Archives de catégorie : 4 – Questions d’édition

Dater les lettres

Lorsqu’une lettre est transcrite, il convient de la dater, et souvent cela ne pose pas de problème : la date figure dans le texte. Inscrire la date, et éventuellement le lieu, tout comme apposer sa signature en fin de lettre, fait partie du « cérémonial des lettres » que détaille Charles François Lhomond (1727-1794) comme de nombreux manuels épistolaires (voir Cécile Dauphin, Prête-moi ta plume… Les manuels épistolaires au XIXe siècle, Kimé, 2000).

La place de la date

L’ouvrage de Lhomond : Élémens de la grammaire française, est maintes fois réédité au long du XIXe siècle, augmenté de traités de ponctuation et de la formation des temps des verbes, d’un tableau des locutions vicieuses, de modèles de lettres, etc. L’édition de 1829 (imprimée par Douillier à Dijon) indique :

La date se place en haut ou en bas de la lettre ; cependant on croit qu’il est mieux de la placer après la signature. (p. 140)

C’est ce que fait André Marie Constant Duméril, par exemple dans une lettre du 7 août 1802

Capture-date-1802-08-07D’autres épistoliers, plus avant dans le siècle, placent la date en haut de la feuille : lettre du 4 mai 1864

Capture-date-1864-05-04

Les lettres datées

La date n’est pas toujours inscrite comme sur cette lettre du 10 avril 1874

Capture-date-1874-04-10Diverses formes ou  graphies peuvent induire en erreur :

  • novembre est écrit 9bre ou décembre Xbre

1er novembre 1867      Capture-date-1867-11-01A

14 décembre 1845   Capture-date-1845-12-14

  • Les dates sont incomplètes

Capture-date-1865-02-02

 

Pour cette année 1865, « jeudi 2 » peut être en février, en mars ou en novembre. Le contexte permet de choisir, ici on a opté pour février (lettre du 2 février 1865).

Les lettres non datées

Pour les dater, divers éléments sont à prendre en compte : le cachet de la poste près de l’adresse sur la feuille ou l’enveloppe lorsque l’usage s’en répand (mais des feuilles ont pu migrer hors de leur enveloppe d’origine) ; la présence d’un timbre dans le second XIXe siècle ; la qualité du papier (mais il peut y avoir une rupture dans l’approvisionnement habituel) ; la ressemblance des écritures et des signatures ; la place de la lettre dans le lot conservé, etc. L’examen du texte de la lettre reste un élément majeur pour la datation.

« Mercredi Midi » est seulement inscrit en haut d’une lettre ; celle-ci peut être datée du mercredi 29 mars 1865 lorsque, à la lecture, elle se situe par rapport à un projet de voyage.

Les lettres dont la date est erronée

Il est des confusions qui s’apparentent à des lapsus, au moment des changements de calendrier ou d’année.

  • Après la période révolutionnaire, un Sénatus-consulte du 22 fructidor an XIII (9 septembre 1805) rétablit le calendrier ancien. Peu de temps avant, André Marie Constant Duméril écrit 27 août au lieu de 27 thermidor (qui correspond au 15 août 1805). [l’image est meilleure sur le site !]

Capture-date-1805-08-15

Dans la lettre suivante (26 août 1805), la date est correcte :

Capture-date-1805-08-26

  • En début d’année, il n’est pas rare que l’ancien millésime vienne sous la plume :

lettre du 12 janvier 1865    Capture-date-1865-01-12

  • Un exemple de nouvelle datation proposée

Les premières lettres d’André Marie Constant Duméril sont connues par des copies. La lettre qui est présentée comme la toute première, après qu’il a quitté sa famille amiénoise pour aller à Rouen, est datée du 15 mars 1791. La lecture du texte, éclairée par les avis érudits de Dominique Julia, montre qu’il ne peut s’agir de cette date. Il est question dans la lettre du « sacre de M. Gratien » ; or celui-ci est élu évêque le 26 février 1792 et sacré le 18 mars dans la cathédrale de Rouen. D’autres indices (date du début de Carême, veuvage de Mme Thillaye) confortent une nouvelle datation : le 15 mars 1792. La datation « 1791 » résulte probablement d’une erreur de lecture du copiste. Il semble donc que le jeune Duméril  soit arrivé à Rouen quelques mois plus tard qu’annoncé par le tradition, soit vers mai-juin 1791.

