Archives par mot-clé : André Marie Constant Duméril

Delacroix-Duméril, une rencontre?

Le peintre Eugène Delacroix (1798-1863) et le médecin et naturaliste André Marie Constant Duméril (1774-1860)1 ont, comme tant de promeneurs, de savants et d’artistes du XIXe siècle2 fréquenté le Jardin des Plantes de Paris.

 Le Jardin des Plantes

Le Jardin du Roi (son nom change au gré des régimes politiques de la France !) est à l’origine, à l’initiative de Louis XIII, un jardin de plantes médicinales et un lieu d’enseignement. Le Jardin ne cesse de s’étendre (jusqu’à atteindre sa taille actuelle en 1834) par adjonctions successives de parcelles, et de se lotir. Pendant la Révolution (par un décret de la Convention en 1793), le Muséum d’Histoire naturelle, dont la mission allie recherche et enseignement, est créé et le Jardin réorganisé : on y trouve un amphithéâtre, des lieux d’étude et d’exposition pour végétaux, minéraux et animaux, des logements pour les professeurs. De nouvelles serres sont installées en 1836, la galerie de minéralogie construite en 1841, la ménagerie aménagée (« loges » des animaux féroces en 1821, volière des rapaces en 1825, faisanderie en 1827, « Palais des singes » en 1837).

Duméril

André Marie Constant Duméril fait partie des savants à qui un logement au Jardin des Plantes est attribué, en 1831. Il vit au « 7 rue Cuvier », avec femme et enfants ; devenu veuf en 1852, il habite chez son fils Auguste, lui aussi professeur au Muséum, au « 13 rue Cuvier » (ce qui ne correspond pas à la numérotation actuelle).

Dans la vie quotidienne, Duméril et les siens parcourent le Jardin des Plantes, sa ménagerie (lettre du 14 mars 1843), et ses allées (lettre du 1er avril 1843), attentifs aux rencontres et aux floraisons :

Je n’ai pas grand-chose à te dire de nos anciens camarades, si ce n’est que j’en ai vu une bande ici, jeudi dernier, qui se promenait dans le jardin [ ] J’ai vu plusieurs figures de connaissance, sans pouvoir me rappeler leurs noms. (Auguste Duméril, 19 ans, à son cousin, 6 juillet 1831)

Lundi après le triste moment où nous venions de vous voir partir, je suis allée au jardin des plantes avec Eugène et Auguste [ ] le mercredi je suis encore allée au jardin [ ]. Jeudi je ne suis pas sortie et hier je suis allée encore au jardin où j’ai passé quelques heures avec mon ouvrage au milieu de nos beaux lilas. (Alphonsine Delaroche-Duméril à sa nièce et future belle-fille, 11 mai 1833)

Dans sa vie professionnelle, Duméril arpente également galeries et bâtiments où se rencontrent les professeurs. Il noue en particulier des liens d’amitié avec Cuvier qu’il assiste dans la rédaction de ses travaux : il fait imprimer en 1799 les Leçons d’anatomie comparée de G. Cuvier3. Il lui succède comme professeur d’histoire naturelle à l’École centrale du Panthéon, et en 1825 Duméril est nommé professeur de l’histoire naturelle des reptiles et des poissons au Jardin du Roi : il publie une Histoire naturelle des reptiles4. Les intérêts de Duméril sont larges et, à côté d’articles médicaux, il fait paraître également un volume de Considérations générales sur la classe des insectes avec soixante planches et rédige tous les articles d’entomologie du Dictionnaire des sciences naturelles en cinquante volumes publié de 1821 à 1830.

Delacroix

Delacroix lui aussi fréquente Cuvier : à l’automne 1824 par exemple, il se rend aux réceptions données par le savant au Jardin des Plantes5. Des années plus tard, il note dans son Journal, le 19 janvier 18476 :

« De chez Vimont [son élève] au Jardin des plantes […] Cabinet d’histoire naturelle public les mardis et les vendredis. Éléphants, rhinocéros, hippopotames, animaux étranges ! Rubens l’a rendu à merveille. J’ai été, en entrant dans cette collection, pénétré d’un sentiment de bonheur […] Quelle variété prodigieuse d’animaux, et quelle variété d’espèces, de formes de destination ! À chaque instant, ce qui nous paraît la difformité à côté de ce qui nous semble la grâce. Ici les troupeaux de Neptune […] ; puis la famille hideuse des serpents. Le corps énorme du boa, avec sa petite tête ; l’élégance de ses anneaux roulés autour de l’arbre ; le hideux dragon, les lézards, les crocodiles, les caïmans, le gavial monstrueux […] Les tigres, les panthères, les jaguars, les lions, etc. ».

