Tous les articles par Danièle Poublan

Manger à Paris en 1795 : les prix et le manque

En janvier 1795, le jeune André Marie Constant Duméril, choisi comme élève du district d’Amiens (sa ville natale) pour suivre les cours de l’École de santé, quitte son travail de commis et sa pension rouennaise pour venir étudier à Paris. Finis, les soins maternels de Mme Thillaye et les ressources de la province, il doit se débrouiller avec les maigres revenus d’élève de la nation pour vivre dans la capitale. Il partage un logement avec deux de ses frères.

Dès sa première lettre à sa mère (7 pluviôse an III-26 janvier 1795), il réclame « un habit et une culotte ». Bientôt, à ses soucis vestimentaires récurrents s’ajoutent des préoccupations alimentaires :

Et la vie de Paris, vous ne devineriez pas combien me coûte un dîner ? ou plutôt vous ne le voudriez pas croire ? malheureusement c’est Auguste [son frère] qui paye cela pour moi.  (21 février 1795)

Malgré quelques travaux rémunérés, la situation ne s’arrange pas. La lettre à sa mère du 28 mai 1795 est toute entière consacrée à ces problèmes, qui pourraient même compromettre ses études :

Nous avons reçu avant-hier le trop petit pain, que vous nous avez fait passer […] Nous avons reçu aussi il y a environ une huitaine, celui que mon oncle a eu la complaisance de nous faire passer, nous mangeons aujourd’hui le reste du dernier. […] Je suis maigre à faire peur. […] je suis décidé à retourner à Amiens pour un mois ou deux plutôt que de mourir de faim ici.

Le jeune homme revient à la charge quelques semaines plus tard:

je viens d’aller acheter pour 18 livres [monnaie] de pain, 1 livre ½ [poids], nous en avons eu pour notre déjeuner ! si vous pouvez nous en faire passer ; profitez de la première voie. tout augmente encore énormément : le Beurre 16 et 17ll la livre, le fromage de Gruyère vaut ici 10ll, les cerises 3ll, & les groseilles 2ll10 s, les œufs 20 s, jugez comment je fais pour vivre ? (29 juin 1795)

Le prix pain est primordial. Dès avant la Révolution son prix est élevé : 6 livres de pain coûtent 12 sous, soit le salaire d’un journalier. Le pain reste la nourriture de base et la Révolution ne supprime pas la hantise du pain cher et de la faim. Le prix du blé est en augmentation, ce qui provoque agitation populaire et discussions politiques. L’approvisionnement en sucre, en savon, en viande, en chandelles, en vin, etc. est difficile. Finalement la Convention fixe un prix maximum pour les grains puis pour tous les produits de première nécessité (29 septembre 1793). Un mois plus tard, en octobre 1793, est créée la carte de rationnement. Elle donne droit à 750 g de pain par jour, rapidement réduits à 500 g puis, en 1794, à 250 g. Cette quantité est insuffisante pour l’appétit des jeunes gens :

Nous ignorons à qui nous sommes redevables du dernier pain que nous avons reçu et nous n’avons pas remercié les donateurs. […] ce que nous recevons de la section ne suffit pas pour nourrir l’un de nous pendant un jour. (juillet 1795)

Par votre dernière, vous nous mandiez que vous aviez été à Aubigny pour vous procurer du grain. quelle a été l’issue de votre voyage. nous nous ruinons en achat de pain car nous n’en recevons encore que trois quarterons. Quant à moi j’en mange une livre en sus qui me coûte 9ll ou 10ll. nous croyons bien que si nous n’en avons pas reçu jusqu’ici, c’est qu’il vous a été impossible de nous en procurer.  (7 septembre 1795)

La pénurie affecte nombre de jeunes gens (voir « Les étudiants en médecine à Paris sous la Révolution », Le Progrès médical, supplément illustré, 1939, n° 2). Manger : cette préoccupation constante du jeune homme se traduit par des détails et développements dans chacune des lettres à sa mère :

Depuis le Retour de mes frères je n’ai pas mangé une seule fois chez le Restaurateur : nous vivons, nous deux, Auguste, de Beurre, de fromage, & de cerises. (juillet 1795)

et quelques mois plus tard :

 Nous avons reçu pain, beurre et bas : c’est-à-dire le paquet que nous annonçait votre lettre du 27. vous ne pouviez nous faire un présent dont nous puissions mieux sentir le prix : nous sommes dans la situation la plus pénible. Deux jours de suite nous nous sommes trouvés sans pain. […] aujourd’hui, il est trois heures, la farine n’est pas encore arrivée chez le boulanger ; le pain qu’on nous délivre à la section, quoique bien manipulé, porte un mauvais goût. on le dit composé des farines de vesces, de féveroles, de seigle et d’avoine ; si cependant on nous en donnait notre saoul ! mais que sont ¾ ?  nous qui mangerions sans gêne pour  notre  déjeuner  la livre ½ ! le prix du pain est ici exorbitant: le blanc se vend 40ll et l’ordinaire plus commun 30 ou 34ll. Aussi quand nous en manquons, et cela n’arrive que trop souvent, nous sommes obligés de vivre avec des châtaignes, qu’on nous vend 15ll le litron, environ deux pintes d’Amiens : le beurre vaut ici 85 à 90ll, les œufs 3ll 10s, la chandelle 95 à 100ll. Enfin c’est une désolation de l’abomination.  (22 novembre 1795)

 Après Thermidor, en 1796, la Convention abolit le Maximum qui protégeait le prix de la farine et rétablit la liberté du commerce. Tous les prix montent, l’inflation touche durement les plus pauvres et accentue les inégalités. Mais le jeune André Marie Constant Duméril, qui gagne un peu d’argent en secondant les professeurs au Muséum, en préparant leurs cours, voit sa situation s’améliorer.

Les enveloppes

L’usage de l’enveloppe est ancien, mais les enveloppes ne sont fabriquées industriellement et ne deviennent d’usage courant qu’à partir du milieu du XIXe siècle. Auparavant, le plus souvent, le papier sur lequel on écrit est replié sur lui-même pour fermer le pli. La conservation des enveloppes est très variable : elles sont en nombre dans le fonds du Musée de la Poste à Paris, mais vidées de leur contenu, parce qu’elles portent marques postales et timbres ; à l’inverse, dans les archives familiales ici présentées, elles ont le plus souvent disparu et seules les lettres ont été gardées.

 La feuille pliée et scellée

Le pliage de la lettre est tout un art, dont Jean-Louis Nagel détaille les modalités (« La lettre. Pliage, enveloppes, cartes postales », Les Feuilles marcophiles, 1973, p. 45). Habituellement, la feuille est pliée en trois puis de nouveau en trois ; c’est ainsi que procède Alphonsine Delaroche s’adressant à sa belle-mère (13 septembre 1806)

Capture-adresse-1806-09-13

Mais il y a toutes sortes de pliages possibles, des plus simples (lettre d’AMC Duméril, 3 janvier 1797) jusqu’aux plus compliqués.

adresse sur la lettre du 3 janvier 1797
adresse sur la lettre du 3 janvier 1797

La soudure est assurée le plus souvent par un cachet de cire (la marque en est visible sur la lettre de 1806 ci-dessus) ; les pains à cacheter sont des objets familiers. Même après que les enveloppes industrielles sont devenues d’usage courant, certaines lettres spéciales continuent d’être scellées. L’Annuaire des Postes de 1870 précise que « l’empreinte doit être spéciale à l’expéditeur. Sont expressément exclues les empreintes banales, et notamment celles obtenues au moyen d’une pièce de monnaie, d’un dé à coudre ou de tout autre objet semblable ».

 Les enveloppes anciennes

« Dès le XVIe siècle, les lettres missives officielles et celles des grands personnages sont mises sous enveloppe » écrit John Grand-Carteret (Papeterie et papetiers de l’ancien temps, Paris, Georges Putois, 1913, p. 134). Ailleurs, il précise que l’enveloppe se popularise peu à peu au XIXe siècle « à tel point que les commerçants, longtemps rebelles, eux-mêmes en font usage. » (John Grand-Carteret, Vieux Papiers, vieilles images. Cartons d’un collectionneur, 1896, p. 13). Les enveloppes sont confectionnées par l’expéditeur, quelquefois à partir de papier pré-découpé vendu par des libraires-papetiers. La Comtesse de Bradi, dans Le Secrétaire du XIXe siècle maintes fois réédité à partir de 1840, recommande de faire les enveloppes soi-même et de s’appliquer à les faire sans plioir et sans ciseaux.

L’emploi d’enveloppes au début du XIXe siècle est plusieurs fois attesté :

– une petite enveloppe cachetée à la cire le 7 septembre 1795
– une enveloppe à l’ adresse de l’agence générale de l’hôpital militaire pour « faire passer » plusieurs lettres (4 février 1796)
– une enveloppe renfermant des notes scientifiques (24 septembre 1811)

En 1844 certaines lettres d’Alphonsine Delaroche ne portent plus trace de pliage ni de cachet (10 septembre 1844), tandis que d’autres ont visiblement voyagé sans enveloppe (6 septembre 1844)

adresse sur la lettre (6 septembre 1844)
adresse sur la lettre (6 septembre 1844)

 Les enveloppes d’usage courant

Les premières enveloppes fabriquées industriellement sont mises en vente en Angleterre et en France dans les années 1840. Leur emploi sa généralise avec l’apparition du timbre postal (1849 en France). Les enveloppes gommées datent 1873.

  • Les enveloppes peuvent contenir plusieurs lettres :

Je mets dans cette enveloppe une lettre d’Isabelle Latham que tu liras avec intérêt.  (6 mars 1864)

  • Les enveloppes peuvent transporter maints objets :

du tissu :

Je mets sous cette enveloppe un échantillon de soie noire de ma robe  (18 août 1859)

des photographies :

 Je t’envoie par le même courrier 4 enveloppes renfermant 8 cartes photographiques  (19 février 1862)

  • L’enveloppe n’échappe pas aux modes. Comme les papiers de fantaisie, elle se personnalise par les initiales du scripteur, son « chiffre » et constitue un cadeau apprécié :

Je t’écris sur le papier de Léon et l’enveloppe est de Julien afin que tu voies les deux chiffres.  (8-12 janvier 1858)

Marie et Emilie qui ont une vraie passion pour leurs enveloppes à chiffres…  (30 décembre 1871)

  • En période de deuil, feuilles et enveloppes cernées d’un liseré noir sont employées :
Enveloppe de deuil, 2 janvier 1874
Enveloppe de deuil, 2 janvier 1874

*

Les enveloppes sont l’une des diverses précautions inventées selon les époques et les usages pour préserver la confidentialité de la correspondance. Mais malgré un règlement administratif très sévère contre les indiscrétions possibles la crainte d’indélicatesses s’exprime dans les correspondances (rarement dans notre corpus). Lettre pliée et cachetée à la cire puis enveloppe gommée ne désarment pas la méfiance. Des circonstances particulières amènent à déroger aux habitudes, comme pendant la guerre franco-allemande :

 Écris-nous souvent et prends du papier léger et pas d’enveloppe afin que tes lettres nous arrivent plus facilement.  (25 septembre 1870)

Comme ici les chances sont encore bien incertaines, je me bornerai, sur cette feuille de papier mince, sans enveloppe (recommandation de l’administration) …  (26 septembre 1870)

Lettre du 25 septembre 1870 sans enveloppe
Lettre du 25 septembre 1870 sans enveloppe

Puis vinrent les cartes postales1, qui font voyager l’écriture à ciel ouvert…

  1. Voir le billet : « Les cartes postales« . []

Les livres de copies : autour d’Auguste Duméril

Des livres, ils ont l’aspect : format et reliure, plat en cuir orné de nerfs dorés. Mais lorsqu’on les ouvre, on découvre une écriture régulière qui remplit toutes les pages, numérotées en continu sur quatre volumes, de 1 à 1012. Un aperçu, la page 515  (lettre du 22 septembre 1846) :

Page 515 d'un livre de copies

 Les livres

  • Chaque volume a un titre :

Journal de M. Auguste Duméril, Membre de l’Institut, 1er Volume

Capture-livre copieAD1-titre

Lettres de M. Auguste Duméril, 2e Volume

Lettres de Monsieur Auguste Duméril à M. Henri Delaroche (suite), 4e Volume

Le premier volume compte 392 pages, le deuxième 396, et le dernier seulement 41 (le troisième volume, qui doit en compter 182, ne nous est pas parvenu).

  •  La dédicace, tout en haut de la première page, éclaire le projet :

Capture-anotation-1916-Félicité Duméril-livre copieAD1-p1

« Souvenirs rétrospectifs. Détails confidentiels légués dans ma 87e année à mes bons petits-enfants Pierre et Marie-Louise Soleil, en Septembre 1906. Vve Auguste Duméril ».

La veuve d’Auguste Duméril (1812-1870) est sa cousine Eugénie Duméril (1819-1914). Leur fille, Adèle (1844-1909) a épousé Félix Soleil (1839-1891) ; ils ont 5 enfants : Marie (1865-1943), Léon (1868-1943), Pierre (1870-1942), Louise (1872-après 1915), Auguste (1875-1932). Pierre Soleil épouse Marie-Louise Caillé (1878-1929) en 1899. C’est à ce couple que les volumes sont offerts. Ils ont eux-mêmes, en septembre 1906, trois enfants (le quatrième et dernier naît en décembre). Est-ce que les autres petits-enfants d’Eugénie Duméril ont eux aussi reçu des volumes manuscrits ? Nous ne le savons pas. Ceux que nous présentons ici nous ont été proposés par Xavier Soleil, petit-fils de Pierre, après la parution du livre Ces Bonnes Lettres. Une correspondance familiale au XIXe siècle (C. Dauphin, P. Lebrun-Pézerat, D. Poublan, préface de Roger Chartier, Albin Michel, 1995).

Comme l’indiquent les titres, ces textes manuscrits concernent Auguste Duméril, disparu 35 ans avant la dédicace. Il s’agit essentiellement de lettres recopiées, lettres écrites et reçues par lui, depuis l’adolescence jusqu’aux lettres de condoléances envoyées après son décès. Mais sont recopiés également plusieurs journaux personnels.

Des journaux personnels

Le premier mot de ces mille pages est « Fiançailles » suivi, sur la même ligne, du début du journal intime d’Auguste : « Mardi 2 Novembre 1841. Ce journal, que je commence aujourd’hui… ». Il semble qu’Eugénie Duméril, au soir de sa vie, veuille d’abord revenir sur les mois délicieux et conflictuels qui ont précédé son mariage. Délicieux parce que deux jeunes gens se (re)découvrent et prennent conscience de leur attachement (voir D. Poublan, « Les lettres font-elles les sentiments ? S’écrire avant le mariage au milieu du XIXe siècle », Séduction et Sociétés, sous la direction de C. Dauphin et A. Farge, Seuil, 2001). Conflictuels parce que les parents d’Eugénie s’opposent au mariage, inquiets des faibles revenus de celui qui envisage une carrière scientifique. L’opposition vient ensuite, à partir de l’été 1842, de la mère seule. La raison avancée : la jeune fille est catholique, le jeune homme protestant. Pourtant la même situation s’est présentée quelques années plus tôt quand la sœur d’Eugénie a épousé sans drame le frère d’Auguste. Le journal et les lettres laissent deviner des rancœurs et des haines familiales : Auguste note dans son journal, le 27 octobre 1842, que sa future belle-mère « fait toute sorte de vœux pour que ce triste mariage ne s’accomplisse jamais » ; la semaine suivante, que sa fiancée vit, chez ses parents, « un enfer », etc.

Le journal se termine le 27 janvier 1843, au soir d’« une journée heureuse » où Auguste a reçu une lettre « par laquelle [son oncle et futur beau-père] déclare vouloir que le mariage se fasse le plus promptement possible, et sans attendre ce changement de position qui devait déterminer l’accomplissement de cet heureux évènement. » Auguste espère un mariage « d’ici à 3 mois » ; il aura lieu en mai 1843.

  • Des journaux de voyage

Plusieurs journaux de voyage, tenus ponctuellement par Auguste Duméril, sont recopiés : voyage en Belgique en 1831 (volume 2), voyages dans le Nord en 1833 et 1839 (volume 3), à Angers en 1835 (volume 3) ; sur les bords du Rhin en 1846 (volume 2), à Londres en 1851 (volume 2), dans le Nord de nouveau en 1853 (volume 2).

La frontière entre journal et correspondance est poreuse ; la proximité des deux genres se marque dans les titres : « Extraits de lettres écrites par moi à Constant, en Octobre et en Novembre 1831, à l’âge de 19 ans, sur les voyages que je fis dans le Nord de la France et en Belgique, pendant les vacances de cette année-là ».

Capture-livre copies- 683

Plusieurs de ces « voyages » sont en fait des lettres, qui sont mises sur le site comme telles.

Des lettres

Dans les volumes, la plus large place est  réservée aux lettres.

  • Les premières lettres recopiées juste après le journal tenu avant le mariage se situent à la même époque : celles échangées entre les fiancés (bien qu’ils n’aient pas l’autorisation de s’écrire directement – ils ont 24 et 30 ans –  ils tournent l’interdiction familiale), puis la correspondance au sein de la famille proche, pour ressasser les conditions posées et les promesses, argumenter, évaluer les sentiments et les espérances financières.
  •  Les lettres ensuite se succèdent sous forme de dossiers : « Lettres d’Eugénie et Auguste Duméril, 9 juin 1870-7 novembre 1870 » et « Lettres adressées après la mort d’Auguste Duméril en novembre 1870 » (livre 2) ; « Lettres d’Auguste Duméril à Henri Delaroche » (livres 2 et 4).

Sur le site, la restitution de l’échange épistolaire dans sa continuité a été privilégiée. Les lettres des livres de copies sont présentées en suivant la chronologie, mêlées éventuellement aux lettres étrangères à cet ensemble : par exemple, une lettre d’André Marie Constant Duméril (le père du fiancé) à Georges Louis Duvernoy (9 mai 1842, fonds du Muséum national d’histoire naturelle) ou du même à son épouse (27 octobre 1842).

*

La composition des livres de lettres copiées, complexe, sans chronologie, est à l’image du projet : une accumulation de souvenirs. La plongée dans le passé s’effectue autour de la figure de l’époux disparu, par la transcription de paquets de lettres et de papiers familiaux dont il a été successivement le protagoniste puis l’archiviste (voir le titre : « lettres écrites par moi [Auguste] à Constant… »). Les dossiers sont pris les uns après les autres, en commençant par tout ce qui touche aux prémices du mariage, épisode important pour Auguste Duméril (il lui a consacré plusieurs dossiers) et fondateur pour sa veuve : ces mois-là ont marqué sa déprise de la contrainte maternelle et l’accession à un idéal de conjugalité, elle qui écrivait : « Oui, mon bon Auguste, vous seul m’avez fait penser au bonheur, et nul autre que vous ne me l’a fait désirer. » (20 mars 1843).

La mort d’un ouvrier : Pierre Trentini

 Le récit dans les lettres

Le vendredi 7 août 1868, dans sa lettre quotidienne à son épouse alors en villégiature à Villers-sur-mer, Charles Mertzdorff annonce « un grand malheur » arrivé le soir même,    « à 5 h », dans la cour de la maison :

l’un des Italiens, maçon de mon entrepreneur, est tombé du haut de son échafaudage. L’on ne sait comment ; personne ne l’a vu tomber. Il est resté sur le coup sans faire un seul mouvement, il était mort.

Charles Mertzdorff présente la victime :

C’est un jeune homme de 24 ans marié depuis 1 an, sa femme attendant un enfant, son beau-frère est ici travaillant avec lui.

Une enquête est déjà sur lancée la cause de sa chute : « l’on croit qu’il est resté accroché par sa botte déchirée. » L’accident est considéré comme grave, car l’industriel précise :      « Si j’avais été avec vous un télégramme me faisait rentrer. »

Charles Mertzdorff revient sur cet événement les jours suivants, à propos de l’enterrement. Le lendemain samedi (lettre du 9 août 1868) :

Notre pauvre italien sera enterré demain, tous les italiens des environs viendront à son enterrement même depuis Bâle où il y en a beaucoup. C’est un grand malheur !

et le dimanche (même lettre) :

« En ce moment l’on enterre notre pauvre italien, c’est un enterrement considérable. La pauvre femme qui comptait venir rejoindre son mari dans quelques semaines. »

Son épouse Eugénie Desnoyers-Mertzdorff répond en écho : « Quel malheur pour ton Italien » (lettre des 10-11 août 1868). Mais elle est d’abord (lettre du 10 août 1868) et surtout préoccupée des conséquences du drame pour son époux, qui risque d’en être affecté : « La mort de ce pauvre maçon est venue encore te bouleverser. »

Elle le rassure :

c’est un accident complètement en dehors de la fabrique [l’usine de blanchiment des étoffes qui jouxte l’habitation] ; c’est indépendant de toi

et se rassure : Charles sait être philosophe et tenir « la tristesse à la porte ». Et cette page triste sera bientôt tournée : « encore quelques jours et nous serons de nouveau tous les 4 ensemble. »

Donner un nom

Le texte épistolaire familial mentionne de nombreuses personnes, mais toutes, loin s’en faut, ne sont pas désignées par leur nom. L’absence du nom lorsqu’on écrit « l’oncle » signale la proximité, aussi bien que « le préfet » marque la distance. La connivence entre les correspondants régit un système partagé d’anonymat : on élude le nom parce que la personne est reconnue sans cela, ou que sa fonction prime le nom, qu’il importe peu de donner dans ce récit adressé.

Si l’accident du maçon touche Charles Mertzdorff, s’il en parle longuement et donne des détails sur la victime, il ne dit pas son nom. Pourtant il le connaît parfaitement : en tant que maire, il signe l’acte d’état civil qui officialise le décès. Pour identifier le maçon, pour qu’il figure sur le site dans l’index des personnes mentionnées dans les lettres (voir le billet sur les index), c’est à cet acte que nous avons recours. Le registre de l’état civil de Vieux-Thann (où s’est produit l’accident) est conservé aux archives départementales du Haut-Rhin ; il est numérisé et d’accès gratuit. Le maçon décédé est Pierre Trentini, âgé de 26 ans, originaire de Clivio, province de Côme en Lombardie.

Acte de décès de Pierre Trentini (archives départementales du Haut-Rhin)
Acte de décès de Pierre Trentini (archives départementales du Haut-Rhin)

Ce document donne d’autres éléments de la vie de Pierre Trentini. Ses parents : il est fils naturel et reconnu de Joseph Trentini, tailleur de pierre, décédé à Clivio et de Lucie Buzzi, âgée de 55 ans, vivant à Clivio. Son épouse : Caroline Ghielmetti, fileuse, âgée de 23 ans, demeurant à Clivio.

Par la simple mention du nom des déclarants l’acte de décès laisse entrevoir, parmi « tous les italiens des environs », deux proches de la victime : son beau-frère Gaetano (Gaëtan) Ghielmetti, âgé de 32 ans et son cousin, Basile Catella, âgé de 36 ans, tous deux maçons et originaires de Clivio (l’orthographe de la signature, lue « Ghielmetti », a été préférée à celle adoptée par le secrétaire de mairie, lue « Gulielmeti »).

Les ouvriers qui travaillent pour Charles Mertzdorff sont quasi absents des lettres familiales ; et lorsqu’un événement les fait apparaître (ici, la mort dans la cour de la maison), ils ne sont généralement désignés que par leur fonction. Leur invisibilité se résout dans l’anonymat ; les identifier, lorsque cela est possible, relève de notre travail1.

 

  1. Voir aussi le billet consacré à Marie Anne Wallenburger. []

La lettre comme conversation

La conversation a son historien : Emmanuel Godo, auteur d’Une histoire de la conversation1. Élargissant l’approche de Marc Fumaroli, qui pense la conversation uniquement en terme d’institution littéraire, Emmanuel Godo l’étudie certes comme « une pratique où s’élabore le livre », mais également comme « une pratique mondaine, futile, un moyen de parvenir, un plaisir »2.  Godo voit dans la conversation un « jeu » social, avec des règles qui permettent « d’inventer un mode de relation entre les êtres » et ménagent un espace de liberté aux participants. Dans son ouvrage il convoque les écrits : ceux des philosophes, des romanciers, des poètes et ceux des épistoliers ; et il rapporte3 que « devenant de plus en plus sourd, Beethoven recourt à l’écriture dès 1818 pour converser avec ses hôtes. Sur des carnets qui restaient constamment à portée de sa main, ceux-ci écrivaient questions ou réponses. » Ces Cahiers de conversation de Beethoven sont traduits et présentés par Jacques-Gabriel Prod’homme4. En revanche, Godo ne dit mot de cette autre forme écrite de la conversation qu’est la correspondance. C’est pourtant un lieu commun, que reprennent les dictionnaires et les manuels.

Le modèle : dictionnaires et manuels

Les règles du genre épistolaire […] découlent d’elles-mêmes de l’assimilation établie entre les lettres et la conversation. Elles pourraient à la rigueur se réduire à une seule, écrire comme on parle, quand on parle bien.

La correspondance se rattache à la causerie autant qu’à l’histoire, c’est une conversation écrite, dans laquelle excellent les peuples et les époques où la causerie a fleuri […]

il convient de restreindre ce genre [épistolaire] et les règles qui lui sont particulières aux lettres proprement dites, familières ou cérémonieuses, futiles ou graves, et dont l’échange peut se définir une conversation écrite.

  • Les manuels épistolaires, pour faciliter l’écriture des lettres, conseillent d’imaginer une conversation avec le destinataire. Et les préfaces comparent souvent la lettre à une « conversation entre absents »5.
  • Mais la conversation elle aussi est un art difficile ! Jules Janin, à l’article « conversation » du Dictionnaire de la conversation et de la lecture : inventaire raisonné des notions générales les plus indispensables à tous, par une société de savants et de gens de lettres (sous la direction de William Duckett, Firmin Didot, 1853-1860, tome 6, pages 455-458) met en garde :

La conversation ce n’est pas toute parole qui sort de la bouche de l’homme, c’est sa parole perfectionnée, érudite, délicate ; c’est le langage de l’homme en société, mais dans une société bien faite, élégante, polie […]

la conversation est une espèce de murmure capricieux, savant, aimable, caressant, moqueur, poétique, toujours flatteur, même dans son sarcasme ; c’est une politesse réciproque que se font les hommes les uns les autres

La conversation doit refléter « ce qu’on appelle politesse à Paris » : « c’est-à-dire l’élégance, l’esprit, la politesse, les grâces du langage », et toucher « à la fois toute biographie, toute histoire, toute science, toute anecdote, tout journal ».

Les lettres échangées

La similitude entre correspondance et conversation (au sens courant, et non au sens de Janin !) se dit dans les lettres réellement échangées, qu’elles miment un échange verbal, se nomment elles-mêmes « conversation », « causerie » ou adoptent le caractère intime, sans apprêt et futile du « bavardage ».

  • Conversation transcrite

Deux sœurs, les petites Marie et Émilie Mertzdorff, écrivent parfois sur la même feuille, à tour de rôle, et leur lettre est comme la transcription d’une véritable conversation:

– père, Marie grogne  – non papa, pas du tout […]

 – cessons cette atroce querelle […]  – papa est-ce que je n’écris pas mieux qu’elle ?  -non pas…  (lettre du 26 juin 1871)

 

  • Conversation entre absents

Sans prendre cette forme dialoguée, la plupart des épistoliers assimilent la lecture et l’écriture de la lettre à un dialogue, voire à une conversation à plusieurs. Parmi tant d’autres, quelques exemples :

je passais un grand moment à lire et relire cette bonne conversation.  (une épouse recevant une lettre de son mari, 13 octobre 1812)

je ne te quitte jamais pour longtemps ainsi je laisse avec moins de peine ma conversation parce que je pense que la reprendrai bientôt  (7 octobre 1812)

je suis bien sûre qu’il faut un vrai motif pour t’empêcher de venir faire un petit bout de causerie avec moi (Caroline Duméril à sa cousine, 24 février 1858)

ces conversations écrites, toujours un peu écourtées, par le manque de temps    (12 juin 1851)

comme il est 5 h, et que je ne puis pas prolonger la conversation, je termine ici ma lettre   (18 septembre 1870)

Depuis ce matin j’ai toujours été en l’air, et je n’ai pu encore venir causer avec toi et avec maman, car vous saviez que lorsque je vous écris c’est toujours à ces deux les plus chéries que je m’adresse    (2 février 1865)

  • Bavardage

Bavarder, c’est laisser courir sa plume, passer d’un sujet à l’autre, s’attarder… Charles Mertzdorff en voyage envoie à son épouse de logues lettres où il raconte ses activités, ses découvertes, ses soucis, ses rêves ; il ne craint pas de se répéter, de mélanger le sérieux et l’anodin, la fantaisie et la tendresse. C’est, comme il l’écrit lui-même un « bavardage » : « je cause, je cause » (6 mai 1860).

Le mode du bavardage marque l’intimité de la relation, distinct du familial plus sérieux :

 Voilà le bulletin sanitaire de la famille pour la famille ; maintenant bavardons un peu.  (Caroline Duméril à sa cousine 5-6 mars 1858)

Le bavardage est la forme sans contrainte d’une jeune-fille qui s’adresse à son père (19 février 1874) ou de sœurs entre elles. Ce mode familier signale et resserre l’intimité entre les correspondants.

  • Visite, conversation, correspondance

La lettre s’inscrit dans un ensemble de pratiques sociales que les mots écrits placent dans un continuum d’échanges ; elle poursuit une conversation, devient elle-même visite. Les limites des formes diverses des rencontres familiales ou amicales se brouillent. Les épistoliers écrivent en références à des conversations passées et la lettre assure la continuité entre rencontres passées et rencontres futures.

dis à bonne-maman que je pense bien souvent à elle et à nos petites conversations ensemble bien que je ne lui aie pas écrit.  (une petite-fille à sa grand-mère, 7 octobre 1873)

Adieu ma chère Isabelle, tu me manques bien je t’assure car j’aimais beaucoup nos bonnes conversations et nos tête-à-tête.  (Caroline Duméril à sa cousine, 28 octobre 1857)

Je veux te remercier de ta bonne lettre qui a été une bonne petite visite de toi pour la fin de ma journée.  (à une sœur, 18-19 novembre 1872)

*

La page d’annonce de la première édition du Festival des conversations,  qui a eu lieu  le 16 avril 2013 à l’initiative Emmanuel Godo (l’historien de la conversation), d’Alexis Roux de Bezieux et de Guillaume Villemot rappelle la déclaration de Madame de Sévigné : « Une heure de conversation vaut mieux que 50 lettres. » Lorsqu’elle profère cette opinion, elle s’adresse à Monsieur Lenet, conseiller d’État, pour dissiper entre eux un malentendu au sujet de la guerre, et qu’elle espère « la continuation de [ses] bonnes grâces » (25 mars 1649). La célèbre épistolière, ailleurs, a célébré la lettre comme équivalant à une conversation :

Adieu, ma très chère bonne. Voilà bien de la conversation, car c’ est ainsi qu’ on peut appeler nos lettres. (1688)

votre lettre est une vraie conversation. (1695)

Les épistoliers ordinaires du XIXe siècle semblent sur le même registre.

