Les animaux domestiqués

La livraison de février 2013 de La Faute à Rousseau, revue de l’association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique est consacrée à « l’animal et nous ». Ce sujet polémique, qui a divisé le comité de rédaction, « laisse entrevoir », selon l’éditorial (page 11), « à quel point la question animale , et notamment celle du compagnonnage entre les humains et les espèces dites domestiques, touche à un point sensible de la biographie ». La relation entre l’être humain et l’animal ou au moins la présence d’animaux domestiqués sont-elles mentionnées dans les lettres ?

Les chevaux

Sur toute la période de 1800 à 1870, le cheval est l’animal domestique le plus cité dans les lettres du site S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale. Attelés à des véhicules divers, montés (par des hommes et parfois par des femmes), utilisés lors de déplacements utilitaires ou de promenades, en ville et à la campagne, en temps de guerre aussi, la silhouette des chevaux apparaît en toute occasion, souvent l’espace d’un instant.

Mentionnons quelques apparitions particulières :

  • cheval et épistolaire

« Je t’écris, ma Mie, sur mes genoux, dans une voiture, et le cheval a, sans doute, quelques mouches qui le tourmentent, car il ne cesse de remuer ; ma lettre ne peut donc pas être une page d’écriture » (lettre du 10 juillet 1865)

  • la viande de cheval

Elle est consommée à Paris pendant le siège :

« nous avons encore de la viande de boucherie et en plus de la viande de cheval tant qu’on en veut ; on dit que sous ce rapport nous pouvons tenir très longtemps. » (lettre du 30 octobre 1870)

  • les spectacles équestres

« J’irai peut-être faire, avec lui, une petite visite à Franconi, ce qui me donnerait l’occasion de voir les beaux chevaux que vous avez montés. » (lettre du 21 janvier 1831)

Les Franconi sont une dynastie d’écuyers. Le père Antonio Franconi, originaire de Udine en Italie, arrivé en France dans les années 1760, s’associe avec le célèbre écuyer anglais Astley pour fonder le Cirque Olympique qui connaît une grande vogue dès les années 1780. Les enfants d’Antonio Franconi, Laurent et Minette, soutiennent la réputation de leur père, surtout dans l’éducation artistique des chevaux et la mise en scène d’ouvrages dramatiques.

Les chiens

La figure de Miss, la chienne d’Alphonse Milne-Edwards, s’impose dans les lettres adressées aux enfants. Elle est une présence familière, une compagne des déplacements entre la maison et la gare :

« Miss continue à tuer avec succès les rats que nous prenons et qu’on lâche devant elle, en deux coups de dents elle tue sa victime ; cette aimable bête vient toujours à Montmorency et connaît si bien son chemin qu’elle s’arrête d’elle-même à la porte de maman ; elle revient toujours avec Jean [un petit garçon] et moi le soir mais comme elle est très obéissante nous ne l’attachons pas et lui permettons de courir sur la route. » (lettre du 16 août 1871)

Ce même petit Jean en fait son jouet et la malmène :

« quelquefois il mange son goûter tout en jouant avec le chien ce qui est défendu mais il oublie facilement. Enfin l’autre jour il a attaché au cou de Miss une ficelle après laquelle était une casserole ce qui rendait la pauvre bête presque folle. La punition a été d’être privé de jouer le lendemain avec ce joujou vivant. » (lettre du 3 mai 1871)

Mentionnons, comme pour les chevaux, quelques situations particulières des chiens :

  • L’exposition canine

« L’Exposition des chiens est belle elle attire beaucoup de monde au jardin d’acclimatation » (lettre du 10 mai 1863)

La Société Impériale d’Acclimatation organise pour la première fois, du 3 au 10 mai 1863, une exposition canine au jardin d’Acclimatation du Bois de Boulogne ; 850 chiens sont rassemblés. Le directeur de l’Exposition, Albert Geoffroy Saint-Hilaire, précise : « Ce n’était pas un spectacle de curiosité, encore moins un marché qu’on se proposait d’ouvrir. On voulait, sous un point de vue autant scientifique que pratique, réunir une collection de chiens aussi complète que possible, afin de distinguer les races pures, utiles, ou d’agrément, et les croisements bons à conserver. »

