Archives par mot-clé : dater

Premier avril

Lettres datées du 1er avril

Le 1er avril 1880, Gustave Flaubert commence ainsi une lettre à sa nièce : « Croisset, jeudi 1er avril 1880, jour du Poisson, 6 heures du soir »1. Plusieurs lettres conservées de la famille Duméril-Mertzdoff ont été écrites, elles aussi, un premier avril : en 1843 (Eugénie Duméril à son cousin et fiancé), 1873 (Émilie et Marie Mertzdorff à leur père) ou en 1917 (Léon Damas Froissart à son fils Louis, mobilisé) ­ mais sans signaler le caractère spécial de ce jour.

D’autres lettres cependant relèvent cette date particulière du calendrier et mentionnent le « poisson d’avril », soit dans un esprit ludique, soit au contraire pour tenir à distance toute idée de plaisanterie. Ainsi Eugénie Desnoyers ajoute en post-scriptum, après avoir embrassé « de tout cœur » son amie Caroline Duméril-Mertzdorff :

Si ma lettre part le 1er Avril, ce n’est pas un poisson d’avril que j’ai la prétention de t’adresser loin de moi cette pensée, tout ce que je te dis est vrai et au commencement de ce mois, dans lequel un si grand événement doit se passer, je forme encore plus de vœux pour toi. (31 mars-1er avril 1859)

La jeune femme (Eugénie a 22 ans) veut, comme souvent dans ses lettres, assurer de son amitié et de la sincérité de son affection. Il n’est pas question pour elle de plaisanter avec la venue prochaine du bébé de Caroline !

Plus pittoresque est la lettre à son père, écrite et dessinée par Marie Mertzdoff en 1876. Marie ajoute elle aussi un post-scriptum qui rappelle le caractère spécial du jour, mais c’est pour déplorer l’absence de farce : « Je n’ai pas eu de poisson d’avril ni personne de ma connaissance ».

Marie Mertzdorff, 1er avril 1876
Marie Mertzdorff, 1er avril 1876

Marie, 17 ans, illustre cette remarque de deux croquis, qui pour être divertissants ne se veulent pas moins réalistes : celui d’un brochet et celui d’un rouget. On se souviendra que le grand-père de Marie, André Marie Constant Duméril, si admiré par ses descendants, a publié en 1856 : Ichthyologie analytique, ou Essai d’une classification naturelle des poissons2, un ouvrage que Marie peut consulter.

Les fêtes du 1er avril

« Le 1er-Avril, note l’historienne Nadine Cretin, est une journée qui dérive des fêtes d’inversion propres au Carnaval, une parodie des fêtes du début d’année »3. Au Moyen Âge l’année civile commençait à des dates variables selon les lieux, au mois de mars ou à Pâques. Un édit de Charles IX, en 1564, harmonise ces dates et fixe le début de l’année civile au 1er janvier. L’habitude persiste de commémorer le 1er avril l’ancien début de l’année, sous forme de plaisanteries et d’étrennes « pour rire ». Cette journée de dérision se situe à l’arrivée des beaux jours ; elle fête donc aussi le printemps et le renouveau de la nature. Elle tombe en général pendant le Carême, dont elle suspend l’austérité ; la parenthèse ludique s’apparente au Carnaval, remarquent les folkloristes, avec ses farces qui permettent de se moquer des autres et de soi-même en un renversement des positions habituelles et des valeurs établies.

Spécifique du 1er avril, le thème du poisson renvoie probablement à cet aliment autorisé pendant la période du Carême ; les prescriptions de l’Église qui imposent le jeûne et bannissent la viande des repas sont ainsi tournées en dérision. D’autres pistes symboliques peuvent être rappelées à propos du poisson, comme la fécondité, évoquée par le nombre de ses œufs en cette époque de frai. Et des jeux de mots divers donnent au poisson une connotation érotique. Cette veine est exploitée autour de 1900 par une multitude de cartes postales humoristiques.

Le folkloriste Paul Yves Sébillot observe qu’en Bretagne « l’on fait des attrapes en envoyant les enfants et les naïfs chercher un objet inexistant chez les voisins, comme « la corde à tourner le vent«  » . Lorsqu’ils reviennent les mains vides on les accueille en brandissant une poêle à frire et en criant : « Poisson d’avril ! »4.

Peinture de Nils, 7 ans
Peinture de Nils, 7 ans (2013)

Dans la correspondance familiale conservée les fêtes de Pâques sont évoquées avec plus d’insistance que le 1er avril et la chronologie pascale scande l’année de façon visible. Le jour de Pâques est un dimanche situé à des dates variables du calendrier grégorien, proches du 1er avril puisqu’elles sont comprises entre le 22 mars et le 25 avril. De façon attendue, particulièrement dans cette famille catholique pratiquante, les fêtes religieuses rythment les saisons et l’importance de Pâques éclipse celle du 1er avril comme marqueur du temps.

  1. Gustave Flaubert, Correspondance, supplément (1879-1880), L. Conard, 1954. []
  2. André Marie Constant Duméril, Ichthyologie analytique, ou Essai d’une classification naturelle des poissons, à l’aide de tableaux synoptiques, Firmin-Didot, 1856, In-4° , VIII-507 p., tableaux. []
  3. Nadine Cretin, Fête des Fous, Saint-Jean et Belles de Mai, Le Seuil, 2008 ; sur le 1er avril : p. 36-38. []
  4. Paul-Yves Sébillot, Le folklore de la Bretagne . 1 . Les phases de la vie traditionnelle et sociale : le travail et les distractions, éditions G.-P. Maisonneuve et Larose, 1968, p. 313. []

Dater les lettres

Lorsqu’une lettre est transcrite, il convient de la dater, et souvent cela ne pose pas de problème : la date figure dans le texte. Inscrire la date, et éventuellement le lieu, tout comme apposer sa signature en fin de lettre, fait partie du « cérémonial des lettres » que détaille Charles François Lhomond (1727-1794) comme de nombreux manuels épistolaires (voir Cécile Dauphin, Prête-moi ta plume… Les manuels épistolaires au XIXe siècle, Kimé, 2000).

La place de la date

L’ouvrage de Lhomond : Élémens de la grammaire française, est maintes fois réédité au long du XIXe siècle, augmenté de traités de ponctuation et de la formation des temps des verbes, d’un tableau des locutions vicieuses, de modèles de lettres, etc. L’édition de 1829 (imprimée par Douillier à Dijon) indique :

La date se place en haut ou en bas de la lettre ; cependant on croit qu’il est mieux de la placer après la signature. (p. 140)

C’est ce que fait André Marie Constant Duméril, par exemple dans une lettre du 7 août 1802

Capture-date-1802-08-07D’autres épistoliers, plus avant dans le siècle, placent la date en haut de la feuille : lettre du 4 mai 1864

Capture-date-1864-05-04

Les lettres datées

La date n’est pas toujours inscrite comme sur cette lettre du 10 avril 1874

Capture-date-1874-04-10Diverses formes ou  graphies peuvent induire en erreur :

  • novembre est écrit 9bre ou décembre Xbre

1er novembre 1867      Capture-date-1867-11-01A

14 décembre 1845   Capture-date-1845-12-14

  • Les dates sont incomplètes

Capture-date-1865-02-02

 

Pour cette année 1865, « jeudi 2 » peut être en février, en mars ou en novembre. Le contexte permet de choisir, ici on a opté pour février (lettre du 2 février 1865).

Les lettres non datées

Pour les dater, divers éléments sont à prendre en compte : le cachet de la poste près de l’adresse sur la feuille ou l’enveloppe lorsque l’usage s’en répand (mais des feuilles ont pu migrer hors de leur enveloppe d’origine) ; la présence d’un timbre dans le second XIXe siècle ; la qualité du papier (mais il peut y avoir une rupture dans l’approvisionnement habituel) ; la ressemblance des écritures et des signatures ; la place de la lettre dans le lot conservé, etc. L’examen du texte de la lettre reste un élément majeur pour la datation.

« Mercredi Midi » est seulement inscrit en haut d’une lettre ; celle-ci peut être datée du mercredi 29 mars 1865 lorsque, à la lecture, elle se situe par rapport à un projet de voyage.

Les lettres dont la date est erronée

Il est des confusions qui s’apparentent à des lapsus, au moment des changements de calendrier ou d’année.

  • Après la période révolutionnaire, un Sénatus-consulte du 22 fructidor an XIII (9 septembre 1805) rétablit le calendrier ancien. Peu de temps avant, André Marie Constant Duméril écrit 27 août au lieu de 27 thermidor (qui correspond au 15 août 1805). [l’image est meilleure sur le site !]

Capture-date-1805-08-15

Dans la lettre suivante (26 août 1805), la date est correcte :

Capture-date-1805-08-26

  • En début d’année, il n’est pas rare que l’ancien millésime vienne sous la plume :

lettre du 12 janvier 1865    Capture-date-1865-01-12

  • Un exemple de nouvelle datation proposée

Les premières lettres d’André Marie Constant Duméril sont connues par des copies. La lettre qui est présentée comme la toute première, après qu’il a quitté sa famille amiénoise pour aller à Rouen, est datée du 15 mars 1791. La lecture du texte, éclairée par les avis érudits de Dominique Julia, montre qu’il ne peut s’agir de cette date. Il est question dans la lettre du « sacre de M. Gratien » ; or celui-ci est élu évêque le 26 février 1792 et sacré le 18 mars dans la cathédrale de Rouen. D’autres indices (date du début de Carême, veuvage de Mme Thillaye) confortent une nouvelle datation : le 15 mars 1792. La datation « 1791 » résulte probablement d’une erreur de lecture du copiste. Il semble donc que le jeune Duméril  soit arrivé à Rouen quelques mois plus tard qu’annoncé par le tradition, soit vers mai-juin 1791.

Une lecture critique permet de déceler des anomalies, de repérer les indices d’une datation ou attribution erronées et, le plus souvent, de rétablir la lettre dans une chronologie cohérente.