Archives par mot-clé : mort

Verdun 1916

En contrepoint des nombreux articles et manifestations qui commémorent Verdun, cette « passion française »1, il a paru intéressant de citer les lettres écrites à cette époque-là par Émilie Mertzdorff-Froissart et Léon Damas Froissart. Ils résident habituellement à Paris, parfois dans leurs propriétés du Pas-de-Calais : ce ne sont donc pas des témoins directs de la bataille. Mais ils sont affectés par les événements, car leurs quatre fils et leurs deux gendres sont mobilisés, certains à Verdun. Et Léon Damas Froissart, 64 ans, commente la situation en militaire de carrière (il était commandant dans l’artillerie). Seules les lettres à leur plus jeune fils sont publiées2.

L’offensive allemande sur Verdun débute le 21 février 1916. Le 24 le front français cède, mais l’attaque est bloquée le 25. Dès le début, l’enjeu est perçu par Émilie Mertzdorff-Froissart qui interroge : « Que dis-tu de la grande bataille de Verdun ? »   (lettre à son fils du 26 février 1916). C’est pour (se) rassurer aussitôt :

Guy [son gendre], oui Guy, a rapporté du ministère où il va souvent comme auxiliaire de M. Toussaint, des nouvelles fort encourageantes : on envisage cette offensive allemande comme une très heureuse chose car leurs pertes ont été immenses, tandis que les nôtres sont assez restreintes, relativement !… On a craint assez sérieusement un encerclement qui nous aurait fait perdre beaucoup de monde et c’est pour l’éviter qu’on a reculé un peu. (26 février 1916)

Cet optimisme retombe vite.

Inquiétudes maternelles

Les allemands attaquent de nouveau le 6 mars et l’inquiétude gagne. Émilie Mertzdorff-Froissart s’alarme pour ses fils Pierre et Michel :

J’ai reçu hier une lettre de Pierre (datée de Samedi) qui devait être envoyé à son groupe, près de Verdun, 4 jours après ; ce sera donc demain ou après-demain, je pense, et la douce quiétude dans laquelle nous vivions va être bien finie. On dit que l’artillerie a beaucoup souffert là-bas aussi n’est-il pas étonnant qu’il y ait beaucoup d’officiers à remplacer. (13 mars 1916)

J’ai une carte de Michel du 8 qui change de place […] Sa dernière position était tellement marmitée qu’il n’en pourra, dit-il, avoir une pire. (16 mars 1916)

Elle relaie les inquiétudes des proches parents et des amis :

Laure [Froissart, épouse de Jules Legentil] sait son mari à Verdun, elle est très inquiète. (8 mars 1916)

T’ai-je dit aussi que Laure est très inquiète de Jules qu’elle sait à Verdun. (11 mars 1916)

Mme de Compiègne que Made a rencontrée il y a quelques jours paraissait très inquiète d’Hubert qui était par là et dont elle n’avait pas de nouvelles depuis 3 semaines. Lui aussi est dans l’artillerie. (13 mars 1916)

Émilie Mertzdorff-Froissart s’attend à « une longue série de malheurs » :

L’Artillerie a beaucoup souffert dans la bataille de Verdun. Le 1er Corps en particulier a été très éprouvé, aussi allons-nous sans doute apprendre une longue série de malheurs : Allaud n’a pas donné de nouvelles depuis plus d’un mois. Il était à la bataille de Verdun. (26 mars 1916)

Et en effet les proches, blessés, morts et disparus à Verdun, sont régulièrement mentionnés dans les lettres :

Laure nous a appris la mort de son beau-frère Paul, le brasseur des environs d’Arras, qui était au 84e lourd et a été tué d’un éclat d’obus à la tête près de Verdun. Elle n’ose pas apprendre cette triste nouvelle à Jules qui est dans les mêmes parages. Lorsque Laure a écrit elle avait de ses nouvelles du 7 ; il était en alertes continuelles. (18 mars 1916)

Le nombre des décès militaires à Campagne augmente toujours et aussi celui des prisonniers (Léon Damas Froissart, 29 mai 1916)

On n’est pas sans inquiétude sur le lieutenant Le Gallais qui aurait disparu à Verdun. Guy C.D. a vu une fiche par laquelle on demande aux « Nouvelles du Soldat ». (Léon Damas Froissart, 3 juin 1916)

Nous avons appris ce matin la mort d’Allaud qui, fait prisonnier à Verdun, vient de succomber aux suites de ses blessures. (7 juin 1916)

Hier visite de Mme Eloy et sa fille qui sont à Dourdan (Seine et Marne) auprès d’Henry Eloy, sergent au 7e sévèrement blessé à Verdun. Il s’en tirera. (Léon Damas Froissart, 10 juin 1916)

Lina [une de leurs employées] vient de perdre son frère tué près de Verdun. C’était l’unique garçon de la famille ! (4 septembre 1916)

Stratégie paternelle

Léon Damas Froissart fait le point pour son fils Louis alors au camp militaire de La Braconne en Charente.

Enfin espérons que les plumes laissées par les boches à Verdun leur ôteront l’envie de venir s’attaquer aux fortifications de Brunehautpré [dans le Pas de Calais] (lesquelles restent en projet) […] à Verdun : ils y ont été très éprouvés, je crois. De Jules Legentil, (qui est à Verdun avec le 1er corps) on a eu de bonnes nouvelles jusqu’au 9 courant […] De Pierre [son fils] aucune nouvelle depuis qu’il a été appelé il y a 6 jours à Verdun […] Degroote [son gendre] écrit qu’il vient de dormir 2 nuits tranquillement après avoir contribué à notre succès sous Verdun où nous devons de « tenir » aux autos puisque le ravitaillement n’aurait jamais pu se faire par les chemins de fer. (21 mars 1916)

Léon Damas Froissart fait allusion à la « Voie sacrée » organisée vers le front pour le ravitaillement. Il précise quelques jours plus tard :

Henry Degroote continue à mener de nombreux convois à Verdun, tout en ayant le temps de souffler maintenant. (13 avril 1916)

Le père, en homme du métier, anticipe des mouvements de troupes, imagine des attaques victorieuses, élabore des stratégies martiales :

L’offensive que les boches méditaient [dans le Pas-de-Calais] pourrait bien s’être reportée sur Verdun par déplacement des troupes destinées à cette partie du front. (Léon Damas Froissart, 29 mai 1916)

La réalité de la guerre n’obéit pas complètement aux vœux de l’officier. En juillet, ce sont les Français et les Britanniques qui tentent une offensive sur la Somme ; c’est un échec mais des renforts allemands sont dirigés vers ce secteur où les combats continuent. À l’Est, le 4 juin, l’armée russe perce les lignes austro-hongroises. Cependant, les attaques allemandes se poursuivent autour de Verdun.

A défaut d’autres événements heureux (d’un refoulement des boches sur quelques km de profondeur à Verdun, de l’entrée en action de ton ami les Roumains, à l’entrée des Russes à Constantinople, d’un vaste noyade de la flotte boche), événements qui nous auraient peut-être fait oublier que tu venais de nous quitter pour aller reprendre la suite de tes opérations à la Braconne, ta lettre du 29 mai est venue heureusement combler un vide. (Léon Damas Froissart, 3 juin 1916)

Le 21 octobre, le maréchal Joffre lance une contre-offensive à Verdun et le fort de Douaumont, disputé depuis des mois, est repris le 24 octobre. Léon Damas Froissart s’en réjouit, quoique tourmenté pour la vie de ses fils :

Enfin le grand succès auquel a été appelé à collaborer ton frère Michel à Verdun, le plus grand succès depuis la Marne est peut-être en étroite relation avec le concours que les assiégeants de Verdun vont probablement aller donner aux Bulgares et aux Autrichiens.

Il nous écrit le soir du 24 que son cœur a quelque peu palpité et qu’il est vivant. Hélas à des succès comme celui-là il y a un envers de la médaille, ce sont de grosses attaques à prévoir pour rattraper le prestige perdu, attaques qu’il faut recevoir sans avoir de puissants abris organisés et dans lesquelles l’artillerie de campagne qui, seule, pour suivre doit tirer à ciel ouvert et écoper. (Léon Damas Froissart, 28 octobre 1916)

***

Plus que les autres, la bataille de Verdun est nommée et commentée dans les lettres du couple Froissart. Elle qui fit tant de morts en 1916 cristallise à juste titre les inquiétudes des contemporains : plus de 300 000 tués et disparus (163 000 Français et 143 000 Allemands), plus de 400 000 blessés.

  1. « Verdun, une passion française » titre du dossier du Monde, 29-30 mai 2016. []
  2. Voir le site : S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale. []