Archives par mot-clé : épistolaire

Dire l’épistolaire

« Quels sont les quatre termes que vous associez spontanément à la lettre ? » C’est l’une des questions posées dans le dernier numéro d’Épistolaire par Bénédicte Obitz-Lumbroso à huit spécialistes des correspondances : Mireille Bossis, Cécile Dauphin, Jean-Marc Hovasse, Mireille Kervern-Gérard, Isabelle Landy, Yvan Leclerc, Antony McKenna et Benoît Mélançon1. Professeurs de littérature en France ou à l’étranger, linguiste ou historienne, spécialiste de Pascal, de Flaubert ou de Victor Hugo, de la poétique des formes ou des écritures autobiographiques, chacune et chacun a répondu par quatre mots complétés ou non de développements explicatifs. Les expériences professionnelles et personnelles, comme le champ des recherches ont orienté, on le devine, les réponses des huit chercheurs. Les mots qu’ils ont choisis, entre érudition et subjectivité, sont rassemblés ici autour de quelques pôles qui balisent le vaste et divers domaine de l’épistolaire.

  • L’échange

Au singulier ou au pluriel, l’« échange » est sans surprise l’idée qui s’impose le plus souvent. Ce « partage » est empreint d’inquiétude (« la lettre est question, demande, appel ») et quelquefois de douceur. C’est une mise en « relation », une « interaction », un moyen de « persuasion », une « succession de réponses », une « attente » sans fin du « prochain envoi ». La notion de réciprocité se fait jour, mais aucun chercheur n’a proposé le terme de « réseau » pour caractériser les modalités de l’échange. On donne et on reçoit des textes (récits tissées du « détail de l’existence » et de sentiments), des idées, ainsi que l’objet-lettre lui-même, dans son enveloppe « offerte » comme un cadeau.

  • Le temps et la distance

Le deuxième thème s’ordonne autour de la distance et surtout du temps : « l’épaisseur du temps », « le moment et l’espace » du partage, la « distance spacio-temporelle ». Que les chercheurs travaillent sur des lettres du XVIIe ou du XXe siècle, le « temps » reste un marqueur fort de l’échange épistolaire : temps de l’écriture et de la lecture différée, ou temps étiré des échanges au long cours.

  • Intimité/communauté

Le va-et-vient épistolaire s’organise selon deux modèles : le commerce des idées et celui des affects. Les pratiques intellectuelles collectives, mises au service de la « science », visent à l’« efficacité maximale de l’échange » et renvoient à une « communauté » : celle de Port-Royal ou des philosophes des Lumières par exemple.
Cependant l’échange s’établit le plus souvent dans l’« intimité ». Il réclame alors le « secret » : « la lettre parvient cachée, cachetée. L’enveloppe protège l’intime. Mieux que le code des messages électroniques ».

  • Les registres du sentiment

Le vocabulaire des sentiments est très prégnant. D’un côté, des émotions négatives : « souffrance », « absence », et peut-être « attente ». De l’autre, la richesse du partage. L’amour, si présent dans l’imaginaire des artistes, ne saurait échapper aux chercheurs qui pensent à la « séduction » ou à la « lettre d’amour ». Et les « histoires » mentionnées, seraient-elles des histoires d’amour ?

  • L’imaginaire

La lettre est « représentation », « représentation idéale du schéma de la communication orale », « fusion imaginaire de deux présents différés ». Faut-il rattacher le « fétichisme » à cette classe de mots qui s’évadent du réel ? L’imaginaire n’infiltre pas uniquement la lettre (d’amour) ; il gagne toute la « scénographie des correspondances » : boîtes aux lettres, bureaux, modes de transport et de distribution (dont le « facteur », qui est cité deux fois).

  • L’écriture

Mais les interrogés qui, on le sait, fréquentent assidûment archives, bibliothèques et manuscrits, ne peuvent négliger la matérialité des lettres et la qualité littéraire  des textes. Au plus près de la réalité, ils mentionnent les enveloppes (3 fois) et l’écriture « autographe ». Ils sont sensible au « mode spécifique d’écrire », au « souci de l’écriture »,  graphie et style confondus. La rhétorique propre à l’épistolaire est évoquée au travers de la « persuasion ».

