Archives par mot-clé : archives familiales

Louis Bergeron

 

Je ne vais pas faire ici une nécrologie (on pourra lire l' »Hommage à Louis Bergeron » de Marie-Vic Ozouf-Marignier et François Weil dans la Lettre de l’EHESS de février 2015) mais un billet de tristesse. C’est Monsieur Bergeron, alors directeur du Centre de recherches historiques, qui nous avait signalé l’existence du fonds privé Duméril-Mertzdorff-Froissart, fonds qui a donné lieu à la publication de notre ouvrage Ces bonnes lettres1, et qui est à la source du site S’écrire au XIXe siècle.

L’intitulé de la thèse de Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens : du Directoire à l’Empire2 indique les deux principales directions de ses recherches : la période révolutionnaire et impériale, et les questions économiques et urbaines.
Pierrette Lebrun-Pézerat, Cécile Dauphin et moi travaillions de longue date sur des statistiques plus ou moins en lien avec la correspondance : celles qui mesurent la capacité des jeunes français et françaises à lire et à écrire3 ou celles du courrier qui circulait au milieu du XIXe siècle4. Mais les données quantitatives, aussi sophistiquées fussent-elles, ne suffisaient pas à saisir la spécificité d’une histoire de l’écriture épistolaire. Nos recherches dans le fonds du Musée de la Poste ou du côté des manuels épistolaires5 nous avaient fait entrevoir la multiplicité des fonctions de la lettre dans un siècle marqué par la mobilité des personnes et des choses. Seuls les textes et les objets pouvaient atteindre les pratiques et leurs significations. Nous étions donc en quête d’archives à explorer.

C’est à ce moment, au début des années 1990 que Monsieur Bergeron nous a orientées vers la famille Froissart. Lui-même avait travaillé sur les archives industrielles de leur usine de Vieux-Thann en Alsace où l’existence d’autres archives lui avait été signalée, familiales celles-là. Munies de sa recommandation, nous nous sommes présentées à M. Ludovic Damas Froissart, qui nous a généreusement donné accès aux boîtes de la correspondance de ses ancêtres qu’il conservait6. Ces lettres sont maintenant en cours d’édition.

Au moment où M. Louis Bergeron s’éteint, une pensée reconnaissante devait lui être adressée, en souvenir de l’attention courtoise, discrète et érudite qu’il nous manifestait.

P.S. Un an après la disparition de M. Louis Bergeron, le Centre de recherches historiques de l’Ecole des hautes études en sciences sociales a consacré  une journée, le 23 octobre 2015, à sa mémoire (voir le programme : http://crh.ehess.fr/index.php?4703).

 

  1. Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pézerat, Danièle Poublan, Ces bonnes lettres. Une correspondance familiale au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1995. []
  2. Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens : du Directoire à l’Empire, Paris IV, 1974. []
  3. François Furet et Jacques Ozouf, Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Les Éditions de Minuit, 1977. []
  4. Roger Chartier (dir), La Correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1991. []
  5. Cécile Dauphin, Prête-moi ta plume. Les manuels épistolaires au XIXe siècle, Kimé, 2000 []
  6. Voir le billet « Des lettres dans le grenier » posté le 14 février 2013 []

Les livres de copies : autour d’Auguste Duméril

Des livres, ils ont l’aspect : format et reliure, plat en cuir orné de nerfs dorés. Mais lorsqu’on les ouvre, on découvre une écriture régulière qui remplit toutes les pages, numérotées en continu sur quatre volumes, de 1 à 1012. Un aperçu, la page 515  (lettre du 22 septembre 1846) :

Page 515 d'un livre de copies

 Les livres

  • Chaque volume a un titre :

Journal de M. Auguste Duméril, Membre de l’Institut, 1er Volume

Capture-livre copieAD1-titre

Lettres de M. Auguste Duméril, 2e Volume

Lettres de Monsieur Auguste Duméril à M. Henri Delaroche (suite), 4e Volume

Le premier volume compte 392 pages, le deuxième 396, et le dernier seulement 41 (le troisième volume, qui doit en compter 182, ne nous est pas parvenu).

  •  La dédicace, tout en haut de la première page, éclaire le projet :

Capture-anotation-1916-Félicité Duméril-livre copieAD1-p1

« Souvenirs rétrospectifs. Détails confidentiels légués dans ma 87e année à mes bons petits-enfants Pierre et Marie-Louise Soleil, en Septembre 1906. Vve Auguste Duméril ».

La veuve d’Auguste Duméril (1812-1870) est sa cousine Eugénie Duméril (1819-1914). Leur fille, Adèle (1844-1909) a épousé Félix Soleil (1839-1891) ; ils ont 5 enfants : Marie (1865-1943), Léon (1868-1943), Pierre (1870-1942), Louise (1872-après 1915), Auguste (1875-1932). Pierre Soleil épouse Marie-Louise Caillé (1878-1929) en 1899. C’est à ce couple que les volumes sont offerts. Ils ont eux-mêmes, en septembre 1906, trois enfants (le quatrième et dernier naît en décembre). Est-ce que les autres petits-enfants d’Eugénie Duméril ont eux aussi reçu des volumes manuscrits ? Nous ne le savons pas. Ceux que nous présentons ici nous ont été proposés par Xavier Soleil, petit-fils de Pierre, après la parution du livre Ces Bonnes Lettres. Une correspondance familiale au XIXe siècle (C. Dauphin, P. Lebrun-Pézerat, D. Poublan, préface de Roger Chartier, Albin Michel, 1995).

Comme l’indiquent les titres, ces textes manuscrits concernent Auguste Duméril, disparu 35 ans avant la dédicace. Il s’agit essentiellement de lettres recopiées, lettres écrites et reçues par lui, depuis l’adolescence jusqu’aux lettres de condoléances envoyées après son décès. Mais sont recopiés également plusieurs journaux personnels.

Des journaux personnels

Le premier mot de ces mille pages est « Fiançailles » suivi, sur la même ligne, du début du journal intime d’Auguste : « Mardi 2 Novembre 1841. Ce journal, que je commence aujourd’hui… ». Il semble qu’Eugénie Duméril, au soir de sa vie, veuille d’abord revenir sur les mois délicieux et conflictuels qui ont précédé son mariage. Délicieux parce que deux jeunes gens se (re)découvrent et prennent conscience de leur attachement (voir D. Poublan, « Les lettres font-elles les sentiments ? S’écrire avant le mariage au milieu du XIXe siècle », Séduction et Sociétés, sous la direction de C. Dauphin et A. Farge, Seuil, 2001). Conflictuels parce que les parents d’Eugénie s’opposent au mariage, inquiets des faibles revenus de celui qui envisage une carrière scientifique. L’opposition vient ensuite, à partir de l’été 1842, de la mère seule. La raison avancée : la jeune fille est catholique, le jeune homme protestant. Pourtant la même situation s’est présentée quelques années plus tôt quand la sœur d’Eugénie a épousé sans drame le frère d’Auguste. Le journal et les lettres laissent deviner des rancœurs et des haines familiales : Auguste note dans son journal, le 27 octobre 1842, que sa future belle-mère « fait toute sorte de vœux pour que ce triste mariage ne s’accomplisse jamais » ; la semaine suivante, que sa fiancée vit, chez ses parents, « un enfer », etc.

Le journal se termine le 27 janvier 1843, au soir d’« une journée heureuse » où Auguste a reçu une lettre « par laquelle [son oncle et futur beau-père] déclare vouloir que le mariage se fasse le plus promptement possible, et sans attendre ce changement de position qui devait déterminer l’accomplissement de cet heureux évènement. » Auguste espère un mariage « d’ici à 3 mois » ; il aura lieu en mai 1843.

  • Des journaux de voyage

Plusieurs journaux de voyage, tenus ponctuellement par Auguste Duméril, sont recopiés : voyage en Belgique en 1831 (volume 2), voyages dans le Nord en 1833 et 1839 (volume 3), à Angers en 1835 (volume 3) ; sur les bords du Rhin en 1846 (volume 2), à Londres en 1851 (volume 2), dans le Nord de nouveau en 1853 (volume 2).

La frontière entre journal et correspondance est poreuse ; la proximité des deux genres se marque dans les titres : « Extraits de lettres écrites par moi à Constant, en Octobre et en Novembre 1831, à l’âge de 19 ans, sur les voyages que je fis dans le Nord de la France et en Belgique, pendant les vacances de cette année-là ».

Capture-livre copies- 683

Plusieurs de ces « voyages » sont en fait des lettres, qui sont mises sur le site comme telles.

Des lettres

Dans les volumes, la plus large place est  réservée aux lettres.

  • Les premières lettres recopiées juste après le journal tenu avant le mariage se situent à la même époque : celles échangées entre les fiancés (bien qu’ils n’aient pas l’autorisation de s’écrire directement – ils ont 24 et 30 ans –  ils tournent l’interdiction familiale), puis la correspondance au sein de la famille proche, pour ressasser les conditions posées et les promesses, argumenter, évaluer les sentiments et les espérances financières.
  •  Les lettres ensuite se succèdent sous forme de dossiers : « Lettres d’Eugénie et Auguste Duméril, 9 juin 1870-7 novembre 1870 » et « Lettres adressées après la mort d’Auguste Duméril en novembre 1870 » (livre 2) ; « Lettres d’Auguste Duméril à Henri Delaroche » (livres 2 et 4).

Sur le site, la restitution de l’échange épistolaire dans sa continuité a été privilégiée. Les lettres des livres de copies sont présentées en suivant la chronologie, mêlées éventuellement aux lettres étrangères à cet ensemble : par exemple, une lettre d’André Marie Constant Duméril (le père du fiancé) à Georges Louis Duvernoy (9 mai 1842, fonds du Muséum national d’histoire naturelle) ou du même à son épouse (27 octobre 1842).

*

La composition des livres de lettres copiées, complexe, sans chronologie, est à l’image du projet : une accumulation de souvenirs. La plongée dans le passé s’effectue autour de la figure de l’époux disparu, par la transcription de paquets de lettres et de papiers familiaux dont il a été successivement le protagoniste puis l’archiviste (voir le titre : « lettres écrites par moi [Auguste] à Constant… »). Les dossiers sont pris les uns après les autres, en commençant par tout ce qui touche aux prémices du mariage, épisode important pour Auguste Duméril (il lui a consacré plusieurs dossiers) et fondateur pour sa veuve : ces mois-là ont marqué sa déprise de la contrainte maternelle et l’accession à un idéal de conjugalité, elle qui écrivait : « Oui, mon bon Auguste, vous seul m’avez fait penser au bonheur, et nul autre que vous ne me l’a fait désirer. » (20 mars 1843).

Des lettres dans le grenier

D’où vient la correspondance publiée sur le site : S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale ? Représentez-vous, dans le Nord de la France, une grande bâtisse, flanquée de deux tours et précédée d’une terrasse. C’est dans le grenier que se trouvent les lettres de la famille, celles d’André Marie Constant Duméril et ses descendants. Mais n’imaginez pas un coffre poussiéreux rempli de paquets enrubannés. Le grenier est aménagé, chauffé, et les murs sont couverts d’étagères où s’alignent des boîtes du modèle retenu par les Archives nationales.

Car les lettres des siècles passés qui nous parviennent, par héritage ou hasard, ou recueillies par une institution, sont le résultat d’une histoire aux acteurs multiples. La lettre écrite, envoyée, reçue, lue et conservée alors par le destinataire, franchit les premiers obstacles. Très vite commence une seconde étape où la lettre change de statut. Elle était un moment dans un dialogue, un texte « vivant », elle devient une trace archivée. Les lettres que nous avons entre les mains ont le plus souvent été triées, classées, regroupées et nombre d’entre elles ont disparu lors de ces interventions opérées par des générations successives après leur réception.

Prendre connaissance d’un ensemble de lettres, c’est d’abord chercher à comprendre la logique de la constitution puis de la conservation du fonds. Le corpus qui nous est livré est centré sur les personnes ; les lettres sont classées par scripteur : André Marie Constant Duméril, ses descendants, leurs proches. Les lettres apparaissent comme le témoignage de l’ascension sociale d’une famille, depuis les progrès du jeune homme dans le monde des sciences à partir de la Révolution française, jusqu’aux mariages de sa petite-fille et de ses arrière-petites-filles qui ajoutent au « capital » intellectuel de l’ancêtre fondateur le capital économique et le capital social des époux.

Le dernier en date des artisans qui construisent les archives épistolaires, c’est celui qui en fait la publication électronique. Il impose ses propres organisation, présentation et interprétation. La nouvelle version du corpus des lettres qu’il propose peut ensuite être reprise, fragmentée, ré-agencée, complétée, insérée dans des compositions et des projets très divers.