  1. Emmanuel Godo, Une histoire de la conversation, Presses universitaires de France, 2003, 328 pages. []
  2. Op. cit., p. 3. []
  3. Op. cit., p. 214. []
  4. Corrêa, 1946. []
  5. voir Cécile Dauphin, Prête-moi ta plume… Les manuels épistolaires au XIXe siècle, Kimé, 2000. []

Dater les lettres

Lorsqu’une lettre est transcrite, il convient de la dater, et souvent cela ne pose pas de problème : la date figure dans le texte. Inscrire la date, et éventuellement le lieu, tout comme apposer sa signature en fin de lettre, fait partie du « cérémonial des lettres » que détaille Charles François Lhomond (1727-1794) comme de nombreux manuels épistolaires (voir Cécile Dauphin, Prête-moi ta plume… Les manuels épistolaires au XIXe siècle, Kimé, 2000).

La place de la date

L’ouvrage de Lhomond : Élémens de la grammaire française, est maintes fois réédité au long du XIXe siècle, augmenté de traités de ponctuation et de la formation des temps des verbes, d’un tableau des locutions vicieuses, de modèles de lettres, etc. L’édition de 1829 (imprimée par Douillier à Dijon) indique :

La date se place en haut ou en bas de la lettre ; cependant on croit qu’il est mieux de la placer après la signature. (p. 140)

C’est ce que fait André Marie Constant Duméril, par exemple dans une lettre du 7 août 1802

Capture-date-1802-08-07D’autres épistoliers, plus avant dans le siècle, placent la date en haut de la feuille : lettre du 4 mai 1864

Capture-date-1864-05-04

Les lettres datées

La date n’est pas toujours inscrite comme sur cette lettre du 10 avril 1874

Capture-date-1874-04-10Diverses formes ou  graphies peuvent induire en erreur :

  • novembre est écrit 9bre ou décembre Xbre

1er novembre 1867      Capture-date-1867-11-01A

14 décembre 1845   Capture-date-1845-12-14

  • Les dates sont incomplètes

Capture-date-1865-02-02

 

Pour cette année 1865, « jeudi 2 » peut être en février, en mars ou en novembre. Le contexte permet de choisir, ici on a opté pour février (lettre du 2 février 1865).

Les lettres non datées

Pour les dater, divers éléments sont à prendre en compte : le cachet de la poste près de l’adresse sur la feuille ou l’enveloppe lorsque l’usage s’en répand (mais des feuilles ont pu migrer hors de leur enveloppe d’origine) ; la présence d’un timbre dans le second XIXe siècle ; la qualité du papier (mais il peut y avoir une rupture dans l’approvisionnement habituel) ; la ressemblance des écritures et des signatures ; la place de la lettre dans le lot conservé, etc. L’examen du texte de la lettre reste un élément majeur pour la datation.

« Mercredi Midi » est seulement inscrit en haut d’une lettre ; celle-ci peut être datée du mercredi 29 mars 1865 lorsque, à la lecture, elle se situe par rapport à un projet de voyage.

Les lettres dont la date est erronée

Il est des confusions qui s’apparentent à des lapsus, au moment des changements de calendrier ou d’année.

  • Après la période révolutionnaire, un Sénatus-consulte du 22 fructidor an XIII (9 septembre 1805) rétablit le calendrier ancien. Peu de temps avant, André Marie Constant Duméril écrit 27 août au lieu de 27 thermidor (qui correspond au 15 août 1805). [l’image est meilleure sur le site !]

Capture-date-1805-08-15

Dans la lettre suivante (26 août 1805), la date est correcte :

Capture-date-1805-08-26

  • En début d’année, il n’est pas rare que l’ancien millésime vienne sous la plume :

lettre du 12 janvier 1865    Capture-date-1865-01-12

  • Un exemple de nouvelle datation proposée

Les premières lettres d’André Marie Constant Duméril sont connues par des copies. La lettre qui est présentée comme la toute première, après qu’il a quitté sa famille amiénoise pour aller à Rouen, est datée du 15 mars 1791. La lecture du texte, éclairée par les avis érudits de Dominique Julia, montre qu’il ne peut s’agir de cette date. Il est question dans la lettre du « sacre de M. Gratien » ; or celui-ci est élu évêque le 26 février 1792 et sacré le 18 mars dans la cathédrale de Rouen. D’autres indices (date du début de Carême, veuvage de Mme Thillaye) confortent une nouvelle datation : le 15 mars 1792. La datation « 1791 » résulte probablement d’une erreur de lecture du copiste. Il semble donc que le jeune Duméril  soit arrivé à Rouen quelques mois plus tard qu’annoncé par le tradition, soit vers mai-juin 1791.

Une lecture critique permet de déceler des anomalies, de repérer les indices d’une datation ou attribution erronées et, le plus souvent, de rétablir la lettre dans une chronologie cohérente.

On marie Caroline

Pour inciter les célibataires à s’inscrire à un club de rencontres, une affiche proclamait récemment dans le métro parisien : « L’AMOUR NE TOMBE PAS DU CIEL ». Quoi que pensent les parents de Caroline Duméril de l’amour et sa spontanéité, ils s’intéressent d’abord au mariage de leur fille et considèrent que cette affaire se prépare en famille et mérite une attention sérieuse.

Au printemps 1858, Caroline a 22 ans. Son père, Louis Daniel Constant Duméril, ne peut la doter : il n’a pas réussi à faire fortune dans l’industrie malgré son association pendant quelques années avec les Say. S’il n’y a pas d’argent dans la famille, il y a en revanche le prestige intellectuel du grand-père de Caroline, André Constant Duméril, médecin et naturaliste, membre de l’Académie de médecine et de l’Académie des sciences. Les semaines d’affairement familial à propos du candidat Charles Mertzdorff sont connues par bribes dans les lettres de Caroline. Par bribes seulement car, d’une part Caroline est tenue à l’écart lors de ces étapes préliminaires dont elle est l’enjeu, et d’autre part elle ne raconte pas tout à sa cousine : « je ne te donne pas d’explication car les écrits restent […] Que n’es-tu ici ma petite Isabelle car je te dirais tout » (30-31 mars 1858). Voici, filtré par ces contraintes, ce qui apparaît de la succession des événements et des sentiments que Caroline souhaite partager avec à sa cousine et amie Isabelle Latham (pour leurs relations, voir le billet : Les cousines-amies »).

Effervescence chez les Duméril

Le projet apparaît pour la première fois dans la lettre du 24 février 1858. Cette mention est camouflée dans un post-scriptum en anglais, dans une marge de la page 3 :

Nothing new about the matter. No news from M. ; must I owe you that I am very glad of it I hope it is finished and wish many good things to the dear gentleman.

Des contacts ont donc été pris qui semblent peu concluants. Une remarque ultérieure laisse supposer la médiation de Noémie Martin, épouse de Frédéric Dollfus ; elle est liée aux deux futurs époux : cousine des Duméril, elle se trouve, par son mariage, en relation avec de lointains cousins Dollfus de Mulhouse qui appartiennent au cercle des connaissances de Charles Mertzdorff, industriel à Vieux-Thann.

Dans les lettres suivantes (5-6 mars 185813 mars et 17 mars) Caroline n’écrit plus rien sur ce sujet, sa vie étant « fort calme et sans événements ». Mais le 30 mars elle envoie une longue lettre pour s’excuser de son silence de 15 jours. Explication de ce silence :

l’affaire M. a reparu sur l’horizon, d’une manière plus grave, tant d’idées se sont pressées dans ma tête depuis 10 jours que je ne pouvais y faire entrer autre. […] Je suis bien agitée, bien préoccupée peut-être pour rien et le bon Dieu seul sait ce qui m’est réservé […] dans ce moment, pour moi, tout ce qui ne se rapporte pas à la chose, n’est pas une chose, tu comprends ?

On prend les conseils du cousin Henri Delaroche, négociant au Havre, « si bon, si affectueux et de si sage conseil » qui fait « des démarches » ; on écrit « de tous côtés » pour obtenir des renseignements et « on attend les réponses » (10 avril 1858).

Attente de Caroline

La jeune fille reste à l’écart, elle n’a « rien vu », mais elle a « beaucoup entendu ». Elle traverse ces jours où « rien n’est fait » dans l’agitation et l’incertitude, comme des «épreuves ».

il est des moments dans la vie où on n’a plus très bien la tête à soi. Je ne puis te dire toutes les péripéties par lesquelles j’ai passé depuis ma dernière lettre ; les renseignements sont venus de tous côtés et tu sais, dans ce monde, combien il y a du pour et du contre en toutes choses, qu’il est difficile, ma chère amie, de faire alors une moyenne et de décider s’il y a assez de bon pour se décider à sacrifier toute sa vie jusqu’au dernier jour. Tout cela est terrible, je t’assure et j’ai cru un jour la chose finie, le lendemain en voie d’avancer, tous ces changements sont tuants. (18 avril 1858)

Caroline Duméril oppose au « chaos dans [sa] pauvre tête », le souhait « d’être un peu plus vieille » et la soumission :

enfin tout vient à point, dit-on, à qui sait attendre ; ainsi attendons, n’est-ce pas ? (10 avril 1858)

Enfin il faut plus que jamais s’en remettre au Seigneur dans une circonstance semblable, car il n’arrivera que ce qu’Il a décidé et en faisant sa volonté, il y a toujours moyen d’être heureux.   (18 avril 1858)

Le futur mari

Sous le sceau du secret, Caroline donne à son amie les quelques détails qu’elle connaît :

Es-tu curieuse de savoir le nom du M., il s’appelle Charles Mertzdorff. Efface bien vite. Qu’en dis-tu, c’est un peu Allemand. Age 38.  (18 avril 1858)

Son inquiétude perce à la perspective de s’unir à un homme plus âgé qu’elle, qui vit en Alsace, dans un milieu dont elle ignore tout. Ce que Caroline ne dit pas, qu’elle ignore sans doute partiellement encore (mariée, elle s’ébahit de la fortune de son mari) et qui pourtant a dû peser dans le choix fait par ses parents, c’est la situation économique de Charles Mertzdorff. Il possède en particulier une usine de blanchiment et d’impression sur étoffes à Vieux-Thann, héritée de son père, et à laquelle il a donné une extension nouvelle. Dans les années qui suivent le mariage de Caroline, son père Louis Daniel Constant Duméril assurera la direction de l’une des fabriques.

Les fiançailles

Charles Mertzdorff s’impatiente et attend « avec anxiété la permission de venir et de voir » la jeune fille. L’entrevue est organisée : une promenade au Jardin des Plantes (où vit Caroline avec ses parents, chez son savant grand-père), que Caroline appréhende ; elle recommande :

oh ! je t’en prie, pense à moi ! comprends-tu ce que c’est que de voir pour la première fois celui à qui on appartiendra peut-être, celui à qui on nous donnera, et qui aura sur nous tous les droits possibles.  (18 avril 1858)

Elle semble cependant consciente dès ce moment du dénouement :

Qui sait si ce n’est pas la dernière fois que je t’écris avant d’avoir répondu un oui fatal ; (non pas au pied de l’autel, pourtant).   (18 avril 1858)

En effet, les événements se précipitent. La lettre suivante, le 8 mai, nous apprend que les fiançailles ont eu lieu –  pendant le séjour à Paris de la cousine et amie Isabelle Latham :

Je t’envoie une petite branche de mon bouquet de fiançailles, garde-le en souvenir de moi.  (8 mai 1858)

Et le 15 juin 1858 Caroline Duméril et Charles Mertzdorff sont mariés. Aux semaines d’incertitude succède l’agitation de la cérémonie du mariage, du voyage de noces, de l’installation en Alsace. Ce sera l’objet d’un prochain billet1.

