Archives de catégorie : Les événements

Histoire vagabonde, avec Maurice Agulhon

Dans un billet précédent qui présentait le maire de Vieux-Thann (Charles Mertzdorff), un ouvrage dirigé par Maurice Agulhon était cité1. Après son décès, le 28 mai 2014, j’ai voulu relire d’autres lettres à la lumière des analyses de cet « historien de la République », spécialiste de la culture républicaine et du moment fort qu’est la révolution de 1848.

1848 : le silence des lettres

  • Lettres des Duméril

Du côté des Duméril, il y a très peu de lettres conservées pour cette période-là. Dans l’une d’elles, à peine une allusion de la petite Caroline Duméril (12 ans) en vacances à Trouville dans une lettre à sa mère restée à Paris, le 7 août 1848 :

Ma chère maman
Je viens de recevoir ta lettre datée d’hier qui m’a fait le plus grand plaisir car ma tante Adine croyait avoir entendu dire qu’il y avait du trouble à Paris

La révolution de 1848, un simple « trouble à Paris »…

  • Lettres des Mertzdorff

Quant à Charles Mertzdorff, son rôle dans la vie alsacienne n’apparaît dans les lettres qu’après son mariage avec Caroline Duméril en 1858. Nous n’avons donc pas accès à d’éventuelles considérations, descriptions ou prises de position sur cette révolution de 1848 qui est au cœur du travail de l’historien. Mais d’autres sujets peuvent bénéficier de ses interprétations, en particulier les mentions du drapeau.

 Le drapeau

Parmi les symboles visuels qui participent du pouvoir politique, Maurice Agulhon place d’abord le drapeau2. Le drapeau tricolore, créé par la Révolution (blanc du roi, bleu et rouge de la ville de Paris) pouvait être tenu au milieu du XIXe siècle comme « lié à une certaine philosophie politique »3. Mais les quelques mentions dans les lettres, en 1870 ou 1872, en font plutôt un signe à « valeur territoriale », et son exhibition est d’abord un geste patriotique face aux Allemands.

Pendant la guerre de 1870, les indécises batailles, les bruits confus de victoire, les résistances sans lendemain se traduisent en dépêches successives. Le maire de Vieux-Thann, pragmatique et sceptique, raconte :

En rentrant Melcher nous annonce grande victoire sur la Moselle. J’envoie chercher la dépêche, la fais afficher. L’excitation est si grande que je fais sortir le drapeau ; mais aujourd’hui il me faut plus pour croire. (Charles Mertzdorff à son épouse, 15 août 1870)

Le signe politique est reconnu des villageois, réclamé par eux ; à l’occasion, de spectateurs ils deviennent acteurs. Au moment (1er octobre 1872) où se termine la période qui permettait aux Alsaciens-Lorrains d’opter pour la nationalité française, à condition d’émigrer en France, une nouvelle rumeur court, à laquelle croit « Nanette », la cuisinière :

On ne sait pas ce qui adviendra. Parmi les crédules, la nouvelle du jour est que la semaine prochaine nous serons de nouveau français ! Nanette doit payer le drapeau tricolore si la nouvelle est vraie !!! (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 12 octobre 1872)

Une promesse de drapeau, faite par une alsacienne non francophone, et profondément attachée à son pays… Mais le traité de Francfort (10 mai 1871) qui met fin à la guerre franco-prussienne est une réalité et ses clauses sont bien sûr appliquées.

Avant même le ralliement de l’extrême droite au drapeau tricolore, à la fin du XIXe siècle, qui signifie alors pour elle « la France tout court » et non plus « les principes de 1789, modernité ou république »4, le drapeau français est pour les Alsaciens des années 1870 signe de leur attachement à la France. Cette image emblématique d’un tissu de couleur flottant aux fenêtres devient alors, par « la charge d’affectivité et le degré de polysémie5 » qu’elle a acquis, un symbole patriotique.

 

  1. M. Agulhon, L. Girard, J.L. Robert, W. Serman & collaborateurs, Les Maires en France du Consulat à nos jours, Publications de la Sorbonne, 1986. []
  2. Maurice Agulhon, « Politique, images, symboles dans la France post-révolutionnaire », Histoire vagabonde : I. Ethnologie et politique dans la France contemporaine, Gallimard, 1988, p. 283-318. []
  3. Op. cit., p. 286. []
  4. Op. cit., p. 287. []
  5. Op. cit., p. 285. []

La bataille de Solferino (1859)

La bataille de Solferino n’est pas seulement le titre d’un film de Justine Triet (sorti sur les écrans français en septembre 2013) qui mêle mise en scène d’un duel conjugal et récit de la victoire de François Hollande à l’élection présidentielle.

La bataille de Solférino et la réalisation de l’unité italienne

La bataille de Solférino est une étape dans la construction de l’unité italienne. Au milieu du XIXe siècle les patriotes issus de la bourgeoisie libérale piémontaise, regroupés autour de Cavour, rallient républicains et démocrates de la classe moyenne italienne à leur projet d’unification de la péninsule. Cavour convainc Napoléon III d’apporter son aide à cette réalisation et un traité d’alliance est signé entre le Piémont et la France. En avril 1859 ces deux pays entrent en guerre contre l’Autriche et gagnent au mois de juin les batailles de Magenta (4 juin) et Solférino (24 juin). Ce jour-là, au sud du lac de Garde, les armées franco-sardes et autrichiennes s’affrontent sur une ligne de 12 kilomètres. Au centre, sur les hauteurs de Solferino, après des heures de combat, les Français repoussent les Autrichiens qui battent en retraite sous un violent orage. Ils ont perdu 17 000 hommes, tués, blessés et disparus ; les Autrichiens 22 000.

A la suite de cette bataille si meurtrière, craignant les réactions des souverains européens et le mécontentement des catholiques, et malgré l’indignation des patriotes italiens, Napoléon III décide de conclure la paix avec les Autrichiens ; les préliminaires sont arrêtés à l’entrevue de Villafranca (11 juillet) et le traité signé à Zurich (novembre  1859) : la Lombardie est donnée au Piémont, mais la Vénétie est laissée aux Autrichiens. L’unité italienne se poursuit cependant : l’annexion des duchés de l’Italie centrale, de la Romagne pontificale et du royaume de Naples permet de proclamer le royaume d’Italie (mars 1861), auquel est rattachée la Vénétie (1866). En 1870 enfin, Rome devient la capitale de l’Italie.

Fêter la paix

Les lettres de la famille Mertzdorff-Duméril expriment le désir de paix après la guerre en Italie, et la liesse à l’annonce de l’armistice de Villafranca. La « bienheureuse nouvelle » « à laquelle on peut à peine croire » parvient en Alsace le 12 juillet, par une dépêche. Ce sont alors « cloches, canon et cris de joie ». Charles Mertzdorff, industriel à Vieux-Thann, décide de donner une fête le dimanche suivant pour faire « danser tout le monde gratis afin que tous ceux qui n’ont même pas un sou à dépenser puissent s’amuser comme les autres » (lettre du 13 juillet 1859).

Cette « fête nationale a parfaitement réussi » nous apprend la lettre suivante (18 juillet 1859) :

il y avait grande joie, grand enthousiasme et pourtant pas une dispute, pas un homme ivre, pas un couple inconvenant, c’était une foule compacte qui se remuait le mieux qu’elle pouvait au son d’une très bonne musique […] C’était un curieux mélange de vieilles gens, de gamins, de jeunes personnes, d’ouvriers de tous genres […]. A 5 h le conseil municipal a ouvert le bal, Charles en tête avec la fille du maire […] On avait mis à l’entrée de la place un tronc pour les blessés de l’armée et la recette a été dit-on fort belle. (lettre du 18 juillet 1859)

 Conjurer l’horreur

La bataille de Solférino a marqué les contemporains. Et d’abord les témoins du massacre, y compris Napoléon III qui aurait été bouleversé par la vue du champ de bataille – un charnier. Henry Dunant (1828-1910), banquier suisse en voyage d’affaires, découvre les dégâts humains de la bataille de Solférino. Il recrute des bénévoles pour donner les premiers soins aux soldats blessés, quel que soit leur camp. À partir de cette expérience, il écrit un livre, Un souvenir de Solférino, publié en 1862 (la première édition, J.-G. Fick, Genève, 1862, est numérisée par la BNF). Il préconise qu’une convention internationale garantisse la protection des victimes de la guerre et que tous les pays créent, en temps de paix, des sociétés de secours qui mettraient à disposition, en temps de guerre, des volontaires formés pour soigner les blessés. Son appel donne naissance au Comité international de secours aux militaires blessés, qui devient en 1876 le Comité international de la Croix-Rouge. La première convention de Genève, ratifiée en 1864, se réfère à ses propositions. Henry Dunant obtient avec Frédéric Passy le premier prix Nobel de la paix en 1901 ; il est considéré comme l’un des fondateurs du mouvement de la Croix-Rouge internationale.

Henry Dunant, Un souvenir de Solférino, 1862
Henry Dunant, Un souvenir de Solférino

 

Le 16 août 1870 : meurtre à Hautefaye

Les faits

Alain Corbin résume ainsi les faits auquel il a consacré un livre1 : « 16 août 1870. Hautefaye. Commune de l’arrondissement de Norton. Dordogne. Un jeune noble est supplicié pendant deux heures, puis brûlé vif ( ?) sur le foirail, en présence d’une foule de trois à huit cents personnes qui l’accusent d’avoir crié : « Vive la République ! » Le soir, les forcenés se dispersent et se vantent d’avoir « rôti » un « Prussien ». Certains regrettent de ne pas avoir infligé le même sort au curé de la paroisse. » Un chapitre du livre reconstitue le parcours à travers le village du jeune noble poursuivi par ses tortionnaires – un groupe changeant, composé en majorité d’hommes mûrs, joyeux, venus de l’extérieur pour la foire. Parfois ils semblent abandonner la poursuite, puis la reprennent, recommencent à frapper, à peu de distance de la place où une partie des participants à la foire reste ignorante ou indifférente au massacre.

La presse donne à ce fait divers un retentissement immédiat qui fascine les contemporains – et les historiens ultérieurs. Une lettre de Charles Mertzdorff y fait allusion (lettre des 22-23 août 1870).

Le sens du drame

Corbin analyse les contextes politique, social et festif dans lequel s’inscrit ce drame. Il montre comment l’imaginaire des paysans de la Dordogne, hanté en ce début des hostilités par les nouvelles désastreuses de la guerre, associe le noble, le curé et le républicain au Prussien, mêlant en une représentation hostile et angoissante les diverses figures de l’ennemi. Les menaces contre l’Empereur font craindre à ces ruraux pour leur propre avenir.

Ni émeute frumentaire, ni règlement de compte personnel, ni protestation antifiscale ou antiétatique, rien d’un carnaval tragique, « le massacre-supplice de Hautefaye constitue un geste politique. D’ailleurs, il a été revendiqué comme tel » analyse Corbin (p. 165). Cette mise à mort est la seule façon pour les paysans de dire leurs angoisses, leurs représentations du politique, leur attachement à l’empereur.

Mais cette signification a été occultée. Depuis des atrocités de la guerre de Vendée, la sensibilité a changé, et le drame de Hautefaye inspire une horreur généralisée. Corbin montre comment le procès qui a lieu au début de la Troisième République traite ces événements et les hommes qui les ont accomplis : on a plutôt alors « réactualisé la figure éprouvante du monstre » (p. 166). « Le drame de Hautefaye fascine parce qu’il signale une distance, un écart entre la sensibilité dominante et les comportements de paysans, indifférents à la modification des seuils du tolérable. » (p. 121). Le procès exhibe des paysans monstrueux, des brutes « insensibles et hébétées » (p. 143),

Les inquiétudes de Charles Mertzdorff

En ce mois d’août 1870, Charles Mertzdorff, resté en Alsace, écrit quotidiennement et longuement à son épouse qui est chez ses parents à Paris. Le 22 août, il brosse un tableau de la situation économique et sociale dans la vallée de Thann, qui connaît des problèmes de ravitaillement et où les usines cessent peu à peu leur activité. Il conclut :

Le fait est que l’excitation est excessive qu’un rien peut faire éclater une exécution du peuple […] Voilà où en sont les esprits, tu vois que ce n’est pas gai. Tu as lu la scène des environs de Périgueux [le drame de Hautefaye], c’est absolument ce que nous avons à craindre ici & probablement un peu partout.

Bien que les contextes soient très différents à Hautefaye et à Vieux-Thann, les mêmes inquiétudes agitent les notables devant les « hordes paysannes » (expression de l’autorité préfectorale, citée par Corbin, p. 142) ou le peuple turbulent des ouvriers. La lettre de Charles Mertzdorff est semée d’expressions qui traduisent l’angoisse suscitée par les événements : « doute », « position terrible », « rude tâche », « retraite », « malheur qui accable », « grands dangers », « fureur », « sacrifices », « broyer du noir », « comprends ma peur », « que c’est affreux qu’une pareille guerre ! », etc. Charles Mertzdorff semble bien avoir l’intuition que le situation du pays peut susciter des réactions violentes, irrationnelles et imprévisibles. Sa lettre montre à la fois le retentissement dans toute la France du drame de Hautefaye, l’inquiétude que son récit suscite, et son inscription dans le climat général d’oppression douloureuse des commencements de la guerre franco-allemande de 1870-1871.

 

  1. Alain Corbin, Le Village des cannibales, 1990, Aubier, p. 7. []