Archives de catégorie : 4 – Questions d’édition

Jeu de piste

Dans cette famille de la bourgeoisie1, les personnes qui travaillent au service des épistoliers sont présentes dans leurs lettres ; mais elles n’apparaissent le plus souvent qu’en silhouettes. On voit passer en arrière-fond une bonne « partant le samedi au lieu du lundi », la « bonne allemande » employée autrefois par des amis, ou s’esquisser un cercle de femmes débordantes de sympathie patriotique, « conversant, s’exclamant, compatissant, encourageant mais ne faisant pas leur ouvrage » (lettre du 8 janvier 1917). Cuisinières et jardiniers ont parfois un prénom (Françoise, Marie, Georges) ou un surnom (Nounou), rarement un nom. Lorsque celui-ci est mentionné, il paraît d’autant plus opportun de chercher à identifier précisément la personne. C’est ce qui a été tenté lorsque « Mme Chérifat » est apparue – ou plutôt lorsque son absence est soulignée : « pas encore de Chériffat dans la maison » (20 septembre 1917) ou « Mme Ch. est toujours absente » (14 octobre 1917).

  • Un mariage

La première piste suivie est celle du mariage (puisqu’on l’appelle « Madame ») et la première hypothèse, celle d’un mariage parisien (puisqu’elle travaille rue de Sèvres à Paris), se révèle fructueuse. L’état-civil de la capitale est mis en ligne2 et consultable gratuitement. Le caractère peu fréquent du nom rend la démarche possible. Pour une « Mme Chevalier », elle était vouée à l’échec. Les tables décennales signalent le mariage de Isidore Auguste Chérifat le 18 mai 1912 (dans le 6e arrondissement). Pour cette période-là, postérieure à 1903, les actes eux-mêmes (mariages et naissances) sont inaccessibles ; seuls les actes de décès, de 1903 à 1945, sont disponibles en ligne.

  • .Un décès

Ce mariage, que j’ai d’abord cherché dans des tables antérieures (car j’imaginais que l’appellation de « Madame », appliquée à une salariée, n’était pas employée pour une personne toute jeune), se révèle relativement récent ; je formule alors une deuxième hypothèse : le marié est assez jeune pour avoir été mobilisé. Tant d’hommes ont été tués pendant la Première Guerre qu’une visite au site « Mémoire des hommes », base de données des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale sur le site du Ministère de la Défense3 s’impose.

Un seul « Chérifat » figure dans le fichier : Isidore Auguste, même prénom que le marié, et inscrit au bureau de recrutement de la Seine. Il était sapeur au 5régiment du Génie. Il est mort à l’hôpital temporaire de Dijon, d’une double pneumonie infectieuse. La fiche donne la date et le lieu de sa naissance : le 30 mai 1882 à Nantes.

  • Une naissance

Le jeu de piste se poursuit grâce à l’état-civil en ligne de la ville de Nantes4. L’acte se trouve dans le registre du 3e canton de Nantes. Le 30 mai 1882 un médecin, le docteur Marie Jean Charles Choux, se présente devant l’officier de l’état-civil et déclare la naissance du petit Isidore Auguste, fils de « Élisabeth Chérifat, lingère, célibataire, âgée de vint-cinq ans, née à Alger (Algérie) fille de père et mère inconnus », « accouchée en sa demeure sise rue d’Erdre ». Ainsi le marié repéré à Paris en 1912 n’est pas l’époux de Mme Chérifat, mais son fils. Les mentions marginales de cet acte de naissance confirment le mariage à Paris en 1912 du fils Isidore Auguste et précisent le nom de l’épouse : Joséphine Alexandrine Bessaque.

  • Pour continuer : une naissance et un décès

Un retour aux tables décennales parisiennes apporte deux nouveaux éléments au cycle de vie de cette famille. Une naissance : celle en 1913 de Pierre Alexandre, fils d’Isidore Auguste Chérifat et de Joséphine Alexandrine Bessaque. Un décès : celui de « Mme Chérifat », en 1926.

  1. Voir le site S’écrire au XIXe siècle. []
  2. http://canadp-archivesenligne.paris.fr/archives_etat_civil/ []
  3. http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/article.php%3Flarub%3D24%26titre%3Dmorts-pour-la-france-de-la-premiere-guerre-mondiale []
  4. Archives municipales de Nantes http://www.archives.nantes.fr/PAGES/ENLIGNE/etat_civil/etat_civil.htm. []

Vue optique des années

Lorsque le narrateur de La Recherche quitte la maison de santé où il a passé « beaucoup d’années »1 et revient à Paris, il trouve une invitation pour une matinée chez le prince de Guermantes et s’y rend. Il est alors saisi par les métamorphoses physiques et morales des autres invités : « Au premier moment je ne compris pas pourquoi j’hésitais à reconnaître le maître de maison, les invités, et pourquoi chacun semblait s’être « fait une tête », généralement poudrée et qui les changeait complètement. »2 Opérant un saut de plusieurs décennies, la publication des lettres familiales sur le site « S’écrire au XIXe siècle » provoque une expérience similaire.

Saut chronologique

Les lettres de la famille Duméril-Mertzdorff ont été présentées années après années depuis la Révolution française jusqu’aux débuts de la IIIRépublique. Puis, en 2014, au moment où les commémorations du centenaire de la Première Guerre commençaient, il nous a semblé opportun de publier les lettres de cette période, opérant ainsi un saut chronologique3. Les 530 lettres écrites par les Froissart-Mertzdorff-de Place entre la déclaration de la guerre et 1919 sont maintenant à la disposition des lecteurs, et le corpus laissé en suspens est repris : nous revenons aux lettres de 1875.

Notre activité d’éditrices nous a confrontées à d’étranges opérations mentales. Comme Marcel Proust, pour situer les épistoliers et leurs proches au XXe siècle, « pour identifier [tel personnage] à celui qu’on avait connu » quarante ans plus tôt, nous devions « lire sur plusieurs plans à la fois, situés derrière [eux] et qui leur donnaient de la profondeur et forçaient à faire un travail d’esprit », car « on était obligé de les regarder, en même temps qu’avec les yeux, avec la mémoire »4.

La transformation des invités du prince de Guermantes s’apparente à celle dont un acteur, costumé et maquillé, serait capable ; poussant plus loin, Marcel Proust les voit en « poupées » trépidantes, affublées de postiches. La connaissance des personnes se trouve bousculée. Des possibilités insoupçonnées se font jour, qui altèrent les corps et les destins, les comportements et la psychologie. Un agencement différent dans l’équilibre de la tête, un élargissement des joues, une modification du nez ou du menton, non seulement changent l’aspect de la personne, mais aussi sa façon d’être et sa sensibilité. Les « traits nouveaux du visage [des invités] impliquaient d’autres traits de caractère ; la sèche et maigre jeune fille était devenue une vaste et indulgente douairière »5. Les inévitables modifications d’apparence touchent en même temps à « quelque chose de moral » et de « social ». Toutes les personnes des lettres, celles qui écrivent et celles qui sont nommées au fil de la plume et défilent sous les yeux des destinataires puis des lecteurs du XXIe siècle, ne sont pas les « poupées » qui s’agitent autour du narrateur, mais comme elles cependant elles offrent des images successives et mouvantes. Semblables aux êtres de fiction « baignant dans les couleurs immatérielles des années », elles révèlent, comme eux, « le Temps », qu’elles rendent partiellement visible. Le romancier peut dire d’un personnage, quelques années plus tard, « que c’était une autre personne » ; dans le monde réel peint par les correspondances il s’agit des méandres d’un même destin.

De l’adolescente à la grand-re

Ainsi nous avions laissé Émilie et Marie Mertzdorff, presque encore des fillettes à 14 et 16 ans, qui prenaient un goûter dans le jardin de leurs amies « en mangeant des groseilles après les arbustes », puis, en « filles raisonnables », s’asseyaient et cousaient. (Émilie Mertzdorff à son père, 17 juillet 1875) ; un autre jour, elles comptaient « les cachets » (des bons points de gratification) obtenus au cours privé qu’elles fréquentent.

Quarante ans plus tard nous retrouvons Marie ; elle est veuve depuis 1912 et grand-mère. L’un de ses de cinq enfants, Robert de Fréville, a été tué lors des premières semaines si meurtrières de la guerre. Sa sœur la décrit « souffrante », « affaiblie », avec « des contractions de la gorge extrêmement pénibles et de plus en plus sérieuses, si bien qu’elle ne peut, depuis plus d’un mois, prendre qu’un peu de lait ou de bouillon » (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 5 juillet 1916). Elle qui était si gourmande, et que son père appelait, par taquinerie affectueuse et indulgente, sa « grosse Marie »6 ! Marie surmontera cette épreuve et vivra encore vingt ans.

Émilie Mertzdorff a plus de chance : son époux Léon Damas Froissart est toujours actif et ses quatre fils et ses deux gendres, mobilisés, survivent à la guerre. Adolescente, elle se qualifiait d’« un peu paresseuse », étourdie, « manquant de tête », prompte à écrire à son père des « bêtises », car, disait-elle « c’est ma nature, je parle toujours beaucoup et je ne dis jamais rien d’intéressant » (Émilie Mertzdorff à son père, 18 mai 1875). Ses lettres, nombreuses pendant la guerre (elle est la principale épistolière du corpus à cette époque), la montrent maîtresse de maison organisée, efficacement occupée de ses enfants et nombreux petits-enfants, des relations et des propriétés familiales.

Quant aux « petites amies », les demoiselles Berger, avec qui Marie et Émilie Mertzdorff ont tant joué durant leur enfance à Vieux-Thann, avec qui elles échangent des lettres entre Paris et l’Alsace lorsque les adolescentes sont séparées, les voici devenues Madame Rich (veuve en 1918, cinq enfants) et Madame Poinsot (veuve en 1916, l’un de ses trois fils tué dans la Somme en 1916).

Impermanence

Ces parcours, ou plutôt les bornes de ces parcours qui seules sont dessinées par les lettres actuellement disjointes, offrent dans leurs raccourcis compacts, leurs images successives, ­  ­ « une vue optique des années » ; et plus encore que la fiction elles « extériorisent » « le Temps, le Temps qui d’habitude n’est pas visible »7.

Juxtaposer ainsi des époques et des personnes devenues si différentes est une expérience banale quand le vécu présent cohabite avec des souvenirs plus ou moins lointains. Chacun connaît ces moments où l’instant se noue aux scènes du passé et les accentue par contraste, ces moments de vacillement d’une intensité bouleversante où se succèdent, se heurtent et se superposent des évocations discordantes. L’affrontement entre des souvenirs lumineux et de tenaces images récentes ternies par la vieillesse, la maladie, la souffrance crée une étrange sensation et provoque un ébranlement de la pensée. La notion si commune de la durée et de l’écoulement du temps, avec ou sans majuscule, se trouve ravivée par l’irrémédiable dissolution des êtres et la conscience de leur impermanence.

***

Revenir maintenant aux lettres de 1875 après celles de la Grande Guerre, tenter de faire se rejoindre les deux séquences temporelles en publiant la correspondance de la fin des années 1870 puis celle des années 1880, proposera une nouvelle perspective. Les allers et retours entre XXe et XIXe siècle, le reflux dans le passé, la confrontation des temporalités devraient susciter des perceptions inconnues du narrateur proustien. Cette démarche, peut-être, aiguisera, éclairera ou orientera la lecture, et pourrait donner une acuité inédite à certains récits épistolaires anodins.

  1. Marcel Proust, A la recherche du temps perdu…, volume 3 : Le Temps retrouvé, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1954, p. 854. []
  2. Op. cit., p. 920. []
  3. Voir le billet « 1914 ». []
  4. Op. cit., p. 924. []
  5. Op. cit., p. 925. []
  6. Par exemple dans les lettres du 22 décembre 1874 et du 21 juin 1875. []
  7. Op. cit., p. 924. []

Les hauts et les bas d’un entrepreneur : Émile Langjahr

Les auteurs des lettres mises sur le site S’écrire au XIXe siècle « écrivent bien » : ils maîtrisent la langue française, son orthographe et sa syntaxe. Mais leur graphie se laisse parfois difficilement déchiffrer et les plus diplômés ne sont pas les meilleurs calligraphes : l’écriture d’un polytechnicien demande plus d’efforts de lecture que celle d’une jeune fille éduquée à la maison. L’interprétation des mots se révèle délicate lorsque des noms propres sont cités. Le choix que nous avons fait de créer un index des personnes citées oblige à reconnaître ce nom propre, à le restituer correctement. Pour identifier la personne, nous sommes amenées à faire des recherches, allant un peu au hasard, en tâtonnant, à travers états civils et généalogies, tamisant une multitude de sites et de textes mis en ligne pour retenir des fragments d’information.

Lettre de Guy de Place à son chargé d’affaires en Alsace, 5 décembre 1917
Lettre de Guy de Place à son chargé d’affaires en Alsace, 5 décembre 1917

Hertzog. De la lettre Langjahr il semble résulter que cette maison n’a pas encore pris livraison des pièces alors que M. Hochstetter semble dire que les pièces ont été livrées. (Guy de Place à son chargé d’affaires, 5 décembre 1917)

C’est ainsi que, cherchant à m’assurer de l’orthographe de ce nom, Langjahr, qui ne m’est pas familier, j’ai pu lire des extraits de la thèse de Jérôme Rojon sur L’industrialisation du Bas-Dauphiné : le cas du textile, fin XVIIIe siècle-19141 et reconstituer les hauts et les bas de la carrière d’un entrepreneur.

Une succession de déboires

Émile Langjahr est né à Munster (Haut-Rhin) le 6 septembre 1849. Il est le fils de Gottlob Frédéric Langjahr, chapelier puis entrepreneur de construction (vers 1817-1883), et de Madeleine Hanss (née en 1818). Il fait des études à l’École d’ingénieurs des industries textiles de Mulhouse (promotion 1866) puis se lance dans l’industrie.

Le verdict de Jérôme Rojon est sévère : « Le destin d’Émile Langjahr est ponctué d’échecs (au moins avant 1890) ». Pourtant, il a acquis auprès de son père « des dispositions entrepreneuriales » et épousé une demoiselle Jandin, héritière de la maison lyonnaise Jandin & Duval. Mais si son père, artisan ou « micro-entrepreneur », lui fournit savoirs et expériences, il ne lui donne pas d’aide financière : « il ne lui fait aucune donation lors de son mariage » et « ne laisse aucun bien à son décès ». Et si Émile Langjahr bénéficie du poste de directeur de l’usine Jandin & Duval de Vizille qui fabrique des foulards imprimés, le décès de son beau-père le pousse à partir fonder sa propre entreprise : « son installation comme façonnier ressemble à un exil voulu par sa belle-famille » remarque Jérôme Rojon.

Les déboires se succèdent : il doit abandonner l’usine de Saint-Genis-l’Argentière (Rhône) louée en 1880 car « l’affaire tourne court et se solde par un désastre financier pour les associés à la fin de l’année 1884 » ; il doit vendre cette année-là aussi un tissage de soieries qu’il possède à Lyon ; l’usine de tissage qu’il rachète en1885, à Voiron en Isère (où le coût de la main d’œuvre est moindre) ne « survit que quelques mois avant de s’écrouler » et « comme beaucoup d’autres » disparaît.

Sans indulgence, Jérôme Rojon conclut : « Avec cette succession de déboires, il lui est désormais difficile d’inspirer confiance : son crédit et sa réputation sont durablement atteints dans la région lyonnaise. » La vie professionnelle d’Émile Langjahr n’est cependant pas terminée.

Une belle fin de carrière ?

Le site des tissages de soieries Coudurier, Fructus & Descher2 montre, lui, la réussite d’Émile Langjahr au XXsiècle, non certes comme patron, mais comme salarié.

Après la guerre, Émile Langjahr quitte l’usine textile créée par Antoine Hertzog (cet Herzog mentionné dans la lettre reproduite ci-dessus) et devient fondé de pouvoir de la Société Lyon-Alsace. À ce titre, il entreprend en 1920 la construction d’une usine de tissage de soieries (Coudurier, Fructus & Descher) à Wintzenheim (Haut-Rhin). En quelques mois le bâtiment est hors d’eau, les machines et métiers à tisser installés et de nombreux ouvriers et ouvrières de la région embauchés. Il reste dans cette entreprise que l’on dit prospère jusqu’à sa retraite, fin 1924.

***

Pour orthographier correctement le nom d’une personne, on se lance sur ses traces et parfois, plus par curiosité que par stricte nécessité, on poursuit les recherches, tout au plaisir de découvrir des filiations, des réseaux, des domaines d’activités, des destins familiaux : par exemple les hauts et les bas d’un petit entrepreneur du textile autour de 1900.

  1. Jérôme Rojon, L’industrialisation du Bas-Dauphiné : le cas du textile, fin XVIIIe siècle-1914, Lyon-2, 2007 [http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2007/rojon_j]. Les citations sont tirées de cette thèse. []
  2. Le site « JAZ » de Wintzenheim : Les tissages Coudurier, Fructus & Descher (CFD) et le Tissage de Wintzenheim [http://www.calixo.net/~knarf/fructus/fructus.htm]. []

Sur les traces de Mademoiselle Rath

Pour le site « S’écrire au XIXe siècle », le choix a été fait de proposer un index des personnes citées dans les lettres1. L’édition électronique permet, idéalement, d’associer à chaque nom qui apparaît des éléments biographiques accessibles d’un simple clic. Ainsi se multiplient les liens entre le texte d’un épistolier et les acteurs interpellés, auxquels les micro-biographies, qui aident à mieux lire le texte, donnent une nouvelle dimension. Le temps se déploie, réveillant des échos entre l’instant d’une lettre et la chronologie de toute une vie ; des perspectives et des réseaux se dessinent, une dynamique d’interrelations mouvantes devient visible. Identifier les personnes conduit parfois sur des chemins inattendus. C’est ce qui c’est produit avec Mademoiselle Rath.

Mademoiselle Rath, une cousine

  • En trente ans, entre 1814 et 1843, quatre lettres, écrites par quatre correspondants différents, mentionnent Mlle Rath. Mais les indices épistolaires sont maigres :

 Nous avons eu entre hier et aujourd’hui des lettres de Mlle Carondelet, de Cécile, de Mlle Rath, toutes contiennent de bonnes nouvelles. (Alphonsine Delaroche à son mari André Marie Constant Duméril, 20 octobre 1814)

Le frère d’Alphonsine Delaroche :

Je sais que Mlle Rath est à Paris. J’ai reçu un petit mot d’elle & j’attendais pour lui écrire le départ d’un navire que les vents d’Ouest retiennent dans le port. (Michel Delaroche, au Havre, à son neveu Duméril, 11 décembre 1833)

C’est à l’occasion du mariage d’Auguste Duméril avec sa cousine Eugénie Duméril que quelques renseignements supplémentaires sont fournis, et d’abord qu’il s’agit d’une parente :

Ma mère [Alphonsine Delaroche] a reçu, il y a quelques semaines, une lettre d’une de nos parentes que nous aimons beaucoup : Mlle Rath, que votre père a connu autrefois. Elle nous conserve une chaude affection, et elle prend grand intérêt à la nouvelle de mon mariage, qui doit, suivant son expression, accroître notre bonheur de famille. Vous entendrez souvent parler d’elle, et apprendrez à la connaître, et à lui porter comme nous un vif attachement. (Auguste Duméril à sa cousine et fiancée, 28 mars 1843)

Sa fiancée lui répond, elle « avai[t] entendu parler de Mlle Rath » au moment du mariage de son propre frère, en 1841 (lettre du 3 avril 1843).

Alphonsine Delaroche-Duméril et Mlle Rath sont donc parentes. On découvre en effet qu’elles ont un ancêtre commun, Abraham Rath (1620-1702), maître boulanger à Nîmes. Les descendants du premier mariage de celui-ci (dont Jean Louis Rath, marchand horloger, père de Mlle Rath) se retrouvent à Genève, négociants, marchands, artisans. Les descendants du second mariage (dont Marie Castanet, la mère d’Alphonsine Delaroche), à Lyon (négociants) puis à Genève.

  • Un carnet laissé par Auguste Duméril, chronologie des événements de sa vie entre 1843 et 18702 donne des éléments qui permettent de poursuivre les recherches. Il note :

1er Juillet 1844 : « Mlle Rath part pour Genève après un séjour d’un mois à Paris où elle n’était pas venue depuis 7 ans. »

24 novembre 1856 : «  Mort de notre cousine, Mlle Rath. »

Sur les traces de Mlle Rath

Les deux éléments, « famille Rath » et « Genève » pointent immédiatement sur le musée Rath de Genève, « le premier musée des beaux-arts de Suisse », qui porte le nom de son mécène. Simon Rath (1766-1819), revenu à Genève après une carrière militaire, laisse sa fortune à ses deux sœurs avec la promesse qu’elles l’utiliseront pour leur pays. Fidèles au vœu de leur frère, elles offrent au gouvernement genevois une somme qui finance un musée des beaux-arts. Le musée est ouvert au public en 1826.

Il y aurait donc deux demoiselles Rath ? Quelle est celle dont parlent les lettres ? Commodité de l’Internet et des courriels, des contacts sont faciles à établir. Le centre de documentation du département des beaux-arts de Genève, sollicité, fait des recherches : si l’une des deux sœurs « est assez bien documentée », les dates de naissance et de décès de l’autre, très proches de celles de sa sœur, suscitent « de gros doutes quant à leur fiabilité ». Je suis alors orientée vers les archives d’État et les archives de la Ville de Genève. Puisant à plusieurs sources3, ces services me transmettent en particulier un renseignement décisif : Jeanne Françoise Rath, l’aînée, est décédée en 1831. Donc Mlle Rath, celle des lettres Duméril, est la plus jeune sœur, Jeanne Henriette, née le 12 mai 1773, décédée le 24 novembre 1856. Mes divers interlocuteurs et interlocutrices genevois fournissent gracieusement références et photocopies de notices qui permettent de découvrir Henriette Rath4.

Henriette Rath, une artiste

Henriette Rath, mécène, est aussi une artiste. L’incontournable Bénézit5 la présente comme « peintre de portraits et d’émaux, miniaturiste », « élève d’Isabey », ayant figuré au Salon en 1799, 1801 et 1810 « avec des portraits et des miniatures » ; la fondation du musée genevois est également mentionnée.

Une notice rédigée par Fabienne Xavière Sturm en 1998 pour l’Institut suisse pour l’étude de l’art (ISEA) précise qu’après des études de dessin dans la classe de Renée Sarasin-Bordier à Genève, Jeanne Henriette Rath se rend à Paris en 1798 (elle a 25 ans). Là, « le grand maître de la miniature Jean-Baptiste Isabey la prend comme élève ». Sensible à « la virtuosité et [à] l’audace » de la jeune artiste, Isabey lui confie des portraits et des copies, et reconnaît son excellence en l’introduisant auprès de sa clientèle, en particulier la famille impériale russe ». De retour à Genève, elle s’occupe avec d’autres femmes peintres de l’Académie de jeunes filles de la Société des arts. Jeanne Henriette Rath voyage : en Russie auprès de son frère (1810), à Berne (1813), en Italie (1815). Les portraits qu’elle exécute avec une grande finesse manifestent « acuité de regard », « attention sensible » aux modèles et une certaine « mélancolie ». F. X. Sturm voit en J. H. Rath « une figure de l’intelligentsia genevoise », « une femme indépendante, fortunée et engagée, luttant jusqu’à l’épuisement pour faire avancer la cause de l’art et du patrimoine ».

On aimerait lire les lettres échangées entre Henriette Rath et Alphonsine Delaroche-Duméril et on peut rêver aux désirs que la vie créatrice et indépendante de l’artiste a fait naître (ou non) chez sa cousine, sa cadette de 5 ans, elle aussi genevoise de naissance.

*

Henriette Rath, Autoportrait (entre 1810 et 1820), huile sur toile (haut 35 cm, larg 32 cm), Musée d'art et d'histoire, Genève. Don de Mme David Ramu, 1911 (N° d'inventaire : 1911-0031)

Henriette Rath, Autoportrait (entre 1810 et 1820), huile sur toile, hauteur 35 cm, largeur 32 cm, © Musée d’art et d’histoire, Genève. Don de Mme David Ramu, 1911, inv.n° : 1911-0031. Photo Bettina Jacot-Descombes.

 

  1. Voir le billet : « Quel index choisir ? ». []
  2. Seuls les extraits du carnet d’Auguste Duméril, relatifs à sa fille Adèle, sont actuellement transcrits sur le site. []
  3. Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, V, Neuchâtel, 1930 ; Pierre Bertrand, « La famille Rath, bienfaitrice de Genève », Tribune de Genève, 16 août 1958 ; Louis Sordet, Dictionnaire des familles genevoises, manuscrit du XIXe siècle. []
  4. Voir aussi Noémie Etienne, « Les demoiselles Rath et l’insitution artistique à Genève autour de 1800« , Post Tenebras Luxe, Genève, Labor et Fides, 2010, pages 66-87. []
  5. Emmanuel Bénézit (1854-1920), Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, nouvelle édition en 10 volumes, Gründ, 1976. []

Louis Bergeron

 

Je ne vais pas faire ici une nécrologie (on pourra lire l' »Hommage à Louis Bergeron » de Marie-Vic Ozouf-Marignier et François Weil dans la Lettre de l’EHESS de février 2015) mais un billet de tristesse. C’est Monsieur Bergeron, alors directeur du Centre de recherches historiques, qui nous avait signalé l’existence du fonds privé Duméril-Mertzdorff-Froissart, fonds qui a donné lieu à la publication de notre ouvrage Ces bonnes lettres1, et qui est à la source du site S’écrire au XIXe siècle.

L’intitulé de la thèse de Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens : du Directoire à l’Empire2 indique les deux principales directions de ses recherches : la période révolutionnaire et impériale, et les questions économiques et urbaines.
Pierrette Lebrun-Pézerat, Cécile Dauphin et moi travaillions de longue date sur des statistiques plus ou moins en lien avec la correspondance : celles qui mesurent la capacité des jeunes français et françaises à lire et à écrire3 ou celles du courrier qui circulait au milieu du XIXe siècle4. Mais les données quantitatives, aussi sophistiquées fussent-elles, ne suffisaient pas à saisir la spécificité d’une histoire de l’écriture épistolaire. Nos recherches dans le fonds du Musée de la Poste ou du côté des manuels épistolaires5 nous avaient fait entrevoir la multiplicité des fonctions de la lettre dans un siècle marqué par la mobilité des personnes et des choses. Seuls les textes et les objets pouvaient atteindre les pratiques et leurs significations. Nous étions donc en quête d’archives à explorer.

C’est à ce moment, au début des années 1990 que Monsieur Bergeron nous a orientées vers la famille Froissart. Lui-même avait travaillé sur les archives industrielles de leur usine de Vieux-Thann en Alsace où l’existence d’autres archives lui avait été signalée, familiales celles-là. Munies de sa recommandation, nous nous sommes présentées à M. Ludovic Damas Froissart, qui nous a généreusement donné accès aux boîtes de la correspondance de ses ancêtres qu’il conservait6. Ces lettres sont maintenant en cours d’édition.

Au moment où M. Louis Bergeron s’éteint, une pensée reconnaissante devait lui être adressée, en souvenir de l’attention courtoise, discrète et érudite qu’il nous manifestait.

P.S. Un an après la disparition de M. Louis Bergeron, le Centre de recherches historiques de l’Ecole des hautes études en sciences sociales a consacré  une journée, le 23 octobre 2015, à sa mémoire (voir le programme : http://crh.ehess.fr/index.php?4703).

 

  1. Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pézerat, Danièle Poublan, Ces bonnes lettres. Une correspondance familiale au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1995. []
  2. Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens : du Directoire à l’Empire, Paris IV, 1974. []
  3. François Furet et Jacques Ozouf, Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Les Éditions de Minuit, 1977. []
  4. Roger Chartier (dir), La Correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1991. []
  5. Cécile Dauphin, Prête-moi ta plume. Les manuels épistolaires au XIXe siècle, Kimé, 2000 []
  6. Voir le billet « Des lettres dans le grenier » posté le 14 février 2013 []

1914

On n’échappe pas aux commémorations. Sur le site, le déroulé chronologique commencé à la fin du XVIIIsiècle a actuellement atteint l’année 1875 ; pour faire écho à cette actualité, nous avons décidé en 2014 de faire un saut et d’aborder les lettres écrites pendant la guerre de 1914-1918. Le temps est venu de présenter cette nouvelle partie du corpus des lettres familiales qui sera progressivement mise sur le site1 et d’en situer les protagonistes.

 La famille Duméril-Froissart en 1914

André Marie Constant Duméril (1774-1860) est le premier personnage autour duquel s’ordonne la correspondance déjà sur le site. « Élève de la patrie » en 1795, il obtient une bourse pour étudier à Paris où il devient médecin naturaliste. Il exerce des fonctions d’enseignement et de recherche à l’École de médecine et au Muséum d’histoire naturelle.
Le deuxième personnage est introduit par sa petite-fille tôt disparue, Caroline Duméril (1836-1862) : c’est Charles Mertzdorff (1818-1883), industriel du blanchiment des tissus à Vieux-Thann (Alsace) qu’elle épouse en 1858. Le couple a deux filles, Marie (1859-1936) et Émilie (1861-1933).

En 1875, dans les lettres lisibles sur le site, Émilie Mertzdorff est une jeune fille encore très enfantine par ses occupations : les études, les jeux, les amies, la famille proche, la pratique religieuse, le piano. Nous la retrouvons en 1914, mariée à un militaire, Léon Damas Froissart (1852-1923), officier d’artillerie et propriétaire terrien dans le Pas-de-Calais. Léon Damas Froissart et Émilie Mertzdorff ont six enfants, nés entre 1884 et 1895. Leurs quatre fils et leurs deux gendres sont mobilisés pendant la guerre, et aucun n’est tué.

Les lettres écrites pendant la guerre

  • Un corpus cohérent

Les lettres conservées sont celles écrites par Émilie Mertzdorff-Foissart et, dans une moindre mesure, par son époux, à leur plus jeune fils Louis Froissart – soit 200 lettres environ.

Un second paquet de plus de 150 lettres émane de Guy de Place (1874-1928), époux d’Hélène Duméril (arrière-petite-fille du savant André Marie Constant Duméril), directeur de l’usine de Charles Mertzdorff (†) en Alsace (allemande depuis 1871). L’usine est en partie détruite par des bombardements, mais l’industriel mobilisé assure à distance la gestion des biens et des personnes par l’intermédiaire de son chargé d’affaires, M. Meng.

  • Des lettres originales

Ces deux ensembles de lettres écrites pendant la guerre offrent chacun une version originale des événements et chacun a un intérêt particulier.

La commémoration de la Première Guerre mondiale se manifeste par l’exhumation et la publication de quantité de témoignages et de lettres de soldats ; les lettres des parents à leurs fils mobilisés ne sont pas rares. Ici, cas particulier, le père est lui-même un militaire qui aspire à reprendre du service (il a 62 ans en 1914) et n’hésite pas à ressortir son uniforme et contacter ses relations dans l’armée pour orienter ses fils vers l’artillerie. Par ailleurs, les lettres de la guerre s’inscrivent dans un continuum qui commence et se termine dans les années de paix. On pourra lire les modifications qui affectent les relations entre les correspondants habituels et les transformations éventuelles des modes d’expression.

Moins fréquentes sont les lettres publiées qui détaillent la marche d’une entreprise, sa survie plutôt, au milieu des destructions. Ces missives, qui vont du courrier d’affaires aux lettres amicales, sont conservées dans les archives familiales, comme les autres lettres. À ce titre, malgré leur caractère particulier, elles trouveront place sur le site.

Entamer une nouvelle tranche chronologique, même si se retrouvent des personnages déjà rencontrés quarante ans plus tôt, opère une ouverture vers d’autres milieux sociaux.

  1. Fin 2016 toutes les lettres écrites pendant la guerre (plus de 450) sont publiées. []

Les discours sur la tombe

De très nombreux articles paraissent depuis de début du mois d’avril 2014, à la suite de la disparition de l’historien médiéviste Jacques Le Goff. Hommages, rappels de ses œuvres majeures et de sa conception novatrice de l’histoire, souvenirs de relations personnelles, synthèses historiographiques, cartographie d’une pensée originale en mouvement, mentions des engagements institutionnels, universitaires et citoyens, etc. éclairent de façon resserrée une personnalité. Au-delà de l’émotion que l’usage des moyens audio-visuels avive (réentendre une voix, retrouver des attitudes), tous ces témoignages et analyses rassemblés constituent un ensemble documentaire original, dont la dimension biographique n’est pas absente.

En cohérence avec l’attention portée aux personnes citées dans les lettres, aux relations et aux réseaux que ces mentions indiquent, cette catégorie de « discours sur la tombe » a été retenue pour figurer sur le site S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale. À côté des lettres figurent donc les discours prononcés en 1860 sur la tombe d’André Marie Constant Duméril, l’un des correspondants majeurs des lettres familiales. Comme le précise la notice nécrologique de Charles Dunoyer : « Six orateurs ont pris successivement la parole, et, faisant un rapide retour sur cette vie presque séculaire, ils se sont efforcés de donner une idée des longs et excellents travaux qui l’avaient remplie. » Cette notice, ces six discours, ainsi que deux autres ultérieurs, tous publiés, dessinent le réseau intellectuel et social du savant :

  •  Discours prononcé au nom de la Faculté de Médecine de Paris, le 16 août 1860, sur la tombe de M. Duméril, l’un des professeurs de cette faculté par M. le professeur Cruveilhier.
  •  Discours de M. Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, membre de l’Académie, directeur du Muséum d’histoire naturelle, au nom du Muséum.
  •  Paroles prononcées le 16 août 1860 par M. le Docteur Laboulbène sur la tombe de M. Duméril
  •  Discours de M. [Henri] Milne Edwards, vice président de l’Académie, prononcé aux funérailles de M. Duméril, le jeudi 16 août 1860.
  •  Discours prononcé le 16 août 1860 au nom de l’Académie impériale de médecine, par M. le professeur Piorry sur la tombe de M. Duméril
  •  Discours de M. A. Valenciennes, membre de l’Académie, prononcé le 16 août 1860 sur la tombe de M. Duméril
  •  Discours prononcé dans la séance de rentrée de la Faculté de médecine de Paris, le 15 novembre 1861 par Alfred Moquin-Tandon
  •  Éloge historique d’André Marie Constant Duméril par M. [Pierre] Flourens, secrétaire perpétuel, lu à l’Institut impérial de France, dans la séance publique du 28 décembre 1863.

Dans ce moment singulier du deuil, ces évocations évitent les querelles ouvertes et préfèrent gommer les critiques les plus vives. Elles soulignent les filiations et affinités intellectuelles, signalent les étapes de la vie professionnelle et offrent des éléments biographiques. Une sorte de bilan est ainsi dressé, à la lumière des enjeux et des intérêts scientifiques du temps, qui aide à comprendre ce qu’il y a dans la pensée scientifique de plus marquant pour cette époque. Des mises en relation avec les textes épistolaires sont possibles. Et sur les omissions et les zones laissées dans l’ombre par ces discours il faudrait aussi se pencher…

L’Association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique (APA)

L’APA dispose d’un site et fait l’objet d’un article sur Wikipédia, ce qui dispense ici de répéter certaines informations. Il suffit de savoir que l’APA, association d’intérêt général créée en 1992 et dont le siège est à Ambérieu-en-Bugey (Ain), a pour but de recevoir, conserver, analyser et faire connaître (avec l’accord des déposants) tous les écrits autobiographiques inédits. Une publication annuelle, le Garde-mémoire, présente les documents transmis à l’association, et une revue, La Faute à Rousseau, propose trois fois par an des dossiers thématiques et des réflexions sur le champ autobiographique1. Le projet documentaire est conçu à l’échelle de l’Europe ; si toutes les associations semblables qui recueillent mémoires et journaux intimes n’acceptent pas les correspondances, en France, en Italie, en Allemagne, par exemple, elles sont considérées comme faisant partie de plein droit du patrimoine autobiographique. Les notices du Garde-mémoire indiquent d’ailleurs l’imbrication des différents genres, comme par exemple, pour le XIXe siècle, les Mémoires de Justine Guillery, accompagnées de lettres à son frère (1815-1835) et les histoires familiales rédigées par Christine Buret-Cohen (Ma famille), Jean Barnaud (Le Temps n’est point galant homme…) ou Adolphe Charpin (Lettres à une épouse) à partir de lettres héritées. A côté de thèmes très divers, par deux fois, la revue s’est focalisée sur les correspondances.

Les correspondances dans La Faute à Rousseau (1993, 2003)

  •  L’un des premiers numéros de La Faute à Rousseau (le n° 4, octobre 1993) est consacré à la correspondance, avec un dossier « Au pied de la lettre ! ». Plusieurs auteurs témoignent de leurs propres pratiques épistolaires : lettres reçues autrefois et relues avec étonnement ; évocation d’un échange amical ; lettres retrouvées d’un père que sa fille n’a pas eu le temps de connaître et dont la parole vivante la bouleverse. L’APA recueille le plus souvent des documents qui datent du XXe siècle, aussi bien correspondances que journaux intimes. Cependant Philippe Lejeune peut présenter « une poignée de lettres du XIXe siècle », un ensemble qui court sur 4 générations de 1848 à 1905.
  •   Dix ans plus tard (octobre 2003, n° 34), le titre du numéro de La Faute à Rousseau passe du singulier au pluriel, de « la lettre » aux « Correspondances », dépliant l’éventail des perspectives. Dans le riche dossier proposé, qui donne des repères juridiques (« À qui appartient une lettre ? ») et historiques, évoque l’art postal ou le courrier électronique, visite des épistoliers célèbres (Kafka, Amiel, Fantin-Latour, etc.), propose des témoignages d’épistolières et d’épistoliers contemporains, dans ce dossier, donc, retenons par une lecture transversale deux points qui concernent plus spécialement l’éditeur de lettres ordinaires : la conservation et la publication.

Conservation des lettres

Françoise Simonet-Tenant souligne un rôle positif que peut avoir le marché d’autographes qui depuis le début du XIXe siècle fait apparaître des documents que leur valeur marchande a préservés. Mais le collectionneur d’autographes, lorsqu’il constitue et classe sa collection a une position très différente de celui qui « collectionne » une seule correspondance (voir le billet Des lettres/une correspondance).

Les réponses à un appel à témoignage lancé en 2002-2003 auprès d’épistoliers, lecteurs de Lire et de La Faute à Rousseau, invitent à interroger les pratiques anciennes à la lumière de quelques témoignages d’aujourd’hui : le sexe de l’épistolier (dans l’enquête majoritairement féminin), les différences entre lettres d’hommes et lettres de femmes, les fonctions de la lettres, les circonstances d’écriture, l’entrée en écriture, les brouillons ou la spontanéité, la réception du courrier, les modalités de conservation. « Beaucoup d’épistoliers conservent tout ou partie des lettres reçues », mais de manière « méthodique » ou « confuse », trouvant dans cette accumulation des « signes tangibles que l’on existe ou que l’on a existé pour quelqu’un d’autre ». Un autre article de Louis Vannieuwenborgh pointe, à propos d’Amiel (1821-1881) dont 6 000 lettres sont conservées sur les 50 000 échangées : « le nombre de lettres [conservées] croît avec le degré d’intimité qu’Amiel entretient avec ses correspondants ».

Publication des lettres

Les remarques de Françoise Simonet-Tenant, à propos du travail d’éditrice de Claire Paulhan, peuvent être reprises textuellement, car elles tracent un chemin que pourra suivre l’éditeur ordinaire : « éditer des textes autobiographiques […] implique des choix et des règles : le respect du texte, la volonté de rendre lisible un texte dont la destinée première n’était pas la publication – d’élucider donc obscurités et allusions –, le souci de ne pas juger et jauger le texte et son auteur, le désir de donner aux lecteurs et chercheurs un texte fiable, le plus proche possible du manuscrit d’origine. […] Il existe donc quasiment une morale de l’éditeur de textes autobiographiques qui suppose patience, rigueur, humilité »2.
Pour éditer, poursuit-elle, il faut « être prêt à consacrer beaucoup de temps et à investir beaucoup d’énergie pour déchiffrer une graphie parfois rebelle, expliciter nombre de points obscurs, aller à la pêche aux informations pour établir l’appareil critique, bref accepter d’être un travailleur de force qui œuvre dans l’obscurité pour mettre au jour un texte oublié ». Plus que pour le journal personnel, l’édition des lettres est difficile. Le journal en effet a une unité matérielle qui le rend moins vulnérable que des feuillets épars et limite les pertes, une unité aussi qui ordonne et évite le fouillis temporel ; les lettres sont plus énigmatiques que le journal, car elles supposent un savoir partagé entre les correspondants. Et l’auteur met en garde : souvent « on regarde la correspondance bien plus comme une collection de textes que comme un tout organique ».

Pour conclure, une citation et une invitation.

  • La citation. Des mots qui sonnent comme une promesse et un encouragement : « c’est le voyage absolument magique qu’on effectue dans le temps en découvrant de manière chronologique une correspondance s’étendant sur toute une vie adulte3 ».
  • L’invitation. Toujours dans ce numéro 34 de La Faute à Rousseau un autre article invite à une « Visite au Musée de la Poste ». Actuellement les collections permanentes de L’Adresse, Musée de La Poste ne sont pas accessibles ; le musée, en rénovation depuis octobre 2013, est fermé. Il faudra revenir au 34 boulevard de Vaugirard (Paris XVe) dans quelques mois…

blog-Capture-APAP.S. – Les prochaines Journées de l’autobiographie sur le thème « Écrire sa guerre : 1914-1918 » sont organisées par l’APA à Strasbourg et Emmendingen, du 6 au 9 juin 2014. Neuf ateliers sont prévus le dimanche matin, dont l’un sera consacré aux cartes postales4 (étaient-elles roses ou bleu-blanc-rouge ?).

  1. Parmi les derniers thèmes de La Faute à Rousseau : Masculin/Féminin, Cinéma et autobiographie, L’animal et nous, Anniversaires, Politique et autobiographie, Enfance et langage, Trajectoires sociales, Voix et autobiographie, Les objets d’une vie. []
  2. La Faute à Rousseau, « Correspondances », n° 34, octobre 2003, p. 51. []
  3. Catherine Bierling, à propos de la correspondance entre les deux peintres Otto Scholderer et Henri Fantin-Latour, 1858-1902 (La Faute à Rousseau, n° 34, p. 45). []
  4. Voir le billet : « Les cartes postales« . []

L’AIRE, du bulletin à la revue

« La correspondance crée du lien et l’entretient » affirme Geneviève Haroche Bouzinac sur le site de l’AIRE (Association Interdisciplinaire de Recherches sur l’Épistolaire). Avec un but fédératif et informatif similaire à son objet, cette association vise à réunir ceux qui étudient « les lettres ». L’AIRE est issue en 1988 de l’Association des Correspondances, elle-même née à Nantes en 1981 à l’occasion d’un colloque. L’AIRE organise des journées d’études et des colloques, propose un site et publie une revue « littéraire et historique », Épistolaire, consacrée aux correspondances d’écrivains et au discours épistolaire. Regard rétrospectif.

Le Bulletin de l’AIRE   

Le premier Bulletin de l’AIRE paraît en février 1988 ; il s’annonce semestriel et compte 12 pages. Le comité directeur rassemble six hommes et une femme, universitaires (en littérature, linguistique, histoire, sociologie), psychanalyste ou conservateur de bibliothèque ; tous vivent en France, mais des correspondants internationaux sont mentionnés (en Europe, au Canada, en République Sud-africaine).

Le compte-rendu du colloque tenu à Cerisy en juillet 1987 occupe l’essentiel de ce premier numéro, mettant en évidence, à travers les résumés des conférences et tables rondes, « la diversité des expériences » des chercheurs et amateurs qui interrogent l’épistolarité : du Moyen-âge à l’époque contemporaine, sont abordées les questions de la rhétorique épistolaire, de l’édition et de la publication, des lettres ouvertes, des lettres d’amour, du roman épistolaire, de la lettre représentée dans les tableaux, de l’écriture littéraire et de l’écriture privée ou de l’intime, des manuels, du service postal, etc. Cette richesse des points de vue justifie de rassembler les questions posées, de confronter les réponses dans un cadre pérenne – ce sera l’AIRE. Son Bulletin voudrait toucher des chercheurs d’horizons différents (philosophie, sciences humaines, beaux-arts) comme les professions les plus diverses (plasticiens, écrivains publics, pédagogues, postiers). Faire circuler les informations sur colloques et séminaires, se connaître et se faire connaître, tels sont les premiers objectifs fixés.

L’Épistolaire, Revue de l’AIRE 

Au fil des numéros du Bulletin, la rubrique bibliographique s’étoffe, les chroniques se diversifient : comptes rendus d’ouvrages, iconographie et curiosités épistolaires, travaux en cours, etc. À l’automne 1999, un nouveau titre s’impose pour la publication : l’Épistolaire ; la nouvelle revue de l’AIRE, forte de 70 pages, est diffusée par l’éditeur Honoré Champion. Elle ne cesse de s’étoffer : les derniers numéros, annuels, dépassent les 300 pages. Dans les chroniques habituelles et le « dossier » propre à chaque livraison, le point est fait sur les correspondances : autour d’un thème (l’amitié, la mélancolie, la rêverie, l’utopie, la création, l’expérience du temps) ; au sein d’un groupe spécifique (les artistes, la Nouvelle Revue Française, les écrivains) ou autour d’un écrivain particulier ; en lien avec d’autres genres littéraires (la poésie, le journal personnel, le billet) ou créatifs (le cinéma). L’éventail des intérêts est large : un dossier aborde les problèmes d’édition, un autre les supercheries épistolaires. Pris dans le faisceau de ces études, le genre épistolaire révèle ses formes et caractères originaux, modulés par l’époque et les circonstances. Les courriels eux-mêmes deviennent objets d’études.

Le statut et les publications des membres du bureau qui animent l’association sous la présidence de Brigitte Diaz (on trouvera leurs noms sur le site) indiquent que la tonalité de l’AIRE est essentiellement littéraire1. Le dialogue entre les disciplines se révèle difficile à construire et à poursuivre. Cependant chercheurs en sciences humaines et lecteurs de correspondances trouvent dans la revue l’Épistolaire un lieu de réflexion stimulant et érudit2.

Capture-AIRE

  1. Note ultérieure : le numéro 39 de la revue (paru en décembre 2013) a pour titre La Lettre et l’Histoire. Dans le prolongement de ce dossier, le film de Laurent Veray, La Cicatrice. Une famille dans la Grande Guerre, est présenté lors de l’assemblée générale annuelle de l’association le 11 avril 2014. []
  2. Voir le billet sur le numéro 40 de la revue : « Dire l’épistolaire« . []

La signature

Dans une définition minimale de la lettre, celle-ci est un texte adressé et signé. La signature est le geste qui marque la fin de l’écriture du message (fin provisoire parfois, suivie de la relecture ou de l’ajout de quelques lignes). Comme les autres éléments du texte épistolaire, la signature a ses codes : « La position de la Signature a ses usages aussi, et même, en certains cas, son étiquette et son cérémonial » (Charles Dezobry, Dictionnaire pratique et critique de l’art épistolaire : avec des préceptes et des conseils sur chaque genre…, 1866, article « De la signature des lettres»). « Avec des amis, vous signez où vous pouvez, dans un petit coin de page, à la suite de la dernière ligne de votre lettre » préconise Dezobry. Mais il conseille , « pour des épîtres cérémonieuses », de « faire comme si vous étiez à l’audience du personnage à qui vous écrivez » et d’« observer une respectueuse distance et le saluer d’un peu loin. »

Aux origines de la signature

Depuis la parution de son ouvrage La Signature. Genèses d’un signe (Gallimard, 1992), Béatrice Fraenkel n’a cessé d’analyser cette pratique, comme lors de son séminaire 2012-2013 à l’EHESS, « La Signature : usages et valeurs » , où elle revenait sur « plusieurs dimensions contradictoires de la signature : sa dimension cryptographique et sa valeur d’exposition (voire d’ostentation), son statut d’autographe et sa reproductibilité mécanique, sa nature individualisante et ses usages collectifs ». Dans son ouvrage, elle l’étudie dans la longue durée. Loin d’être « une sorte d’embryon du savoir lire et écrire » (p. 8), elle montre que la signature est un signe d’identité, qui permet de reconnaître un individu à travers des caractéristiques propres à chaque époque. Entre le VIe et le XVIe siècle, la signature cohabite avec d’autres signes d’identité où l’image domine : armoiries, sceaux, insignes, etc. ; à partir XVIe siècle, l’image cède devant l’écrit, tandis que les traits distinctifs de chaque individu s’affichent, plutôt que son groupe d’appartenance. Le lien étroit que l’individu entretient avec sa signature s’affirme. La signature, forme ancienne de validation des actes publics, en référence à Dieu et au roi, devient peu à peu une manifestation de la personne, avec son nom propre, sa présence et sa volonté individuelle.

Signature de François Delaroche-1812-à son beau-frère
Signature de François Delaroche-1812-à son beau-frère

Signer au XIXe siècle

Pour ce qui nous occupe, dans les lettres ordinaires du XIXe siècle, la signature est dépouillée de sa symbolique et de son apparat anciens. Elle manifeste la présence du scripteur, elle inscrit sur la page sa trace personnelle. L’identité graphique proposée par la signature suppose que ce signe soit reconnaissable, identique au fil des lettres – tout en écartant l’exacte reproduction mécanique. Les signatures renseignent sur « les goûts, les fantaisies, les modes, les attitudes de chacun face aux normes de son temps » (Fraenkel, p. 11). Et c’est bien ainsi que la signature est lue : comme un indice de la personnalité de l’auteur.

Louis Daniel Constant Duméril-1795-à sa mère
Louis Daniel Constant Duméril-1795-à sa mère
Eugénie Desnoyers-1863-à sa sœur
Eugénie Desnoyers-1863-à sa sœur (fantaisie exceptionnelle)

Bien que pour Dezobry, la signature soit même inutile dans ces sortes de lettres (« nous prétendons que la Signature légale, au bas d’une lettre d’amitié, comme on la mettrait dans un acte de notaire, est presque ridicule ») les lettres du corpus sont (presque) toujours signées.

  • Signature du nom, avec ou sans prénom
La jeune Marie Berger-1870-à une amie
La jeune Marie Berger-1870-à une amie
Alfred Desnoyers-1871-à son beau-frère
Alfred Desnoyers-1871-à son beau-frère

Avec le nom, la signature manifeste un statut social et matrimonial. Ici, la directrice d’un établissement d’enseignement, veuve, à la mère d’une élève :

Caroline Boblet, veuve Charrier-1872-à la mère d'une élève
Caroline Boblet, veuve Charrier-1872-à la mère d’une élève
  • Signature du prénom

 « La Signature par nom de baptême, quand ce nom est habituellement porté, est aussi très-convenable pour une lettre familière, surtout dans les lettres de femmes. Elle a même quelque chose de frais, de gracieux pour une jeune femme ; de plus intime et de plus affectueux pour l’amie ou l’ami à qui elle écrit. […] Cependant il ne sera peut-être pas inutile de faire suivre cette Signature en nom de baptême de l’initiale du nom de famille ou de femme. » (Dezobry)

Isabelle Latham-1859-à sa cousine et amie
Isabelle Latham-1859-à sa cousine et amie
  • Signature avec initiales

« Un Billet familier se signe encore très-bien par une ou deux initiales. »  Ces « signatures abrégées » « sont permises dans les lettres d’amitié, ou dans des billets sans importance réelle, et n’en sont pas moins parfaitement lisibles, ou plutôt intelligibles. » (Dezobry)

Alphonsine Delaroche-Duméril-1844-à son époux
Alphonsine Delaroche-Duméril-1844-à son époux

Transcrire la signature

Comment transcrire une signature, ce « signe hybride qui tient du mot et de l’image » ? (Fraenkel, p. 7). Lorsque le nom, le prénom, le surnom (« Crol » pour Caroline Duméril), les initiales sont clairement déchiffrables, la transcription est littérale.

Alphonsine Delaroche-Duméril-1806-à ses beaux-parents
Alphonsine Delaroche-Duméril-1806-à ses beaux-parents
Paule Arnould-1873-à une amie
Paule Arnould-1873-à une amie
Caroline Duméril ("Crol")-1858-à sa cousine et amie
Caroline Duméril (« Crol »)-1858-à sa cousine et amie

Mais cela ne permet que très partiellement de suivre les évolutions graphiques. Dans le corpus, les variations de la signature des adolescentes traduisent leur recherche d’elles-mêmes. Voici l’exemple de Marie Mertzdorff :

Marie Mertzdorff à 4 ans-1863
Marie Mertzdorff âgée de 4 ans – 1863
Marie Mertzdorff à 11 ans-1870
Marie Mertzdorff âgée de 11 ans – 1870
Marie Mertzdorff à 16 ans-1875
Marie Mertzdorff âgée de 16 ans – 1875 – à son père
Marie Mertzdorff (16 ans)- 1875-à son père
Marie Mertzdorff âgée de 16 ans – 1875 – à son père

 

Marie Mertzdorff à 16 ans-1875 (nom signé à l'envers)
Marie Mertzdorff âgée de 16 ans – 1875 – à son père (syllabes du nom inversées)
Marie Mertzdorff à 16 ans-1875 (autre forme de signature "à l'envers")
Marie Mertzdorff âgée de 16 ans – 1875 – à son père (autre forme de signature « à l’envers »)

Revisitant le site, je constate des hésitations entre plusieurs partis-pris lorsque se manifeste « la manie du seing illisible », travers des « officiers ministériels, surtout des notaires » mais aussi des « négociants »   selon Dezobry.

Charles Mertzdorff (industriel)-1874-à sa fille
Charles Mertzdorff (industriel)-1874-à sa fille

Mettre « Ch Mff », « Charles Mertzdorff », « Charles Mertzdorff » ? Le fac-similé de la lettre pallie les approximations de la transcription.

De l’art du titre

Dans les bibliothèques, les livres sont rangés sur les rayons, n’offrant aux regards que leur dos ; sur cette surface réduite, les caractères imprimés (nom de l’auteur, titre, cote de classement) n’attirent pas le regard. De ces motifs qui se suivent par dizaines sur les étagères seul émerge souvent celui que le regard traque, que l’attention isole et permet de déchiffrer. Mais quelquefois les bibliothécaires, disposant d’un espace libre, retournent le livre et donnent à voir sa couverture où se déploie le titre. C’est ainsi que j’ai été attirée par le graphisme d’une couverture : Le Titre dans tous ses états.

Le Titre dans tous ses états,  Zoé Vayssières, Archibooks, 2013 (Couverture)
Le Titre dans tous ses états, Zoé Vayssières, Archibooks, 2013 (Couverture)

Titrer une œuvre

Pour découvrir ce qui se cache derrière un titre, Zoé Vayssières a posé une série de questions à des artistes, des musiciens, des cinéastes, des écrivains : Quelle est la genèse de vos titres ? Sont-ils au départ de la création ? un jeu, une référence ? Sont-ils de vous ou de l’éditeur ? Et les sous-titre ? Quelle est votre définition du titre ? etc. Ces témoignages singuliers sont accompagnés d’éclairages plus synthétiques et historiques.

Le linguiste Pierre Encrevé s’interroge (pages 36-41) : pourquoi des titre ? Dans une société qui « ne fait confiance qu’au langage », on titre peintures et sculptures, même les plus anciennes (Bison bondissant de la grotte d’Altamira) qui « n’en avaient aucunement besoin ». On risque alors d’imposer cet « écran » entre le spectateur et l’œuvre, de le « dérouter ». Et pour les œuvres abstraites, de les masquer. Encrevé montre que parfois le titre a autorisé des sujets interdits par la société (Vénus légitime une femme nue) ou qu’au contraire, supprimé (la page de couverture arrachée), il banalise ou dissimule le contenu (un livre interdit par la censure). Mais le titre aussi – le plus souvent – apporte renseignements, références, aide à la mémorisation. Il est l’appel au lecteur et son guide. Il apparaît donc important de donner un titre adéquat à son site.

Titrer un site

Réducteur mais utile, le titre d’un site est indispensable. Le choix n’est pas anodin ; il est le sésame qui introduit le lecteur, l’annonce qui pointe le sujet ; il est promesse et repère ; il crée une attente et balise la lecture. On pourra s’inspirer des catégories repérées par Anne de Marnhac (Le Titre dans tous ses états, p. 48-54) pour titrer (et sous-titrer) un site sur les correspondances. Parcourant les rayons de la littérature, elle énumère des formes possibles de titres :

  •  les titres qui annoncent clairement le genre : souvenirs, chroniques, journal, confessions, lettres. Une seconde partie devra préciser qu’il s’agit d’un « curé de campagne », d’une « jeune fille rangée » ou de groupes familiaux ou amicaux. Classique et efficace. Peut se combiner avec la catégorie suivante.
  •  les titres circonscrits à un nom propre (Madame Bovary) ou un simple prénom (Nana). Cette forme semble particulièrement pertinente pour publier une correspondance en présentant d’emblée l’épistolier principal. Ainsi, sur mon site, les noms des familles écriveuses (Duméril, Mertzdorff) sont mentionnés. Une ombre de tristesse (Albertine disparue) ou une marque insolite donnent au personnage un surcroît de présence. L’ajout d’une seconde partie (introduite par exemple par la conjonction « ou » : Émile ou De l’éducation) précise les enjeux des documents proposés.
  •  les titres fleuves. A la manière de titres anciens, on peut présenter tout le projet et développer le programme : Le Secrétaire de la cour impériale de France, ou modèles de placets, pétitions et lettres adressés à l’empereur à l’impératrice, aux princes et princesses de la famille impériale… précédés d’une notice sur l’étiquette et suivis de modèles de lettres sur divers sujets, pour toutes les classes de la société ; précédés, 1° d’une notice relative à la réception des ambassadeurs ; 2° du cérémonial observé à la cour... (1811).
  •  les titres simples, inspirés souvent de la littérature pour la jeunesse, qui se déclinent en autant de lieux (Tintin au Tibet, Tintin au Congo). Ils permettent de débiter le corpus en tranches bien identifiées.
  •  les titres en vogue au XVIIIe siècle (Les Égarements du cœur et de l’esprit), qui concilient « narration de vies » et « leçon de vie » et orientent vers une lecture plus romanesque.
  •  les titre prêtés, « car empruntés à d’autres livres ». Shakespeare (Le Bruit et la Fureur), Baudelaire (Les Merveilleux Nuages) et les poètes en général sont d’inépuisables pourvoyeurs pour les sites les plus « littéraires ».
  • les titres qui reprennent une phrase ou une expression contenue dans les textes qui sont présentés (à la manière de l’article J’accuse). « Bonne lettre », formule récurrente  dans la correspondance Mertzdorff, avait servi de titre au livre qui lui est consacré : Ces Bonnes Lettres ; pas très aguichant, mais on n’a pas trouvé mieux !
  •  les titres trompeurs, flous ou bizarres sont en général à proscrire. L’insolite sied à Ionesco (La Cantatrice chauve), moins à l’éditeur de correspondances.

Si, après la lecture de ce livre, le titre du site de la publication en ligne « S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale » et celui de ce carnet « Publier une correspondance » ne me semblent pas devoir être changés, je reconnais que des pistes différentes auraient pu être explorées. Mais sans doute le ton universitaire canalise la fantaisie…

Pour terminer, ces mots de Tristan Bernard : « Un bon titre n’a jamais sauvé une mauvaise pièce. »

La mue technique du site « Correspondance familiale »

Vieillissement des supports matériels

Dans les bibliothèques, il arrive que des livres ne soient pas disponibles : envoyés à la reliure, au désamiantage, en traitement pour la déacidification du papier, etc. La conservation curative des supports traditionnels et leur préservation imposent leur retrait temporaire et l’intervention de spécialistes en analyse des matériaux et conditions de leur vieillissement. Papiers, encres, conditionnements anciens, gélatines, matières picturales, fongicides, etc. sont scientifiquement étudiés en laboratoire pour prévenir au mieux la dégradation des volumes.

Obsolescence des supports immatériels

Les supports immatériels posent d’autres problèmes, leur entretien appelle d’autres méthodes. Le passage d’un état du logiciel à un état réputé plus performant, plus complet, plus commode, se vit parfois comme une mue qui ouvre une période de retrait, de vulnérabilité, d’incertitude. C’est ce qui attend le site Correspondance familiale.

Comme l’explique le billet Transcrire les lettres, le logiciel d’édition électronique utilisé est Lodel. La version actuelle de Lodel (.7) devient obsolète ; il faut migrer vers la version .9 et bientôt vers la version 1. Le site, par son volume, le nombre des documents qu’il héberge et la complexité des liens internes qui renvoient des lettres aux compléments biographiques ou monographiques – et réciproquement – en un entrecroisement dense d’auto référencement, nécessite, semble-t-il, une intervention lourde et inédite de l’ingénieur compétent.

Une délicate période de mue

Cette question de l’évolution technologique des logiciels, évolution constante et inévitable, est à prendre en compte dès le départ. Cela se révèle d’autant plus compliqué que l’on sait rarement alors ce que sera finalement le site et de quelle façon évoluera la technique. Les choix sont faits par visibilité réduite d’un probable devenir. Au commencement de ce site, et malgré une version « 0 » (ou pilote) d’une centaine de lettres pour roder le fonctionnement des index, aucune prévision ne pouvait raisonnablement en laisser deviner l’état actuel.

Pendant les travaux, le public pourra accéder au site, dans une version « figée » car toute intervention me sera impossible durant cette période. Le système d’adressage à l’extérieur du site (dans ce blog, entièrement lié au site) sera ensuite à reprendre. Une pause est ainsi nécessaire dans l’alimentation du site et du blog. J’espère que cette suspension n’excèdera pas le mois de juillet. Que les migrations, techniques et estivales, soient bénéfiques à toutes et à tous !

 PS. 1 – Septembre 2013. Rien n’est fait ! Les opérations n’ont pas pu être effectuées cet été et la migration est renvoyée à plus tard. Donc l’alimentation en lettres du site reprend comme avant, et celle du carnet en billets…

PS. 2 – Mi-janvier 2014. La migration est effectuée ; restent encore quelques réglages à faire. Voir l’optimiste billet de janvier 2014

PS. 3 – Mai 2014. Des ajustements sont encore nécessaires (possibilité de lire une lettre après l’autre, mots disparus à restituer, etc.)

Des lettres / une correspondance

De nombreuses lettres sont publiées, hors du domaine de la littérature et à distance des personnages célèbres. Lire une lettre de ces inconnus, c’est entendre une voix, écouter une histoire ou un fragment d’histoire. Pour cela, les lettres captivent ; on veut savoir ce qui est arrivé avant et ce qu’il arrivera ensuite, ou bien ce que d’autres ont dit dans les mêmes circonstances. Les éditeurs de lettres optent pour deux choix différents : proposer les échanges d’un épistolier particulier (ou d’un groupe) et faire entendre des dialogues singuliers ou bien rassembler les lettres autour d’un thème en préférant des voix multiples.

Des voix multiples

  • Les recueils de lettres connaissent un grand succès, dont les Paroles de poilus : lettres et carnets du front 1914-1918 publiées en 1998 dans la collection Librio (une collection très bon marché) donnent un bon exemple. Succès auprès des auditeurs de Radio France (par l’intermédiaire de laquelle sont lancés les appels à documents) et succès de librairie puisqu’en 2012 paraît dans la même collection, sous la direction de Jean-Pierre Guéno : Paroles de : les plus belles lettres écrites pendant les Première et Seconde guerres mondiales, étui qui réunit six volumes : Paroles de poilus ; Mon papa en guerre [lettres de pères et mots d’enfants, 1914-1918] ; Paroles d’étoiles [mémoire d’enfants cachés, 1939-1945] ; Paroles de l’ombre [lettres, carnets et récits des Français sous l’Occupation, 1939-1945] ; Paroles du jour J [lettres et carnets du Débarquement, été 1944] ; Passeur de mémoire. L’entreprise se revendique « humaniste et littéraire » et répond au goût du public pour des paroles familières, réputées « vraies », à la suite de l’intérêt porté par les sciences humaines aux « gens ordinaires » et à leurs écrits.
  • Des recueils de lettres existent depuis longtemps, mais réservés aux plumes célèbres : recueils consacrés à un seul auteur (Jacques Du Perron,  Les Ambassades et négociations… avec les plus belles lettres… qu’il a écrittes… et celles qui luy ont été adressées… , 1623), recueils « généralistes » (Les Plus belles lettres des meilleurs auteurs françois du lexicographe Pierre Richelet, 1689) ou encore recueils « à thème », centrés sur l’amour (l’amour fournit un thème inépuisable) ou d’autres circonstances (Les Plus belles lettres de consolation de l’abbé Claude Peyroux, dont la date de parution, 1917, en fait éventuellement un ouvrage utilitaire). Certains manuels épistolaires qui se présentent sous la forme des recueils de lettres peuvent entrer dans cette catégorie d’ouvrages pratiques, que les lettres soient d’écrivains connus ou rédigées par l’auteur (voir Dauphin Cécile, Prête-moi ta plume… Les manuels épistolaires au XIXe siècle, 2000).

Une correspondance

Deux traits caractérisent la correspondance par rapport à la lettre isolée : la réciprocité et la durée. C’est ce qui est donné à voir avec le site S’écrire au XIXe siècle, une correspondance familiale. Une correspondance résulte d’une pratique ritualisée et se construit dans le temps. Il convient donc de respecter la logique qui préside à ces formes d’écriture puis de conservation et de restituer cet échange plus collectif qu’interpersonnel. Une lecture des lettres anciennes est proposée qui vise bien sûr à dévoiler un vécu quotidien, des formes d’intimité, mais aussi des manières de vivre ensemble, de mobiliser des compétences pour entretenir des relations et faire vivre le lien social. Au fil des pages et des années, on voit les épistoliers se réjouir ensemble des naissances, des mariages, des visites, des réussites scolaires et financières et aussi pleurer les morts et compatir aux souffrances. Mais également confronter valeurs et opinions. La correspondance familiale apparaît comme le lieu où se partage et se construit une vision du monde et de l’identité familiale. Un regard anthropologique est ainsi porté sur la fonction sociale des lettres, qui excède leur simple énoncé.

*

Lors des récentes journées de l’archéologie préventive (8-9 juin 2013), j’ai relevé cette recommandation sur « l’importance de l’étude de l’objet en place, sur le site de la fouille » : il est nécessaire d’expliciter le parcours de l’objet en suivant la séquence « fouille, étude, restauration, musée », faute de quoi, « arraché sans étude à son contexte archéologique, il devient un objet muet ». Cette démarche, transposée, apparaît pertinente pour les éditeurs, qu’ils publient des lettres ou une correspondance. Les lettres ne sauraient prendre sens hors d’une forme de mise en contexte.

Les livres de copies : autour d’Auguste Duméril

Des livres, ils ont l’aspect : format et reliure, plat en cuir orné de nerfs dorés. Mais lorsqu’on les ouvre, on découvre une écriture régulière qui remplit toutes les pages, numérotées en continu sur quatre volumes, de 1 à 1012. Un aperçu, la page 515  (lettre du 22 septembre 1846) :

Page 515 d'un livre de copies

 Les livres

  • Chaque volume a un titre :

Journal de M. Auguste Duméril, Membre de l’Institut, 1er Volume

Capture-livre copieAD1-titre

Lettres de M. Auguste Duméril, 2e Volume

Lettres de Monsieur Auguste Duméril à M. Henri Delaroche (suite), 4e Volume

Le premier volume compte 392 pages, le deuxième 396, et le dernier seulement 41 (le troisième volume, qui doit en compter 182, ne nous est pas parvenu).

  •  La dédicace, tout en haut de la première page, éclaire le projet :

Capture-anotation-1916-Félicité Duméril-livre copieAD1-p1

« Souvenirs rétrospectifs. Détails confidentiels légués dans ma 87e année à mes bons petits-enfants Pierre et Marie-Louise Soleil, en Septembre 1906. Vve Auguste Duméril ».

La veuve d’Auguste Duméril (1812-1870) est sa cousine Eugénie Duméril (1819-1914). Leur fille, Adèle (1844-1909) a épousé Félix Soleil (1839-1891) ; ils ont 5 enfants : Marie (1865-1943), Léon (1868-1943), Pierre (1870-1942), Louise (1872-après 1915), Auguste (1875-1932). Pierre Soleil épouse Marie-Louise Caillé (1878-1929) en 1899. C’est à ce couple que les volumes sont offerts. Ils ont eux-mêmes, en septembre 1906, trois enfants (le quatrième et dernier naît en décembre). Est-ce que les autres petits-enfants d’Eugénie Duméril ont eux aussi reçu des volumes manuscrits ? Nous ne le savons pas. Ceux que nous présentons ici nous ont été proposés par Xavier Soleil, petit-fils de Pierre, après la parution du livre Ces Bonnes Lettres. Une correspondance familiale au XIXe siècle (C. Dauphin, P. Lebrun-Pézerat, D. Poublan, préface de Roger Chartier, Albin Michel, 1995).