  1. Voir « Les cérémonies du mariage« . []

La bannière : une lithographie de Gavarni

La bannière est un détail d’une lithographie de Gavarni, la planche n°21 de la série        « La Boîte aux lettres ». Cet ensemble de gravures est étudié par Cécile Dauphin et   Danièle Poublan, La Lettre mise en scène dans les gravures 1800-1920 (PU Rennes, 2009).

Planche n°21 de la série « La Boîte aux lettres » de Gavarni (1838) © Photo L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste
Planche n°21 de la série « La Boîte aux lettres » de Gavarni (1838) © Photo L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste

Gavarni au Charivari

Le dessinateur connu sous le pseudonyme de Paul Gavarni (1804-1866) a été formé à l’exactitude du trait : il a dessiné des machines au Conservatoire des arts et métiers puis des costumes pour la presse. Proche des milieux de la mode, Gavarni l’est également de ceux du théâtre et de la littérature ; il côtoie Balzac, George Sand, Eugène Sue, Alexandre Dumas, Théophile Gautier. Il est engagé par Charles Philipon, qui a fondé Le Charivari en 1832, pour illustrer une pleine page de son quotidien. Après le succès des Fourberies de femmes en matière de sentiment (série de 64 planches), il publie La Boîte aux lettres, série de 34 lithographies qui paraissent dans le journal de 1837 à 1839. Chaque planche est composée d’un dessin dans la partie supérieure et, dans la partie inférieure, d’un texte manuscrit, celui de la lettre mise en scène. Ce texte est un fac-similé de la lettre dont il est question dans l’image.

L’image

L’attention portée aux détails de la vie quotidienne, aux décors qui situent les personnages dans un lieu de travail, aux positions du corps, ancrent l’image dans le monde social. La lithographie retenue représente un intérieur cossu : bibliothèque vitrée, bureau avec matériel d’écriture, fauteuil, tenture. Mais la jeune femme qui écrit n’est pas la propriétaire de ces biens : elle est celle qui en assure l’entretien. Elle a déposé plumeau et balai et s’est emparé de la plume dont l’usage est habituellement réservé, on le devine, au maître de maison.

La lettre

A ces deux transgressions (de sexe et de classe sociale), la lettre qu’écrit la jeune bonne en ajoute une autre.

Je fini en mouillant de mes larmes La main et la plume qui ont tracé Ces Caractère qui sont pour ainsi dire dicté par Lamour voyez si vous voulez me laisser en désespéré, ou si vous voulez me faire l’honneur et le plaisir de partager votre vie avec la mienne

Je suis pour la vie Votre fidel et sincère aimable amie

Joséphine

Cette légende attire la connivence ironique du lecteur lettré, et teinte le dessin d’humour. A une époque où les femmes ne sont pas autorisée à recevoir directement du courrier (on doit s’adresser à elles sous couvert de leur père ou de leur époux) et où les mariages sont des affaires qui se règlent entre hommes, la jeune effrontée ose se déclarer elle-même et rédiger sa demande.

Dans cette planche se remarque tout le talent de Gavarni, propre à séduire le lectorat du journal : un trait précis et enlevé, un personnage expressif, saisi sur le vif, et un texte piquant dont le style et l’orthographe réputés « populaires » amusent le lecteur. L’artiste ébauche une figure nouvelle de l’épistolière, à distance du modèle aristocratique hérité de l’Ancien Régime et de la pratique bourgeoise telle qu’elle se donne à voir, par exemple, sur le site S’écrire au XIXe siècle. Joséphine pourrait représenter l’envers occulté de cette correspondance familiale, et comme un jalon sur le long parcours de la démocratisation du personnage de la femme qui écrit.

Quelles limites donner au corpus ?

La question peut surprendre. La taille du corpus semble s’imposer sans discussion : elle dépend du volume des lettres archivées auxquelles on a accès. Au fil des publications, diverses questions ont surgi : devions-nous mettre tel ou tel document sur le site S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale ? Les héritiers et les descendants du savant André Marie Constant Duméril ont de longue date accumulé, trié, structuré, utilisé, la correspondance de la famille. Le corpus ainsi constitué durant deux siècles se trouve nécessairement remodelé du fait de sa publication (voir le billet Des lettres dans un grenier) . Notre souci de le livrer au plus près de son histoire amène à conserver les traces des différentes étapes de sa construction, tout en l’enrichissant de documents pertinents. Avec le recul, voici le bilan de nos pratiques sous forme de description critique plutôt que de modèle. Le noyau de ce qui est publié sur le site est constitué des lettres conservées dans le fond Froissart telles qu’elles nous ont été communiquées. Mais tout le contenu des cartons n’est pas sur le site et par ailleurs d’autres documents ont été ajoutés.

Lettres ajoutées

  •  Lettres des livres de copies

Le descendant d’une autre branche de la famille Duméril, M. Xavier Soleil, nous a proposé des recueils de lettres copiées, paginés et reliés au XIXe siècle[1]. Dans ces recueils, rédigés par des copistes à la demande de la famille, se retrouvent des lettres dont nous avons les originaux, mais d’autres aussi qui ont échappé à la collecte. Deux volumes concernent André Constant Duméril (années 1791-1805) et trois autres son fils Auguste Duméril (chapitres non chronologiques, qui courent essentiellement des années 1840 jusqu’à 1870).

  • Lettres citées dans les histoires familiales imprimées

M. Ludovic Damas Froissart a publié plusieurs volumes sur ses ancêtres, dont Charles Mertzdorff, un industriel Alsacien, 1818-1883 (en 1983) et André Constant Duméril, médecin et naturaliste, 1774-1860 (en 1984). Ces volumes sont rédigés en grande partie à partir de la correspondance familiale ; ils contiennent quelques lettres (ou extraits de lettres) des années 1783-1787 qui n’appartiennent pas au noyau central mais qui situent le milieu familial.

  • Lettres trouvées dans des archives publiques

André Marie Constant Duméril et son fils Auguste Duméril sont des savants attachés au Muséum. Nous avons choisi de publier les lettres conservées dans le fonds du Muséum. Certaines pourraient être des billets amicaux, comme lorsque Duméril demande à l’académicien Duvernoy s’il peut « faire le plaisir à Madame Duméril et à [lui], de venir dîner à la maison jeudi prochain » (9 mai 1842). D’autres ont un contenu plus spécifiquement scientifique, mais contiennent les marques d’une sociabilité intéressante à mentionner.

La même recherche serait à faire pour Henri Milne-Edwards et son fils Alphonse, ainsi que pour Jules Desnoyers.

Autres documents ajoutés en complément des lettres

Ils sont classés dans les rubriques : « papiers familiaux et documents divers » ou « monographies ».

  • Documents extraits des histoires familiales imprimées. Les renseignements, sur l’usine de Charles Mertzdorff par exemple, se trouvent plutôt intégrés dans les monographies

Ce qui n’a pas (encore) été mis sur le site

  • Les fiches. Une fiche de lecture, rédigée par Ludovic Damas Froissart lors de la préparation de ses ouvrages, accompagne chaque lettre dans les archives familiales ; elle précise le nom des correspondants et relève quelques traits saillants de la lettre.
  •  Des chronologies familiales élaborées par divers scripteurs. Ces textes demandent un long travail de vérification pour identifier toutes les personnes citées ; faute de temps, la mise sur le site n’a pu encore se faire.
  • Des coupures de presse et documents que nous n’avons pas pu rattacher, par le sens ou la date, à une lettre précise.

En bref, le principe appliqué est de garder ce qui fait partie de la correspondance familiale et ce qui est pertinent pour l’éclairer.


[1] Voir Danièle Poublan, « Correspondre et copier », Copie et modèle : usages, transmission, appropriation de l’écrit, publication des actes du colloque de décembre 1996 sous la direction de Christine Barré – De Miniac, – Paris, INRP, 2 000, p. 79-100.

Les mots dans les lettres : enfance, jeunesse, adolescence

Pour prolonger le billet sur l’amitié entre Isabelle Latham et Caroline Duméril avant son mariage, une réflexion sur l’adolescence s’amorce. La lecture du livre d’Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence, 1850-1914 (Belin, 1999), prolongée par celle de Jeunesse oblige : histoire des jeunes en France, XIXe-XXIe siècles, sous la direction de Ludivine Bantigny et Ivan Jablonka[1] (Presses universitaires de France, 2009), m’incite à confronter l’emploi des mots « adolescence », « enfance », « jeunesse », dans les lettres du site S’écrire au XIXe siècle, correspondance qui court actuellement jusqu’en 1873.

  • Du trio, « jeunesse » est le mot le plus employé, et cela des premières lettres jusqu’aux dernières.
  • Le mot « enfance », employé lui aussi sur toute la période, renvoie à une période de la vie que les épistoliers lient d’abord à l’apprentissage. Le mot « enfant », qui à la différence de « jeunesse » permet de distinguer l’individu de la période, est très fréquent sous la plume des épistoliers.
  • En revanche le mot « adolescence » est très rare.

« Adolescence »

Te voilà arrivée à l’adolescence, ma chère enfant, et tu sens combien tu dois de reconnaissance à Dieu, qui t’a fait naître dans un milieu tel qu’est le tien.

écrit Eugénie Duméril à sa petite-nièce Marie Mertzdorff (17 mai 1872). C’est, me semble-t-il, la seule occurrence du mot. Le mot est ancien, mais recouvre des sens divers et connaît au XIXe encore des flottements. Les représentations de l’adolescence dans le second XIXe siècle ne concernent d’abord que les jeunes gens de la bourgeoisie qui fréquentent collèges et lycées ; « la notion d’adolescence se réfère étroitement à l’institution scolaire » note Agnès Thiercé. Dans une énumération de livres pouvant convenir à des enfants, « Berquin » est cité, avec ce seul commentaire : « mais tout n’amuse pas » (17-18 décembre 1871). Arnaud Berquin (1747-1791) est l’auteur d’ouvrages souvent et longtemps réédité qui paraissent tout au long du XIXe siècle : Le Berquin des petits garçons, Le Berquin des demoiselles, etc., et, 1878, Le Berquin des enfants et des adolescents. C’est un indice de la diffusion de cette notion ; il est possible que les mots « adolescence », ou « adolescent » et « adolescente » dont l’emploi progresse à la fin du siècle, apparaissent dans des lettres ultérieures.

