Archives par mot-clé : archives

Dire l’épistolaire

« Quels sont les quatre termes que vous associez spontanément à la lettre ? » C’est l’une des questions posées dans le dernier numéro d’Épistolaire par Bénédicte Obitz-Lumbroso à huit spécialistes des correspondances : Mireille Bossis, Cécile Dauphin, Jean-Marc Hovasse, Mireille Kervern-Gérard, Isabelle Landy, Yvan Leclerc, Antony McKenna et Benoît Mélançon1. Professeurs de littérature en France ou à l’étranger, linguiste ou historienne, spécialiste de Pascal, de Flaubert ou de Victor Hugo, de la poétique des formes ou des écritures autobiographiques, chacune et chacun a répondu par quatre mots complétés ou non de développements explicatifs. Les expériences professionnelles et personnelles, comme le champ des recherches ont orienté, on le devine, les réponses des huit chercheurs. Les mots qu’ils ont choisis, entre érudition et subjectivité, sont rassemblés ici autour de quelques pôles qui balisent le vaste et divers domaine de l’épistolaire.

  • L’échange

Au singulier ou au pluriel, l’« échange » est sans surprise l’idée qui s’impose le plus souvent. Ce « partage » est empreint d’inquiétude (« la lettre est question, demande, appel ») et quelquefois de douceur. C’est une mise en « relation », une « interaction », un moyen de « persuasion », une « succession de réponses », une « attente » sans fin du « prochain envoi ». La notion de réciprocité se fait jour, mais aucun chercheur n’a proposé le terme de « réseau » pour caractériser les modalités de l’échange. On donne et on reçoit des textes (récits tissées du « détail de l’existence » et de sentiments), des idées, ainsi que l’objet-lettre lui-même, dans son enveloppe « offerte » comme un cadeau.

  • Le temps et la distance

Le deuxième thème s’ordonne autour de la distance et surtout du temps : « l’épaisseur du temps », « le moment et l’espace » du partage, la « distance spacio-temporelle ». Que les chercheurs travaillent sur des lettres du XVIIe ou du XXe siècle, le « temps » reste un marqueur fort de l’échange épistolaire : temps de l’écriture et de la lecture différée, ou temps étiré des échanges au long cours.

  • Intimité/communauté

Le va-et-vient épistolaire s’organise selon deux modèles : le commerce des idées et celui des affects. Les pratiques intellectuelles collectives, mises au service de la « science », visent à l’« efficacité maximale de l’échange » et renvoient à une « communauté » : celle de Port-Royal ou des philosophes des Lumières par exemple.
Cependant l’échange s’établit le plus souvent dans l’« intimité ». Il réclame alors le « secret » : « la lettre parvient cachée, cachetée. L’enveloppe protège l’intime. Mieux que le code des messages électroniques ».

  • Les registres du sentiment

Le vocabulaire des sentiments est très prégnant. D’un côté, des émotions négatives : « souffrance », « absence », et peut-être « attente ». De l’autre, la richesse du partage. L’amour, si présent dans l’imaginaire des artistes, ne saurait échapper aux chercheurs qui pensent à la « séduction » ou à la « lettre d’amour ». Et les « histoires » mentionnées, seraient-elles des histoires d’amour ?

  • L’imaginaire

La lettre est « représentation », « représentation idéale du schéma de la communication orale », « fusion imaginaire de deux présents différés ». Faut-il rattacher le « fétichisme » à cette classe de mots qui s’évadent du réel ? L’imaginaire n’infiltre pas uniquement la lettre (d’amour) ; il gagne toute la « scénographie des correspondances » : boîtes aux lettres, bureaux, modes de transport et de distribution (dont le « facteur », qui est cité deux fois).

  • L’écriture

Mais les interrogés qui, on le sait, fréquentent assidûment archives, bibliothèques et manuscrits, ne peuvent négliger la matérialité des lettres et la qualité littéraire  des textes. Au plus près de la réalité, ils mentionnent les enveloppes (3 fois) et l’écriture « autographe ». Ils sont sensible au « mode spécifique d’écrire », au « souci de l’écriture »,  graphie et style confondus. La rhétorique propre à l’épistolaire est évoquée au travers de la « persuasion ».

  • Les traces

Les chercheurs sont confrontés au devenir de la lettre qui, soustraite au moment et aux fonctions de l’échange, devient « relique, trace et souvenir, reste et objet de valeur à conserver », archive sur laquelle ils travaillent. Peut-être peut-on lire les laconiques « fragilité » (terme relatif à des lettres du XVIIe siècle) et « histoire(s) » dans ce contexte, comme le rappel que l’étude de ces feuillets périssables construit une autre connaissance du passé.

***

Geneviève Haroche-Bouzinac, présidente d’Épistolaire, présente le dernier numéro de la revue et indique à son tour les quatre termes qu’elle associe à la lettre2. Cette spécialiste des mémoires et des correspondances du XVIIIe siècle retient « lien », « mémoire », « amitié », « poésie ». Ces mots, enrichis des remarques qui les explicitent, s’insèrent dans les catégories proposées ci-dessus et les complètent opportunément.

  1. Le n° 40 de l’Épistolaire. Revue de l’AIRE , 2014, 328 pages, est consacré à un double thème : la correspondance de Diderot et l’épistolarité politique. Un billet de ce carnet a présenté les publications de cette association : « L’AIRE, du bulletin à la revue ». []
  2. « Entretien avec Geneviève Haroche-Bouzinac », propos recueillis par Nathalie Jungerman, FloriLettres, revue culturelle et numérique de la Fondation La Poste, janvier 2015. []

Sur les traces de Mademoiselle Rath

Pour le site « S’écrire au XIXe siècle », le choix a été fait de proposer un index des personnes citées dans les lettres1. L’édition électronique permet, idéalement, d’associer à chaque nom qui apparaît des éléments biographiques accessibles d’un simple clic. Ainsi se multiplient les liens entre le texte d’un épistolier et les acteurs interpellés, auxquels les micro-biographies, qui aident à mieux lire le texte, donnent une nouvelle dimension. Le temps se déploie, réveillant des échos entre l’instant d’une lettre et la chronologie de toute une vie ; des perspectives et des réseaux se dessinent, une dynamique d’interrelations mouvantes devient visible. Identifier les personnes conduit parfois sur des chemins inattendus. C’est ce qui c’est produit avec Mademoiselle Rath.

Mademoiselle Rath, une cousine

  • En trente ans, entre 1814 et 1843, quatre lettres, écrites par quatre correspondants différents, mentionnent Mlle Rath. Mais les indices épistolaires sont maigres :

 Nous avons eu entre hier et aujourd’hui des lettres de Mlle Carondelet, de Cécile, de Mlle Rath, toutes contiennent de bonnes nouvelles. (Alphonsine Delaroche à son mari André Marie Constant Duméril, 20 octobre 1814)

Le frère d’Alphonsine Delaroche :

Je sais que Mlle Rath est à Paris. J’ai reçu un petit mot d’elle & j’attendais pour lui écrire le départ d’un navire que les vents d’Ouest retiennent dans le port. (Michel Delaroche, au Havre, à son neveu Duméril, 11 décembre 1833)

C’est à l’occasion du mariage d’Auguste Duméril avec sa cousine Eugénie Duméril que quelques renseignements supplémentaires sont fournis, et d’abord qu’il s’agit d’une parente :

Ma mère [Alphonsine Delaroche] a reçu, il y a quelques semaines, une lettre d’une de nos parentes que nous aimons beaucoup : Mlle Rath, que votre père a connu autrefois. Elle nous conserve une chaude affection, et elle prend grand intérêt à la nouvelle de mon mariage, qui doit, suivant son expression, accroître notre bonheur de famille. Vous entendrez souvent parler d’elle, et apprendrez à la connaître, et à lui porter comme nous un vif attachement. (Auguste Duméril à sa cousine et fiancée, 28 mars 1843)

Sa fiancée lui répond, elle « avai[t] entendu parler de Mlle Rath » au moment du mariage de son propre frère, en 1841 (lettre du 3 avril 1843).

Alphonsine Delaroche-Duméril et Mlle Rath sont donc parentes. On découvre en effet qu’elles ont un ancêtre commun, Abraham Rath (1620-1702), maître boulanger à Nîmes. Les descendants du premier mariage de celui-ci (dont Jean Louis Rath, marchand horloger, père de Mlle Rath) se retrouvent à Genève, négociants, marchands, artisans. Les descendants du second mariage (dont Marie Castanet, la mère d’Alphonsine Delaroche), à Lyon (négociants) puis à Genève.

  • Un carnet laissé par Auguste Duméril, chronologie des événements de sa vie entre 1843 et 18702 donne des éléments qui permettent de poursuivre les recherches. Il note :

1er Juillet 1844 : « Mlle Rath part pour Genève après un séjour d’un mois à Paris où elle n’était pas venue depuis 7 ans. »

24 novembre 1856 : «  Mort de notre cousine, Mlle Rath. »

Sur les traces de Mlle Rath

Les deux éléments, « famille Rath » et « Genève » pointent immédiatement sur le musée Rath de Genève, « le premier musée des beaux-arts de Suisse », qui porte le nom de son mécène. Simon Rath (1766-1819), revenu à Genève après une carrière militaire, laisse sa fortune à ses deux sœurs avec la promesse qu’elles l’utiliseront pour leur pays. Fidèles au vœu de leur frère, elles offrent au gouvernement genevois une somme qui finance un musée des beaux-arts. Le musée est ouvert au public en 1826.

Il y aurait donc deux demoiselles Rath ? Quelle est celle dont parlent les lettres ? Commodité de l’Internet et des courriels, des contacts sont faciles à établir. Le centre de documentation du département des beaux-arts de Genève, sollicité, fait des recherches : si l’une des deux sœurs « est assez bien documentée », les dates de naissance et de décès de l’autre, très proches de celles de sa sœur, suscitent « de gros doutes quant à leur fiabilité ». Je suis alors orientée vers les archives d’État et les archives de la Ville de Genève. Puisant à plusieurs sources3, ces services me transmettent en particulier un renseignement décisif : Jeanne Françoise Rath, l’aînée, est décédée en 1831. Donc Mlle Rath, celle des lettres Duméril, est la plus jeune sœur, Jeanne Henriette, née le 12 mai 1773, décédée le 24 novembre 1856. Mes divers interlocuteurs et interlocutrices genevois fournissent gracieusement références et photocopies de notices qui permettent de découvrir Henriette Rath4.

Henriette Rath, une artiste

Henriette Rath, mécène, est aussi une artiste. L’incontournable Bénézit5 la présente comme « peintre de portraits et d’émaux, miniaturiste », « élève d’Isabey », ayant figuré au Salon en 1799, 1801 et 1810 « avec des portraits et des miniatures » ; la fondation du musée genevois est également mentionnée.

Une notice rédigée par Fabienne Xavière Sturm en 1998 pour l’Institut suisse pour l’étude de l’art (ISEA) précise qu’après des études de dessin dans la classe de Renée Sarasin-Bordier à Genève, Jeanne Henriette Rath se rend à Paris en 1798 (elle a 25 ans). Là, « le grand maître de la miniature Jean-Baptiste Isabey la prend comme élève ». Sensible à « la virtuosité et [à] l’audace » de la jeune artiste, Isabey lui confie des portraits et des copies, et reconnaît son excellence en l’introduisant auprès de sa clientèle, en particulier la famille impériale russe ». De retour à Genève, elle s’occupe avec d’autres femmes peintres de l’Académie de jeunes filles de la Société des arts. Jeanne Henriette Rath voyage : en Russie auprès de son frère (1810), à Berne (1813), en Italie (1815). Les portraits qu’elle exécute avec une grande finesse manifestent « acuité de regard », « attention sensible » aux modèles et une certaine « mélancolie ». F. X. Sturm voit en J. H. Rath « une figure de l’intelligentsia genevoise », « une femme indépendante, fortunée et engagée, luttant jusqu’à l’épuisement pour faire avancer la cause de l’art et du patrimoine ».

On aimerait lire les lettres échangées entre Henriette Rath et Alphonsine Delaroche-Duméril et on peut rêver aux désirs que la vie créatrice et indépendante de l’artiste a fait naître (ou non) chez sa cousine, sa cadette de 5 ans, elle aussi genevoise de naissance.

*

Henriette Rath, Autoportrait (entre 1810 et 1820), huile sur toile (haut 35 cm, larg 32 cm), Musée d'art et d'histoire, Genève. Don de Mme David Ramu, 1911 (N° d'inventaire : 1911-0031)

Henriette Rath, Autoportrait (entre 1810 et 1820), huile sur toile, hauteur 35 cm, largeur 32 cm, © Musée d’art et d’histoire, Genève. Don de Mme David Ramu, 1911, inv.n° : 1911-0031. Photo Bettina Jacot-Descombes.

 

  1. Voir le billet : « Quel index choisir ? ». []
  2. Seuls les extraits du carnet d’Auguste Duméril, relatifs à sa fille Adèle, sont actuellement transcrits sur le site. []
  3. Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, V, Neuchâtel, 1930 ; Pierre Bertrand, « La famille Rath, bienfaitrice de Genève », Tribune de Genève, 16 août 1958 ; Louis Sordet, Dictionnaire des familles genevoises, manuscrit du XIXe siècle. []
  4. Voir aussi Noémie Etienne, « Les demoiselles Rath et l’insitution artistique à Genève autour de 1800« , Post Tenebras Luxe, Genève, Labor et Fides, 2010, pages 66-87. []
  5. Emmanuel Bénézit (1854-1920), Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, nouvelle édition en 10 volumes, Gründ, 1976. []

Les livres de copies : autour d’Auguste Duméril

Des livres, ils ont l’aspect : format et reliure, plat en cuir orné de nerfs dorés. Mais lorsqu’on les ouvre, on découvre une écriture régulière qui remplit toutes les pages, numérotées en continu sur quatre volumes, de 1 à 1012. Un aperçu, la page 515  (lettre du 22 septembre 1846) :

Page 515 d'un livre de copies

 Les livres

  • Chaque volume a un titre :

Journal de M. Auguste Duméril, Membre de l’Institut, 1er Volume

Capture-livre copieAD1-titre

Lettres de M. Auguste Duméril, 2e Volume

Lettres de Monsieur Auguste Duméril à M. Henri Delaroche (suite), 4e Volume

Le premier volume compte 392 pages, le deuxième 396, et le dernier seulement 41 (le troisième volume, qui doit en compter 182, ne nous est pas parvenu).

  •  La dédicace, tout en haut de la première page, éclaire le projet :

Capture-anotation-1916-Félicité Duméril-livre copieAD1-p1

« Souvenirs rétrospectifs. Détails confidentiels légués dans ma 87e année à mes bons petits-enfants Pierre et Marie-Louise Soleil, en Septembre 1906. Vve Auguste Duméril ».

La veuve d’Auguste Duméril (1812-1870) est sa cousine Eugénie Duméril (1819-1914). Leur fille, Adèle (1844-1909) a épousé Félix Soleil (1839-1891) ; ils ont 5 enfants : Marie (1865-1943), Léon (1868-1943), Pierre (1870-1942), Louise (1872-après 1915), Auguste (1875-1932). Pierre Soleil épouse Marie-Louise Caillé (1878-1929) en 1899. C’est à ce couple que les volumes sont offerts. Ils ont eux-mêmes, en septembre 1906, trois enfants (le quatrième et dernier naît en décembre). Est-ce que les autres petits-enfants d’Eugénie Duméril ont eux aussi reçu des volumes manuscrits ? Nous ne le savons pas. Ceux que nous présentons ici nous ont été proposés par Xavier Soleil, petit-fils de Pierre, après la parution du livre Ces Bonnes Lettres. Une correspondance familiale au XIXe siècle (C. Dauphin, P. Lebrun-Pézerat, D. Poublan, préface de Roger Chartier, Albin Michel, 1995).

Comme l’indiquent les titres, ces textes manuscrits concernent Auguste Duméril, disparu 35 ans avant la dédicace. Il s’agit essentiellement de lettres recopiées, lettres écrites et reçues par lui, depuis l’adolescence jusqu’aux lettres de condoléances envoyées après son décès. Mais sont recopiés également plusieurs journaux personnels.

Des journaux personnels

Le premier mot de ces mille pages est « Fiançailles » suivi, sur la même ligne, du début du journal intime d’Auguste : « Mardi 2 Novembre 1841. Ce journal, que je commence aujourd’hui… ». Il semble qu’Eugénie Duméril, au soir de sa vie, veuille d’abord revenir sur les mois délicieux et conflictuels qui ont précédé son mariage. Délicieux parce que deux jeunes gens se (re)découvrent et prennent conscience de leur attachement (voir D. Poublan, « Les lettres font-elles les sentiments ? S’écrire avant le mariage au milieu du XIXe siècle », Séduction et Sociétés, sous la direction de C. Dauphin et A. Farge, Seuil, 2001). Conflictuels parce que les parents d’Eugénie s’opposent au mariage, inquiets des faibles revenus de celui qui envisage une carrière scientifique. L’opposition vient ensuite, à partir de l’été 1842, de la mère seule. La raison avancée : la jeune fille est catholique, le jeune homme protestant. Pourtant la même situation s’est présentée quelques années plus tôt quand la sœur d’Eugénie a épousé sans drame le frère d’Auguste. Le journal et les lettres laissent deviner des rancœurs et des haines familiales : Auguste note dans son journal, le 27 octobre 1842, que sa future belle-mère « fait toute sorte de vœux pour que ce triste mariage ne s’accomplisse jamais » ; la semaine suivante, que sa fiancée vit, chez ses parents, « un enfer », etc.

Le journal se termine le 27 janvier 1843, au soir d’« une journée heureuse » où Auguste a reçu une lettre « par laquelle [son oncle et futur beau-père] déclare vouloir que le mariage se fasse le plus promptement possible, et sans attendre ce changement de position qui devait déterminer l’accomplissement de cet heureux évènement. » Auguste espère un mariage « d’ici à 3 mois » ; il aura lieu en mai 1843.

  • Des journaux de voyage

Plusieurs journaux de voyage, tenus ponctuellement par Auguste Duméril, sont recopiés : voyage en Belgique en 1831 (volume 2), voyages dans le Nord en 1833 et 1839 (volume 3), à Angers en 1835 (volume 3) ; sur les bords du Rhin en 1846 (volume 2), à Londres en 1851 (volume 2), dans le Nord de nouveau en 1853 (volume 2).

La frontière entre journal et correspondance est poreuse ; la proximité des deux genres se marque dans les titres : « Extraits de lettres écrites par moi à Constant, en Octobre et en Novembre 1831, à l’âge de 19 ans, sur les voyages que je fis dans le Nord de la France et en Belgique, pendant les vacances de cette année-là ».

Capture-livre copies- 683

Plusieurs de ces « voyages » sont en fait des lettres, qui sont mises sur le site comme telles.

Des lettres

Dans les volumes, la plus large place est  réservée aux lettres.

  • Les premières lettres recopiées juste après le journal tenu avant le mariage se situent à la même époque : celles échangées entre les fiancés (bien qu’ils n’aient pas l’autorisation de s’écrire directement – ils ont 24 et 30 ans –  ils tournent l’interdiction familiale), puis la correspondance au sein de la famille proche, pour ressasser les conditions posées et les promesses, argumenter, évaluer les sentiments et les espérances financières.
  •  Les lettres ensuite se succèdent sous forme de dossiers : « Lettres d’Eugénie et Auguste Duméril, 9 juin 1870-7 novembre 1870 » et « Lettres adressées après la mort d’Auguste Duméril en novembre 1870 » (livre 2) ; « Lettres d’Auguste Duméril à Henri Delaroche » (livres 2 et 4).

Sur le site, la restitution de l’échange épistolaire dans sa continuité a été privilégiée. Les lettres des livres de copies sont présentées en suivant la chronologie, mêlées éventuellement aux lettres étrangères à cet ensemble : par exemple, une lettre d’André Marie Constant Duméril (le père du fiancé) à Georges Louis Duvernoy (9 mai 1842, fonds du Muséum national d’histoire naturelle) ou du même à son épouse (27 octobre 1842).

*

La composition des livres de lettres copiées, complexe, sans chronologie, est à l’image du projet : une accumulation de souvenirs. La plongée dans le passé s’effectue autour de la figure de l’époux disparu, par la transcription de paquets de lettres et de papiers familiaux dont il a été successivement le protagoniste puis l’archiviste (voir le titre : « lettres écrites par moi [Auguste] à Constant… »). Les dossiers sont pris les uns après les autres, en commençant par tout ce qui touche aux prémices du mariage, épisode important pour Auguste Duméril (il lui a consacré plusieurs dossiers) et fondateur pour sa veuve : ces mois-là ont marqué sa déprise de la contrainte maternelle et l’accession à un idéal de conjugalité, elle qui écrivait : « Oui, mon bon Auguste, vous seul m’avez fait penser au bonheur, et nul autre que vous ne me l’a fait désirer. » (20 mars 1843).

Quelles limites donner au corpus ?

La question peut surprendre. La taille du corpus semble s’imposer sans discussion : elle dépend du volume des lettres archivées auxquelles on a accès. Au fil des publications, diverses questions ont surgi : devions-nous mettre tel ou tel document sur le site S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale ? Les héritiers et les descendants du savant André Marie Constant Duméril ont de longue date accumulé, trié, structuré, utilisé, la correspondance de la famille. Le corpus ainsi constitué durant deux siècles se trouve nécessairement remodelé du fait de sa publication (voir le billet Des lettres dans un grenier) . Notre souci de le livrer au plus près de son histoire amène à conserver les traces des différentes étapes de sa construction, tout en l’enrichissant de documents pertinents. Avec le recul, voici le bilan de nos pratiques sous forme de description critique plutôt que de modèle. Le noyau de ce qui est publié sur le site est constitué des lettres conservées dans le fond Froissart telles qu’elles nous ont été communiquées. Mais tout le contenu des cartons n’est pas sur le site et par ailleurs d’autres documents ont été ajoutés.

Lettres ajoutées

  •  Lettres des livres de copies

Le descendant d’une autre branche de la famille Duméril, M. Xavier Soleil, nous a proposé des recueils de lettres copiées, paginés et reliés au XIXe siècle[1]. Dans ces recueils, rédigés par des copistes à la demande de la famille, se retrouvent des lettres dont nous avons les originaux, mais d’autres aussi qui ont échappé à la collecte. Deux volumes concernent André Constant Duméril (années 1791-1805) et trois autres son fils Auguste Duméril (chapitres non chronologiques, qui courent essentiellement des années 1840 jusqu’à 1870).

  • Lettres citées dans les histoires familiales imprimées

M. Ludovic Damas Froissart a publié plusieurs volumes sur ses ancêtres, dont Charles Mertzdorff, un industriel Alsacien, 1818-1883 (en 1983) et André Constant Duméril, médecin et naturaliste, 1774-1860 (en 1984). Ces volumes sont rédigés en grande partie à partir de la correspondance familiale ; ils contiennent quelques lettres (ou extraits de lettres) des années 1783-1787 qui n’appartiennent pas au noyau central mais qui situent le milieu familial.