Une lecture critique permet de déceler des anomalies, de repérer les indices d’une datation ou attribution erronées et, le plus souvent, de rétablir la lettre dans une chronologie cohérente.

Quelles limites donner au corpus ?

La question peut surprendre. La taille du corpus semble s’imposer sans discussion : elle dépend du volume des lettres archivées auxquelles on a accès. Au fil des publications, diverses questions ont surgi : devions-nous mettre tel ou tel document sur le site S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale ? Les héritiers et les descendants du savant André Marie Constant Duméril ont de longue date accumulé, trié, structuré, utilisé, la correspondance de la famille. Le corpus ainsi constitué durant deux siècles se trouve nécessairement remodelé du fait de sa publication (voir le billet Des lettres dans un grenier) . Notre souci de le livrer au plus près de son histoire amène à conserver les traces des différentes étapes de sa construction, tout en l’enrichissant de documents pertinents. Avec le recul, voici le bilan de nos pratiques sous forme de description critique plutôt que de modèle. Le noyau de ce qui est publié sur le site est constitué des lettres conservées dans le fond Froissart telles qu’elles nous ont été communiquées. Mais tout le contenu des cartons n’est pas sur le site et par ailleurs d’autres documents ont été ajoutés.

Lettres ajoutées

  •  Lettres des livres de copies

Le descendant d’une autre branche de la famille Duméril, M. Xavier Soleil, nous a proposé des recueils de lettres copiées, paginés et reliés au XIXe siècle[1]. Dans ces recueils, rédigés par des copistes à la demande de la famille, se retrouvent des lettres dont nous avons les originaux, mais d’autres aussi qui ont échappé à la collecte. Deux volumes concernent André Constant Duméril (années 1791-1805) et trois autres son fils Auguste Duméril (chapitres non chronologiques, qui courent essentiellement des années 1840 jusqu’à 1870).

  • Lettres citées dans les histoires familiales imprimées

M. Ludovic Damas Froissart a publié plusieurs volumes sur ses ancêtres, dont Charles Mertzdorff, un industriel Alsacien, 1818-1883 (en 1983) et André Constant Duméril, médecin et naturaliste, 1774-1860 (en 1984). Ces volumes sont rédigés en grande partie à partir de la correspondance familiale ; ils contiennent quelques lettres (ou extraits de lettres) des années 1783-1787 qui n’appartiennent pas au noyau central mais qui situent le milieu familial.

  • Lettres trouvées dans des archives publiques

André Marie Constant Duméril et son fils Auguste Duméril sont des savants attachés au Muséum. Nous avons choisi de publier les lettres conservées dans le fonds du Muséum. Certaines pourraient être des billets amicaux, comme lorsque Duméril demande à l’académicien Duvernoy s’il peut « faire le plaisir à Madame Duméril et à [lui], de venir dîner à la maison jeudi prochain » (9 mai 1842). D’autres ont un contenu plus spécifiquement scientifique, mais contiennent les marques d’une sociabilité intéressante à mentionner.

La même recherche serait à faire pour Henri Milne-Edwards et son fils Alphonse, ainsi que pour Jules Desnoyers.

Autres documents ajoutés en complément des lettres

Ils sont classés dans les rubriques : « papiers familiaux et documents divers » ou « monographies ».

  • Documents extraits des histoires familiales imprimées. Les renseignements, sur l’usine de Charles Mertzdorff par exemple, se trouvent plutôt intégrés dans les monographies

Ce qui n’a pas (encore) été mis sur le site

  • Les fiches. Une fiche de lecture, rédigée par Ludovic Damas Froissart lors de la préparation de ses ouvrages, accompagne chaque lettre dans les archives familiales ; elle précise le nom des correspondants et relève quelques traits saillants de la lettre.
  •  Des chronologies familiales élaborées par divers scripteurs. Ces textes demandent un long travail de vérification pour identifier toutes les personnes citées ; faute de temps, la mise sur le site n’a pu encore se faire.
  • Des coupures de presse et documents que nous n’avons pas pu rattacher, par le sens ou la date, à une lettre précise.

En bref, le principe appliqué est de garder ce qui fait partie de la correspondance familiale et ce qui est pertinent pour l’éclairer.


[1] Voir Danièle Poublan, « Correspondre et copier », Copie et modèle : usages, transmission, appropriation de l’écrit, publication des actes du colloque de décembre 1996 sous la direction de Christine Barré – De Miniac, – Paris, INRP, 2 000, p. 79-100.

Quels index choisir ?

Publication papier ou publication électronique, des index sont indispensables. La plupart des logiciels d’édition permettent de générer des index. Faut-il les multiplier ? Lesquels proposer ? Quels sont les index dont on ne peut se passer ? Voici quelques réflexions nées du travail pour le site S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale.

Les index indispensables

  • la chronologie. Si la publication n’est pas chronologique, un moyen doit être proposé pour retrouver l’ordre et la date des documents.
  • les signataires. Nous aurons l’occasion de revenir sur la forme et l’orthographe des noms propres et sur les moyens d’identifier les signataires.
  • les destinataires.

Le choix d’autres index dépend de la finalité de la publication.

Des index reflétant une pratique sociale

Dans notre cas, nous voulons livrer des documents les plus ouverts possibles à toutes les lectures – pour un public que nous cernons mal, qui comprend des littéraires, des historiens, des généalogistes, voire des érudits qui s’intéressent à la fausse monnaie sous la Révolution. Cependant cette préoccupation de mettre à la disposition des chercheurs et des lecteurs des documents fidèles aux originaux, lisibles et facilement consultables est liée à notre travail antérieur sur cette correspondance (Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pézerat, Danièle Poublan, Ces bonnes lettres. Une correspondance familiale au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1995). Dans cet ouvrage, nous avons étudié l’écriture épistolaire comme une pratique sociale qui visait à renforcer, infléchir, voire créer des liens familiaux et qui, tissant ces liens, témoignait de leur vitalité. C’est à partir de cette hypothèse que nous avons pu nous intéresser à ce que les lettres disaient des événements petits et grands de la vie quotidienne, des sentiments éprouvés, des personnes rencontrées ou de l’écriture épistolaire elle-même. Les index retenus pour le site reflètent cette proposition :

  • index des personnes citées. Cet index manifeste l’étendue du réseau familial, amical et, plus largement, social.
  • index des auteurs de citations. Dans cette correspondance qui n’est pas littéraire, les citations sont des copies d’autres lettres. Les extraits de lettres recopiés donnent une nouvelle diffusion à certains épistoliers et soulignent un axe privilégié de l’échange.
  • index des lieux. Les villes d’où partent et où arrivent les messages signalent les pôles géographiques où s’enracinent les réseaux. Si – dans l’idéal – toutes les personnes citées se retrouvent dans l’index, en revanche seuls les lieux d’expédition et de réception ont été retenus, à l’exclusion des autres lieux cités dans les lettres.

L’index thématique

L’index thématique peut sembler un instrument utile pour le lecteur. Nous avons cependant renoncé à le proposer, pour plusieurs raisons. Il nous a paru insatisfaisant d’isoler des thèmes comme l’alimentation, le corps, la maladie, le vêtement, la météorologie, les enfants, les visites, etc. Les correspondances sont très riches. Mais lorsqu’elles donnent des informations sur l’adaptation de la garde-robe au goût du jour ou la perception du temps qu’il fait, ces informations prennent sens dans un contexte, un type de relation entre les personnes, des enchevêtrements d’idées, des rapprochements, un flou parfois. Plutôt que d’imposer une lecture réductrice, nous avons choisi de laisser au lecteur la liberté de construire lui-même le thème qui l’intéresse, de le retrouver à travers les mots qu’il recherchera. Le billet sur la chevelure et celui sur les animaux domestiques pourraient être deux exemples de l’utilisation de la touche « rechercher » pour isoler les fragments de lettres qui touchent à ces thèmes. Surtout, nous croyons que la recherche la plus prometteuse ne se résume pas à un mot ou un nuage de mots préétablis qui définiraient un thème, mais se niche dans des questions plus diffuses : comment « indexer » la perception du temps qui passe, les espoirs mis dans les progrès de l’intelligence humaine ou la vision « genrée » de la société ? C’est au chercheur lui-même à rechercher des éléments de textes appropriés à ses questions.

D’autres index possibles

Voici à titre d’exemple les choix opérés par quelques éditeurs :

  • Lettres de Drancy, introduction par Denis Peschanski, textes réunis et présentés par Antoine Sabbagh (Tallandier, 2002)

Index des principaux correspondants.

  • Albert Camus, René Char. Correspondance. 1946-1959, édition établie, présentée et annotée par Franck Planeille (Gallimard, 2007)

Un index des noms des personnes et des œuvres : livres (ex : Le Petit Prince, Saint-Exupéry), films (Les Visiteurs du soir, Carné), poèmes (La Lune d’Hypnos, Char).

  • Madame de Sévigné. Correspondance. 1646-1696 (3 volumes), texte établi, présenté et annoté par Roger Duchêne (Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1972-1996)

Outre la table chronologique, il y a un index des personnages réels et imaginaires (mis en italique) et un index des titres des œuvres et des noms géographiques. L’index des personnes distingue : mentions, lettre de, et lettres à. Une forme d’index thématique est proposée dans l’index des personnes : pour « Louis XIV » par exemple, souvent cité, les références aux lettres sont classées en « Roi chef de justice », « Roi et courtisans », « questions d’étiquette », « Roi et Lauzun », « Roi et religion », « Roi et pape », etc.

  • Stendhal. Correspondance. 1800-1842 (3 volumes) ; édition. établie et annotée par Henri Martineau et V. Del Litto (Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1962-1968)

Outre la table chronologique des lettres, on trouve un index des correspondants, un index bibliographique et un imposant index des noms cités (276 pages) où cohabitent personnages réels et fictifs, œuvres, institutions (« Académie des Sciences »), lieux (« Bac, rue du » ou « Bade »).

Il n’y a pas de limites à la diversité des index qui peuvent être pertinents. Chaque correspondance particulière, chaque projet, appelle une indexation spécifique :
– index de auteurs ou des œuvres (littéraires, musicales, picturales, etc.) citées si l’on privilégie le milieu culturel ou la formation intellectuelle des scripteurs
– index des plats ou recettes si des gastronomes tiennent la plume
– index des batailles pour une correspondance en temps de guerre
La liste est infinie. L’édition électronique permet de multiplier les index et d’en rendre la consultation plus commode.

 

Transcrire les lettres

Que l’on envisage une publication papier ou une publication électronique, il est indispensable d’obtenir une version typographiée à partir du texte manuscrit des lettres. Certaines lettres sont écrites de façon très lisible, voire calligraphiées, mais la plupart sont écrites rapidement ; dans de nombreux cas seul un déchiffrement attentif permet de saisir les mots et le sens. La transcription sur ordinateur autorise ensuite diverses mises à jour, rectifications et mises en formes du texte, l’ajout de compléments, annotations et liens intertextuels, et l’utilisation d’outils pour son étude (logiciels d’indexation par exemple).

Comment transcrire ?

Passer du manuscrit à l’imprimé suppose une interprétation du texte. Le parti pris ne sera sans doute pas le même s’il s’agit de la correspondance d’une poétesse ou ce celle de votre grand-oncle. Cependant, une règle me semble s’appliquer dans tous les cas : le respect du texte dans sa totalité, sans supprimer ce qui paraît de l’ordre de la formule, du redondant, du banal, du trivial, etc. Si l’accord se fait sur la fidélité au texte, la question se pose du « jusqu’où ? ».