« Enfance »

Dans les lettres, « enfance » renvoie, comme on pouvait s’y attendre, au passé : « des souvenirs d’enfance » (18 septembre 1873), une « amie d’enfance » (10 février 1806). C’est le moment où commencent les amitiés : un jeunes homme parle de « l’intimité [de ses] anciens rapports d’enfance » (6 mai 1843). C’est aussi la période des apprentissages : « elle a appris, dès son enfance, à aimer, à honorer tes père et mère » (18 mars 1842). Période que les adultes s’efforcent de rendre douce (« il faut à l’enfance de la gaîté naturelle »,  15-16 février 1864) mais aussi période marquée pour certains par les deuils : Marie et Emile Mertzdorff perdent successivement leur mère Caroline Duméril (alors qu’elles ont 4 et 2 ans) puis la seconde épouse de leur père qui les a élevées.

« Jeunesse »

  • Un âge de la vie

Le mot « jeunesse » est souvent employé en référence à un âge de la vie qui se confond plus ou moins avec l’enfance. Enfance ou jeunesse apparaissent comme le moment privilégié pour l’éducation morale : on acquiert alors « l’ordre et à l’activité » et il faut « être indulgente pour ceux qui se sont trouvés mal entamés dans leur jeunesse & chez lesquels personne n’a développé les bons sentiments » (3 mai 1859)

L’école est l’institution que l’on peut « le plus fortement associer à l’idée de jeunesse » écrit Jean-Claude Caron dans l’Histoire des jeunes en Occident (Giovanni Levi et Jean-Claude Schmitt, dir., Seuil, 1996, t 2, p 143). L’institution en tant que telle n’apparaît pas ici, mais bien ce moment d’apprentissage où « la jeunesse ne manque pas de vouloir tout savoir » (10 juillet 1870) et manifeste sa curiosité.

  • Un groupe d’individus

La « jeunesse » ou plus souvent « la petite jeunesse » désigne les enfants de la famille : on consulte « la jeunesse » pour décider d’une promenade en bateau (22 juillet 1870). Ou bien, plus largement, « jeunesse » désigne une classe d’âge : en Alsace « c’est à Noël que se font presque tous les cadeaux et c’est là le grand jour pour la jeunesse » (31 décembre 1858). Cette jeunesse est réputée « bruyante », mais pleine de force et d’énergie.

Ce groupe d’âge a sa sociabilité propre :

Elle est comme nous privée de société pour sa fille, aussi nous nous sommes promis de faire des efforts pour que notre jeunesse se rencontre quelquefois (10-11 novembre 1872)

Auprès des petites orphelines, chacun insiste sur la nécessité de « donner à la jeunesse cette douce et aimable gaîté si nécessaire au développement » (25 octobre 1873)

La jeunesse a besoin de jeunesse, il faut bien rire à cet âge, c’est nécessaire à la santé.  (26 septembre 1871)

Les passages

La jeunesse est une « construction sociale et culturelle » écrivent Giovanni Levi et Jean-Claude Schmitt en introduction à l’Histoire des jeunes en Occident (t 1). Dans son sens moderne, au XIXe siècle, la fin de l’enfance et le passage à l’adolescence se définissent en référence à divers événements, en particulier la puberté et la communion ou, pour les garçons, le service militaire. Quelques-uns de ces repères se trouvent dans les lettres :

  • le service militaire

Charles Mertzdorff signale (sans mention des jeunes gens) qu’il doit assister au conseil de révision en tant que maire de Vieux-Thann (5 mai 1866). A l’été 1870, en période de guerre, la mobilisation des jeunes hommes – et des moins jeunes – revêt une importance nouvelle. A propos du vocabulaire qui nous retient ici, notons cette remarque : « la jeunesse de 19 à 20 ans qui doivent tirer au sort dans 5 mois » (21 août 1870).

  • la puberté

La seule allusion aux premières règles dans les lettres conservées se trouve dans la lettre d’une grand-mère à la jeune femme qui élève sa petite-fille, Marie, bientôt 15 ans :

Quelle bonne nouvelle renfermait ta dernière lettre au sujet de notre chère petite Marie, elle a passé un moment qui donne toujours quelque préoccupation et grâce à Dieu tout s’est fait pour le mieux dans cette chère santé. Maintenant j’espère que sa croissance va s’arrêter car j’étais quelquefois un peu tourmentée de la voir tant grandir.  (23 janvier 1874)

  • la communion

à présent que tu as fait ta première communion tu n’es plus une enfant, mais une personne capable de comprendre et de remplir les devoirs de la vie  (1er novembre 1872)

Là, c’est une jeune femme qui s’adresse à cousine, Marie Mertzdorff, la destinataire âgée de 13 ans passés. Pour cette jeune fille, Marie, on peut ajouter une autre marque de la fin de l’enfance : le fait de se coiffer elle-même (voir le billet sur la chevelure).


[1] Puisque le nom d’Ivan Jablonka vient sous ma plume, je ne peux que recommander la lecture de son Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus : une enquête (Seuil, 2012). Une enquêtes exemplaire et émouvante dans les archives et auprès de nombreux témoins, un travail qui implique à la fois « la mise à distance la plus rigoureuse et l’investissement le plus total » de l’historien.

La dernière lettre de Marie-Antoinette

 Un panneau de soie tissé

A Paris, dans une salle du Louvre (aile Richelieu, premier étage, salle 76) sont exposés deux panneaux de soie tissés en 1827 : « Testament de Louis XVI » et « Lettre de Marie-Antoinette à Madame Élisabeth ». Avec la « Visite à Carquillat », qui met en scène la visite du duc d’Aumale dans son atelier, ces deux panneaux sont les œuvres les plus célèbres du lyonnais Etienne Maisiat (1794-1848). Tisseur de soie, professeur à l’école de la Martinière, il a perfectionné les métiers à tisser pour leur permettre d’imiter la gravure. Il fallait toute sa virtuosité pour rendre lisibles ces deux pages en lettres d’imprimerie, encadrées de larges bordures à rinceaux et médaillons, elles aussi en noir et blanc. Les deux panneaux sont reproduits sur le site du musée, mais seul le premier est donné à voir dans une version agrandissable. 

Le texte de la lettre

Marie Antoinette écrit cette lettre à la Conciergerie, le 16 octobre 1793, au petit matin, quelques heures avant d’être guillotinée. Elle s’adresse à la sœur de Louis XVI, « Madame Elisabeth » : « C’est à vous, ma sœur, que j’écris pour la dernière fois. Je viens d’être condamnée… »

On trouvera le texte sur Gallica (BNF), reproduisant les  Lettres de Marie-Antoinette : recueil des lettres authentiques de la reine. T2 / publié, pour la Société d’histoire contemporaine, par Maxime de La Rocheterie et le Marquis de Beaucourt, 1895-1896 (pages 441-444). Un note explique :

 « Cette lettre ne parvint pas à son adresse ; Bault [le concierge qui a fourni l’encre] la remit à l’accusateur public ; mais celui-ci, au lieu de la faire parvenir, la conserva. Lorsque Fouquier fut traduit à son tour devant le tribunal révolutionnaire, ses papiers furent saisis, et c’est ainsi que la lettre porte les signatures de Fouquier d’abord, puis des commissaires chargés de l’inventaire Legot, Guffroy, Massieu et Laurent Le Cointre. Elle fut retrouvée en 1816 dans les papiers du conventionnel Courtois. »

 

 La feuille manuscrite

Le manuscrit original, également connu sous le non de « testament de Marie-Antoinette », est reproduit de façon bien visible sur un site qui veut démytifier l’histoire officielle. Il est précisé là que l’orthographe parfaitement maîtrisée de la lettre ne correspond pas à celle de Marie-Antoinette ; le texte aurait pu être « mis en forme par le ministre Decazes, soucieux d’en faire un « monument » à la gloire de la monarchie rétablie. » 

Qu’est-ce qu’une lettre ?

Il n’est pas dans mon propos d’analyser ce texte, ni d’entrer dans des discussions d’historiens sur l’authenticité de cette lettre, les mains par lesquelles elle est passée, son avenir dans les milieux royalistes, etc. ; je voulais seulement aborder cette question, à propos d’un objet qui a accroché mon regard au cours d’une flânerie dans le Louvre : qu’est-ce qu’une lettre ? un papier manuscrit , un texte, une archive ? un objet d’art, une relique, un objet de valeur ? une source d’inspiration ? une pièce dans un procès ? un instrument de propagande ? Le manuscrit original est-il l’œuvre d’une seule personne, le signataire, ou l’intervention d’un secrétaire se laisse-t-elle deviner ? Qu’est-ce qu’un faux? Une lettre est-elle destinée à son justement nommé destinataire ? ou à un groupe ? un large public ? à soi-même ? Du billet jeté sitôt lu au carré tissé des décennies plus tard, les formes les plus diverses sont possibles.

Caroline Duméril et Isabelle Latham : les cousines-amies

Caroline Duméril, dont l’enfance a été évoquée dans un billet précédent, entretient une relation privilégiée avec sa cousine Isabelle Latham. La première vit à Paris, la seconde au Havre. En novembre 1856, date de la première lettre conservée, Caroline a 20 ans et sa correspondante 15 ans. Une seule lettre d’Isabelle nous est parvenue, 24 de Caroline avant son mariage. Relation familiale et amicale, comme le souligne Caroline à la fin de sa lettre le 11 septembre 1857 : « Adieu ma bien chère Isabelle, reçois avec un bon baiser l’assurance de la vive et sincère affection de ta cousine et amie ».

Échanger visites, lettres et cadeaux

Dans ce dialogue des jeunes filles se retrouvent les pratiques communes de la correspondance familiale. Comme leur parenté, elles échangent des lettres entre leurs visites, « [leurs] tête-à-tête dans le jardin, [leurs] folles causeries, [leurs] réunions de famille » (10 septembre 1857). Les lettres relaient et prolongent les conversations :

après avoir tant joui d’être auprès de toi dans une si grande intimité il me paraît dur d’être privée de toute nouvelle (26-28 septembre 1857)

 Adieu ma chère Isabelle, tu me manques bien je t’assure car j’aimais beaucoup nos bonnes conversations et nos tête-à-tête. (28 octobre 1857)

Comme entre les membres de la famille, les objets circulent. Caroline fait allusion à des cadeaux (une broche, 9 juillet 1857) et, souvent, à des livres échangés :

J’ai dévoré Heartsease [de Charlotte Mary Yonge], je crois que rarement un roman m’a tant intéressée et je te remercie bien de me l’avoir prêté.  (26-28 septembre 1857)

Une écriture propre à cette relation s’instaure, qui balaie les conventions : « Excuse le griffonnage mais je t’ai écrit très vite et te traite en amie » (28 octobre 1857). Un certain formalisme est bousculé, mais la maîtrise de l’art épistolaire permet que cet abandon soit mis au service de l’affectivité.  