  • Le chien, animal de laboratoire

Comme le lapin, le chien est utilisé par des médecins pour étudier la contagion des maladies (lettre de Louis Benoît Guersant à Pierre Fidèle Bretonneau, le 24 mars 1821). Il subit des expérimentations qualifiées par les savants eux-mêmes de « cruelles » :

« Nous avons encore répété sur des chiens vivants de cruelles expériences : heureusement que je supporte assez bien cela : c’est plutôt encore par souvenir que je me préoccupe de la cruauté qu’il y a à opérer ainsi des animaux vivants. Au moment même de l’expérience, la préoccupation qu’elle nécessite et l’intérêt qu’on y met, détournent l’attention d’une manière favorable. » (Journal intime d’Auguste Duméril, le 16 décembre 1841)

Hormis cette Miss et les mentions particulières que je viens de signaler, il est peu question des chiens dans les lettres. Ces animaux sont pourtant présents dans l’environnement alsacien ; un récit de Duméril nous l’apprend. Lorsqu’il visite les propriétés de Charles Mertzdorff que sa petite-fille vient d’épouser, Duméril note :

« [La ferme de Charles Mertzdorff] est très considérable […] le propriétaire s’est réservé un corps assez considérable où l’on peut admettre une assez nombreuse société d’amis et de connaissances des environs pour des réunions de chasses. Les écuries, les granges, les remises, les étables sont nombreuses. la cour est remplie de volailles, il y a une dizaine de chevaux de travail. j’y ai vu sortir pour aller paître un vingtaine de vaches très belles et un jeune taureau. six couples de chiens de chasse. » (récit du voyage d’André Marie Constant Duméril en Alsace, rédigé du 3 au 17 septembre1858)

Les lettres en revanche mentionnent des repas de chasseurs et des envois de gibier, lièvres et lapins, aux parents parisiens et aux amis.

Pas de chat signalé dans les maisons, sauf un chaton imprudent sur le toit (lettre du 25 février 1873)  ou un pilleur de garde-manger (lettre du 11 août 1868).

Les animaux de basse-cour

Les Mertzdorff vivent en lisière d’une petite ville alsacienne, dans une maison aux vastes bâtiments, avec cour, basse-cour et jardins. La production végétale et animale du domaine est mentionnée, mais elle est gérée par des employés et ne retient pas l’attention des fillettes. En revanche, lorsque celles-ci sont en vacances dans la résidence campagnarde de leurs grands-parents, il semble qu’elles soient dans une plus grande proximité avec les animaux et découvrent les soins à leur donner.

« Ce qui m’occupe beaucoup en ce moment c’est d’apprivoiser un petit lapin que bonne-maman m’a donné me permettras-tu de l’emporter à Vieux-Thann ? oh ! oui n’est-ce pas. Mon lapin est très gentil, il vient sur mes genoux, il m’embrasse c’est-à-dire qu’il frotte son museau contre moi, alors c’est à mon tour de le caresser.[…] les poules de tante sont arrivées, il y a trois poules et un coq, Marie était très intriguée de savoir combien de poules il y avait, de quelle couleur était le coq. » (lettre du 21 juillet 1871)

***

Les chevaux exceptés, l’évocation des animaux domestiqués fait partie des thèmes réservés en priorité ou liés aux enfants. Les jeux que chiens et lapins occasionnent, les soins que les jeunes leur prodiguent, leur donne une existence dans les lettres qui ne coïncide pas avec la réalité économique de la présence animalière, rarement décrite. L’affectivité qui colore la mention des animaux touche souvent à un point, sinon « sensible »,  du moins circonstancié, de la biographie.

Fictionnaliser la routine

 Devinette : quel est cette pratique qui « ne change pas la routine de votre vie, mais peut aider à ‘fictionnaliser’ cette routine, à faire en sorte que cette dernière puisse devenir une sorte d’aventure », grâce à un objet dont « le mécanisme est très simple » ?

Indices supplémentaires : pour l’auteur de la définition ci-dessus il est aussi question de « canon à paroles », de « main rendue », d’« objet à voir le chemin parcouru », voire d’« espace à culpabilité ».

Eh bien non, ce n’est pas de correspondance qu’il s’agit, ni de lettres où le quotidien raconté échappe à l’oubli, où le minuscule événement est pris dans la trame de la saga familiale, où le récit fait retour sur le passé, où les mots tissent les relations, il ne s’agit pas de lettres pour lesquelles une feuille, une plume et de l’encre suffisent.

C’est la description par son auteur de l’une de ses œuvres : « Objet à devenir le héros de sa propre vie » (2001). Cet objet est constitué d’un harnais avec compact disque et enceinte, ce qui permet au sujet qui le porte d’émettre sa propre musique, en accord avec les situations qu’il vit, les personnes qu’il croise. L’artiste, Philippe Ramette, l’a imaginé en référence au cinéma, car « il permet de concevoir son propre accompagnement musical. L’utilisateur devient son propre metteur en scène, considérant sa vie comme une fiction potentielle dans laquelle il peut agir ».

Philippe Ramette est un « ergonome pataphysicien », un inventeur d’objets improbables. Le catalogue de ses créations, Inventaire irrationnel (éditions courtes et longues, Paris, 2010, 274 pages) présente des photographies d’autres œuvres : « Espace à culpabilité » (1990), « Canon à paroles » (2001), « Objet à voir le chemin parcouru », (2003), « Main tendue » (2006). Ces réalisations, si elles ont à voir avec le désir de parler, voire de parler de soi (p. 42) et la préoccupation de communiquer (p. 52), sont bien loin de la correspondance !

 

« Correspondance » dans le dictionnaire de Vapereau

Le site Gallica de la Bibliothèque nationale de France permet d’accéder au contenu de milliers de livres, et parmi eux de dizaines de dictionnaires. Les ouvrages sur Gallica sont reproduits sous deux formes : le « mode image », qui présente les pages telles qu’elles sont imprimées et le « mode texte » qui permet de retrouver automatiquement le mot choisi. Certains dictionnaires sont lisibles en « mode image » uniquement, d’autres sont reproduits également en « mode texte ». Feuilletons l’un de ceux-ci : le Dictionnaire universel des littératures par Gustave Vapereau, édité par Hachette (Paris) en 1876.

Gustave Vapereau (1819-1906), agrégé de philosophie (1843), préfet (du Cantal en 1870, du Tarn-et-Garonne de 1871 à 1873), est inspecteur général de l’Instruction publique pour l’enseignement primaire (1877-1888).

Il définit ainsi le mot « correspondance » :

« Ce mot désigne un commerce suivi et plus ou moins régulier de lettres entre deux ou plusieurs personnes sur des sujets déterminés, ou bien toute la série des lettres écrites par une même personne pendant la durée de sa vie. »

Vapereau accorde une place de choix aux correspondances « des écrivains de profession », remarquant que

« de nos jours [le XIXe siècle] on a attaché beaucoup de prix à ces productions fugitives de l’activité intellectuelle des hommes notables, rendant un témoignage rétrospectif sur leur époque et sur eux-mêmes, et l’on en a fait l’objet d’une foule de recueils posthumes. »

Pour lui, le premier intérêt d’une suite de lettres « écrites au jour le jour », c’est qu’elles ont « dans leur ensemble, plus d’autorité et de valeur, comme témoignages, que les mémoires rédigés d’ordinaire sous une impression unique et plaçant les faits après coup, sous un jour calculé d’après leur dénouement. »

Quant à la forme, la correspondance serait, selon la formule habituelle, « une conversation écrite ». Le modèle en est évidemment la toujours citée Mme de Sévigné, dont la correspondance 

« embrasse tout, parce que son esprit, comme celui de son entourage, était ouvert à tout, à la philosophie, à la religion, .aux intérêts politiques aussi bien qu’aux intrigues de cour, aux cabales littéraires, aux commérages mondains, aux frivolités de la mode. Elle répandait sur tout cela les grâces de son esprit naturel et le style d’une société et d’une époque. »

Vapereau constate, pessimiste :

« même les correspondances intimes, où il n’est question que de nos affaires privées, de nos affections et de nos sentiments, deviennent tous les jours plus courtes et moins intéressantes » et « tendent presque à disparaître ».