Delacroix s’intéresse aux animaux, aux chevaux et aux fauves en particulier. Il ne se contente pas de regarder les toiles de Rubens ou d’acheter une gravure faite par Vivant-Denon d’après le Lion rongeant un os de Rembrandt7 : il multiplie les études d’après nature, réalisant de nombreux croquis et petites peintures à l’huile. Dans les années 1822-1830, il fréquente assidûment le Muséum avec Barye, sculpteur animalier, pour dessiner divers félins ; il fait même des études d’écorchés après la mort des lions8. En 1841, Delacroix écrit à Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, lui demandant à assister au repas des fauves de la ménagerie9. À  partir de ses observations et croquis sur le vif, il peint ensuite des scènes dans lesquelles le souci du mouvement, de la violence, de la dramaturgie prime sur la véracité anatomique, comme dans le Cheval attaqué par une lionne (vers 1842)10.

Delacroix est également curieux des fleurs du Jardin. Son Journal mentionne le 14 février 1849 une rencontre avec Adrien de Jussieu, botaniste, professeur au Muséum où il a succédé à son père en 1826, avec qui il a « une longue conversation sur les fleurs, à propos de [ses] tableaux ». Il ajoute : « Je lui ai promis d’aller le voir au printemps. Il me montrera les serres et me fera obtenir toute permission pour l’étude. » Promesse tenue, puisqu’il note le 6 juin 1850 : « Passé la journée au Jardin des plantes. Jussieu m’a conduit partout. »

***

Les noms de Daubenton, Jussieu, Lacépède, Cuvier, Flourens, tour à tour directeurs du Muséum, sont familiers à Delacroix,  ils apparaissent dans son Journal11. Mais pas celui de Duméril, qui de son côté ne mentionne pas Delacroix dans ses lettres (les rares qui sont conservées pour cette période). Il n’est cependant pas exclu que Duméril qui vivait et travaillait au Jardin des Plantes, et Delacroix, qui fréquentait sa ménagerie, ses serres, ses galeries, ses allées et ses savants, se soient croisés.

  1. Les lettres familiales de Duméril sont publiées sur le site : S’écrire au XIXe siècle. []
  2. Voir les pages de Victor Hugo, Honoré de Balzac, Charles Augustin Sainte-Beuve, Jules Michelet, etc. rassemblées par Philippe Taquet, Les Bonnes feuilles du Jardin des Plantes. De Jean-Jacques Rousseau à Claude Simon, une anthologie, en collaboration avec Geneviève Boulinier et Anne Roussel-Versini, Éditions Artlys-Muséum national d’Histoire naturelle, 2013. []
  3. Leçons d’anatomie comparée de G. Cuvier, recueillies et publiées sous ses yeux par C. Dumeril, 1799 (an VIII), Paris, impr. de Baudoin, 2 vol. In-8. D’autres éditions des Leçons d’anatomie, paraissent en 1805 (an XIV), en 1835 [André Marie Constant Duméril, éditeur scientifique]. []
  4. Herpétologie, ou Histoire naturelle des reptiles, d’après G. Cuvier, par M. J. D., et revue par M. Duméril, 1834, Paris (30, rue et place S. André des arts), In-12, 100 p., collection « Bibliothèque populaire », 83. Une seconde édition paraît la même année. []
  5. Maurice Sérullaz, Delacroix, 1989, Fayard, p. 97. []
  6. Eugène Delacroix, Journal, 1822-1863, préface de Hubert Damisch, introduction et notes par André Joubin, édition revue par Régis Labourdette, 1980, Plon, p. 117. []
  7. Op. cit., Journal, 2 avril 1847, p. 147. []
  8. Op. cit., Sérullaz, p. 125. []
  9. Op. cit., Sérullaz, p. 225. []
  10. Tableau de la donation Moreau-Nélaton au Louvre. []
  11. Op. cit., index du Journal. []

Duméril dans Le Monde

Le site S’écrire au XIXe siècle publie la correspondance familiale des descendants du médecin et naturaliste André Marie Constant Duméril (1774-1860). Le nom de ce savant, membre de l’Académie des sciences de l’Institut de France, est gravé sur la façade du Muséum d’histoire naturelle de Paris, son buste (parmi beaucoup d’autres) orne l’extérieur de la galerie de paléontologie (rue Buffon) et, non loin de là, une rue porte son nom depuis 1865. Son fils Auguste Duméril, qui lui a succédé au Muséum, reste moins reconnu par la postérité.

Buste d’André Marie Constant Duméril, Galerie de paléontologie du Muséum (Paris) © M.N.H.N. - Bernard FAYE
Buste d’André Marie Constant Duméril, Galerie de paléontologie du Muséum (Paris) © M.N.H.N. – Bernard FAYE

Cependant, malgré ces marques de notoriété, André Marie Constant Duméril n’est pas considéré comme une figure de proue de la science française, et le voir cité attire toujours l’attention de celles et ceux qui ont travaillé sur ses écrits – et suscite ce petit billet de connivence.

Dans Le Monde du 11 février 2015, un article d’Hervé Morin sur « un serpent corail au venin épileptogène » rappelle que cet animal « est né à la science dans l’Erpétologie générale, ou Histoire naturelle complète des reptiles1, rédigée entre 1834 et 1854 par André-Marie-Constant Duméril, son fils Auguste et son assistant Gabriel Bibron, tous zoologues au Muséum national d’histoire naturelle, à Paris ». Et si l’ouvrage du XIXe siècle est peu disert sur le mœurs de ce serpent qui se cache dans les sous-bois tropicaux, « on n’en sait guère plus aujourd’hui sur son mode de vie » précise le journaliste.

André Marie Constant Duméril occupe au Muséum la chaire d’herpétologie et d’ichtyologie. L’ichtyologie étudie les poissons2 et l’herpétologie (ou erpétologie, terme admis, quoique moins correct, par l’Académie selon Littré) les amphibiens. Sourd aux découvertes faites par des savants proches de lui comme Alexandre Brongniart ou Pierre André Latreille, découvertes confirmées depuis par les modes modernes de classement des êtres vivants, Duméril maintient les amphibiens parmi les « reptiles ».

***

André Marie Constant Duméril s’est également intéressé aux insectes. C’est d’ailleurs l’ouvrage sur ce sujet3 qu’il offre à l’empereur Napoléon III en 1860 pour accompagner sa demande d’une pension4.

Erpétologie générale de Duméril et Bibron (numérisation BNF)
Erpétologie générale de Duméril et Bibron (numérisation BNF)

 

  1. Erpétologie générale, ou Histoire naturelle complète des reptiles, par A.-M.-C. Duméril et G. Bibron, Paris, Roret, 1834 – 1854, 11 volumes In-8, dont 1 de planches (numérisation BNF). Duméril publie également en 1834 : Herpétologie, ou Histoire naturelle des reptiles, d’après G. Cuvier, In-12, 100 pages, dont une seconde édition paraît la même année. []
  2. André Marie Constant Duméril publie en 1856 chez Firmin-Didot : Ichthyologie analytique, ou Essai d’une classification naturelle des poissons, à l’aide de tableaux synoptiques, un In-4° de plus de 500 pages. []
  3. Entomologie analytique. Histoire générale, classification naturelle et méthodique des insectes, 1860, Paris, impr. de Firmin-Didot, 2 volumes In-4. []
  4. Voir le billet « Partir en retraite ». []

Partir en retraite

En 1860 André Marie Constant Duméril a 86 ans. Il n’assure plus ses fonctions de professeur Muséum depuis quatre ans, et il se sent fatigué, « malingre et paresseux » (lettre du 4 mars 1860). Lui qui participe encore aux échanges intellectuels, aspire à se retirer de la vie active mais s’inquiète de la baisse de ses revenus s’il cesse de travailler. Le problème de la retraite et des pensions versées aux fonctionnaires, et plus largement aux personnes âgées, se pose avec acuité ; depuis longtemps des amorces de solutions ont été proposées.

Jalons dans l’histoire des retraites

  • Sous l’Ancien Régime, quelques secteurs professionnels bénéficiaient de « régimes spéciaux » : la marine militaire ou l’Opéra de Paris au XVIIe siècle, les fermiers généraux à la fin du XVIIIe siècle. Puis la retraite est instituée à la Banque de France (1806), à la Comédie française (1812), dans l’armée (1831)1.
  • Mais c’est le Premier Empire qui impose l’idée du droit à la retraite pour tous les fonctionnaires (un droit et non une « faveur »). Après les tentatives de l’Assemblée constituante en 1790 pour établir ce droit, tentatives restées sans lendemain faute de moyens financiers, la bureaucratie napoléonienne l’impose, fixe des règles d’admission et met au point des techniques de gestion des pensions2.
  •  La loi du 8 juin 1853 (après celle de 1850 qui créait une rente par capitalisation pour les salariés du secteur privé), fixe les règles – rigides – pour les fonctionnaires civils. La retenue pendant la vie active est de 5% ; la retraite ne peut être acquise avant l’âge de 60 ans, et 30 années de service ; la pension, fixée sur le traitement des six dernières années, représente au maximum 2/3 à 3/4 de celui-ci et elle est limitée à 6 000 francs (ce qui est jugé très rigoureux, par exemple pour les professeurs de Faculté3) ; les pensions de réversion à la veuve et aux orphelins sont réduites4. Cette loi de 1853 établit des règles qui organisent pour des décennies le régime de retraites des fonctionnaires civils, sans pour autant empêcher la multiplication des caisses de retraites dans les administrations départementales et communales5. Les retraites ouvrières et paysannes telles que nous les connaissons n’ont en revanche été créées qu’en 1910.

La carrière d’André Marie Constant Duméril

Très jeune, Duméril a pu compter sur le soutien financier de l’État qui lui a accordé en 1794 une bourse d’« élève de la patrie » pour mener des études de médecine à Paris. À 21 ans, il est chef de travaux anatomiques à l’École pratique ; à 25, chef des travaux anatomiques à l’École de médecine ; à 26 il est nommé professeur d’anatomie à la Faculté de médecine. Médecin et enseignant, il cumule pendant quelques années les consultations privées et la charge de professeur. Il enseigne la physiologie à la faculté de médecine et l’histoire naturelle des reptiles et des poissons au Jardin du roi (le Jardin des plantes). Il abandonne progressivement sa clientèle privée, puis cesse ses fonctions de professeur de faculté. En 1856, à 83 ans, il donne sa démission de professeur au Muséum et sollicite de ses collègues le titre de professeur honoraire – son fils Auguste lui succède dans la chaire au Muséum. Au cours de sa carrière, entre 1799 et 1860, André Marie Constant Duméril a publié de nombreux ouvrages, rapports, notices et discours et reçu maints honneurs : il est membre correspondant ou associé à quantité de sociétés savantes, membre de l’Académie de médecine et de l’Académie des sciences de l’Institut de France.

Duméril arrive à la retraite à ce moment particulier où la loi de 1853 vient d’en fixer les règles, mais où persiste le souvenir des pratiques antérieures, ravivé par les débats très vifs sous la Restauration, certains des législateurs proposant alors d’en « revenir aux pensions accordées par la bienveillance du Prince »6.

La loi et le fait du prince

André Marie Constant Duméril l’exprime clairement :

[je veux faire] connaître les droits réels que je crois avoir à la faveur du gouvernement par mes anciennes fonctions, mes titres et les ouvrages que j’ai publiés (4 mars 1860)

L’entourage du savant est bien conscient du problème :

Ce serait en effet un bien grand malheur pour ce pauvre bon-papa s’il n’obtenait qu’une récompense honorifique car il faudrait alors changer son train de maison, ce qui est toujours fâcheux, mais ce qui est dur à son âge (la petite-fille de Duméril à ses parents, 6 avril 1860)

André Marie Constant Duméril ne reste pas inactif. Il écrit à sa petite-fille pour la « mettre au courant des démarches importantes qu[‘il] fai[t] dans ce moment-ci » (4 mars 1860)

  •  1854

Duméril le lui rappelle, il avait préparé le terrain. La loi sur les retraites tout juste adoptée, il avait dès 1854 entrepris des démarches, tenté d’approcher et de convaincre le ministre de l’époque Hippolyte Fortoul :

j’avais remis moi-même au Ministre de l’instruction publique un exemplaire pour lui et un autre pour l’empereur de mon traité sur l’histoire générale des Poissons7 : cette circonstance de la remise directe, et sans note écrite, de ces deux exemplaires a été sans doute la cause que je n’ai rien, ni du Ministère de l’instruction publique, ni de celui du Ministère d’état, aucun accusé de réception (André Marie Constant Duméril à sa petite-fille, 4 mars 1860)

Il constate que cet ouvrage sur les poissons ne se trouve dans aucune des Bibliothèques impériales…

  •  1860

Instruit par cette expérience, Duméril décide d’une nouvelle stratégie. Par l’intermédiaire d’une amie, Cécilia Rainbeaux née Sévelle (1815-1867), dont le fils a épousé la fille de Jean François Mocquard, il approche ce dernier, « secrétaire intime » de l’empereur. Il prend langue également avec Gustave Rouland, ministre de l’Instruction publique et des Cultes, qu’il trouve dans « d’assez bonnes dispositions » :

Il m’a fait sentir qu’en donnant ma démission de Professeur à l’Ecole de Médecine je ne pourrais toucher que le maximum de ma retraite c.a.d. de 6 000 F mais il ne m’a paru éloigné de l’idée de demander qu’il soit ajouté une pension viagère au traitement de retraite (4 mars 1860)

6 000 F c’est, nous l’avons vu, le montant maximum de la retraite d’un fonctionnaire (mis à part les ambassadeurs et les ministres).

Duméril obtient enfin d’être reçu par Napoléon III pour « présenter [lui]-même à l’empereur dans une audience particulière » les deux volumes sur l’histoire des insectes. Le 23 mars 1860, Duméril lui remet son Entomologie analytique qui vient de paraître chez Firmin-Didot et qu’il a spécialement fait relier.

Il est bien reçu par l’empereur (lettre du 25 mars 1860) mais lui qui ne « demandait pas des honneurs mais un honorable repos » (lettre du 4 mars 1860), « n’est que médiocrement satisfait » lorsque que Le Moniteur universel, journal quotidien, organe du gouvernement, paraît quelques semaines plus tard :

le moniteur de ce matin renferme la nomination de bon-papa au grade de Commandeur et un rapport très flatteur du ministre à l’empereur au sujet de cette nomination  (lettre de sa petite-fille, 13 mai 1860)

André Marie Constant Duméril meurt pendant l’été 1860, malade et affaibli, pas vraiment retraité, et sans avoir obtenu la pension supplémentaire qu’il sollicitait.

 

  1. Bernard Vivier, L’histoire des retraites : les grandes dates, Institut supérieur du travail, 16 novembre 2010. http://istravail.com/article491.html. []
  2. Guy Thuillier, Les Pensions de retraite des fonctionnaires au XIXe siècle, Comité d’histoire de la Sécurité Sociale, 1994, p. 39-40. []
  3. G. Thuillier, op. cit., note 1, p. 168. []
  4. G. Thuillier, op. cit., p. 106-107. []
  5. Bruno Dumons, Gilles Pollet, L’État et les retraites. Genèse d’une politique, Belin, 1994, p. 370. []
  6. G. Thuillier, op. cit., page 45. []
  7. André Marie Constant Duméril, Ichtyologie analytique, Firmin-Didot, 1856. []

Les discours sur la tombe

De très nombreux articles paraissent depuis de début du mois d’avril 2014, à la suite de la disparition de l’historien médiéviste Jacques Le Goff. Hommages, rappels de ses œuvres majeures et de sa conception novatrice de l’histoire, souvenirs de relations personnelles, synthèses historiographiques, cartographie d’une pensée originale en mouvement, mentions des engagements institutionnels, universitaires et citoyens, etc. éclairent de façon resserrée une personnalité. Au-delà de l’émotion que l’usage des moyens audio-visuels avive (réentendre une voix, retrouver des attitudes), tous ces témoignages et analyses rassemblés constituent un ensemble documentaire original, dont la dimension biographique n’est pas absente.

En cohérence avec l’attention portée aux personnes citées dans les lettres, aux relations et aux réseaux que ces mentions indiquent, cette catégorie de « discours sur la tombe » a été retenue pour figurer sur le site S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale. À côté des lettres figurent donc les discours prononcés en 1860 sur la tombe d’André Marie Constant Duméril, l’un des correspondants majeurs des lettres familiales. Comme le précise la notice nécrologique de Charles Dunoyer : « Six orateurs ont pris successivement la parole, et, faisant un rapide retour sur cette vie presque séculaire, ils se sont efforcés de donner une idée des longs et excellents travaux qui l’avaient remplie. » Cette notice, ces six discours, ainsi que deux autres ultérieurs, tous publiés, dessinent le réseau intellectuel et social du savant :

  •  Discours prononcé au nom de la Faculté de Médecine de Paris, le 16 août 1860, sur la tombe de M. Duméril, l’un des professeurs de cette faculté par M. le professeur Cruveilhier.
  •  Discours de M. Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, membre de l’Académie, directeur du Muséum d’histoire naturelle, au nom du Muséum.
  •  Paroles prononcées le 16 août 1860 par M. le Docteur Laboulbène sur la tombe de M. Duméril
  •  Discours de M. [Henri] Milne Edwards, vice président de l’Académie, prononcé aux funérailles de M. Duméril, le jeudi 16 août 1860.
  •  Discours prononcé le 16 août 1860 au nom de l’Académie impériale de médecine, par M. le professeur Piorry sur la tombe de M. Duméril
  •  Discours de M. A. Valenciennes, membre de l’Académie, prononcé le 16 août 1860 sur la tombe de M. Duméril
  •  Discours prononcé dans la séance de rentrée de la Faculté de médecine de Paris, le 15 novembre 1861 par Alfred Moquin-Tandon
  •  Éloge historique d’André Marie Constant Duméril par M. [Pierre] Flourens, secrétaire perpétuel, lu à l’Institut impérial de France, dans la séance publique du 28 décembre 1863.

Dans ce moment singulier du deuil, ces évocations évitent les querelles ouvertes et préfèrent gommer les critiques les plus vives. Elles soulignent les filiations et affinités intellectuelles, signalent les étapes de la vie professionnelle et offrent des éléments biographiques. Une sorte de bilan est ainsi dressé, à la lumière des enjeux et des intérêts scientifiques du temps, qui aide à comprendre ce qu’il y a dans la pensée scientifique de plus marquant pour cette époque. Des mises en relation avec les textes épistolaires sont possibles. Et sur les omissions et les zones laissées dans l’ombre par ces discours il faudrait aussi se pencher…

Manger à Paris en 1795 : les prix et le manque

En janvier 1795, le jeune André Marie Constant Duméril, choisi comme élève du district d’Amiens (sa ville natale) pour suivre les cours de l’École de santé, quitte son travail de commis et sa pension rouennaise pour venir étudier à Paris. Finis, les soins maternels de Mme Thillaye et les ressources de la province, il doit se débrouiller avec les maigres revenus d’élève de la nation pour vivre dans la capitale. Il partage un logement avec deux de ses frères.

Dès sa première lettre à sa mère (7 pluviôse an III-26 janvier 1795), il réclame « un habit et une culotte ». Bientôt, à ses soucis vestimentaires récurrents s’ajoutent des préoccupations alimentaires :

Et la vie de Paris, vous ne devineriez pas combien me coûte un dîner ? ou plutôt vous ne le voudriez pas croire ? malheureusement c’est Auguste [son frère] qui paye cela pour moi.  (21 février 1795)

Malgré quelques travaux rémunérés, la situation ne s’arrange pas. La lettre à sa mère du 28 mai 1795 est toute entière consacrée à ces problèmes, qui pourraient même compromettre ses études :

Nous avons reçu avant-hier le trop petit pain, que vous nous avez fait passer […] Nous avons reçu aussi il y a environ une huitaine, celui que mon oncle a eu la complaisance de nous faire passer, nous mangeons aujourd’hui le reste du dernier. […] Je suis maigre à faire peur. […] je suis décidé à retourner à Amiens pour un mois ou deux plutôt que de mourir de faim ici.

Le jeune homme revient à la charge quelques semaines plus tard:

je viens d’aller acheter pour 18 livres [monnaie] de pain, 1 livre ½ [poids], nous en avons eu pour notre déjeuner ! si vous pouvez nous en faire passer ; profitez de la première voie. tout augmente encore énormément : le Beurre 16 et 17ll la livre, le fromage de Gruyère vaut ici 10ll, les cerises 3ll, & les groseilles 2ll10 s, les œufs 20 s, jugez comment je fais pour vivre ? (29 juin 1795)

Le prix pain est primordial. Dès avant la Révolution son prix est élevé : 6 livres de pain coûtent 12 sous, soit le salaire d’un journalier. Le pain reste la nourriture de base et la Révolution ne supprime pas la hantise du pain cher et de la faim. Le prix du blé est en augmentation, ce qui provoque agitation populaire et discussions politiques. L’approvisionnement en sucre, en savon, en viande, en chandelles, en vin, etc. est difficile. Finalement la Convention fixe un prix maximum pour les grains puis pour tous les produits de première nécessité (29 septembre 1793). Un mois plus tard, en octobre 1793, est créée la carte de rationnement. Elle donne droit à 750 g de pain par jour, rapidement réduits à 500 g puis, en 1794, à 250 g. Cette quantité est insuffisante pour l’appétit des jeunes gens :

Nous ignorons à qui nous sommes redevables du dernier pain que nous avons reçu et nous n’avons pas remercié les donateurs. […] ce que nous recevons de la section ne suffit pas pour nourrir l’un de nous pendant un jour. (juillet 1795)

Par votre dernière, vous nous mandiez que vous aviez été à Aubigny pour vous procurer du grain. quelle a été l’issue de votre voyage. nous nous ruinons en achat de pain car nous n’en recevons encore que trois quarterons. Quant à moi j’en mange une livre en sus qui me coûte 9ll ou 10ll. nous croyons bien que si nous n’en avons pas reçu jusqu’ici, c’est qu’il vous a été impossible de nous en procurer.  (7 septembre 1795)

La pénurie affecte nombre de jeunes gens (voir « Les étudiants en médecine à Paris sous la Révolution », Le Progrès médical, supplément illustré, 1939, n° 2). Manger : cette préoccupation constante du jeune homme se traduit par des détails et développements dans chacune des lettres à sa mère :

Depuis le Retour de mes frères je n’ai pas mangé une seule fois chez le Restaurateur : nous vivons, nous deux, Auguste, de Beurre, de fromage, & de cerises. (juillet 1795)

et quelques mois plus tard :

 Nous avons reçu pain, beurre et bas : c’est-à-dire le paquet que nous annonçait votre lettre du 27. vous ne pouviez nous faire un présent dont nous puissions mieux sentir le prix : nous sommes dans la situation la plus pénible. Deux jours de suite nous nous sommes trouvés sans pain. […] aujourd’hui, il est trois heures, la farine n’est pas encore arrivée chez le boulanger ; le pain qu’on nous délivre à la section, quoique bien manipulé, porte un mauvais goût. on le dit composé des farines de vesces, de féveroles, de seigle et d’avoine ; si cependant on nous en donnait notre saoul ! mais que sont ¾ ?  nous qui mangerions sans gêne pour  notre  déjeuner  la livre ½ ! le prix du pain est ici exorbitant: le blanc se vend 40ll et l’ordinaire plus commun 30 ou 34ll. Aussi quand nous en manquons, et cela n’arrive que trop souvent, nous sommes obligés de vivre avec des châtaignes, qu’on nous vend 15ll le litron, environ deux pintes d’Amiens : le beurre vaut ici 85 à 90ll, les œufs 3ll 10s, la chandelle 95 à 100ll. Enfin c’est une désolation de l’abomination.  (22 novembre 1795)

 Après Thermidor, en 1796, la Convention abolit le Maximum qui protégeait le prix de la farine et rétablit la liberté du commerce. Tous les prix montent, l’inflation touche durement les plus pauvres et accentue les inégalités. Mais le jeune André Marie Constant Duméril, qui gagne un peu d’argent en secondant les professeurs au Muséum, en préparant leurs cours, voit sa situation s’améliorer.