Archives de catégorie : 5 – Intermèdes

Intermède : Victor Hugo

 Un nouvel intermède est  proposé, parenthèse littéraire entre les billets habituels. Victor Hugo succède ici à George Sand avec le début d’une lettre à son épouse. Le 27 mai 1825, Victor Hugo est à Reims pour assister au sacre de Charles X. Loin des descriptions des fastueuses cérémonies, cet extrait est centré sur les difficultés et les joies qu’éprouvent tant d’épistoliers « sans qualités ».

Reims, 27 mai, 7 heures du matin.

Par où commencerai-je, bien-aimée ? par la joie que m’ont faite tes lettres, ou par mon arrivée à Reims ? Tu es bien curieuse d’avoir des détails sur mon voyage, et moi bien impatient de te dire à quel point tes lettres me rendent heureux au milieu de ma tristesse. Chaque fois que j’ouvre une lettre de toi, mon Adèle adorée, c’est en tremblant d’espérance et de crainte à la fois. Hier, nous sommes descendus, à une heure après-midi, à notre logement de Reims, et sans même attendre qu’on rangeât mes malles, j’ai couru à la poste. Ta troisième lettre y était. J’ai vu avec un vif chagrin que tu n’avais pas reçu le 23 ma lettre du 21 ; j’avais pourtant donné un franc à un commissionnaire pour la porter à la grande poste qui se levait de meilleure heure à cause de la Pentecôte. Je te donne cette explication, chère amie, afin que tu ne croies pas qu’il m’est possible de rester un jour sans t’écrire. Ce malheur m’est arrivé hier et ç’a été ma torture de tout le jour. Je voulais t’écrire à Thomery en déjeunant, mais le temps nous a été donné à peine de manger un morceau, et puis je voulais attendre tes lettres que je comptais trouver à Reims. J’ai voulu t’écrire à toutes les heures depuis notre arrivée, mais les mille affaires et les mille devoirs qui se disputent nos moments dans cette ville ne m’ont pas laissé le temps de respirer. Je comptais t’écrire avant de me coucher, mais nous sommes quatre dans la même chambre, nous nous couchons tous à la même heure, et nul ne prend la liberté de garder sa bougie allumée.

Figure-toi d’ailleurs le désordre de ces quatre lits, de ces quatre bagages d’hommes dispersés dans une pièce grande comme les deux tiers de ta chambre de Blois. Il n’y a pas de temps perdu ; la poste était partie quand nous sommes arrivés, et cette lettre ne t’arrivera pas plus tard que si elle eût été écrite hier. Seulement, si ce retard m’afflige, c’est pour moi ; j’aurais bien désiré joindre au bonheur de lire une lettre de toi, celui de t’en écrire une. […]

 

Intermède : George Sand

Une nouvelle catégorie de billets fait ici son apparition : les intermèdes. De temps en temps, une citation sera proposée entre des billets plus habituels, comme une parenthèse littéraire, une respiration poétique, une halte de fantaisie. Ces courts textes sans commentaire viendront rythmer le déroulement du carnet, d’ordinaire plus didactique. George Sand (1804-1876), dont la correspondance a été publiée par Georges Lubin en 26 volumes, inaugure ces intermèdes.

Début d’une lettre de George Sand à Aurélien de Sèze, alors jeune substitut au tribunal de Bordeaux, qu’elle a rencontré quelques mois plus tôt.

[Guillery], le 13 [octobre 1825]
Je suis arrivée bien portante, quoique fatiguée et mon premier soin, aussitôt que je suis libre, c’est de vous écrire, ou pour mieux dire, de parler avec vous, mon ami, mon frère bien aimé. Je vous ai promis de vous écrire
tous les jours. J’ai de vous la même promesse. J’y compte tellement que chaque soir avant de m’endormir, je vous écouterai lire tout haut, ce que vous m’aurez adressé. Comme toutes ces lettres, ou plutôt ces feuilles, seront aussi nobles, aussi pures, aussi sensées que celle que je presse maintenant contre mes lèvres, je ne manquerai pas d’éprouver l’émotion la plus douce, en me couchant, et de goûter un sommeil paisible que je ne devrai qu’à vous. Si (sans aucune cause physique) j’éprouvais du trouble et de l’agitation pendant la nuit, je croirais que vous avez été tenté un instant de regretter le bonheur que vous m’avez rendu et que votre lettre du soir a été écrite avec agitation et avec trouble. Rappelez-vous donc, que si loin, si enfermé que vous soyez, jamais vous ne vous abandonnerez à une tristesse coupable, sans que mon cœur n’en soit déchiré et que ma santé n’en souffre. Vous m’avez dit que nous vivrions de la même vie, que nous ne serions jamais un instant du jour séparés. C’est prendre l’engagement de n’avoir que des pensées consolantes et propres à faire mon orgueil et ma joie.

George Sand, Correspondance, textes réunis, classés et annotés par Georges Lubin, deuxième édition revue et corrigée, volume 1, Garnier, 1964, pages 178-179.