De l’art du titre

Dans les bibliothèques, les livres sont rangés sur les rayons, n’offrant aux regards que leur dos ; sur cette surface réduite, les caractères imprimés (nom de l’auteur, titre, cote de classement) n’attirent pas le regard. De ces motifs qui se suivent par dizaines sur les étagères seul émerge souvent celui que le regard traque, que l’attention isole et permet de déchiffrer. Mais quelquefois les bibliothécaires, disposant d’un espace libre, retournent le livre et donnent à voir sa couverture où se déploie le titre. C’est ainsi que j’ai été attirée par le graphisme d’une couverture : Le Titre dans tous ses états.

Le Titre dans tous ses états,  Zoé Vayssières, Archibooks, 2013 (Couverture)
Le Titre dans tous ses états, Zoé Vayssières, Archibooks, 2013 (Couverture)

Titrer une œuvre

Pour découvrir ce qui se cache derrière un titre, Zoé Vayssières a posé une série de questions à des artistes, des musiciens, des cinéastes, des écrivains : Quelle est la genèse de vos titres ? Sont-ils au départ de la création ? un jeu, une référence ? Sont-ils de vous ou de l’éditeur ? Et les sous-titre ? Quelle est votre définition du titre ? etc. Ces témoignages singuliers sont accompagnés d’éclairages plus synthétiques et historiques.

Le linguiste Pierre Encrevé s’interroge (pages 36-41) : pourquoi des titre ? Dans une société qui « ne fait confiance qu’au langage », on titre peintures et sculptures, même les plus anciennes (Bison bondissant de la grotte d’Altamira) qui « n’en avaient aucunement besoin ». On risque alors d’imposer cet « écran » entre le spectateur et l’œuvre, de le « dérouter ». Et pour les œuvres abstraites, de les masquer. Encrevé montre que parfois le titre a autorisé des sujets interdits par la société (Vénus légitime une femme nue) ou qu’au contraire, supprimé (la page de couverture arrachée), il banalise ou dissimule le contenu (un livre interdit par la censure). Mais le titre aussi – le plus souvent – apporte renseignements, références, aide à la mémorisation. Il est l’appel au lecteur et son guide. Il apparaît donc important de donner un titre adéquat à son site.

Titrer un site

Réducteur mais utile, le titre d’un site est indispensable. Le choix n’est pas anodin ; il est le sésame qui introduit le lecteur, l’annonce qui pointe le sujet ; il est promesse et repère ; il crée une attente et balise la lecture. On pourra s’inspirer des catégories repérées par Anne de Marnhac (Le Titre dans tous ses états, p. 48-54) pour titrer (et sous-titrer) un site sur les correspondances. Parcourant les rayons de la littérature, elle énumère des formes possibles de titres :

  •  les titres qui annoncent clairement le genre : souvenirs, chroniques, journal, confessions, lettres. Une seconde partie devra préciser qu’il s’agit d’un « curé de campagne », d’une « jeune fille rangée » ou de groupes familiaux ou amicaux. Classique et efficace. Peut se combiner avec la catégorie suivante.
  •  les titres circonscrits à un nom propre (Madame Bovary) ou un simple prénom (Nana). Cette forme semble particulièrement pertinente pour publier une correspondance en présentant d’emblée l’épistolier principal. Ainsi, sur mon site, les noms des familles écriveuses (Duméril, Mertzdorff) sont mentionnés. Une ombre de tristesse (Albertine disparue) ou une marque insolite donnent au personnage un surcroît de présence. L’ajout d’une seconde partie (introduite par exemple par la conjonction « ou » : Émile ou De l’éducation) précise les enjeux des documents proposés.
  •  les titres fleuves. A la manière de titres anciens, on peut présenter tout le projet et développer le programme : Le Secrétaire de la cour impériale de France, ou modèles de placets, pétitions et lettres adressés à l’empereur à l’impératrice, aux princes et princesses de la famille impériale… précédés d’une notice sur l’étiquette et suivis de modèles de lettres sur divers sujets, pour toutes les classes de la société ; précédés, 1° d’une notice relative à la réception des ambassadeurs ; 2° du cérémonial observé à la cour... (1811).
  •  les titres simples, inspirés souvent de la littérature pour la jeunesse, qui se déclinent en autant de lieux (Tintin au Tibet, Tintin au Congo). Ils permettent de débiter le corpus en tranches bien identifiées.
  •  les titres en vogue au XVIIIe siècle (Les Égarements du cœur et de l’esprit), qui concilient « narration de vies » et « leçon de vie » et orientent vers une lecture plus romanesque.
  •  les titre prêtés, « car empruntés à d’autres livres ». Shakespeare (Le Bruit et la Fureur), Baudelaire (Les Merveilleux Nuages) et les poètes en général sont d’inépuisables pourvoyeurs pour les sites les plus « littéraires ».
  • les titres qui reprennent une phrase ou une expression contenue dans les textes qui sont présentés (à la manière de l’article J’accuse). « Bonne lettre », formule récurrente  dans la correspondance Mertzdorff, avait servi de titre au livre qui lui est consacré : Ces Bonnes Lettres ; pas très aguichant, mais on n’a pas trouvé mieux !
  •  les titres trompeurs, flous ou bizarres sont en général à proscrire. L’insolite sied à Ionesco (La Cantatrice chauve), moins à l’éditeur de correspondances.

Si, après la lecture de ce livre, le titre du site de la publication en ligne « S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale » et celui de ce carnet « Publier une correspondance » ne me semblent pas devoir être changés, je reconnais que des pistes différentes auraient pu être explorées. Mais sans doute le ton universitaire canalise la fantaisie…

Pour terminer, ces mots de Tristan Bernard : « Un bon titre n’a jamais sauvé une mauvaise pièce. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *