Archives de catégorie : 2 – Pendant la guerre 1914-1918

Haïku

Production épistolaire

La Première Guerre a suscité une énorme production épistolaire et la commémoration du centenaire du conflit a mis à jour de nouvelles lettres. Ces correspondances, publiées ou non, font entendre les voix des combattants et apportent de précieux témoignages sur la vie quotidienne, l’état d’esprit, les souffrances et les espoirs de ces hommes jetés dans une guerre qui s’éternise, sur la nature des liens nécessaires qui les attachent à leurs affections et leurs existences antérieures .

L’une des singularités du corpus des lettres de la famille Mertzdorff-Froissart est que, pendant la guerre de 1914-1918, il ne comporte pas de lettres du front1. Les lettres conservées sont écrites par la mère et, plus rarement, par le père, donnant maints détails sur la vie à l’arrière, que ce soit à Paris ou dans le Pas-de-Calais. Pourtant, les quatre fils et les deux gendres du couple des épistoliers sont mobilisés – pas tous sous le feu. Il est possible que des lettres de ces jeunes hommes soient conservées dans d’autres archives familiales auxquelles nous n’avons pas eu accès.

Cette période, qui marque une rupture dramatique pour tant d’hommes et de femmes, a suscité la publication d’une multitude de textes de tous genres : romans, témoignages, mémoires, pamphlets, chansons, réflexions philosophiques, etc. Poésies aussi, dont la forme la plus inattendue, peut-être, est celle des haïkus.

Haïkus

Soir de bataille
au loin, les canons…
Tout près, les blessés.2

Ce haïku anonyme a été retrouvé dans la correspondance de René Maublanc (1891-1960). Ce philosophe, homme de lettres, co-fondateur en 1926 de la Revue franco-nipponne, a œuvré par ses écrits et conférences à la diffusion de la culture japonaise en France. Le mouvement artistique du « japonisme » se développe en Europe depuis la fin du XIXe siècle, dans les domaines de la peinture et de la littérature. Les premières traductions en français de haïkus paraissent en 1902, bientôt suivies de la publication de courts poèmes écrits directement en français. Au Japon, les haïkus acquièrent leur statut de genre poétique autonome, reconnu et apprécié, au XVIIe siècle avec Bashô (1644-1694). Ils sont constitués habituellement de trois vers de 5, 7 et 5 syllabes ; une rupture les rythme, à la fin du premier ou du deuxième vers. Leur inspiration, attentive au temps suspendu, à l’instant, « saisit le merveilleux tapi au cœur de l’ordinaire, l’absolu au cœur du relatif, le sacré au cœur du quotidien3 ». La forme traditionnelle parfois s’assouplit et l’expérience poétique peut être brutalement balayée par la dureté du présent.

Une lettre/un haïku

Pas de lettre de soldat dans le fonds Froissart, disions-nous, sauf une : celle de Pierre Froissart, alors éclaireur et agent de liaison, recopiée par sa mère :

Je vais très bien, mais je l’ai échappé belle encore une fois. Je n’avais presque pas dormi de la nuit (8 ordres à porter successivement) de sorte qu’étant libre vers 4 heures je vais me coucher pour dormir une heure avant la soupe.
Je suis réveillé par une explosion formidable accompagnée dans la chute des carreaux et d’une fumée abondante. C’était un obus de 220 qui venait de tomber dans la maison. J’ai couru aussitôt voir s’il n’y avait pas de blessés. Personne n’était tombé, pas même les chevaux qui étaient attachés au mur du bâtiment où l’obus était tombé. Du coup nous sommes descendus dormir dans les caves, mais notre cuisine-salle à manger est restée là-haut. Malheureusement tous nos carreaux sont cassés, ce qui nous vaut pas mal de courants d’air. (Lettre de Pierre Froissart, recopiée par sa mère, 13 novembre 1914)

*
Terrés dans nos cagnas.
L’ouragan de fer
Ne nous atteindra guère.

Julien Vocance4

Le poète Julien Vocance (1878-1954), l’un des premiers, fait connaître les haïkus en France. Et, sergent pendant la Première Guerre, il en rédige lui-même.

***

Si « au bord du rien, le haïku se satisfait de peu »5, il sait aussi, avec peu de mots et alors que rien ne le laissait attendre, dire l’énormité et l’atrocité de la guerre :

Dans un trou du sol, la nuit,
En face d’une armée immense,
Deux hommes.

Julien Vocance

*

Ils étaient six dans la cave.
On sait qu’ils y sont encore.
Mais où est la cave ?

René Druart6

*

 

  1. Voir le billet « 1914 ». []
  2. En pleine figure. Haïkus de la guerre de 14-18, anthologie établie par Dominique Chipot, Éditions Bruno Doucey, 2013, p. 19. Les éléments biographiques qui suivent sont empruntés aux « Notices biographiques » de cet ouvrage. []
  3. Le Goût des haïkus, textes choisis et présentés par Franck Médioni, 2012, Mercure de France, p. 11. []
  4. Haïkus de la guerre de 14-18, op cit., p. 107. []
  5. Franck Médioni, op. cit, p. 23. []
  6. René Druart, industriel et poète, collaborateur et directeur de revues littéraires, décédé en 1961. []

Jeu de piste

Dans cette famille de la bourgeoisie1, les personnes qui travaillent au service des épistoliers sont présentes dans leurs lettres ; mais elles n’apparaissent le plus souvent qu’en silhouettes. On voit passer en arrière-fond une bonne « partant le samedi au lieu du lundi », la « bonne allemande » employée autrefois par des amis, ou s’esquisser un cercle de femmes débordantes de sympathie patriotique, « conversant, s’exclamant, compatissant, encourageant mais ne faisant pas leur ouvrage » (lettre du 8 janvier 1917). Cuisinières et jardiniers ont parfois un prénom (Françoise, Marie, Georges) ou un surnom (Nounou), rarement un nom. Lorsque celui-ci est mentionné, il paraît d’autant plus opportun de chercher à identifier précisément la personne. C’est ce qui a été tenté lorsque « Mme Chérifat » est apparue – ou plutôt lorsque son absence est soulignée : « pas encore de Chériffat dans la maison » (20 septembre 1917) ou « Mme Ch. est toujours absente » (14 octobre 1917).

  • Un mariage

La première piste suivie est celle du mariage (puisqu’on l’appelle « Madame ») et la première hypothèse, celle d’un mariage parisien (puisqu’elle travaille rue de Sèvres à Paris), se révèle fructueuse. L’état-civil de la capitale est mis en ligne2 et consultable gratuitement. Le caractère peu fréquent du nom rend la démarche possible. Pour une « Mme Chevalier », elle était vouée à l’échec. Les tables décennales signalent le mariage de Isidore Auguste Chérifat le 18 mai 1912 (dans le 6e arrondissement). Pour cette période-là, postérieure à 1903, les actes eux-mêmes (mariages et naissances) sont inaccessibles ; seuls les actes de décès, de 1903 à 1945, sont disponibles en ligne.

  • .Un décès

Ce mariage, que j’ai d’abord cherché dans des tables antérieures (car j’imaginais que l’appellation de « Madame », appliquée à une salariée, n’était pas employée pour une personne toute jeune), se révèle relativement récent ; je formule alors une deuxième hypothèse : le marié est assez jeune pour avoir été mobilisé. Tant d’hommes ont été tués pendant la Première Guerre qu’une visite au site « Mémoire des hommes », base de données des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale sur le site du Ministère de la Défense3 s’impose.

Un seul « Chérifat » figure dans le fichier : Isidore Auguste, même prénom que le marié, et inscrit au bureau de recrutement de la Seine. Il était sapeur au 5régiment du Génie. Il est mort à l’hôpital temporaire de Dijon, d’une double pneumonie infectieuse. La fiche donne la date et le lieu de sa naissance : le 30 mai 1882 à Nantes.

  • Une naissance

Le jeu de piste se poursuit grâce à l’état-civil en ligne de la ville de Nantes4. L’acte se trouve dans le registre du 3e canton de Nantes. Le 30 mai 1882 un médecin, le docteur Marie Jean Charles Choux, se présente devant l’officier de l’état-civil et déclare la naissance du petit Isidore Auguste, fils de « Élisabeth Chérifat, lingère, célibataire, âgée de vint-cinq ans, née à Alger (Algérie) fille de père et mère inconnus », « accouchée en sa demeure sise rue d’Erdre ». Ainsi le marié repéré à Paris en 1912 n’est pas l’époux de Mme Chérifat, mais son fils. Les mentions marginales de cet acte de naissance confirment le mariage à Paris en 1912 du fils Isidore Auguste et précisent le nom de l’épouse : Joséphine Alexandrine Bessaque.

  • Pour continuer : une naissance et un décès

Un retour aux tables décennales parisiennes apporte deux nouveaux éléments au cycle de vie de cette famille. Une naissance : celle en 1913 de Pierre Alexandre, fils d’Isidore Auguste Chérifat et de Joséphine Alexandrine Bessaque. Un décès : celui de « Mme Chérifat », en 1926.

  1. Voir le site S’écrire au XIXe siècle. []
  2. http://canadp-archivesenligne.paris.fr/archives_etat_civil/ []
  3. http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/article.php%3Flarub%3D24%26titre%3Dmorts-pour-la-france-de-la-premiere-guerre-mondiale []
  4. Archives municipales de Nantes http://www.archives.nantes.fr/PAGES/ENLIGNE/etat_civil/etat_civil.htm. []

Verdun 1916

En contrepoint des nombreux articles et manifestations qui commémorent Verdun, cette « passion française »1, il a paru intéressant de citer les lettres écrites à cette époque-là par Émilie Mertzdorff-Froissart et Léon Damas Froissart. Ils résident habituellement à Paris, parfois dans leurs propriétés du Pas-de-Calais : ce ne sont donc pas des témoins directs de la bataille. Mais ils sont affectés par les événements, car leurs quatre fils et leurs deux gendres sont mobilisés, certains à Verdun. Et Léon Damas Froissart, 64 ans, commente la situation en militaire de carrière (il était commandant dans l’artillerie). Seules les lettres à leur plus jeune fils sont publiées2.

L’offensive allemande sur Verdun débute le 21 février 1916. Le 24 le front français cède, mais l’attaque est bloquée le 25. Dès le début, l’enjeu est perçu par Émilie Mertzdorff-Froissart qui interroge : « Que dis-tu de la grande bataille de Verdun ? »   (lettre à son fils du 26 février 1916). C’est pour (se) rassurer aussitôt :

Guy [son gendre], oui Guy, a rapporté du ministère où il va souvent comme auxiliaire de M. Toussaint, des nouvelles fort encourageantes : on envisage cette offensive allemande comme une très heureuse chose car leurs pertes ont été immenses, tandis que les nôtres sont assez restreintes, relativement !… On a craint assez sérieusement un encerclement qui nous aurait fait perdre beaucoup de monde et c’est pour l’éviter qu’on a reculé un peu. (26 février 1916)

Cet optimisme retombe vite.

Inquiétudes maternelles

Les allemands attaquent de nouveau le 6 mars et l’inquiétude gagne. Émilie Mertzdorff-Froissart s’alarme pour ses fils Pierre et Michel :

J’ai reçu hier une lettre de Pierre (datée de Samedi) qui devait être envoyé à son groupe, près de Verdun, 4 jours après ; ce sera donc demain ou après-demain, je pense, et la douce quiétude dans laquelle nous vivions va être bien finie. On dit que l’artillerie a beaucoup souffert là-bas aussi n’est-il pas étonnant qu’il y ait beaucoup d’officiers à remplacer. (13 mars 1916)

J’ai une carte de Michel du 8 qui change de place […] Sa dernière position était tellement marmitée qu’il n’en pourra, dit-il, avoir une pire. (16 mars 1916)

Elle relaie les inquiétudes des proches parents et des amis :

Laure [Froissart, épouse de Jules Legentil] sait son mari à Verdun, elle est très inquiète. (8 mars 1916)

T’ai-je dit aussi que Laure est très inquiète de Jules qu’elle sait à Verdun. (11 mars 1916)

Mme de Compiègne que Made a rencontrée il y a quelques jours paraissait très inquiète d’Hubert qui était par là et dont elle n’avait pas de nouvelles depuis 3 semaines. Lui aussi est dans l’artillerie. (13 mars 1916)

Émilie Mertzdorff-Froissart s’attend à « une longue série de malheurs » :

L’Artillerie a beaucoup souffert dans la bataille de Verdun. Le 1er Corps en particulier a été très éprouvé, aussi allons-nous sans doute apprendre une longue série de malheurs : Allaud n’a pas donné de nouvelles depuis plus d’un mois. Il était à la bataille de Verdun. (26 mars 1916)

Et en effet les proches, blessés, morts et disparus à Verdun, sont régulièrement mentionnés dans les lettres :

Laure nous a appris la mort de son beau-frère Paul, le brasseur des environs d’Arras, qui était au 84e lourd et a été tué d’un éclat d’obus à la tête près de Verdun. Elle n’ose pas apprendre cette triste nouvelle à Jules qui est dans les mêmes parages. Lorsque Laure a écrit elle avait de ses nouvelles du 7 ; il était en alertes continuelles. (18 mars 1916)

Le nombre des décès militaires à Campagne augmente toujours et aussi celui des prisonniers (Léon Damas Froissart, 29 mai 1916)

On n’est pas sans inquiétude sur le lieutenant Le Gallais qui aurait disparu à Verdun. Guy C.D. a vu une fiche par laquelle on demande aux « Nouvelles du Soldat ». (Léon Damas Froissart, 3 juin 1916)

Nous avons appris ce matin la mort d’Allaud qui, fait prisonnier à Verdun, vient de succomber aux suites de ses blessures. (7 juin 1916)

Hier visite de Mme Eloy et sa fille qui sont à Dourdan (Seine et Marne) auprès d’Henry Eloy, sergent au 7e sévèrement blessé à Verdun. Il s’en tirera. (Léon Damas Froissart, 10 juin 1916)

Lina [une de leurs employées] vient de perdre son frère tué près de Verdun. C’était l’unique garçon de la famille ! (4 septembre 1916)

Stratégie paternelle

Léon Damas Froissart fait le point pour son fils Louis alors au camp militaire de La Braconne en Charente.

Enfin espérons que les plumes laissées par les boches à Verdun leur ôteront l’envie de venir s’attaquer aux fortifications de Brunehautpré [dans le Pas de Calais] (lesquelles restent en projet) […] à Verdun : ils y ont été très éprouvés, je crois. De Jules Legentil, (qui est à Verdun avec le 1er corps) on a eu de bonnes nouvelles jusqu’au 9 courant […] De Pierre [son fils] aucune nouvelle depuis qu’il a été appelé il y a 6 jours à Verdun […] Degroote [son gendre] écrit qu’il vient de dormir 2 nuits tranquillement après avoir contribué à notre succès sous Verdun où nous devons de « tenir » aux autos puisque le ravitaillement n’aurait jamais pu se faire par les chemins de fer. (21 mars 1916)

Léon Damas Froissart fait allusion à la « Voie sacrée » organisée vers le front pour le ravitaillement. Il précise quelques jours plus tard :

Henry Degroote continue à mener de nombreux convois à Verdun, tout en ayant le temps de souffler maintenant. (13 avril 1916)

Le père, en homme du métier, anticipe des mouvements de troupes, imagine des attaques victorieuses, élabore des stratégies martiales :

L’offensive que les boches méditaient [dans le Pas-de-Calais] pourrait bien s’être reportée sur Verdun par déplacement des troupes destinées à cette partie du front. (Léon Damas Froissart, 29 mai 1916)

La réalité de la guerre n’obéit pas complètement aux vœux de l’officier. En juillet, ce sont les Français et les Britanniques qui tentent une offensive sur la Somme ; c’est un échec mais des renforts allemands sont dirigés vers ce secteur où les combats continuent. À l’Est, le 4 juin, l’armée russe perce les lignes austro-hongroises. Cependant, les attaques allemandes se poursuivent autour de Verdun.

A défaut d’autres événements heureux (d’un refoulement des boches sur quelques km de profondeur à Verdun, de l’entrée en action de ton ami les Roumains, à l’entrée des Russes à Constantinople, d’un vaste noyade de la flotte boche), événements qui nous auraient peut-être fait oublier que tu venais de nous quitter pour aller reprendre la suite de tes opérations à la Braconne, ta lettre du 29 mai est venue heureusement combler un vide. (Léon Damas Froissart, 3 juin 1916)

Le 21 octobre, le maréchal Joffre lance une contre-offensive à Verdun et le fort de Douaumont, disputé depuis des mois, est repris le 24 octobre. Léon Damas Froissart s’en réjouit, quoique tourmenté pour la vie de ses fils :

Enfin le grand succès auquel a été appelé à collaborer ton frère Michel à Verdun, le plus grand succès depuis la Marne est peut-être en étroite relation avec le concours que les assiégeants de Verdun vont probablement aller donner aux Bulgares et aux Autrichiens.

Il nous écrit le soir du 24 que son cœur a quelque peu palpité et qu’il est vivant. Hélas à des succès comme celui-là il y a un envers de la médaille, ce sont de grosses attaques à prévoir pour rattraper le prestige perdu, attaques qu’il faut recevoir sans avoir de puissants abris organisés et dans lesquelles l’artillerie de campagne qui, seule, pour suivre doit tirer à ciel ouvert et écoper. (Léon Damas Froissart, 28 octobre 1916)

***

Plus que les autres, la bataille de Verdun est nommée et commentée dans les lettres du couple Froissart. Elle qui fit tant de morts en 1916 cristallise à juste titre les inquiétudes des contemporains : plus de 300 000 tués et disparus (163 000 Français et 143 000 Allemands), plus de 400 000 blessés.

  1. « Verdun, une passion française » titre du dossier du Monde, 29-30 mai 2016. []
  2. Voir le site : S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale. []

Annoncer une naissance

Quelques mois après l’annonce en confidence de la grossesse, secret partagé d’abord avec les plus proches, le bébé arrive et la nouvelle de sa naissance est alors proclamée dans un cercle qui excède celui des intimes et de la famille. Comme le billet précédent « Annoncer une future naissance », celui-ci se nourrit d’une communication de Catherine Rollet (« Une histoire d’annonces. Temporalités et manières de faire d’hier à aujourd’hui »1) et des lettres familiales du site « S’écrire au XIXe siècle ». Après l’annonce de la grossesse, des questions semblables se posent lors de la naissance : comment annonce-t-on l’événement par lettre ? Qui écrit ? À qui ? À quel moment ? Quels sont les mots employés ? Sur un siècle de correspondances perçoit-on des modalités différentes ?

Les mots pour le dire

  • L’annonce par le père

L’annonce de la naissance à ceux qui sont éloignés est rapide et se fait en priorité aux grands-parents du bébé. Au début du XIXe siècle les parents d’Alphonsine, vivant à Paris, sont probablement informés directement et son époux, André Marie Constant Duméril, écrit à ses propres parents :

Mes chers parents, La première chose que j’ai à vous dire c’est l’heureux accouchement de mon Alphonsine. Cet événement a été des plus heureux. hier elle s’est promenée avec moi plus d’une heure et demie au jardin des plantes où elle était allée à pied et d’où elle est revenue de même à huit heures du soir. A minuit, elle a commencé à ressentir quelques douleurs et à 7 heures du matin, le 26 mars, tout était fini sans que j’aie eu besoin d’appeler personne à mon aide. (AMC Duméril à ses parents, 26 mars 1807)

Et l’année suivante :

Mes chers parents, Alphonsine vient d’accoucher très heureusement et m’a rendu père d’un fils. Ses douleurs vives n’ont pas duré deux heures – l’enfant n’est pas très fort : mais il paraît très bien constitué. Il est né à trois heures du matin il en est six et sa mère repose. elle m’a chargé de vous peindre toute sa joie. (AMC Duméril à ses parents, 28 juin 1808)

Michelle Perrot note dans l’Histoire de la vie privée que « la naissance est un acte rigoureusement privé, et féminin, jusque dans son récit et sa mémoire […] La chambre commune, au mieux conjugale, en est le théâtre, dont les hommes sont exclus, médecin excepté »2. André Marie Constant Duméril, père et médecin, occupe une place singulière ; il peut donner des détails sur l’accouchement, qu’il a pratiqué lui-même, au moins en 1807.

Si la naissance est un acte féminin, son annonce est souvent une prérogative masculine. Lorsque les foyers sont éloignés, la mère de l’accouchée vient souvent s’installer quelques semaines au chevet de sa fille. Ainsi, deux générations plus tard, Félicité Duméril séjourne auprès de Caroline Duméril-Mertzdorff en Alsace. Mais l’annonce se fait d’abord entre hommes : le père, Charles Mertzdorff, écrit à son beau-père resté à Paris : la mère se repose et la grand-mère sans doute « brisée par l’émotion », comme l’expriment les lettres fictives, ne peut prendre la plume.

  • La diffusion de la nouvelle

Par relais successifs, la nouvelle de la naissance se répand  :

Chère Tante, je vous annonce et vous prie d’annoncer à nos chers parents l’arrivée en ce monde d’un nouveau neveu (14 juillet 1807, naissance d’Alfred Say)
Veuillez bien instruire mon oncle Duval et mes cousins et cousines Duval, Delamothe et Duquesnel auxquels je me propose d’écrire dans un autre moment (AMC Duméril à ses parents, 26 mars 1807)
Veuillez faire part de cette bonne nouvelle à mon oncle et à mon cousin Duval et à leur famille (AMC Duméril à ses parents, 28 juin 1808)

La domesticité est associée à l’événement :

 Dites aussi à Caroline en l’embrassant vivement comme nous voudrions le faire que les domestiques ont pris une vive part à la nouvelle qu’ils ont apprise (AMC Duméril, à Paris, à l’époux de sa petite-fille, en Alsace, 17 avril 1859)

  • Au XXe siècle

Au début du XXe siècle le fonds d’archives donne accès à certaines lettres des grands-parents mais pas à celles des parents. Les citations suivantes sont extraites de lettres du couple Froissart (les grands-parents) à leur plus jeune fils, célibataire, oncle des nouveaux-nés. La période de la guerre influe sur vocabulaire employé : le registre est volontiers guerrier, avec des mots comme « canon », « vaillance » ou « conscrit ».

Je pense que tu es heureux et fier de savoir que le nom de Froissart a un nouvel héritier. J’augure très bien de ce Jacques II arrivé au bruit du canon et qui aura, avant de voir le jour, participé à la vaillance de sa mère dans les tristes jours qu’elle a traversés depuis 3 mois. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 23 novembre 1914)
un nouveau conscrit de la classe 36 est arrivé cette nuit, un peu plus tôt qu’il ne s’annonçait, mais tout va bien. Il a nom Hubert et t’envoie ses respectueux hommages auxquels je joins mille amitiés. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 14 octobre 1916)

Catherine Rollet relève un trait marquant de notre époque dans les familles urbaines et dotées d’un capital culturel élevé : « le souci d’associer l’enfant déjà né, lorsqu’il existe, à l’aventure d’une nouvelle naissance. Les parents sont préoccupés par les réactions du fils ou de la fille aînée et prêtent une grande attention à son comportement, de façon à prévenir toute forme de rejet et à favoriser le lien fraternel. » Dès le début du XXe siècle l’attention accordée aux relations interpersonnelles au sein de la famille est perceptible :

Ta lettre a précédé de deux heures ce matin l’arrivée de la petite Odile qui a fait son entrée en ce monde à 11h ¼. Tout s’est bien passé et c’est toujours un gros soulagement quand on voit bien arrangé dans son berceau un petit enfant très bien fait et bien vivant. J’ai l’impression qu’elle ressemble beaucoup à notre Suzette [une sœur aînée décédée], mais Lucie [la maman] a eu une petite déception de n’avoir pas le garçon rêvé. Henri [le papa] en a une aussi, mais elle est effacée par la satisfaction du fait accompli. Quant à Geo [le frère de 5 ans], il est très vexé car il avait toujours demandé un petit frère dans ses prières, contrairement à sa sœur [Geneviève, 4 ans]. « C’est parce que Vève a été au salut qu’elle a une petite sœur, eh ! bien maintenant j’irai au salut et je prierai et j’aurai aussi un petit frère ! » Ainsi la pauvre Lucie n’a pas fini. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 21 mars 1917)

Les moyens de l’annonce

  • Dépêche télégraphique et télégramme

Les annonces citées plus haut sont faites par lettres. Mais, dans cette famille de la bourgeoisie aisée, les moyens modernes sont mobilisés au fur et à mesure des progrès techniques :

Constant avait écrit à toutes les personnes qui portent à notre famille le plus d’intérêt et nous avons su que la dépêche télégraphique, qui avait été expédiée en duplicata, était parvenue à leur adresse (17 avril 1859)

Le manuel de la « baronne Staffe », plusieurs fois réédité, propose à la fin du XIXe siècle des modèles de télégrammes3 :
un jeune père à sa mère : « Laurence heureusement délivrée tout à l’heure d’un superbe garçon. Tout va bien. Je t’embrasse. »
à son beau-père : « Laurence heureusement accouchée d’un garçon magnifique. Vont bien. Affections. »
à son beau-frère : « Avons un beau garçon et Laurence va très bien. Amitiés. »
à une amie : « Heureux de vous apprendre que nous avons un fils. Laurence va bien. Respects affectueux. »

Blanche Staffe donne également un modèle de faire-part de naissance4 : « Le baron de Seillac, capitaine au 40° bataillon de chasseurs à pied, et la baronne de Seillac, ont la joie de vous faire part de la naissance de leur fils Jean-Robert-Georges-Henri. » Les modèles de réponses suivent, sur des cartes de visite. Évidemment ces épistoliers fictifs ont des titres, des noms à particule et des fils plutôt que des filles ! Les archives Duméril-Mertzdorff-Froissart ne semblent pas conserver de faire-part de naissance.

  • Faire-part dans la presse

Au cours du XIXe siècle, une rubrique spéciale est créée dans les journaux où les annonces de naissances se multiplient : la mère est nommée par son nom de jeune fille, le nouveau-né est sexué, mais son prénom n’est donné qu’au XXe siècle. C’est bien ainsi que la naissance d’Odile Degroote (une petite-fille des Froissart) est annoncée dans le « Carnet du Jour » de l’Écho de Paris daté du 23 mars 1917 : « Mme Henri Degroote, née Froissart, a mis au monde, à Paris, une fille, Odile. »

Annonce de la naissance d’Odile Degroote dans l’Écho de Paris (23 mars 1917)
Annonce de la naissance d’Odile Degroote dans l’Écho de Paris (23 mars 1917)

 

 J’ai recherché et trouvé cette annonce après avoir lu une carte-lettre d’Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils mobilisé (un oncle du bébé) :

Mon cher Louis, Tu seras content de savoir que nous allons tous bien […]. Nous n’avons aucune nouvelle de Pierre [au front] qui n’a pas écrit depuis qu’il a une nouvelle nièce. Ne l’aurait-il pas appris par l’Echo avant de recevoir ma lettre  ? (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, 31 mars 1917)

En cette période de guerre, les annonces dans les journaux sont amenées à relayer les lettres, non seulement auprès de relations et connaissances, mais également au sein de la famille proche dispersée.

***

L’enfant nouveau-né est d’abord accueilli par la famille, dont les lettres disent toute l’affection :

C’est dans toute la joie de la famille que je viens aujourd’hui vous remercier de la bonne et excellente lettre que nous attendions et qui nous comble de satisfaction. Nous étions réunis, quand nous avons reçu Vendredi à neuf heures, la nouvelle de l’heureuse délivrance de Caroline. quelle émouvante et douce annonce ! (Le grand-père, AMC Duméril au nouveau père, 17 avril 1859)

Ensuite l’enfant acquiert une existence sociale par l’attribution officielle d’un nom. Michelle Perrot remarque que, à la différence de la naissance qui est affaire de femmes, « la déclaration à la mairie, cette donation du nom […] est au contraire le fait du père »5. En 1916, le père étant mobilisé, c’est le grand-père qui se charge de la démarche :

J’ai déclaré ce matin à la mairie du VIIe Hubert Colmet Daâge. Amitiés D. (Carte de Léon Damas Froissart, grand-père de l’enfant, à son fils, 16 octobre 1916)

Puis l’enfant prend sa place dans la communauté religieuse de ses parents – dans cette famille, par le baptême catholique :

Made va très bien. Son fils [Hubert Colmet Daâge] aussi ; il crie, il tète, il dort d’une façon satisfaisante. On le baptise demain, Elise et Christian marraine et parrain. (Emilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 16 octobre 1916)

Sur le baptême, un moment fort de la vie dans la famille Mertzdorff-Froissart, nous reviendrons.

  1. Catherine Rollet, « Une histoire d’annonces. Temporalités et manières de faire d’hier à aujourd’hui », communication prononcée lors du colloque « Du sud au nord : naître hier, aujourd’hui, ici et ailleurs » du 2 au 4 mai 2013, Saint-Denis de La Réunion, à paraître. []
  2. Michelle Perrot, « Figures et rôles », dans Histoire de la vie privée – 4, Seuil, 1987, p.152. []
  3. Blanche Staffe, La correspondance dans toutes les circonstances de la vie, L. Chailley, Paris, 1895, p.138 [numérisation BNF-Gallica]. []
  4. Blanche Staffe, Id. p.155. []
  5. Michelle Perrot, Id. []

L’Ensignette

Capture-Ensignette

« Michel désire avoir du papier hygiénique et des pellicules Ensignette dont tu trouveras une boîte vide sur mon bureau. Tu pourrais lui envoyer cela. »

Michel, l’un des fils de l’auteure de la lettre, est au front ; papier hygiénique et « pellicules Ensignette » garniront donc l’un des nombreux colis qu’il reçoit1.

« Ensiguette » ? « Ensignette » ? J’ai hésité en découvrant le mot dans la lettre du 8 mai 1915. Une recherche sur l’Internet m’a vite appris que l’Ensignette est un appareil photographique.

Catalogue de J. Fleury-Hermagis, opticien, 18 rue Rambuteau, 1914
Catalogue de J. Fleury-Hermagis, opticien, 18 rue Rambuteau, 1914 (©La collection d’appareils photo anciens et de photographies anciennes par Sylvain Halgand 1999-2015)

Les nombreuses versions de ce petit appareil, conçu par un ingénieur suédois, sont fabriquées en Grande-Bretagne par Houghton. Il est mis en vente peu avant la guerre et séduit tout de suite le public. Le succès de l’Ensignette incite Kodak à produire, à partir de 1912, le format de film spécifique à cet appareil. Ce sont ces pellicules spécialement adaptées que recherchent les Froissart pour leur(s) fils au front.

L’Ensignette est un grand succès commercial parce qu’il s’agit du premier appareil relativement bon marché, de taille réduite, que chacun peut avoir sur soi et utiliser facilement. La guerre venue, la réclame le présente comme « a soldier’s camera ». C’est bien ainsi que l’un au moins des fils Froissart mobilisés, Michel, l’utilise. Jeanne, la bonne, est envoyée « faire la tournée » des boutiques parisiennes « pour tâcher d’avoir des pellicules Ensignette pour le petit appareil Kodak » (27 septembre 1915). Elle se rendra :

90 rue du Bac où l’on doit m’en garder 6 rouleaux quand on en recevra,
142 Boulevard Saint Germain
5 Avenue de l’Opéra chez Kodak.
(lettre du 27 septembre 1915)

Avisée, Émilie Froissart précise :

J’en voudrais 12 rouleaux et plus si on en trouve car elles ne feront qu’enchérir. Il y en aura 6 pour Michel qui les attend depuis longtemps et 6 pour M. Martin qui me renvoie 5 rouleaux à développer. (27 septembre 1915)

Je ne sais pas si des photos du front prises par Michel Froissart ont été conservées. Ni ce qu’elles représentaient. Ces photos étaient-elles à usage strictement familial ? Ou bien étaient-elles aussi destinées à être publiées, puisque dès 1915 la presse sollicite les soldats amateurs par des concours rémunérés ? Dans ce cas, les images seraient plus brutales. Pour l’historienne des images de la violence extrême dans les médias Joëlle Beurier2 la demande des journaux modifie la pratique photographique : « action, souffrance, mort, les facettes les plus réalistes de la guerre apparaissent soudainement », dans les pages du Miroir en particulier. À l’inverse, « la grande majorité des photographes sur le front ne recherche ni le sensationnel ni le morbide, ni même la mort » et « les corpus non publiés se révèlent beaucoup plus figés, tournés principalement vers la quotidienneté et l’humanité de la vie au front. ». Que saisissait l’objectif de l’Ensignette de Michel Froissart ? Les images banales d’une vie « normale » pour continuer d’entretenir avec sa famille des relations empreintes de familiarité, ou des images exceptionnelles ?

 

  1. Voir le billet : « Des colis au soldat – 1916 ». []
  2. Joëlle Beurier, « L’apprentissage de l’événement », Études photographiques, n° 20, juin 2007, mis en ligne le 19 septembre 2008. []

1917, des pénuries pour qui?

Après la parution du billet « Des colis au soldat (1916) »  une amie me signale le livre de Silvano Serventi, La Cuisine des tranchées1, qui m’incite à revenir sur ce thème. Non, ce n’est pas un livre de cuisine, bien que l’auteur, qui a publié par ailleurs des recettes médiévales2 cite quelques façons d’accommoder le bœuf (en soupe grasse ou à l’étouffée) relevées dans le Bulletin des armées de 1915 ou de préparer la bouillabaisse comme un pêcheur de Palavas. De la généralisation des cuisines roulantes à partir de 1915 (alors que les Allemands disposaient de ce système depuis le début de la guerre)3 à l’opération « patriotique » des vignerons du Midi qui offrent aux armées 200 000 hectolitres de vin à l’automne 19144, opération qui lance la distribution par l’armée de rations de vins de plus en plus grandes, de l’effort non seulement humain mais aussi agricole demandé aux colonies pour produire en particulier sucre et huile5,  jusqu’au développement des conserveries en France6, ou à l’organisation du réseau des « stations magasins » qui regroupent, conditionnent et entreposent les vivres7, l’ouvrage foisonne de larges mises en perspective. La documentation puise également dans les écrits personnels des combattants et de leurs proches, auxquels les lettres de la famille Froissart font parfois écho. Dans ce tableau aux multiples plans brossé par Silvano Serventi, maints détails de la correspondance familiale prennent place et sens. Voici quelques éléments, tirés plus particulièrement des dernières lettres mises sur le site (lettres du printemps 1917), rassemblés autour de deux points : des pénuries plus ou moins partagées et de possibles solidarités.

Les pénuries

 « La vie à Roubaix pendant l’occupation allemande » (détail). Avec l’aimable autorisation de S. Serventi et de son éditrice
« La vie à Roubaix pendant l’occupation allemande » (détail). Avec l’aimable autorisation de Silvano Serventi et de son éditrice

  Ces trois vignettes8 introduisent ici sur le mode humoristique le thème des pénuries, thème souvent dramatique puisqu’elles affectent jusqu’à la famine une partie de la population. Sur la gravure, les années passant, la soupe et le pain gris remplacent chez un couple bourgeois la volaille rôtie d’avant-guerre, et le pot à eau la bouteille de vin ; la table se dépouille de son apparat, la bonne disparaît du décor, le chien aussi. Rien de tel semble-t-il chez les Froissart, qui se partagent entre le nord de la France et Paris. La fréquence, la variété et le luxe des colis envoyés en 1916 se retrouvent dans ceux de 1917. Émilie Froissart récapitule pour son fils, qui est au front comme téléphoniste :

Je regrette que les colis soient si lents à t’arriver. Je n’ai pas assez compté avec ces longs délais, et je crains que certaines choses n’arrivent pas en bon état, le veau notamment. J’ai eu aussi une idée malencontreuse, me dit Michel, en t’envoyant des camemberts et surtout sans doute du pain complet et de la langue en sandwichs ! Le 12 je t’ai envoyé un morceau de bœuf mode aux carottes en gelée fait par Bertha.
le 13, ½ livre de beurre frais
le 16 une boîte de 40 tablettes de chocolat et les sandwichs
le 17 un fromage de Hollande en boîte de fer blanc et une noix de jambon et du lait sucré
aujourd’hui 19 un saucisson et un autre colis contenant 6 œufs frais et du beurre. Les œufs viennent d’arriver de Brunehautpré.  (19 avril 1917 )

Il serait fastidieux de répéter le contenu des colis qui se succèdent, on le voit, à un rythme soutenu. Notons l’envoi de sardines « pour le Vendredi Saint » (4 avril 1917) au moment où l’entreprise Saupiquet de Nantes fournit à l’armée des millions de boîtes de conserves, et celui de camemberts, un fromage qui se diffuse alors largement hors de sa Normandie d’origine.

En 1917, les ressources agricoles sont amoindries par plus deux ans de guerre, les réserves souvent épuisées et les importations rendues plus difficiles par l’efficacité de la guerre sous-marine menée par les Allemands contre les navires anglais en particuliers9. Le ravitaillement est un problème quotidien pour de nombreux citadins : les prix augmentent malgré la fixation d’un prix maximum pour la viande congelée (avril 1916), le sucre (mai 1916), les pommes de terre (septembre 1916), le beurre et le lait (février 1917)10. Les premières cartes de rationnement sont instaurées pour le sucre en janvier 1917, puis pour le pain. Diverses mesures sont prises, dont la fermeture deux jours par semaine de magasins d’alimentation : les pâtisseries (février 1917) puis les boucheries (avril 1917) ; à cette date, le soir sans viande est institué11. Un écho de ces mesures s’entend dans les lettres :

Je t’ai expédié hier un peu de beurre de Dommartin, un peu de chocolat que j’avais ici, car le Mardi et le Mercredi toutes les boutiques sucrées sont fermées et la vente du chocolat interdite même dans les épiceries. (4 avril 1917)

Mais ces restrictions ne font qu’effleurer la famille :

 déjà on nous exhorte à ne plus manger de viande le soir et à nous passer de pâtisserie 2 fois par semaine. Si j’avais voix au chapitre, je restreindrais bien plus encore la confiserie, la pâtisserie qui consomment beaucoup de sucre. (3 mai 1917)

Restriction sur le sucre d’autant plus facile à proposer qu’elle avoue quelques jours plus tard, en bonne maîtresse de maison satisfaite de « l’abondante promesse de fruits » dans la propriété du Pas-de-Calais :

 J’ai dans ma petite mansarde un gros sac de sucre qui me rassure sur l’emploi qu’on en pourra faire et je pourrai remonter amplement la provision de comportes et de confitures. » (29 mai 1917)

Les solidarités

La correspondance que les Froissart adressent à leur fils n’est pas le meilleur observatoire des solidarités entre les combattants. Cependant certains passages des lettres suggèrent des pratiques de partage.

  • Les colis envoyés

Les Froissart envoient des colis à quelques amis de leurs fils, et pour certains ce supplément est une nécessité :

J’ai reçu une lettre de lui hier. Il accepte mon offre de le ravitailler, comme je le fais pour toi ; il avoue qu’il a faim. (Émilie Froissart à son fils, 15 avril 1917)

  • les colis partagés

Louis a-t-il mangé en solitaire les 40 tablettes de chocolat envoyées le 16 avril ? Une telle quantité appelle le partage. Une autre lettre (malheureusement l’encre a brouillé l’écriture, rendant le paragraphe presque illisible) suggère peut-être une dégustation commune de saucisson dans la « cagna » pour fêter l’entrée en guerre des Américains (8 avril 1917). Hors cette correspondance familiale, mémoires, lettres et récits témoignent que les soldats les mieux approvisionnés font profiter leur entourage des bonnes choses qu’ils reçoivent.

  • Le réchaud à alcool

Le réchaud à alcool est mentionné plusieurs fois, qu’il soit reçu dans un colis ou bien laissé par un frère mobilisé qui change d’affectation. Partout sur le front les soldats se plaignent de la nourriture, souvent peu appétissante et qui arrive froide. Ils soulignent l’amélioration des repas et le réconfort apporté par une boisson chaude lorsqu’un camarade possède l’un de ces réchauds. Il est probable que l’entourage de Louis, qui est mieux nanti, profite de cet amélioration.

  • « Cantine coopérative » et « réserve »

Dans une lettre du 22 février 1917, le père reprend une description de son fils : « Tu nous révèles l’existence d’une cantine coopérative qui fait rêver ! ». En l’absence des lettres du fils, il est difficile d’en savoir plus. En quoi cette cantine de guerre est-elle différente de  celle, ordinaire, de la caserne? Son fonctionnement implique-t-il une aide mutuelle? Et l’emploi de la « Réserve » évoquée dans la suite de cette lettre reste opaque :

je t’envoie inclus 500 F dont tu affecteras la partie que tu jugeras bon à la Réserve […]  (300 F pour la Réserve sont sans doute suffisants ?)

Il semble donc que 300 francs seront versés à ce qui est peut-être une cagnotte collective (pour fixer un ordre de grandeur : un ouvrier gagne 5 francs par jour). De toute façon, si une forme de solidarité est mise en œuvre dans la  « cantine coopérative » ou la « réserve », il ne peut s’agir que de solidarité entre pairs.

***

Parcourant L’Écho de Paris du mois de février 1917 en espérant éclaircir une allusion dans une lettre grâce à la rubrique nécrologique (échec de cette piste-là !), je relève des articles quotidiens sur les restrictions imposées et leur mise en œuvre :

L’Echo de Paris, 22 février 1917 (numérisation Gallica – BNF)

L’Écho de Paris, 22 février 1917 (numérisation Gallica – BNF)Capture-Echo de Paris-1917-02-22-sucre

Pendant la guerre, « plus que jamais, l’assiette est le miroir de la société française dans sa diversité, sa richesse et ses inégalités. » remarque Serventi12. Si les lettres d’une famille bourgeoise qui dispose de bien plus de moyens que la plupart des autres foyers portent cependant les traces des préoccupations générales des Français, les altérations du régime habituel n’affectent pas chacun avec la même intensité. La correspondance des Froissart laisse deviner par contraste combien les différences entre riches et pauvres, entre combattants et populations de l’arrière, entre Paris et le reste de la France, villes et zones rurales, départements occupés et régions éloignées de la ligne du front, combien ces différences sont marquées.

  1. Silvano Serventi, La Cuisine des tranchées. L’alimentation en France pendant la Grande Guerre, Éditions Sud Ouest, Bordeaux, 2014. []
  2. Odile Redon, Françoise Sabban, Silvano Serventi, La Gastronomie au Moyen âge. 150 recettes de France et d’Italie, préface de Georges Duby, Stock, 1991. []
  3. Op. cit. p. 73. []
  4. Op. cit. p. 55. []
  5. Op. cit. p. 83. []
  6. Op. cit. p. 80. []
  7. Op. cit. p. 86. []
  8. Détail d’un document de la collection Joël Picard, op. cit., cahier iconographique p. 7. []
  9. Op. cit. p. 75. []
  10. Op. cit. p. 142. []
  11. Op. cit. p. 143. []
  12. Op. cit. p. 145. []

Des colis au soldat (1916)

Pendant la Première Guerre, les lettres d’Émilie Froissart à son fils Louis mobilisé mentionnent souvent les colis qu’elle lui envoie. Ce thème constitue même, exceptionnellement, l’essentiel du message1 :

 Lettre du 30 août 1916 : une liste de comestibles
Carte-lettre du 30 août 1916 : une liste de comestibles

De nombreux témoignages, lettres et souvenirs, émanant de tous les milieux sociaux, mentionnent l’importance des colis expédiés aux soldats pendant la guerre de 1914-1918 ; leur nombre en effet est énorme: en avril 1915, 150 000 paquets sont envoyés chaque jour vers le front2.

Des envois réguliers et fréquents

  • Importance des colis

Ainsi que le notent Baconnier, Minet et Soler, les « demandes, annonces d’expédition et accusés de réception de colis tiennent une bonne place dans le courrier échangé pendant la guerre de 1914-1918 », et ces envois de biens apparaissent à tous presque aussi importants que les échanges de lettres entre le front et l’arrière3. A titre d’illustration, j’ai pointé ces colis adressés au jeune soldat, alors en formation au camp de la Braconne (près d’Angoulême) au printemps et à l’été 1916. Il semble que le rythme d’un colis par semaine soit habituel pour les familles françaises et Émilie Froissart s’y conforme en général, avec un rythme qui peut varier selon le moment et les circonstances. Elle mentionne des envois les 3, 11, 13, 16, 26 mars, puis les 8, 10, 13, 14 avril, en une succession rapprochée.

  • Un compte précis est tenu :

Tu recevras un colis postal (5août)
Tu dois avoir reçu ton paquet envoyé de Paris le 4, si j’ai bonne mémoire (13 août)

et une grande attention accordée aux avis du soldat (dont nous n’avons pas les lettres) :

Merci des renseignements que tu me donnes pour les victuailles à t’envoyer : je ferai une expédition demain (1er  août)
Tu ne nous réponds pas au sujet du colis postal que je te propose de t’envoyer (16 juin)

Lorsque le calendrier des envois est bousculé (une permission retardée par exemple), le ralentissement est justifié :

Je pensais que tu allais venir aussi je ne t’ai rien envoyé depuis longtemps, je vais te ravitailler (8 avril)

Une circonstance marque bien l’importance des colis : sur l’espace réduit d’une carte qui annonce la mort d’une enfant malade très proche (petite-fille et nièce) Émilie avise également son fils d’un envoi de nourriture, réunissant les deux nouvelles côte à côte, sinon à égalité (19 juin). Comme la plupart des lettres familiales qui tiennent un compte précis des paquets et de leur réception, celles d’Émilie Froissart à son fils Louis en détaillent le contenu, le plus souvent des produits comestibles.

Des envois de nourriture

  • Des provisions variées

Dans les lettres d’Émilie Froissart comme dans celles des poilus du Midi, les vivres constituent l’essentiel des envois. Les parents s’inquiètent de la façon dont se nourrit leur fils, surtout s’il est de santé fragile :

Il faudrait absolument que tu t’arranges pour manger quelque chose avant 11h ½. Ne peux-tu donc pas prendre quelque chose avec le « jus » ? vous avez toujours bien celui-ci en vous levant ? veux-tu des gâteaux secs ? as-tu encore des tablettes de chocolat ? je t’en envoie. (13 août)
Nous pensons qu’on vous surmène le matin et que tu désires avoir en poche au moins du chocolat pour te garnir un peu l’estomac. Ne te détraque pas. (Léon Damas Froissart à son fils, 14 août)

Il faut bien « assouvir l’appétit » de ces jeunes hommes (19 juin) !

Je t’ai envoyé aujourd’hui un morceau de langue (11 mars)
Ta mère t’envoie du lait concentré. (Léon Damas Froissart à son fils, 13 avril)

  • Transport et emballage

Le transport est en général rapide, mais les aliments sont choisis et conditionnés pour en supporter d’éventuels retards ; la charcuterie est commode, ainsi que les conserves et denrées non périssables : saucisson, « pâté de foie » (25 juin), « pâté de lapin anglais » (23 août B), « conserves de viande » (9 juillet), andouille (13 août), « quelques pâtes (nouilles &), des pruneaux » (7 juin)

Je t’envoie un pâté de lapin en boîte qui pourra attendre ton retour si ton départ est prochain. (14 avril)
Tu me diras dans la variété des conserves que je t’ai envoyées quelles sont celles que tu auras trouvées bonnes et qu’il faut renouveler. (25 juin)

Cependant on n’hésite pas à envoyer des produits fragiles, œufs ou fruits :

 Tu trouveras dans le 1er colis 4 bananes, j’espère qu’elles n’auront pas trop mûri en route (9 juillet)

Denrées périssables ou non, un soin particulier est apporté à l’emballage

J’espère qu’il arrivera sans casse grâce à l’ingéniosité de mon emballage (7 juin)
Je suis très confuse d’avoir si mal emballé mon paquet et je te remercie de m’en avertir (5 juillet)
Je t’ai envoyé hier […] un colis postal de 5 kilos bien emballé (9 juillet )

  • Des nourritures symboliques

Ces nourritures, indispensables marques de l’attention et de l’amour familiaux, sont aussi porteuses d’une parcelle du monde « d’avant ». Elles rappellent la maison et apportent un écho des jours anciens lorsqu’on précise qu’elles proviennent d’un lieu symboliquement et affectivement attachant comme Brunehautpré, dans le Pas-de-Calais, berceau de la famille paternelle :

Je t’envoie un petit morceau de langue de Brunehautpré, sûre que cela te semblera bon (10 avril)

Louis reçoit ainsi de l’andouille de Brunehautpré (26 mars) ou de Campagne-les-Hesdin (5 juillet), « du pâté de foie qu’on vient de nous expédier de Brunehautpré », assorti de ce conseil : « Mange bien surtout ; c’est ce qui te maintiendra en bonne santé » (25 juin) .

Le 25 août (Saint Louis) est marqué d’un envoi particulier, venu d’un célèbre marchand de comestibles parisien, avenue de l’Opéra :

Je t’embrasse tendrement cher petit et t’envoie mes meilleurs vœux de fête auxquels j’ajoute un cake de Corcellet

Des colis non-alimentaires

Plus que la moyenne des Français, les Froissart diversifient le contenu des colis. Selon Baconnier, Minet et Soler, on trouve « rarement (moins de 8% des mentions), des objets – effets, quincaillerie, produits hygiéniques, pharmacie »4. Les poilus d’origine rurale semblant « accorder peu d’importance à l’hygiène et aux petits accidents de santé » et l’automédication parmi eux reste peu répandue5. A l’inverse, dans cette famille bourgeoise, médicaments, livres et objets divers sont souvent mentionnés.

  • Des médicaments

Les denrées, même de provenance familiale, ne semblent pas suffisantes pour maintenir le soldat (pourtant loin du front à cette époque-là) en bonne santé et les parents inquiets suppléent à la pharmacopée militaire :

Mon pauvre garçon, Je suis bien ennuyée de te savoir pris de la gorge et je voudrais apprendre très prochainement que tu es débarrassé de cette indisposition très malencontreuse. Toutes mes félicitations pour la bonne qualité et le bon entretien de ta peau. Je sortirai demain et t’enverrai la pommade indiquée et la teinture d’iode. (13 mars)
Je t’envoie encre serviette torchon iode pommade (16 mars)
J’ai trouvé hier le « philopode » mais non le cosmétique du soldat. Je vais te l’envoyer (26 mars)
Je t’ai envoyé hier du sirop iodotannique (7 juin)

  • Un ravitaillement diversifié

Comme tous les appelés, Louis reçoit quelques objets (de la bougie le 7 juin), en particulier des vêtements chauds pour compléter l’équipement fourni par l’armée :

Aujourd’hui je t’ai envoyé du lait et tes chaussettes en 2 paquets. […] Tu remarqueras que les chaussettes grises ne sont pas d’égale longueur, tu as dû les dépareiller en partant et tu retrouveras l’alter ego de chacune. Au reste c’est peu important (13 mars)

Louis est un étudiant et, s’il a quitté l’université, il doit préparer, comme ses frères, des examens et concours dans l’armée (leur père est commandant et surveille leurs affectations et carrières)

Je viens de t’expédier du papier (3 mars)
Je t’envoie l’encre [et] les livres que Pierre m’a donnés (16 mars)

Aucun soldat n’est oublié

Baconnier, Minet et Soler le constatent : « Même les plus pauvres reçoivent autant de colis […]. Les plus démunis sont pris en charge par des camarades plus fortunés6. Ainsi, Émilie Froissart mentionne quelques envois à des amis de son fils.

J’envoie du saucisson et du chocolat à Dagens, en même temps (3 mars)
je vais te ravitailler ainsi que Dagens (8 avril)
J’envoie un 27 centimètres de saucisson à Dagens (7 juin)
Je t’ai envoyé hier du jambon et bœuf mode par la poste et la même chose à Dagens (13 août)

Les parents Froissart envoient donc régulièrement des colis à leur fils Louis et à au moins un de ses amis, Jean Dagens. Bien que les lettres n’y fassent pas allusion, il est très probable que des colis comparables sont expédiés aux trois autres fils également mobilisés. Tout cela a un coût, mais dans cette famille très aisée il est rarement fait allusion aux prix et aux dépenses. Par exception Émilie demande :

demain je t’envoie une noix de jambon tu me diras si c’est très-bon et avantageux, c’est assez cher, il y en a pour 5 F. (3 mars)

Pour bien des familles, les possibilités financières limitent les envois, même si des sacrifices sont consentis, la production domestique mise à contribution et les efforts répartis entre l’épouse, les parents et les proches. Mais quelle que soit leur ressources familiales, très rares sont les soldats oubliés7.

***

Le transport et la distribution de cette énorme et indispensable masse de colis sont pris en charge par la Poste civile sur le territoire, relayée par la Poste militaire auprès des soldats. Dès le mois d’octobre 1914, le Bureau Central des Colis Postaux Militaires est créé à Paris. Ce Bureau reçoit en juin 1916 le monopole de la centralisation pour l’expédition des colis vers le front. Des mesures sont prises pour faciliter les envois : instauration en juin 1915 de la gratuité une fois par mois d’un paquet de moins de 1 kg vers le front pour les plus pauvres ; puis en décembre 1915 autorisation de l’envoi gratuit de colis aux militaires de la zone des armées pour la période de fin d’année ; enfin en juin 1916 gratuité intégrale des paquets pour les soldats de la zone des combats instaurée8. Ces mesures confirment que l’importance des échanges de l’arrière vers le front est officiellement reconnue.

  1. La carte-lettre du 30 août 1916, reproduite ici, annonce « un colis postal de 5 kg contenant : 7 bananes déjà mûres, cassoulet, choucroute garnie, confit d’oie, lapin sauté, civet de lièvre, langue de veau, rillettes, tablettes de chocolat ». []
  2. Musée de La Poste, Données et dimensions postales de la première Guerre mondiale. []
  3. Gérard Baconnier, André Minet, Louis Soler, La Plume au fusil. Les poilus du Midi à travers leur correspondance, 1985, Privat, Toulouse, p. 29. []
  4. Op. cit., p. 34. []
  5. Op. cit., p. 36. []
  6. Op ; cit., p. 30. []
  7. Voir le billet « 1917, des pénuries pour qui ?«  []
  8. Musée de La Poste, Op. cit. []

Automne 1914, l’hécatombe

 « C’est de tous les côtés l’inquiétude, le deuil, la souffrance sous toutes ses formes » écrit Émilie Mertzdorff-Froissart depuis le Pas-de-Calais à son fils Louis, jeune parisien pas encore mobilisé le 14 novembre 1914. Les lettres familiales parlent alors de tués, de blessés, de réfugiés, de prisonniers, connus ou inconnus :

On m’a bien dit hier qu’on avait évacué les blessés d’Hesdin (3 novembre 1914)
les Allemands ont fait beaucoup de prisonniers parmi la petite troupe que le général Plantey avait emmenée à Douai  (7 novembre 1914)
Jacques m’apprend la mort du fils aîné des Vaillant marié depuis peu de temps (14 novembre 1914).

La situation militaire dans le nord de la France

Dès le début de la guerre, la Belgique, où se concentrent les principales actions, est envahie (Liège tombe dès le 16 août), et l’état-major allemand entame une manœuvre enveloppante pour abattre l’armée française. Alors que cette tactique semble réussir, les Français se repliant sur la Somme et l’Aisne (25 août), une contre-offensive franco-anglaise est lancée (la bataille de la Marne, 24 août-13 septembre), qui stoppe l’armée allemande. Les deux adversaires sont immobilisés face à face et tentent de déborder leurs ailes – droite pour les Allemands, gauche pour les Français – dans une « course à la mer » (18 septembre-15 novembre 1914) ponctuée de batailles meurtrières. Dans cette région du nord de la France où l’on subit et l’on prévoit les affrontements des armées, on s’organise, on vide les granges afin de diminuer les risques d’incendie (lettre du novembre 1914), et de nombreux civils fuient et cherchent des lieux où se réfugier.