  • Les traces

Les chercheurs sont confrontés au devenir de la lettre qui, soustraite au moment et aux fonctions de l’échange, devient « relique, trace et souvenir, reste et objet de valeur à conserver », archive sur laquelle ils travaillent. Peut-être peut-on lire les laconiques « fragilité » (terme relatif à des lettres du XVIIe siècle) et « histoire(s) » dans ce contexte, comme le rappel que l’étude de ces feuillets périssables construit une autre connaissance du passé.

***

Geneviève Haroche-Bouzinac, présidente d’Épistolaire, présente le dernier numéro de la revue et indique à son tour les quatre termes qu’elle associe à la lettre2. Cette spécialiste des mémoires et des correspondances du XVIIIe siècle retient « lien », « mémoire », « amitié », « poésie ». Ces mots, enrichis des remarques qui les explicitent, s’insèrent dans les catégories proposées ci-dessus et les complètent opportunément.

  1. Le n° 40 de l’Épistolaire. Revue de l’AIRE , 2014, 328 pages, est consacré à un double thème : la correspondance de Diderot et l’épistolarité politique. Un billet de ce carnet a présenté les publications de cette association : « L’AIRE, du bulletin à la revue ». []
  2. « Entretien avec Geneviève Haroche-Bouzinac », propos recueillis par Nathalie Jungerman, FloriLettres, revue culturelle et numérique de la Fondation La Poste, janvier 2015. []

Savants et épistoliers

Les savants, les intellectuels, les professeurs rédigent livres et articles ; ils écrivent aussi des lettres. Le témoignage d’Aurélien Gros, secrétaire de Jacques Le Goff ces dernières années, attire l’attention sur cette forme d’écriture1.

Jacques Le Goff épistolier

Depuis 2009, Aurélien Gros, alors en début de thèse, s’est rendu chaque semaine auprès de Jacques Le Goff pour lui servir de secrétaire. En cinq ans, l’historien lui a dicté, à côté de préfaces et articles, « une correspondance pléthorique » : « près de 300 lettres, 800 mails », « essentiellement envoyés en France et en Italie, mais aussi en Pologne, en Allemagne, République Tchèque, Angleterre, Amérique Latine et du Sud, États-Unis, Canada, etc. ».

Le jeune secrétaire, habitué « à la vitesse de l’ordinateur », au laconisme des textos et à l’absence de recherche des courriels, découvre la richesse de la « voie postale », « la créativité de la formule de politesse », l’efficacité du geste et de la rhétorique épistolaires. Il apprend aussi « qu’une lettre [est] toujours plus qu’une lettre ». De cette pratique sourd une « une éthique de la correspondance », pétrie d’empathie, de bienveillance, de tact et de sincérité. Pour Jacques Le Goff, figure connue et importante du monde intellectuel, souvent sollicitée, il s’agit de prodiguer des éloges pertinents sans flatterie, de valoriser l’interlocuteur, mais aussi d’exercer sa lucidité et sa franchise. Cet aperçu d’un moment de l’activité épistolaire de l’historien médiéviste, de son exercice de « diplomatie du quotidien », incite à rechercher d’exemples similaires dans le corpus de la correspondance « familiale » des Duméril.

Savants et épistoliers au XIXe siècle

Les savants du XIXe siècle pratiquent largement, avec plus ou moins de bonheur, l’art épistolaire ; de nombreuses publications de correspondances de scientifiques, de professeurs, d’intellectuels en attestent. Le site S’écrire au XIXe siècle, bien que réservé aux échanges familiaux, propose quelques lettres qui relèvent de ce registre2.

  •  Lettres amicales et professionnelles

Le réseau intellectuel recouvre un réseau amical et les échanges professionnels entre deux savants se doublent de relations entre leurs familles. Ainsi lorsque Pierre Fidèle Bretonneau s’adresse à son ami André Marie Constant Duméril, tous deux médecins, il est question à la fois d’un jury de médecine, de recherche médicale et de nouvelles familiales :

Depuis longtemps, dix à douze jeunes gens qui suivent l’hôpital me prient de vous demander si vous viendrez cette année ; ils souhaitent presque aussi vivement que moi que ce soit vous qui présidiez le jury. […]
Je me suis livré avec zèle cet hiver aux recherches d’anatomie pathologique  […]
Je me sens encore plus coupable envers Mme Duméril qu’envers vous ; ne m’excusez point auprès d’elle, c’est une cause désespérée, et surtout ne lui dites rien qui puisse me mettre plus mal dans son esprit […] J’embrasse bien tendrement vos enfants. (14 septembre 1816)