Une amitié sous contrôle familial

Cette amitié se développe sous le regard des adultes, dont la présence surplombe leur vie et leurs écrits :

Ta lettre m’a fait moins plaisir peut-être que celles auxquelles tu m’as habituée en ce qu’elle était moins longue et moins intime, mais j’en ai été fort contente d’un autre côté parce que je l’ai montrée et lue in familias et qu’elle a produit le meilleur effet du monde. (5-6 février 1858)

Elles donnent des nouvelles de leur entourage, transmettent les bons souvenirs de leurs proches :

Tu seras mon interprète, n’est-ce pas, auprès de ton bon père pour le remercier […] Dis bien aussi je t’en prie à Mlle Pilet combien son accueil affectueux et ses aimables attentions m’ont vivement touchée […] Tu embrasseras bien fort ma chère petite Mathilde pour  moi. (10-11 septembre 1857)

Ces contraintes de politesse familiale finissent par leur peser, et leur connivence invente un langage codé :

Je suis tout à fait de ton avis, ma chère amie, au sujet des commissions amicales dont nous nous chargeons mutuellement à la fin de nos épîtres ; il va sans dire que nous n’oublions pas les gens que nous aimons et le rappeler chaque fois n’est pas bien nécessaire. Ainsi, c’est convenu, une petite croix en terminant voudra dire les choses les plus affectueuses pour notre entourage et nous ne donnerons des explications que dans les cas particuliers.[…] X signe conventionnel qui veut dire ; maman t’embrasse ; et envoie mille choses à ton père. (9 novembre 1857)

 Les confidences

Alain Corbin note que l’éducation des filles et des garçons de la bourgeoisie, cantonnés dans des relations codifiées, « incite à l’amitié particulière et passionnée » et que pour les jeunes filles « les cousines jouent souvent le rôle d’interlocutrices privilégiées »1. Les confidences échangées sont primordiales dans l’élaboration de la personnalité. Ici, une vraie complicité s’instaure entre les deux cousines. Si Caroline donne à d’autres de ses nouvelles et raconte des « petites bêtises et histoires », elle réserve à Isabelle une « vraie causerie sérieuse et d’amies » (21 janvier 1858).

Loin de la frivolité des amitiés mondaines, elles échangent sur « ce but de la vie, but vers lequel chacun de nous marche et dont si peu s’inquiètent » (21 janvier 1858). Les deux jeunes filles s’étonnent : « Tout le monde songe à bien vivre mais quels sont ceux qui songent à bien mourir ». Après un long développement sur ce thème, Caroline resserre le cercle de l’intimité, qui se marque par des considérations partagées sur la religion :

tout ce que tu viens de m’écrire se rapporte si bien à ces dernières impressions sous lesquelles je suis encore que j’ai cru te faire plaisir en t’en faisant part mais pour toi seule.  (21 janvier 1858)

Marie-Claire Grassi note dans sa thèse (Correspondances intimes. 1700-1860, Université de Nice, 1985) que le thème religieux est un marqueur de l’intimité, surtout entre femmes (graphique page 438). 

Une amitié formatrice

Caroline joue souvent le rôle de l’aînée, insistant sur leur différence d’âge : « j’en ai fait autant à ton âge » (15 novembre 1856). Elle conseille, approuve, encourage :

Je vois que depuis ton retour, ton temps a été bien employé et qu’il le sera activement aussi tout cet hiver ; au reste je t’en félicite car c’est une des grandes jouissances de la vie, je trouve, que d’avoir beaucoup de choses à faire. (8 novembre 1857)

Cette relation entre Isabelle et sa cousine s’insère dans le réseau amical de Caroline, s’enrichit des rapports de l’une et de l’autre avec leurs fréquentations. Lorsque Caroline, alitée, ne peut tenir la plume, elle dicte sa lettre à son amie Eugénie Desnoyers, qui ajoute ses propres mots pour Isabelle :

Je profite de mon rôle de secrétaire, chère Mademoiselle pour vous assurer moi-même de toute ma sympathie, et vous prier de recevoir l’expression de mes sentiments affectueux. (25 novembre 1857)

« L’exercice de l’amitié forme et transforme : en le pratiquant s’élabore le soi autant que l’entre-soi » remarque Anne Vincent-Buffault (L’exercice de l’amitié : pour une histoire des pratiques amicales aux XVIIIe et XIXe siècles, Seuil, 1995, p. 9). Les jeunes filles parlent parfois des mariages dans leur entourage (24 février 1858), les commentent, anticipant leur propre destin. Et lorsque brusquement le mariage de Caroline se trame au printemps 1858, c’est à Isabelle qu’elle fait partager, par écrit, ses émotions.

Souvent, poursuit Anne Vincent-Buffault, les amitiés contractées dès l’enfance et durant la jeunesse apparaissent comme des temps forts et se poursuivent à l’âge adulte. La correspondance de Caroline à Isabelle se prolonge au-delà de son mariage2.

 


 

  1. Alain Corbin, « La relation intime ou les plaisirs de l’échange », Histoire de la vie privée. 4, De la Révolution à la Grande guerre, sous la direction de Philippe Ariès et de Georges Duby, volume dirigé par Michelle Perrot, Seuil, 1987 (p. 513-515). []
  2. Pour le mariage, voir les billets « On marie Caroline » et « Les cérémonies du mariage« . []

Quels index choisir ?

Publication papier ou publication électronique, des index sont indispensables. La plupart des logiciels d’édition permettent de générer des index. Faut-il les multiplier ? Lesquels proposer ? Quels sont les index dont on ne peut se passer ? Voici quelques réflexions nées du travail pour le site S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale.

Les index indispensables

  • la chronologie. Si la publication n’est pas chronologique, un moyen doit être proposé pour retrouver l’ordre et la date des documents.
  • les signataires. Nous aurons l’occasion de revenir sur la forme et l’orthographe des noms propres et sur les moyens d’identifier les signataires.
  • les destinataires.

Le choix d’autres index dépend de la finalité de la publication.

Des index reflétant une pratique sociale

Dans notre cas, nous voulons livrer des documents les plus ouverts possibles à toutes les lectures – pour un public que nous cernons mal, qui comprend des littéraires, des historiens, des généalogistes, voire des érudits qui s’intéressent à la fausse monnaie sous la Révolution. Cependant cette préoccupation de mettre à la disposition des chercheurs et des lecteurs des documents fidèles aux originaux, lisibles et facilement consultables est liée à notre travail antérieur sur cette correspondance (Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pézerat, Danièle Poublan, Ces bonnes lettres. Une correspondance familiale au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1995). Dans cet ouvrage, nous avons étudié l’écriture épistolaire comme une pratique sociale qui visait à renforcer, infléchir, voire créer des liens familiaux et qui, tissant ces liens, témoignait de leur vitalité. C’est à partir de cette hypothèse que nous avons pu nous intéresser à ce que les lettres disaient des événements petits et grands de la vie quotidienne, des sentiments éprouvés, des personnes rencontrées ou de l’écriture épistolaire elle-même. Les index retenus pour le site reflètent cette proposition :

  • index des personnes citées. Cet index manifeste l’étendue du réseau familial, amical et, plus largement, social.
  • index des auteurs de citations. Dans cette correspondance qui n’est pas littéraire, les citations sont des copies d’autres lettres. Les extraits de lettres recopiés donnent une nouvelle diffusion à certains épistoliers et soulignent un axe privilégié de l’échange.
  • index des lieux. Les villes d’où partent et où arrivent les messages signalent les pôles géographiques où s’enracinent les réseaux. Si – dans l’idéal – toutes les personnes citées se retrouvent dans l’index, en revanche seuls les lieux d’expédition et de réception ont été retenus, à l’exclusion des autres lieux cités dans les lettres.

L’index thématique

L’index thématique peut sembler un instrument utile pour le lecteur. Nous avons cependant renoncé à le proposer, pour plusieurs raisons. Il nous a paru insatisfaisant d’isoler des thèmes comme l’alimentation, le corps, la maladie, le vêtement, la météorologie, les enfants, les visites, etc. Les correspondances sont très riches. Mais lorsqu’elles donnent des informations sur l’adaptation de la garde-robe au goût du jour ou la perception du temps qu’il fait, ces informations prennent sens dans un contexte, un type de relation entre les personnes, des enchevêtrements d’idées, des rapprochements, un flou parfois. Plutôt que d’imposer une lecture réductrice, nous avons choisi de laisser au lecteur la liberté de construire lui-même le thème qui l’intéresse, de le retrouver à travers les mots qu’il recherchera. Le billet sur la chevelure et celui sur les animaux domestiques pourraient être deux exemples de l’utilisation de la touche « rechercher » pour isoler les fragments de lettres qui touchent à ces thèmes. Surtout, nous croyons que la recherche la plus prometteuse ne se résume pas à un mot ou un nuage de mots préétablis qui définiraient un thème, mais se niche dans des questions plus diffuses : comment « indexer » la perception du temps qui passe, les espoirs mis dans les progrès de l’intelligence humaine ou la vision « genrée » de la société ? C’est au chercheur lui-même à rechercher des éléments de textes appropriés à ses questions.

D’autres index possibles

Voici à titre d’exemple les choix opérés par quelques éditeurs :

  • Lettres de Drancy, introduction par Denis Peschanski, textes réunis et présentés par Antoine Sabbagh (Tallandier, 2002)

Index des principaux correspondants.

  • Albert Camus, René Char. Correspondance. 1946-1959, édition établie, présentée et annotée par Franck Planeille (Gallimard, 2007)

Un index des noms des personnes et des œuvres : livres (ex : Le Petit Prince, Saint-Exupéry), films (Les Visiteurs du soir, Carné), poèmes (La Lune d’Hypnos, Char).

  • Madame de Sévigné. Correspondance. 1646-1696 (3 volumes), texte établi, présenté et annoté par Roger Duchêne (Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1972-1996)

Outre la table chronologique, il y a un index des personnages réels et imaginaires (mis en italique) et un index des titres des œuvres et des noms géographiques. L’index des personnes distingue : mentions, lettre de, et lettres à. Une forme d’index thématique est proposée dans l’index des personnes : pour « Louis XIV » par exemple, souvent cité, les références aux lettres sont classées en « Roi chef de justice », « Roi et courtisans », « questions d’étiquette », « Roi et Lauzun », « Roi et religion », « Roi et pape », etc.

