Archives par mot-clé : accident du travail

La mort d’un ouvrier : Pierre Trentini

 Le récit dans les lettres

Le vendredi 7 août 1868, dans sa lettre quotidienne à son épouse alors en villégiature à Villers-sur-mer, Charles Mertzdorff annonce « un grand malheur » arrivé le soir même,    « à 5 h », dans la cour de la maison :

l’un des Italiens, maçon de mon entrepreneur, est tombé du haut de son échafaudage. L’on ne sait comment ; personne ne l’a vu tomber. Il est resté sur le coup sans faire un seul mouvement, il était mort.

Charles Mertzdorff présente la victime :

C’est un jeune homme de 24 ans marié depuis 1 an, sa femme attendant un enfant, son beau-frère est ici travaillant avec lui.

Une enquête est déjà sur lancée la cause de sa chute : « l’on croit qu’il est resté accroché par sa botte déchirée. » L’accident est considéré comme grave, car l’industriel précise :      « Si j’avais été avec vous un télégramme me faisait rentrer. »

Charles Mertzdorff revient sur cet événement les jours suivants, à propos de l’enterrement. Le lendemain samedi (lettre du 9 août 1868) :

Notre pauvre italien sera enterré demain, tous les italiens des environs viendront à son enterrement même depuis Bâle où il y en a beaucoup. C’est un grand malheur !

et le dimanche (même lettre) :

« En ce moment l’on enterre notre pauvre italien, c’est un enterrement considérable. La pauvre femme qui comptait venir rejoindre son mari dans quelques semaines. »

Son épouse Eugénie Desnoyers-Mertzdorff répond en écho : « Quel malheur pour ton Italien » (lettre des 10-11 août 1868). Mais elle est d’abord (lettre du 10 août 1868) et surtout préoccupée des conséquences du drame pour son époux, qui risque d’en être affecté : « La mort de ce pauvre maçon est venue encore te bouleverser. »

Elle le rassure :

c’est un accident complètement en dehors de la fabrique [l’usine de blanchiment des étoffes qui jouxte l’habitation] ; c’est indépendant de toi

et se rassure : Charles sait être philosophe et tenir « la tristesse à la porte ». Et cette page triste sera bientôt tournée : « encore quelques jours et nous serons de nouveau tous les 4 ensemble. »

Donner un nom

Le texte épistolaire familial mentionne de nombreuses personnes, mais toutes, loin s’en faut, ne sont pas désignées par leur nom. L’absence du nom lorsqu’on écrit « l’oncle » signale la proximité, aussi bien que « le préfet » marque la distance. La connivence entre les correspondants régit un système partagé d’anonymat : on élude le nom parce que la personne est reconnue sans cela, ou que sa fonction prime le nom, qu’il importe peu de donner dans ce récit adressé.

Si l’accident du maçon touche Charles Mertzdorff, s’il en parle longuement et donne des détails sur la victime, il ne dit pas son nom. Pourtant il le connaît parfaitement : en tant que maire, il signe l’acte d’état civil qui officialise le décès. Pour identifier le maçon, pour qu’il figure sur le site dans l’index des personnes mentionnées dans les lettres (voir le billet sur les index), c’est à cet acte que nous avons recours. Le registre de l’état civil de Vieux-Thann (où s’est produit l’accident) est conservé aux archives départementales du Haut-Rhin ; il est numérisé et d’accès gratuit. Le maçon décédé est Pierre Trentini, âgé de 26 ans, originaire de Clivio, province de Côme en Lombardie.

Acte de décès de Pierre Trentini (archives départementales du Haut-Rhin)
Acte de décès de Pierre Trentini (archives départementales du Haut-Rhin)

Ce document donne d’autres éléments de la vie de Pierre Trentini. Ses parents : il est fils naturel et reconnu de Joseph Trentini, tailleur de pierre, décédé à Clivio et de Lucie Buzzi, âgée de 55 ans, vivant à Clivio. Son épouse : Caroline Ghielmetti, fileuse, âgée de 23 ans, demeurant à Clivio.

Par la simple mention du nom des déclarants l’acte de décès laisse entrevoir, parmi « tous les italiens des environs », deux proches de la victime : son beau-frère Gaetano (Gaëtan) Ghielmetti, âgé de 32 ans et son cousin, Basile Catella, âgé de 36 ans, tous deux maçons et originaires de Clivio (l’orthographe de la signature, lue « Ghielmetti », a été préférée à celle adoptée par le secrétaire de mairie, lue « Gulielmeti »).

Les ouvriers qui travaillent pour Charles Mertzdorff sont quasi absents des lettres familiales ; et lorsqu’un événement les fait apparaître (ici, la mort dans la cour de la maison), ils ne sont généralement désignés que par leur fonction. Leur invisibilité se résout dans l’anonymat ; les identifier, lorsque cela est possible, relève de notre travail1.

 

  1. Voir aussi le billet consacré à Marie Anne Wallenburger. []