Archives par mot-clé : Henriette Rath

Sur les traces de Mademoiselle Rath

Pour le site « S’écrire au XIXe siècle », le choix a été fait de proposer un index des personnes citées dans les lettres1. L’édition électronique permet, idéalement, d’associer à chaque nom qui apparaît des éléments biographiques accessibles d’un simple clic. Ainsi se multiplient les liens entre le texte d’un épistolier et les acteurs interpellés, auxquels les micro-biographies, qui aident à mieux lire le texte, donnent une nouvelle dimension. Le temps se déploie, réveillant des échos entre l’instant d’une lettre et la chronologie de toute une vie ; des perspectives et des réseaux se dessinent, une dynamique d’interrelations mouvantes devient visible. Identifier les personnes conduit parfois sur des chemins inattendus. C’est ce qui c’est produit avec Mademoiselle Rath.

Mademoiselle Rath, une cousine

  • En trente ans, entre 1814 et 1843, quatre lettres, écrites par quatre correspondants différents, mentionnent Mlle Rath. Mais les indices épistolaires sont maigres :

 Nous avons eu entre hier et aujourd’hui des lettres de Mlle Carondelet, de Cécile, de Mlle Rath, toutes contiennent de bonnes nouvelles. (Alphonsine Delaroche à son mari André Marie Constant Duméril, 20 octobre 1814)

Le frère d’Alphonsine Delaroche :

Je sais que Mlle Rath est à Paris. J’ai reçu un petit mot d’elle & j’attendais pour lui écrire le départ d’un navire que les vents d’Ouest retiennent dans le port. (Michel Delaroche, au Havre, à son neveu Duméril, 11 décembre 1833)

C’est à l’occasion du mariage d’Auguste Duméril avec sa cousine Eugénie Duméril que quelques renseignements supplémentaires sont fournis, et d’abord qu’il s’agit d’une parente :

Ma mère [Alphonsine Delaroche] a reçu, il y a quelques semaines, une lettre d’une de nos parentes que nous aimons beaucoup : Mlle Rath, que votre père a connu autrefois. Elle nous conserve une chaude affection, et elle prend grand intérêt à la nouvelle de mon mariage, qui doit, suivant son expression, accroître notre bonheur de famille. Vous entendrez souvent parler d’elle, et apprendrez à la connaître, et à lui porter comme nous un vif attachement. (Auguste Duméril à sa cousine et fiancée, 28 mars 1843)

Sa fiancée lui répond, elle « avai[t] entendu parler de Mlle Rath » au moment du mariage de son propre frère, en 1841 (lettre du 3 avril 1843).

Alphonsine Delaroche-Duméril et Mlle Rath sont donc parentes. On découvre en effet qu’elles ont un ancêtre commun, Abraham Rath (1620-1702), maître boulanger à Nîmes. Les descendants du premier mariage de celui-ci (dont Jean Louis Rath, marchand horloger, père de Mlle Rath) se retrouvent à Genève, négociants, marchands, artisans. Les descendants du second mariage (dont Marie Castanet, la mère d’Alphonsine Delaroche), à Lyon (négociants) puis à Genève.

  • Un carnet laissé par Auguste Duméril, chronologie des événements de sa vie entre 1843 et 18702 donne des éléments qui permettent de poursuivre les recherches. Il note :

1er Juillet 1844 : « Mlle Rath part pour Genève après un séjour d’un mois à Paris où elle n’était pas venue depuis 7 ans. »

24 novembre 1856 : «  Mort de notre cousine, Mlle Rath. »

Sur les traces de Mlle Rath

Les deux éléments, « famille Rath » et « Genève » pointent immédiatement sur le musée Rath de Genève, « le premier musée des beaux-arts de Suisse », qui porte le nom de son mécène. Simon Rath (1766-1819), revenu à Genève après une carrière militaire, laisse sa fortune à ses deux sœurs avec la promesse qu’elles l’utiliseront pour leur pays. Fidèles au vœu de leur frère, elles offrent au gouvernement genevois une somme qui finance un musée des beaux-arts. Le musée est ouvert au public en 1826.

Il y aurait donc deux demoiselles Rath ? Quelle est celle dont parlent les lettres ? Commodité de l’Internet et des courriels, des contacts sont faciles à établir. Le centre de documentation du département des beaux-arts de Genève, sollicité, fait des recherches : si l’une des deux sœurs « est assez bien documentée », les dates de naissance et de décès de l’autre, très proches de celles de sa sœur, suscitent « de gros doutes quant à leur fiabilité ». Je suis alors orientée vers les archives d’État et les archives de la Ville de Genève. Puisant à plusieurs sources3, ces services me transmettent en particulier un renseignement décisif : Jeanne Françoise Rath, l’aînée, est décédée en 1831. Donc Mlle Rath, celle des lettres Duméril, est la plus jeune sœur, Jeanne Henriette, née le 12 mai 1773, décédée le 24 novembre 1856. Mes divers interlocuteurs et interlocutrices genevois fournissent gracieusement références et photocopies de notices qui permettent de découvrir Henriette Rath4.

Henriette Rath, une artiste

Henriette Rath, mécène, est aussi une artiste. L’incontournable Bénézit5 la présente comme « peintre de portraits et d’émaux, miniaturiste », « élève d’Isabey », ayant figuré au Salon en 1799, 1801 et 1810 « avec des portraits et des miniatures » ; la fondation du musée genevois est également mentionnée.

Une notice rédigée par Fabienne Xavière Sturm en 1998 pour l’Institut suisse pour l’étude de l’art (ISEA) précise qu’après des études de dessin dans la classe de Renée Sarasin-Bordier à Genève, Jeanne Henriette Rath se rend à Paris en 1798 (elle a 25 ans). Là, « le grand maître de la miniature Jean-Baptiste Isabey la prend comme élève ». Sensible à « la virtuosité et [à] l’audace » de la jeune artiste, Isabey lui confie des portraits et des copies, et reconnaît son excellence en l’introduisant auprès de sa clientèle, en particulier la famille impériale russe ». De retour à Genève, elle s’occupe avec d’autres femmes peintres de l’Académie de jeunes filles de la Société des arts. Jeanne Henriette Rath voyage : en Russie auprès de son frère (1810), à Berne (1813), en Italie (1815). Les portraits qu’elle exécute avec une grande finesse manifestent « acuité de regard », « attention sensible » aux modèles et une certaine « mélancolie ». F. X. Sturm voit en J. H. Rath « une figure de l’intelligentsia genevoise », « une femme indépendante, fortunée et engagée, luttant jusqu’à l’épuisement pour faire avancer la cause de l’art et du patrimoine ».

On aimerait lire les lettres échangées entre Henriette Rath et Alphonsine Delaroche-Duméril et on peut rêver aux désirs que la vie créatrice et indépendante de l’artiste a fait naître (ou non) chez sa cousine, sa cadette de 5 ans, elle aussi genevoise de naissance.

*

Henriette Rath, Autoportrait (entre 1810 et 1820), huile sur toile (haut 35 cm, larg 32 cm), Musée d'art et d'histoire, Genève. Don de Mme David Ramu, 1911 (N° d'inventaire : 1911-0031)

Henriette Rath, Autoportrait (entre 1810 et 1820), huile sur toile, hauteur 35 cm, largeur 32 cm, © Musée d’art et d’histoire, Genève. Don de Mme David Ramu, 1911, inv.n° : 1911-0031. Photo Bettina Jacot-Descombes.

 

  1. Voir le billet : « Quel index choisir ? ». []
  2. Seuls les extraits du carnet d’Auguste Duméril, relatifs à sa fille Adèle, sont actuellement transcrits sur le site. []
  3. Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, V, Neuchâtel, 1930 ; Pierre Bertrand, « La famille Rath, bienfaitrice de Genève », Tribune de Genève, 16 août 1958 ; Louis Sordet, Dictionnaire des familles genevoises, manuscrit du XIXe siècle. []
  4. Voir aussi Noémie Etienne, « Les demoiselles Rath et l’insitution artistique à Genève autour de 1800« , Post Tenebras Luxe, Genève, Labor et Fides, 2010, pages 66-87. []
  5. Emmanuel Bénézit (1854-1920), Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, nouvelle édition en 10 volumes, Gründ, 1976. []