  • Stendhal. Correspondance. 1800-1842 (3 volumes) ; édition. établie et annotée par Henri Martineau et V. Del Litto (Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1962-1968)

Outre la table chronologique des lettres, on trouve un index des correspondants, un index bibliographique et un imposant index des noms cités (276 pages) où cohabitent personnages réels et fictifs, œuvres, institutions (« Académie des Sciences »), lieux (« Bac, rue du » ou « Bade »).

Il n’y a pas de limites à la diversité des index qui peuvent être pertinents. Chaque correspondance particulière, chaque projet, appelle une indexation spécifique :
– index de auteurs ou des œuvres (littéraires, musicales, picturales, etc.) citées si l’on privilégie le milieu culturel ou la formation intellectuelle des scripteurs
– index des plats ou recettes si des gastronomes tiennent la plume
– index des batailles pour une correspondance en temps de guerre
La liste est infinie. L’édition électronique permet de multiplier les index et d’en rendre la consultation plus commode.

 

Les animaux domestiqués

La livraison de février 2013 de La Faute à Rousseau, revue de l’association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique est consacrée à « l’animal et nous ». Ce sujet polémique, qui a divisé le comité de rédaction, « laisse entrevoir », selon l’éditorial (page 11), « à quel point la question animale , et notamment celle du compagnonnage entre les humains et les espèces dites domestiques, touche à un point sensible de la biographie ». La relation entre l’être humain et l’animal ou au moins la présence d’animaux domestiqués sont-elles mentionnées dans les lettres ?

Les chevaux

Sur toute la période de 1800 à 1870, le cheval est l’animal domestique le plus cité dans les lettres du site S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale. Attelés à des véhicules divers, montés (par des hommes et parfois par des femmes), utilisés lors de déplacements utilitaires ou de promenades, en ville et à la campagne, en temps de guerre aussi, la silhouette des chevaux apparaît en toute occasion, souvent l’espace d’un instant.

Mentionnons quelques apparitions particulières :

  • cheval et épistolaire

« Je t’écris, ma Mie, sur mes genoux, dans une voiture, et le cheval a, sans doute, quelques mouches qui le tourmentent, car il ne cesse de remuer ; ma lettre ne peut donc pas être une page d’écriture » (lettre du 10 juillet 1865)

  • la viande de cheval

Elle est consommée à Paris pendant le siège :

« nous avons encore de la viande de boucherie et en plus de la viande de cheval tant qu’on en veut ; on dit que sous ce rapport nous pouvons tenir très longtemps. » (lettre du 30 octobre 1870)

  • les spectacles équestres

« J’irai peut-être faire, avec lui, une petite visite à Franconi, ce qui me donnerait l’occasion de voir les beaux chevaux que vous avez montés. » (lettre du 21 janvier 1831)

Les Franconi sont une dynastie d’écuyers. Le père Antonio Franconi, originaire de Udine en Italie, arrivé en France dans les années 1760, s’associe avec le célèbre écuyer anglais Astley pour fonder le Cirque Olympique qui connaît une grande vogue dès les années 1780. Les enfants d’Antonio Franconi, Laurent et Minette, soutiennent la réputation de leur père, surtout dans l’éducation artistique des chevaux et la mise en scène d’ouvrages dramatiques.

Les chiens

La figure de Miss, la chienne d’Alphonse Milne-Edwards, s’impose dans les lettres adressées aux enfants. Elle est une présence familière, une compagne des déplacements entre la maison et la gare :

« Miss continue à tuer avec succès les rats que nous prenons et qu’on lâche devant elle, en deux coups de dents elle tue sa victime ; cette aimable bête vient toujours à Montmorency et connaît si bien son chemin qu’elle s’arrête d’elle-même à la porte de maman ; elle revient toujours avec Jean [un petit garçon] et moi le soir mais comme elle est très obéissante nous ne l’attachons pas et lui permettons de courir sur la route. » (lettre du 16 août 1871)

Ce même petit Jean en fait son jouet et la malmène :

« quelquefois il mange son goûter tout en jouant avec le chien ce qui est défendu mais il oublie facilement. Enfin l’autre jour il a attaché au cou de Miss une ficelle après laquelle était une casserole ce qui rendait la pauvre bête presque folle. La punition a été d’être privé de jouer le lendemain avec ce joujou vivant. » (lettre du 3 mai 1871)

Mentionnons, comme pour les chevaux, quelques situations particulières des chiens :

  • L’exposition canine

« L’Exposition des chiens est belle elle attire beaucoup de monde au jardin d’acclimatation » (lettre du 10 mai 1863)

La Société Impériale d’Acclimatation organise pour la première fois, du 3 au 10 mai 1863, une exposition canine au jardin d’Acclimatation du Bois de Boulogne ; 850 chiens sont rassemblés. Le directeur de l’Exposition, Albert Geoffroy Saint-Hilaire, précise : « Ce n’était pas un spectacle de curiosité, encore moins un marché qu’on se proposait d’ouvrir. On voulait, sous un point de vue autant scientifique que pratique, réunir une collection de chiens aussi complète que possible, afin de distinguer les races pures, utiles, ou d’agrément, et les croisements bons à conserver. »

  • Le chien, animal de laboratoire

Comme le lapin, le chien est utilisé par des médecins pour étudier la contagion des maladies (lettre de Louis Benoît Guersant à Pierre Fidèle Bretonneau, le 24 mars 1821). Il subit des expérimentations qualifiées par les savants eux-mêmes de « cruelles » :

« Nous avons encore répété sur des chiens vivants de cruelles expériences : heureusement que je supporte assez bien cela : c’est plutôt encore par souvenir que je me préoccupe de la cruauté qu’il y a à opérer ainsi des animaux vivants. Au moment même de l’expérience, la préoccupation qu’elle nécessite et l’intérêt qu’on y met, détournent l’attention d’une manière favorable. » (Journal intime d’Auguste Duméril, le 16 décembre 1841)

Hormis cette Miss et les mentions particulières que je viens de signaler, il est peu question des chiens dans les lettres. Ces animaux sont pourtant présents dans l’environnement alsacien ; un récit de Duméril nous l’apprend. Lorsqu’il visite les propriétés de Charles Mertzdorff que sa petite-fille vient d’épouser, Duméril note :

« [La ferme de Charles Mertzdorff] est très considérable […] le propriétaire s’est réservé un corps assez considérable où l’on peut admettre une assez nombreuse société d’amis et de connaissances des environs pour des réunions de chasses. Les écuries, les granges, les remises, les étables sont nombreuses. la cour est remplie de volailles, il y a une dizaine de chevaux de travail. j’y ai vu sortir pour aller paître un vingtaine de vaches très belles et un jeune taureau. six couples de chiens de chasse. » (récit du voyage d’André Marie Constant Duméril en Alsace, rédigé du 3 au 17 septembre1858)

Les lettres en revanche mentionnent des repas de chasseurs et des envois de gibier, lièvres et lapins, aux parents parisiens et aux amis.

Pas de chat signalé dans les maisons, sauf un chaton imprudent sur le toit (lettre du 25 février 1873)  ou un pilleur de garde-manger (lettre du 11 août 1868).

Les animaux de basse-cour

Les Mertzdorff vivent en lisière d’une petite ville alsacienne, dans une maison aux vastes bâtiments, avec cour, basse-cour et jardins. La production végétale et animale du domaine est mentionnée, mais elle est gérée par des employés et ne retient pas l’attention des fillettes. En revanche, lorsque celles-ci sont en vacances dans la résidence campagnarde de leurs grands-parents, il semble qu’elles soient dans une plus grande proximité avec les animaux et découvrent les soins à leur donner.

« Ce qui m’occupe beaucoup en ce moment c’est d’apprivoiser un petit lapin que bonne-maman m’a donné me permettras-tu de l’emporter à Vieux-Thann ? oh ! oui n’est-ce pas. Mon lapin est très gentil, il vient sur mes genoux, il m’embrasse c’est-à-dire qu’il frotte son museau contre moi, alors c’est à mon tour de le caresser.[…] les poules de tante sont arrivées, il y a trois poules et un coq, Marie était très intriguée de savoir combien de poules il y avait, de quelle couleur était le coq. » (lettre du 21 juillet 1871)

***

Les chevaux exceptés, l’évocation des animaux domestiqués fait partie des thèmes réservés en priorité ou liés aux enfants. Les jeux que chiens et lapins occasionnent, les soins que les jeunes leur prodiguent, leur donne une existence dans les lettres qui ne coïncide pas avec la réalité économique de la présence animalière, rarement décrite. L’affectivité qui colore la mention des animaux touche souvent à un point, sinon « sensible »,  du moins circonstancié, de la biographie.

Fictionnaliser la routine

 Devinette : quel est cette pratique qui « ne change pas la routine de votre vie, mais peut aider à ‘fictionnaliser’ cette routine, à faire en sorte que cette dernière puisse devenir une sorte d’aventure », grâce à un objet dont « le mécanisme est très simple » ?

Indices supplémentaires : pour l’auteur de la définition ci-dessus il est aussi question de « canon à paroles », de « main rendue », d’« objet à voir le chemin parcouru », voire d’« espace à culpabilité ».

Eh bien non, ce n’est pas de correspondance qu’il s’agit, ni de lettres où le quotidien raconté échappe à l’oubli, où le minuscule événement est pris dans la trame de la saga familiale, où le récit fait retour sur le passé, où les mots tissent les relations, il ne s’agit pas de lettres pour lesquelles une feuille, une plume et de l’encre suffisent.

C’est la description par son auteur de l’une de ses œuvres : « Objet à devenir le héros de sa propre vie » (2001). Cet objet est constitué d’un harnais avec compact disque et enceinte, ce qui permet au sujet qui le porte d’émettre sa propre musique, en accord avec les situations qu’il vit, les personnes qu’il croise. L’artiste, Philippe Ramette, l’a imaginé en référence au cinéma, car « il permet de concevoir son propre accompagnement musical. L’utilisateur devient son propre metteur en scène, considérant sa vie comme une fiction potentielle dans laquelle il peut agir ».

Philippe Ramette est un « ergonome pataphysicien », un inventeur d’objets improbables. Le catalogue de ses créations, Inventaire irrationnel (éditions courtes et longues, Paris, 2010, 274 pages) présente des photographies d’autres œuvres : « Espace à culpabilité » (1990), « Canon à paroles » (2001), « Objet à voir le chemin parcouru », (2003), « Main tendue » (2006). Ces réalisations, si elles ont à voir avec le désir de parler, voire de parler de soi (p. 42) et la préoccupation de communiquer (p. 52), sont bien loin de la correspondance !