Rapidement ces lettres amicales et savantes peuvent changer de statut et devenir des pages imprimées de revues scientifiques :

Au reste, vous avez dû voir que si je ne réponds pas exactement à vos lettres, au moins j’en fais bon usage, et qu’à peu de chose près j’ai fait imprimer presque en entier une de vos dernières épîtres ; nous savons ce que vaut une ligne, nous autres auteurs de dictionnaire à soixante-douze francs la feuille. (Louis Benoît Guersant à Pierre Fidèle Bretonneau, fin février 1816)

  • Lettres de condoléances

Le décès est un moment obligé de cette correspondance aux frontières du personnel et du professionnel. On pourra lire après la mort d’Auguste Duméril les lettres adressées à sa veuve, aussi bien par François Guizot de la Société biblique Protestante de Paris (14 juin 1871), que du correspondant du Muséum d’histoire naturelle à Buenos-Aires (29 août 1871) ou du directeur du Muséum et zoo de Berlin, Wilhelm Carl Hartwig Peters :

La triste nouvelle dont vous avez l’extrême obligeance de me faire part, me vient tout à fait imprévue, et m’a comblé de la plus profonde douleur. Lié avec M. Duméril par la passion pour la même science, j’ai eu l’occasion à apprécier, non seulement son mérite et ses talents scientifiques, mais aussi, les qualités supérieures de son noble caractère. (11 mars 1871)

  • La vie scientifique

Pour décider Bretonneau à livrer un manuscrit, la rhétorique se doit d’être très persuasive !

Que faites-vous, mon cher ami ? où en est votre mémoire sur l’entéro-mésentérite ? êtes-vous bientôt en état d’envoyer cela à Duméril ? Velpeau m’a dit que vous trouviez bien doux qu’on vous laissât tranquille ; mais cependant il n’y a plus à reculer, il faut enfin que vous accouchiez ; vous êtes depuis assez longtemps dans les douleurs de l’enfantement. […] Que voulez-vous faire de ce rapport ? Voulez-vous que nous l’imprimions dans le journal ? Voulez-vous le réserver pour votre volume seulement ? » (Louis Benoît Guersant à Pierre Fidèle Bretonneau, 31 octobre 1821)

et un an plus tard :

Mon cher ami, Je ne comprends en vérité rien à votre silence. Voilà bientôt une année que vous êtes venu nous communiquer votre mémoire. Tous les matériaux étaient disposés pour l’impression ; on vous a trouvé un libraire qui vous en donne quelque argent. Si vous aviez voulu vous en occuper seulement quinze jours, tout était terminé ; et vous avez la paresse de laisser là tout ce travail, qui vous a coûté du temps, des recherches et beaucoup de peine. De tous côtés on me demande votre ouvrage qu’on croit déjà imprimé depuis longtemps, et je ne sais plus que répondre. […] Votre meilleur ami. » (Guersant à Bretonneau, 29 juin 1822)

On entend aussi Georges Louis Duvernoy plaider sa cause auprès d’André Marie Constant Duméril (24 juillet 1843 ; fin août 1844) ou Isidore Geoffroy Saint-Hilaire solliciter la présence d’Auguste Duméril, son « cher confrère et ami », auprès d’un savant venu de l’île Maurice (3 septembre 1860).

  • Les formules

Pour ce qui est des formules de politesse, André Marie Constant Duméril semble, à l’occasion, aussi attaché que Jacques Le Goff à la recherche des mots appropriés. Ses échanges savants avec Charles Lucien Bonaparte sont empreints de respect et de considération :

Monsieur,
J’ai été très flatté de recevoir la lettre que vous m’avez adressée puisque vous voulez bien y témoigner quelque estime pour mes travaux en Histoire naturelle. J’attache d’autant plus de prix à votre suffrage et à vos expressions obligeantes qu’elles viennent d’un juge dont je reconnais la compétence. C’est donc autant pour vous remercier de l’honorable correspondance que vous avez bien voulu commencer à établir entre nous et qui peut m’être si utile, que pour répondre à votre confiance que je vous écris aujourd’hui ; désirant vous donner toutes les explications que vous me demandez et profiter de nouveau de vos lumières. (14 septembre 1834)

 Duméril ne manifeste pas toujours une grande créativité, et ses fins de lettres peuvent être plus brèves :

Veuillez recevoir, Monsieur, l’assurance de l’entier dévouement et de la haute considération de votre serviteur (André Marie Constant Duméril à Charles Lucien Bonaparte, 6 décembre 1834)

Comme en témoigne le secrétaire de Jacques Le Goff, écrire une lettre est un exercice à prendre au sérieux, qui demande temps, réflexion, application et talent – même si certaines lettres sont « bouclées en quelques minutes ». Ce travail d’écriture exige de réels efforts, aujourd’hui aussi bien qu’il y a deux siècles. Louis Benoît Guersant le déplorait :

 Enfin, mon cher ami, j’ai pu me vaincre assez pour rompre mon trop long silence. Tout paresseux que je suis, le vice ne m’a pas encore tellement corrompu que je ne m’aperçoive pas de mon fatal penchant à la paresse. Oui, mon ami, je me sens bien coupable, je le confesse ; mais ce qui me console, c’est que vous l’êtes presque autant que moi. (Guersant à Bretonneau, fin février 1816).

  1. Aurélien Gros, « Dans le bureau de Jacques Le Goff », Une autre histoire. Jacques Le Goff (1924-2014), sous la direction de Jacques Revel et Jean-Claude Schmitt, éditions EHESS, 2015, pages 187-194. []
  2. Voir le billet : Quelles limites donner au corpus ? []

L’Association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique (APA)

L’APA dispose d’un site et fait l’objet d’un article sur Wikipédia, ce qui dispense ici de répéter certaines informations. Il suffit de savoir que l’APA, association d’intérêt général créée en 1992 et dont le siège est à Ambérieu-en-Bugey (Ain), a pour but de recevoir, conserver, analyser et faire connaître (avec l’accord des déposants) tous les écrits autobiographiques inédits. Une publication annuelle, le Garde-mémoire, présente les documents transmis à l’association, et une revue, La Faute à Rousseau, propose trois fois par an des dossiers thématiques et des réflexions sur le champ autobiographique1. Le projet documentaire est conçu à l’échelle de l’Europe ; si toutes les associations semblables qui recueillent mémoires et journaux intimes n’acceptent pas les correspondances, en France, en Italie, en Allemagne, par exemple, elles sont considérées comme faisant partie de plein droit du patrimoine autobiographique. Les notices du Garde-mémoire indiquent d’ailleurs l’imbrication des différents genres, comme par exemple, pour le XIXe siècle, les Mémoires de Justine Guillery, accompagnées de lettres à son frère (1815-1835) et les histoires familiales rédigées par Christine Buret-Cohen (Ma famille), Jean Barnaud (Le Temps n’est point galant homme…) ou Adolphe Charpin (Lettres à une épouse) à partir de lettres héritées. A côté de thèmes très divers, par deux fois, la revue s’est focalisée sur les correspondances.

Les correspondances dans La Faute à Rousseau (1993, 2003)

  •  L’un des premiers numéros de La Faute à Rousseau (le n° 4, octobre 1993) est consacré à la correspondance, avec un dossier « Au pied de la lettre ! ». Plusieurs auteurs témoignent de leurs propres pratiques épistolaires : lettres reçues autrefois et relues avec étonnement ; évocation d’un échange amical ; lettres retrouvées d’un père que sa fille n’a pas eu le temps de connaître et dont la parole vivante la bouleverse. L’APA recueille le plus souvent des documents qui datent du XXe siècle, aussi bien correspondances que journaux intimes. Cependant Philippe Lejeune peut présenter « une poignée de lettres du XIXe siècle », un ensemble qui court sur 4 générations de 1848 à 1905.
  •   Dix ans plus tard (octobre 2003, n° 34), le titre du numéro de La Faute à Rousseau passe du singulier au pluriel, de « la lettre » aux « Correspondances », dépliant l’éventail des perspectives. Dans le riche dossier proposé, qui donne des repères juridiques (« À qui appartient une lettre ? ») et historiques, évoque l’art postal ou le courrier électronique, visite des épistoliers célèbres (Kafka, Amiel, Fantin-Latour, etc.), propose des témoignages d’épistolières et d’épistoliers contemporains, dans ce dossier, donc, retenons par une lecture transversale deux points qui concernent plus spécialement l’éditeur de lettres ordinaires : la conservation et la publication.

Conservation des lettres

Françoise Simonet-Tenant souligne un rôle positif que peut avoir le marché d’autographes qui depuis le début du XIXe siècle fait apparaître des documents que leur valeur marchande a préservés. Mais le collectionneur d’autographes, lorsqu’il constitue et classe sa collection a une position très différente de celui qui « collectionne » une seule correspondance (voir le billet Des lettres/une correspondance).

Les réponses à un appel à témoignage lancé en 2002-2003 auprès d’épistoliers, lecteurs de Lire et de La Faute à Rousseau, invitent à interroger les pratiques anciennes à la lumière de quelques témoignages d’aujourd’hui : le sexe de l’épistolier (dans l’enquête majoritairement féminin), les différences entre lettres d’hommes et lettres de femmes, les fonctions de la lettres, les circonstances d’écriture, l’entrée en écriture, les brouillons ou la spontanéité, la réception du courrier, les modalités de conservation. « Beaucoup d’épistoliers conservent tout ou partie des lettres reçues », mais de manière « méthodique » ou « confuse », trouvant dans cette accumulation des « signes tangibles que l’on existe ou que l’on a existé pour quelqu’un d’autre ». Un autre article de Louis Vannieuwenborgh pointe, à propos d’Amiel (1821-1881) dont 6 000 lettres sont conservées sur les 50 000 échangées : « le nombre de lettres [conservées] croît avec le degré d’intimité qu’Amiel entretient avec ses correspondants ».

Publication des lettres

Les remarques de Françoise Simonet-Tenant, à propos du travail d’éditrice de Claire Paulhan, peuvent être reprises textuellement, car elles tracent un chemin que pourra suivre l’éditeur ordinaire : « éditer des textes autobiographiques […] implique des choix et des règles : le respect du texte, la volonté de rendre lisible un texte dont la destinée première n’était pas la publication – d’élucider donc obscurités et allusions –, le souci de ne pas juger et jauger le texte et son auteur, le désir de donner aux lecteurs et chercheurs un texte fiable, le plus proche possible du manuscrit d’origine. […] Il existe donc quasiment une morale de l’éditeur de textes autobiographiques qui suppose patience, rigueur, humilité »2.
Pour éditer, poursuit-elle, il faut « être prêt à consacrer beaucoup de temps et à investir beaucoup d’énergie pour déchiffrer une graphie parfois rebelle, expliciter nombre de points obscurs, aller à la pêche aux informations pour établir l’appareil critique, bref accepter d’être un travailleur de force qui œuvre dans l’obscurité pour mettre au jour un texte oublié ». Plus que pour le journal personnel, l’édition des lettres est difficile. Le journal en effet a une unité matérielle qui le rend moins vulnérable que des feuillets épars et limite les pertes, une unité aussi qui ordonne et évite le fouillis temporel ; les lettres sont plus énigmatiques que le journal, car elles supposent un savoir partagé entre les correspondants. Et l’auteur met en garde : souvent « on regarde la correspondance bien plus comme une collection de textes que comme un tout organique ».

Pour conclure, une citation et une invitation.

  • La citation. Des mots qui sonnent comme une promesse et un encouragement : « c’est le voyage absolument magique qu’on effectue dans le temps en découvrant de manière chronologique une correspondance s’étendant sur toute une vie adulte3 ».
  • L’invitation. Toujours dans ce numéro 34 de La Faute à Rousseau un autre article invite à une « Visite au Musée de la Poste ». Actuellement les collections permanentes de L’Adresse, Musée de La Poste ne sont pas accessibles ; le musée, en rénovation depuis octobre 2013, est fermé. Il faudra revenir au 34 boulevard de Vaugirard (Paris XVe) dans quelques mois…

blog-Capture-APAP.S. – Les prochaines Journées de l’autobiographie sur le thème « Écrire sa guerre : 1914-1918 » sont organisées par l’APA à Strasbourg et Emmendingen, du 6 au 9 juin 2014. Neuf ateliers sont prévus le dimanche matin, dont l’un sera consacré aux cartes postales4 (étaient-elles roses ou bleu-blanc-rouge ?).

  1. Parmi les derniers thèmes de La Faute à Rousseau : Masculin/Féminin, Cinéma et autobiographie, L’animal et nous, Anniversaires, Politique et autobiographie, Enfance et langage, Trajectoires sociales, Voix et autobiographie, Les objets d’une vie. []
  2. La Faute à Rousseau, « Correspondances », n° 34, octobre 2003, p. 51. []
  3. Catherine Bierling, à propos de la correspondance entre les deux peintres Otto Scholderer et Henri Fantin-Latour, 1858-1902 (La Faute à Rousseau, n° 34, p. 45). []
  4. Voir le billet : « Les cartes postales« . []