Archives par mot-clé : chanson

Une girafe et pas de chat

La notice de la Bibliothèque nationale de France présente André Marie Constant Duméril (1774-1860) comme « médecin et naturaliste ». Il était, par goût semble-t-il, plus naturaliste que médecin et ses lettres1 parfois s’animent de considérations animalières, tout comme celles d’autres savants de son entourage. Mais ici, dans un retour sur des billets déjà parus, il sera question d’animaux plus familiers que les sauriens ou les tortues d’Amérique qui l’occupaient.

Paul Renouard, Gazette des beaux-arts, 1905
Paul Renouard, Gazette des beaux-arts, 1905 (Source: BNF-Gallica)

Des chats ?

  • Faire de l’audience

Il y a quelques mois, j’ai reçu ce courriel du jeune technicien chargé de la communication dans mon centre de recherches : « Bonjour Danièle, si des chats sont mentionnés dans les différentes correspondances, te sens-tu de faire un billet ? » Je me suis étonnée de la question, car j’avais déjà écrit sur les animaux domestiqués mentionnés dans les lettres et signalé qu’à côté des chevaux, chiens, poules et lapins, les chats ne font que de rares apparitions : pas de quoi faire un billet spécifique sur eux ! Dommage, m’a-t-il dit, car à son avis cela aurait dopé l’audience de ce carnet.
J’ai découvert grâce à ce féru des nouveaux canaux de communication que les chats rencontrent sur le Net un succès qui ne se dément pas. Certes, j’avais souri avec des collègues ou des amis devant des scènes amusantes dont un chaton était le héros ; mais je n’avais pas mesuré l’ampleur de ce qui est un véritable phénomène pointé par les journalistes. Pourquoi les chats rencontrent-ils autant de succès sur le Net ?

  • LOLcats et vidéos

Au début des années 2000, des blogueurs politiques auraient posté des photos de leurs chats assorties de légendes humoristiques, comme pour proposer un dérisoire échange enfin consensuel : les LOLcats. Des images partagées, le thème toujours accrocheur de l’animal familier, l’humour en plus : le succès était assuré. Débarrassées des références communes à ce premier cercle d’internautes, délaissant les légendes en anglais, accentuant la gaucherie des tout jeunes animaux et privilégiant le comique de situation et le mouvement, photos puis vidéos de chats mimant les humains conquièrent un public immense. Les propriétaires de chiens se retrouvent dans les rues et les jardins ; les amoureux des chats, qu’ils en possèdent un ou non, découvrent un lieu virtuel où échanger, un moyen de former communauté. « Les vidéos de chats plaisent parce qu’elles sont accessibles, autant pour le public que pour les créateurs » conclut un post consacré aux LOLcats.
Le charme de ces séquences anthropomorphiques trouve parfois ses limites : il semble que ces chats ont peu de succès en Ouganda, par exemple2.

Et la girafe ?

Au cours de recherches dans le fonds Gallica de la Bibliothèque nationale de France, je suis tombée sur cette partition publiée dans les années 1820 par Madame Joly, marchande de musique à Paris : « Les adieux d’un Affricain (sic) à la girafe ». La musique et l’accompagnement de guitare sont de Luigi Castellacci (1797-1845), les paroles d’Emmanuel Destouches de Mondoubleau. J’en livre ici les vers, comme des paperolles collées en marge du billet « L’année de la girafe »

Sous le ciel pur de l’antique Nubie,
Un jeune Maure affricain troubadour,
Près de Sennar sur sa lyre chérie
Ainsi chantait au déclin d’un beau jour :
J’aurai guidé sur le sable mobile
Tes pas légers qu’effaçait le zéphir !
Sous d’autres mains tu deviendras docile ;
Douce Girafe hélas ! Tu vas partir.

Au doux pays des timides Gazelles,
De nos déserts tu faisais l’ornement !
Et le chasseur dans ses courses cruelles,
Ne souillait point ses flèches de ton sang ;
Tu dessinais sur l’arène légère
Tes nobles pas sans craindre, ni souffrir ;
Tu fouleras une terre étrangère !
Douce Girafe, hélas ! Tu vas partir !

Mais destinée à vivre en France,
Console-toi d’un destin si nouveau !
Quand un pays, des arts, de la science
Et de l’honneur fut surtout le berceau,
Pour ce climat consacré par l’histoire
Où l’olivier maintenant doit fleurir,
Je serai fier de ton sort plein de gloire
Si comme toi je puis un jour partir !

De mignons petits animaux si « humains » séduisent nos contemporains – et des bêtes inconnues venues d’ailleurs déploient un autre volet de l’intérêt pour le vivant.

  1. Voir le site S’écrire au XIXe siècle. []
  2. Frédéric Kaplan et Nicolas Nova, La Culture internet des mèmes, cité par David Larousserie dans Le Monde du 8 juin 2016. []