  • Lettres trouvées dans des archives publiques

André Marie Constant Duméril et son fils Auguste Duméril sont des savants attachés au Muséum. Nous avons choisi de publier les lettres conservées dans le fonds du Muséum. Certaines pourraient être des billets amicaux, comme lorsque Duméril demande à l’académicien Duvernoy s’il peut « faire le plaisir à Madame Duméril et à [lui], de venir dîner à la maison jeudi prochain » (9 mai 1842). D’autres ont un contenu plus spécifiquement scientifique, mais contiennent les marques d’une sociabilité intéressante à mentionner.

La même recherche serait à faire pour Henri Milne-Edwards et son fils Alphonse, ainsi que pour Jules Desnoyers.

Autres documents ajoutés en complément des lettres

Ils sont classés dans les rubriques : « papiers familiaux et documents divers » ou « monographies ».

  • Documents extraits des histoires familiales imprimées. Les renseignements, sur l’usine de Charles Mertzdorff par exemple, se trouvent plutôt intégrés dans les monographies

Ce qui n’a pas (encore) été mis sur le site

  • Les fiches. Une fiche de lecture, rédigée par Ludovic Damas Froissart lors de la préparation de ses ouvrages, accompagne chaque lettre dans les archives familiales ; elle précise le nom des correspondants et relève quelques traits saillants de la lettre.
  •  Des chronologies familiales élaborées par divers scripteurs. Ces textes demandent un long travail de vérification pour identifier toutes les personnes citées ; faute de temps, la mise sur le site n’a pu encore se faire.
  • Des coupures de presse et documents que nous n’avons pas pu rattacher, par le sens ou la date, à une lettre précise.

En bref, le principe appliqué est de garder ce qui fait partie de la correspondance familiale et ce qui est pertinent pour l’éclairer.


[1] Voir Danièle Poublan, « Correspondre et copier », Copie et modèle : usages, transmission, appropriation de l’écrit, publication des actes du colloque de décembre 1996 sous la direction de Christine Barré – De Miniac, – Paris, INRP, 2 000, p. 79-100.

Des lettres dans le grenier

D’où vient la correspondance publiée sur le site : S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale ? Représentez-vous, dans le Nord de la France, une grande bâtisse, flanquée de deux tours et précédée d’une terrasse. C’est dans le grenier que se trouvent les lettres de la famille, celles d’André Marie Constant Duméril et ses descendants. Mais n’imaginez pas un coffre poussiéreux rempli de paquets enrubannés. Le grenier est aménagé, chauffé, et les murs sont couverts d’étagères où s’alignent des boîtes du modèle retenu par les Archives nationales.

Car les lettres des siècles passés qui nous parviennent, par héritage ou hasard, ou recueillies par une institution, sont le résultat d’une histoire aux acteurs multiples. La lettre écrite, envoyée, reçue, lue et conservée alors par le destinataire, franchit les premiers obstacles. Très vite commence une seconde étape où la lettre change de statut. Elle était un moment dans un dialogue, un texte « vivant », elle devient une trace archivée. Les lettres que nous avons entre les mains ont le plus souvent été triées, classées, regroupées et nombre d’entre elles ont disparu lors de ces interventions opérées par des générations successives après leur réception.

Prendre connaissance d’un ensemble de lettres, c’est d’abord chercher à comprendre la logique de la constitution puis de la conservation du fonds. Le corpus qui nous est livré est centré sur les personnes ; les lettres sont classées par scripteur : André Marie Constant Duméril, ses descendants, leurs proches. Les lettres apparaissent comme le témoignage de l’ascension sociale d’une famille, depuis les progrès du jeune homme dans le monde des sciences à partir de la Révolution française, jusqu’aux mariages de sa petite-fille et de ses arrière-petites-filles qui ajoutent au « capital » intellectuel de l’ancêtre fondateur le capital économique et le capital social des époux.

Le dernier en date des artisans qui construisent les archives épistolaires, c’est celui qui en fait la publication électronique. Il impose ses propres organisation, présentation et interprétation. La nouvelle version du corpus des lettres qu’il propose peut ensuite être reprise, fragmentée, ré-agencée, complétée, insérée dans des compositions et des projets très divers.