Et de conclure avec M. G. Boissier :

« Bientôt sans doute le télégraphe aura remplacé la poste. Avec ce nouveau progrès, l’agrément des correspondances intimes, dejà très-compromis, aura pour jamais disparu. »

Il faudra examiner comment ces caractères supposés des correspondances de célébrités se retrouvent, ou non, dans une correspondance familiale : spontanéité et sincérité du témoignage, style en forme de conversation, diversité des sujets abordés, conformité aux codes du temps, tarissement des échanges à la fin du XIXe siècle.

La chevelure

Une « sculptrice capillaire », Marisol Suarez, interrogée par Le Monde Magazine (9 février 2013), affirme : « Je ne vois rien de morbide dans le cheveu ; je ne comprends pas pourquoi les gens projettent toujours le pire sur cette matière ».

Dans les lettres mises sur le site, il y a pourtant des traces de l’association mort-cheveux. « Maman a été très reconnaissante de l’envoi de cheveux que ma tante lui a fait, elle l’en remercie beaucoup ; elle est bien heureuse de posséder quelque chose de cette pauvre Sophie [sa nièce] » (7 octobre 1830) ; « J’ai vu mourir [cette amie], et je l’ai vu trois fois après sa mort. J’ai de ses cheveux, que je vous montrerai » promet une jeune fille à son fiancé (1er-2 avril 1843). Les cheveux sont montés en bijoux, une « bijouterie de deuil » appréciée dans l’aristocratie et qui se répand très vite dans toutes les classes de la société au XIXe siècle. Une dame propose « un petit souvenir à notre chère Aglaé à l’occasion de son mariage » (11 septembre 1862) : un bracelet avec les cheveux de sa fille décédée, amie de la mariée ; elle précise : « nous mettrons soixante francs dans le cadeau » (le salaire journalier d’un ouvrier est de 3 F). Peut-être parce que les cheveux sont la seule partie du corps qui ne meurt pas après avoir été coupée, qu’ils gardent leur aspect vivant, ils « valent pour la personne elle-même » et sont l’objet d’une dévotion sentimentale, suggère Marie-France Auzépy (Histoire du poil, sous la direction de Marie France Auzépy et Joël Cornette, Belin, 2011, p. 8). Des catalogues exposent toute une variété de réalisations à partir de ces reliques humaines (pages reproduites dans Les Poils. Histoires et bizarreries, Martin Monestier, Le Cherche Midi, 2002).

Souvenirs funéraires, les cheveux (tressés) sont aussi une métaphore du lien et s’offrent au moment du mariage en signe d’amitié, sous forme de mèche (envoi de Caroline à sa cousine, lettre du 28 juin 1858) ou de bijou (« très jolie broche en cheveux » donnée entre amies le jour de la cérémonie, lettre du 12 février 1858). L’attachement sentimental aux enfants se manifeste par le don et la conservation sur soi de leur chevelure : « D’après le désir de Charles [le père], les cheveux des chères petites ont été coupés, elles sont à présent à la Titus et s’en trouvent bien pour le temps de chaleur que nous avons. Je t’envoie deux petites mèches de leurs cheveux que tu ne peux manquer de recevoir avec plaisir. » (8 juillet 1863) ; « Ma petite Emilie, tu pourras voir à mon cou, avec mes médailles et la bague de petite Mère, le petit médaillon contenant les cheveux de mes deux chéries que j’espère embrasser bientôt » (31 octobre-2 novembre 1870).

De la chevelure des messieurs il peu parlé. Tout au plus signale-t-on la couleur : noire, « rouge » et surtout blanche. En revanche, les dames la mentionnent. Les cheveux blancs les préoccupent : « Si maman te demande ce qu’il me faut réponds une petite fanchon pour mettre sur la tête. Je me fais vieille, mes cheveux blanchissent et comme je me coiffe au plus simple quelque chose m’est commode pour me requinquer. » (30 octobre 1872 ; la signataire a alors 35 ans). Et quel entretien ! La jeune Caroline, après une maladie : « Peux-tu croire que je ne suis pas encore démêlée, je ne suis pas assez solide pour supporter de longues opérations et on n’a pu en faire subir encore qu’aux petits bouts de mes nattes. Je porte un filet pour cacher mon pêle-mêle capillaire » (16 décembre 1857). Si les petites filles aiment à coiffer leur poupée (18 décembre 1862), elles attendent d’avoir 14 ans pour se coiffer elles-mêmes, encouragées par leur grand-mère : « il est si bon dans la vie de ne pas être sous la dépendance des autres et de savoir se tirer d’affaire sans avoir recours à personne […]. C’est à l’âge de nos petites filles qu’il faut prendre de bonnes habitudes. » (3-4 juin 1873).

Transcrire les lettres

Que l’on envisage une publication papier ou une publication électronique, il est indispensable d’obtenir une version typographiée à partir du texte manuscrit des lettres. Certaines lettres sont écrites de façon très lisible, voire calligraphiées, mais la plupart sont écrites rapidement ; dans de nombreux cas seul un déchiffrement attentif permet de saisir les mots et le sens. La transcription sur ordinateur autorise ensuite diverses mises à jour, rectifications et mises en formes du texte, l’ajout de compléments, annotations et liens intertextuels, et l’utilisation d’outils pour son étude (logiciels d’indexation par exemple).

Comment transcrire ?

Passer du manuscrit à l’imprimé suppose une interprétation du texte. Le parti pris ne sera sans doute pas le même s’il s’agit de la correspondance d’une poétesse ou ce celle de votre grand-oncle. Cependant, une règle me semble s’appliquer dans tous les cas : le respect du texte dans sa totalité, sans supprimer ce qui paraît de l’ordre de la formule, du redondant, du banal, du trivial, etc. Si l’accord se fait sur la fidélité au texte, la question se pose du « jusqu’où ? ».

  • Faut-il marquer toutes les scansions visuelles du manuscrit, non seulement les paragraphes, mais aussi les sauts de lignes et de pages, les écritures dans les marges ?
  • Faut-il rétablir ou non l’orthographe ou les tournures qui dérogent aux règles du « bien écrire », et qui peuvent être des indicateurs précieux du niveau culturel et renseigner sur le milieu social ou géographique ?

Pour la transcription de la correspondance des Duméril-Mertzdorff nous avons privilégié l’intelligibilité et la possibilité de rechercher tel mot ou tel nom propre. Nous avons donc rétabli l’orthographe, globalement très bonne dans cette famille de lettrés et de la moyenne bourgeoisie; par exemple, nous avons substitué « temps » ou « enfant » à l’écritue ancienne « tems » et « enfans » . Nous avons également explicité les abréviations (elles sont transcrites en caractères «exposants»), corrigé, dans la mesure du possible, les noms propres, et parfois ajouté un signe de ponctuation. Les ratures sont restituées en mots barrés. Ce choix nous a semblé justifié dans la mesure où le fac-similé des lettres est présenté à la suite de la transcription.

Méthodologie utilisée pour le site Correspondance familiale

Chaque lettre du corpus est saisie comme un fichier WORD

  • Ce texte est ensuite mis en forme aux normes de LODEL, logiciel d’édition électronique, d’utilisation libre et gratuite, qui permet en particulier de générer des index (voir http://www.lodel.org/)
  • Par ailleurs les lettres manuscrites sont scannées (ainsi que les enveloppes lorsqu’elles existent)  en choisissant un mode de numérisation bitonal, avec une définition de 300 dpi.

On pourra consulter « Éditer les correspondances », Épistolaire – Revue de l’AIRE ((Voir le billet : L’AIRE, du bulletin à la revue.)), n° 33, 2007, Honoré Champion éditeur.

Caroline Duméril: l’enfance

Les correspondances au long cours permettent de suivre des personnes pendant des années, parfois toute leur vie. Ainsi de Caroline Duméril, épistolière au style alerte, présente dans les lettres avant même qu’elle sache écrire.

Caroline naît à Paris, en avril 1836, un an après le mariage de ses parents, des cousins germains. On devine une enfance choyée ; ses oncles et tantes provinciaux se réjouissent d’une visite, l’embrassent par lettre, la décrivent comme « la gracieuse Caroline, si bien douée, sous tous les rapports » (31 décembre 1842). Elle-même prend la plume pour s’adresser à eux : « Caroline, qui sûrement sentira aussi vivement que sa mère, nous a adressé aussi une jolie lettre, composée et écrite par elle-même, qui nous a fait d’autant plus plaisir, qu’elle exprime parfaitement l’ingénuité des sentiments qu’elle porte à son gentil petit frère. » (4 janvier 1843). A sept ans Caroline a une écriture régulière et respecte les formes imposées : « Ma chère petite tante, J’espère que tu te portes bien… » (18 février 1843).

fac similé de la lettre de la petite Caroline (18 février 1843)

 Elle envoie des vœux à ses grands-parents, qui répondent : « Dis à Caroline que nous avons été très flattés, sa bonne-maman et moi, de la jolie lettre qu’elle nous a adressée, le jour de l’an ; que nous avons admiré l’ordre de son écriture, le sentiment qu’elle exprime et particulièrement sa bonne amitié pour Léon [son petit frère]. Dis-lui que je l’en remercie de tout mon cœur, et que je suis bien flatté aussi de la satisfaction que te donne son caractère, que je sais être beaucoup plus souple qu’il ne l’était autrefois. » (26 janvier 1843).

Pour ses sept ans on l’emmène à l’Opéra Comique, voir l’Ambassadrice, de Scribe et Auber, « et bien qu’elle ait été loin de bien comprendre, elle s’est beaucoup amusée. » (13 avril 1843). En visite, elle joue avec ses cousins. Elle va voir la mer à Ostende avec ses parents (elle a dix ans). Elle se lie d’amitié avec Eugénie et Aglaé Desnoyers, qui habitent comme son oncle et son grand-père au Jardin des Plantes. Elle entretient une correspondance avec sa cousine Isabelle Latham, qui habite au Havre.

[Ces personnes seront présentées dans des billets ultérieurs1]

  1. Voir le billet : Caroline Duméril et Isabelle Latham, les cousines-amies. []

Des lettres dans le grenier

D’où vient la correspondance publiée sur le site : S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale ? Représentez-vous, dans le Nord de la France, une grande bâtisse, flanquée de deux tours et précédée d’une terrasse. C’est dans le grenier que se trouvent les lettres de la famille, celles d’André Marie Constant Duméril et ses descendants. Mais n’imaginez pas un coffre poussiéreux rempli de paquets enrubannés. Le grenier est aménagé, chauffé, et les murs sont couverts d’étagères où s’alignent des boîtes du modèle retenu par les Archives nationales.

Car les lettres des siècles passés qui nous parviennent, par héritage ou hasard, ou recueillies par une institution, sont le résultat d’une histoire aux acteurs multiples. La lettre écrite, envoyée, reçue, lue et conservée alors par le destinataire, franchit les premiers obstacles. Très vite commence une seconde étape où la lettre change de statut. Elle était un moment dans un dialogue, un texte « vivant », elle devient une trace archivée. Les lettres que nous avons entre les mains ont le plus souvent été triées, classées, regroupées et nombre d’entre elles ont disparu lors de ces interventions opérées par des générations successives après leur réception.

Prendre connaissance d’un ensemble de lettres, c’est d’abord chercher à comprendre la logique de la constitution puis de la conservation du fonds. Le corpus qui nous est livré est centré sur les personnes ; les lettres sont classées par scripteur : André Marie Constant Duméril, ses descendants, leurs proches. Les lettres apparaissent comme le témoignage de l’ascension sociale d’une famille, depuis les progrès du jeune homme dans le monde des sciences à partir de la Révolution française, jusqu’aux mariages de sa petite-fille et de ses arrière-petites-filles qui ajoutent au « capital » intellectuel de l’ancêtre fondateur le capital économique et le capital social des époux.

Le dernier en date des artisans qui construisent les archives épistolaires, c’est celui qui en fait la publication électronique. Il impose ses propres organisation, présentation et interprétation. La nouvelle version du corpus des lettres qu’il propose peut ensuite être reprise, fragmentée, ré-agencée, complétée, insérée dans des compositions et des projets très divers.

 

Publier une correspondance

Ce carnet est un complément au site « S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale » http://correspondancefamiliale.ehess.fr/

Le site présente l’édition scientifique, par des historiennes, des correspondances d’une famille bourgeoise du XIXe siècle. Les lettres, écrites par des dizaines d’hommes et de femmes, touchent en particulier aux milieux scientifiques (autour de Muséum de Paris) et économiques (l’industrie du blanchiment des étoffes à Vieux-Thann). Elles font écho aux évènements traversés, de la Révolution française à la Grande Guerre, en passant par la guerre de 1870 et l’occupation de l’Alsace.

Méthode et contenu