  • Faut-il marquer toutes les scansions visuelles du manuscrit, non seulement les paragraphes, mais aussi les sauts de lignes et de pages, les écritures dans les marges ?
  • Faut-il rétablir ou non l’orthographe ou les tournures qui dérogent aux règles du « bien écrire », et qui peuvent être des indicateurs précieux du niveau culturel et renseigner sur le milieu social ou géographique ?

Pour la transcription de la correspondance des Duméril-Mertzdorff nous avons privilégié l’intelligibilité et la possibilité de rechercher tel mot ou tel nom propre. Nous avons donc rétabli l’orthographe, globalement très bonne dans cette famille de lettrés et de la moyenne bourgeoisie; par exemple, nous avons substitué « temps » ou « enfant » à l’écritue ancienne « tems » et « enfans » . Nous avons également explicité les abréviations (elles sont transcrites en caractères «exposants»), corrigé, dans la mesure du possible, les noms propres, et parfois ajouté un signe de ponctuation. Les ratures sont restituées en mots barrés. Ce choix nous a semblé justifié dans la mesure où le fac-similé des lettres est présenté à la suite de la transcription.

Méthodologie utilisée pour le site Correspondance familiale

Chaque lettre du corpus est saisie comme un fichier WORD

  • Ce texte est ensuite mis en forme aux normes de LODEL, logiciel d’édition électronique, d’utilisation libre et gratuite, qui permet en particulier de générer des index (voir http://www.lodel.org/)
  • Par ailleurs les lettres manuscrites sont scannées (ainsi que les enveloppes lorsqu’elles existent)  en choisissant un mode de numérisation bitonal, avec une définition de 300 dpi.

On pourra consulter « Éditer les correspondances », Épistolaire – Revue de l’AIRE ((Voir le billet : L’AIRE, du bulletin à la revue.)), n° 33, 2007, Honoré Champion éditeur.

Des lettres dans le grenier

D’où vient la correspondance publiée sur le site : S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale ? Représentez-vous, dans le Nord de la France, une grande bâtisse, flanquée de deux tours et précédée d’une terrasse. C’est dans le grenier que se trouvent les lettres de la famille, celles d’André Marie Constant Duméril et ses descendants. Mais n’imaginez pas un coffre poussiéreux rempli de paquets enrubannés. Le grenier est aménagé, chauffé, et les murs sont couverts d’étagères où s’alignent des boîtes du modèle retenu par les Archives nationales.

Car les lettres des siècles passés qui nous parviennent, par héritage ou hasard, ou recueillies par une institution, sont le résultat d’une histoire aux acteurs multiples. La lettre écrite, envoyée, reçue, lue et conservée alors par le destinataire, franchit les premiers obstacles. Très vite commence une seconde étape où la lettre change de statut. Elle était un moment dans un dialogue, un texte « vivant », elle devient une trace archivée. Les lettres que nous avons entre les mains ont le plus souvent été triées, classées, regroupées et nombre d’entre elles ont disparu lors de ces interventions opérées par des générations successives après leur réception.

Prendre connaissance d’un ensemble de lettres, c’est d’abord chercher à comprendre la logique de la constitution puis de la conservation du fonds. Le corpus qui nous est livré est centré sur les personnes ; les lettres sont classées par scripteur : André Marie Constant Duméril, ses descendants, leurs proches. Les lettres apparaissent comme le témoignage de l’ascension sociale d’une famille, depuis les progrès du jeune homme dans le monde des sciences à partir de la Révolution française, jusqu’aux mariages de sa petite-fille et de ses arrière-petites-filles qui ajoutent au « capital » intellectuel de l’ancêtre fondateur le capital économique et le capital social des époux.

Le dernier en date des artisans qui construisent les archives épistolaires, c’est celui qui en fait la publication électronique. Il impose ses propres organisation, présentation et interprétation. La nouvelle version du corpus des lettres qu’il propose peut ensuite être reprise, fragmentée, ré-agencée, complétée, insérée dans des compositions et des projets très divers.