Les cérémonies du mariage

La lettre du 18 avril 1858 laissait à la veille de la première entrevue entre « le Monsieur qui s’impatientait » et la jeune fille qui « s’en remet au Seigneur » (voir le billet On marie Caroline). La lettre suivante, parmi celles qui sont conservées, date du 8 mai : la décision est prise, les fiançailles ont eu lieu. Cette lettre du 8 mai est, comme la précédente, écrite par Caroline Duméril et adressée à sa cousine et amie Isabelle Latham. Caroline envoie une petite branche de son bouquet de fiançailles, à garder en souvenir. Ensuite, fin mai et début juin, se déroule le récit des préparatifs du mariage, toutes ces « cérémonies », comme elle les nomme, qui accaparent Caroline Duméril.

Les cadeaux et la corbeille

J’ai déjà reçu plusieurs cadeaux dont Mathilde te parlera car je les lui ai montrés en grande partie dans cette intention ; je n’ai pas encore ma corbeille, mais je me doute un peu de ce qu’elle contiendra ; M. Mertzdorff est si bon et si généreux que j’ai grand peine à le retenir.  (22-25 mai 1858)

Sous le Second Empire, explique Anne Martin-Fugier (« Les rites de la vie privée bourgeoise », Histoire de la vie privée, 4 : De la Révolution à la grande guerre, sous la direction de Michelle Perrot, 1987) la monstration des présents échangés dans les familles bourgeoises au moment du mariage est codifiée. La corbeille est envoyée par le fiancé le jour de la signature du contrat ; elle représente 5% du montant de la dot – soit une année de revenus. Elle est exposée (dans le petit salon), comme les cadeaux offerts à la fiancée.

J’ai reçu de fort beaux cadeaux, M. Mertzdorff m’a donné de superbes dentelles, toute une parure noire, une garniture blanche pour corsage ; un très beau châle, une montre, un livre de prières, une ombrelle blanche, une voilette délicieuse, un magnifique mouchoir, un bracelet en aluminium, que sais-je moi ? une bague avec un diamant etc. ! Ma belle-mère m’a donné une broche avec des diamants. J’ai reçu un magnifique bracelet, une cafetière en argent, une table à ouvrage en bois de rose, un dessus de pendule en bronze » (12 juin 1858)

Dans l’énumération de Caroline Duméril se retrouvent les cadeaux rituellement offerts : dentelles, bijoux, bibelots précieux, châles ; manque le missel.

Le notaire, le curé, le maire

Ce sont les trois personnages qui président à trois étapes cruciales du mariage. Sur ces moments, dans le cas de l’union de Caroline Duméril et Charles Mertzdorff, nous ne savons rien (des recherches sur le contrat sont en cours). Les étapes et leur succession sont seulement énumérées dans la lettre du 12 juin 1858 : signature du contrat le vendredi 11 juin (le notaire s’est déplacé au domicile du grand-père de Caroline Duméril) ; lundi 14 juin à 3 heures mariage à la mairie ; mardi 15, à midi, mariage à l’église. Habituellement, à Paris, le mariage civil précède d’un ou deux jours le mariage religieux, avec seulement quatre témoins et quelques proches parents.

Entre temps, le 14 juin, Caroline écrit sa dernière lettre de jeune fille au curé de Saint Médard qui l’a « élevée moralement », qui lui a « montré, par l’exemple, ce que doit faire une âme chrétienne » (lettre du 14 juin 1858).

Sur la suite des cérémonies, le dîner de 40 personnes à 5 heures, d’autres détails sont donnés.

Le repas de noce

Ce n’est pas une lettre qui présente les invités, mais une feuille manuscrite « Repas de noces du mariage de Caroline, en Juin 1858 », qui est transcrite et reproduite sur le site dans la rubrique « papiers familiaux, 1858-1883 ».

  • En principe, si les frais occasionnés par le mariage à l’église sont à la charge du marié, le déjeuner est payé par les parents de la mariée. Le repas a lieu, comme la signature du contrat, au domicile du prestigieux grand-père, André Marie Constant Duméril, le savant logé au Jardin des Plantes. Son nom vient en second sur la liste des invités, juste après celui du curé.
  • En quatrième position, avant les oncles et tantes du côté de la mariée, est inscrite « Mme Dollfus », alors veuve : cette cousine des Duméril, en relation par son mariage avec les Mertzdorff, a joué un rôle d’intermédiaire déterminant.
  • Suivent les noms de parents proches du côté de la mariée (Duméril) puis du marié (Mertzdorff et Heuchel). Au milieu d’eux, les mariés eux-mêmes sont en place 12 et 13.
  • Sont invités des parents plus éloignés qui paraissent se distinguer par leur prestige (Hippolyte Comte, avocat et industriel), leur talent (le peintre Giuseppe Devers ; l’épouse du sculpteur Charles Cordier) ou leur fortune (André Fröhlich, gérant des Forges et Fonderies de Montataire ; Louis Sautter, ingénieur centralien, entrepreneur).
  • Enfin, figurent les noms de quelques amis proches : la famille Desnoyers, qui dans les années suivantes sera plus proche encore ; les de Tarlé ; les Dunoyer.
  • Trois enfants (de 7 à 11 ans) mangent à part, dans le cabinet du professeur.

Ces invités appartiennent à des mondes très variés (au sein de la classe aisée) : le monde académique et celui de l’entreprise, mais aussi celui des artistes, de l’armée, de la fonction publique, des propriétaires.

*

Ensuite,  les nouveaux mariés partent pour Fontainebleau et l’Alsace1.

 

  1. Pour la nouvelle vie en Alsace, voir le billet « Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff« . []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *