Marie Anne Wallenburger, épouse Neeff (1834-1874)

Des personnes apparaissent fugitivement dans les lettres, que seul un événement survenu (décès, mariage, naissance) et des recherches dans l’état-civil permettent de nommer (l’état-civil de Vieux-Thann, dans le Haut-Rhin, est numérisé). Ainsi un « maçon italien » tombé d’un échafaudage devient Pierre Trentini, venu de Lombardie où il a laissé son épouse, entouré en Alsace par une communauté familiale et de voisinage. Ainsi celui qui à Vieux-Thann apporte le courrier au bureau de poste, dont on écrit en se hâtant de terminer la lettre : « Melcher va venir prendre ma lettre », « Melcher attend ».

« Melcher »

« Melcher » ou « Melchior » est souvent cité. À côté des mentions elliptiques, au fil des ans, la connaissance du personnage se complète : le décès d’un de ses enfants (mentionné dans une lettre à propos des coliques et maux de tête de la petite Émilie Mertzdorff), retrouvé dans le registre d’état-civil, permet de lui donner son nom, Neeff :

Hier soir Melchior le concierge a perdu une petite fille de 5 ans de croup, tu sais malgré soi, ça impressionne toujours un peu. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 10 janvier 1872)

Il s’agit de la petite Thérèse Denise Neeff, née le 10 octobre 1866, décédée le 9 janvier 1872 d’une forme laryngée de la diphtérie. L’une de ses sœurs meurt peu après, sans laisser de trace dans une lettre. Quelques mois plus tard, par deux fois, Charles Mertzdorff annonce d’autres décès à sa fille :

Je ne sais si je vous ai dit que le petit enfant de Melcher qui était toujours malade & chétif est mort cette semaine, il avait 3 ans. C’est un bonheur pour la pauvre créature & ses parents. (12 octobre 1873)

Le dernier enfant de Melcher est mort ces jours dernier de sorte qu’il ne leur reste plus que 4. Ils ont bien déjà perdu 10 enfants ces pauvres gens. Il avait un an & a bien & cruellement souffert. de sorte que l’année passée ils en ont perdu 2. (21 janvier 1874)

Les actes de décès permettent de découvrir le nom de la mère, l’épouse de Melchior Neeff : Marie Anne Wallenburger. Malgré la fréquence des noms Neeff et Wallenburger dans les tables décennales, on peut identifier les événements qui scandent l’histoire de ce couple. À travers les registres, une vie se dessine en pointillés de deuils.

« Marianne »

Alain Corbin, après avoir publié la biographie d’un sabotier percheron du XIXe siècle, indigent et analphabète, choisi au hasard1, déclare au journaliste qui lui demande « Si vous alliez plus loin dans le défi d’historien, quel sujet choisiriez-vous ? » : « Une femme », car, explique-t-il, si « le soldat, le contribuable, le chef de famille, l’électeur laissent des traces », la femme en revanche « ne vote pas, ne fait pas de service militaire, est rarement chef de famille, elle a beaucoup moins souvent maille à partir avec la justice »2. Seules quelques dates évoquent le destin de Marie Anne Wallenburger.

Elle est née le 3 avril 1834, fille d’un ouvrier de fabrique (né vers 1802). Elle travaille comme « ouvrière de fabrique » puis « portière ». Le 9 janvier 1854 elle épouse à Vieux-Thann Melchior Neeff, né le 22 janvier 1823, fils d’un tisserand.

Quinze enfants naissent, dont beaucoup meurent en bas âge :
– Marie Anne, née le 18 août 1854
– Dominique Ferdinand, né le 30 juillet 1855, décédé le 16 mai 1857
– Marie Louise, née le 17 novembre 1856, décédée le 19 mars 1860
– Marie Anne, née le 29 août 1858
– Marie Eugénie, née le 2 février 1861
– François Xavier, né le 27 avril 1862
– Joseph, né le 10 mai 1863, décédé le 8 septembre 1863
– Marie Anne, née le 5 juillet 1864, décédée le 18 janvier 1945
– Marie Anne Louise, née le 2 juillet 1865, décédée le 25 novembre 1866
– Thérèse Denise, née le 10 octobre 1866, décédée le 9 janvier 1872
– Amélie Caroline, née le 21 septembre 1868, décédée le 19 janvier 1872
– Madeleine Louise, née 9 décembre 1870, décédée le 6 octobre 1873
– Marie Stéphanie, née le 26 décembre 1872, décédée le 13 janvier 1874
– un enfant mort-né le 23 mai 1873
– un enfant mort-né le 24 octobre 1874. Marie Anne Wallenburger décède le même jour. Elle a quarante ans.

Au cours de la période 1830-1880, « la lutte contre la mort marque le pas » rappellent les démographes3. Le quotient de mortalité pour les enfants de 1 à 5 ans est de 107 ‰ en 1880 (il est tombé à moins de 3 ‰ aujourd’hui) ; la malnutrition et la sous-nutrition aggravent certaines maladies infectieuses.

Une lettre de Félicité Duméril à Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards clôt cette destinée de maternités et de deuils :

Tu as su l’évènement de la mort de cette pauvre Marianne qui laisse quatre enfants, cette femme était exténuée, son mari a un visage qui fait peine à voir, il est bien à plaindre. (8 et 9 novembre 1874)

Melchior Neeff se remarie le 12 octobre 1875 avec Anne Zimmermann. Le 27 octobre 1875, Charles Mertzdorff le décrit « rayonnant dans son nouveau ménage ».

  1. Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot (1798-1876). Sur les traces d’un inconnu, Flammarion, 1998. []
  2. Télérama, 4 mars 1998, Alain Corbin interrogé par Catherine Portevin et Gilles Heuré. []
  3. A. Bideau, J Dupâquier, J-N Biraben, « La mortalité de 1800 à 1914 », Histoire de la population française, 3. De 1789 à 1914, sous la direction de Jacques Dupâquier, PUF, 1988, pages 279 et suivantes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *