Archives de catégorie : 1- La vie au XIXe siècle

Des odeurs

Thèse d'Auguste Duméril - 1843
–                           Thèse d’Auguste Duméril – 1843

L’un des épistoliers du site « S’écrire au XIXe siècle », Auguste Duméril1, soutient en 1843, à la Faculté des sciences de Paris, une thèse pour obtenir le grade de Docteur ès sciences naturelles. Le titre de sa thèse : Des odeurs et de leur action physiologique2. D’où vient son  intérêt « professionnel » pour les odeurs ? Et cet intérêt se manifeste-t-il par des notations spécifiques dans sa correspondance privée ?

La thèse d’Auguste Duméril

Mon propos n’est pas d’analyser sa thèse à la lumière des connaissances de son temps. On trouvera dans l’ouvrage précurseur d’Alain Corbin sur l’odorat3 le point sur les théories et expériences des savants qui s’intéressent à l’osphrésiologie, c’est à dire, selon le Dictionnaire de la langue française dÉmile Littré, qui traitent des odeurs et du sens de l’odorat.

Auguste Duméril pratique peu les expériences en laboratoire, remettant « à plus tard de donner à ses appréciations théoriques la sanction de l’expérimentation directe »4. Il s’appuie sur les observations d’auteurs anciens et contemporains, passant classiquement du poète Lucrèce au père de la théorie sensualiste Condillac, reprenant des classifications basées sur l’impression ressentie ou sur la chimie5. Il souligne « l’importance de l’odorat dans l’accomplissement des actes de la nutrition et de la reproduction », et passe en revue les odeurs végétales, les odeurs animales et leurs fonctions6, les « odeurs des différents produits de l’organisme vivant »7 : sang, « corps gras », « fluides » et « fèces ». Il s’interroge sur le rôle des « agents impondérables » capables d’influencer « la production, la dispersion et l’anéantissement des odeurs »8, qu’il s’agisse des « rayons calorifiques obscurs » de la lumière, de la couleur (les fleurs blanches seraient-elles plus parfumées que celles d’autres couleurs, et inversement, un drap noir absorberait-il plus les odeurs qu’un drap blanc ou les conserverait-il plus longtemps ?), de l’électricité, du « calorique »9, des frottements et froissements, de l’état hygrométrique (« ainsi l’odeur des amandes amères ne se développe que lorsqu’elles ont été mises en contact avec l’eau »10). Il s’intéresse également à la composition « du milieu dans lequel se dégagent les odeurs » (« les odeurs se dégagent-elles dans le vide ? »), au rôle des fermentations, de l’oxygène de l’air, des « molécules volatiles »11.
L’espace d’un paragraphe ou de quelques pages, toutes sortes de « faits curieux et intéressants » retiennent son attention : « l’odeur propre de l’urine disparaît et est remplacée par un parfum analogue à celui des violettes, lorsque des vapeurs d’huile essentielle de térébenthine, si fortement odorantes, sont mêlées à l’air qui pénètre dans les voies respiratoires »12 ; mollusques, crustacés et poissons ont-ils de l’odorat ? (il penche pour la négative13).
L’approche d’Auguste Duméril oscille entre des impressions « essentiellement instinctives »14 qui la situeraient dans le courant du sensualisme, et la recherche d’« une connaissance positive de la nature intime des odeurs »15 influencée par la révolution lavoisienne qui privilégie l’analyse physico-chimique.

Les messieurs de l’Académie ont bénéficié d’une présentation de ce travail :

J’ai la contrariété de n’avoir encore pu lire devant l’Académie des Sciences l’extrait de mon travail sur les odeurs, quoique je sois inscrit, pour cette lecture, depuis plusieurs semaines ; mais tant de personnes sollicitent cet honneur ; que je n’espère guère être appelé que dans la seconde moitié de Janvier. (Auguste Duméril à ses oncle et tante, 31 décembre 1842)

Des travaux scientifiques antérieurs

  • André Marie Constant Duméril

Avant lui son père, André Marie Constant Duméril, a publié dans le Magasin Encyclopédique à la fin du XVIIIe siècle une « Dissertation sur l’organe de l’odorat dans les insectes »16 ­ mais ce sont des observations de naturaliste sur la morphologie des insectes, plutôt que des réflexions sur l’olfaction. Le savant André Marie Constant Duméril accorde assez d’importance à ce texte pour le citer dans la liste de ses ouvrages qu’il présente aux membres de l’Institut (lettre imprimée du 23 octobre 1814).

  • Hippolyte Cloquet

L’un des élèves d’André Marie Constant Duméril est Hippolyte Cloquet (1787-1840), médecin et naturaliste comme lui. Cet élève est proche de son maître, qui l’engage parfois comme secrétaire, qui fait appel à lui pour soigner ses enfants et le reçoit dans sa famille. Hippolyte Cloquet soutient en 1815 sa thèse de médecine avec une Dissertation sur les odeurs, sur le sens et les organes de l’olfaction. L’épouse d’André Marie Constant Duméril est au courant de ces recherches ; elle annonce à leur ami Pierre Fidèle Bretonneau (le médecin dont un hôpital parisien porte le nom) :

M. Cloquet a enfin terminé sa thèse, il compte la soutenir incessamment. (Alphonsine Delaroche-Duméril, 5 février 1815)

Hippolyte Cloquet publie ensuite, en 1821, Osphrésiologie, ou Traité des odeurs, du sens et des organes de l’olfaction, avec l’histoire détaillée des maladies du nez et des fosses nasales, et des opérations qui leur conviennent, un ouvrage de plus de 760 pages qui marque « l’âge d’or de l’osphrésiologie », « ouvrage de référence jusqu’au cœur du XXe siècle », « victime d’un interminable pillage », ouvrage « au sein duquel voisinent les découvertes scientifiques, les intuitions prémonitoires, et les plus incroyables ragots » analyse Alain Corbin17.

La correspondance privée

Auguste Duméril a-t-il simplement choisi un sujet de thèse pour lequel les connaissances de son entourage intellectuel pouvaient lui être utiles ? Ou bien dans la vie de tous les jours était-il particulièrement sensible aux odeurs ? On ne sait. Quelques notations dans ses lettres montrent cependant qu’il trouvait repoussantes certaines odeurs de « l’organisme vivant ».

A l’époque de la rédaction de sa thèse, et se moquant du vocabulaire pédant que ce genre textuel exige, Auguste Duméril raconte à sa mère un trajet en voiture entre Paris et Arras :

Ma route s’est faite heureusement, mais ce que j’ai avalé et absorbé de poussière, par mes habits, est impossible à dire. J’ai d’ailleurs bien senti toute l’importance du sujet de physiologie qui m’occupe, en ce moment, car la chaleur aidant, l’atmosphère était remplie d’émanations d’une essence piédobottique, tout à fait pénible à respirer (ce mot qui est formé des mots pied et botte, te fait comprendre quelle était la nature de ce parfum). (Auguste Duméril à sa mère, 19 août 1842)

Dix ans auparavant, tout jeune homme, il a le temps de remarquer lors de son passage dans un théâtre où il ne reste que dix minutes, non seulement « l’horrible chaleur » de la salle et le « vacarme effroyable » de la foule dans les entractes, mais aussi « la dégoûtante odeur » qui règne (Auguste Duméril à son cousin germain, 26 mai 1831)
Indices de « l’abaissement des seuils de tolérance » à la puanteur que relève Alain Corbin18 ?

Histoire de la chaussure (1852)
P. Lacroix et A. Duchesne, Histoire de la chaussure, 1852 (Source : BNF Gallica)

 

  1. Une centaine de lettres écrites par Auguste Duméril (1812-1870) entre 1830 et 1870 sont publiées sur le site. []
  2. Auguste Duméril, Des odeurs et de leur action physiologique ; Dissertation sur quelques points de la physiologie des végétaux, thèses présentées et soutenues à la Faculté des sciences de Paris pour obtenir le grade de Docteur ès sciences naturelles, 1843, Rignoux. []
  3. Alain Corbin, Le Miasme et la Jonquille. L’odorat et l’imaginaire social (XVIIIe-XIXe siècles), Aubier, 1982. []
  4. A. Duméril, thèse p. 87. []
  5. A. Duméril, thèse p. 69. []
  6. A. Duméril, thèse p. 20. []
  7. A. Duméril, thèse p. 59. []
  8. A. Duméril, thèse p. 24 []
  9. A. Duméril, thèse p. 31 []
  10. A. Duméril, thèse p. 36. []
  11. A. Duméril, thèse p. 50 []
  12. A. Duméril, thèse p. 56. []
  13. A. Duméril, thèse, p. 86. []
  14. A. Duméril, thèse p. 5. []
  15. A. Duméril, thèse p. 87. []
  16. Magasin Encyclopédique, 3e année, T. II, p. 435. []
  17. A. Corbin, op. cit., p. 132. []
  18. A. Corbin, op. cit., p. 67 et suivantes. []

Jaunes

jaune bande1« Admiré des Grecs et des Romains, le jaune l’est beaucoup moins à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Il devient la couleur des chevaliers félons, des traîtres et des renégats, des menteurs, des tricheurs, des faussaires et des hypocrites. » Selon Michel Pastoureau le jaune cumule désormais les caractères négatifs, alors que « le bon jaune, le jaune valorisé et valorisant, c’est l’or »1. La dépréciation du jaune traverse la Renaissance et dure au cours des siècles suivants jusque dans les années 1850-1880. Cette couleur est réhabilitée sur la palette des peintres impressionnistes, mais, « qu’on le veuille ou non, le jaune reste la couleur de la maladie »2. C’est bien ainsi qu’elle apparaît dans les lettres des Duméril-Mertzdorff3.

La couleur de la maladie

  • La jaunisse, cause et remèdes

Au tout début du XIXe siècle André Marie Constant Duméril, jeune médecin, donne une consultation par correspondance :

Nous ignorions le dérangement de la santé de papa. D’après ce que vous me mandez, il n’y a pas de doute qu’il n’ait une ictère ou jaunisse. (André Marie Constant Duméril à sa mère, 21 octobre 1800)

Il commence par expliquer ce qui provoque le teint jaune :

Cette maladie provient de ce que la bile, au lieu de passer dans les intestins comme cela doit avoir lieu, pour que la digestion se fasse bien, a éprouvé un obstacle : de sorte qu’elle a été absorbée par des espèces de veines qu’on nomme lymphatiques et qui circulent par tout le corps et principalement sous la peau. Voilà ce qui colore en jaune.

Puis il avance une cause possible de la maladie :

Papa a eu du chagrin. il est reconnu que les affections mentales agissent beaucoup sur le foie, qu’elles resserrent le conduit par lequel doit passer la bile.

Il propose enfin des remèdes :

 C’est alors une affection nerveuse, qui cède à l’usage de l’éther pris à la dose de quatre gouttes sur un morceau de sucre ; quelquefois à celui de l’eau de fleur d’oranger à la dose d’une cuillerée à café avant le repas du midi ou du soir. […] il faut [au malade] du mouvement, peu d’occupation d’esprit et surtout le laisser le moins possible à ses réflexions.

Le fils termine, rassurant :

Cette maladie quoique longue n’est pas inquiétante

  • La fièvre jaune

Dans d’autres lettres de Duméril il est fait allusion à la fièvre jaune, maladie plus exotique et beaucoup plus grave que l’ictère. Cette fièvre hémorragique, que l’on sait depuis la fin du XIXe siècle transmise par des moustiques, est souvent mortelle pour le malade. Elle est actuellement endémique dans des pays d’Afrique et d’Amérique latine, mais ses épidémies ont fait des ravages en Europe. Entre autres : 1800 (Cadix, Andalousie), 1802 (Bayonne, Rochefort, Bordeaux, Brest, Marseille, Livourne), 1804 (Gibraltar, Andalousie, Livourne), 1805 (Cadix), 1810 (Cadix, Barcelone, Andalousie, les îles Canaries), 1813 (Gibraltar), 1814 (Andalousie), 1819 (Cadix), 1821 (Andalousie, Barcelone)4.

Les autorités, inquiètes de la contagion possible et des conséquences sur le commerce extérieur, envoient des médecins en mission. Pour la France, par décret du 17 prairial an XIII, André Marie Constant Duméril part en Espagne pour étudier la fièvre jaune :

Mon Cher ami,
Le décret est rendu à Milan le 17 prairial : il est ainsi conçu. Napoléon Empereur et roi décrète ce qui suit. Article 1er MM. Desgenettes et Duméril Professeurs à l’école de Médecine de Paris sont nommés membres de la commission de l’épidémie pour aller en Espagne en remplacement de MM. Chaussier et Leclerc. Article 3. le ministre de l’intérieur chargé de l’exécution du présent décret. l’article deux n’est pas copié dans l’ampliation qu’on nous en a délivré mais nous savons qu’il est ainsi conçu. il sera mis à la disposition du ministre de l’intérieur une somme de 50 000 livres. Je n’ai pas vu encore Desgenettes je vais aller conférer avec lui. Tu vois que l’époque du départ n’est point fixée. (André Marie Constant Duméril à son frère, mai 1805, prairial an XIII)

Les lettres suivantes détaillent le voyage en Espagne d’André Marie Constant Duméril, ses rencontres et visites. Il semble plus intéressé par les collections des naturalistes que par les malades de la fièvre jaune, sur lesquels il est peu disert.

  • Le teint jaune

Pendant tout le XIXe siècle, qu’il s’agisse d’adultes ou d’enfants, de mourants ou de convalescents, le teint jaune est mentionné comme indicateur de santé :

Nous avons été, Eugénie et moi, bien péniblement affectés du changement de Mme Esther, qui est maigre, pâle, et même jaune : il me semble qu’il doit y avoir quelque chose de compromis dans sa santé. (Auguste Duméril à sa mère, 23 août 1846)

Ma petite Marie n’a plus mal aux oreilles, mais elle est jaunette, je pense que ce n’est rien, elle grandit beaucoup et a besoin de remuer. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 21-22 décembre 1871)

Bonne-Maman va bien, dit-elle, mais en somme, elle n’a pas bonne mine, elle est excessivement maigre & a un fond jaune qui ne me plaît pas du tout. (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 18 mai 1875-B)

 Ton papa va mieux pour le pied mais a comme un petit trouble du foie, il est un peu jaune et fatigué. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 29 avril 1917)

Le jaune dans la vie

Hors le domaine de la santé, la couleur jaune est régulièrement mentionnée dans les lettres. Nullement rebutés par la symbolique négative attachée à cette couleur, les épistoliers semblent apprécier le jaune, que ce soit pour leurs vêtements ou leur ameublement.

  • Le décor

Auguste Duméril (le fils d’André Marie Constant Duméril), jeune homme de 20 ans, raconte à sa mère les transformations d’un appartement :

Léonide a fait de l’ancienne cuisine sa salle à manger […], de la grande chambre rouge, une fort belle chambre très bien ornée, de la petite chambre jaune un délicieux petit salon (Auguste Duméril à sa mère, 10 novembre 1833)

Le même, deux décennies plus tard, au milieu du XIXe siècle, en voyage à Londres, est invité au spectacle par ses hôtes. Le théâtre de la Reine lui fait « la plus vive impression » lorsqu’il y pénètre :

cette immense salle, qui est peut-être une fois et demie aussi grande que l’Opéra, admirablement éclairée, et ornée partout de tentures en soie jaune, remplie de femmes en toilette de bal (Auguste Duméril à son épouse, 9 juin 1851)

Caroline Duméril-Mertzdorff, dans l’année qui suit son mariage, et avant la naissance de son premier enfant, s’installe dans la grande maison à côté de l’usine de son mari.

Tu ne saurais croire combien nous sommes heureux chez nous et comme tout y est beau, je crains que tu ne trouves trop de luxe. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 11 mars 1859)

Elle précise les couleurs retenues : vertes la chambre et la petite salle à manger, lilas « la chambre de baby », etc. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine, 28 décembre 1858). Le grand salon « tout blanc » reçoit plus tard les meubles achetés à Paris : « palissandre et damas jaune » (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 11 mars 1859). Dans ce grand appartement il y a d’autres taches colorées : par exemple, au pied du lit dans la chambre de jeune fille, une « table jaune » à tiroir (Marie Mertzdorff à son père, 3 avril 1873).
Mais il s’agit le plus souvent seulement d’éléments du décor – ou du goût anglais !

  • Les vêtements

Sous le Second Empire, Caroline et Eugénie, les deux épouses successives de Charles Mertzdorff, se font confectionner des robes jaunes. Elles choisissent un tissu léger, sans doute du coton, un « piqué » dans lesquels la tension des fils de chaîne crée un léger relief (en losange, en carré ou en points alignés).

Caroline, pragmatique :

crois-tu qu’à la tour St Jacques [un magasin parisien] tu pourrais trouver à assortir ma robe de piqué jaune dont voici l’échantillon, j’en voudrais encore 5 mètres pour faire de grandes basques qui ensuite me seront une ressource. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 13 juillet 1859)

Eugénie, satisfaite :

Pour les robes, j’ai écrit à maman que je choisissais la robe en piqué léger jaune et brune (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 5 mai 1865)

j’étrenne aujourd’hui ma robe de piqué jaune que tu m’as envoyée et je me croyais très belle ! (id., été 1865)

  • Le papier

Jaune des étoffes, jaune du papier aussi. Sur ce support, la couleur jaune est moins valorisée : c’est celle des documents de l’administration (« le carnet à souche jaune de l’Intendance » (8 avril 1917), et celle des copies. Le couple Froissart-Mertzdorff qui a six enfants recopie, par un procédé mécanique, certaines lettres sur du papier pelure jaune. On envoie ainsi « le jaune de cette lettre à Michel », frère de Louis (Léon Damas Froissart à son fils Louis, 3 juin 1916). Léon Damas Froissart, que ce soit pour les lettres à ses fils ou pour sa copieuse correspondance d’affaires dont il veut garder trace, en consomme beaucoup : il commande par 100 les « feuilles jaunes doubles pour copie lettre ».

Citons pour terminer une lettre de son épouse, contrainte faute de choix d’envoyer du papier à lettre jaune à son fils soldat :

Mon cher petit Louis,
Je t’ai envoyé d’horrible papier à lettre jaune que j’ai eu bien de la peine à trouver à Saint Cloud, ayant oublié de t’en envoyer de Paris. Je t’engage à t’en débarrasser le plus vite possible en me le renvoyant après y avoir mis quelques traces de ta grande écriture. Quelque laid qu’il soit, je serai toujours enchantée de le voir arriver. Tu nous gâtes d’ailleurs depuis quelque temps et ceci est loin d’être un reproche. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 3 septembre 1916)

Au crayon ou à l’encre, sur les cartes distribuées par l’armée ou sur une feuille froissée et jaune, la lettre du soldat est toujours bienvenue !

jaune bande-vert1

  1. Michel Pastoureau interrogé par Dominique Simonnet, Les Couleurs expliquées en images, 2016, Seuil, p. 103. []
  2. Op. cit., p. 118. []
  3. Voir le site : « S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale ». []
  4. Teunis Willem Van Heiningen, « De la contagiosité de la fièvre jaune aux Pays-Bas entre 1820 et 1825 », Histoire des sciences médicales, Janvier-Mars 2006, p. 9-22. []

En silence

« Je vous écris en déjeunant », « Je vous écris sur mes genoux dans la classe de Marie pendant qu’on leur fait une dictée », disent Caroline Duméril (6 juin 1859) et Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards (3 décembre 1873) : les épistolières de la famille Duméril-Mertzdorff1 prennent la plume immergées dans les va-et-vient d’une maison bourgeoise. L’écriture des femmes trouve place entre la surveillance du repas qui se prépare, les soins à donner aux enfants ou les visites à recevoir ; elle s’insinue dans les interstices d’activités incessantes, et se superpose à l’agitation domestique. Point d’espace réservé et calme, de « chambre à soi » comme la revendiquent de plus en plus souvent les femmes aisées au XIXe siècle2. Lorsque le retrait silencieux advient, on le note. Silence de l’écriture. Silences aussi de la lecture, de la vie sociale, des accalmies en période de guerre. Ils sont nombreux les silences nichés au sein des bruissements et vacarmes, les silences remarqués et notés dans les lettres3.

Des activités intellectuelles en silence

  • Silence de l’écriture des lettres

« La littérature « personnelle » requiert le calme, le face-à-face avec la page blanche »4. Ce retrait, indispensable pour écrire autre chose qu’une banale et rapide réponse, est souvent refusé aux femmes :

je suis si continuellement entourée de ces deux marmots et de tout leur bruit, et il m’est si impossible d’écrire avec cet entourage-là, que j’ai été obligée de cesser toute correspondance (Alphonsine Delaroche-Duméril à sa belle-mère, 19 octobre 1810)

Elles guettent les moments de tranquillité, par exemple tôt le matin, lorsque la maisonnée dort encore :

comme le silence est encore complet dans la petite chambre, j’en profite pour reprendre ma causerie. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 5-6 décembre 1871)

Ma chère petite Gla, voici un petit moment de silence et je veux en profiter pour te griffonner quelques lignes dans la lettre de maman (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 28 novembre 1872)

Les hommes aussi, le soir par exemple après leur journée de travail, ou un dimanche, notent :

Je trouve que j’ai assez lu, il n’est pas trop tard, & je suis là bien tranquillement tout seul, pas l’ombre d’un bruit, même celui de l’Eau qui reste entre les doubles fenêtres & ne peut entrer, je ne vois donc rien de mieux à faire pour terminer ma journée que de venir causer avec toi. (Charles Mertzdorff à sa fille, dimanche soir 30 novembre 1873)

  • Silence de la lecture

L’écriture et la lecture se succèdent et on peut s’isoler pour cela de bien des manières, dans le calme de la maison ou d’un « petit pavillon » à Lille :

Au bout du jardin de mon oncle, est un petit pavillon, frais et tranquille, où l’on est délicieusement, pour lire, dont le pied est baigné par un de ces canaux, que traversent souvent de beaux cygnes, appartenant à la ville. (Journal de voyage d’après les lettres d’Auguste Duméril à son frère, 1831)

Après le souper, étant tranquillement à lire dans le salon nous entendons un bruit insolite suivi de chute, comme si un paquet de neige tombait du toit ; nous avons pensé que c’était un paquet de vigne vierge qui tombait, mais nous avons constaté à notre réveil que c’était une branche du marronnier à côté de la grille d’entrée qui était cassée et tombée sur la grille sans rien casser heureusement (« Gazette » multigraphiée d’Emilie Mertzdorff-Froissart à ses enfants, 20 septembre 1917)

  • Silence de l’étude

« Dans les institutions scolaires, confessionnelles et plus tard laïques, le silence est imposé dès l’aube des Temps modernes » note Alain Corbin5. En silence on écoute le maître, on travaille :

je vais maintenant dans un cabinet d’étude, où se réunit un assez grand nombre d’étudiants en médecine : on est dans de bonnes salles chaudes, avec le plus grand silence, car chacun se tait. (Auguste Duméril, 19 ans, à son cousin, 21-23 novembre 1831)

Cette discipline des corps s’inculque :

Quant à Jean son enthousiasme continue de plus en plus, il ne parle que de son collège, de ce qu’il va aller au banc d’honneur, qu’on a tiré les oreilles à Masson parce qu’il faisait du bruit (Marie Mertzdorff à son père, 9 octobre 1875)

Pour les adultes, le silence s’impose comme condition du travail intellectuel :

Oh que je serais contente de t’avoir ici, tu serais à notre étage, la chambre neuve est toute prête, tu serais près des enfants et cependant la bibliothèque empêcherait Alphonse [son époux] d’entendre le bruit s’il désirait travailler (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 6-7 octobre 1864)

André Marie Constant Duméril relate une circonstance où la rupture du silence propice à l’écoute universitaire prend une dimension politique : c’est la manifestation du public lors d’une audition devant un jury d’admission à une chaire de l’Institut :

je n’ai pas été nommé, mais je m’y attendais et ce résultat ne m’a été en aucune manière très sensible. je me suis tiré avec le plus grand honneur de toute cette affaire. Sachant, à peu près, l’issue de ce combat, j’avais engagé toutes les personnes auxquelles j’avais pu me confier, à solliciter le plus grand silence de la part de l’auditoire au moment du jugement, comme une marque de bienveillance à laquelle je serais très sensible. mais quelques applaudissements indiscrets partis naturellement de la part des amis de mon compétiteur ont excité une sorte de sifflements de rage et de huées qui ont accompagné les juges jusqu’à la porte. le président a eu la sottise d’en prendre acte et les huées ont recommencé de plus belle. j’ai été très peiné de cette nouvelle quoiqu’elle ait réellement soulagé un peu ma déconfiture. (André Marie Constant Duméril à ses parents, 16 avril 1812)

Le zoologiste conclut, mêlant sens propre et sens figuré après que la presse a rapporté l’incident :

L’affaire de mon concours a fait plus de bruit que je ne désirais. (André Marie Constant Duméril à ses parents, 10 mai 1812)

Le silence et le bruit

Le cabinet de travail, la bibliothèque, l’amphithéâtre universitaire, il est d’autres enceintes où le silence devient de mise au XIXe siècle. Chez soi, dans la rue, au théâtre, il est noté souvent comme une parenthèse, un moment d’accalmie.

  • Le théâtre

« A partir du milieu du XIXe siècle, le seuil de tolérance au bruit s’abaisse », note Alain Corbin6. Contrastant avec le tintamarre populaire, le silence est exigé dans les salles de spectacle, au concert en particulier, « mais cela ne se réalise que lentement »7 et mérite d’être souligné :

J’ai été, le premier Mai, à ce théâtre [l’Odéon], lorsqu’on jouait gratis. C’est un spectacle, que j’étais très curieux de connaître : je n’y suis resté que dix minutes ou un quart d’heure, mais j’ai eu tout le temps de sentir l’horrible chaleur qu’il faisait, et la dégoûtante odeur qui régnait dans la salle. […] On entend, dans un profond silence, mais on s’en venge bien, dans les entractes, car on fait alors un vacarme effroyable. (Auguste Duméril à son cousin, 26 mai 1831)

  • Dans la rue

Une forge dans les étages d’un immeuble parisien ou la musique de rue deviennent pour les élites sociales un tapage insupportable. Mais, en province surtout, les manifestations de liesse populaire continuent d’être appréciées – bien que le trait de plume marque ici l’hésitation du notable :

A l’instant l’on vient me dire que tout le monde fera plus de vin que l’on ne s’y attendait, de sorte que pour ce soir il y aura de la gaîté & du bruit des chants, ce que l’on aime bien voir & entendre. (Charles Mertzdorff en Alsace à sa fille, 5 octobre 1874)

  • Les enfants

Dans les lettres familiales, n’apparaissent pas ces enfants rêveurs qui en silence cultivent les prémices de leurs créations futures. Il est vrai que pour les épistolières vouées à remplir des pages il y aurait alors peu à dire. Les jeux et les activités donnent matière à récits :

ce petit Constant, dont le mouvement et le bruit fatiguent par moments, mais dont l’heureux naturel et les jolies manières donnent bien des jouissances. (Alphonsine Delaroche à son époux, 28 octobre 1812)

Il pourra vous rendre assez bon compte de ses petits-fils qui pourtant l’auront bien incommodé quelquefois avec leur bruit, cependant il y a des petits garçons plus bruyants (Alphonsine Delaroche à sa belle-mère, 18 août 1816)

  • Pendant la guerre

Charles Mertzdorff est maire de la petite ville et l’on comprend bien qu’il préfère en 1874 rires et chansons au silence morne et oppressant qui accueillit la déclaration de guerre de la France à la Prusse (le 19 juillet 1870) ; alors, l’absence de bruit est totale et « la tristesse peinte sur tous visages » :

pas de cris. C’est le silence le plus complet. Même l’Eau ne murmure plus dans la cour. (Charles Mertzdorff à son épouse, 22 juillet 1870)

À quoi répond la réflexion des parisiens :

le bruit du canon nous est si familier que lorsque nous ne l’entendons pas gronder il nous manque quelque chose. Il faut te dire que c’est le nôtre, celui de l’ennemi est trop loin pour arriver jusqu’à nos oreilles. (Jeanne Target-Desnoyers à sa fille, 30 octobre 1870)

« Les combats de la Première Guerre mondiale ont modifié le sens, la portée et les textures du silence » remarque Alain Corbin8. Chacun apprend à décoder le bruit :

Nous avons très distinctement perçu le bruit de la chute des obus, mais nous avons cru à une canonnade contre le zeppelin (Émilie Mertzdorff à son fils, 30 janvier 1916)

Nous sommes si bien à l’abri dans notre cave où nous descendons au premier signal que nous entendons à peine les coups. La défense fait pourtant beaucoup de bruit. (Émilie Mertzdorff à son fils, 28 juin 1918)

Si le silence signifie l’absence de combat, s’il précède ou suit la bataille, il n’est pas valorisé pour autant, mais porteur d’angoisse et de deuil. Léon Damas Froissart qui parcourt les communes autour d’Hazebrouck, dans Nord, le note comme un élément de la désolation qui s’étend partout :

l’aspect de la ville [Wallon-Cappel] est lamentable, bien des maisons sont effondrées, beaucoup d’autres debout mais très endommagées, pas un trou n’est bouché, aucun carreau ou planche n’a remplacé les vitres disparues : c’est un silence de mort dans toute la ville, où l’on n’aperçoit que quelques rares britanniques. (Léon Damas Froissart à ses fils, 17 août 1918)

Le silence de l’être en société

  • Le savoir-vivre

Se taire ou trop parler : dans les relations sociales la personne bien éduquée se doit d’éviter ces deux positions extrêmes. Bien sûr les manuels ne prodiguent pas les mêmes conseils aux jeunes-filles et aux hommes du monde, mais chacun doit respecter cette règle de la conversation qui bannit le mutisme : « Placez votre mot à propos, avec autant de brièveté, de clarté et d’élégance que faire se peut. Il est malséant de garder un mutisme obstiné, mais on n’est pas obligé de parler beaucoup. Et surtout il est très impoli de s’emparer de la conversation et de condamner toutes les autres personnes au silence » répète, d’édition en édition, la baronne Staffe9.

Un adolescent taciturne préoccupe ses proches, qui s’ingénient à rendre plus sociable le petit provincial accueilli pour ses études à Paris :

nous voyons avec peine que notre neveu n’est pas plus à son aise avec nous que dans les premiers temps qu’il a passés à Paris ; Je ne doute pas qu’il ne nous soit fort attaché, eh bien quand il est avec nous il est totalement comprimé au point qu’il est quelquefois une demie-journée presque sans parler […] je crois que maintenant il n’y a que le nombre des années qui pourra changer cela. Malgré son silence on voit de l’obligeance dans son caractère (Alphonsine Delaroche-Duméril à ses beaux-parents, 21 janvier 1817)

Les timides ne peuvent que se replier dans le silence – et rougir – au moindre propos embarrassant. Ainsi la jeune épouse qui comprend l’allusion familiale à une grossesse attendue (et qui n’adviendra pas) :

Moi de rougir, en gardant le silence, c’est toujours ennuyeux. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 6-7 octobre 1864)

  • Les tactiques du silence

Le silence en société n’est pas toujours la conséquence d’un trait de caractère. Il peut répondre à une visée tactique, à une recherche de distinction, à la construction d’un entre-soi qui exclut. La communauté soudée de silence forge un instrument de pouvoir sur les autres, un domaine propice aux tractations. Une connivence s’établit, et parole ne se diffuse pas hors du cercle des initiés. La discrétion frôle le secret, celui que partagent des frères et leur mère :

Duméril vient enfin de terminer une affaire qui, j’espère, lui procurera quelque chose. […] Je vous prie la-dessus de garder le silence, car il serait possible que le Citoyen Biston […] ne voulut pas qu’on le sache. (Auguste Duméril à sa mère Rosalie Duval, 4 février 1796)

***

Beaucoup de silences différents sont donc relevés dans les lettres familiales. Et celui qui est le plus mentionné, non cité ici, synonyme d’absence de lettres ou de réponse retardée, fera l’objet d’un autre billet10. Pourtant, bien des silences aussi sont omis sur lesquels s’attardent à la même époque les romanciers, poètes et philosophes inventoriés par Alain Corbin. Point d’attention portée aux petits bruits qui révèlent le silence de la nature, peu d’amoureux dont les yeux seuls diraient « les seules paroles qui importent », encore moins d’incursions dans le domaine du sacré ou du religieux et de considérations sur l’éventuel mutisme divin. Certains silences ne se disent pas dans ces lettres familiales. Si les épistoliers, comme « les hommes d’Occident, goûtaient la profondeur et les saveurs » du silence11, ils n’ont pas choisi leurs lettres pour exprimer toutes les nuances de leurs émotions.

  1. Voir le site : S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale. []
  2. Michelle Perrot, Histoire de chambres, Seuil, 2009. []
  3. Ce billet est inspiré par le livre d’Alain Corbin, Histoire du silence. De la Renaissance à nos jours, 2016, Albin Michel, qui fait redécouvrir, à travers mille et une citations, l’école du silence. []
  4. Michelle Perrot, Op. cit., p. 113. []
  5. Op. cit, p. 87. []
  6. Alain Corbin, Op. cit., p. 93. []
  7. Alain Corbin, Op. cit., p. 94. []
  8. Op. cit., p. 97. []
  9. Blanche Staffe, Usages du monde : règles du savoir-vivre dans la société moderne, V. Havard, 1891 (24e édition), p. 123. []
  10. Voir « La conversation interrompue ». []
  11. Alain Corbin, Op. cit., p. 9. []

Pavoiser

Au moment où drapeaux et lampions sont disposés en guirlandes dans les villes et villages français pour commémorer le 14 juillet, d’autres occasions de pavoiser peuvent être rappelées : celles qui sont (rarement) signalées dans des lettres du XIXe siècle1.
Qu’annoncent ces manifestations décoratives et colorées, ces exhibitions qui animent avenues et croisées ? Le drapeau tricolore n’a cessé depuis la Révolution de réinventer sa signification et de proclamer la force et la plasticité de ce qu’il symbolise, rappelle Raoul Girardet dans Les Lieux de mémoire2.

Le drapeau tricolore, dynamisme d’un symbole

  • La réconciliation

Au tout début de la Révolution, la cocarde tricolore symbolise la réconciliation du roi avec son peuple, l’unité retrouvée des trois ordres, l’annonce d’une ère nouvelle. Dès 1790 s’affirme le caractère national de cet emblème qui s’impose face à une multitude d’autres signes possibles de reconnaissance : lis d’or sur fond azur des capétiens, enseigne blanche du commandement militaire, étendards inspirés des symboles héraldiques, etc. Sa contestation manifeste le désordre aux yeux du jeune étudiant-apprenti Duméril :

Nous ne sommes pas beaucoup plus tranquilles à Rouen qu’à Amiens. Ici le drapeau rouge est déployé ; jeudi dernier notre boutique a été fermée toute l’après-dîner ; il s’est passé cette journée quelques malheurs : une femme et deux hommes ont été tués par une décharge que firent des gardes nationaux molestés (André Marie Constant Duméril à son père, 10 septembre 1792)

La loi martiale instituée par l’Assemblée Constituante le 21 octobre 1789 permet à la municipalité, après déploiement du drapeau rouge et sommations, d’ordonner à la garde nationale de faire feu sur les attroupements3.

  • Légitimité nationale et légitimité républicaine

Le drapeau tricolore se pare dans les décennies suivantes du souvenir ressassé et magnifié des conquêtes militaires. Quand La Fayette le remet à Louis-Philippe le 31 juillet 1830, quand Lamartine le fait adopter à l’Hôtel de Ville le 25 février 1848, ils assurent le triomphe des trois couleurs. Et plus tard elles l’emportent encore sur le rouge de la Commune et s’installent durablement comme symbole de l’ordre républicain. Sa légitimité nationale initiale est inséparable de sa nouvelle légitimité républicaine.

  • La continuité historique

Un vitrail de l’église Saint-Nicolas à Triancourt-en-Argonne, reconstruite en 1919, permet à Raoul Girardet4 de suivre plus avant l’évolution du sens que portent les trois couleurs. La France y est représentée par une jeune femme qui tient à la main un drapeau tricolore et sa figure fait pendant à celle de Jeanne d’Arc. Bien loin de la nouveauté prônée au moment de la Révolution, cette iconographie associe des valeurs traditionnelles, religieuses et guerrières qui insistent sur la continuité de l’histoire de la France. C’est à cette signification-là qu’adhèrent, semble-t-il, les épistoliers du site, qui voient dans le drapeau se confondre l’image de l’institution militaire et celle de l’idéal patriotique.

La dimension militaire

  • Les mots

Au XIXe siècle comme au début du XXe, « les drapeaux » résument l’institution militaire dans le langage courant : on attend que Julien soit « appelé sous les drapeaux » (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à son époux, 16 juillet 1870), on se félicite que « la maison Parenty prospère sans la présence de son chef toujours sous les drapeaux » (Léon Damas Froissart à son fils, 17 août 1918). « Être sous les drapeaux », ou « sous le drapeau », selon Littré, c’est « être en activité de service. Par métonymie, l’état militaire, ou plutôt l’armée. »5. C’est bien ainsi que nos épistoliers entendent cette expression. Les drapeaux s’imposent également dans l’iconographie pour signifier et illustrer la chose militaire.

  • Les images

Les drapeaux constituent le motif principal de cartes illustrées, réservées à la correspondance des soldats, mises en service pendant la Première Guerre mondiale6.

Une carte postale militaire en franchise, 21 février 1916 (la correspondance est au verso)
Une carte postale militaire en franchise, 21 février 1916 (la correspondance est au verso)

Le drapeau patriotique

  • La « religion du drapeau »

Le drapeau acquiert une dimension quasi sacrée : « C’est que dans le drapeau, il y a plus qu’un lambeau de soie noirci par la poudre et troué par les balles : il y a la patrie. C’est elle qui vit dans cet emblème […] Quand passe le drapeau, saluons : c’est la France qui passe »7. Dans un avant-propos Firmin de Croze avance les raisons qui l’ont poussé à publier ce Drapeau tricolore : « C’est un hymne à la France que je voudrais chanter […], et je n’ai pas cru que rien pût mieux que son drapeau la présenter à mes yeux. [Ce drapeau] ne sera pour moi le signe de ralliement d’un parti, mais l’emblème de la patrie.8 »

C’est ainsi que réagissent les habitants d’une petite ville d’Alsace en 1870 lorsqu’ils croient à une victoire sur la Prusse : ils pavoisent leurs maisons en bleu-blanc-rouge. Le maire raconte :

Ce soir à souper Marianne la portière m’apporte un bout de papier […]. Mac Mahon a pris 40 canons & 18 000 Prussiens. J’étais dans le village aux informations, déjà tous les drapeaux aux croisées ! Je demande de qui la dépêche, d’un employé du chemin de fer. Que Thann est de même en fête. C’est donc vrai ? que Dieu le veuille. (Charles Mertzdorff, maire de Vieux-Thann, à son épouse, 6 août 1870)

  • La guerre des couleurs

Malgré les canons pris aux Prussiens, ceux-ci ont gagné la guerre et annexé l’Alsace. C’est donc aux couleurs de Guillaume Ier, roi de Prusse et empereur d’Allemagne, que doivent pavoiser les villes alsaciennes. Les habitants « français » patriotes trouvent un prétexte pour s’abstenir, et les autorités allemandes réagissent :

Le 22 grandes fêtes en Alsace en l’honneur de Notre empereur Guillaume ! les illuminations sont d’ordonnance ; mais comme on ne trouvait pas un marchand voulant vendre des lampions, le journal local annonce qu’un marchand est venu s’établir et qu’on trouvera à acheter lampions et drapeaux à telle adresse, et même qu’on pourra louer ces derniers ! (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 17-18 mars 1872)

Là comme en de nombreuses autres circonstances, les couleurs exposées sont un enjeu politique.

  • Fêter la fin de la guerre

11 Novembre 18
Te Deum laudamus !
Le voilà donc arrivé ce jour tant attendu et si chèrement acheté ! le canon nous l’a annoncé à 11h. Ce n’était plus la Bertha [nom du canon allemand], et Paris s’est pavoisé en un instant. Ce ne sont que joyeux cortèges et chants de triomphe. Les drapeaux sont arrachés de vive force, ton papa a eu ce matin bien de la peine à se procurer au Bon Marché des drapeaux alliés, ignorant d’ailleurs que j’en avais 18 français de toute taille. Nous en avons fait flotter plusieurs, mais les 18 ne sortiront ensemble que pour la paix. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 11 novembre 1918)

Beaucoup de parisiens, même ceux qui ne sont ni militaires en retraite ni nés en Alsace (comme le couple Froissart), se précipitent dans les boutiques pour afficher à leurs fenêtres leur patriotisme – et leur joie de voir la guerre finie.
Émilie Mertzdorff-Froissart, née à Vieux-Thann, est particulièrement intéressée par les descriptions de son plus jeune fils, mobilisé en Alsace.

C’est avec une vive émotion que je viens de lire ta lettre. J’ai fait comme ton vieux voisin de Strasbourg, j’ai pleuré de grosses larmes… mais des larmes de joie bien profonde. (Emilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 27 novembre 1918)

Elle revient sur les évocations des « rues pavoisées de Strasbourg » où son fils a « eu l’honneur de défiler » (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, 5 décembre 1918). Ces images hantent l’imaginaire des contemporains. L’artiste illustrateur Jean Jacques Waltz, dit Hansi (1873-1951), publie pour Noël en 1918 un album : Le Paradis tricolore, petites villes et villages de l’Alsace déjà délivrée, dans lequel une planche est consacrée à Thann, ville chère à Émilie Mertzdorff-Froissart.

Hansi, Le Paradis tricolore : Thann, 1918 (source: New York Public Library)
Hansi, Le Paradis tricolore : Thann, 1918 (source: New York Public Library)

 Comme dans le vitrail de Triancourt-en-Argonne de la même époque, l’image associe éléments religieux et guerrier : le défilé des soldats frôle la collégiale Saint-Thiébaut de Thann, protégés l’un et l’autre par le  drapeau tricolore – et un ange.

  1. Voir les lettres du site : S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale. Voir également, sur le thème du drapeau, un précédent billet de ce carnet, Histoire vagabonde, en hommage à Maurice Agulhon. []
  2. Raoul Girardet, « Les trois couleurs », Les Lieux de mémoire – I. La République, Pierre Nora (dir.), Gallimard, 1984, p. 5-35. []
  3. Georges Lefebvre, Raymond Guyot, Philippe Sagnac, La Révolution française, « Peuples et Civilisations », 1938, p. 40. []
  4. Op. cit., p. 5-8. []
  5. Émile Littré, Dictionnaire de la langue française en 4 volumes, Louis Hachette, 1873-1874. []
  6. Voir le billet « Cartes postales ». []
  7. Firmin de Croze, Le Drapeau tricolore, 1899, cité par R. Girardet, Op. cit., p. 26. []
  8. Firmin de Croze, Op. cit., p. 7. []

Caroline, «maman pour de bon»

La petite Marie Mertzdorff naît le 15 avril 18591. « Peux-tu te figurer que je sois maman pour de bon, avec un vrai baby ? »2 écrit Caroline Duméril-Mertzdorff, utilisant le terme anglais « baby »,  plus courant alors dans la bourgeoisie que celui de « bébé »3. La vie de la jeune mère s’organise autour du nourrisson, qui devient le principal sujet des lettres : parents et proches sont informés presque au jour le jour des tétées et des soupes, des coliques, indispositions et maladies, des progrès et des sourires. Les divers membres de la famille sont très demandeurs de détails :

tu conçois tout l’intérêt qui nous attache aux plus petites circonstances de ton aimable petite fille. Continue ainsi de nous mettre bien au courant. (André Marie Constant Duméril à sa petite-fille Caroline Duméril-Mertzdorff, 4 mars 1860)

 

« Potelée à faire plaisir »

On ne se lasse pas de décrire le petit corps potelé :

La petite va à merveille […] elle est grosse et grasse tout le monde le dit, elle rit bien gentiment (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 juin 1859)

Je pense souvent à l’amusement que cette petite coquine vous donnerait à tous avec sa vivacité et ses changements de figure instantanés ; tantôt si grave avec de grands yeux qu’elle ouvre si fort qu’on voit le blanc tout autour et tantôt avec ses figures si gaies si souriantes et si aimables, quand elle veut bien répondre aux gracieusetés qu’on lui fait. (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 5 août 1859)

L’oncle Léon, en visite, peint lui aussi sa nièce :

elle a des joues rebondies et fermes, au fond desquelles (car elles forment un vrai ravin) se trouvent sa petite bouche et son nez, m’a regardé avec des yeux qu’elle ouvrait démesurément grands. Je trouve que ce sont tout à fait ceux de Charles, elle se tient toujours roide comme une grande personne, et je crois qu’elle sera bien cambrée. (Léon Duméril à ses parents, 27 août 1859)

Un beau bébé est d’abord un bébé dodu : « chez un enfant, il n’y a rien de plus beau que la graisse sous le menton » dit un proverbe 4. Chacun s’extasie devant cette « grosse fille » (29 août 1859), « la rondeur et de la fermeté de ses chairs » (6 juillet 1859) :

elle est en ce moment en d’excellentes dispositions ; grasse et potelée à faire plaisir ; si on ne l’examinait pas chaque jour avec grand soin, elle a tant de plis, au cou, aux cuisses et aux bras qu’elle se couperait pour de bon (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 11 juin 1859)

elle pousse comme un champignon […] ; ce sont ses bras qui sont quelque chose d’admirable de graisse et de rondeur avec un petit trou au coude. (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 29 août 1859)

Mademoiselle Marie se porte à merveille […] son visage prend une physionomie épanouie à laquelle ses énormes joues donnent un air de quiétude et de bonheur parfait. (Léon Duméril à ses parents, 21 septembre 1859)

 

« Mon lait la nourrit »

  • L’allaitement

Si quelques romanciers, Balzac (Mémoires de deux jeunes mariées, 1841) ou Zola (Fécondité, 1899), célèbrent les joies d’allaiter, le discours sur l’allaitement change chez les médecins au cours du XIXe siècle : « de plaisir il est devenu devoir »5. Pour Caroline Duméril-Mertzdorff nourrir et s’occuper de la petite Marie représentent sans conteste une expérience très positive :

Mlle Mimi absorbe toutes mes journées, tu ne saurais croire combien cette enfant m’occupe et quelles joies elle me donne (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine Isabelle Latham, 23 novembre 1859)

Dès avant sa naissance, il a été décidé que sa mère la nourrirait. Une nourrice est cependant retenue cas où cela s’avérerait impossible, mais sa présence est inutile. En revanche pendant plusieurs mois Caroline est secondée par « Mme Cornelli »6.

Caroline s’inquiète de la qualité de son lait. Passé le moment du retour de couches qui « a fait beaucoup de tort » à son lait (lettre du 28 mai 1859), elle se réjouit qu’il soit « devenu plus nourrissant », rendant la petite « moins affamée » (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 30 juin-1er juillet 1859) : « mon lait la nourrit plus, elle ne tète pas trop, toutes les deux heures au plus » (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 13 juillet 1859). Caroline sait ménager des moments de détente dans sa vie active car « il [lui] faut du repos pour avoir du lait et la petite tète beaucoup en ce moment » (15 août 1859).

Me promener pour gagner de l’appétit, satisfaire cet appétit le mieux possible et aussitôt en rechercher un autre et tout cela pour remplir les bouteilles de notre héritière. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 28 mai 1859)

  • Les soupes et le sevrage

Les mois passant, Caroline «  se porte parfaitement, mange et dort très bien » et continue d’avoir « beaucoup de lait » (6 septembre 1859). Cependant des « soupes à la biscotte » sont peu à peu apportées en complément dans l’alimentation du bébé.

La petite va à merveille, elle mange trois soupes par jour et tète dans les intervalles, elle est bien mieux depuis qu’elle est mieux nourrie (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 juin 1859)

Le sevrage a lieu à la mi-septembre (Marie a cinq mois), en suivant les conseils du médecin qui « prétend qu’une grosse mère comme cela n’a plus besoin de son tété ». A ce moment-là, le père est en voyage, ­ ce dont se plaint son épouse : « c’était bien dur de sevrer sans que tu sois là mon petit bien-aimé ». Bien dur aussi de se faire tirer le lait, de ne rien manger ni boire :

Je suis à une diète complète, on ne me permet de prendre quelque chose que lorsque je souffre trop de la faim, une goutte de lait et deux gouttes de bouillon, voilà pour une journée (Caroline Duméril-Mertzdorff à son époux, mi-septembre 1859)

Caroline pleure pendant deux jours, mais tout se passe bien, la « bonne petite » « ne demande pas », et reste « aussi charmante que possible » : elle « n’a jamais été mieux ».

« Chaque petit progrès fait plaisir »

  • Le regard attentif de la mère

Au XIXe siècle encore « les connaissances scientifiques sur la question du développement psychomoteur et intellectuel du bébé restent très embryonnaires » et ignorées des médecins et des parents remarque Catherine Rollet7. Mais les notations de Caroline traduisent une observation fine et attentive de son enfant :

nous la voyons prospérer chaque jour, ce qui nous cause une grande joie comme tu le comprends […] elle commence à regarder les personnes qui l’entourent et à les suivre de l’œil ; chaque petit progrès fait plaisir (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine, 12 mai 1859)

depuis quelques jours elle rit bien gentiment ce qui nous amuse beaucoup (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 28 mai 1859)

Ce qui m’enchante, c’est que figure-toi qu’elle me reconnaît depuis deux ou trois jours et demande à téter dès qu’elle me voit (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 11 juin 1859)

Elle me reconnaît à merveille maintenant et fait mine de téter dès qu’elle me voit […] Elle a une force et une activité qui font plaisir à voir ; quand on lui donne les deux mains elle fait pour se lever des efforts qui sont curieux et elle parvient souvent à s’asseoir ce qui lui fait grand plaisir. Lorsqu’elle est réveillée ses bras et ses jambes ne sont pas une minute en repos (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 30 juin-1er juillet 1859)

son intelligence se développe aussi ; elle nous reconnaît très bien son père et moi et a presque toujours un sourire prêt pour nous recevoir (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 juillet 1859)

Mimi est à merveille et reprend bien bonne mine, je ne puis vous dire combien cette enfant me distrait et m’occupe, surtout maintenant que son intelligence se développe et qu’elle me reconnaît si bien, elle commence à vouloir prendre ce qu’elle voit et aussitôt elle le fourre dans sa bouche puis au moindre bruit elle tourne la tête pour voir d’où cela vient, enfin elle est bien gentille, ou du moins je la trouve bien gentille. (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 13 septembre 1859)

Mlle Mimi a maintenant 7 mois passés, elle est si forte, si bien portante que c’est plaisir de la voir ; chaque jour amène un progrès dans sa petite intelligence, elle nous connaît à merveille son père et moi et nous tend les bras de loin, c’est une occupation et un bonheur pour nous tous que cette enfant. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine Isabelle Latham, 23 novembre 1859)

Je crois que la chère petite s’aperçoit de ton absence, et lorsqu’on lui dit : où est papa elle cherche de tous côtés en tendant sa petite main pour te prendre. (Caroline Duméril-Mertzdorff à son époux, 11 janvier 1860)

au reste elle a encore fait bien des progrès depuis votre départ et elle comprend maintenant tout ce qu’on dit. (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 11 avril 1860)

  • une éducation « naturelle »

Il est proposé à la petite Marie Mertzdorff un modèle d’éducation imprégné de l’idéal rousseauiste, fait d’observation attentive de ses besoins, de vie au grand air, de bains à l’eau froide, de liberté laissée aux mouvements8. Cette éducation libérale, aussi éloignée du confinement et des langes traditionnels que de l’hygiénisme et des biberons à heures fixes que prôneront bientôt les médecins, donne l’impression iréniste d’une vie simple et libre. Ces pratiques sont en accord avec l’avis du « docteur Conraux » que l’on n’hésite pas à consulter :

Le docteur nous a ordonné de sortir le plus possible et nous passons 5 à 6 h au jardin par jour (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 28 mai 1859)

M. Conraux dit que c’est une enfant extrêmement nerveuse et qu’il lui faut par-dessus tout le grand air, c’est heureusement ce que nous pouvons facilement lui donner et en abondance. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 15 août 1859)

Des présences affectueuses et attentives, des échanges verbaux dès le plus jeune âge, un père familier, du mouvement, pas de rigidité, semblent constituer l’environnement de Marie.

par ces chaleurs nous la laissons en liberté dans son berceau et elle en profite. Chaque jour on la lave de la tête aux pieds à l’eau froide. C’est un exercice qu’elle ne craint pas du tout, quoiqu’elle fasse de bien petits yeux quand l’éponge se promène sur sa figure (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 30 juin-1er juillet 1859)

depuis qu’il fait un peu moins chaud, elle va beaucoup au jardin, sous la charmille où il y a de l’air et pas de vent. Tu me demandais l’autre jour quel était son costume par ces chaleurs ? il se compose en tout d’une chemise et d’une brassière et sur la tête un tout petit bonnet tricoté à jours sans rien dessus. Ses jambes et ses pieds sont toujours à l’air […] la légèreté de son costume lui permet de gigoter et de faire aller bras et jambes à son aise. Elle est bien gentille surtout avec son père qui en est un peu fou comme tu le penses bien ; pendant les repas elle est toujours dans son panier à côté de son père et ne cesse pas de le regarder et de lui rire et lui de son côté lui fait la conversation. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 18 juillet 1859)

  • L’éducation à la propreté

Cette liberté laissée au corps de l’enfant n’exclut pas une éducation précoce à la propreté. Et Marie est d’une étonnante précocité : à trois mois « elle commence à savoir ce que c’est que de faire pipi sur un pot » annonce sa mère, qui s’exclame : « c’est gentil n’est-ce pas ? » (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 juillet 1859). Et à quatre mois :

elle devient propre depuis quelques jours au grand amusement de sa bonne-maman et de son papa, elle fait un petit grognement quand elle sent un petit besoin et il faut de suite la laisser se satisfaire ; hier en revenant, elle a demandé, on a arrêté la voiture et Mlle a arrosé la grand route ; presque tous les matins elle fait son petit caca sur le pot, c’est là que mon oncle aurait plaisir à commencer à lui apprendre sa gracieuse déclinaison de popo, popinette etc. (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 5 août 1859)

Il est vrai que l’énurésie préoccupe le milieu médical qui, à la fin du siècle, y voit « un symptôme de dysfonctionnements », et produit une littérature abondante, souvent bien éloignée par son interventionnisme violent des gracieux « popo et popinette » de la famille Duméril9.

  • Les maladies du nourrisson

Caroline Duméril-Mertzdorff détailles ses occupations maternelles et les activités de son nourrisson. Mais les plus longs développements dans les lettres sont accordés aux problèmes de santé. Car, comme elle l’écrit à sa jeune cousine, « il est vrai qu’elle crie souvent aussi et qu’alors elle m’agite bien », avant de tranquilliser la jeune fille : « mais il n’y a pas de bouton de rose sans épine et ces épines-là, au moins tomberont » (Caroline Duméril-Mertzdorff à Isabelle Latham, 8 juin 1859). Voici des extraits de quelques-uns de ces épisodes « épineux »10 :

la pauvre petite en a bien souffert. Lundi, Mardi elle a tant crié que je me suis laissé aller à une grande inquiétude ce qui a encore troublé mon lait et les cacas sont devenus aussi verts que de la pistache et tout liquides ; en outre Mme Cornelli avait un abcès dans la bouche dont elle souffrait cruellement et il m’a justement fallu me passer d’elle pendant deux nuits. Enfin tout cela maintenant est fini et bien fini, je suis remise et baby aussi, du sirop de cachou lui a fait grand bien, les selles sont devenues bonnes et depuis deux jours elle est bien sage et bien tranquille (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 28 mai 1859)

Voilà une lettre commencée depuis 3 jours et qui a été interrompue par une indisposition de la petite qui m’a encore inquiétée, elle a eu un accès de fièvre de 24 heures […] Sa tête et ses mains étaient brûlantes et sans cesse elle s’étirait de toutes ses forces, levant les bras au-dessus de sa tête comme une personne extrêmement lasse (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 11-14 juin 1859)

Je viens te raconter que nous avons eu hier bien de l’inquiétude pour notre pauvre chère petite qui heureusement est mieux depuis ce matin mais nous avons eu des moments bien pénibles. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 11 août 1859)

Suit un long développement sur l’agitation du bébé, ses soupirs qui deviennent des plaintes, son corps en feu, ses yeux très brillants, etc. Caroline termine sa lettre en marquant toute son inquiétude et, en bonne catholique, son recours habituel à la religion :

C’est terrible de voir souffrir un aussi petit enfant sans savoir où est le mal et je crois que c’est la plus grande angoisse que puissent supporter des parents, aussi ne peut-on pas assez remercier Dieu qui exauce vos prières et vous rend un petit être pour lequel on a tant d’amour.(Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 11 août 1859)

Et quatre jours plus tard, rassurée et rassurante :

Ce sont de tout à fait bonnes nouvelles que je viens te donner chère Maman ; notre petite est aussi bien que possible mais tu serais triste de voir sa pauvre petite figure si blanche et si tirée (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 15 août 1859)

***

Cette attention portée à « Mimi » par ses deux parents et tous les proches dessine les contours d’un nouveau modèle familial dans lequel le bébé a une place spécifique, particulière et individualisée11. La mère, appelée socialement à jouer un rôle central dans l’éducation de l’enfant, tisse dès les premières semaines un lien privilégié et fusionnel avec lui. La puériculture qui s’affirme comme science nouvelle à la fin du XIXe siècle traduit cette prise de conscience progressive du bébé. Proximité, tendresse, attention se disent dans les lettres et se montrent à travers comportements et attitudes :

Voilà qu’elle [Marie, 4 mois] commence à parler beaucoup et rien qu’à l’entendre Caroline devine ce qu’elle veut dire. (Léon Duméril, oncle de Marie, à ses parents, 29 août 1859)

Les dates offrent une image symbolique de cette fusion lorsque Caroline ajoute en post-scriptum :

Demain j’aurai 24 ans et Dimanche Mimi aura 1 an (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 11 avril 1860)

  1. Voir le billet « C’est une fille ! ». []
  2. Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine et amie Isabelle Latham, lettre du 8 juin 1859. []
  3. Catherine Rollet, Les Enfants au XIXe siècle, Hachette, 2001, p. 24. []
  4. Proverbe cité par Didier Lett et Marie-France Morel, Une histoire de l’allaitement, Éditions de La Martinière, 2006, p. 36. []
  5. Catherine Rollet, Op. cit., p. 33. []
  6. Voir le billet : « Sage-femme, garde et nourrice ». []
  7. C . Rollet, Op. cit, p. 37. []
  8. C . Rollet, Op. cit, p. 80-81. []
  9. C . Rollet, Op. cit, p. 41. []
  10. On pourra lire sur le site S’écrire au XIXe siècle l’intégralité de ces récits détaillés. []
  11. Un prochain billet devrait proposer d’autres récits épistolaires des relations avec le bébé au cours du XIXe siècle. []

Clémence

Il y a quelques jours, avant même que je me sois aperçue de sa disparition, une jeune femme m’a rapporté la carte bleue que j’avais perdue dans le métro. Elle s’appelle Clémence et j’ai voulu, sans autre justification que le plaisir de rappeler cet heureux dénouement, écrire un billet autour de ce prénom, cité dans quelques lettres du site1. « Les femmes n’ont pas de nom. Elles ont un prénom. Leur nom est un prêt transitoire, un signe instable, leur éphémère. Elles trouvent d’autres repères » écrit Marie Darrieussecq2. Comment se sont affirmées au monde les cinq Clémence mentionnées ? Cinq femmes au statut social différent : trois sont possiblement employées de maison et deux, grandes bourgeoises, épouses de notables.

Trois employées de maison

« Possiblement » ai-je écrit, car les positions ne sont pas toujours précisées et les circonstances ne donnent qu’une image très floue de la situation de ces femmes. Au sujet du personnel domestique des familles bourgeoises de l’entourage des Duméril et des Mertzdorff, les lettres sont peu prolixes. Des trois « Clémence », que peut-on deviner ? Elles sont d’une certaine façon reconnues, puisqu’elles sont désignées par leur prénom, même hors du foyer qui les emploie, et non par leur seule fonction (« la cuisinière », « la bonne »). Bien que ces familles se définissent par le statut de leur chef masculin, la présence des Clémence s’inscrit dans la proximité des femmes, épouses ou filles de la maison. Auprès de qui sont-elles mentionnées ?

  • Chez le sculpteur Charles Cordier en 1855 et 1856

Plutôt que de Charles Cordier, c’est à son épouse Félicie que Clémence semble attachée.

J’ai oublié de te dire que Clémence n’était pas arrivée comme elle l’avait annoncé, ce qui est fort heureux, puisqu’elle se serait trouvée chez Félicie au milieu de bien tristes scènes.  (12 septembre 1855, la jeune Caroline Duméril à sa cousine Adèle Duméril)

La famille Cordier est alors attristée par la perte d’un enfant de quelques semaines. La présence de Clémence auprès de Félicie Cordier est encore notée l’année suivante (lettre du 31 août 1856). Présence juvénile sans doute, puisque qu’on veut lui éviter  « de bien tristes scènes » et possiblement mercenaire. Ou bien il pourrait s’agir d’une cousine de Félicie, de trois ans plus jeune qu’elle, et qui viendrait périodiquement la seconder.
Félicité Cordier, épouse depuis juillet 1851 du sculpteur Charles Cordier (1827-1905), est une parente des épistolières. Charles Cordier a quitté sa ville natale de Cambrai pour Paris, où il travaille dans l’atelier de Bougron puis de Rude. Il rencontre là un ancien esclave noir affranchi, modèle dont il fait un portrait exposé au Salon de 1848. C’est l’année de l’abolition de l’esclavage déclarée dans les colonies françaises et le point de départ de l’œuvre ethnographique de Cordier. « Toute race a sa beauté » écrit-il, et ses sculptures polychromes d’Asiatiques et d’Africains séduisent le public. Peut-être n’est-il pas présent auprès de sa famille et de Clémence au moment où ce prénom est cité : Charles Cordier parcours le monde, envoyé en missions ethnographiques (en Algérie en 1856), avant de s’installer à Nice puis, à partir de 1890, à Alger où il finit ses jours.

  • Chez l’industriel Duméril en 1873

Pour cette deuxième Clémence, pas de doute : il s’agit explicitement d’une (ancienne) employée. Louis Daniel Constant Duméril gère l’une des usines de son gendre en Alsace. Son épouse, « Bonne-maman », toujours active, toujours fragile, a rendu visite à une « ancienne bonne ». Une des formes du paternalisme qui se manifeste également par des dons de nourriture, de charbon, de vêtements à des ouvriers et employés âgés, à une époque où les retraites ne sont pas générales3.

Bonne-maman n’a pas très bonne mine, un rien la dérange, elle est excessivement maigre & elle était pâle. Elle attribue sa petite rechute, qu’elle dit enrayée, à son ancienne bonne Clémence qui est malade & a donné des inquiétudes, la voilà un peu mieux. (30 novembre 1873)

  • Chez le journaliste Henri Baudrillart en 1874

Dans cette lettre encore, seul un prénom mentionné donne existence à une personne : « nous ne voyons que Marthe Baudrillart et Mlle Clémence » (lettre du 21 avril 1874). « Mademoiselle » Clémence semble indiquer un statut particulier, peut-être celui de la bonne attachée à la petite Marthe (6 ans), plutôt que la bonne affectée à l’entretien de la maison. Une subtile hiérarchie fixe la place et les attributions de chacun et de chacune, et cloisonne fermement les gens de maison.
Henri Baudrillart (1821-1892) est économiste, enseignant et journaliste : rédacteur en chef du Journal des Économistes puis du Constitutionnel, tout en collaborant à la Revue des Deux Mondes et au Journal des Débats. Félicité Silvestre de Sacy, son épouse, la mère de la petite Marthe qu’accompagne Mademoiselle Clémence, appartient au même milieu que lui : son père, Ustazade Silvestre de Sacy fait comme son gendre partie de la rédaction du Journal des Débats, où il est critique littéraire tout en exerçant ses fonctions d’administrateur de la Bibliothèque Mazarine. C’est à ce monde-là qu’appartiennent les deux autres Clémence citées dans les lettres.

Deux épouses de notables

  • Marie Clémence Dumont de Sainte-Croix, épouse de René Primevère Lesson

Les Dumont sont mentionnés en tant que cousins éloignés des épistoliers. Juriste et naturaliste, Charles Dumont (1758-1830), qui prend le nom de Dumont de Sainte-Croix, travaille au ministère de la Justice et collabore avec Cuvier. Sa fille Marie Clémence épouse en 1827 René Primevère Lesson (1794-1849). Sorti de l’École de médecine navale, Lesson devient officier de santé civile et pharmacien ; naturaliste autant que médecin, il prend la charge du muséum d’histoire naturelle de Rochefort.

  • Clémence Balguérie-Stuttenberg, épouse d’Édouard de Boisgérard

Cette Clémence n’est pas une parente : elle fait partie des relations (lointaines) des épistoliers ; la rencontre se fait par voisinage, dans le nouveau quartier huppé de La Côte au Havre. Les Balguerie sont des négociants, armateurs, banquiers, plus ou moins engagés aux côtés du parti libéral sous la Restauration. Clémence Balguerie-Stuttenberg, née en 1812, est la fille de Pierre Balguerie (1778-1825) et de Sophie Stuttenberg (1791-1837). Elle épouse Édouard de Boisgérard (décédé en 1859), qui appartient au cercle des négociants protestants havrais. Ils ont une belle propriété (une « campagne charmante » écrit André Marie Constant Duméril), donnent des fêtes magnifiques et assistent aux régates, ces

réjouissances publiques dans lesquelles il y a assaut de courses en mer sur des chaloupes montées par des matelots très habiles de navires baleiniers. (2 juillet 1841, André Marie Constant Duméril à son épouse)

En 1842 Édouard de Boisgérard est président de la Société des Régates.

Le choix du prénom

Le prénom, qui identifie et assigne à l’enfant une place dans sa famille et dans sa communauté, veut imprimer une marque sur son avenir. Le choix du prénom, dans la société traditionnelle française, est encadré par l’Église : depuis le Concile de Trente elle préconise au baptême « un nom qui doit être celui de quelqu’un qui ait mérité, par l’excellence de sa piété et de sa fidélité pour Dieu, d’être mis au nombre des Saints, afin que, par la ressemblance du nom qu’il a avec lui, il puisse être excité davantage à imiter sa vertu et sa sainteté »4. La loi du 11 germinal An XI (2 avril 1803), tout en limitant les fantaisies des années révolutionnaires, stipule que seront acceptés par l’état-civil non seulement les prénoms qui figuraient dans les différents calendriers, mais aussi ceux des personnages de l’Histoire ancienne.

Le prénom Clémence conjugue la douceur de son étymologie avec la sainteté d’une veuve rhénane du XIIe siècle, retirée dans une abbaye bénédictine5. Le choix du prénom est déterminé par un faisceau de facteurs liés à l’époque historique, au lieu géographique, à la classe sociale, à l’héritage familial. Françoise Zonabend restitue au donateur (traditionnellement le parrain), sa part de liberté car le prénom qu’il choisit dans ce cadre contraint évoquerait aussi pour lui, écrit-elle, « des réminiscences culturelles, personnelles, qui n’ont rien à voir avec la signification originelle du prénom »6.

  1. Le substantif « clémence » n’apparaît pas dans les lettres. []
  2. Marie Darrieussecq, Être ici est une splendeur. Vie de Paula M. Becker, POL Éditeur, 2016. []
  3. Les retraites ouvrières et paysannes telles que nous les connaissons sont créées en 1910. []
  4. Prescription du catéchisme du Concile de Trente, citée par Jacques Dupâquier dans l’ouvrage collectif Le Prénom : mode et histoire, Éditions de l’EHESS, 1984, p. 5. []
  5. Nadine Cretin, Dictionnaire des prénoms de France : histoire, terroirs et régions, Bible, mythologies, saints, botanique, localités, géographie, Perrin, 2006, p. 132. []
  6. Le Prénom : mode et histoire, op. cit., p. 25. []

Savoir signer, savoir écrire

Pour identifier quelques personnes citées dans une lettre, je parcourais les registres de l’état-civil mis en ligne par les archives du Pas de Calais, passant des tables décennales aux actes eux-mêmes, lorsque je lus cette phrase, à la fin d’un acte de mariage : « ont déclaré ne savoir signer, de ce interpellés ». Cette formule m’a rappelé les études menées sur l’alphabétisation1.

« ont déclaré ne savoir signer, de ce interpellés », 1877
« ont déclaré ne savoir signer, de ce interpellés », 1877

Signer son acte de mariage

Si depuis 1539 les curés doivent signer les actes de mariage sur les registres paroissiaux, une ordonnance de 1667 exige également la signature des nouveaux époux et des quatre témoins. Il est précisé : « Si aucun d’eux ne sait signer, ils le déclareront, et seront de ce fait interpellés par le curé ou vicaire, dont il sera fait mention »2. En 1877, c’est l’officier de l’état-civil et non plus le curé qui interpelle ; ici, il s’agit du maire du village de Beaulencourt. Le marié, un tisseur, et l’un des témoins, un oncle cultivateur de 43 ans, signent l’acte. En revanche les parents, journaliers, la mariée, dévideuse, et trois témoins, dont un ami tisseur et un oncle journalier, âgés de 52 ans, 34 ans et 24 ans, déclarent ne pas savoir signer.

Le recteur Maggiolo

Un recteur en retraite, Louis Maggiolo, s’interrogeant comme nombre de ses contemporains sur le rôle de l’école dans les processus d’alphabétisation, décide en 1877 de mesurer l’instruction des français à différentes dates. Il obtient l’agrément du ministère (mais pas d’argent) pour lancer une vaste campagne de collecte de données. Il reprend comme indicateur la capacité à signer son acte de mariage. Il fait appel à des milliers d’instituteurs bénévoles, qui vont dans leur commune relever dans les registres de l’état-civil les signatures des époux pour des périodes antérieures à la Révolution (1686-1690 et 1786-1790) et postérieures (1816-1820, 1866 et 1872-1876). Un peu partout en France 16 000 instituteurs se mettent au travail, essentiellement dans des communes rurales. Le résultat global, en mêlant les plus alphabétisés du tiers nord est de la France et les autres, met en évidence la baisse de l’illettrisme au cours du XIXe siècle : le taux de non signatures au mariage, hommes et femmes confondus, passe de 63 % avant la Révolution à moins de 30 % à la période précédant les lois de Jules Ferry sur l’enseignement. La jeune épousée du Pas de Calais et ses proches font partie de ces classes laborieuses qui n’ont pu encore bénéficier de la généralisation de l’enseignement.
Les résultats rassemblés par Louis Maggiolo sont publiés, peu commentés et oubliés.

Une enquête revisitée

Ils sont redécouverts dans les années 1950 par deux démographes, Michel Fleury et Pierre Valmary3, puis repris par deux historiens, François Furet et Jacques Ozouf, et leur équipe4 dans les années 1970, avec de nouvelles techniques d’analyse statistique et un intérêt porté sur l’alphabétisation elle-même plutôt que sur les moyens de l’alphabétisation5. Ils produisent une série de cartes qui donnent à voir les écarts entre les régions, entre villes et campagnes, les différences entre hommes et femmes, les discontinuités du rythme de l’alphabétisation, et en dernier ressort les inégalités sociales d’accès à la culture écrite. Les constats posés, Furet et Ozouf formulent l’hypothèse d’une circularité entre alphabétisation et scolarisation : « la mise en place de l’institution scolaire, qui certes accélère le processus d’alphabétisation, lui répond aussi bien »6. Les lectures critiques de l’ouvrage Lire et Écrire initient, tant en France qu’à l’étranger, d’autres recherches et un renouvellement de l’historiographie sur ce thème.

Retenons, pour ce qui nous occupe, deux points :

  • Quel sens à donner à l’acte de signer ? Le traitement statistique de masses de données et la comparaison des chiffres accumulés par Maggiolo avec d’autres sources, comme les données des recensements et celles sur l’instruction des conscrits (relevée par le ministère de la Guerre à partir de 1827), permettent de valider le « test de la signature », au moins au XIXe siècle : en 1866 et 1872 savoir signer mesure bien une capacité à lire et à écrire.
  • En quelles occasions la capacité à écrire est-elle mise à l’épreuve ? On peut s’interroger sur la multiplicité des rapports possibles à l’écriture et sur la diversité des usages qui en sont faits. Il y a loin de savoir écrire à écrire effectivement et, a fortiori, à écrire des lettres7.

Retour au recteur Maggiolo

Lorsque en 1868 l’industriel alsacien Charles Mertzdorff décide d’ouvrir et de financer une école et une salle d’asile (une école maternelle) à Vieux-Thann, ville dont il est le maire, il fait valider ses projets par le recteur, qui est… Louis Maggiolo (1811-1895). Ce dernier a commencé dès l’âge de 19 ans une carrière d’enseignant qui le conduit d’un collège de Lunéville à l’inspection d’Académie puis, en 1868, au poste de chargé des fonctions de recteur de l’Académie de Nancy, sa ville natale ; il devient recteur en titre en 1869, puis est mis à la retraite en 1871. C’est donc à lui que Charles Mertzdorff adresse les plans et aménagements intérieurs des salles, comme il l’explique à son épouse, alors en voyage à Paris où elle est chargée de rencontrer et de solliciter l’avis de pédagogues :

Salle d’asile. je compte y mettre assez de gradins pour loger 120 enfants, au moins. D’après la sœur [la religieuse qui s’occupe des enfants] les gradins à Vieux-Thann qui ont 45 centimètres de large, ne sont pas assez larges […] Maintenant tu sais que pour monter et descendre ces gradins, l’on laisse au milieu un couloir de 1 m de large, et des 2 côtés vers les murs, 0,50 m […] C’est par là que les enfants circulent. Le recteur me fait observer que cette circulation sur des marches occasionne souvent des accidents. La sœur n’en connaît pas. Je me demande comment remplacer ces marches. Est-ce un plan incliné ? (Charles Mertzdorff à son épouse, 13 août 1868)

La suite de la lettre confirme un point dont Furet et Ozouf ont constaté les effets (la capacité à « lire seulement ») : les apprentissages de la lecture et de l’écriture, dans certaines écoles, ne sont pas simultanés mais successifs :

Comment meubler et arranger la classe des petits enfants de 6 à 7 ans qui ne font qu’apprendre à lire ?

L’industriel mécène est « embarrassé » par de nombreuses autres questions :

quelle est la meilleure méthode d’apprendre à lire aux enfants ? Comment disposer la salle pour cela ?
faut-il des places vides pour former aux enfants des cercles avec moniteur ?
où placer les fourneaux ? Quelle espèce de fourneaux ? au bois ou à la houille ?
Par qui fait-on faire le nettoyage de cet endroit ?

Il est possible que sur certains de ces points également Charles Mertzdorff ait consulté le recteur Louis Maggiolo, qui était si attaché à compter ceux qui déclaraient « ne savoir signer, de ce interpellés ».

  1. François Furet et Jacques Ozouf (dir.), Lire et écrire. L’alphabétisation des français de Calvin à Jules Ferry, Les Éditions de minuit, 1977. []
  2. Op. cit., p. 15. []
  3. Michel Fleury et Pierre Valmary, « Les progrès de l’instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon III d’après l’enquête de Louis Maggiolo (1877-1879) », Population, 1957, pp. 71-92. []
  4. Furet et Ozouf, op. cit. []
  5. Dominique Julia et Jacques Revel restituent le contexte intellectuel dans lequel s’élabore l’enquête de Furet et Ozouf : « Lire et écrire », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 43 | 2009, mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 03 avril 2016. URL : http://ccrh.revues.org/3497 ; DOI : 10.4000/ccrh.3497. []
  6. Furet et Ozouf, op. cit., p. 306 []
  7. Voir le billet :« Une lettre tous les 18 mois ». []

Premier avril

Lettres datées du 1er avril

Le 1er avril 1880, Gustave Flaubert commence ainsi une lettre à sa nièce : « Croisset, jeudi 1er avril 1880, jour du Poisson, 6 heures du soir »1. Plusieurs lettres conservées de la famille Duméril-Mertzdoff ont été écrites, elles aussi, un premier avril : en 1843 (Eugénie Duméril à son cousin et fiancé), 1873 (Émilie et Marie Mertzdorff à leur père) ou en 1917 (Léon Damas Froissart à son fils Louis, mobilisé) ­ mais sans signaler le caractère spécial de ce jour.

D’autres lettres cependant relèvent cette date particulière du calendrier et mentionnent le « poisson d’avril », soit dans un esprit ludique, soit au contraire pour tenir à distance toute idée de plaisanterie. Ainsi Eugénie Desnoyers ajoute en post-scriptum, après avoir embrassé « de tout cœur » son amie Caroline Duméril-Mertzdorff :

Si ma lettre part le 1er Avril, ce n’est pas un poisson d’avril que j’ai la prétention de t’adresser loin de moi cette pensée, tout ce que je te dis est vrai et au commencement de ce mois, dans lequel un si grand événement doit se passer, je forme encore plus de vœux pour toi. (31 mars-1er avril 1859)

La jeune femme (Eugénie a 22 ans) veut, comme souvent dans ses lettres, assurer de son amitié et de la sincérité de son affection. Il n’est pas question pour elle de plaisanter avec la venue prochaine du bébé de Caroline !

Plus pittoresque est la lettre à son père, écrite et dessinée par Marie Mertzdoff en 1876. Marie ajoute elle aussi un post-scriptum qui rappelle le caractère spécial du jour, mais c’est pour déplorer l’absence de farce : « Je n’ai pas eu de poisson d’avril ni personne de ma connaissance ».

Marie Mertzdorff, 1er avril 1876
Marie Mertzdorff, 1er avril 1876

Marie, 17 ans, illustre cette remarque de deux croquis, qui pour être divertissants ne se veulent pas moins réalistes : celui d’un brochet et celui d’un rouget. On se souviendra que le grand-père de Marie, André Marie Constant Duméril, si admiré par ses descendants, a publié en 1856 : Ichthyologie analytique, ou Essai d’une classification naturelle des poissons2, un ouvrage que Marie peut consulter.

Les fêtes du 1er avril

« Le 1er-Avril, note l’historienne Nadine Cretin, est une journée qui dérive des fêtes d’inversion propres au Carnaval, une parodie des fêtes du début d’année »3. Au Moyen Âge l’année civile commençait à des dates variables selon les lieux, au mois de mars ou à Pâques. Un édit de Charles IX, en 1564, harmonise ces dates et fixe le début de l’année civile au 1er janvier. L’habitude persiste de commémorer le 1er avril l’ancien début de l’année, sous forme de plaisanteries et d’étrennes « pour rire ». Cette journée de dérision se situe à l’arrivée des beaux jours ; elle fête donc aussi le printemps et le renouveau de la nature. Elle tombe en général pendant le Carême, dont elle suspend l’austérité ; la parenthèse ludique s’apparente au Carnaval, remarquent les folkloristes, avec ses farces qui permettent de se moquer des autres et de soi-même en un renversement des positions habituelles et des valeurs établies.

Spécifique du 1er avril, le thème du poisson renvoie probablement à cet aliment autorisé pendant la période du Carême ; les prescriptions de l’Église qui imposent le jeûne et bannissent la viande des repas sont ainsi tournées en dérision. D’autres pistes symboliques peuvent être rappelées à propos du poisson, comme la fécondité, évoquée par le nombre de ses œufs en cette époque de frai. Et des jeux de mots divers donnent au poisson une connotation érotique. Cette veine est exploitée autour de 1900 par une multitude de cartes postales humoristiques.

Le folkloriste Paul Yves Sébillot observe qu’en Bretagne « l’on fait des attrapes en envoyant les enfants et les naïfs chercher un objet inexistant chez les voisins, comme « la corde à tourner le vent«  » . Lorsqu’ils reviennent les mains vides on les accueille en brandissant une poêle à frire et en criant : « Poisson d’avril ! »4.

Peinture de Nils, 7 ans
Peinture de Nils, 7 ans (2013)

Dans la correspondance familiale conservée les fêtes de Pâques sont évoquées avec plus d’insistance que le 1er avril et la chronologie pascale scande l’année de façon visible. Le jour de Pâques est un dimanche situé à des dates variables du calendrier grégorien, proches du 1er avril puisqu’elles sont comprises entre le 22 mars et le 25 avril. De façon attendue, particulièrement dans cette famille catholique pratiquante, les fêtes religieuses rythment les saisons et l’importance de Pâques éclipse celle du 1er avril comme marqueur du temps.

  1. Gustave Flaubert, Correspondance, supplément (1879-1880), L. Conard, 1954. []
  2. André Marie Constant Duméril, Ichthyologie analytique, ou Essai d’une classification naturelle des poissons, à l’aide de tableaux synoptiques, Firmin-Didot, 1856, In-4° , VIII-507 p., tableaux. []
  3. Nadine Cretin, Fête des Fous, Saint-Jean et Belles de Mai, Le Seuil, 2008 ; sur le 1er avril : p. 36-38. []
  4. Paul-Yves Sébillot, Le folklore de la Bretagne . 1 . Les phases de la vie traditionnelle et sociale : le travail et les distractions, éditions G.-P. Maisonneuve et Larose, 1968, p. 313. []

Sage-femme, garde et nourrice

Dans un précédent billet, « C’est une fille », nous annoncions la naissance, le 15 avril 1859, de Marie Mertzdorff au foyer de Caroline Duméril et Charles Mertzdorff. Autour du bébé s’empressent ses parents et ses grands-mères : la mère de Caroline, venue de Paris, s’installe en Alsace pour deux mois dans une chambre si près de sa fille qu’elle « l’entendra respirer » (lettre du 11 mars 1859). Au cercle familial et au personnel habituellement employé par cet industriel aisé s’ajoutent pour l’occasion une sage-femme et une nourrice. On se préoccupe dès avant la naissance de ces auxiliaires importantes qui accompagnent les débuts dans la vie de la petite Marie.

Prévoir

La recherche d’une sage-femme, qui « accouche et soigne » mobilise un réseau d’amis et le médecin de la ville proche (Thann), François Joseph Conraux (1817-1882) :

tu sais que la sage-femme que j’aurai et dont M. Conraux nous a beaucoup fait l’éloge hier, nous disant que nous pouvions avoir toute confiance en elle, a accouché et soigné Mme Mertiau et toute sa famille ; nous voudrions donc bien avoir des renseignements positifs sur cette femme et savoir médicalement ce qu’en pensait le grand-père de Mme Mertiau qui était médecin ; maintenant veux-tu bien nous rendre le service de prendre ces informations, soit en écrivant à Mme Fröhlich ou directement à Mme M. ou bien Charles [le futur père] a encore eu une autre idée, voudrais-tu aller toi-même à Montataire y passer une journée et causer avec Mme Mertiau. Fais là-dessus ce que tu voudras, ma chère maman et en tous cas nous te remercions bien. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 11 mars 1859)

Imprégnée d’idées rousseauistes Caroline compte nourrir son enfant au sein mais prévoit le cas où cela lui serait impossible :

Nous avons une nourrice d’arrêtée, qui ne viendra, bien entendu que si nous en avons besoin ; nous lui donnerons 40 F si j’ai le bonheur de pouvoir nourrir et ce sont 40 F qui me feront bien plaisir à donner. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 20 mars 1859)

Il semble également qu’une « garde » a été engagée, dont la présence n’est mentionnée qu’au moment de son départ :

Je vois avec regret que tu as perdu ta garde, car j’espère bien que tu ne la reprendras pas après qu’elle a été dans cette maison Berger où règne la scarlatine (Louis Daniel Constant Duméril à sa fille Caroline, 3 mai 1859)

Ce conseil de prudence est répété par parents et amis.

Nourrir

Les médecins incitent les mères à donner le sein à leurs nourrissons. Caroline et son entourage, proches du milieu médical, sont partisans de l’allaitement maternel :

continue comme tu as commencé, jeune mère, & tâche qu’en Septembre je te trouve grasse nourrice. Ton père affectionné (Louis Daniel Constant Duméril à sa fille Caroline, 3 mai 1859)

Dans les mois qui suivent, les choix de la maman sont conformes aux prescriptions les plus progressistes : à la fin du XIXe siècle, « les médecins recommandent le sevrage progressif avec passage du lait de la mère à l’introduction d’un ou de deux biberons, puis d’autres nourritures comme bouillie, panade légère, soupe légère aussi… jusqu’à ce que l’enfant ne tète plus le sein »1. Ils ne sont pas encore, comme ils le seront quelques décennies plus tard, adeptes des horaires fixes pour les repas.

La petite va à merveille, elle mange trois soupes par jour et tète dans les intervalles, elle est bien mieux depuis qu’elle est mieux nourrie, la pauvre enfant souffrait de la faim (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 juin 1859)

Elle me reconnaît à merveille maintenant et fait mine de téter dès qu’elle me voit ; [ ] elle est moins affamée maintenant ce qui nous fait croire que mon lait est devenu plus nourrissant, elle mange deux soupes au plus et souvent avec de grandes difficultés (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 30 juin-1er juillet 1859)

L’expertise médicale est une fois de plus sollicitée, au moment important du retour des règles. Le docteur Conraux est présent pour guider la maman : pour les médecins depuis le XVIIIsiècle, les règles ne sont pas incompatibles avec l’allaitement. Mais les croyances anciennes perdurent…

Hier déjà je voulais t’écrire et j’en ai été empêchée par une nouvelle préoccupation ; figure-toi qu’en me levant je me suis aperçue que j’avais mes règles ; justement le matin à 6 h Charles était parti avec maman pour Colmar, et tu juges combien j’étais inquiète et effrayée ; j’avais entendu dire que lorsqu’une semblable choses arrivait à une femme, elle devait sevrer et cette idée me bouleversait car donner à téter à Mimi est une de mes plus grandes joies ; à midi ne sachant que faire la petite étant si triste de ne rien avoir, j’ai envoyé Mme Cornelli chez M. Conraux qui m’a fait complètement rassurer, me disant qu’il avait vu maintes fois des cas semblables non seulement chez des mères mais chez des nourrices que l’on avait pourtant gardées sans que les enfants en souffrissent et que la nourrice de son petit garçon avait été de même. Ainsi rassurée je me suis d’abord fait téter par un enfant plus âgé, puis ensuite par ma petite mais voilà qu’en moins de 10 minutes elle avait tout rendu par haut et par bas et la même chose était arrivée à l’autre enfant, j’ai alors fait chercher M. Conraux mais il faut vous dire que le matin à l’idée de sevrer j’avais eu un très violent chagrin et que j’avais énormément pleuré étant d’autant plus triste que Charles n’était pas là. C’est à ce chagrin et à ces larmes que M. Conraux a attribué ce lait indigeste qu’avait pris la petite et l’ayant trouvée parfaitement bien du reste il m’a tout à fait engagée à lui redonner à téter ; cette fois, en effet elle a bien digéré et s’est endormie à 6 h pour ne se réveiller qu’à 10 h 1/2 alors elle a mangé sa soupe et s’est rendormie jusqu’à 5 h dans la matinée elle vient de téter et de manger sa soupe et quoiqu’elle ait eu deux selles son estomac paraît très bien, M. Conraux vient de venir et m’a répété que je ne dois m’agiter en aucune manière qu’il y a eu beaucoup de travaux faits sur ce sujet et que l’analyse prouve que le lait dans cette circonstance contient moins de matières nourrissantes mais ne renferme rien de nuisible pour l’enfant. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 septembre 1859)

Comme le note Catherine Rollet2, « l’intensité de l’émotion de la mère à l’idée de devoir sevrer brutalement son bébé, l’épisode vraiment extraordinaire de l’essai chez l’enfant plus âgé, la brutalité des réactions des deux bébés, tous ces faits font réfléchir sur l’extrême sensibilité de la mère aux croyances, sur l’intensité du plaisir et du lien créé par l’allaitement, sur la rapidité des réactions des bébés par rapport aux changements, etc. »

Pour Caroline Duméril-Mertzdorff, le sevrage bien que progressif et choisi3 pose quelques problèmes. Cinq mois après la naissance du bébé, elle doit s’adapter à un nouveau régime alimentaire et à de nouvelles relations avec son enfant.

Figure-toi que ces deux jours j’ai pleuré parce qu’on ne voulait pas que je t’écrive ce qui se passait à la maison, et moi, tu le sais, quand je ne puis pas tout te dire j’ai un poids sur le cœur. Enfin, chéri, tu trouves que j’ai bien fait, n’est-ce pas de sevrer Mimi, figure-toi qu’elle n’a pas demandé une fois, hier elle a vu Mme Cornelli me tirer le lait, cela l’a beaucoup fait rire ; enfin cette bonne petite est aussi charmante que possible. Moi aujourd’hui je suis mieux, d’abord Mercredi j’ai beaucoup souffert de coliques c’est ce qui m’a décidée à faire chercher M. Conraux. Mais c’était bien dur de sevrer sans que tu sois là mon petit bien-aimé. Je suis à une diète complète, on ne me permet de prendre quelque chose que lorsque je souffre trop de la faim, une goutte de lait et deux gouttes de bouillon, voilà pour une journée ; ce matin je suis au lit mais je suis bien soulagée car mon lait coule [ ] Monsieur Conraux prétend qu’une grosse mère comme cela n’a plus besoin de son tété. Il m’a trouvée très maigre, mais il m’assure que dans un mois on ne me reconnaîtra plus ; il croit que ce dérangement d’entrailles était aussi une indication que je devais sevrer. (Caroline Duméril- Mertzdorff à son mari, en voyage en Suisse, mi-septembre 1859)

Se faire aider

Les soins quotidiens, l’allaitement à la demande et la compagnie du bébé apportent à la jeune mère une plénitude certaine mais dévorent son temps. Et la surveillance diurne et nocturne, la réponse à apporter aux incidents qui marquent les premiers mois d’une petite existence fragile nécessitent, pour les femmes de la bourgeoisie aisée, des aides mercenaires.

si je ne vous écris pas plus fréquemment, ce n’est vraiment pas la bonne volonté qui me manque mais dans tout ce que j’ai à faire, je suis entravée par baby, car tantôt il faut lui donner à boire, tantôt il faut l’admirer pendant qu’elle dort, ou bien aider à faire sa toilette ou bien à lui donner son bain ou lui faire sa soupe. (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 11 juin 1859)

La petite est très sage la nuit maintenant et ne se réveille qu’une fois entre 10 h du soir et 5 h du matin.(Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, début juillet 1859)

Mais Caroline ne saurait se passer d’aide et son père s’inquiète : 

Comment comptes-tu t’arranger pour les domestiques ? prendras-tu une bonne spéciale pour l’enfant, ou est-ce la femme de chambre qui doit s’en occuper ? cela me paraîtrait difficile & t’exposerait à bien de la fatigue : voilà 18 jours que tu es accouchée ; au bout de combien de temps te laissera-t-on marcher ? Est-ce au bout de 3 semaines, dans la maison, & d’un mois, dehors ? (Louis Daniel Constant Duméril à sa fille Caroline, 3 mai 1859)

La silhouette d’une des personnes qui aident apparaît de façon récurrente : celle de Mme Cornelli. Sur elle, je n’ai pas trouvé d’autres éléments biographiques que ceux mentionnés dans les lettres. Elle est très présente auprès de la mère et de la petite Marie Mertzdorff (née le 15 avril) jusqu’au mois de septembre (une lettre du 19 septembre annonce son départ). Le prestige de cette bonne d’enfant est manifeste ; elle est désignée par son nom (et non par son prénom ou sa fonction) et l’on se préoccupe de cadeaux lorsqu’elle quitte la famille (celui offert par la grand-mère est mentionné) :

Pour le cadeau de Mme Cornelli, ce qui lui ferait plaisir ce serait une livre de prières allemand, le sien qui était dans le fourneau de la grande salle à manger a été brûlé, Charles se charge de cet achat à Mulhouse où il y a un grand choix et tu seras censée l’apporter. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 23 septembre 1859)

Cette dame supplée la maman de jour comme de nuit :

Mme Cornelli restera encore pendant ces journées où nous serons en famille et où je ne pourrai pas être constamment avec la petite.(Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 13 septembre 1859)

je t’assure que j’ai été bien en l’air et bien occupée tous ces temps-ci ; [depuis] le départ de Mme Cornelli, j’ai Mimi toute seule la nuit maintenant (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 23 septembre 1859)

j’ai repris toutes mes occupations domestiques aussi ma journée a-t-elle été bien remplie d’autant plus que cette pauvre Mme Cornelli est toute souffrante d’une affreuse fluxion qui l’a forcée à se coucher dans le jour et je viens de soigner la petite pendant plus de deux heures et figure-toi que je suis si sotte que tout en elle m’effraye et j’ai toujours besoin de cette bonne Mme Cornelli pour me rassurer tantôt sur un vomissement, tantôt sur un caca, tantôt sur des cris que je ne puis m’expliquer ; l’existence d’un petit être comme cela me parait si merveilleuse que je puis à peine y croire. (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 22 mai 1859)

Responsabilités délicates et tâches harassantes que celles de cette dame de compagnie de la mère et de l’enfant, qui se doit d’être toujours disponible. Ses mérites sont reconnus, elle est appréciée par Caroline et par son mari :

Je suis toujours très heureuse d’avoir Mme Cornelli ; sans cela je m’inquiéterais plus encore et me fatiguerais je crois beaucoup. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 28 mai 1859)

Cette bonne Mme Cornelli avec son attachement et son dévouement à la petite nous a été bien précieuse. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 15 août 1859)

Mme Cornelli la soigne si bien et avec tant d’entendement que Caroline se trouve entièrement soulagée. (ajout de Charles Mertzdorff à une lettre de son épouse, 13 août 1859)

***

Mme Cornelli remplit son rôle jusqu’au bout en trouvant une autre femme pour lui succéder et prendre la relève :

Je te dirai que j’ai une bonne arrêtée, c’est Mme Cornelli qui me la procure, elle a 32 ans et a servi 12 ans chez les parents de Mme Mertiau, ce qui est une bien bonne note ; elle n’est point du tout coquette, mais bien propre et comme il faut ; elle coud parfaitement, repasse et sert à table ce qui pourra m’être une grande ressource, car je t’assure que notre ménage est considérable et qu’il y a beaucoup à faire ; enfin j’espère être satisfaite de cette Cécile ; elle entrera chez nous le 8 [septembre]. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 26 août 1859)

J’ai ma nouvelle bonne depuis Jeudi, je crois qu’elle fera bien mon affaire, seulement la petite est encore très sauvage avec elle mais cela se fera, c’est une très bonne ouvrière qui travaille très vite je pense que son ensemble vous plaira. (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 13 septembre 1859)

Les relations évoluent rapidement :

Mimi va bien [ ] Elle aime beaucoup sa bonne qui est vraiment très bien et me donne de la tranquillité. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 23 septembre 1859)

De Mme Cornelli il ne sera plus question dans les lettres conservées, même au moment de la naissance du deuxième enfant en 1861. En revanche Cécile sera amenée dans les années suivantes à tenir une place centrale auprès des deux enfants.

  1. Catherine Rollet, « L’expérience des mères et des pères à travers quelques écrits : du sevrage forcé au sevrage choisi au tournant du XXe siècle en France », Devenir, volume 27, numéro 2, 2015, pp. 101-126. []
  2. Catherine Rollet, id, p. 112. []
  3. Le sevrage s’impose de fait aux femmes salariées qui ne bénéficient que tardivement d’un congé de quelques semaines après l’accouchement. []

Ils aimaient les panoramas

Le secret
Des panoramas perdus
Le passage de ces mots
Dont je me défais1.

***

Le titre de ce billet est un clin d’œil à celui de l’exposition J’aime les panoramas présentée pendant l’été 2015 au musée Rath de Genève2 puis jusqu’en février 2016 au MuCEM de Marseille3. Les lettres du site se font l’écho de l’amour de la famille Duméril pour les panoramas : ceux qui offrent des points de vue privilégiés aussi bien que ceux déployés de façon illusionniste sur de vastes toiles.

Le spectateur romantique

Le médecin et naturaliste André Marie Constant Duméril (1774-1860) et son fils Auguste (1812-1870), qui suit ses traces dans sa carrière scientifique, aiment voyager. Et devant les paysages, ils disent (ils écrivent) le plaisir de la contemplation.

En septembre 1846, Auguste Duméril entreprend un voyage d’une dizaine de jours sur les bords du Rhin, visitant collections d’histoire naturelle et clinique d’accouchement. Les lettres à son épouse restée à Paris avec leur fillette s’attardent plutôt sur les aspects touristiques de son séjour. Ainsi, de « Bonn. Jeudi 17 Septembre 1846, 9 h ¼ du soir » ce passage que je cite longuement car ils décrit parfaitement la position du spectateur « romantique » :

Ce matin (jeudi) nous avons pris une voiture découverte, et un guide, parlant très bien le français, et nous nous sommes fait conduire dans les environs de Bonn, qui sont admirables. Le Kreuzberg, où nous avons été d’abord, est une montagne, d’où l’on a une vue superbe du Rhin, et de ses rives. On voit là, dans une chapelle, une vingtaine de moines, qui ayant été enterrés là, se sont complètement momifiés, sans aucune préparation. [] Du Kreuzberg, nous sommes allés au Rolandseck, autre montagne, très élevée, d’où l’on jouit également d’une admirable vue. Quelques ruines ajoutent à l’aspect imposant de cette montagne, d’où l’on domine deux belles îles du Rhin, sur l’une desquelles est construit un très beau bâtiment, aujourd’hui hôpital, autrefois couvent. Mais j’aurais dû te dire que, avant le Rolandseck, nous avions gravi une autre montagne, le Godesberg, où se trouvent de belles ruines, et d’où la vue est magnifique. Nous avons traversé le Rhin en barquette, en descendant du Rolandseck, et nous sommes venus voir ce que l’on dit être la plus admirable position des bords du fleuve, je veux parler du Drachenfels, vaste montagne que nous avons mis ¾ d’heure à gravir. De là, on a sous les yeux le panorama sublime que le soleil malheureusement n’éclairait pas tout à fait assez, mais cette teinte, un peu sombre, ajoutait encore à l’aspect grandiose et imposant de ce beau fleuve, et de ses rives montagneuses. Le Drachenfels fait partie d’une réunion de 7 montagnes, très élevées aussi, mais moins que la première. Je n’avais jamais rien vu de semblable, aussi, me suis-je laissé aller, tout franchement, à mon admiration, que partageait mon compagnon, mais qu’il aurait été bien doux pour moi de te faire partager. (Auguste Duméril à son épouse, 17 septembre 1846)

Le panorama ne se révèle qu’au terme d’un cheminement ardu qui conduit précisément en certains lieux élevés et répertoriés : les points de vue. Là, le regard porté au hasard de la promenade s’oriente vers le lointain et détaille à loisir tous les éléments qui s’offrent à lui :

tout cela forme de ce point, un admirable panorama. (Auguste Duméril, 23 septembre 1846)

Les émotions d’Auguste Duméril s’accordent à la sensibilité de son époque : ruines, chapelle, rochers abrupts, ombres confuses composent un panorama qu’il qualifie de « sublime ». La poétique romantique décline à l’envi cette notion du sublime pour magnifier le paysage, ennoblir sa sauvagerie, et concevoir une métaphysique de la nature comme expérience des limites, lorsque l’aurore, le crépuscule, l’obscurcissement nocturne procurent des visions inédites4. Le peintre Caspar David Friedrich multiplie ces images.

Caspar David Friedrich (1774-1840), Le voyageur contemplant une mer de nuages, 1817 (Hambourg, Kunsthalle)
Caspar David Friedrich (1774-1840), Le voyageur contemplant une mer de nuages, 1817 (Hambourg, Kunsthalle)

On croirait voir Auguste Duméril devant le « panorama sublime » qu’il décrit ! Quelques années avant lui Victor Hugo, de passage dans les mêmes lieux, écrivait à un ami : « Une brise, qui venait du Rhin, faisait frissonner les arbres au bord de la route. De temps en temps ils s’écartaient et me laissaient voir un abîme vague et éblouissant ; au premier plan, une futaie sous laquelle se dérobait la montagne ; en bas, d’immenses plaines avec des méandres d’eau reluisant comme des éclairs ; au fond, une ligne sombre, confuse et épaisse, ­la Forêt-Noire, – tout un panorama magique entrevu au clair de lune5. »

Si le poète Hugo charge sa vision de symbolisme cosmique et mystique (« Ces spectacles inachevés ont peut-être plus de prestige encore que les autres. Ce sont des rêves qu’on touche et qu’on regarde »), le savant Duméril reste rationnel et ajoute à sa perception exaltée des notations qui le montrent également attentif au réel, au nom des lieux, aux aspects matériels du périple (il s’aide d’une lorgnette et d’une carte6).

Le rôle central du regard, l’absence de cadre limitant l’image, la recherche d’une position dominante, le sentiment d’appropriation du monde qui en découle caractérisent également le dispositif technique des panoramas peints.

Le dispositif panoramique

Hier matin, comme nous étions au jardin, parut M. Paul D. qui avait quelque intention de nous mener le soir au spectacle, mais sachant que nous attendions quelques personnes à dîner nous proposa, à mon amie et à moi, de profiter du soleil pour aller voir des Panoramas, nous ne sûmes nous refuser à cette galanterie, et nous allâmes voir les panoramas de Naples et de Calais. Ce dernier est tout nouveau et dans les grandes dimensions, il nous a fait le plus grand plaisir, et je compte bien t’engager à y aller. (Alphonsine Delaroche à son époux André Marie Constant Duméril, 5 octobre 1816)

Les panoramas sont des peintures en trompe-l’œil développées sur le mur intérieur d’une rotonde. Inventé en Angleterre à la fin du XVIIIe siècle, ce dispositif technique donne à voir, depuis une plate-forme centrale où l’on accède par un couloir obscur, des vues de villes puis, très vite, des scènes de batailles ; la lumière, naturelle, vient de la toiture (c’est pourquoi Paul D. et ses amies « profitent du soleil » pour s’y rendre) .

Coupe d'une rotonde (d'après le site Panorama)
Coupe d’une rotonde (d’après le site Panorama)

Le procédé, à l’origine d’une aventure commerciale lucrative, se répand dans les grandes capitales, et notamment à Paris où une vue de Paris est présentée boulevard Montmartre en 1799. Les deux rotondes de 17 mètres de diamètre et 7 mètres de haut (séparées par le Passage des Panoramas) de ce premier édifice sont détruites en 1831. Un second panorama, encore plus vaste (rotonde de 32 mètres de diamètre), situé entre le boulevard des Capucines et le rue Neuve Saint-Augustin, est détruit en 1824. Alphonsine Duméril-Delaroche et ses amis témoignent de l’engouement des parisiens pour ces spectacles. Les panoramas de Naples et de Calais, qui les impressionnent si fort, sont peints par Pierre Prévost et ses collaborateurs. Pierre Prévost (1764-1823), élève de Valenciennes, est un peintre de paysages, particulièrement de soleils couchants, qu’il expose au Salon de 1796 à 1824. Il est surtout renommé pour les panoramas qu’il exécute en collaboration avec son frère, son neveu et d’autres peintres  : scènes historiques (Bataille de Wagram), vues de villes restituées depuis un point précis (Paris, vue prise du pavillon de Flore), ou bien synthèse de ces deux thèmes (Calais, ou le débarquement de Louis XVIII)7.

La représentation panoramique est assez prégnante pour inspirer des images poétiques qui trouvent en elle l’alliance féconde entre le point fixe de l’instant et le déploiement de l’espace, la plongée dans l’ailleurs ou le passé. « Ma mémoire est un panorama ; là, viennent se peindre sur la même toile les sites et les cieux les plus divers avec leur soleil brûlant ou leur horizon brumeux » écrit Chateaubriand8. Le présent se diffracte en une longue séquence de paysages variés qui ressuscitent des souvenirs en une frise sans rupture où se fondent lieux et moments passés. Gageons qu’Auguste Duméril, si attentif à conserver par l’écriture trace de ses expériences, a su retrouver dans les flux de sa mémoire l’émotion qui le saisissait devant les panoramas sublimes qu’il admirait en 1846.

