Archives par mot-clé : Auguste Duméril

Des odeurs

Thèse d'Auguste Duméril - 1843
–                           Thèse d’Auguste Duméril – 1843

L’un des épistoliers du site « S’écrire au XIXe siècle », Auguste Duméril1, soutient en 1843, à la Faculté des sciences de Paris, une thèse pour obtenir le grade de Docteur ès sciences naturelles. Le titre de sa thèse : Des odeurs et de leur action physiologique2. D’où vient son  intérêt « professionnel » pour les odeurs ? Et cet intérêt se manifeste-t-il par des notations spécifiques dans sa correspondance privée ?

La thèse d’Auguste Duméril

Mon propos n’est pas d’analyser sa thèse à la lumière des connaissances de son temps. On trouvera dans l’ouvrage précurseur d’Alain Corbin sur l’odorat3 le point sur les théories et expériences des savants qui s’intéressent à l’osphrésiologie, c’est à dire, selon le Dictionnaire de la langue française dÉmile Littré, qui traitent des odeurs et du sens de l’odorat.

Auguste Duméril pratique peu les expériences en laboratoire, remettant « à plus tard de donner à ses appréciations théoriques la sanction de l’expérimentation directe »4. Il s’appuie sur les observations d’auteurs anciens et contemporains, passant classiquement du poète Lucrèce au père de la théorie sensualiste Condillac, reprenant des classifications basées sur l’impression ressentie ou sur la chimie5. Il souligne « l’importance de l’odorat dans l’accomplissement des actes de la nutrition et de la reproduction », et passe en revue les odeurs végétales, les odeurs animales et leurs fonctions6, les « odeurs des différents produits de l’organisme vivant »7 : sang, « corps gras », « fluides » et « fèces ». Il s’interroge sur le rôle des « agents impondérables » capables d’influencer « la production, la dispersion et l’anéantissement des odeurs »8, qu’il s’agisse des « rayons calorifiques obscurs » de la lumière, de la couleur (les fleurs blanches seraient-elles plus parfumées que celles d’autres couleurs, et inversement, un drap noir absorberait-il plus les odeurs qu’un drap blanc ou les conserverait-il plus longtemps ?), de l’électricité, du « calorique »9, des frottements et froissements, de l’état hygrométrique (« ainsi l’odeur des amandes amères ne se développe que lorsqu’elles ont été mises en contact avec l’eau »10). Il s’intéresse également à la composition « du milieu dans lequel se dégagent les odeurs » (« les odeurs se dégagent-elles dans le vide ? »), au rôle des fermentations, de l’oxygène de l’air, des « molécules volatiles »11.
L’espace d’un paragraphe ou de quelques pages, toutes sortes de « faits curieux et intéressants » retiennent son attention : « l’odeur propre de l’urine disparaît et est remplacée par un parfum analogue à celui des violettes, lorsque des vapeurs d’huile essentielle de térébenthine, si fortement odorantes, sont mêlées à l’air qui pénètre dans les voies respiratoires »12 ; mollusques, crustacés et poissons ont-ils de l’odorat ? (il penche pour la négative13).
L’approche d’Auguste Duméril oscille entre des impressions « essentiellement instinctives »14 qui la situeraient dans le courant du sensualisme, et la recherche d’« une connaissance positive de la nature intime des odeurs »15 influencée par la révolution lavoisienne qui privilégie l’analyse physico-chimique.

Les messieurs de l’Académie ont bénéficié d’une présentation de ce travail :

J’ai la contrariété de n’avoir encore pu lire devant l’Académie des Sciences l’extrait de mon travail sur les odeurs, quoique je sois inscrit, pour cette lecture, depuis plusieurs semaines ; mais tant de personnes sollicitent cet honneur ; que je n’espère guère être appelé que dans la seconde moitié de Janvier. (Auguste Duméril à ses oncle et tante, 31 décembre 1842)

Des travaux scientifiques antérieurs

  • André Marie Constant Duméril

Avant lui son père, André Marie Constant Duméril, a publié dans le Magasin Encyclopédique à la fin du XVIIIe siècle une « Dissertation sur l’organe de l’odorat dans les insectes »16 ­ mais ce sont des observations de naturaliste sur la morphologie des insectes, plutôt que des réflexions sur l’olfaction. Le savant André Marie Constant Duméril accorde assez d’importance à ce texte pour le citer dans la liste de ses ouvrages qu’il présente aux membres de l’Institut (lettre imprimée du 23 octobre 1814).

  • Hippolyte Cloquet

L’un des élèves d’André Marie Constant Duméril est Hippolyte Cloquet (1787-1840), médecin et naturaliste comme lui. Cet élève est proche de son maître, qui l’engage parfois comme secrétaire, qui fait appel à lui pour soigner ses enfants et le reçoit dans sa famille. Hippolyte Cloquet soutient en 1815 sa thèse de médecine avec une Dissertation sur les odeurs, sur le sens et les organes de l’olfaction. L’épouse d’André Marie Constant Duméril est au courant de ces recherches ; elle annonce à leur ami Pierre Fidèle Bretonneau (le médecin dont un hôpital parisien porte le nom) :

M. Cloquet a enfin terminé sa thèse, il compte la soutenir incessamment. (Alphonsine Delaroche-Duméril, 5 février 1815)

Hippolyte Cloquet publie ensuite, en 1821, Osphrésiologie, ou Traité des odeurs, du sens et des organes de l’olfaction, avec l’histoire détaillée des maladies du nez et des fosses nasales, et des opérations qui leur conviennent, un ouvrage de plus de 760 pages qui marque « l’âge d’or de l’osphrésiologie », « ouvrage de référence jusqu’au cœur du XXe siècle », « victime d’un interminable pillage », ouvrage « au sein duquel voisinent les découvertes scientifiques, les intuitions prémonitoires, et les plus incroyables ragots » analyse Alain Corbin17.

La correspondance privée

Auguste Duméril a-t-il simplement choisi un sujet de thèse pour lequel les connaissances de son entourage intellectuel pouvaient lui être utiles ? Ou bien dans la vie de tous les jours était-il particulièrement sensible aux odeurs ? On ne sait. Quelques notations dans ses lettres montrent cependant qu’il trouvait repoussantes certaines odeurs de « l’organisme vivant ».

A l’époque de la rédaction de sa thèse, et se moquant du vocabulaire pédant que ce genre textuel exige, Auguste Duméril raconte à sa mère un trajet en voiture entre Paris et Arras :

Ma route s’est faite heureusement, mais ce que j’ai avalé et absorbé de poussière, par mes habits, est impossible à dire. J’ai d’ailleurs bien senti toute l’importance du sujet de physiologie qui m’occupe, en ce moment, car la chaleur aidant, l’atmosphère était remplie d’émanations d’une essence piédobottique, tout à fait pénible à respirer (ce mot qui est formé des mots pied et botte, te fait comprendre quelle était la nature de ce parfum). (Auguste Duméril à sa mère, 19 août 1842)

Dix ans auparavant, tout jeune homme, il a le temps de remarquer lors de son passage dans un théâtre où il ne reste que dix minutes, non seulement « l’horrible chaleur » de la salle et le « vacarme effroyable » de la foule dans les entractes, mais aussi « la dégoûtante odeur » qui règne (Auguste Duméril à son cousin germain, 26 mai 1831)
Indices de « l’abaissement des seuils de tolérance » à la puanteur que relève Alain Corbin18 ?

Histoire de la chaussure (1852)
P. Lacroix et A. Duchesne, Histoire de la chaussure, 1852 (Source : BNF Gallica)

 

  1. Une centaine de lettres écrites par Auguste Duméril (1812-1870) entre 1830 et 1870 sont publiées sur le site. []
  2. Auguste Duméril, Des odeurs et de leur action physiologique ; Dissertation sur quelques points de la physiologie des végétaux, thèses présentées et soutenues à la Faculté des sciences de Paris pour obtenir le grade de Docteur ès sciences naturelles, 1843, Rignoux. []
  3. Alain Corbin, Le Miasme et la Jonquille. L’odorat et l’imaginaire social (XVIIIe-XIXe siècles), Aubier, 1982. []
  4. A. Duméril, thèse p. 87. []
  5. A. Duméril, thèse p. 69. []
  6. A. Duméril, thèse p. 20. []
  7. A. Duméril, thèse p. 59. []
  8. A. Duméril, thèse p. 24 []
  9. A. Duméril, thèse p. 31 []
  10. A. Duméril, thèse p. 36. []
  11. A. Duméril, thèse p. 50 []
  12. A. Duméril, thèse p. 56. []
  13. A. Duméril, thèse, p. 86. []
  14. A. Duméril, thèse p. 5. []
  15. A. Duméril, thèse p. 87. []
  16. Magasin Encyclopédique, 3e année, T. II, p. 435. []
  17. A. Corbin, op. cit., p. 132. []
  18. A. Corbin, op. cit., p. 67 et suivantes. []

La Fayette après l’Hermione

Clin d’œil à l’actualité, au moment où l’Hermione accoste en Amérique et se dirige vers la baie de New York. Une grande parade navale est prévue le 4 juillet, jour de l’indépendance américaine, au pied de la statue de la Liberté. La réplique de la frégate de La Fayette, construite sur le chantier naval de Rochefort, participe ainsi aux commémorations de l’expédition  qui en 1780 apporta le soutien de la France aux insurgés américains.
Le nom de La Fayette apparaît dans la liste des personnes citées dans les lettres du site S’écrire au XIXe siècle (les lettres de la famille Duméril, Mertzdorff, Froissart). Non pas le héros fêté ces jours-ci, mais son petit-fils. À quelle occasion un La Fayette est-il mentionné au début des années 1830 par un jeune bourgeois parisien ? Et d’abord, qui est ce jeune La Fayette ?

Oscar Thomas Gilbert Du Motier de Lafayette (1815-1881)

Ce jeune homme (il a 15 ans en 1830) est le fils de Georges Louis Gilbert Washington du Motier1 de La Fayette (1779-1849), officier militaire, parlementaire (député dans l’opposition libérale sous Louis-Philippe) ; il est le petit-fils de Gilbert Du Motier de La Fayette (1757-1834), héros de la guerre d’indépendance des États-Unis d’Amérique où il est arrivé sur l’Hermione.

Oscar Thomas Gilbert Du Motier de Lafayette entre à l’École polytechnique en 1833. Officier d’artillerie, il fait plusieurs campagnes en Afrique avant d’être élu député de Seine-et-Marne (gauche modérée) de 1846 à 1851. Après le coup d’État du 2 décembre 1851, il donne sa démission d’officier d’artillerie et se tient à l’écart des affaires. Il est de nouveau élu député de Seine-et-Marne (gauche républicaine) de 1871 à 1875 ; il entre alors au Sénat. Une quinzaine de rapports auxquels il a participé sont publiés entre 1871 et 1880.

Duméril et La Fayette

Oscar Thomas Gilbert Du Motier de Lafayette est le condisciple d’Auguste Duméril et de son cousin Henri Delaroche à la pension de M. Morin à Fontenay-aux-Roses. Cette institution enseigne à la fois les matières classiques et scientifiques (botanique, chimie, physique, histoire, dessin, géographie, une langue vivante), avec des méthodes pédagogiques originales, qui respectent les rythmes des élèves et laissent une large place à l’expression orale. Cette atmosphère studieuse et ludique doit être favorable aux amitiés, puisque des années après avoir quitté l’établissement les anciens élèves conservent des  relations :

J’ai revu aussi quelquefois Lafayette : il est chez un professeur de mathématiques, qui a quelques jeunes gens chez lui ; il ne va au collège que le matin (St Louis) : il couche chez ce maître, mais, vers cinq heures, il va dîner chez lui, et revient le soir à huit heures. Jamais il ne découche. Il ne me semble pas dans une position très agréable : c’est l’après-dîner que j’aime le mieux, et il me coûterait, il me semble, de partir ainsi, une heure ou deux, après le repas. (Auguste Duméril à son cousin germain Henri Delaroche au Havre, 21 janvier 1831)

Les cousins suivent la scolarité de leur ancien condisciple :

 Je n’ai pas vu Lafayette, depuis l’année dernière, mais j’ai su par Carraby qu’il redouble sa rhétorique, sous M. Gibon, que les élèves trouvent, ainsi que nous, l’année dernière, terriblement froid. J’ai su aussi, par Mme Comte, qu’il avait fait partir de la poudre à Fontenay, et qu’il en avait reçu dans le visage : il a été malade assez longtemps, à cause de cela ; il avait une partie du visage en suppuration ; mais je crois qu’il n’est resté aucune trace, ou, du moins, fort peu. (Auguste Duméril à son Henri Delaroche , 17 février 1831)

Si la fossette et les yeux bleus de La Fayette sont signalés en 1833 sur sa fiche d’entrée à l’École Polytechnique, aucune « marque apparente » n’apparaît alors sur son visage.

J’ai été, il y a à peu près un mois, à un bal de souscription pour lequel ton père avait eu la bonté de me donner un billet, et j’y ai vu plusieurs anciens élèves : c’étaient de Janzé aîné, Deserres, je ne sais si tu te le rappelles, Lafayette, qui, par parenthèse ne déjeune plus chez le même restaurateur que moi, et Allard, dont la taille nous frappait tant, autrefois, mais que je dépasse un peu, maintenant, ce qui m’a bien étonné. Tous ces jeunes gens m’ont demandé de tes nouvelles. (Auguste Duméril à Henri Delaroche, 12 avril 1832)

Des relations entre Duméril et La Fayette ne subsistent dans les lettres que quelques traces d’une sociabilité adolescente. Que se disaient le fils du savant (André Marie Constant Duméril, médecin et biologiste), futur savant lui-même, et le petit-fils du héros, futur officier et homme politique, lorsqu’ils suivaient le même enseignement puis lorsqu’ils déjeunaient chez le même restaurateur ? Les lettres ne le disent pas.

 

  1. Le patronyme peut aussi s’écrire « Mottier ». []

Les livres de copies : autour d’Auguste Duméril

Des livres, ils ont l’aspect : format et reliure, plat en cuir orné de nerfs dorés. Mais lorsqu’on les ouvre, on découvre une écriture régulière qui remplit toutes les pages, numérotées en continu sur quatre volumes, de 1 à 1012. Un aperçu, la page 515  (lettre du 22 septembre 1846) :

Page 515 d'un livre de copies

 Les livres

  • Chaque volume a un titre :

Journal de M. Auguste Duméril, Membre de l’Institut, 1er Volume

Capture-livre copieAD1-titre

Lettres de M. Auguste Duméril, 2e Volume

Lettres de Monsieur Auguste Duméril à M. Henri Delaroche (suite), 4e Volume

Le premier volume compte 392 pages, le deuxième 396, et le dernier seulement 41 (le troisième volume, qui doit en compter 182, ne nous est pas parvenu).

  •  La dédicace, tout en haut de la première page, éclaire le projet :

Capture-anotation-1916-Félicité Duméril-livre copieAD1-p1

« Souvenirs rétrospectifs. Détails confidentiels légués dans ma 87e année à mes bons petits-enfants Pierre et Marie-Louise Soleil, en Septembre 1906. Vve Auguste Duméril ».

La veuve d’Auguste Duméril (1812-1870) est sa cousine Eugénie Duméril (1819-1914). Leur fille, Adèle (1844-1909) a épousé Félix Soleil (1839-1891) ; ils ont 5 enfants : Marie (1865-1943), Léon (1868-1943), Pierre (1870-1942), Louise (1872-après 1915), Auguste (1875-1932). Pierre Soleil épouse Marie-Louise Caillé (1878-1929) en 1899. C’est à ce couple que les volumes sont offerts. Ils ont eux-mêmes, en septembre 1906, trois enfants (le quatrième et dernier naît en décembre). Est-ce que les autres petits-enfants d’Eugénie Duméril ont eux aussi reçu des volumes manuscrits ? Nous ne le savons pas. Ceux que nous présentons ici nous ont été proposés par Xavier Soleil, petit-fils de Pierre, après la parution du livre Ces Bonnes Lettres. Une correspondance familiale au XIXe siècle (C. Dauphin, P. Lebrun-Pézerat, D. Poublan, préface de Roger Chartier, Albin Michel, 1995).

Comme l’indiquent les titres, ces textes manuscrits concernent Auguste Duméril, disparu 35 ans avant la dédicace. Il s’agit essentiellement de lettres recopiées, lettres écrites et reçues par lui, depuis l’adolescence jusqu’aux lettres de condoléances envoyées après son décès. Mais sont recopiés également plusieurs journaux personnels.

Des journaux personnels

Le premier mot de ces mille pages est « Fiançailles » suivi, sur la même ligne, du début du journal intime d’Auguste : « Mardi 2 Novembre 1841. Ce journal, que je commence aujourd’hui… ». Il semble qu’Eugénie Duméril, au soir de sa vie, veuille d’abord revenir sur les mois délicieux et conflictuels qui ont précédé son mariage. Délicieux parce que deux jeunes gens se (re)découvrent et prennent conscience de leur attachement (voir D. Poublan, « Les lettres font-elles les sentiments ? S’écrire avant le mariage au milieu du XIXe siècle », Séduction et Sociétés, sous la direction de C. Dauphin et A. Farge, Seuil, 2001). Conflictuels parce que les parents d’Eugénie s’opposent au mariage, inquiets des faibles revenus de celui qui envisage une carrière scientifique. L’opposition vient ensuite, à partir de l’été 1842, de la mère seule. La raison avancée : la jeune fille est catholique, le jeune homme protestant. Pourtant la même situation s’est présentée quelques années plus tôt quand la sœur d’Eugénie a épousé sans drame le frère d’Auguste. Le journal et les lettres laissent deviner des rancœurs et des haines familiales : Auguste note dans son journal, le 27 octobre 1842, que sa future belle-mère « fait toute sorte de vœux pour que ce triste mariage ne s’accomplisse jamais » ; la semaine suivante, que sa fiancée vit, chez ses parents, « un enfer », etc.

Le journal se termine le 27 janvier 1843, au soir d’« une journée heureuse » où Auguste a reçu une lettre « par laquelle [son oncle et futur beau-père] déclare vouloir que le mariage se fasse le plus promptement possible, et sans attendre ce changement de position qui devait déterminer l’accomplissement de cet heureux évènement. » Auguste espère un mariage « d’ici à 3 mois » ; il aura lieu en mai 1843.

  • Des journaux de voyage

Plusieurs journaux de voyage, tenus ponctuellement par Auguste Duméril, sont recopiés : voyage en Belgique en 1831 (volume 2), voyages dans le Nord en 1833 et 1839 (volume 3), à Angers en 1835 (volume 3) ; sur les bords du Rhin en 1846 (volume 2), à Londres en 1851 (volume 2), dans le Nord de nouveau en 1853 (volume 2).

La frontière entre journal et correspondance est poreuse ; la proximité des deux genres se marque dans les titres : « Extraits de lettres écrites par moi à Constant, en Octobre et en Novembre 1831, à l’âge de 19 ans, sur les voyages que je fis dans le Nord de la France et en Belgique, pendant les vacances de cette année-là ».

Capture-livre copies- 683

Plusieurs de ces « voyages » sont en fait des lettres, qui sont mises sur le site comme telles.

Des lettres

Dans les volumes, la plus large place est  réservée aux lettres.

  • Les premières lettres recopiées juste après le journal tenu avant le mariage se situent à la même époque : celles échangées entre les fiancés (bien qu’ils n’aient pas l’autorisation de s’écrire directement – ils ont 24 et 30 ans –  ils tournent l’interdiction familiale), puis la correspondance au sein de la famille proche, pour ressasser les conditions posées et les promesses, argumenter, évaluer les sentiments et les espérances financières.
  •  Les lettres ensuite se succèdent sous forme de dossiers : « Lettres d’Eugénie et Auguste Duméril, 9 juin 1870-7 novembre 1870 » et « Lettres adressées après la mort d’Auguste Duméril en novembre 1870 » (livre 2) ; « Lettres d’Auguste Duméril à Henri Delaroche » (livres 2 et 4).

Sur le site, la restitution de l’échange épistolaire dans sa continuité a été privilégiée. Les lettres des livres de copies sont présentées en suivant la chronologie, mêlées éventuellement aux lettres étrangères à cet ensemble : par exemple, une lettre d’André Marie Constant Duméril (le père du fiancé) à Georges Louis Duvernoy (9 mai 1842, fonds du Muséum national d’histoire naturelle) ou du même à son épouse (27 octobre 1842).

*

La composition des livres de lettres copiées, complexe, sans chronologie, est à l’image du projet : une accumulation de souvenirs. La plongée dans le passé s’effectue autour de la figure de l’époux disparu, par la transcription de paquets de lettres et de papiers familiaux dont il a été successivement le protagoniste puis l’archiviste (voir le titre : « lettres écrites par moi [Auguste] à Constant… »). Les dossiers sont pris les uns après les autres, en commençant par tout ce qui touche aux prémices du mariage, épisode important pour Auguste Duméril (il lui a consacré plusieurs dossiers) et fondateur pour sa veuve : ces mois-là ont marqué sa déprise de la contrainte maternelle et l’accession à un idéal de conjugalité, elle qui écrivait : « Oui, mon bon Auguste, vous seul m’avez fait penser au bonheur, et nul autre que vous ne me l’a fait désirer. » (20 mars 1843).