’est pas une empreinte : il est tissé de mots, ceux d’une épistolière attentive à sa fillette et attachée à ses parents.
Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff, décrit leur fille Marie âgée de quelques semaines :

Adieu, ma chère maman, je finis cette lettre pendant que Charles est un moment à la fabrique et nous allons nous coucher. Nous t’embrassons tous deux bien tendrement ainsi que notre cher père ; sa petite-fille met en réserve le plus joli de ses sourires pour lui et ses lunettes. Ta toute affectionnée fille Crol (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 28 mai 1859)

Des lunettes, ou même leur étui, font reconnaître le grand-père. Ces objets familiers éveillent sa présence pour la petite Marie, alors âgée de 14 mois :

Elle est bien gaie et bien gentille et fait toujours des progrès. Quand elle voit l’étui à lunettes de sa bonne-maman, elle dit de suite bon-papa. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 13 juin 1860)

On reconnaît les fines notations de Caroline, « maman pour de bon »2.

  1. À partir de 1 500 le cuir, qui épouse plus confortablement le nez, remplace la corne. []
  2. Voir le billet sur ce thème. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *