Des lettres / une correspondance

De nombreuses lettres sont publiées, hors du domaine de la littérature et à distance des personnages célèbres. Lire une lettre de ces inconnus, c’est entendre une voix, écouter une histoire ou un fragment d’histoire. Pour cela, les lettres captivent ; on veut savoir ce qui est arrivé avant et ce qu’il arrivera ensuite, ou bien ce que d’autres ont dit dans les mêmes circonstances. Les éditeurs de lettres optent pour deux choix différents : proposer les échanges d’un épistolier particulier (ou d’un groupe) et faire entendre des dialogues singuliers ou bien rassembler les lettres autour d’un thème en préférant des voix multiples.

Des voix multiples

  • Les recueils de lettres connaissent un grand succès, dont les Paroles de poilus : lettres et carnets du front 1914-1918 publiées en 1998 dans la collection Librio (une collection très bon marché) donnent un bon exemple. Succès auprès des auditeurs de Radio France (par l’intermédiaire de laquelle sont lancés les appels à documents) et succès de librairie puisqu’en 2012 paraît dans la même collection, sous la direction de Jean-Pierre Guéno : Paroles de : les plus belles lettres écrites pendant les Première et Seconde guerres mondiales, étui qui réunit six volumes : Paroles de poilus ; Mon papa en guerre [lettres de pères et mots d’enfants, 1914-1918] ; Paroles d’étoiles [mémoire d’enfants cachés, 1939-1945] ; Paroles de l’ombre [lettres, carnets et récits des Français sous l’Occupation, 1939-1945] ; Paroles du jour J [lettres et carnets du Débarquement, été 1944] ; Passeur de mémoire. L’entreprise se revendique « humaniste et littéraire » et répond au goût du public pour des paroles familières, réputées « vraies », à la suite de l’intérêt porté par les sciences humaines aux « gens ordinaires » et à leurs écrits.
  • Des recueils de lettres existent depuis longtemps, mais réservés aux plumes célèbres : recueils consacrés à un seul auteur (Jacques Du Perron,  Les Ambassades et négociations… avec les plus belles lettres… qu’il a écrittes… et celles qui luy ont été adressées… , 1623), recueils « généralistes » (Les Plus belles lettres des meilleurs auteurs françois du lexicographe Pierre Richelet, 1689) ou encore recueils « à thème », centrés sur l’amour (l’amour fournit un thème inépuisable) ou d’autres circonstances (Les Plus belles lettres de consolation de l’abbé Claude Peyroux, dont la date de parution, 1917, en fait éventuellement un ouvrage utilitaire). Certains manuels épistolaires qui se présentent sous la forme des recueils de lettres peuvent entrer dans cette catégorie d’ouvrages pratiques, que les lettres soient d’écrivains connus ou rédigées par l’auteur (voir Dauphin Cécile, Prête-moi ta plume… Les manuels épistolaires au XIXe siècle, 2000).

Une correspondance

Deux traits caractérisent la correspondance par rapport à la lettre isolée : la réciprocité et la durée. C’est ce qui est donné à voir avec le site S’écrire au XIXe siècle, une correspondance familiale. Une correspondance résulte d’une pratique ritualisée et se construit dans le temps. Il convient donc de respecter la logique qui préside à ces formes d’écriture puis de conservation et de restituer cet échange plus collectif qu’interpersonnel. Une lecture des lettres anciennes est proposée qui vise bien sûr à dévoiler un vécu quotidien, des formes d’intimité, mais aussi des manières de vivre ensemble, de mobiliser des compétences pour entretenir des relations et faire vivre le lien social. Au fil des pages et des années, on voit les épistoliers se réjouir ensemble des naissances, des mariages, des visites, des réussites scolaires et financières et aussi pleurer les morts et compatir aux souffrances. Mais également confronter valeurs et opinions. La correspondance familiale apparaît comme le lieu où se partage et se construit une vision du monde et de l’identité familiale. Un regard anthropologique est ainsi porté sur la fonction sociale des lettres, qui excède leur simple énoncé.

*

Lors des récentes journées de l’archéologie préventive (8-9 juin 2013), j’ai relevé cette recommandation sur « l’importance de l’étude de l’objet en place, sur le site de la fouille » : il est nécessaire d’expliciter le parcours de l’objet en suivant la séquence « fouille, étude, restauration, musée », faute de quoi, « arraché sans étude à son contexte archéologique, il devient un objet muet ». Cette démarche, transposée, apparaît pertinente pour les éditeurs, qu’ils publient des lettres ou une correspondance. Les lettres ne sauraient prendre sens hors d’une forme de mise en contexte.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *