Archives par mot-clé : Charles Mertzdorff

Caroline : l’amour conjugal

Les parents, les amis, les proches se sont mobilisés pour marier Caroline Duméril et Charles Mertzdorff1. La cérémonie terminée, au mois de juin 1858, Caroline quitte Paris pour l’Alsace où son époux dirige une usine de blanchiment des étoffes. Très régulièrement, elle maintient les liens familiaux en racontant sa vie au jour le jour, ses activités, ses découvertes. Dans la trame des anecdotes qui tissent l’écriture, se devinent et se disent des émotions, des rêves, des sentiments : l’amour filial pour les parents éloignés, puis l’amour maternel lorsque naît la petit Marie2, mais aussi l’attachement au mari. Cet attachement se lit de façon plus directe encore dans les lettres que les époux échangent entre eux.

« La joie m’est rentrée dans l’âme »

Si Caroline s’inquiétait de l’âge (il a quarante ans et elle vingt-deux) et, au vu de son nom, du caractère « un peu allemand » de son promis, dès les premiers jours qui suivent le mariage elle semble conquise. Pendant le voyage de noces, tout en préservant son affection pour ses parents, elle exprime un nouveau bonheur :

J’ai eu encore le cœur fort gros comme tu le penses et cela a duré quelque temps mais Charles a été si bon, si charmant, a su si bien me faire comprendre ce que nous promettait de bonheur la vie que nous allons commencer que je t’avoue que la joie m’est rentrée dans l’âme et que je suis vraiment aussi heureuse que possible maintenant […] Dites-vous pour adoucir votre isolement que j’ai un mari aussi bon, aussi délicat, aussi sensible que j’aurais pu jamais en rêver un et que votre fille est une heureuse et sera toujours une heureuse femme (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 19 juin 1858)

Les affirmations de bonheur se poursuivent dans les semaines suivantes :

Si je ne vous dis rien de mon cher mari c’est que vous savez bien ce que j’ai à en dire ; pourtant je vous avoue que je ne croyais pas qu’on pût être aussi heureux que je le suis et que je ne pensais pas qu’une affection pût être assez vive pour en remplacer tant d’autres […] je ne croyais pas qu’on pût assez aimer un homme pour ne sentir aucun vide auprès de lui et que sa présence seule pût rendre le cœur joyeux et le faire battre si fort. (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents 22-23 juin 1858)

faut-il que j’aime Charles pour être si contente près de lui tandis que j’ai laissé bien loin ceux que j’aimais si vivement et que j’aime depuis ma naissance. L’amour d’une femme pour son mari est quelque chose de bien grand qu’il faut sentir pour le comprendre, dont on ne se fait pas l’idée et dont tous les rêves de jeune fille ne sont même pas l’ombre. C’est un sentiment bien fort et qui a quelque chose de saint. (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 22 juillet 1858)

Bien sûr jeune femme rentre dans le rôle social auquel elle a été préparée, celui d’épouse satisfaite de son statut. Et elle veut rassurer ses parents, les conforter dans l’idée qu’ils ont fait un bon choix pour elle, mais sa sincérité ne peut être mise en doute. Elle décrit sa félicité à chacun autour d’elle. À son grand-père :

Si je ne vous parle pas particulièrement, mon cher bon-papa, du bonheur que je goûte auprès de mon mari, c’est que vous avez dû être bien mis au courant, à ce sujet-là, par mes lettres à la maison ; je ne puis m’empêcher de vous répéter, pourtant, que je trouve en Charles tout ce qui peut promettre la vie la plus heureuse dans ce monde, et jamais je ne saurai assez remercier Dieu pour les grâces dont il m’a comblée. (Caroline Duméril-Mertzdorff à son grand-père André Marie Constant Duméril, 1er juillet 1858)

À son oncle parisien Auguste Duméril :

Ici, au contraire, il y a bien du bonheur dans la maison car Charles et moi sommes heureux comme on l’est au bout de six semaines de mariage, lorsqu’on s’aime et qu’on se comprend (Caroline Duméril-Mertzdorff à son oncle, 31 juillet 1858)

À sa jeune cousine et amie Isabelle Latham du Havre :

chaque jour je connais davantage mon mari et le connaître de plus en plus, c’est l’aimer en proportion. Il est si bon, si charmant avec moi, j’ai en outre tant de confiance en lui et en tout ce qu’il fait que je prévois une vie toute de bonheur de ce côté ; c’est ce que Dieu peut accorder de meilleur à ses enfants et c’est ce dont je lui rends des actions de grâces bien sincères. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine, 28 juin 1858)

Le souci éducatif pointe, comme un apprentissage un brin moralisateur de la vie, lorsque Caroline s’adresse à sa jeune cousine :

Pour moi, j’ai une vie bien calme, bien tranquille, je dirai même bien uniforme comparée à celle de Paris ou de la Côte [au Havre] mais ce que je puis t’affirmer c’est que j’ai plus de bonheur que jamais je n’aurais osé en rêver ; et je maintiendrai plus que jamais que lorsqu’on est heureux dans son ménage avec un mari comme le mien on pense bien peu au monde et aux soirées et que le coin du feu a des charmes qu’offre bien rarement la société. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine, 28 décembre 1858)

Caroline décrit un foyer idéal, une relation conjugale fondée sur l’échange, la confiance, la compréhension mutuelle, les sensibilités accordées, la délicatesse des sentiments. Au-delà de l’image qu’il faut et qu’elle veut donner, apparaît une réelle satisfaction et un attachement authentique. Le bonheur physique d’être ensemble se laisse deviner. Le plaisir des sens se manifeste aussi, allusivement, dans les lettres adressées à l’époux.

« Mon petit bien aimé, je suis en mal de toi »

Par chance pour nous, lectrices et lecteurs des lettres, Charles Mertzdoff doit voyager, séjourner à Paris ou partir en  Grande-Bretagne pour acheter des machines. Cette séparation donne lieu à des échanges quotidiens. Se murmurent alors des désirs, des petits mots, la tristesse de l’absence, l’attente du retour. La petite Marie (Mimi, Miki), âgée d’un an, est associée aux tendresses conjugales mais l’amour parental n’oblitère pas l’amour conjugal.

Mon cher petit Charles, chéri. Quel bonheur quand tu seras de nouveau au milieu de nous et que nous te tiendrons, Mimi et moi faisons des projets de te dévorer. Comme il semble qu’il y a déjà longtemps que tu es parti mon petit bien aimé, quel vide, quand tu n’y es pas, la journée où on va et vient passe encore mais quand arrive le soir comme c’est triste, quel bonheur de te revoir et surtout de t’embrasser, vrai Chéri, c’est dans un cas comme celui-là qu’on sent si on aime […] je prie bien le bon Dieu mon petit Charles, pour que ce voyage se passe bien et que tu reviennes bien vite là où on t’aime tant. […] Adieu, mon bon petit Charles bien aimé, il faut te quitter pour que ma lettre parte mais c’est triste, tu penses à moi n’est-ce pas ami, oh va j’en suis sûre ; mais je suis en mal de toi, vois-tu, enfin je veux être raisonnable et je l’ai été jusqu’à présent, n’est-ce pas, tu es content de moi. Ne montre pas ma lettre. Je t’embrasse mille et mille fois (Caroline Duméril-Mertzdorff à son mari, 11 janvier 1860)

Charles est alors à Paris, il est hébergé dans la famille de Caroline, et celle-ci prévient tout indiscrétion (« Ne montre pas ma lettre ») ; elle insiste pour que ses déclarations d’affection ne s’ébruitent pas, car d’ordinaire les lettres circulent parmi les proches. Elle trace autour de leur couple les limites de l’intimité.

Comme je suis contente, mon bien-aimé de voir que mes lettres te font plaisir, comme tu sais toi, m’envoyer des petits mots affectueux qui me vont au cœur et me rendent heureuse ; merci chéri, je ne puis te dire tous les rêves de bonheur que je fais pour quand nous serons de retour dans notre intérieur chéri où nous sommes si heureux ensemble ; quel bonheur de ne plus te quitter. [ ] Adieu, petit Charles bien-aimé pense toujours à ta femme qui t’aime bien tendrement, ne te fatigue pas trop, pense que tu dois soigner notre plus grand trésor et reçois les meilleurs baisers de ta fille et de sa maman qui te mangeront à l’envi quand tu seras de retour. Encore une fois au revoir (Caroline Duméril-Mertzdorff à son mari, 13 mai 1860)

Loin de la rhétorique de l’amour-passion qui diffuse à la fin du XVIIIe siècle un modèle romantique, tout de larmes et d’emportements, et à distance d’une relation qui servirait exclusivement des intérêts familiaux, Caroline et Charles composent un couple plus uni et plus tendre. Le mariage au XIXe siècle « tend à absorber toutes les fonctions : non seulement l’alliance, mais le sexe » note Michelle Perrot3 qui voit là un trait majeur de nouveauté. Dans la famille Duméril-Mertzdorff ce nouveau modèle se diffuse à l’ombre de l’Église catholique omniprésente dans les esprits.

« Vous êtes ma vie »

De sexe il n’est nullement question, pas plus dans les lettres de Charles que dans celles de Caroline. C’est sans surprise : par rapport aux correspondances amicales des jeunes gens « les correspondances de la maturité sont avares de confidences, d’aveux individuels. On n’y raconte pas sa vie sexuelle » remarque Alain Corbin4. Et encore moins dans une famille bourgeoise pratiquante.

C’est Dimanche ! C’est te dire ma chère petite femme (lis mon petit cornichon chéri) que j’ai été à l’église à 9h & que depuis ce temps je n’ai pas quitté mon petit salon que j’ai pris tout exprès pour rester seul, ou mieux pour être avec vous. […] Je pense en ce moment à livre ouvert avec mon chou, c’est pour elle & quoiqu’elle connaisse déjà toutes mes pensées j’aime bien les lui redire pour qu’elle voie bien que son ami n’a pas changé même dans cette belle Albion. […] Ce n’est pas tout tu diras à mon petit cornichon que je l’aime toujours bien, que je suis toujours avec lui que je l’embrasse de tout mon cœur & lorsque tu auras fait tout cela comme je le ferais moi tu en auras pour bien longtemps & je serai content de toi toujours (Charles Mertzdorff, à Manchester, à son épouse, 6 mai 1860)

Éloigné d’elles, Charles associe souvent sa femme et sa fille encore bébé dans la même affection ; l’intimité conjugale se conjugue avec l’intimité familiale. Le souci de la santé de l’enfant et le désir d’être rassuré se disent en même temps que l’attachement à la mère. La solitude, l’éloignement et le manque montrent indissolublement liés le père attentionné et le mari aimant.

Je ne te dirai pas tout le bonheur que j’éprouve lorsque je reçois tes bonnes lettres me parlant de Miki qui vient si bien ; vous êtes ma vie, & lorsque je ne suis pas ici je suis avec vous. (Charles Mertzdorff à son épouse, 8 mai 1860)

Tu sais que tu embrasseras bien souvent Mimi pour moi tu feras mes meilleurs amitiés à nos parents & tu garderas un bon gros, très gros, baiser pour celle que j’aime le plus ici-bas. (Charles Mertzdorff à son épouse, 4 mai 1860)

Adieu chérie Embrasse bien Miki en attendant que je puisse bien te serrer dans mes bras. je t’envoie mon meilleur baiser (Charles Mertzdorff à son épouse, 20 mai 1860)

A n’en pas douter, Caroline Duméril et Charles Mertzdorff, réunis par leurs proches et mariés en quelques semaines, se sont aimés. Leur affectivité contraste avec les silences d’autres correspondances semblables, celle en particulier de la seconde épouse de Charles devenu veuf. Aucun des mots de Caroline, de ses élans, de ses confidences ne se retrouvent sous la plume de celle qui lui a succédé pour élever ses deux fillettes. Les sentiments qui s’expriment avec retenue et pudeur dans les lettres de Charles et Caroline trouvent bien plus tard leur confirmation : lorsque Marie, le bébé dont on s’inquiète en 1860, se marie à son tour en 1880, son père se tourne vers son propre passé, vers les courtes années d’une union heureuse :

Ma chère Marie lorsque l’on est vieux l’on a passé par tant de choses & d’événements extraordinaires que même marier sa fille ne me paraît pas un fait aussi extraordinaire, d’autant que depuis 20 ans l’on s’est un peu familiarisé avec cette idée […] Mais lorsque l’on n’a joui que 4 ans de bonheur l’on trouve que c’est bien peu & la vie est souvent une charge alors. Tomber de bien haut fait bien mal ! (Charles Mertzdorff à sa fille, 31 Mars 1880)

Quatre ans de bonheur… Un aveu plein de nostalgie et de mélancolie.

  1. Voir le billet : « On marie Caroline ». []
  2. Voir le billet : « Caroline, maman pour de bon ». []
  3. Michelle Perrot, « Figures et rôles », Histoire de la vie privée, t. 4 : De la Révolution à la Grande Guerre, p. 133. []
  4. Alain Corbin : « La relation intime ou les plaisirs de l’échange », Histoire de la vie privée, t. 4, p. 517. []

Être maire : Charles Mertzdorff à Vieux-Thann

De 1865 à 1872 Charles Mertzdorff est le maire de Vieux-Thann, petite ville de l’arrondissement de Thann (Haut-Rhin) qui compte 1940 habitants au recensement de 18661. Quelques mentions de son activité d’officier municipal sont à relever dans les lettres familiales.

 Les bornes du mandat

  • L’entrée en fonction. À l’époque où Charles Mertzdorff devient maire, sous le Second Empire, le maire et ses adjoints sont nommés pour 5 ans par le préfet (dans les communes de moins de 3 000 habitants) ; le maire n’est pas obligatoirement choisi parmi les membres du Conseil municipal, qui eux sont élus au suffrage universel masculin. La Troisième République introduit l’élection des maires par le Conseil2. Dans une lettre à sa sœur, Eugénie Desnoyers-Mertzdorff raconte « les honneurs » qui accompagnent « l’installation de M. le Maire et de Mme Maire » :

Dimanche à 5h du matin nous étions réveillés à coup de canon, à 7 nous passions sous un magnifique arc de triomphe pour sortir de chez nous : « à M. le maire de Vieux Thann » « hommage de ses ouvriers » en bleu sur blanc, le soir illumination et vin chaud au billard pour le conseil municipal.  (11-12 septembre 1865)

Dès le début le nouveau maire, patron d’une usine de blanchiment d’étoffes et propriétaire terrien, s’impose par son statut social. Il est représentatif de ces « patrons du commerce et patrons de l’industrie » qui, avec les paysans, fournissent un nombre accru de maires au cours du XIXe siècle3. Il est conforme aussi au point de vue religieux, car il est un maire catholique dans une petite ville où réformés et luthériens ne sont que quelques dizaines, et « rares sont avant 1870 les communes [d’Alsace] où le maire est d’une confession différente de celle de 90 % de ses administrés »4. Âgé de 47 ans, il est un peu plus jeune que les maires français, dont l’âge moyen est supérieur à 52 ans en 18665.

  • La démission. Il semble qu’en Alsace les maires survivent aux ruptures politiques et que l’administration allemande maintienne en place autant que possible les maires6. Mais pour Charles Mertzdorff, l’invasion allemande de l’Alsace en 1870 précipite sa décision :

Je viens d’adresser ma démission de Maire au Sous-Préfet […] Bien entendu je resterai à mon poste jusqu’à ce que le fléau ait passé. (Charles Mertzdorff à son épouse à Paris, 7-8 août 1870)

généralement l’on n’est pas content de ma retraite de mairie. M. Berger & autres ont fait des démarches, je tiens bon, chacun son tour (id. 8-9 août 1870)

Finalement, face aux problèmes posés par la guerre, l’occupation puis l’annexion, il assure ses fonctions jusqu’en 1872. Mais la durée de son mandat, 7 ans, est inférieure à la moyenne de l’exercice : plus de 16 ans en 18667.

Les activités habituelles du maire

Le maire est le responsable de la commune auprès du gouvernement national, tout en représentant l’autorité de la loi et du gouvernement auprès des habitants de sa commune. Ses fonctions se déclinent de multiples façons ; certaines apparaissent dans les lettres.

  • officier d’état-civil :

 fatigué hier au soir, je me suis couché de bonne heure,  en rentrant de la mairie où j’ai fait un mariage. (Charles Mertzdorff à son épouse, 25 mai 1869)

Ce matin avant 6 h j’étais levé, ayant à 7 h un mariage (id, 26 juin 1871)

Les registres de l’état-civil de Vieux-Thann (numérisés) portent trace de cette activité :

Signature de Ch. Mertzdorff maire sur un acte d'état-civil en 1865
Signature de Ch. Mertzdorff, maire, sur un acte d’état-civil en 1865 

Mais les adjoints sont sollicités pour remplacer le maire, comme en attestent leurs signatures :

Signature des adjoints sur des actes d'état-civil en 1865, 1867, 1870
Signature des adjoints sur des actes d’état-civil en 1865, 1867, 1870
  • attestations diverses :

J’ai été plusieurs fois recherché pour des signatures de mairie. Pour cette dernière, j’ai entre autre signé un certificat de conduite exemplaire à une belle jeunesse de la fabrique que l’on a trouvée dans un lieu que l’on ne dit pas, avec un jeune homme faisant ce qu’on ne dit jamais. Pour cela renvoyée ! à mon avis injustement car le quidam rejoignait son régiment le lendemain. Voilà pour les faits Divers. (id, 22-23 juillet 1870)

  • séances du Conseil municipal :

 ce soir à 8h mon conseil municipal. (id, 26 juin 1871)

aujourd’hui ce soir Charles est au conseil municipal (11h sonnent et il n’est pas encore rentré). Il s’agissait simplement des enfants pauvres à inscrire sur le registre des écoles (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 21-22 déc. 1871)

  • distribution de subventions et charité, inscription à l’école :

Cet après-midi j’ai à faire avec le curé la liste des enfants de l’école (26 juin 1871)

Dans ces activités de gestion le maire affirme son pouvoir civil face au pouvoir religieux. Les lettres mentionnent plusieurs visites au curé, voire un conflit d’autorité : ici au moment de la fête Dieu

j’avais refusé [à l’abbé] les garçons de l’école pendant les heures de classe. Ce qui m’a valu une longue conférence avec M. le Curé & l’abbé. L’on a cédé & pour avoir les garçons après les classes il paie 10 centimes par tête pour 3 h de travail. Cela suffit & au moins ces Messieurs respecteront un peu plus l’école. (Charles Mertzdorff à son épouse, 30 mai 1869)

  • organisation des élections : « un bon mal de tête que j’attribue à ma séance d’hier » constate Charles Mertzdorff après une séance à la mairie pour les élections législatives ; ensuite,  il donne à son épouse les résultats des élections dans les cantons voisins et commente : « après ce beau succès je ne m’en plaindrai pas. » (25 mai 1869). Les préfets sont particulièrement attentifs à l’action des maires dans ces moments-là.

En temps de crise

« Un maire est supposé agir par influence, prestige et conviction plutôt que par contrainte8. » Ces qualités se trouvent mises en œuvre – et en scène dans les lettres – par Charles Mertzdorff dans l’exercice de ses fonctions en période de crise, qu’il s’agisse de revendications ouvrières ou de guerre.

  • Une grève. Il se montre en maire efficace et, en même temps, en patron paternaliste attentif à la bonne marche de ses ateliers :

Je suis à la mairie. Je viens de recevoir

1° la députation des ouvriers hommes.

2° les femmes-filles […]. Voilà 2 h que je passe à écouter toutes les réclamations des uns & des autres. Mais pas un mot désagréable, pas de menace, c’est en suppliant que tout ce monde là a passé devant moi. J’ai promis aux uns, refusé aux autres. Mais la grande généralité je les ai remis après la reprise du travail. En somme j’ai demandé toute ma liberté, leur laissant la leur. Mais je crois que demain nous aurons les 3/4 des ouvriers qui viendront travailler & pour nous je considère la grève comme terminée. Je vois une fois de plus que l’on a confiance en moi & compte sur moi. (Charles Mertzdorff à son épouse, 15 juillet 1870)

  • La guerre. Dans cette période d’incertitude, de combats et d’invasion des troupes allemandes, l’épouse et les petites filles sont maintenues momentanément à l’écart. Une correspondance serrée s’ensuit, où se manifeste en particulier les inquiétudes de Charles Mertzdorff, en tant que propriétaire, industriel, citoyen patriote et en tant que maire. Pour faire face à la situation, il est très présent (« J’ai réuni mon conseil & dès demain matin il reste réuni en permanence », 16 septembre 1870). Deux mois plus tard l’épouse est rentrée, les Allemands sont là. Le maire cherche des appuis et s’entoure de ses adjoints :

Le Maire d’ici [lui-même] s’étant quintuplé nous étions hier toute la journée à la mairie. M. Berger, Heuchel, Zimmermann adjoint & moi. Je ne suis pas fâché de mon coup d’état, j’aurai au moins un peu de liberté & une immense responsabilité de partagée. (2 novembre 1870, Charles Mertzdorff à ses beaux-parents, dans un village des environs)

1h. Nous venons de dîner ; père [Ch. Mertzdorff] a passé sa matinée à la mairie avec MM. Berger, Zimmermann et l’oncle, tous les fusils sont rentrés et ces messieurs vont attendre à la mairie que les prussiens viennent les chercher, la voiture est déjà attelée… Les voilà. La cour est bien tranquille. (5 novembre 1870, Eugénie Desnoyers-Mertzdorff aux petites Marie et Emilie Mertzdorff chez leurs grands-parents)

La charge de maire pèse à Charles Mertzdorff (« Impossible de bouger d’ici… Maudite mairie ! », 8-9 août 1870). Mais il assure la transition lorsque l’Alsace devient une province allemande. Sa signature se retrouve au bas des actes d’état-civil, qui sont alors pré-imprimés et, bien sûr, rédigés en allemand.

Signature de Ch. Mertzdorff sur un acte d'état-civil en Allemand (1872)
Signature de Ch. Mertzdorff sur un acte d’état-civil en allemand (1872) 

  1. Jean-Pierre Kintz, Haut-Rhin, collection Paroisses et communes de France, sous la direction de Jean-Pierre Bardet et Claude Motte, CNRS Éditions, 1994. []
  2. Les Maires en France du Consulat à nos jours, M. Agulhon, L. Girard, J.L. Robert, W. Serman & collaborateurs, Publications de la Sorbonne, 1986,  pages 28-29. []
  3. Les Maires en France, op. cit., p. 43. []
  4. Bernard Vogler, « Une région originale, l’Alsace », in Les Maires en France, op. cit., p. 189. []
  5. Les Maires en France, op. cit., p. 38. []
  6. B. Vogler, op. cit., p. 194 et 198. []
  7. Les Maires en France, op. cit., tableau page 71. []
  8. Les Maires en France, op. cit., p. 40. []

Les cérémonies du mariage

La lettre du 18 avril 1858 laissait à la veille de la première entrevue entre « le Monsieur qui s’impatientait » et la jeune fille qui « s’en remet au Seigneur » (voir le billet On marie Caroline). La lettre suivante, parmi celles qui sont conservées, date du 8 mai : la décision est prise, les fiançailles ont eu lieu. Cette lettre du 8 mai est, comme la précédente, écrite par Caroline Duméril et adressée à sa cousine et amie Isabelle Latham. Caroline envoie une petite branche de son bouquet de fiançailles, à garder en souvenir. Ensuite, fin mai et début juin, se déroule le récit des préparatifs du mariage, toutes ces « cérémonies », comme elle les nomme, qui accaparent Caroline Duméril.

Les cadeaux et la corbeille

J’ai déjà reçu plusieurs cadeaux dont Mathilde te parlera car je les lui ai montrés en grande partie dans cette intention ; je n’ai pas encore ma corbeille, mais je me doute un peu de ce qu’elle contiendra ; M. Mertzdorff est si bon et si généreux que j’ai grand peine à le retenir.  (22-25 mai 1858)

Sous le Second Empire, explique Anne Martin-Fugier (« Les rites de la vie privée bourgeoise », Histoire de la vie privée, 4 : De la Révolution à la grande guerre, sous la direction de Michelle Perrot, 1987) la monstration des présents échangés dans les familles bourgeoises au moment du mariage est codifiée. La corbeille est envoyée par le fiancé le jour de la signature du contrat ; elle représente 5% du montant de la dot – soit une année de revenus. Elle est exposée (dans le petit salon), comme les cadeaux offerts à la fiancée.

J’ai reçu de fort beaux cadeaux, M. Mertzdorff m’a donné de superbes dentelles, toute une parure noire, une garniture blanche pour corsage ; un très beau châle, une montre, un livre de prières, une ombrelle blanche, une voilette délicieuse, un magnifique mouchoir, un bracelet en aluminium, que sais-je moi ? une bague avec un diamant etc. ! Ma belle-mère m’a donné une broche avec des diamants. J’ai reçu un magnifique bracelet, une cafetière en argent, une table à ouvrage en bois de rose, un dessus de pendule en bronze » (12 juin 1858)

Dans l’énumération de Caroline Duméril se retrouvent les cadeaux rituellement offerts : dentelles, bijoux, bibelots précieux, châles ; manque le missel.

Le notaire, le curé, le maire

Ce sont les trois personnages qui président à trois étapes cruciales du mariage. Sur ces moments, dans le cas de l’union de Caroline Duméril et Charles Mertzdorff, nous ne savons rien (des recherches sur le contrat sont en cours). Les étapes et leur succession sont seulement énumérées dans la lettre du 12 juin 1858 : signature du contrat le vendredi 11 juin (le notaire s’est déplacé au domicile du grand-père de Caroline Duméril) ; lundi 14 juin à 3 heures mariage à la mairie ; mardi 15, à midi, mariage à l’église. Habituellement, à Paris, le mariage civil précède d’un ou deux jours le mariage religieux, avec seulement quatre témoins et quelques proches parents.

Entre temps, le 14 juin, Caroline écrit sa dernière lettre de jeune fille au curé de Saint Médard qui l’a « élevée moralement », qui lui a « montré, par l’exemple, ce que doit faire une âme chrétienne » (lettre du 14 juin 1858).

Sur la suite des cérémonies, le dîner de 40 personnes à 5 heures, d’autres détails sont donnés.

Le repas de noce

Ce n’est pas une lettre qui présente les invités, mais une feuille manuscrite « Repas de noces du mariage de Caroline, en Juin 1858 », qui est transcrite et reproduite sur le site dans la rubrique « papiers familiaux, 1858-1883 ».

  • En principe, si les frais occasionnés par le mariage à l’église sont à la charge du marié, le déjeuner est payé par les parents de la mariée. Le repas a lieu, comme la signature du contrat, au domicile du prestigieux grand-père, André Marie Constant Duméril, le savant logé au Jardin des Plantes. Son nom vient en second sur la liste des invités, juste après celui du curé.
  • En quatrième position, avant les oncles et tantes du côté de la mariée, est inscrite « Mme Dollfus », alors veuve : cette cousine des Duméril, en relation par son mariage avec les Mertzdorff, a joué un rôle d’intermédiaire déterminant.
  • Suivent les noms de parents proches du côté de la mariée (Duméril) puis du marié (Mertzdorff et Heuchel). Au milieu d’eux, les mariés eux-mêmes sont en place 12 et 13.
  • Sont invités des parents plus éloignés qui paraissent se distinguer par leur prestige (Hippolyte Comte, avocat et industriel), leur talent (le peintre Giuseppe Devers ; l’épouse du sculpteur Charles Cordier) ou leur fortune (André Fröhlich, gérant des Forges et Fonderies de Montataire ; Louis Sautter, ingénieur centralien, entrepreneur).
  • Enfin, figurent les noms de quelques amis proches : la famille Desnoyers, qui dans les années suivantes sera plus proche encore ; les de Tarlé ; les Dunoyer.
  • Trois enfants (de 7 à 11 ans) mangent à part, dans le cabinet du professeur.

Ces invités appartiennent à des mondes très variés (au sein de la classe aisée) : le monde académique et celui de l’entreprise, mais aussi celui des artistes, de l’armée, de la fonction publique, des propriétaires.

*

Ensuite,  les nouveaux mariés partent pour Fontainebleau et l’Alsace1.

 

  1. Pour la nouvelle vie en Alsace, voir le billet « Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff« . []

On marie Caroline

Pour inciter les célibataires à s’inscrire à un club de rencontres, une affiche proclamait récemment dans le métro parisien : « L’AMOUR NE TOMBE PAS DU CIEL ». Quoi que pensent les parents de Caroline Duméril de l’amour et sa spontanéité, ils s’intéressent d’abord au mariage de leur fille et considèrent que cette affaire se prépare en famille et mérite une attention sérieuse.

Au printemps 1858, Caroline a 22 ans. Son père, Louis Daniel Constant Duméril, ne peut la doter : il n’a pas réussi à faire fortune dans l’industrie malgré son association pendant quelques années avec les Say. S’il n’y a pas d’argent dans la famille, il y a en revanche le prestige intellectuel du grand-père de Caroline, André Constant Duméril, médecin et naturaliste, membre de l’Académie de médecine et de l’Académie des sciences. Les semaines d’affairement familial à propos du candidat Charles Mertzdorff sont connues par bribes dans les lettres de Caroline. Par bribes seulement car, d’une part Caroline est tenue à l’écart lors de ces étapes préliminaires dont elle est l’enjeu, et d’autre part elle ne raconte pas tout à sa cousine : « je ne te donne pas d’explication car les écrits restent […] Que n’es-tu ici ma petite Isabelle car je te dirais tout » (30-31 mars 1858). Voici, filtré par ces contraintes, ce qui apparaît de la succession des événements et des sentiments que Caroline souhaite partager avec à sa cousine et amie Isabelle Latham (pour leurs relations, voir le billet : Les cousines-amies »).

Effervescence chez les Duméril

Le projet apparaît pour la première fois dans la lettre du 24 février 1858. Cette mention est camouflée dans un post-scriptum en anglais, dans une marge de la page 3 :

Nothing new about the matter. No news from M. ; must I owe you that I am very glad of it I hope it is finished and wish many good things to the dear gentleman.

Des contacts ont donc été pris qui semblent peu concluants. Une remarque ultérieure laisse supposer la médiation de Noémie Martin, épouse de Frédéric Dollfus ; elle est liée aux deux futurs époux : cousine des Duméril, elle se trouve, par son mariage, en relation avec de lointains cousins Dollfus de Mulhouse qui appartiennent au cercle des connaissances de Charles Mertzdorff, industriel à Vieux-Thann.

Dans les lettres suivantes (5-6 mars 185813 mars et 17 mars) Caroline n’écrit plus rien sur ce sujet, sa vie étant « fort calme et sans événements ». Mais le 30 mars elle envoie une longue lettre pour s’excuser de son silence de 15 jours. Explication de ce silence :

l’affaire M. a reparu sur l’horizon, d’une manière plus grave, tant d’idées se sont pressées dans ma tête depuis 10 jours que je ne pouvais y faire entrer autre. […] Je suis bien agitée, bien préoccupée peut-être pour rien et le bon Dieu seul sait ce qui m’est réservé […] dans ce moment, pour moi, tout ce qui ne se rapporte pas à la chose, n’est pas une chose, tu comprends ?

On prend les conseils du cousin Henri Delaroche, négociant au Havre, « si bon, si affectueux et de si sage conseil » qui fait « des démarches » ; on écrit « de tous côtés » pour obtenir des renseignements et « on attend les réponses » (10 avril 1858).

Attente de Caroline

La jeune fille reste à l’écart, elle n’a « rien vu », mais elle a « beaucoup entendu ». Elle traverse ces jours où « rien n’est fait » dans l’agitation et l’incertitude, comme des «épreuves ».

il est des moments dans la vie où on n’a plus très bien la tête à soi. Je ne puis te dire toutes les péripéties par lesquelles j’ai passé depuis ma dernière lettre ; les renseignements sont venus de tous côtés et tu sais, dans ce monde, combien il y a du pour et du contre en toutes choses, qu’il est difficile, ma chère amie, de faire alors une moyenne et de décider s’il y a assez de bon pour se décider à sacrifier toute sa vie jusqu’au dernier jour. Tout cela est terrible, je t’assure et j’ai cru un jour la chose finie, le lendemain en voie d’avancer, tous ces changements sont tuants. (18 avril 1858)

Caroline Duméril oppose au « chaos dans [sa] pauvre tête », le souhait « d’être un peu plus vieille » et la soumission :

enfin tout vient à point, dit-on, à qui sait attendre ; ainsi attendons, n’est-ce pas ? (10 avril 1858)

Enfin il faut plus que jamais s’en remettre au Seigneur dans une circonstance semblable, car il n’arrivera que ce qu’Il a décidé et en faisant sa volonté, il y a toujours moyen d’être heureux.   (18 avril 1858)

Le futur mari

Sous le sceau du secret, Caroline donne à son amie les quelques détails qu’elle connaît :

Es-tu curieuse de savoir le nom du M., il s’appelle Charles Mertzdorff. Efface bien vite. Qu’en dis-tu, c’est un peu Allemand. Age 38.  (18 avril 1858)

Son inquiétude perce à la perspective de s’unir à un homme plus âgé qu’elle, qui vit en Alsace, dans un milieu dont elle ignore tout. Ce que Caroline ne dit pas, qu’elle ignore sans doute partiellement encore (mariée, elle s’ébahit de la fortune de son mari) et qui pourtant a dû peser dans le choix fait par ses parents, c’est la situation économique de Charles Mertzdorff. Il possède en particulier une usine de blanchiment et d’impression sur étoffes à Vieux-Thann, héritée de son père, et à laquelle il a donné une extension nouvelle. Dans les années qui suivent le mariage de Caroline, son père Louis Daniel Constant Duméril assurera la direction de l’une des fabriques.

Les fiançailles

Charles Mertzdorff s’impatiente et attend « avec anxiété la permission de venir et de voir » la jeune fille. L’entrevue est organisée : une promenade au Jardin des Plantes (où vit Caroline avec ses parents, chez son savant grand-père), que Caroline appréhende ; elle recommande :

oh ! je t’en prie, pense à moi ! comprends-tu ce que c’est que de voir pour la première fois celui à qui on appartiendra peut-être, celui à qui on nous donnera, et qui aura sur nous tous les droits possibles.  (18 avril 1858)

Elle semble cependant consciente dès ce moment du dénouement :

Qui sait si ce n’est pas la dernière fois que je t’écris avant d’avoir répondu un oui fatal ; (non pas au pied de l’autel, pourtant).   (18 avril 1858)

En effet, les événements se précipitent. La lettre suivante, le 8 mai, nous apprend que les fiançailles ont eu lieu –  pendant le séjour à Paris de la cousine et amie Isabelle Latham :

Je t’envoie une petite branche de mon bouquet de fiançailles, garde-le en souvenir de moi.  (8 mai 1858)

Et le 15 juin 1858 Caroline Duméril et Charles Mertzdorff sont mariés. Aux semaines d’incertitude succède l’agitation de la cérémonie du mariage, du voyage de noces, de l’installation en Alsace. Ce sera l’objet d’un prochain billet1.

  1. Voir « Les cérémonies du mariage« . []