Comme l’indiquent les titres, ces textes manuscrits concernent Auguste Duméril, disparu 35 ans avant la dédicace. Il s’agit essentiellement de lettres recopiées, lettres écrites et reçues par lui, depuis l’adolescence jusqu’aux lettres de condoléances envoyées après son décès. Mais sont recopiés également plusieurs journaux personnels.

Des journaux personnels

Le premier mot de ces mille pages est « Fiançailles » suivi, sur la même ligne, du début du journal intime d’Auguste : « Mardi 2 Novembre 1841. Ce journal, que je commence aujourd’hui… ». Il semble qu’Eugénie Duméril, au soir de sa vie, veuille d’abord revenir sur les mois délicieux et conflictuels qui ont précédé son mariage. Délicieux parce que deux jeunes gens se (re)découvrent et prennent conscience de leur attachement (voir D. Poublan, « Les lettres font-elles les sentiments ? S’écrire avant le mariage au milieu du XIXe siècle », Séduction et Sociétés, sous la direction de C. Dauphin et A. Farge, Seuil, 2001). Conflictuels parce que les parents d’Eugénie s’opposent au mariage, inquiets des faibles revenus de celui qui envisage une carrière scientifique. L’opposition vient ensuite, à partir de l’été 1842, de la mère seule. La raison avancée : la jeune fille est catholique, le jeune homme protestant. Pourtant la même situation s’est présentée quelques années plus tôt quand la sœur d’Eugénie a épousé sans drame le frère d’Auguste. Le journal et les lettres laissent deviner des rancœurs et des haines familiales : Auguste note dans son journal, le 27 octobre 1842, que sa future belle-mère « fait toute sorte de vœux pour que ce triste mariage ne s’accomplisse jamais » ; la semaine suivante, que sa fiancée vit, chez ses parents, « un enfer », etc.

Le journal se termine le 27 janvier 1843, au soir d’« une journée heureuse » où Auguste a reçu une lettre « par laquelle [son oncle et futur beau-père] déclare vouloir que le mariage se fasse le plus promptement possible, et sans attendre ce changement de position qui devait déterminer l’accomplissement de cet heureux évènement. » Auguste espère un mariage « d’ici à 3 mois » ; il aura lieu en mai 1843.

  • Des journaux de voyage

Plusieurs journaux de voyage, tenus ponctuellement par Auguste Duméril, sont recopiés : voyage en Belgique en 1831 (volume 2), voyages dans le Nord en 1833 et 1839 (volume 3), à Angers en 1835 (volume 3) ; sur les bords du Rhin en 1846 (volume 2), à Londres en 1851 (volume 2), dans le Nord de nouveau en 1853 (volume 2).

La frontière entre journal et correspondance est poreuse ; la proximité des deux genres se marque dans les titres : « Extraits de lettres écrites par moi à Constant, en Octobre et en Novembre 1831, à l’âge de 19 ans, sur les voyages que je fis dans le Nord de la France et en Belgique, pendant les vacances de cette année-là ».

Capture-livre copies- 683

Plusieurs de ces « voyages » sont en fait des lettres, qui sont mises sur le site comme telles.

Des lettres

Dans les volumes, la plus large place est  réservée aux lettres.

  • Les premières lettres recopiées juste après le journal tenu avant le mariage se situent à la même époque : celles échangées entre les fiancés (bien qu’ils n’aient pas l’autorisation de s’écrire directement – ils ont 24 et 30 ans –  ils tournent l’interdiction familiale), puis la correspondance au sein de la famille proche, pour ressasser les conditions posées et les promesses, argumenter, évaluer les sentiments et les espérances financières.
  •  Les lettres ensuite se succèdent sous forme de dossiers : « Lettres d’Eugénie et Auguste Duméril, 9 juin 1870-7 novembre 1870 » et « Lettres adressées après la mort d’Auguste Duméril en novembre 1870 » (livre 2) ; « Lettres d’Auguste Duméril à Henri Delaroche » (livres 2 et 4).

Sur le site, la restitution de l’échange épistolaire dans sa continuité a été privilégiée. Les lettres des livres de copies sont présentées en suivant la chronologie, mêlées éventuellement aux lettres étrangères à cet ensemble : par exemple, une lettre d’André Marie Constant Duméril (le père du fiancé) à Georges Louis Duvernoy (9 mai 1842, fonds du Muséum national d’histoire naturelle) ou du même à son épouse (27 octobre 1842).

*

La composition des livres de lettres copiées, complexe, sans chronologie, est à l’image du projet : une accumulation de souvenirs. La plongée dans le passé s’effectue autour de la figure de l’époux disparu, par la transcription de paquets de lettres et de papiers familiaux dont il a été successivement le protagoniste puis l’archiviste (voir le titre : « lettres écrites par moi [Auguste] à Constant… »). Les dossiers sont pris les uns après les autres, en commençant par tout ce qui touche aux prémices du mariage, épisode important pour Auguste Duméril (il lui a consacré plusieurs dossiers) et fondateur pour sa veuve : ces mois-là ont marqué sa déprise de la contrainte maternelle et l’accession à un idéal de conjugalité, elle qui écrivait : « Oui, mon bon Auguste, vous seul m’avez fait penser au bonheur, et nul autre que vous ne me l’a fait désirer. » (20 mars 1843).

La mort d’un ouvrier : Pierre Trentini

 Le récit dans les lettres

Le vendredi 7 août 1868, dans sa lettre quotidienne à son épouse alors en villégiature à Villers-sur-mer, Charles Mertzdorff annonce « un grand malheur » arrivé le soir même,    « à 5 h », dans la cour de la maison :

l’un des Italiens, maçon de mon entrepreneur, est tombé du haut de son échafaudage. L’on ne sait comment ; personne ne l’a vu tomber. Il est resté sur le coup sans faire un seul mouvement, il était mort.

Charles Mertzdorff présente la victime :

C’est un jeune homme de 24 ans marié depuis 1 an, sa femme attendant un enfant, son beau-frère est ici travaillant avec lui.

Une enquête est déjà sur lancée la cause de sa chute : « l’on croit qu’il est resté accroché par sa botte déchirée. » L’accident est considéré comme grave, car l’industriel précise :      « Si j’avais été avec vous un télégramme me faisait rentrer. »

Charles Mertzdorff revient sur cet événement les jours suivants, à propos de l’enterrement. Le lendemain samedi (lettre du 9 août 1868) :

Notre pauvre italien sera enterré demain, tous les italiens des environs viendront à son enterrement même depuis Bâle où il y en a beaucoup. C’est un grand malheur !

et le dimanche (même lettre) :

« En ce moment l’on enterre notre pauvre italien, c’est un enterrement considérable. La pauvre femme qui comptait venir rejoindre son mari dans quelques semaines. »

Son épouse Eugénie Desnoyers-Mertzdorff répond en écho : « Quel malheur pour ton Italien » (lettre des 10-11 août 1868). Mais elle est d’abord (lettre du 10 août 1868) et surtout préoccupée des conséquences du drame pour son époux, qui risque d’en être affecté : « La mort de ce pauvre maçon est venue encore te bouleverser. »

Elle le rassure :

c’est un accident complètement en dehors de la fabrique [l’usine de blanchiment des étoffes qui jouxte l’habitation] ; c’est indépendant de toi

et se rassure : Charles sait être philosophe et tenir « la tristesse à la porte ». Et cette page triste sera bientôt tournée : « encore quelques jours et nous serons de nouveau tous les 4 ensemble. »

Donner un nom

Le texte épistolaire familial mentionne de nombreuses personnes, mais toutes, loin s’en faut, ne sont pas désignées par leur nom. L’absence du nom lorsqu’on écrit « l’oncle » signale la proximité, aussi bien que « le préfet » marque la distance. La connivence entre les correspondants régit un système partagé d’anonymat : on élude le nom parce que la personne est reconnue sans cela, ou que sa fonction prime le nom, qu’il importe peu de donner dans ce récit adressé.

Si l’accident du maçon touche Charles Mertzdorff, s’il en parle longuement et donne des détails sur la victime, il ne dit pas son nom. Pourtant il le connaît parfaitement : en tant que maire, il signe l’acte d’état civil qui officialise le décès. Pour identifier le maçon, pour qu’il figure sur le site dans l’index des personnes mentionnées dans les lettres (voir le billet sur les index), c’est à cet acte que nous avons recours. Le registre de l’état civil de Vieux-Thann (où s’est produit l’accident) est conservé aux archives départementales du Haut-Rhin ; il est numérisé et d’accès gratuit. Le maçon décédé est Pierre Trentini, âgé de 26 ans, originaire de Clivio, province de Côme en Lombardie.

Acte de décès de Pierre Trentini (archives départementales du Haut-Rhin)
Acte de décès de Pierre Trentini (archives départementales du Haut-Rhin)

Ce document donne d’autres éléments de la vie de Pierre Trentini. Ses parents : il est fils naturel et reconnu de Joseph Trentini, tailleur de pierre, décédé à Clivio et de Lucie Buzzi, âgée de 55 ans, vivant à Clivio. Son épouse : Caroline Ghielmetti, fileuse, âgée de 23 ans, demeurant à Clivio.

Par la simple mention du nom des déclarants l’acte de décès laisse entrevoir, parmi « tous les italiens des environs », deux proches de la victime : son beau-frère Gaetano (Gaëtan) Ghielmetti, âgé de 32 ans et son cousin, Basile Catella, âgé de 36 ans, tous deux maçons et originaires de Clivio (l’orthographe de la signature, lue « Ghielmetti », a été préférée à celle adoptée par le secrétaire de mairie, lue « Gulielmeti »).

Les ouvriers qui travaillent pour Charles Mertzdorff sont quasi absents des lettres familiales ; et lorsqu’un événement les fait apparaître (ici, la mort dans la cour de la maison), ils ne sont généralement désignés que par leur fonction. Leur invisibilité se résout dans l’anonymat ; les identifier, lorsque cela est possible, relève de notre travail1.

 

  1. Voir aussi le billet consacré à Marie Anne Wallenburger. []