Incertitudes sur le sort des soldats

Ce qui angoisse le plus, c’est l’absence de nouvelles, l’incertitude sur le sort des siens, la disparition sans traces :

L’histoire du cycliste m’a fait frémir. Je pense à sa famille qui attendra de ses nouvelles et s’épuisera en recherches comme on le fait pour André. Et encore celui-là Pierre l’a vu et a peut-être remarqué le n° de son régiment, combien d’autres qui pourrissent dans quelque lieu abandonné et dont on ne saura jamais rien ! C’est affreux de penser à cela ! (14 novembre 1914)

  • André Duméril

Sa famille « s’épuise en recherches » et Hélène, sa sœur, cherche par divers canaux à recueillir des renseignements : « elle a une lettre du capitaine d’André d’où il résulte qu’il a disparu le 24 7bre ». Des renseignements « militent en faveur de l’opinion qu’il est prisonnier quelque part. Nous nous en réjouissons » (Léon Damas Froissart à son fils, 25 novembre 1914). Des connaissances et relations sont mises à contribution : « Une dame qui est à son hôtel écrit à un officier du 46e » (23 novembre 1914).
André (Marie Léon Paul) Duméril, sergent 46e régiment d’infanterie, est mort au combat dans la Meuse le 25 septembre 1914, à 32 ans.

  • Henry

 Jeanne sans nouvelles de Douai depuis plus d’un mois fait des démarches pour retrouver la trace d’Henry, disparu depuis le 25 Août. Elle a appris qu’il avait disparu avec quelques hommes. Sont-ils prisonniers ? sont-ils parmi les malheureux dont on ne saura jamais rien ? Quelle angoisse pour sa pauvre femme et pour ses parents ! Et ainsi de suite ! (14 novembre 1914)

  • Pierre Digard

De lettre en lettre les informations se contredisent :

 On a dit à Pottier que le fils de M. Digard est tué (3 novembre 1914)
 Ton papa va assister aujourd’hui à 11 h à un service pour le pauvre Pierre Digard (12 novembre 1914)
Le bruit court que Pierre Digard serait prisonnier et non mort (19 novembre 1914)

Pierre (Emmanuel Albert Anicet) Digard, soldat de 2e classe au 162e bataillon d’infanterie, a été « tué à l’ennemi » le 30 septembre 1914 dans la Marne ; il avait 21 ans.

La recherche de nouvelles

Dans la chaos de la guerre, entre propagande et censure, toutes les informations sont recueillies, confrontées, critiquées puis retransmises, assorties de doutes sur leur véracité. À propos de blessés qui auraient été évacués, Émilie Froissart remarque : « mais on dit tant de choses, je n’en ai pas la preuve » (3 novembre 1914). Encore plus qu’en temps ordinaire, les lettres reçues sont renvoyées aux uns et aux autres et circulent parmi les proches :

 Quand vous aurez lu la lettre de Pierre [qui est au front], envoyez-la à Made qui me la retournera. J’ai envoyé la copie de cette copie à Jacques qui la passera à Michel. Si Lucie peut aller la lire à Cécile, je crois que ces aventures de guerre l’intéresseront beaucoup.  (14 novembre 1914)

 Malheureusement on en a effacé toute une phrase où il devait parler de morts ou de blessés. (28 octobre 1914)

Chacun rapporte des nouvelles. Les particuliers et la presse ont les mêmes sources :

Le Télégramme donne ce matin des renseignements sur Lille apportés le 4 Novembre par quelqu’un qui a pu en sortir. Je m’empresse de les envoyer à Jacques (7 novembre 1914)

***

« Il n’y a pas besoin de chiffres pour démontrer l’ampleur du massacre et l’horreur de la guerre : chaque famille le sait » répond Antoine Prost aux journalistes qui avancent le chiffre de 10 millions de morts, dont 1,4 millions de Français1. Si la macabre comptabilité est « impossible », il apparaît bien que les premiers mois de la guerre, à l’automne 1914, ont été des plus meurtriers : Jean-Michel Steg ne qualifie-t-il pas le 22 août 1914 de « jour le plus meurtrier de l’histoire de France »2 ?

 

  1. Antoine Prost, entretien avec Gaïdz Minassian et Antoine Reverchon, Le Monde, 13 mai 2014. []
  2. Le jour le plus meurtrier de l’histoire de France : 22 août 1914, Jean-Michel Steg, Fayard, 2013, dont Le Monde du 13 mai 2014, « 14-18, le journal du centenaire », tire un graphique très parlant. []

1914

On n’échappe pas aux commémorations. Sur le site, le déroulé chronologique commencé à la fin du XVIIIsiècle a actuellement atteint l’année 1875 ; pour faire écho à cette actualité, nous avons décidé en 2014 de faire un saut et d’aborder les lettres écrites pendant la guerre de 1914-1918. Le temps est venu de présenter cette nouvelle partie du corpus des lettres familiales qui sera progressivement mise sur le site1 et d’en situer les protagonistes.

 La famille Duméril-Froissart en 1914

André Marie Constant Duméril (1774-1860) est le premier personnage autour duquel s’ordonne la correspondance déjà sur le site. « Élève de la patrie » en 1795, il obtient une bourse pour étudier à Paris où il devient médecin naturaliste. Il exerce des fonctions d’enseignement et de recherche à l’École de médecine et au Muséum d’histoire naturelle.
Le deuxième personnage est introduit par sa petite-fille tôt disparue, Caroline Duméril (1836-1862) : c’est Charles Mertzdorff (1818-1883), industriel du blanchiment des tissus à Vieux-Thann (Alsace) qu’elle épouse en 1858. Le couple a deux filles, Marie (1859-1936) et Émilie (1861-1933).

En 1875, dans les lettres lisibles sur le site, Émilie Mertzdorff est une jeune fille encore très enfantine par ses occupations : les études, les jeux, les amies, la famille proche, la pratique religieuse, le piano. Nous la retrouvons en 1914, mariée à un militaire, Léon Damas Froissart (1852-1923), officier d’artillerie et propriétaire terrien dans le Pas-de-Calais. Léon Damas Froissart et Émilie Mertzdorff ont six enfants, nés entre 1884 et 1895. Leurs quatre fils et leurs deux gendres sont mobilisés pendant la guerre, et aucun n’est tué.

Les lettres écrites pendant la guerre

  • Un corpus cohérent

Les lettres conservées sont celles écrites par Émilie Mertzdorff-Foissart et, dans une moindre mesure, par son époux, à leur plus jeune fils Louis Froissart – soit 200 lettres environ.

Un second paquet de plus de 150 lettres émane de Guy de Place (1874-1928), époux d’Hélène Duméril (arrière-petite-fille du savant André Marie Constant Duméril), directeur de l’usine de Charles Mertzdorff (†) en Alsace (allemande depuis 1871). L’usine est en partie détruite par des bombardements, mais l’industriel mobilisé assure à distance la gestion des biens et des personnes par l’intermédiaire de son chargé d’affaires, M. Meng.

  • Des lettres originales

Ces deux ensembles de lettres écrites pendant la guerre offrent chacun une version originale des événements et chacun a un intérêt particulier.

La commémoration de la Première Guerre mondiale se manifeste par l’exhumation et la publication de quantité de témoignages et de lettres de soldats ; les lettres des parents à leurs fils mobilisés ne sont pas rares. Ici, cas particulier, le père est lui-même un militaire qui aspire à reprendre du service (il a 62 ans en 1914) et n’hésite pas à ressortir son uniforme et contacter ses relations dans l’armée pour orienter ses fils vers l’artillerie. Par ailleurs, les lettres de la guerre s’inscrivent dans un continuum qui commence et se termine dans les années de paix. On pourra lire les modifications qui affectent les relations entre les correspondants habituels et les transformations éventuelles des modes d’expression.

Moins fréquentes sont les lettres publiées qui détaillent la marche d’une entreprise, sa survie plutôt, au milieu des destructions. Ces missives, qui vont du courrier d’affaires aux lettres amicales, sont conservées dans les archives familiales, comme les autres lettres. À ce titre, malgré leur caractère particulier, elles trouveront place sur le site.

Entamer une nouvelle tranche chronologique, même si se retrouvent des personnages déjà rencontrés quarante ans plus tôt, opère une ouverture vers d’autres milieux sociaux.

  1. Fin 2016 toutes les lettres écrites pendant la guerre (plus de 450) sont publiées. []