Transcrire les lettres

Que l’on envisage une publication papier ou une publication électronique, il est indispensable d’obtenir une version typographiée à partir du texte manuscrit des lettres. Certaines lettres sont écrites de façon très lisible, voire calligraphiées, mais la plupart sont écrites rapidement ; dans de nombreux cas seul un déchiffrement attentif permet de saisir les mots et le sens. La transcription sur ordinateur autorise ensuite diverses mises à jour, rectifications et mises en formes du texte, l’ajout de compléments, annotations et liens intertextuels, et l’utilisation d’outils pour son étude (logiciels d’indexation par exemple).

Comment transcrire ?

Passer du manuscrit à l’imprimé suppose une interprétation du texte. Le parti pris ne sera sans doute pas le même s’il s’agit de la correspondance d’une poétesse ou ce celle de votre grand-oncle. Cependant, une règle me semble s’appliquer dans tous les cas : le respect du texte dans sa totalité, sans supprimer ce qui paraît de l’ordre de la formule, du redondant, du banal, du trivial, etc. Si l’accord se fait sur la fidélité au texte, la question se pose du « jusqu’où ? ».

  • Faut-il marquer toutes les scansions visuelles du manuscrit, non seulement les paragraphes, mais aussi les sauts de lignes et de pages, les écritures dans les marges ?
  • Faut-il rétablir ou non l’orthographe ou les tournures qui dérogent aux règles du « bien écrire », et qui peuvent être des indicateurs précieux du niveau culturel et renseigner sur le milieu social ou géographique ?

Pour la transcription de la correspondance des Duméril-Mertzdorff nous avons privilégié l’intelligibilité et la possibilité de rechercher tel mot ou tel nom propre. Nous avons donc rétabli l’orthographe, globalement très bonne dans cette famille de lettrés et de la moyenne bourgeoisie; par exemple, nous avons substitué « temps » ou « enfant » à l’écritue ancienne « tems » et « enfans » . Nous avons également explicité les abréviations (elles sont transcrites en caractères «exposants»), corrigé, dans la mesure du possible, les noms propres, et parfois ajouté un signe de ponctuation. Les ratures sont restituées en mots barrés. Ce choix nous a semblé justifié dans la mesure où le fac-similé des lettres est présenté à la suite de la transcription.

Méthodologie utilisée pour le site Correspondance familiale

Chaque lettre du corpus est saisie comme un fichier WORD

  • Ce texte est ensuite mis en forme aux normes de LODEL, logiciel d’édition électronique, d’utilisation libre et gratuite, qui permet en particulier de générer des index (voir http://www.lodel.org/)
  • Par ailleurs les lettres manuscrites sont scannées (ainsi que les enveloppes lorsqu’elles existent)  en choisissant un mode de numérisation bitonal, avec une définition de 300 dpi.

On pourra consulter « Éditer les correspondances », Épistolaire – Revue de l’AIRE ((Voir le billet : L’AIRE, du bulletin à la revue.)), n° 33, 2007, Honoré Champion éditeur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *