Archives par mot-clé : mariage

La voix (I)

La lettre est « bavardage », « conversation », « dialogue », « babillage », se plaisent à répéter épistoliers et auteurs de manuels1. Exemplaire, une lettre de Caroline Duméril à sa cousine ; la jeune fille est malade, elle dicte à une amie :

Aujourd’hui qu’il m’est permis de parler je vais te raconter, en détail, les périodes de ma maladie [ ] Émile devient insupportable avec sa vieille histoire ; j’en ai rêvé, dans mes jours de fièvre, de son rocher et de ses taquineries ; j’en suis presque réduite à l’état de cet homme qui finit par croire qu’il a vraiment tué la charbonnière, franchement il faut que tu lui fasses dire absolument si il se moque de moi oui ou non : dans tous les cas si ce jour-là j’avais la langue trop bien pendue, lui avait les oreilles trop grandes ouvertes. C’est gentil pour un homme posé dans ce monde d’aller écouter derrière les murs, il est vrai qu’il était malade.
Je vois, avec grand plaisir, que tu as eu souvent la visite de Marie Labouchère ; tu sais que je l’aime bien ; si elle se souvient de moi raconte-lui donc qu’elle m’a donné dans l’œil et dis-lui quelque chose de gracieux de ma part. Malgré la différence d’âge entre toi et ta cousine je vois que leur séjour à la Côte t’a amusée. L’histoire du « Je me méprise » m’a bien fait rire et c’est un mot qui a passé dans mon langage familier ; je te demande à quel propos ta cousine a-t-elle été dire à ce malheureux Émile qu’il était un ours. (lettre de Caroline Duméril à sa cousine, dictée à une amie, 5 et 7 décembre 1857)

Dans cette lettre qui bruisse de paroles – certaines si allusives qu’elles nous échappent – , la succession des termes (parler, raconter, dire et faire dire, demander, avoir la langue bien pendue, écouter, oreilles grandes ouvertes, taquineries, langage) évoque la diversité des mots échangés et établit comme une équivalence entre la voix qui dicte, les phrases transcrites et les scènes animées de la vie sociale.
Ailleurs, l’insuffisance de l’écrit est maintes fois notée et la voix vive regrettée. Dans l’échange amoureux bien sûr, mais aussi dans d’autres circonstances.

Entendre la voix

  • La voix de l’aimée

Durant leur longue période de fiançailles scandée de quelques visites, les deux cousins, Auguste Duméril et Eugénie Duméril, éprouvent « le besoin de venir causer quelques instants » malgré la défense qui leur est faite de correspondre directement. Les lettres échangées en cachette ne cessent de rappeler leurs trop rares rencontres, les « entretiens particuliers » empêchés, mais aussi les « bonnes paroles », « les conversations qui rendent si heureux, lorsqu’on s’aime ». Auguste prolonge une « conversation [qui] a eu lieu, destinée à [leur] donner la liberté d’échanger [leurs] pensées intimes » par « cette seconde conversation » écrite. Mais, se désole-t-il, à ce moyen de remplacement manque le son de la voix :

[cette conversation] perd bien de son charme pour moi, puisque je n’ai pas en vous parlant le bonheur d’entendre votre voix me répondre, cette voix qui m’a dit de si bonnes paroles dont j’emporte un bien précieux et bien doux souvenir. (Auguste Duméril à Eugénie, 26 août 1842)

Les voix qui se sont exprimées s’inscrivent dans ceux qui les reçoivent et laissent des traces dans la mémoire.

  • Tendresses familiales

Les deux sœurs Desnoyers sont très proches l’une de l’autre. A 23 ans, la plus jeune, Aglaé, se marie. A peine partie en voyage de noces, elle reçoit des lettres de sa famille, de sa sœur en particulier :

Ai-je besoin de te dire que ma pensée ne te quitte pas : la maison est bien grande [ ]. J’ai travaillé hier à défigurer ma chambre en faisant disparaître ton lit, etc. Mais à chaque instant il me semble entendre ta voix. Je suis tentée de t’appeler. Mais, ma bonne chérie, que la pensée de nous avoir quittés ne trouble pas ton bonheur (Eugénie Desnoyers à sa sœur Aglaé, en voyage de noces en Suisse, septembre 1862)

Le dialogue des deux sœurs reprend bientôt au retour du voyage et se poursuit par écrit durant des années quand à son tour Eugénie se marie et quitte Paris pour l’Alsace.
Le charme de la voix agit dès l’enfance. Une grand-mère décrit un moment de l’intimité familiale :

je tenais dans mes bras la petite Émilie qui, à moitié endormie, en entendant la voix de son grand-père se mit à lui sourire d’une manière qui nous fit à tous la plus douce impression. (Félicité Duméril à amie, 2 mai 1863)

Scène touchante qui réunit les générations bienveillantes autour du nouveau-né, et mêle des paroles douces au geste protecteur.
Le pouvoir de la voix déborde le domaine affectif et s’exerce sur le territoire incertain des confidences et des épanchements. La parole émeut et touche ; elle se module et résonne de multiples façons.

Dire plutôt qu’écrire

Certains dialogues répugnent à la netteté de la pleine lumière ; la pénombre et l’allusion conviennent mieux aux sujets délicats. L’écrit se montre inopérant et l’oral préférable. Car « il est impossible d’imaginer le monde écrivant sans l’oralité » remarque Arlette Farge2.

  • Condoléances

Les manuels offrent maints modèles de lettres de condoléances : « un beau-frère à son beau-frère qui vient de perdre sa mère », un homme à un vieil ami pour annonce la mort d’un proche, « une jeune femme à une mère qui a perdu son fils », « un mari et sa femme à un ami frappé par le malheur », un « télégramme au sujet de la mort d’une mère », etc. Mais « la baronne Staffe », maîtresse des bonnes manières dans la société bourgeoise de la fin du XIXe siècle et grande prêtresse de la civilité avertit : « Les lettres de condoléance [sic] sont les plus difficiles à écrire ». Pour elle, « le don de consoler appartient aux intuitifs »3 et l’on comprend que la présence et les phrases prononcées permettent de manifester au mieux sa sympathie à « ceux que la destinée vient de frapper ».

Les lettres disent le malheur et le partage du malheur. Elles disent aussi la nécessité de la voix dans ces moments-là, qui réclament étreintes,  silences et  larmes partagés.

Les pressentiments d’Eugénie n’étaient que trop fondés : notre malheur est complet. Notre bien cher Julien n’est plus. [ ] J’aurais voulu aller vous donner de vive voix tous ces tristes détails, si douloureux à écrire ( Alfred Desnoyers à son beau-frère Charles Mertzdorff, 9 février 1871)

Nous apprenons la mort de ton ami Maurice Filipesco ou de son frère. Je t’envoie nos très vives condoléances, en attendant la date prochaine, j’espère, où il nous sera possible de te les exprimer de vive voix. (Carte de Léon Damas Froissart à son fils, 16 octobre 1916)

  • Confidences

Marier ses filles et ses fils est une grande préoccupation pour les Duméril et les Mertzdorff, comme pour les familles de la bourgeoisie de leur entourage. Lors d’une visite on parle de la jeune personne à laquelle « on avait pensé vaguement » pour l’un, ou bien on glisse dans une lettre quelques mots sur la fortune (« malheureusement elle n’a point de fortune, elle n’a que de légères espérances »), la santé, la profession ou la religion de l’autre. A propos des échanges que cette entreprise suscite :

tu as dû avoir la visite du père et du fils, et de vive voix tu auras pu leur faire part de ce que tu m’écrivais. (Félicité Duméril à Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards, 1er mars 1876)

Afin de préciser les possibilités ouvertes par ces premières approches, les rencontres doivent succéder à la correspondance. Pour Léon par exemple, à qui depuis des années on cherche un parti :

Notre pauvre Léon a eu trente six ans le 3 de ce mois tu vois qu’il est bien temps qu’il se marie. Puisse-t-il trouver une femme bien élevée, bonne, intelligente, et aimable. (La mère de Léon à une amie, 10 octobre 1876)

Un cousin suggère par lettre le nom d’une jeune fille (parente de Madame Mantz) qui pourrait convenir ; la mère de Léon détaille les étapes qui font passer les échanges de l’écrit à la visite :

Inutile de dire que nous nous sommes empressés de faire part de tout cela [la lettre] à Léon. J’aurais souhaité aller chez Madame Mantz mais il préfère en parler d’abord à Jules Roederer qui est attendu à Mulhouse pour la fin de ce mois. Il me semble qu’il y aurait là bien des choses qui militeraient en faveur de ce mariage si toutefois la jeune personne est d’une bonne santé. (Félicité Duméril à Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards, 22 septembre 1876)

L’échange des lettres continue pour préparer une entrevue, qui pourrait engager mais ne doit pas lier. Chacun saura alors décoder gestes et intonations, paroles subtiles et signaux qui ne laissent pas de trace et pourtant amorcent le futur. « Le grain de la voix dit tout autre chose qu’un écrit 4 » .

  •  Remerciements

La parole vive semble nécessaire parfois pour renforcer quelques mots de remerciement envoyés par la poste. Il faut croire que le ton de la voix, ses modulations, un sourire ou des mimiques effaceront la banalité des phrases :

je l’accompagnerai Mardi à Paris et nous resterions le Mercredi ; comme ça je pourrais te voir, causer et te remercier de vive voix de mon charmant escabeau (Eugénie Desnoyers à sa sœur, 29 novembre 1863)

ou beaucoup plus cérémonieux :

J’aurai l’honneur d’aller lui [à « S. A. Monseigneur le prince Charles Bonaparte »] exprimer de vive voix ma reconnaissance, mais je n’ai pas voulu tarder à venir lui dire combien j’attache de prix à ce présent d’un ouvrage si précieux pour les zoologistes et que je n’avais pas encore la satisfaction de posséder. (Auguste Duméril à Charles Lucien Bonaparte, 18 mai 1856)

***

Quoi qu’il en soit des nécessités de la vie sociale, des codes de la bienséance ou de l’aisance de chacun à exprimer ses sentiments, on le constate : dire est souvent plus facile qu’écrire. Pour les enfants comme pour les adultes, prendre la plume demande un effort. Alors, tout bonnement, on préfère remettre à plus tard une fastidieuse rédaction en promettant de raconter lors d’une prochaine visite : ce sera plus vite dit. « Je vous dirai beaucoup d’autres choses de vive voix » revient au fil des décennies sous la plume des épistoliers :

j’aurai encore bien des choses à vous dire, mais à bientôt, cela ira mieux de vive voix ! Adieu en attendant (Georges Heuchel à sa nièce, 22 mai 1860)

Cher papa après avoir soigné les lapins je viens terminer une petite conversation nous allons aller nous promener à Enghien pour réclamer un panier de groseille qui a eu toutes les aventures imaginables je te le dirai de vive voix c’est trop long à écrire. (Marie Mertzdorff à son père, 20 juillet 1871)

Cette journée d’ailleurs avait été féconde en incidents néfastes qu’il serait trop long de te conter par écrit. On t’en fera le récit de vive voix. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 4 mai 1919)

Ce premier billet sur « la voix » présente quelques-unes des circonstances où elle est d’usage : moments ordinaires ou dramatiques, effusion des sentiments ou banalités polies de la vie en société. Ce premier aperçu sera suivi d’un deuxième billet où se feront entendre, à travers les lettres, les voix de chacun tout au long de la vie, du nouveau-né au mourant : « à chacun sa voix » selon l’heureuse expression d’Arlette Farge5.

  1. Voir le billet « La lettre comme conversation ». []
  2. Arlette Farge, Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle, 2009, p. 10 ; sa remarque, faite à propos de l’histoire du peuple du XVIIIe siècle, garde toute sa pertinence pour le XIXe siècle. []
  3. Blanche Staffe, La correspondance dans toutes les circonstances de la vie, 1895, p. 8. []
  4. A. Farge, Op. cit. p. 24. []
  5. A. Farge, Op. cit. p. 75. []

Écarts d’âge

Une grande différence d’âge entre les époux attire aujourd’hui comme hier remarques et commentaires, qui font écho à des proverbes anciens. Jean-Louis Flandrin en relève quelques-uns1 :
« Mariage de jeune et de vieux, mariage du Diable » (Armagnac)
« Mariage de vieux avec jeune, mariage pouilleux » (Gascogne)
Mais Jean-Louis Flandrin note que dans de nombreuses régions, au contraire, « les mariages entre jeunes et vieux étaient fréquents et paraissaient raisonnables » et « qu’il existait même des proverbes favorables au mariage avec hommes et femmes âgées en Provence, en Catalogne, et surtout en Auvergne où il ne s’en trouve pas en faveur des mariages de jeunes », tel celui-ci : « Femme vieille, bois sec, pain dur tiennent la maison sûre »2. Les lettres de la famille Duméril-Mertzdorff révèlent quelques réactions des épistoliers face à des conjoints dissemblables par l’âge.

Pierre Fidèle Bretonneau (1778-1862)

Pierre Fidèle Bretonneau est un ami d’André Marie Constant Duméril. Les deux jeunes provinciaux se sont rencontrés à Paris en 1795, tous deux envoyés par leurs départements pour étudier dans la capitale. Au fil des décennies suivantes leur correspondance témoigne de relations amicales et scientifiques qui se poursuivent. Les lettres des proches de Duméril font allusion aux deux épouses successives de Bretonneau.

  • Marie Thérèse Adam

En 1801 Bretonneau se marie avec Marie Thérèse Adam de presque 25 ans son aînée et s’installe à Chenonceaux dans la propriété de son épouse. D’abord officier de santé, il continue études et recherches, soutient une thèse de médecine en 1815 et vient exercer à Tours. Il accueille André Marie Constant Duméril lors de ses tournées annuelles pour présider les jurys de médecine (1811, 1812, etc.) et plus tard son fils Auguste Duméril en voyage d’agrément. Celui-ci, qui a alors 23 ans, écrit à sa mère :

 j’ai été voir M. Bretonneau qui m’a fait le plus gracieux accueil qu’il soit possible [ ] Il finissait de déjeuner et était avec M. Leclerc [ ] et avec sa femme, dont l’air âgé et cassé, m’a bien frappé, quoique je m’attendisse à voir une personne vieille ; elle a l’air presque aussi vieux que ma tante, mais elle semble avoir encore toutes ses facultés. (Auguste Duméril à sa mère, 21 août 1835)

Cette première épouse meurt l’année suivante. Bretonneau reste veuf vingt ans puis en 1856, à 78 ans, se remarie.

  • Sophie Moreau

La jeune épouse, Sophie Moreau, a alors 19 ans. Elle est la nièce d’un ancien élève de Bretonneau, Jacques Joseph Moreau de Tours, devenu aliéniste. André Marie Constant Duméril reçoit le couple à Paris au cours d’un grand dîner. Bien qu’elle ne soit pas témoin direct, Caroline Duméril raconte :

Le premier Dimanche de ma maladie, j’ai bien regretté de ne pas aller chez bon-papa où il y avait à dîner ce curieux ménage dont je t’ai parlé ; M. Bretonneau le fameux savant avec ses 79 ou 80 ans et sa femme qui a à peine 19 ans ; tu conçois qu’il y aurait eu de l’intérêt à les voir et il paraît que tout le monde les examinait bien. La jeune femme est dit-on charmante, jolie, instruite, ayant de l’esprit juste assez d’aplomb pour se bien poser et traitant son mari comme s’il avait 25 ans tout en le respectant et l’admirant comme on doit admirer et respecter un homme de son mérite et si universellement connu. C’était un étrange spectacle. (Caroline Duméril à sa cousine, 16-24 décembre 1857)

Des rumeurs variées courent sur cette union, mais les lettres conservées n’en disent mot. Caroline Duméril a bientôt l’occasion de manifester pour son propre compte des inquiétudes sur la différence d’âge entre les conjoints.

Charles Mertzdorff (1818-1883)

L’effervescence qui parcourt la famille Duméril et trouble Caroline au printemps 1858 a été évoquée dans un précédent billet3. Sans dérouler de nouveau la chronologie des fiançailles de Caroline Duméril avec Charles Mertzdorff, revenons sur les confidences qu’elle fait à sa cousine. Après maintes « péripéties » dont le jeune fille ne perçoit que d’indécis échos, « le M. qui s’impatientait » reçoit enfin la permission de venir et de voir la promise. Avant la rencontre, Caroline en apprend un peu plus sur lui et partage ces informations avec sa correspondante, sous le sceau du secret :

Tu entends que je veux que tu gardes le secret, tout cela est pour toi et rien que pour toi et il me semble que je puis bien t’écrire à toi. Es-tu curieuse de savoir le nom du M., il s’appelle Charles Mertzdorff. Efface bien vite. Qu’en dis-tu, c’est un peu Allemand. Age 38. (Caroline Duméril à sa cousine, 18 avril 1858. C’est elle qui souligne.)

Charles Mertzdorff né en 1818 a 40 ans, alors que Caroline Duméril a 22 ans. Elle pointe l’origine alsacienne et l’âge du prétendant, de 18 ans son aîné. Ses réticences tombent bientôt et le mariage est célébré le 15 juin 1858. Par la suite les lettres conjugales ne font pas allusion à cette différence d’âge, si ce n’est, peut-être, un mois après le mariage, cette remarque échappée de sa plume :

Charles m’embrasse [ ] pour me réveiller et l’autre jour en ouvrant les yeux, je lui ai dit : papa quelle heure est-il ? (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 22 juillet 1858)

***

Martine Segalen, dans l’Histoire de la population française4, note qu’au milieu du XIXe siècle l’âge moyen au premier mariage est de 28 ans pour les garçons et 24 ans et demi pour les filles – un peu moins dans les campagnes, un peu plus dans les villes. La différence entre population rurale et population urbaine se combine avec des écarts régionaux importants et des fluctuations au cours du siècle. Pour les hommes, l’âge moyen au premier mariage, après un maximum (29 ans) à la fin de l’Ancien Régime, chute d’abord pendant la Révolution et l’Empire puis se stabilise à 28 ans. L’évolution est différente pour les femmes : parti de 27 ans, l’âge s’abaisse régulièrement jusque vers 1880, où il n’est plus que de 24 ans. Ainsi, conclut Martine Ségalen, « l’écart d’âge moyen entre conjoints a doublé approximativement au cours de la période 1820-1880 »5. Les grands écarts d’âge entre époux deviennent moins fréquents au cours du XIXe siècle6 ; ils n’en attirent que plus l’attention, comme de nos jours.

 

  1. Les Amours paysannes. Amour et sexualité dans les campagnes de l’ancienne France (XVIe-XIXe siècle), présenté par Jean-Louis Flandrin, Gallimard/Julliard, collection Archives, 1975, p. 133. []
  2. Proverbe d’Auvergne, Flandrin, Id., p. 134. []
  3. « On marie Caroline ». []
  4. Martine Segalen « Les structures familiales », Histoire de la population française – 3. De 1789 à 1914 sous la direction de Jacques Dupâquier, PUF, 1988. []
  5. Histoire de la population française, page 427. []
  6. Id., p. 427. []

Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff

Dans des billets précédents, nous avons suivi l’enfance et l’adolescence de Caroline Duméril, petite-fille du savant et médecin André Marie Constant Duméril, professeur au Muséum d’histoire naturelle, ses fiançailles puis, les 14 et15 juin 1858, les cérémonies du mariage à Paris avec Charles Mertzdorff, industriel alsacien. Après une courte halte à Fontainebleau, le couple part en train pour l’Alsace le 18 juin 1858 – en compagnie des belle-mère, belle-sœur et oncle de Caroline (lettre du 19 juin 1858). Commence alors pour Caroline Duméril-Mertzdorff une vie où tout est nouveau pour elle : l’environnement géographique et social et le statut d’épouse – d’épouse de notable. Le changement d’état et le déplacement sont matérialisés par l’adresse, qu’elle donne à ses correspondants :
« Madame Charles Mertzdorff, au Vieux Thann, Haut-Rhin ».

Un nouveau statut social

  • Femme mariée Une fête est organisée à l’usine pour accueillir Charles Mertzdorff et son épouse, avec acclamations, bouquets, discours, dîner des ouvriers et bal. Caroline raconte cette liesse à ses parents et leur fait partager sa griserie :

Tout cela était émotionnant et rendait heureux. Qu’auriez-vous dit si vous m’aviez vue au milieu de tout cela, moi la petite Crol ; regardée, entourée, fêtée ; au bal, je me suis beaucoup amusée et j’ai dansé comme je ne me rappelle pas l’avoir fait, mes danseurs étaient Charles, Georges, et les employés du bureau. (22-23 juin 1858)

Quelques jours après, elle avoue à sa cousine :

Le plus grand événement de ma semaine c’est que je suis sortie seule ; pour la première fois de ma vie ; il est vrai que j’étais dans le coupé et par conséquent sous la protection de Tom, le cocher. (27 juin 1858)

Caroline reste sous le regard de sa belle-mère, qui la « traite vraiment comme son enfant », mais sa propre indépendance l’inquiète un peu :

Ce qui me fait un effet très singulier, ma chère maman, c’est d’être livrée à moi-même ; je supplie toujours Charles de me dire si j’ai bien ou mal fait, mais ce vilain-là me dit toujours que c’est bien. (22-23 juin 1858)

Sur l’intimité de ses relations et de ses sentiments conjugaux, évoqués de façon allusive et pudique, nous reviendrons dans un autre billet.

  • Épouse d’industriel – Les Duméril savaient, en préparant l’alliance avec l’industriel Charles Mertzdorff, que Caroline se liait à une nouvelle famille dont elle partagerait la richesse. Mais la jeune femme prend vraiment conscience de sa situation sur place. Après une visite à la ferme de Charles, elle écrit à ses parents :

 je ne saurais vous dire l’effet extraordinaire que j’éprouve en pensant que tant de choses sont à Charles, qu’elles lui appartiennent et que moi je suis sa femme. (22-23 juin 1858)

ou bien

Nous allons nous trouver alliés, vous le savez, à l’une des familles les plus distinguées de l’Alsace. (22 juillet 1858)

Ensuite, elle décrit à sa mère la luxueuse toilette qu’elle arborera à une réception, mais ajoute :

Cette riche toilette que je vais endosser me fait faire bien des réflexions, et je supplie le bon Dieu de ne pas me laisser oublier que là dessous, je ne suis pas moins la même petite Crol, que je ne vaux pas une ligne de plus et que j’ai au contraire un écueil de plus à écarter. (22 juillet 1858)

Rester elle-même, fidèle aux valeurs enseignées, tout en s’adaptant à une nouvelle vie, très différente de celle qu’elle menait, jeune fille, à Paris, tel est le vœu de Caroline. Et la richesse est présentée comme une possibilité supplémentaire de faire la charité.

Un autre lieu, l’Alsace

Les références à l’espace (et au temps) structurent en général le texte épistolaire. La rhétorique de l’espace tisse la trame de l’énonciation, que ce soit l’espace rétréci des lieux domestiques et de l’intimité, ou l’espace géographique plus large, ici celui où s’inscrit le devenir social de la jeune mariée. Sans doute parce qu’elle a vécu son mariage comme une réussite sociale, qu’elle est heureuse dans sa nouvelle vie, et qu’elle sait qu’elle est partie pour ne plus revenir, Caroline « s’acclimate » très vite. C’est ce qu’elle écrit à tous ses proches, à sa cousine, à son grand-père :

J’ai été bien vite acclimatée dans cette belle Alsace dont j’avais tant entendu parler et dans peu de temps je crois que je deviendrai vraiment vieux thannoise et montagnarde. (1er juillet 1858)

En attendant, la jeune femme pointe les différences.

  • Le premier signe de l’étrangeté alsacienne se perçoit dans la langue. Lorsqu’elle arrive dans la région son mari répond en allemand au discours de bienvenue de ses ouvriers :

je sens bien que je suis en pays étranger car je n’entends que l’Allemand autour de moi et lorsque j’entends dans le pays quelques mots français je suis toute contente. (27 juin 1858)

  • Caroline découvre des aspects nouveaux de la vie quotidienne et relève des détails folkloriques, opposant les habitudes parisiennes  à celles de l’Alsace :

dans ce pays ci tout le monde va aux eaux, c’est la fashion. (31 juillet 1858)
tu aimeras beaucoup la cuisine de ce pays pour plusieurs raisons et surtout parce qu’il y a très peu de sel et pas de poivre. (à sa mère, 22 juillet 1858)

Tous les domaines se prêtent à la comparaison, même la lessive qui se fait tous les six mois « ce qui est une chose inconnue aux parisiens ».

  • A plus long terme, la vie alsacienne impose son rythme qui contraste avec la vie parisienne :

pour moi, j’ai une vie bien calme, bien tranquille, je dirai même bien uniforme comparée à celle de Paris ou de la Côte [au Havre] (28 décembre 1858)
notre vie à nous est tout à fait calme et retirée comme elle peut être dans un village ; mais je ne m’en plains pas, bien au contraire. (23 novembre 1859)

Très vite, Caroline habite son statut d’épouse et fait sienne la région alsacienne, tout en restant sensible à l’éloignement. C’est cette ambivalence que traduit une lettre envoyée à ses parents peu après son mariage :

Quand l’idée de vous revoir tous me passe par la tête, mon cœur se serre et il me semble que si je me trouvais près de vous ma joie serait si grande que je ne pourrais que pleurer ; faut-il que j’aime Charles pour être si contente près de lui tandis que j’ai laissé bien loin ceux que j’aimais et que j’aime depuis ma naissance (22 juillet 1858).

Bientôt Caroline Duméril-Merzdoff est enceinte1… 

  1. Voir le billet « C’est une fille!«  []

Dans l’environnement typographique : le lettrage

Le lettrage

Le Grand Robert de la langue française (1985) le définit ainsi : « action de disposer des lettres (sur une carte, un schéma). Ensemble des lettres ainsi disposées ». Le lettrage est un terme technique apparu dans la seconde moitié du XIXe siècle.  Depuis, les caractères se sont échappés de la feuille de papier pour s’inscrire dans un espace à deux ou trois dimensions ; ils sont tracés dans la pierre, le métal, le bois ou tout autre matière. Ils prennent sens dans le lieu particulier où les lettres typographiques sont situées, dans un environnement où jouent la lumière et les ombres, le temps qui érode, le mouvement des personnes qui leur prêtent attention. Si le lettrage emploie des caractères typographiques, à la différence de ceux-ci, industriellement reproduits, il « est une création unique, conçue dans un but précis et capable de répondre aux contraintes d’échelle, de matériau et d’environnement » (selon la définition reprise par Anna Saccani1 ).

Le lettrage est omniprésent dans les villes contemporaines ; il intéresse les architectes et les sociologues, les artistes, peintres et sculpteurs, les graphistes, voire les tailleurs de pierre ou les forgerons, suscitant publications, études et formations spécialisées. Mais l’écrit dans l’espace public est une pratique ancienne. Armando Petrucci2, par exemple, étudie les messages « verbaux mais aussi et surtout visuels » en « écritures d’apparat » qui manifestent le pouvoir en Italie du XIe au XXe siècle. Que cette exposition soit publique ou non, elle dénote une « fonction consciente d’extériorisation et de solennité ».

Un décor d’initiales

Pour jouer avec les deux sens du mot « lettre », le caractère typographique et la missive, on peut relever les descriptions de lettres dans les lettres : les mentions du lettrage dans la correspondance. L’exemple choisi nous ramène à Caroline Duméril lors de son mariage avec Charles Mertzdorff. La cérémonie parisienne a été évoquée dans un billet précédent. Les fêtes se poursuivent en Alsace, où résidera le nouveau ménage.

Dimanche le repas a bien réussi, la salle (dans notre futur logement) était garnie de pièces de calicots, de guirlandes de verdure, d’inscriptions, au-dessus de nos têtes à Charles, à moi était suspendue une magnifique couronne de feuillage et de fleurs. (22-23 juin 1858, Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents)

dans la cour on avait dressé de longues tables et chacun avait sa place à un excellent souper qui était servi par les contremaîtres et les employés du bureau ; le soir tout était illuminé au milieu des guirlandes et des arcs de triomphe, de nos chiffres en fleurs, enfin dans l’un des ateliers, il y a eu un grand bal que nous avons ouvert Charles et moi (28 juin 1858, Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine Isabelle Latham)

Le fait que les éphémères inscriptions et initiales en fleurs et feuillages soit mentionnées, même rapidement, signale l’intérêt qu’elles suscitent chez les correspondants (qui ne sont pas Alsaciens) – alors qu’il n’est question ni des tenues vestimentaires, ni du menu, ni de la musique. Cette forme de décor relève peut-être d’un savoir-faire, mis en œuvre ici dans des circonstances profanes, qui se manifeste habituellement dans la confection de constructions végétales lors des fêtes religieuses ; les grands reposoirs pour la Fête-Dieu par exemple étaient habituels en Alsace jusque dans un récent passé. Le lettrage floral était-il courant ? Où, en France à cette époque ? Réservé à quelles circonstances ? Réalisé par des personnes spécialisées, hommes ou femmes ? Je ne sais pas.

L’exploration d’autres formes du lettrage et de l’environnement typographique de la famille Mertzdorff, tel qu’il y est fait allusion dans les lettres, devrait se poursuivre dans des billets futurs.

  1. Anna Saccani, La Ville en toutes lettres. Installations typographiques dans l’espace public, Pyramyd, 2013, p. 24. []
  2. Armando Petrucci, Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie, XIe-XXe siècles, traduction de l’italien par Monique Aymard, éditions de l’EHESS, 1993. []

Les cérémonies du mariage

La lettre du 18 avril 1858 laissait à la veille de la première entrevue entre « le Monsieur qui s’impatientait » et la jeune fille qui « s’en remet au Seigneur » (voir le billet On marie Caroline). La lettre suivante, parmi celles qui sont conservées, date du 8 mai : la décision est prise, les fiançailles ont eu lieu. Cette lettre du 8 mai est, comme la précédente, écrite par Caroline Duméril et adressée à sa cousine et amie Isabelle Latham. Caroline envoie une petite branche de son bouquet de fiançailles, à garder en souvenir. Ensuite, fin mai et début juin, se déroule le récit des préparatifs du mariage, toutes ces « cérémonies », comme elle les nomme, qui accaparent Caroline Duméril.

Les cadeaux et la corbeille

J’ai déjà reçu plusieurs cadeaux dont Mathilde te parlera car je les lui ai montrés en grande partie dans cette intention ; je n’ai pas encore ma corbeille, mais je me doute un peu de ce qu’elle contiendra ; M. Mertzdorff est si bon et si généreux que j’ai grand peine à le retenir.  (22-25 mai 1858)

Sous le Second Empire, explique Anne Martin-Fugier (« Les rites de la vie privée bourgeoise », Histoire de la vie privée, 4 : De la Révolution à la grande guerre, sous la direction de Michelle Perrot, 1987) la monstration des présents échangés dans les familles bourgeoises au moment du mariage est codifiée. La corbeille est envoyée par le fiancé le jour de la signature du contrat ; elle représente 5% du montant de la dot – soit une année de revenus. Elle est exposée (dans le petit salon), comme les cadeaux offerts à la fiancée.

J’ai reçu de fort beaux cadeaux, M. Mertzdorff m’a donné de superbes dentelles, toute une parure noire, une garniture blanche pour corsage ; un très beau châle, une montre, un livre de prières, une ombrelle blanche, une voilette délicieuse, un magnifique mouchoir, un bracelet en aluminium, que sais-je moi ? une bague avec un diamant etc. ! Ma belle-mère m’a donné une broche avec des diamants. J’ai reçu un magnifique bracelet, une cafetière en argent, une table à ouvrage en bois de rose, un dessus de pendule en bronze » (12 juin 1858)

Dans l’énumération de Caroline Duméril se retrouvent les cadeaux rituellement offerts : dentelles, bijoux, bibelots précieux, châles ; manque le missel.

Le notaire, le curé, le maire

Ce sont les trois personnages qui président à trois étapes cruciales du mariage. Sur ces moments, dans le cas de l’union de Caroline Duméril et Charles Mertzdorff, nous ne savons rien (des recherches sur le contrat sont en cours). Les étapes et leur succession sont seulement énumérées dans la lettre du 12 juin 1858 : signature du contrat le vendredi 11 juin (le notaire s’est déplacé au domicile du grand-père de Caroline Duméril) ; lundi 14 juin à 3 heures mariage à la mairie ; mardi 15, à midi, mariage à l’église. Habituellement, à Paris, le mariage civil précède d’un ou deux jours le mariage religieux, avec seulement quatre témoins et quelques proches parents.

Entre temps, le 14 juin, Caroline écrit sa dernière lettre de jeune fille au curé de Saint Médard qui l’a « élevée moralement », qui lui a « montré, par l’exemple, ce que doit faire une âme chrétienne » (lettre du 14 juin 1858).

Sur la suite des cérémonies, le dîner de 40 personnes à 5 heures, d’autres détails sont donnés.

Le repas de noce

Ce n’est pas une lettre qui présente les invités, mais une feuille manuscrite « Repas de noces du mariage de Caroline, en Juin 1858 », qui est transcrite et reproduite sur le site dans la rubrique « papiers familiaux, 1858-1883 ».

  • En principe, si les frais occasionnés par le mariage à l’église sont à la charge du marié, le déjeuner est payé par les parents de la mariée. Le repas a lieu, comme la signature du contrat, au domicile du prestigieux grand-père, André Marie Constant Duméril, le savant logé au Jardin des Plantes. Son nom vient en second sur la liste des invités, juste après celui du curé.
  • En quatrième position, avant les oncles et tantes du côté de la mariée, est inscrite « Mme Dollfus », alors veuve : cette cousine des Duméril, en relation par son mariage avec les Mertzdorff, a joué un rôle d’intermédiaire déterminant.
  • Suivent les noms de parents proches du côté de la mariée (Duméril) puis du marié (Mertzdorff et Heuchel). Au milieu d’eux, les mariés eux-mêmes sont en place 12 et 13.
  • Sont invités des parents plus éloignés qui paraissent se distinguer par leur prestige (Hippolyte Comte, avocat et industriel), leur talent (le peintre Giuseppe Devers ; l’épouse du sculpteur Charles Cordier) ou leur fortune (André Fröhlich, gérant des Forges et Fonderies de Montataire ; Louis Sautter, ingénieur centralien, entrepreneur).
  • Enfin, figurent les noms de quelques amis proches : la famille Desnoyers, qui dans les années suivantes sera plus proche encore ; les de Tarlé ; les Dunoyer.
  • Trois enfants (de 7 à 11 ans) mangent à part, dans le cabinet du professeur.

Ces invités appartiennent à des mondes très variés (au sein de la classe aisée) : le monde académique et celui de l’entreprise, mais aussi celui des artistes, de l’armée, de la fonction publique, des propriétaires.

*

Ensuite,  les nouveaux mariés partent pour Fontainebleau et l’Alsace1.

 

  1. Pour la nouvelle vie en Alsace, voir le billet « Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff« . []

On marie Caroline

Pour inciter les célibataires à s’inscrire à un club de rencontres, une affiche proclamait récemment dans le métro parisien : « L’AMOUR NE TOMBE PAS DU CIEL ». Quoi que pensent les parents de Caroline Duméril de l’amour et sa spontanéité, ils s’intéressent d’abord au mariage de leur fille et considèrent que cette affaire se prépare en famille et mérite une attention sérieuse.

Au printemps 1858, Caroline a 22 ans. Son père, Louis Daniel Constant Duméril, ne peut la doter : il n’a pas réussi à faire fortune dans l’industrie malgré son association pendant quelques années avec les Say. S’il n’y a pas d’argent dans la famille, il y a en revanche le prestige intellectuel du grand-père de Caroline, André Constant Duméril, médecin et naturaliste, membre de l’Académie de médecine et de l’Académie des sciences. Les semaines d’affairement familial à propos du candidat Charles Mertzdorff sont connues par bribes dans les lettres de Caroline. Par bribes seulement car, d’une part Caroline est tenue à l’écart lors de ces étapes préliminaires dont elle est l’enjeu, et d’autre part elle ne raconte pas tout à sa cousine : « je ne te donne pas d’explication car les écrits restent […] Que n’es-tu ici ma petite Isabelle car je te dirais tout » (30-31 mars 1858). Voici, filtré par ces contraintes, ce qui apparaît de la succession des événements et des sentiments que Caroline souhaite partager avec à sa cousine et amie Isabelle Latham (pour leurs relations, voir le billet : Les cousines-amies »).

Effervescence chez les Duméril

Le projet apparaît pour la première fois dans la lettre du 24 février 1858. Cette mention est camouflée dans un post-scriptum en anglais, dans une marge de la page 3 :

Nothing new about the matter. No news from M. ; must I owe you that I am very glad of it I hope it is finished and wish many good things to the dear gentleman.

Des contacts ont donc été pris qui semblent peu concluants. Une remarque ultérieure laisse supposer la médiation de Noémie Martin, épouse de Frédéric Dollfus ; elle est liée aux deux futurs époux : cousine des Duméril, elle se trouve, par son mariage, en relation avec de lointains cousins Dollfus de Mulhouse qui appartiennent au cercle des connaissances de Charles Mertzdorff, industriel à Vieux-Thann.

Dans les lettres suivantes (5-6 mars 185813 mars et 17 mars) Caroline n’écrit plus rien sur ce sujet, sa vie étant « fort calme et sans événements ». Mais le 30 mars elle envoie une longue lettre pour s’excuser de son silence de 15 jours. Explication de ce silence :

l’affaire M. a reparu sur l’horizon, d’une manière plus grave, tant d’idées se sont pressées dans ma tête depuis 10 jours que je ne pouvais y faire entrer autre. […] Je suis bien agitée, bien préoccupée peut-être pour rien et le bon Dieu seul sait ce qui m’est réservé […] dans ce moment, pour moi, tout ce qui ne se rapporte pas à la chose, n’est pas une chose, tu comprends ?

On prend les conseils du cousin Henri Delaroche, négociant au Havre, « si bon, si affectueux et de si sage conseil » qui fait « des démarches » ; on écrit « de tous côtés » pour obtenir des renseignements et « on attend les réponses » (10 avril 1858).

Attente de Caroline

La jeune fille reste à l’écart, elle n’a « rien vu », mais elle a « beaucoup entendu ». Elle traverse ces jours où « rien n’est fait » dans l’agitation et l’incertitude, comme des «épreuves ».

il est des moments dans la vie où on n’a plus très bien la tête à soi. Je ne puis te dire toutes les péripéties par lesquelles j’ai passé depuis ma dernière lettre ; les renseignements sont venus de tous côtés et tu sais, dans ce monde, combien il y a du pour et du contre en toutes choses, qu’il est difficile, ma chère amie, de faire alors une moyenne et de décider s’il y a assez de bon pour se décider à sacrifier toute sa vie jusqu’au dernier jour. Tout cela est terrible, je t’assure et j’ai cru un jour la chose finie, le lendemain en voie d’avancer, tous ces changements sont tuants. (18 avril 1858)

Caroline Duméril oppose au « chaos dans [sa] pauvre tête », le souhait « d’être un peu plus vieille » et la soumission :

enfin tout vient à point, dit-on, à qui sait attendre ; ainsi attendons, n’est-ce pas ? (10 avril 1858)

Enfin il faut plus que jamais s’en remettre au Seigneur dans une circonstance semblable, car il n’arrivera que ce qu’Il a décidé et en faisant sa volonté, il y a toujours moyen d’être heureux.   (18 avril 1858)

Le futur mari

Sous le sceau du secret, Caroline donne à son amie les quelques détails qu’elle connaît :

Es-tu curieuse de savoir le nom du M., il s’appelle Charles Mertzdorff. Efface bien vite. Qu’en dis-tu, c’est un peu Allemand. Age 38.  (18 avril 1858)

Son inquiétude perce à la perspective de s’unir à un homme plus âgé qu’elle, qui vit en Alsace, dans un milieu dont elle ignore tout. Ce que Caroline ne dit pas, qu’elle ignore sans doute partiellement encore (mariée, elle s’ébahit de la fortune de son mari) et qui pourtant a dû peser dans le choix fait par ses parents, c’est la situation économique de Charles Mertzdorff. Il possède en particulier une usine de blanchiment et d’impression sur étoffes à Vieux-Thann, héritée de son père, et à laquelle il a donné une extension nouvelle. Dans les années qui suivent le mariage de Caroline, son père Louis Daniel Constant Duméril assurera la direction de l’une des fabriques.

Les fiançailles

Charles Mertzdorff s’impatiente et attend « avec anxiété la permission de venir et de voir » la jeune fille. L’entrevue est organisée : une promenade au Jardin des Plantes (où vit Caroline avec ses parents, chez son savant grand-père), que Caroline appréhende ; elle recommande :

oh ! je t’en prie, pense à moi ! comprends-tu ce que c’est que de voir pour la première fois celui à qui on appartiendra peut-être, celui à qui on nous donnera, et qui aura sur nous tous les droits possibles.  (18 avril 1858)

Elle semble cependant consciente dès ce moment du dénouement :

Qui sait si ce n’est pas la dernière fois que je t’écris avant d’avoir répondu un oui fatal ; (non pas au pied de l’autel, pourtant).   (18 avril 1858)

En effet, les événements se précipitent. La lettre suivante, le 8 mai, nous apprend que les fiançailles ont eu lieu –  pendant le séjour à Paris de la cousine et amie Isabelle Latham :

Je t’envoie une petite branche de mon bouquet de fiançailles, garde-le en souvenir de moi.  (8 mai 1858)

Et le 15 juin 1858 Caroline Duméril et Charles Mertzdorff sont mariés. Aux semaines d’incertitude succède l’agitation de la cérémonie du mariage, du voyage de noces, de l’installation en Alsace. Ce sera l’objet d’un prochain billet1.

  1. Voir « Les cérémonies du mariage« . []