Archives par mot-clé : genre épistolaire

La Lettre-Miroir

Un colloque sur la lettre antique et médiévale

Une amie me signale le colloque « La Lettre-Miroir dans l’Occident latin et vernaculaire du Ve au XVe siècle », organisé par la Sorbonne, la Sorbonne nouvelle et l’Institut universitaire de France les 13 et 14 mars 2014. La « lettre-miroir », cette belle expression retient l’attention.

Évidemment, il n’y a peu en commun entre une correspondance familiale contemporaine et les lettres de Sénèque, celles des papes aux évêques, ou celles qui conseillent le prince mérovingien et carolingien. Peu en commun non plus entre le miroir au sens courant1 « qui sert à produire l’image des personnes ou des choses » ou, plus abstraitement « qui offre à l’esprit l’image, la représentation des personnes, des choses, du monde », et la notion latine de speculum convoquée par les organisatrices-organisateurs du colloque. Les périodes concernées comme les thèmes des interventions tiennent à distance les pratiques ordinaires du XIXe siècle ; cependant quelques titres de ces communications érudites pourraient convenir à des études sur la correspondance familiale : « La correspondance, un miroir écrit de la conversation orale ? » (titre qui fait signe au billet « La lettre comme conversation »), « Les lettres entre parents et fils [au bas Moyen Âge] », « De l’oncle au neveu […] ». Et certains des objectifs du colloque pourraient être transposés et dépaysés dans l’univers des Duméril-Mertzdorff : montrer la lettre comme lieu de représentation idéale, comme écriture qui se réfléchit ou comme instrument de connaissance. Les termes même de la présentation du colloque peuvent être repris car, de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge, aussi bien qu’au XIXe siècle, on peut « saisir la lettre dans cette tension entre singulier et général, lyrisme et didactisme, fragment et totalité ».

Du Moyen Âge au XIXe siècle, quelques traits en commun

  • Une représentation idéale

Le colloque envisage « comment, malgré son inscription dans l’instant, le singulier, la subjectivité », la lettre ambitionne également de donner « une représentation idéale », en particulier « de l’Ami, de l’Aimé(e), invités à se conformer à leur tour au modèle idéal que leur renvoie la lettre ».
C’est ainsi que se construit la relation amoureuse entre Auguste Duméril et sa cousine Eugénie Duméril, durant leurs fiançailles dans les années 1842-18432. Chacun propose à l’autre un modèle affectif et social et chacun cherche à faire coïncider ces modèles en un projet commun aux deux, à s’y conformer, à se fondre dans cette perfection.
Autre exemple d’image idéale proposée par les lettres : celle que Jean Charles Nicolas Dumont voudrait façonner de son fils Charles. Le jeune homme, âgé de 25 ans, se cherche une position et des protecteurs à Paris dans les années 1780. À défaut d’avoir pu le convaincre de « faire avocat à Amiens » (25 mai 1783), le père conseille son fils, le guide dans sa vie professionnelle parisienne, tente d’infléchir son caractère (trop pessimiste à son goût). « Reçois cette leçon d’un père » écrit-il le 8 août 1785.

  • Une écriture réflexive

On peut retenir l’expression : « une écriture qui se réfléchit » (même si ces mots prennent un autre sens dans la présentation du colloque) pour relever  dans les lettres familiales les moments où l’écriture se donne à voir, offre comme son reflet dans un miroir : tout ce qui décrit la lettre en train de se faire, le cérémonial épistolaire, le travail d’écriture, les modalités de l’échange. Ce thème est non seulement très souvent présent, mais il occupe chez certains épistoliers une large place, chez les femmes tout spécialement3.

  • Un instrument de connaissance

Dans le registre mineur des relations familiales (par opposition avec les missives médiévales où s’épanouit « l’esthétique de la somme, dans des champs aussi différents que ceux des passions, du politique, du scientifique, du philosophique et du poétique ») beaucoup de lettres sont reçues par leur « destinataire comme instrument de connaissance de soi, de l’Autre ou du monde ». Lorsque Auguste Duméril détaille à son épouse les étapes de son voyage en Allemagne (19 septembre 1846), lorsque Caroline Duméril juste mariée décrit sa nouvelle vie conjugale en Alsace (juin 1858), que Marie Mertzdorff raconte une soirée à l’Opéra comique pour voir Haydée (3 décembre 1875), que Charles Mertzdorff médite sur les mouvements des poissons (5 juin 1873) ou la paye des ouvriers (30 octobre 1875), ils informent les destinataires sur leur « monde » autant que sur eux-mêmes.
Dans le domaine du partage des connaissances, une place à part doit être réservée aux échanges scientifiques entre André Marie Constant Duméril et ses savants collègues (par exemple Charles Lucien Bonaparte, le 14 septembre 1834).

On pourrait ajouter que la lettre est aussi ce « miroir magique », réputé faire apparaître des personnes absentes. Absence du destinataire abolie le temps de l’écriture, et absence définitive des disparus gommée un instant. Après la mort de Julien Desnoyers en janvier 1871 pendant le Siège de Paris, ou celle de Caroline Duméril-Mertzdorff, leurs derniers mots transcrits ou leurs dernières lettres circulent largement. Une parente commente : « Je ne puis rien dire après ces lignes de votre pauvre enfant. Je les ai relues bien des fois depuis qu’elle nous a quittés, et il me semble que du haut du ciel, elle les adresse à tous ceux qu’elle a laissés sur cette terre. » (août 1862)

  1. Sens défini par Paul Robert et Alain Rey, Grand Robert de la langue française, 1985. []
  2. Voir Danièle Poublan, « Les lettres font-elles les sentiments ? S’écrire avant le mariage au milieu du XIXe siècle », Séduction et sociétés, Cécile Dauphin et Arlette Farge (dir.), Seuil, 2001. []
  3. Voir C. Dauphin, P. Lebrun-Pézerat, D.  Poublan, Ces bonnes lettres. Une correspondance familiale au XIXe siècle, Albin Michel, 1995, pages 100 et suivantes. []

L’AIRE, du bulletin à la revue

« La correspondance crée du lien et l’entretient » affirme Geneviève Haroche Bouzinac sur le site de l’AIRE (Association Interdisciplinaire de Recherches sur l’Épistolaire). Avec un but fédératif et informatif similaire à son objet, cette association vise à réunir ceux qui étudient « les lettres ». L’AIRE est issue en 1988 de l’Association des Correspondances, elle-même née à Nantes en 1981 à l’occasion d’un colloque. L’AIRE organise des journées d’études et des colloques, propose un site et publie une revue « littéraire et historique », Épistolaire, consacrée aux correspondances d’écrivains et au discours épistolaire. Regard rétrospectif.

Le Bulletin de l’AIRE   

Le premier Bulletin de l’AIRE paraît en février 1988 ; il s’annonce semestriel et compte 12 pages. Le comité directeur rassemble six hommes et une femme, universitaires (en littérature, linguistique, histoire, sociologie), psychanalyste ou conservateur de bibliothèque ; tous vivent en France, mais des correspondants internationaux sont mentionnés (en Europe, au Canada, en République Sud-africaine).

Le compte-rendu du colloque tenu à Cerisy en juillet 1987 occupe l’essentiel de ce premier numéro, mettant en évidence, à travers les résumés des conférences et tables rondes, « la diversité des expériences » des chercheurs et amateurs qui interrogent l’épistolarité : du Moyen-âge à l’époque contemporaine, sont abordées les questions de la rhétorique épistolaire, de l’édition et de la publication, des lettres ouvertes, des lettres d’amour, du roman épistolaire, de la lettre représentée dans les tableaux, de l’écriture littéraire et de l’écriture privée ou de l’intime, des manuels, du service postal, etc. Cette richesse des points de vue justifie de rassembler les questions posées, de confronter les réponses dans un cadre pérenne – ce sera l’AIRE. Son Bulletin voudrait toucher des chercheurs d’horizons différents (philosophie, sciences humaines, beaux-arts) comme les professions les plus diverses (plasticiens, écrivains publics, pédagogues, postiers). Faire circuler les informations sur colloques et séminaires, se connaître et se faire connaître, tels sont les premiers objectifs fixés.

L’Épistolaire, Revue de l’AIRE 

Au fil des numéros du Bulletin, la rubrique bibliographique s’étoffe, les chroniques se diversifient : comptes rendus d’ouvrages, iconographie et curiosités épistolaires, travaux en cours, etc. À l’automne 1999, un nouveau titre s’impose pour la publication : l’Épistolaire ; la nouvelle revue de l’AIRE, forte de 70 pages, est diffusée par l’éditeur Honoré Champion. Elle ne cesse de s’étoffer : les derniers numéros, annuels, dépassent les 300 pages. Dans les chroniques habituelles et le « dossier » propre à chaque livraison, le point est fait sur les correspondances : autour d’un thème (l’amitié, la mélancolie, la rêverie, l’utopie, la création, l’expérience du temps) ; au sein d’un groupe spécifique (les artistes, la Nouvelle Revue Française, les écrivains) ou autour d’un écrivain particulier ; en lien avec d’autres genres littéraires (la poésie, le journal personnel, le billet) ou créatifs (le cinéma). L’éventail des intérêts est large : un dossier aborde les problèmes d’édition, un autre les supercheries épistolaires. Pris dans le faisceau de ces études, le genre épistolaire révèle ses formes et caractères originaux, modulés par l’époque et les circonstances. Les courriels eux-mêmes deviennent objets d’études.

Le statut et les publications des membres du bureau qui animent l’association sous la présidence de Brigitte Diaz (on trouvera leurs noms sur le site) indiquent que la tonalité de l’AIRE est essentiellement littéraire1. Le dialogue entre les disciplines se révèle difficile à construire et à poursuivre. Cependant chercheurs en sciences humaines et lecteurs de correspondances trouvent dans la revue l’Épistolaire un lieu de réflexion stimulant et érudit2.

Capture-AIRE

  1. Note ultérieure : le numéro 39 de la revue (paru en décembre 2013) a pour titre La Lettre et l’Histoire. Dans le prolongement de ce dossier, le film de Laurent Veray, La Cicatrice. Une famille dans la Grande Guerre, est présenté lors de l’assemblée générale annuelle de l’association le 11 avril 2014. []
  2. Voir le billet sur le numéro 40 de la revue : « Dire l’épistolaire« . []