 

  1. Jacques-Franck Degioanni, Le secret des panoramas, Éditions Caractères, Paris, 1984, page 9. []
  2. Sur l’une des fondatrices de ce musée, voir le billet « Mademoiselle Rath ». []
  3. Le présent billet puise largement dans les informations mises en ligne par le MuCEM. []
  4. Yvon Le Scanff, Le paysage romantique et l’expérience du sublime, Champ Vallon, 2007. []
  5. Victor Hugo, Lettres à un ami, 1842. []
  6. Journal de voyage d’Auguste Duméril, 1846. []
  7. Emmanuel Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, nouvelle édition en 10 volumes, Gründ, 1976. []
  8. François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, tome 4, 4e partie, livre 5, 1848. []

Les repasseuses

Musées labellisés (ils sont plus de 1 200 en France) et semis de petits établissements non conventionnés répondent à toutes les curiosités et présentent la plupart des activités humaines anciennes : musées de l’impression sur étoffes (Mulhouse), du papier peint (Rixheim), de l’imprimerie, de la mine, de la chaussure (Romans-sur-Isère), des mariniers, de l’artillerie (Draguignan), etc. Ils tissent avec les écomusées un réseau dense et hétéroclite qui offre une image impressionniste du labeur passé des femmes et des hommes (et parfois des enfants) et de leurs créations.

Le musée bourbonnais du repassage

Récemment, j’ai visité à Verneuil-en-Bourbonnais (Allier) l’un de ces musées, celui du lavage et du repassage1. L’installation en 1917 des usines Calor à Lyon, métropole relativement proche, explique en partie la présence de « pressophiles » (ou « sidérophiles », amateurs de « repassoirs ») dont la passion est à l’origine du musée et continue de l’animer. Une grande variété d’instruments venus de tous les continents est présentée au cœur du village, dans une grange aux dîmes du XVsiècle. Mon intérêt s’est surtout porté sur les fers que les repasseuses employées par les Mertzdorff, qui sont parfois évoquées dans les lettres des années 1860-1870, auraient pu utiliser.

Fers alsaciens, début XIXe siècle (collection Gérard Baumelin, site du musée de Verneuil)
Fers alsaciens, début XIXe siècle (collection Gérard Baumelin, site du musée de Verneuil)

Le paragraphe suivant, une rapide chronologie des instruments de repassage, est rédigé à partir des renseignements fournis par le site du musée.

Du déchiffonnage à froid au repassage à chaud

Après divers instruments pour déchiffonner le linge à froid (lissoirs, rouleaux à calandrer), apparaissent au XVIsiècle les premiers repassoirs, sortes de broches en fer chauffées à la braise pour remettre les cols en forme. Très vite les instruments de repassage à chaud se diversifient : pour les habits, les chapeaux, les cols, les dentelles, les plissés, les gants, etc. Les lingères utilisent des fers plats de 1,5 kg environ, qu’elles font chauffer sur un foyer. Ces fers, d’une grande inventivité dans la forme des poignées et les décors, restent en usage pendant longtemps, la fonte produite industriellement remplaçant le fer au XIXsiècle. À côté de ce type d’instruments, apparaissent des fers creux qui contiennent la source chaude : soit directement les braises, soit des lingots de métal chauffé. À la fin du XIXsiècle la source de chaleur interne est parfois fournie par la combustion d’alcool, de gaz ou d’essence, procédés qui ne sont pas sans danger. Le fer électrique se substitue progressivement aux autres fers dès le début du XXsiècle.

Les repasseuses alsaciennes

La première puis la seconde épouse de Charles Mertzdorff, toutes deux parisiennes, le suivent en Alsace et découvrent de nouvelles façons de faire. Contrairement à Paris, où les lessives se font régulièrement au cours de l’année, à Vieux-Thann on fait une « vraie lessive » (lettre des 17-18 mars 1872) plus rarement. C’est le moment de mobiliser les bonnes de la maison et ensuite, pour le repassage, de convoquer des femmes du village (lettre du 25 mars 1860). Le repassage dure plusieurs jours : après les draps que la maîtresse de maison peut ranger le vendredi, elle prévoit pour le lundi suivant « 3 repasseuses pour les chemises d’homme et le linge de table » (5 mai 1865). Ces ouvrières spécialisées semblent très demandées :

Rien de neuf à la maison ; la lessive est sèche et pliée mais je ne pourrai avoir les repasseuses que l’autre semaine. (23 octobre 1869)

La condition de la lingère-repasseuse semble plus douce que celle de la buandière. On imagine la repasseuse jeune et fine, faisant un travail propre et délicat qui la rend proche de la cousette. Pourtant, le maniement du fer à repasser est un labeur pénible et chichement payé. Une activité saisonnière, peu lucrative malgré sa spécialisation, et l’absence de protection sociale, laissent bientôt la repasseuse dans cette « petite misère » que déplore Charles Mertzdorff :

 tout à l’heure encore ne m’a-t-on pas demandé un secours pour Mlle Barbier l’une de nos anciennes repasseuses qui est malade & dans la misère. (2-3 mars 1875), Charles Mertzdorff en Alsace, à sa fille)

Veuf, il doit prendre en charge le travail de charité dont se chargeait son épouse :

notre petite maman ne manque pas seulement à nous, c’est à bien du monde que son absence fait défaut, n’était-elle pas notre providence à tous. (id.)

***

Pour revenir au musée et au temps long des gestes, voici, en écho aux vitrines d’instruments si divers et précisément adaptés qu’elles présentent, une notation de Michel Ragon : il évoque, encore en 1940 en Vendée, l’usage de ces fers à repasser en forme de longues pinces cylindriques que l’on devait chauffer au feu : « Tante Victorine gardait [la coiffe de sa mère] dans une armoire, la regardait de temps en temps, la sortait même pour la repasser avec ces petits fers spéciaux qui permettaient de se glisser dans les boucles et les replis, mais ne la mettait jamais sur sa tête2 ». C’est tout un savoir-faire qui se devine, maîtrisé par ces femmes que la famille Mertzdorff, comme les autres familles de la bourgeoisie, convoquait après chaque lessive.

  1. Association des Amis du Musée du Lavage et du Repassage, Les 4 vents de « Chillot » 03500 Verneuil-en-Bourbonnais. []
  2. Michel Ragon, Ma sœur aux yeux d’Asie, 1982, Albin Michel, « Livre de poche », p  67. []

Les hauts et les bas d’un entrepreneur : Émile Langjahr

Les auteurs des lettres mises sur le site S’écrire au XIXe siècle « écrivent bien » : ils maîtrisent la langue française, son orthographe et sa syntaxe. Mais leur graphie se laisse parfois difficilement déchiffrer et les plus diplômés ne sont pas les meilleurs calligraphes : l’écriture d’un polytechnicien demande plus d’efforts de lecture que celle d’une jeune fille éduquée à la maison. L’interprétation des mots se révèle délicate lorsque des noms propres sont cités. Le choix que nous avons fait de créer un index des personnes citées oblige à reconnaître ce nom propre, à le restituer correctement. Pour identifier la personne, nous sommes amenées à faire des recherches, allant un peu au hasard, en tâtonnant, à travers états civils et généalogies, tamisant une multitude de sites et de textes mis en ligne pour retenir des fragments d’information.

Lettre de Guy de Place à son chargé d’affaires en Alsace, 5 décembre 1917
Lettre de Guy de Place à son chargé d’affaires en Alsace, 5 décembre 1917

Hertzog. De la lettre Langjahr il semble résulter que cette maison n’a pas encore pris livraison des pièces alors que M. Hochstetter semble dire que les pièces ont été livrées. (Guy de Place à son chargé d’affaires, 5 décembre 1917)

C’est ainsi que, cherchant à m’assurer de l’orthographe de ce nom, Langjahr, qui ne m’est pas familier, j’ai pu lire des extraits de la thèse de Jérôme Rojon sur L’industrialisation du Bas-Dauphiné : le cas du textile, fin XVIIIe siècle-19141 et reconstituer les hauts et les bas de la carrière d’un entrepreneur.

Une succession de déboires

Émile Langjahr est né à Munster (Haut-Rhin) le 6 septembre 1849. Il est le fils de Gottlob Frédéric Langjahr, chapelier puis entrepreneur de construction (vers 1817-1883), et de Madeleine Hanss (née en 1818). Il fait des études à l’École d’ingénieurs des industries textiles de Mulhouse (promotion 1866) puis se lance dans l’industrie.

Le verdict de Jérôme Rojon est sévère : « Le destin d’Émile Langjahr est ponctué d’échecs (au moins avant 1890) ». Pourtant, il a acquis auprès de son père « des dispositions entrepreneuriales » et épousé une demoiselle Jandin, héritière de la maison lyonnaise Jandin & Duval. Mais si son père, artisan ou « micro-entrepreneur », lui fournit savoirs et expériences, il ne lui donne pas d’aide financière : « il ne lui fait aucune donation lors de son mariage » et « ne laisse aucun bien à son décès ». Et si Émile Langjahr bénéficie du poste de directeur de l’usine Jandin & Duval de Vizille qui fabrique des foulards imprimés, le décès de son beau-père le pousse à partir fonder sa propre entreprise : « son installation comme façonnier ressemble à un exil voulu par sa belle-famille » remarque Jérôme Rojon.

Les déboires se succèdent : il doit abandonner l’usine de Saint-Genis-l’Argentière (Rhône) louée en 1880 car « l’affaire tourne court et se solde par un désastre financier pour les associés à la fin de l’année 1884 » ; il doit vendre cette année-là aussi un tissage de soieries qu’il possède à Lyon ; l’usine de tissage qu’il rachète en1885, à Voiron en Isère (où le coût de la main d’œuvre est moindre) ne « survit que quelques mois avant de s’écrouler » et « comme beaucoup d’autres » disparaît.

Sans indulgence, Jérôme Rojon conclut : « Avec cette succession de déboires, il lui est désormais difficile d’inspirer confiance : son crédit et sa réputation sont durablement atteints dans la région lyonnaise. » La vie professionnelle d’Émile Langjahr n’est cependant pas terminée.

Une belle fin de carrière ?

Le site des tissages de soieries Coudurier, Fructus & Descher2 montre, lui, la réussite d’Émile Langjahr au XXsiècle, non certes comme patron, mais comme salarié.

Après la guerre, Émile Langjahr quitte l’usine textile créée par Antoine Hertzog (cet Herzog mentionné dans la lettre reproduite ci-dessus) et devient fondé de pouvoir de la Société Lyon-Alsace. À ce titre, il entreprend en 1920 la construction d’une usine de tissage de soieries (Coudurier, Fructus & Descher) à Wintzenheim (Haut-Rhin). En quelques mois le bâtiment est hors d’eau, les machines et métiers à tisser installés et de nombreux ouvriers et ouvrières de la région embauchés. Il reste dans cette entreprise que l’on dit prospère jusqu’à sa retraite, fin 1924.

***

Pour orthographier correctement le nom d’une personne, on se lance sur ses traces et parfois, plus par curiosité que par stricte nécessité, on poursuit les recherches, tout au plaisir de découvrir des filiations, des réseaux, des domaines d’activités, des destins familiaux : par exemple les hauts et les bas d’un petit entrepreneur du textile autour de 1900.

  1. Jérôme Rojon, L’industrialisation du Bas-Dauphiné : le cas du textile, fin XVIIIe siècle-1914, Lyon-2, 2007 [http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2007/rojon_j]. Les citations sont tirées de cette thèse. []
  2. Le site « JAZ » de Wintzenheim : Les tissages Coudurier, Fructus & Descher (CFD) et le Tissage de Wintzenheim [http://www.calixo.net/~knarf/fructus/fructus.htm]. []

Delacroix-Duméril, une rencontre?

Le peintre Eugène Delacroix (1798-1863) et le médecin et naturaliste André Marie Constant Duméril (1774-1860)1 ont, comme tant de promeneurs, de savants et d’artistes du XIXe siècle2 fréquenté le Jardin des Plantes de Paris.

 Le Jardin des Plantes

Le Jardin du Roi (son nom change au gré des régimes politiques de la France !) est à l’origine, à l’initiative de Louis XIII, un jardin de plantes médicinales et un lieu d’enseignement. Le Jardin ne cesse de s’étendre (jusqu’à atteindre sa taille actuelle en 1834) par adjonctions successives de parcelles, et de se lotir. Pendant la Révolution (par un décret de la Convention en 1793), le Muséum d’Histoire naturelle, dont la mission allie recherche et enseignement, est créé et le Jardin réorganisé : on y trouve un amphithéâtre, des lieux d’étude et d’exposition pour végétaux, minéraux et animaux, des logements pour les professeurs. De nouvelles serres sont installées en 1836, la galerie de minéralogie construite en 1841, la ménagerie aménagée (« loges » des animaux féroces en 1821, volière des rapaces en 1825, faisanderie en 1827, « Palais des singes » en 1837).

Duméril

André Marie Constant Duméril fait partie des savants à qui un logement au Jardin des Plantes est attribué, en 1831. Il vit au « 7 rue Cuvier », avec femme et enfants ; devenu veuf en 1852, il habite chez son fils Auguste, lui aussi professeur au Muséum, au « 13 rue Cuvier » (ce qui ne correspond pas à la numérotation actuelle).

Dans la vie quotidienne, Duméril et les siens parcourent le Jardin des Plantes, sa ménagerie (lettre du 14 mars 1843), et ses allées (lettre du 1er avril 1843), attentifs aux rencontres et aux floraisons :

Je n’ai pas grand-chose à te dire de nos anciens camarades, si ce n’est que j’en ai vu une bande ici, jeudi dernier, qui se promenait dans le jardin [ ] J’ai vu plusieurs figures de connaissance, sans pouvoir me rappeler leurs noms. (Auguste Duméril, 19 ans, à son cousin, 6 juillet 1831)

Lundi après le triste moment où nous venions de vous voir partir, je suis allée au jardin des plantes avec Eugène et Auguste [ ] le mercredi je suis encore allée au jardin [ ]. Jeudi je ne suis pas sortie et hier je suis allée encore au jardin où j’ai passé quelques heures avec mon ouvrage au milieu de nos beaux lilas. (Alphonsine Delaroche-Duméril à sa nièce et future belle-fille, 11 mai 1833)

Dans sa vie professionnelle, Duméril arpente également galeries et bâtiments où se rencontrent les professeurs. Il noue en particulier des liens d’amitié avec Cuvier qu’il assiste dans la rédaction de ses travaux : il fait imprimer en 1799 les Leçons d’anatomie comparée de G. Cuvier3. Il lui succède comme professeur d’histoire naturelle à l’École centrale du Panthéon, et en 1825 Duméril est nommé professeur de l’histoire naturelle des reptiles et des poissons au Jardin du Roi : il publie une Histoire naturelle des reptiles4. Les intérêts de Duméril sont larges et, à côté d’articles médicaux, il fait paraître également un volume de Considérations générales sur la classe des insectes avec soixante planches et rédige tous les articles d’entomologie du Dictionnaire des sciences naturelles en cinquante volumes publié de 1821 à 1830.

Delacroix

Delacroix lui aussi fréquente Cuvier : à l’automne 1824 par exemple, il se rend aux réceptions données par le savant au Jardin des Plantes5. Des années plus tard, il note dans son Journal, le 19 janvier 18476 :

« De chez Vimont [son élève] au Jardin des plantes […] Cabinet d’histoire naturelle public les mardis et les vendredis. Éléphants, rhinocéros, hippopotames, animaux étranges ! Rubens l’a rendu à merveille. J’ai été, en entrant dans cette collection, pénétré d’un sentiment de bonheur […] Quelle variété prodigieuse d’animaux, et quelle variété d’espèces, de formes de destination ! À chaque instant, ce qui nous paraît la difformité à côté de ce qui nous semble la grâce. Ici les troupeaux de Neptune […] ; puis la famille hideuse des serpents. Le corps énorme du boa, avec sa petite tête ; l’élégance de ses anneaux roulés autour de l’arbre ; le hideux dragon, les lézards, les crocodiles, les caïmans, le gavial monstrueux […] Les tigres, les panthères, les jaguars, les lions, etc. ».

Delacroix s’intéresse aux animaux, aux chevaux et aux fauves en particulier. Il ne se contente pas de regarder les toiles de Rubens ou d’acheter une gravure faite par Vivant-Denon d’après le Lion rongeant un os de Rembrandt7 : il multiplie les études d’après nature, réalisant de nombreux croquis et petites peintures à l’huile. Dans les années 1822-1830, il fréquente assidûment le Muséum avec Barye, sculpteur animalier, pour dessiner divers félins ; il fait même des études d’écorchés après la mort des lions8. En 1841, Delacroix écrit à Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, lui demandant à assister au repas des fauves de la ménagerie9. À  partir de ses observations et croquis sur le vif, il peint ensuite des scènes dans lesquelles le souci du mouvement, de la violence, de la dramaturgie prime sur la véracité anatomique, comme dans le Cheval attaqué par une lionne (vers 1842)10.

Delacroix est également curieux des fleurs du Jardin. Son Journal mentionne le 14 février 1849 une rencontre avec Adrien de Jussieu, botaniste, professeur au Muséum où il a succédé à son père en 1826, avec qui il a « une longue conversation sur les fleurs, à propos de [ses] tableaux ». Il ajoute : « Je lui ai promis d’aller le voir au printemps. Il me montrera les serres et me fera obtenir toute permission pour l’étude. » Promesse tenue, puisqu’il note le 6 juin 1850 : « Passé la journée au Jardin des plantes. Jussieu m’a conduit partout. »

***

Les noms de Daubenton, Jussieu, Lacépède, Cuvier, Flourens, tour à tour directeurs du Muséum, sont familiers à Delacroix,  ils apparaissent dans son Journal11. Mais pas celui de Duméril, qui de son côté ne mentionne pas Delacroix dans ses lettres (les rares qui sont conservées pour cette période). Il n’est cependant pas exclu que Duméril qui vivait et travaillait au Jardin des Plantes, et Delacroix, qui fréquentait sa ménagerie, ses serres, ses galeries, ses allées et ses savants, se soient croisés.

  1. Les lettres familiales de Duméril sont publiées sur le site : S’écrire au XIXe siècle. []
  2. Voir les pages de Victor Hugo, Honoré de Balzac, Charles Augustin Sainte-Beuve, Jules Michelet, etc. rassemblées par Philippe Taquet, Les Bonnes feuilles du Jardin des Plantes. De Jean-Jacques Rousseau à Claude Simon, une anthologie, en collaboration avec Geneviève Boulinier et Anne Roussel-Versini, Éditions Artlys-Muséum national d’Histoire naturelle, 2013. []
  3. Leçons d’anatomie comparée de G. Cuvier, recueillies et publiées sous ses yeux par C. Dumeril, 1799 (an VIII), Paris, impr. de Baudoin, 2 vol. In-8. D’autres éditions des Leçons d’anatomie, paraissent en 1805 (an XIV), en 1835 [André Marie Constant Duméril, éditeur scientifique]. []
  4. Herpétologie, ou Histoire naturelle des reptiles, d’après G. Cuvier, par M. J. D., et revue par M. Duméril, 1834, Paris (30, rue et place S. André des arts), In-12, 100 p., collection « Bibliothèque populaire », 83. Une seconde édition paraît la même année. []
  5. Maurice Sérullaz, Delacroix, 1989, Fayard, p. 97. []
  6. Eugène Delacroix, Journal, 1822-1863, préface de Hubert Damisch, introduction et notes par André Joubin, édition revue par Régis Labourdette, 1980, Plon, p. 117. []
  7. Op. cit., Journal, 2 avril 1847, p. 147. []
  8. Op. cit., Sérullaz, p. 125. []
  9. Op. cit., Sérullaz, p. 225. []
  10. Tableau de la donation Moreau-Nélaton au Louvre. []
  11. Op. cit., index du Journal. []

La Fayette après l’Hermione

Clin d’œil à l’actualité, au moment où l’Hermione accoste en Amérique et se dirige vers la baie de New York. Une grande parade navale est prévue le 4 juillet, jour de l’indépendance américaine, au pied de la statue de la Liberté. La réplique de la frégate de La Fayette, construite sur le chantier naval de Rochefort, participe ainsi aux commémorations de l’expédition  qui en 1780 apporta le soutien de la France aux insurgés américains.
Le nom de La Fayette apparaît dans la liste des personnes citées dans les lettres du site S’écrire au XIXe siècle (les lettres de la famille Duméril, Mertzdorff, Froissart). Non pas le héros fêté ces jours-ci, mais son petit-fils. À quelle occasion un La Fayette est-il mentionné au début des années 1830 par un jeune bourgeois parisien ? Et d’abord, qui est ce jeune La Fayette ?

Oscar Thomas Gilbert Du Motier de Lafayette (1815-1881)

Ce jeune homme (il a 15 ans en 1830) est le fils de Georges Louis Gilbert Washington du Motier1 de La Fayette (1779-1849), officier militaire, parlementaire (député dans l’opposition libérale sous Louis-Philippe) ; il est le petit-fils de Gilbert Du Motier de La Fayette (1757-1834), héros de la guerre d’indépendance des États-Unis d’Amérique où il est arrivé sur l’Hermione.

Oscar Thomas Gilbert Du Motier de Lafayette entre à l’École polytechnique en 1833. Officier d’artillerie, il fait plusieurs campagnes en Afrique avant d’être élu député de Seine-et-Marne (gauche modérée) de 1846 à 1851. Après le coup d’État du 2 décembre 1851, il donne sa démission d’officier d’artillerie et se tient à l’écart des affaires. Il est de nouveau élu député de Seine-et-Marne (gauche républicaine) de 1871 à 1875 ; il entre alors au Sénat. Une quinzaine de rapports auxquels il a participé sont publiés entre 1871 et 1880.

Duméril et La Fayette

Oscar Thomas Gilbert Du Motier de Lafayette est le condisciple d’Auguste Duméril et de son cousin Henri Delaroche à la pension de M. Morin à Fontenay-aux-Roses. Cette institution enseigne à la fois les matières classiques et scientifiques (botanique, chimie, physique, histoire, dessin, géographie, une langue vivante), avec des méthodes pédagogiques originales, qui respectent les rythmes des élèves et laissent une large place à l’expression orale. Cette atmosphère studieuse et ludique doit être favorable aux amitiés, puisque des années après avoir quitté l’établissement les anciens élèves conservent des  relations :

J’ai revu aussi quelquefois Lafayette : il est chez un professeur de mathématiques, qui a quelques jeunes gens chez lui ; il ne va au collège que le matin (St Louis) : il couche chez ce maître, mais, vers cinq heures, il va dîner chez lui, et revient le soir à huit heures. Jamais il ne découche. Il ne me semble pas dans une position très agréable : c’est l’après-dîner que j’aime le mieux, et il me coûterait, il me semble, de partir ainsi, une heure ou deux, après le repas. (Auguste Duméril à son cousin germain Henri Delaroche au Havre, 21 janvier 1831)

Les cousins suivent la scolarité de leur ancien condisciple :

 Je n’ai pas vu Lafayette, depuis l’année dernière, mais j’ai su par Carraby qu’il redouble sa rhétorique, sous M. Gibon, que les élèves trouvent, ainsi que nous, l’année dernière, terriblement froid. J’ai su aussi, par Mme Comte, qu’il avait fait partir de la poudre à Fontenay, et qu’il en avait reçu dans le visage : il a été malade assez longtemps, à cause de cela ; il avait une partie du visage en suppuration ; mais je crois qu’il n’est resté aucune trace, ou, du moins, fort peu. (Auguste Duméril à son Henri Delaroche , 17 février 1831)

Si la fossette et les yeux bleus de La Fayette sont signalés en 1833 sur sa fiche d’entrée à l’École Polytechnique, aucune « marque apparente » n’apparaît alors sur son visage.

J’ai été, il y a à peu près un mois, à un bal de souscription pour lequel ton père avait eu la bonté de me donner un billet, et j’y ai vu plusieurs anciens élèves : c’étaient de Janzé aîné, Deserres, je ne sais si tu te le rappelles, Lafayette, qui, par parenthèse ne déjeune plus chez le même restaurateur que moi, et Allard, dont la taille nous frappait tant, autrefois, mais que je dépasse un peu, maintenant, ce qui m’a bien étonné. Tous ces jeunes gens m’ont demandé de tes nouvelles. (Auguste Duméril à Henri Delaroche, 12 avril 1832)

Des relations entre Duméril et La Fayette ne subsistent dans les lettres que quelques traces d’une sociabilité adolescente. Que se disaient le fils du savant (André Marie Constant Duméril, médecin et biologiste), futur savant lui-même, et le petit-fils du héros, futur officier et homme politique, lorsqu’ils suivaient le même enseignement puis lorsqu’ils déjeunaient chez le même restaurateur ? Les lettres ne le disent pas.

 

  1. Le patronyme peut aussi s’écrire « Mottier ». []

Pierre Bonnard, bribes d’enfance

L’Arcadie est à l’honneur dans les musées parisiens en ce printemps 2015. Le tableau de Nicolas Poussin au Louvre, Les Bergers d’Arcadie1, propose une réflexion sur la mort, la beauté, le temps. La poésie bucolique de la scène n’épuise pas les significations profanes et religieuses de l’œuvre : trois bergers et une jeune fille se penchent sur l’inscription d’un tombeau rencontré dans une campagne idyllique… Sur l’autre rive de la Seine, le musée d’Orsay place la rétrospective consacrée à Pierre Bonnard sous le signe de l’Arcadie2. Cette Arcadie, « contrée de l’ancien Péloponnèse, habitée par un peuple de pasteurs, et dont les fictions des poètes antiques avaient fait le séjour de l’innocence et du bonheur »3, porterait-elle le souvenir d’une lumineuse enfance ?

La correspondance Mertzdorff-Bonnard

Pierre Bonnard est apparenté à la famille Mertzdorff par sa mère Élisabeth Mertzdorff, dite Élise. Et il est le filleul d’Eugénie Desnoyers, seconde épouse de Charles Mertzdorff. Dans le fonds familial publié sur le site, une seule lettre écrite par Élise est conservée, celle du 19 novembre 1863 adressée à sa petite cousine de 8 ans, Marie Mertzdorff. Comme on pouvait s’y attendre dans ce fonds, aucune lettre pour elle. Aucune lettre non plus de Pierre qui a sans doute pourtant écrit à sa marraine comme les règles du savoir-vivre le lui enjoignaient. Mais celle-ci  décède en 1873, lorsque son filleul n’a que 7 ans.

Les lettres des années 1870 publiées sur le site témoignent de la continuité des échanges épistolaires entre les deux familles. Les femmes s’écrivent régulièrement et les vacances estivales des Mertzdorff à Paramé n’interrompent pas le flot des lettres :

il faut que j’écrive à Élise dont j’ai reçu une lettre ; elle est à Fontenay vient d’avoir une angine mais va mieux, ses enfants vont très bien, elle ne me parle pas de ses parents. (Eugénie Desnoyers à son époux Charles Mertzdorff resté en Alsace, 5 août 1870)

C’est à Fontenay-aux-Roses (de nos jours dans les Hauts-de-Seine) que Pierre Bonnard est né le 3 octobre 1867. En 1870, Pierre Bonnard a un frère, Charles, né en 1864 ; leur sœur, Andrée Bonnard, naîtra en 1872.

Maison natale de Pierre Bonnard à Fontenay-aux-Roses (Crédit graphique : Wikipédia)
Maison natale de Pierre Bonnard à Fontenay-aux-Roses (Crédit graphique : Wikipédia)

Avec les lettres, des portraits sont échangés :

Ce matin j’étais chez tante Georges lui porter un peu tardivement les portraits des Enfants Bonnard. (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 14-15 juillet 1874)

A côté des échanges épistolaires entre femmes, il est fait allusion à une correspondance masculine, sans doute sur un autre registre, possiblement une demande de service ou de renseignement : « Je remercie papa d’avoir écrit à M. Bonnard », (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 26 février 1871-B). « Papa » est Jules Desnoyers (1800-1887), bibliothécaire en chef du Muséum et secrétaire de la Société de l’histoire de France, et « M. Bonnard », Eugène Bonnard (1837-1895), père de Pierre, chef de bureau au Ministère de la Guerre à Paris.

La sociabilité entre les Mertzdorff et les Bonnard

Au mois de novembre 1864, Eugénie et Charles Mertzdorff venus d’Alsace à Paris vont « déjeuner avec cousine Élise et le nouveau petit cousin [Charles Bonnard] qui va bien. » (30 novembre 1864). Les deux familles s’écrivent ; elles se rendent visite aussi.

Je vais écrire à Élise qui me demande à venir me voir, elle va mieux et doit rentrer aussi à Paris avec ses enfants. (Eugénie Desnoyers à son époux Charles Mertzdorff, 28 août 1870)

Les relations se resserrent pendant l’hiver troublé de 1870-1871 : Élise Bonnard trouve refuge chez les Mertzdorff pendant plusieurs semaines. Après la défaite et la chute de Napoléon III en septembre 1870, Paris est assiégée et la famine sévit. Deux courants aux attentes opposées s’affrontent : ceux qui acceptent l’armistice signé le 28 janvier 1871 avec le chancelier allemand Bismarck (les « monarchistes ») et ceux qui refusent de s’avouer vaincus (les « républicains »). Cette tension déclenche, le 18 mars 1871, une insurrection de plus de deux mois, la Commune de Paris. Eugène Bonnard restant quelques semaines encore à Paris, son épouse et ses parents, ainsi que Charles et Pierre Bonnard sont accueillis en Alsace chez les Mertzdorff :

Nous n’allons pas à Colmar cette semaine, les chemins sont trop mauvais, et surtout Élise n’a pas reçu de nouvelles de son mari depuis le 14 Janvier, elle est bien inquiète, nous pensons qu’il s’est mis en route pour venir en Dauphiné. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 26 février 1871-C)

Eugène Bonnard est d’origine dauphinoise, il possède une maison familiale près de la Côte-Saint-André, dans l’Isère. Le retour à Paris est sans cesse remis à cause des événements politiques :

les voyages sont encore trop difficiles et on dit qu’il serait imprudent, pour ceux qui n’ont pas habité Paris pendant le siège d’y arriver de suite. M. Bonnard n’a pas encore permis à sa femme de ramener ses enfants et son père à Paris : je pense cependant que ça ne va pas tarder.  (Eugénie Desnoyers- Mertzdorff à sa sœur, 5-6 mars 1871)

Et deux semaines plus tard :

Élise voudrait partir, elle est bien impatiente d’aller rejoindre son mari ; (c’est un très bon ménage), mais il faut encore 5 jours pour gagner Paris et changer je ne sais combien de fois, puisqu’il faut passer par Genève et le Bourbonnais. Les hommes qui voyagent seuls et sans bagages, peuvent prendre la ligne de Strasbourg et on doit gagner une journée. Cependant je pense que la semaine prochaine nos hôtes nous quitterons, l’oncle [le père d’Élise] malgré ses 80 ans, a toujours un peu peur et n’est pas pressé de s’en aller, mais je ne veux pas qu’on me le laisse, c’est une terrible responsabilité à cet âge. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur Dimanche, 19-20-21 mars 1871)

Il semble que la famille Bonnard, accueillie par divers membres de la famille, diffère encore le retour dans la capitale insurgée (lettres du 13 avril et du 6 juin 1871). Finalement, c’est à Paris, mi-juin, que se retrouvent « le cousin » Bonnard, son épouse Élise et Charles Mertzdorff (lettre du 22 juin 1871). Les années suivantes, les relations se poursuivent entre les filles de Charles Mertzdorff, devenu veuf, et la famille Bonnard :

Dans la journée nous avions été chez Tante Mertzdorff ainsi que chez cousine Élise. Cette dernière est toujours très tourmentée de son petit Charles qui ne cesse (mais c’est ce que tu sais déjà) de taquiner ses parents. L’autre jour de rage de faire une version il s’est coupé les cheveux, etc. aussi ils vont prendre un grand parti et l’envoyer au petit séminaire de Grenoble. La petite Andrée est ravissante. (Marie Mertzdorff, à Paris, à son père Charles Mertzdorff, 13 février 1874)

D’autres visites sont mentionnées dans des lettres qui seront mises ultérieurement sur le site, et des nouvelles sont données : la communion de Pierre le 15 juin 1879, ses bons résultats scolaires (lettre du 25 avril 1880), sa convalescence à la campagne avec sa mère (lettre du 16 août 1882).

Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, marraine de Pierre Bonnard

Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, marraine attentionnée mais si tôt disparue, ne manque pas de faire des cadeaux au petit Pierre :

Si Aglaé vient te voir parle-lui donc pour savoir de quelle façon je pourrais m’y prendre pour faire faire à mon filleul Bonnard un petit paletot garni d’astrakan et étant à sa taille ou si elle ne me conseillerait pas d’envoyer simplement la fourrure et le drap à la maman qui ferait faire le vêtement à la taille du bonhomme, ce serait des étrennes en avance bien entendu (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 23 octobre 1869)

Aglaé, la sœur d’Eugénie, habite Paris ; elle est de bon conseil et de bonne volonté, aussi la marraine a-t-elle de nouveau recours à sa sœur les années suivantes :

à l’endroit de Mme Bonnard j’aurais voulu donner quelque chose à mon filleul Pierre, et un petit objet pour le baby [Andrée Bonnard] qui doit venir ces jours-ci. Et pas une idée. R.S.V.P. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, mi-décembre 1872)

******

Selon les textes de présentation du musée d’Orsay, Pierre Bonnard « cultive une propension à transformer le monde en une vision gaie, positive et colorée ». Ils décèlent aussi, en résonance avec les critiques et les conservateurs actuels,  « un certain malaise » et « une pointe de mélancolie », qui affleureraient dans ses portraits en particulier. Ces analyses nuancées ne peuvent-elles s’entendre en écho à une phrase d’Eugénie qui dit le rire des enfants en même temps que les craintes des parents dans ces moments où, quel que soit le bord politique, la guerre et le siège de Paris sont perçus comme un drame ?

Nos hôtes [les Bonnard] vont bien, tristement mais les enfants [Pierre et son frère] forcent à rire quand même et donnent beaucoup d’occupation ce qui est fort utile. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff en Alsace, mi-janvier 1871)

L’Arcadie préservée au cœur des inquiétudes.

 

  1. Les Bergers d’Arcadie, vers 1640, Poussin et Dieu, musée du Louvre, du 2 avril au 29 juin 2015. []
  2. Pierre Bonnard. Peindre l’Arcadie, musée d’Orsay, du 17 mars au 19 juillet 2015. []
  3. Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle…, 1866-1877, numérisation Gallica. []